Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 6

Déclaration de sentiments et Résolutions, adoptées par la Convention sur les droits de la femme à Seneca Falls, 19 au 20 juillet 18481

Texte intégral

Déclaration de sentiments

  • 1 Source : Le matin du 20 juillet 1848, après le rappel des débats de la veille, Elizabeth Cady Stant (...)

1Lorsque, dans le cours des événements humains, il devient nécessaire, pour une partie de la famille de l’homme, de prendre parmi les peuples de la terre une place différente de celle qu’elle occupait jusqu’alors, mais à laquelle les lois de la nature et du Dieu de la nature lui donnent droit, un juste respect de l’opinion de l’humanité l’oblige à énoncer les causes qui la poussent à adopter une telle ligne de conduite.

2Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes : que tous les hommes et toutes les femmes sont créés égaux ; qu’ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables ; que parmi ces droits figurent la vie, la liberté et la recherche du bonheur ; que pour garantir ces droits des gouvernements sont établis, dont les pouvoirs légitimes émanent du consentement des gouvernés. Toutes les fois qu’une forme de gouvernement commence à anéantir ces objectifs, ceux qui en souffrent ont le droit de refuser d’obéir, et d’exiger que soit institué un nouveau gouvernement, le fondant sur ces principes, et en organisant les pouvoirs selon la forme qui leur semble la plus susceptible d’assurer leur sécurité et leur bonheur. La prudence enseigne, en vérité, que les gouvernements établis depuis longtemps ne devraient pas être changés pour des raisons passagères et de peu de poids ; en conséquence de quoi l’expérience a toujours montré que les hommes sont plus enclins à supporter la souffrance, tant que les maux sont supportables, qu’à se faire justice eux-mêmes en abolissant les formes auxquelles ils sont accoutumés. Mais lorsqu’une longue suite d’abus et d’usurpations, visant invariablement le même but, a visiblement pour objectif de les soumettre à un despotisme absolu, il est de leur devoir de se débarrasser d’un tel gouvernement, et de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future. Telle a été la patience et la souffrance des femmes soumises à ce gouvernement, et telle est aujourd’hui la nécessité qui les contraint à exiger l’égale condition à laquelle elles ont droit.

3L’histoire de l’humanité est une histoire de préjudices et d’usurpations infligés de manière répétée par l’homme à la femme, et ayant directement pour but d’établir sur elle une tyrannie absolue. Pour le prouver, soumettons les faits à un monde impartial.

4Il ne l’a jamais autorisée à exercer son droit inaliénable de voter.

5Il l’a obligée à se soumettre à des lois pour l’élaboration desquelles elle n’a jamais eu voix au chapitre.

6Il lui a refusé des droits que l’on accorde aux plus ignorants et aux plus vils des hommes – qu’ils soient américains ou étrangers.

7L’ayant privée du premier des droits de tout citoyen, le droit de vote, la laissant en cela sans aucun représentant dans les assemblées législatives, il l’a opprimée de toutes parts.

8Il l’a rendue, si elle est mariée, aux yeux de la loi, civiquement morte.

  • 1 Cet alinéa ne tient pas compte de la loi sur le droit de propriété applicable à la femme mariée pas (...)

9Il lui a enlevé tout droit de propriété, y compris même pour ce qui est du salaire qu’elle gagne1.

10Il a fait d’elle, moralement parlant, un être irresponsable, puisqu’elle peut commettre nombre de délits en toute impunité, pourvu qu’ils soient commis en présence de son mari. Par le contrat de mariage, elle est obligée de promettre obéissance à son mari, qui devient, de fait, son maître – la loi lui donnant le pouvoir de la priver de liberté, et de lui infliger un châtiment.

11Il a rédigé les lois relatives au divorce qui définissent les causes qui le justifient et, en cas de séparation, qui décident à qui la garde des enfants sera confiée, au point de faire totalement abstraction du bonheur des femmes – la loi, dans tous les cas, reposant sur l’hypothèse fallacieuse de la suprématie de l’homme, et remettant ainsi tous les pouvoirs entre ses mains.

12Après l’avoir privée de tous ses droits en tant que femme mariée, si elle est célibataire et possède quelques biens, il lui a fait payer des impôts pour subvenir aux besoins d’un gouvernement qui ne la reconnaît que quand ce qu’elle possède peut devenir rentable pour lui.

13Il a monopolisé presque tous les emplois lucratifs, et pour ceux qu’on l’autorise à occuper elle ne reçoit qu’une maigre rémunération.

14Il lui ferme toutes les voies qui conduisent à la richesse et au renom, qu’il considère pour lui-même comme les plus honorables. Comme professeur de théologie, de médecine ou de droit, on ne la trouve nulle part.

  • 2 Oberlin College, dans l’Ohio, faisait exception en acceptant des femmes dès 1834, et leur délivra d (...)

15Il lui a refusé tout moyen de parachever son éducation – toutes les universités lui étant fermées2.

16Il ne lui accorde dans l’Église comme dans l’État qu’une place subalterne, se réclamant de l’autorité apostolique pour l’exclure du sacerdoce, et, à quelques exceptions près, de toute participation publique dans les affaires de l’Église.

17Il a engendré auprès du public une fausse impression, en livrant au monde des règles de moralité différentes pour les hommes et les femmes, en vertu desquelles les écarts de conduite qui mettent les femmes au ban de la société, sont non seulement tolérés, mais jugés de peu d’importance chez un homme.

18Il a usurpé les prérogatives de Jéhovah lui-même, revendiquant le droit d’assigner à la femme une sphère d’action, alors même que ce droit appartient à la conscience de la femme elle-même et à son Dieu.

19Il s’est efforcé, de toutes les manières possibles, de détruire la confiance qu’elle a en ses propres capacités, d’amoindrir son estime de soi, et de la conduire à accepter de mener une vie dépendante et pitoyable.

20Dans ces circonstances, compte tenu de cette totale privation de droits civiques infligée à la moitié de la population de ce pays, de son humiliation sociale et religieuse, – compte tenu des lois injustes mentionnées ci-dessus, et parce que les femmes se sentent blessées, opprimées et dépossédées à tort des droits les plus sacrés, nous exigeons qu’elles accèdent immédiatement à tous les droits et privilèges qui leur appartiennent en tant que citoyennes des États-Unis.

21Au moment d’entreprendre l’immense tâche qui s’ouvre à nous, nous nous attendons à une somme non négligeable de malentendus, de représentations erronées et de moqueries ; mais nous utiliserons tous les moyens en notre pouvoir pour atteindre notre but. Nous engagerons des agents pour nous représenter, nous diffuserons des tracts, nous adresserons des pétitions aux assemblées législatives des États et du gouvernement fédéral, et nous nous efforcerons de rallier les prédicateurs et la presse à notre cause. Nous espérons que cette convention sera suivie de toute une série de conventions, incluant toutes les régions de ce pays.

22Comptant fermement sur le triomphe ultime du droit et de la vérité, nous apposons ce jour nos signatures à cette déclaration.

  • 3 La liste inclut les noms de 68 femmes et 32 hommes. Elizabeth Cady Stanton signalera ultérieurement (...)

23[Suivent les noms des signataires de la Déclaration de sentiments, Seneca Falls, New York, 19 au 19 juillet 18483.]

Résolutions

  • 4 Emprunts à William Blackstone dans l’introduction à ses Commentaries on the Laws of England, New-Yo (...)

24Attendu que l’on admet que le grand précepte de la nature est que l’« homme devra rechercher pour lui-même son bonheur véritable et tangible  », Blackstone dans ses Commentaires fait remarquer que cette loi de la Nature étant concomitante de la création de l’homme et édictée par Dieu lui-même, elle est plus contraignante que tout autre obligation4. Elle s’impose à tout le globe, dans tous les pays et à toutes les époques ; aucune des lois humaines qui lui serait contraire n’a la moindre validité, et celles d’entre elles qui sont valides tirent toute leur force, toute leur validité et toute leur autorité de manière directe ou indirecte, de cette origine ; en conséquence de quoi,

25Nous décidons, Que toutes les lois qui entrent en conflit, de quelque manière que ce soit, avec le bonheur véritable et tangible de la femme, sont contraires au grand précepte de la nature, et dépourvues de toute validité, car ce précepte est « plus contraignant que tout autre  ».

26Nous décidons, Que toutes les lois qui empêchent la femme d’occuper dans la société la position que lui dicte sa conscience, ou qui la placent dans une situation inférieure à celle de l’homme, sont contraires au grand précepte de la nature et n’ont donc ni force ni autorité.

27Nous décidons, Que la femme est l’égale de l’homme – que telle fut l’intention du Créateur, et que l’intérêt supérieur de la race humaine exige qu’on la reconnaisse comme telle.

28Nous décidons, Qu’il conviendrait d’éclairer les femmes de ce pays quant aux lois qui régissent leur vie, de manière à ce qu’elles ne fassent plus montre de leur humiliation en se déclarant elles-mêmes satisfaites de leur situation présente, ni de leur ignorance en affirmant qu’elles jouissent de tous les droits qui leur sont nécessaires.

29Nous décidons, Que dans la mesure où l’homme, tout en revendiquant pour lui-même une supériorité intellectuelle, concède bel et bien à la femme une supériorité morale, son premier devoir est de l’encourager à prendre la parole et à enseigner, quand elle en a l’occasion, dans toutes les assemblées religieuses.

30Nous décidons, Que le même niveau de vertu, de délicatesse, et de raffinement exigé de la femme en société, devrait être également requis de l’homme, et que les mêmes transgressions devraient faire l’objet d’une égale sévérité à l’égard de l’homme et de la femme.

31Nous décidons, Que l’accusation d’indélicatesse et d’indécence, si souvent portée à l’encontre de la femme quand elle prend la parole en public, est bien malvenue de la part de ceux qui encouragent, par leur présence, son apparition en scène, ou dans un concert, ou lors des prouesses du cirque.

  • 5 D’après une résolution proposée par Angelina Grimké et adoptée à la Convention des femmes contre l’ (...)

32Nous décidons, Que la femme s’est trop longtemps satisfaite des limites étroitement circonscrites que des habitudes corrompues et une application pervertie des Écritures ont tracées pour elle, et qu’il est temps qu’elle évolue dans la sphère élargie que son noble Créateur lui a destinée5.

33Nous décidons, Qu’il est du devoir des femmes de ce pays d’obtenir le droit sacré de voter.

34Nous décidons, Que l’égalité des droits de l’homme résulte nécessairement de l’identité des aptitudes et des responsabilités de toute la race humaine.

35Nous décidons, par voie de conséquence, Qu’étant dotée par le Créateur des mêmes aptitudes, et d’une même conscience de ses responsabilités dans leur exercice, il est manifestement un droit et un devoir pour la femme, au même titre que pour l’homme, de promouvoir toute cause juste par tout moyen respectable ; et notamment pour ce qui est des grands sujets de la morale et de la religion, il est de toute évidence de son droit de participer avec son frère à leur enseignement, en privé comme en public, par l’écriture ou par la parole, par tous les moyens adéquats, et dans toutes les réunions dont la tenue est acceptable ; et comme cette vérité s’impose avec évidence, résultat des principes de la nature humaine implantés en elle par la volonté de Dieu, toute coutume ou toute autorité qui va à son encontre, qu’elle soit moderne ou revêtue de la vénérable sanction des temps anciens, doit être considérée comme une erreur flagrante, contraire aux intérêts de l’humanité.

  • 6 Résolution proposée et défendue en soirée par Lucretia Mott, et adoptée après son ajout à la liste (...)

36Nous décidons, Que le succès rapide de notre cause dépend de l’enthousiasme et de l’endurance dans leurs efforts des hommes comme des femmes, visant à mettre fin au monopole des gens d’église, et à assurer à la femme une participation égale à celle des hommes dans les divers métiers et carrières, et dans le commerce6.

Notes

1 Cet alinéa ne tient pas compte de la loi sur le droit de propriété applicable à la femme mariée passée dans l’État de New York en avril 1848 et pour laquelle Elizabeth Cady Stanton elle-même avait fait campagne dans les années 1840. Voir ci-dessus note 73 (p. 63) dans la présentation de ce texte 6.

2 Oberlin College, dans l’Ohio, faisait exception en acceptant des femmes dès 1834, et leur délivra des diplômes de licence dès 1841.

3 La liste inclut les noms de 68 femmes et 32 hommes. Elizabeth Cady Stanton signalera ultérieurement que certain(e) s signataires effarouché(e) s retirèrent plus tard leur nom de cette liste.

4 Emprunts à William Blackstone dans l’introduction à ses Commentaries on the Laws of England, New-York, Halstead et Voorhies, 1841, vol. I, p. 27-28. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 4, p. 84.

5 D’après une résolution proposée par Angelina Grimké et adoptée à la Convention des femmes contre l’esclavage en 1837. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 5, p. 84.

6 Résolution proposée et défendue en soirée par Lucretia Mott, et adoptée après son ajout à la liste initiale.

Notes de fin

1 Source : Le matin du 20 juillet 1848, après le rappel des débats de la veille, Elizabeth Cady Stanton lut le texte de la Déclaration de sentiments qui fut discuté et adopté. Pour le détail des séances, et pour le texte lui-même, voir A. D. Gordon, The Selected Papers of Elizabeth Cady Stanton and Susan B. Anthony , vol. I, p. 75-87. Le texte de la Déclaration d’indépendance des États-Unis avait fait l’objet d’une traduction de Thomas Jefferson, dont nous nous inspirons parfois pour les deux premiers paragraphes du texte.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540