Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 5

Appel à une convention sur les droits de la femme, 14 juillet 18481

Texte intégral

  • 1 Source : Au terme de ses minutieuses recherches sur Seneca Falls, Judith Wellman affirme que contra (...)
  • 1 La Wesleyan Methodist Chapel dont la construction s’était achevée en octobre 1843, initiative de mé (...)
  • 2 Texte délibérément non signé, fruit des efforts conjoints de Lucretia Mott, Martha Coffin Wright, E (...)

1Convention sur les droits de la femme. – Une convention en vue de débattre de la situation civique, sociale et religieuse de la femme, ainsi que de ses droits, se tiendra à la chapelle wesleyenne de Seneca Falls, N. Y.1, mercredi et jeudi, le 19 et le 20 de ce mois de juillet ; elle commencera à 10 heures du matin. Le premier jour, la réunion sera exclusivement destinée aux femmes, qui sont vivement invitées à y assister. Le public dans son ensemble est invité à être présent le deuxième jour, où Lucretia Mott, de Philadelphie, ainsi que d’autres dames et messieurs, prendront la parole2.

Notes

1 La Wesleyan Methodist Chapel dont la construction s’était achevée en octobre 1843, initiative de méthodistes dissidents qui se séparèrent de l’Église méthodiste épiscopalienne à la suite de désaccords, parmi les méthodistes, sur la question de l’esclavage. Havre de libre parole et de liberté religieuse, elle devint l’une des stations de l’Underground Railroad, réseau de sympathisants qui aidaient les esclaves fugitifs dans leur fuite vers le Canada. Ainsi reçut-elle le surnom de Anti-Slavery Depot (Dépôt antiesclavagiste), ou même de The Great Light House of Seneca Falls (Grand phare de Seneca Falls) par les abolitionnistes et autres réformateurs, et de Devil’s Depot (Dépôt du diable) par ses détracteurs. Il n’est guère étonnant, donc, qu’elle ait été choisie par les organisatrices de la Convention de 1848. Voir Sharon Brown et son rapport aimablement communiqué par les responsables du National Historical Park de Seneca Falls, préface p. ix, puis texte p. 1-8.

2 Texte délibérément non signé, fruit des efforts conjoints de Lucretia Mott, Martha Coffin Wright, Elizabeth Cady Stanton et Mary Ann McClintock. La mise en vedette du seul nom de Lucretia Mott, déjà oratrice célèbre et respectée, était susceptible d’attirer du monde.

Notes de fin

1 Source : Au terme de ses minutieuses recherches sur Seneca Falls, Judith Wellman affirme que contrairement à ce qu’on peut lire souvent, y compris chez Elizabeth Cady Stanton elle-même, ce texte aurait été publié par le Seneca County Courier dès le 11 juillet, et que l’annonce fut reprise (copiée ?) par d’autres journaux, dont l’Ovid Bee, dans lesquels elle parut à partir du vendredi 14 juillet. Lucretia Mott envoya un exemplaire du texte au North Star, journal de Frederick Douglass fondé en 1847, qui la fit paraître également le 14 juillet. Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 189, et The Mystery of the Seneca Falls Women’s Rights Convention …, p. 51.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540