Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 4

Du nom des femmes : lettre d’Elizabeth Cady Stanton à Rebecca R. Eyster1

Texte intégral

  • 1 Source : T. Stanton et H. Stanton Blatch, Elizabeth Cady Stanton as Revealed in her Letters, Diary, (...)

Seneca Falls, 1er mai, 1847.

  • 1 Elizabeth Cady Stanton utilise ici un singulier « the Report  », signe incertain qu’elle pensait pe (...)
  • 2 Sambo et Zip Coon, aux connotations racistes, pourraient devenir « moricaud » en français. L’origin (...)

Ma chère amie, – Hier soir nous avons parlé des convenances selon lesquelles les femmes sont appelées par des noms qui sont utilisés pour signaler leur sexe, et non par ceux que l’on utilise pour désigner les hommes. Vous ne partagiez pas mon point de vue, au motif que la coutume a institué la règle selon laquelle une femme doit porter le nom complet de son mari, en particulier quand on se réfère à elle en public. Mais en cela vous avez tort. Il est de coutume maintenant, depuis que les femmes ont commencé à s’organiser en associations indépendantes, d’utiliser des noms propres au genre féminin. J’ai consulté plusieurs journaux, et j’ai interrogé plusieurs personnes, et tous s’accordent à penser que la coutume tyrannique permet bel et bien à chaque femme de posséder un nom. Si vous jetez un coup d’œil aux textes publiés des comptes rendus relatifs à la création des associations de femmes, vous n’y trouverez nulle part de titres comme Mademoiselle et Madame suivis de Joseph ou Icabod, mais bien plutôt d’Elizabeth et Rebecca ; par conséquent, si vous respectez la coutume, il nous faut toutes figurer dans ces rapports1 en tant que femmes, ou bien alors ne mentionner aucun nom. J’ai de sérieuses objections, chère Rebecca, contre l’idée que l’on m’appelle Henry. Un nom recèle bien des choses. Il est souvent lourd de sens, et peut même impliquer de grands principes. Demandez à nos frères de couleur si un nom est anodin. Pourquoi les esclaves n’ont-ils pas de nom, à moins de prendre celui de leur maître ? Pour la simple raison qu’ils n’ont aucune existence autonome. Ce ne sont que des biens meubles, dépourvus de droits civiques ou sociaux. Dans ce pays, nos amis de couleur qui ont reçu une éducation et ont des attaches familiales prennent un nom qui leur est propre. Il en va de même pour les femmes. La coutume qui consiste à appeler les femmes Madame John Ceci et Mme Tom Cela, et les hommes de couleur Sambo et Zip Coon2 repose sur le principe que les hommes blancs sont nos maîtres à tous. Je ne puis admettre que ce principe soit juste ; par conséquent, il m’est impossible de porter le nom d’un autre. Mais je m’arrête là, de crainte d’abuser de votre patience.

Notes

1 Elizabeth Cady Stanton utilise ici un singulier « the Report  », signe incertain qu’elle pensait peut-être à un exemple particulier.

2 Sambo et Zip Coon, aux connotations racistes, pourraient devenir « moricaud » en français. L’origine de Sambo est incertaine, mais fut le nom donné à des esclaves noirs dès le xviiie siècle. On allait trouver un Sambo parmi les personnages de la Case de l’oncle Tom en 1852. Zip Coon (coon étant l’abrévation de racoon, nom du raton laveur), fut introduit vers 1829 comme personnage incarné par George W. Dixon, homme blanc, connu pour les spectacles burlesques mettant en scène des Noirs qui le rendirent célèbre à New York.

Notes de fin

1 Source : T. Stanton et H. Stanton Blatch, Elizabeth Cady Stanton as Revealed in her Letters, Diary, and Reminiscences, p. 15-16.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540