Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Anthologie

Texte 3

Londres 1840 : « Notre voyage de noces »1

Texte intégral

  • 1 Source : E. C. Stanton, Eighty Years & More : Reminiscences, 1815-1897, chap. v, « Our Wedding Jou (...)
  • 1 World’s Anti-Slavery Convention.
  • 2 La National Anti-Slavery Society, de son véritable nom American Antislavery Society, fondée en 183 (...)

1Le principal objectif de notre visite en Angleterre à cette date, c’était de participer à la Convention mondiale de lutte contre l’esclavage1 qui devait se tenir le 12 juin 1840 dans la salle de réunion des francs-maçons, à Londres. Des délégués de toutes les sociétés antiesclavagistes des nations civilisées étaient invités. Cependant, à leur arrivée, les représentantes d’associations de femmes ne furent pas admises. Bien que des femmes fussent membres de la Société antiesclavagiste nationale2, habituées à prendre la parole et à voter dans toutes ses conventions, et à participer tout aussi activement que les hommes à tout le combat contre l’esclavage, et se trouvaient là en tant que déléguées d’associations qui regroupaient des hommes et des femmes, tout aussi bien que d’associations spécifiquement féminines, toutes sans distinction se virent rejetées parce que femmes. Les femmes, selon les préjugés en vigueur en Angleterre à cette époque, en application des textes des Saintes Écritures, ne pouvaient prétendre partager à égalité avec les hommes rang et autorité dans l’une quelconque des associations de réforme ; en conséquence de quoi, dans l’esprit des Anglais, il était souverainement inconvenant de les admettre à la Convention mondiale comme membres à part entière. La question fit l’objet de toute une journée de débats passionnés. Mon mari prononça un discours très éloquent en faveur de l’admission des déléguées.

  • 3 Toutes femmes de la bonne société britannique, parfois écrivaines et/ou poétesses (Anna Brownell J (...)
  • 4 The Society of Friends, nom des quakers.
  • 5 Toutes abolitionnistes américaines, bien connues et parfois proches d’Elizabeth Cady Stanton, parm (...)

2Quand on songe au fait que Lady Byron, Anna Jameson, Mary Howitt, Madame Hugo Reid, Elizabeth Fry, Amelia Opie, Ann Green Phillips, Lucretia Mott, et nombre de femmes remarquables3, oratrices et dirigeantes de la Société des amis4, furent toutes contraintes d’écouter en silence les platitudes sur la sphère féminine que débitaient les hommes, on peut se faire une idée de l’indignation d’amies dénuées de tous préjugés, en particulier celle de femmes telles que Lydia Maria Child, Marie Chapman, Deborah Weston, Angelina et Sarah Grimké, et Abby Kelly [sic]5, qui, de ce côté de l’Atlantique, observaient les événements, et, dans un état de pénible incertitude, attendaient avec impatience d’apprendre quel sort serait réservé à leurs déléguées. À en juger par mes propres sentiments, les femmes des deux côtés de l’Atlantique ont dû se sentir humiliées et très contrariées, si ce n’est que de tels sentiments furent surpassés par leur mépris à l’égard des raisonnements creux de leurs adversaires, et de l’affectation et des gesticulations cocasses qui accompagnaient le sérieux consommé des envolées de leur imagination.

3Les membres du clergé présents à la convention furent les plus violents dans leur opposition. On aurait dit que les ecclésiastiques avaient tout particulièrement la charge et la garde de Dieu et de ses anges, et souffraient le martyre à l’idée que les femmes pourraient faire ou dire quelque chose qui pût choquer les troupes célestes. La suffisance d’où ils tiraient toute leur force les emplissait de la ferme conviction que leurs actes devaient nécessairement faire le plus grand plaisir aux hôtes des cieux qui prêtaient une oreille attentive au déroulement de la Convention Mondiale. Deborah, Huldah, Vashti et Esther auraient pu mettre en doute la justesse de l’appellation de Convention Mondiale alors que seule une moitié de l’humanité y était représentée ; mais que valait leur opinion, au regard de celle du Révérend A. Harvey, du Révérend C. Stout, ou du Révérend J. Burnet, qui, Bible à la main, affirmaient l’assujettissement de la femme, décrétée par Dieu quand Ève fut créée.

  • 6 George Bradburn (1806-1880), ministre unitarien, abolitionniste proche de William L. Garrison. Il (...)

4L’un de nos défenseurs dans cette convention, George Bradburn6, homme grand et corpulent, à la voix tonitruante, dépassant de la tête et des épaules les délégués membres du clergé, balaya tous leurs arguments en déclarant avec une extrême vigueur que, s’ils pouvaient lui prouver que la Bible enseignait la soumission totale d’une moitié de l’espèce humaine à l’autre, il considérerait que le meilleur service qu’il pourrait rendre à l’humanité, ce serait de rassembler toutes les Bibles de l’univers, et d’en faire un splendide feu de joie.

  • 7 Allusion ironique à Solon (640-558 avant J. -C. ?), l’un des sept sages de la Grèce, souvent consi (...)
  • 8 William L. Garrison (1805-1879), fondateur du Liberator, journal abolitionniste, à Boston en 1831 (...)
  • 9 Nathaniel P. Rogers (1794-1846), abolitionniste représentant l’État du New Hampshire à la Conventi (...)

5Quoi de plus pitoyable que d’entendre des bigots bornés, se prétendant éducateurs et meneurs d’hommes, condamner avec une telle cruauté leurs propres mères, au même titre que toutes les autres femmes, à une soumission absolue à ce type d’humanité ordinaire qu’est la gent masculine. J’ai toujours regretté que les femmes elles-mêmes n’aient pas participé au débat précédant l’achèvement de l’organisation de la convention, et le règlement de la question des délégués. Il me sembla alors, et il me semble encore, que tous les délégués dûment accrédités par des associations reconnues auraient dû avoir voix au chapitre pour l’organisation de cette convention, même si demeurait le risque d’être exclu par la suite. Cependant les femmes se tinrent assises sur un siège dissimulé par un rideau, comme dans le chœur d’une église, et humblement écoutèrent les Solons7 de France, de Grande-Bretagne et d’Amérique pendant douze des journées les plus longues du mois de juin, de même que Garrison8 et Rogers,9 grands seigneurs, restés avec elles au balcon. Ils manifestèrent leur mépris à l’égard d’une convention qui ne tenait aucun compte des droits de ces femmes mêmes qui avaient lutté à leurs côtés, avec eux, au cours du combat contre l’esclavage. « Après m’être battu pendant tant de longues années, dit Garrison, pour défendre les libertés des esclaves venus d’Afrique, il m’est impossible de prendre part à une convention qui foule aux pieds les droits sacrés de toutes les femmes. » Après avoir parcouru presque cinq mille kilomètres pour parler du sujet qui lui tenait le plus à cœur, il choisit avec noblesse de partager le silence forcé des déléguées ostracisées. Ce fut là un grand geste d’abnégation que les femmes ne devraient jamais oublier.

  • 10 Thomas Clarkson (1760-1846), abolitionniste britannique.
  • 11 Joseph Sturge (1793-1859), quaker anglais, fondateur de la British and Foreign Antislavery Society

6Thomas Clarkson10 fut choisi comme président de la convention et se livra à quelques remarques d’introduction, mais il se retira bientôt car son âge et les nombreux maux dont il souffrait rendaient pour lui pénibles tous les événements publics. Joseph Sturge11, quaker, fut alors désigné comme président de séance. Assise à côté de Madame Mott, je lui dis : « Étant donné que la séance est maintenant présidée par un quaker, que pourra-t-il faire dans l’hypothèse où l’esprit le pousserait à parler ? – Ah, répondit-elle, de toute évidence ne croyant pas à une telle éventualité, là où se trouve l’esprit de notre Seigneur, là est la liberté ».

7Elle n’avait guère confiance en la sincérité des abolitionnistes qui, tout en défendant avec éloquence les droits naturels des esclaves, refusaient la liberté de parole à des personnes qui représentaient la moitié de l’espèce humaine à laquelle eux-mêmes appartenaient. Telle était la cohérence d’une assemblée de philanthropes ! Ils auraient été horrifiés à l’idée de marquer au fer rouge la chair des femmes respectables ici présentes, mais le supplice infligé à leur fierté et à leur dignité, l’humiliation spirituelle qu’elles devaient subir, leur semblaient être bien peu de chose. Le déroulement de cette convention demeura pour longtemps un sujet de discussion, en public et en privé, et poussa de nombreuses femmes piquées au vif à adopter un nouveau mode de pensée et d’action, et donna naissance au mouvement en faveur de l’égalité politique des femmes en Angleterre et aux États-Unis.

  • 12 James G. Birney (1792-1857), ancien esclavagiste, converti à l’abolitionnisme par Theodore Weld, p (...)

8Quand la convention prit fin, on entendit de tout côté cette remarque : « Il est grand temps d’exiger de nouvelles libertés pour les femmes ». Tandis que Madame Mott et moi, bras dessus, bras dessous, rentrions à pied tout en commentant les incidents de la journée, nous prîmes la résolution de tenir une convention dès notre retour dans notre pays, et de former une association pour la défense des droits des femmes. À la pension de Queen Street où logeaient un grand nombre de délégués, au moment des repas, les discussions étaient passionnées, et devenaient parfois si âpres que M. Birney12 finit par plier bagage et se mit en quête d’une résidence plus paisible. Comme il s’était vigoureusement opposé à l’admission des femmes déléguées à la convention, il éprouvait quelque gêne à les rencontrer entre les diverses séances, à table et au salon.

9Ces femmes furent les premières qu’il me fût jamais donné de rencontrer, qui croyaient en l’égalité des sexes, et qui n’adhéraient pas à l’orthodoxie religieuse communément répandue. Faire la connaissance de Lucretia Mott, aux idées larges et progressistes en matière de politique, de religion et sur toutes les questions de réforme, m’ouvrit un nouvel univers de pensée. Tandis que nous flânions ici et là pour visiter Londres, je saisissais toutes les occasions de parler avec elle. Il était extrêmement gratifiant d’entendre que tout ce qu’au cours d’années de doute j’avais confusément pensé faisait l’objet de libres discussions entre d’autres femmes, dont certaines n’étaient pas plus âgées que moi – des femmes, qui plus est, d’une intelligence, d’une culture et d’un raffinement rares. Au terme d’un séjour de six semaines passées sous le même toit que Lucretia Mott dont la conversation se situait constamment à un niveau élevé, je me rendis compte que je la connaissais trop bien pour me sentir en sympathie avec les quakers orthodoxes qui dénonçaient en elle une femme dangereuse au motif qu’elle doutait de certains dogmes auxquels ils adhéraient pleinement.

Notes

1 World’s Anti-Slavery Convention.

2 La National Anti-Slavery Society, de son véritable nom American Antislavery Society, fondée en 1833 par William L. Garrison, avec l’aide de Theodore Weld. En fait les femmes pouvaient assister aux réunions et y prendre la parole, mais n’en étaient pas membres à part entière, et ne pouvaient voter certains textes, d’où la création de sociétés spécifiques pour les femmes. Voir C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 25.

3 Toutes femmes de la bonne société britannique, parfois écrivaines et/ou poétesses (Anna Brownell Jameson, Amelia Opie, Mary Howitt, Elizabeth Fry) et impliquées dans divers mouvements de réforme. Elizabeth Reid allait fonder une université pour femmes à Londres en 1849 ; elle était amie d’Harriet Martineau qui ne put participer à la réunion de 1840 pour raisons de santé. L’Américaine Lucretia Mott (1783-1880) était déjà connue et respectée pour sa lutte contre l’esclavage et sa défense des droits des femmes.

4 The Society of Friends, nom des quakers.

5 Toutes abolitionnistes américaines, bien connues et parfois proches d’Elizabeth Cady Stanton, parmi lesquelles les sœurs Grimké, remarquables pour leur défense de la liberté de parole des femmes, et Abby Kelley.

6 George Bradburn (1806-1880), ministre unitarien, abolitionniste proche de William L. Garrison. Il représentait l’État du Massachusetts à Londres avec Wendel Phillips et Garrison lui-même.

7 Allusion ironique à Solon (640-558 avant J. -C. ?), l’un des sept sages de la Grèce, souvent considéré comme l’inventeur de la démocratie, à l’origine des réformes politiques et sociales qui permirent l’essor d’Athènes.

8 William L. Garrison (1805-1879), fondateur du Liberator, journal abolitionniste, à Boston en 1831 et de l’American Antislavery Society en 1833.

9 Nathaniel P. Rogers (1794-1846), abolitionniste représentant l’État du New Hampshire à la Convention de Londres.

10 Thomas Clarkson (1760-1846), abolitionniste britannique.

11 Joseph Sturge (1793-1859), quaker anglais, fondateur de la British and Foreign Antislavery Society.

12 James G. Birney (1792-1857), ancien esclavagiste, converti à l’abolitionnisme par Theodore Weld, proche de Henry B. Stanton dans son opposition à William L. Garrison. À partir de 1836, il publia The Philanthropist, hebdomadaire abolitionniste à Cincinnati (Ohio).

Notes de fin

1 Source : E. C. Stanton, Eighty Years & More : Reminiscences, 1815-1897, chap. v, « Our Wedding Journey », p. 79-83.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540