Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Présentation des textes

Texte intégral

1Les textes choisis n’ont pas pour but la reconstitution ou le survol d’une carrière, mais la mise en valeur des étapes saillantes d’une double éclosion, celle d’Elizabeth Cady Stanton comme féministe et avec elle celle du mouvement de défense des droits des femmes aux États-Unis. Un tel objectif implique donc des limites temporelles en amont et en aval de l’événement fondateur que fut la Convention de Seneca Falls en 1848, origine du texte non moins fondateur de la Déclaration de sentiments rédigé et adopté à cette occasion.

2À travers l’ensemble des textes présentés se donne à lire la maturation d’un mouvement, et celle d’une conscience, et cela dès les trois premiers extraits empruntés aux tout premiers chapitres de l’autobiographie d’Elizabeth Cady Stanton, Eighty Years & More : Reminiscences, 1815-1897. Un cheminement s’y affiche, depuis une identité de genre incertaine où la jeune fille aurait aimé être le fils de son père (« Anthologie », texte 1, p. 91), en passant par la rage improductive de celle qui rêve de mutiler à coups de ciseaux les passages de la loi qui régissent la situation peu enviable de la femme américaine (« Anthologie », texte 2, p. 94), jusqu’au choc décisif de la réunion internationale consacrée à l’esclavage à Londres en 1840, où les femmes furent interdites de parole après avoir failli être complètement exclues des lieux (« Anthologie », texte 3, p. 96). Des thèmes sont repris, parfois, dans les douze textes retenus, mais ce ne sont pas là pures répétitions. Les nuances ajoutées, l’amplification notoire, les maintes variations, mettent en lumière un parcours qui de l’improbable conduit à un indéfectible engagement, du très privé accède à l’audacieusement public, en la montée donc de la visibilité et du courage.

On ne naît pas féministe, on le devient

  • 1 À commencer par Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975.
  • 2 « Afterword », p. 469-482.
  • 3 Pour ces précautions à prendre, voir E. C. Dubois, introduction à E. C. Stanton, Eighty Years & Mo (...)

3Les textes rédigés par Elizabeth Cady Stanton, disséminés, voire perdus irrémédiablement ou détruits, amendés parfois avec les meilleures intentions du monde par ses enfants Theodore et Harriot, posent de redoutables problèmes au chercheur et à la chercheuse, problèmes aggravés dans le cas de l’autobiographie. On sait depuis les travaux de Philippe Lejeune1 en France que ce genre littéraire lui-même implique de la part du lecteur un état de légitime défiance à l’égard d’un texte tout à la fois conservateur et révolutionnaire. Ces données théoriques s’appliquent au texte d’Elizabeth Cady Stanton, où leur prise en compte s’impose avec une urgence accrue. Dans sa postface à l’édition de 1993 de Eighty Years & More2, Ann D. Gordon explique comment l’ouvrage fut fabriqué à partir de divers articles, et du journal intime de l’auteur. Elle retrace de manière très éclairante l’histoire d’une reconstruction artistique au service de la cohérence d’un message à transmettre. On a pu souligner les silences relatifs de l’ouvrage, quant aux Indiens d’Amérique ou aux immigrants, ou le peu de place laissée à la mère. Ce travail de reconstruction implique donc oublis ou diverses formes d’autocensure, qui incitent à une lecture prudente3.

  • 4 « Young savages » est l’expression utilisée par Elizabeth Cady Stanton elle-même, p. 163.

4Se pose en outre la question de la nature des textes empruntés à l’autobiographie, et de leur pertinence. Ce récit de vie abonde en savoureuses anecdotes, multiples plaisirs et détails de la vie quotidienne, dont l’évocation pourrait sembler n’avoir pas sa place ici. On lit sans déplaisir les pages consacrées au bon temps de l’insouciance juvénile, aux premiers émois amoureux, aux frasques des « jeunes sauvageons » qu’étaient les fils aînés d’Elizabeth Cady Stanton mettant parfois en péril la vie de leurs jeunes frères4. Mais à chaque ligne transparaît la malicieuse délectation d’une mère aimante aux principes éducatifs peu orthodoxes, toujours consciente de la gravité des activités qu’elle mène dans un cadre apparemment peu propice à la réflexion et aux objectifs éminemment sérieux :

  • 5 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 164.

C’est au milieu de ces scènes tellement stimulantes que Mlle Anthony et moi rédigions des discours en vue de conventions consacrées à la lutte contre l’alcoolisme, à l’abolition de l’esclavage, à l’éducation, et aux droits de la femme. C’est là que nous mettions en forme résolutions, protestations, appels, pétitions, rapports sur l’agriculture, et arguments constitutionnels ; car c’était pour nous affaire de conscience que d’accepter toutes les invitations à parler de toutes les questions, afin de défendre le droit des femmes à le faire.5

  • 6 Voir E. C. Dubois, introduction à E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. xxiii.
  • 7 Voir L. A. Willis, Voices Unbound…, p. 41.

5Nombre d’historiennes et d’historiens, tels Ellen Carol Dubois, ont rendu hommage à cet entrelacs de tonalités diverses qui jamais ne font oublier la valeur de l’ouvrage dans le cadre de la naissance du féminisme américain et l’incessant combat de son auteure pour le droit des femmes à l’égalité6. Pour sa part, Eric Foner, sur la quatrième de couverture de l’édition de 1993, affirme que « la lecture de ce livre puissant est essentielle pour quiconque voudrait comprendre non seulement les origines du mouvement pour les droits de la femme, mais aussi la nature de la société américaine à l’époque de Stanton ». Lucindy A. Willis de son côté met l’accent sur l’apparente ambivalence d’un récit de vie qui ne saurait abuser personne quand elle fait remarquer que « l’on a pu parfois déclarer que l’autobiographie traite de Stanton dans son rôle d’épouse et de mère, mais en vérité, il s’agissait de la vie d’une féministe »7. Là plus que partout ailleurs se trouve justifié le titre ci-dessus, libre adaptation du célèbre « on ne naît pas femme, on le devient » de Simone de Beauvoir. Certes Elizabeth Cady Stanton dans la courte préface qui précède le texte de Eighty Years & More affirme sans ambages :

  • 8 Cette préface porte la date de septembre 1897 dans le texte d’Elizabeth Cady Stanton.

L’histoire de ma vie privée en tant qu’épouse d’un réformateur convaincu, en tant que maîtresse de maison enthousiaste, fière de ses talents dans tous les domaines de l’économie domestique, et en tant que mère de sept enfants, peut amuser le lecteur et lui rendre service.
Il trouvera les incidents qui ont marqué ma carrière publique comme dirigeante de la réforme la plus importante lancée à ce jour à la face du monde – l’émancipation de la femme – dans History of Woman Suffrage.8

6Mais rien n’oblige le lecteur à se conformer à ce mode d’emploi des textes, et les trois extraits retenus, quoi qu’elle en dise, sont riches d’enseignements bien au-delà de la sphère privée.

  • 9 Ultime espoir, un autre Eleazar Livingston naquit en 1827 et mourut en 1828.

7Le premier texte, emprunté à l’autobiographie, évoque le point culminant d’un drame familial, et est placé sous le signe du deuil. Le juge Daniel Cady et son épouse Margaret Livingston donnèrent naissance à onze enfants, dont six moururent avant d’atteindre l’âge adulte, et la maisonnée ne compta jamais plus de six enfants vivants à la fois. La fréquence de telles morts au début du XIXe siècle où le taux de mortalité infantile était particulièrement élevé ne diminuait en rien la douleur des parents. En 1814, année où il fut élu au Congrès des États-Unis, Daniel Cady perdit deux fils, tous deux prénommés Daniel, l’un âgé de huit ans, l’autre de moins d’un an. Leur frère aîné, James, était mort déjà, en 1809, en bas âge lui aussi. Les Cady mirent au monde cinq garçons, dont un seul, Eleazar (quatrième enfant et deuxième fils) vécut jusqu’à l’âge adulte. Son diplôme acquis à Union College en 1826, il allait décéder quelques semaines plus tard, à l’âge de vingt ans. Avec cette disparition brutale, tous les espoirs fondés par le juge en cet héritier mâle s’écroulèrent9. Elizabeth avait alors à peine onze ans, et cette tragédie allait laisser sur elle une empreinte indélébile.

  • 10 Tout au long de sa vie, Elizabeth Cady Stanton manifestera un goût prononcé pour les jeux de socié (...)
  • 11 Pour ces détails biographiques, voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 6-9.
  • 12 Ce pensionnat pour jeunes filles avait été fondé par Emma Willard en 1821, à Troy, dans l’État de (...)
  • 13 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 35.

8L’évocation mélodramatique de cet épisode revient dans tous les écrits à tonalité autobiographique laissés par Elizabeth Cady Stanton. L’enfant se retrouve au centre d’une famille effondrée, dont la mère se réfugie dans la dépression et le père agonise de douleur. Le souci obsédant de la jeune Elizabeth sera de faire l’impossible pour le consoler. D’où les bonnes résolutions mentionnées dans le texte. L’entourage l’aide dans la réalisation de ses projets. Grâce au Révérend Simon Hosack elle apprend le grec, les mathématiques, et à jouer aux échecs10. Edward Bayard qui avait épousé sa sœur Tryphena six mois après la mort d’Eleazar lui apprit à monter à cheval, et l’initia à la philosophie. Les étudiants en stage dans l’étude de son père aimaient à la taquiner (« Anthologie », texte 2, p. 94), mais l’entraînaient aussi aux subtilités de l’argumentation. Elle put en outre lire tout ce quelle voulait dans la bibliothèque de son père11. Sous la tonalité pathétique de la scène relatée, affleurent des éléments positifs, qui allaient s’avérer déterminants par la suite. Dans un tel environnement, la jeune Elizabeth bénéficiait d’une éducation qui n’était guère à la portée des jeunes filles de son temps, et que les résolutions prises alors ne firent que stimuler encore. Elles lui sont inspirées par une volonté farouche de voir aboutir les objectifs que dans la douleur elle se fixe, volonté que l’on retrouvera jusqu’à son dernier souffle. Néanmoins, son souhait, pour consoler son père, de remplacer son frère et d’acquérir tous les talents qui caractérisaient un garçon ou un homme en ce temps-là n’est pas sans ambiguïté. Décidant d’être « savante » et « courageuse », elle cède aux stéréotypes relatifs aux définitions des deux genres, masculin et féminin, et renie bien involontairement ce qui pourrait faire la spécificité de son sexe. Il ne s’agit pas encore pour elle d’avoir les mêmes droits que les hommes, mais de devenir comme eux, et de rivaliser avec eux sur leur propre terrain, sans remettre en cause les préjugés qui en faisaient une espèce à part, et supérieure. La tentation du mimétisme n’est que l’amorce bien timide du féminisme à venir. L’épisode la conforte dans certaines illusions induites par la société du début du XIXe siècle. Elle se croit en outre investie d’une mission, et les paroles de son père qui tombent comme un couperet pourraient être interprétées comme l’expression des espoirs qu’il fonde, malgré tout, en cette fille hors du commun, mais aussi celle d’une évidence décourageante : quoi qu’elle fasse, la nature prime, et elle n’est pas un garçon. Cinq ans plus tard, dérouté et gêné par le comportement d’Elizabeth, non conforme aux préceptes de la sphère féminine telle que définie par les presbytériens conservateurs et aux qualités que l’on devait trouver chez une vraie femme, il ne comprit guère la frustration de sa fille à l’idée de n’être pas admise à l’Université. Il se résignera seulement à la voir entrer au Troy Seminary d’Emma Willard12 où serait rétabli l’ordre des choses. Dans ce qu’elle appelle non sans une pointe d’ironie « la Mecque de l’intellect », lui seront inculquées les qualités et les compétences attendues d’une jeune fille de son époque même si les projets pédagogiques d’Emma Willard étaient, à l’époque, indéniablement novateurs. Ce sera le début d’une scolarité sans garçons, ce dont Elizabeth Cady allait souffrir. D’où le titre « Girlhood » (L’être fille) choisi pour le chapitre iii de l’autobiographie13. Il signe la fin des illusions, mais aussi le début de la lucidité et de la colère. Après sa volonté d’être « comme un garçon » par amour pour son père, ce choc salutaire, voire cet électrochoc de la réaction du juge Cady rapportée dans le premier texte retenu marqua le début d’une colère qu’il allait falloir peu à peu rendre constructive.

  • 14 Ibid., p. 31-33.

9Un autre épisode, souvent relaté par Elizabeth Cady Stanton, allait s’avérer également formateur, et agir comme catalyseur. Dans sa belle structure, le deuxième texte traduit14, de la naïveté d’une jeune enfant, aboutit en son terme à la définition d’un destin. Du poste d’observation et d’écoute privilégié que constituait le bureau de son père, voisin du domicile familial, l’enfant eut maintes occasions d’être sensibilisée à la situation des femmes, témoin qu’elle était de leurs plaintes et de leurs pleurs. Ainsi Flora Campbell, mentionnée dans l’épisode rapporté, et qui fournissait la famille Cady en produits de la ferme, vit après la mort de son mari ses biens échoir à son fils qui ne fit preuve d’aucune bonté à l’égard de sa mère. Côtoyant tant de désarroi, la jeune Elizabeth est submergée d’indignation, de compassion, mais aussi d’incompréhension face à l’impuissance du juge Cady, dont le métier, selon elle, devrait pourtant être de résoudre tous ces problèmes. Ici affleurent, bien que discrètement, la déception et les dommages subis par l’image paternelle.

  • 15 Frère d’Edward Bayard, lequel lequel épousa Tryphena, l’une des sœurs aînées d’Elizabeth. Les deux (...)

10Le fantasme enfantin de repérage, puis de découpage des livres du juge où se trouvent inscrites toutes ces lois infâmes est alimenté par la naïveté d’une jeune fille espiègle qui ignore tout de ce qu’est le droit. Elle confond ces livres de loi avec des recueils de contes pour enfant où il suffirait de découper la silhouette du grand méchant loup pour l’oublier à force de ne plus le voir. Elle ne perçoit peut-être tout d’abord que le désir de la taquiner dans les propos d’Henry Bayard15, en stage chez le juge, peu impressionné par ces colifichets dont elle est si fière. Mais sous les propos de cet étudiant nourri du droit coutumier anglais hérité de William Blackstone, se niche un rappel à la loi qu’elle n’a pas encore les moyens de comprendre. En ce sens, le rôle du père mis en scène dans ce passage est primordial.

11On remarque qu’il descend pour elle de ses rayons les livres sur lesquels il s’appuie dans son activité, manière d’indiquer qu’il n’est pas responsable de ce qui la choque tellement. En eux s’administre la preuve de son véritable rôle : il est le serviteur de la loi ; il n’en est pas le créateur. La leçon dépasse sans doute Elizabeth dans l’instant, mais le geste vise à dissiper un malentendu. Le père, à sa façon, se justifie aux yeux de sa fille tellement déçue de voir qu’il n’agit pas pour redresser tous ces torts dont la liste résonne quotidiennement à ses oreilles. En outre, tout en feignant de ne pas connaître le secret de sa fille, au lieu de la tancer pour nourrir d’aussi absurdes desseins, il joue admirablement ici son rôle de pédagogue. Il lui prodigue une belle leçon de démocratie, véritable discours de la méthode. Il tente de lui faire comprendre la vanité de ce geste destructeur auquel, rebelle généreuse et indignée, elle aspire. Il lui explique ce qu’elle devra faire si elle veut que change la loi et que disparaissent ces injustices relatives à la situation des femmes. Dans une république démocratique, le seul moyen d’y parvenir implique qu’elle agisse directement auprès des législateurs, représentants élus des citoyens américains. Rêve fou pour une femme dans le contexte des États-Unis en ce début du XIX e siècle. Mais rêve prémonitoire : le juge trace pour sa fille un destin, et ses propos sont l’esquisse de ce que sera l’intervention d’Elizabeth Cady Stanton auprès des membres du Congrès de l’État de New York en 1854, en un discours célèbre et ravageur, rapporté en très grande partie dans le dernier texte présenté.

  • 16 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 29, et « The champion of social reform. Elizabeth C (...)

12On a pu parfois douter de l’authenticité absolue de l’événement brièvement commenté à l’instant16, mais il est lourd de sens. Les ciseaux de la jeune Elizabeth finalement sont la représentation objective et métaphorique des coups de boutoir qu’elle allait porter à la domination masculine dans maintes interventions au cours de sa carrière de féministe. Elle allait poursuivre la tâche que lui assigne ici ce père dont l’influence sur elle ne peut être niée. Et cette obéissance à la voie tracée peut se lire comme un superbe hommage, et la preuve d’un amour filial que les désaccords parfois tumultueux qui allaient les opposer ne parvinrent jamais à anéantir.

  • 17 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, chap. v, p. 71-91, et p. 79-83 pour l’extrait lui-même. Pour (...)
  • 18 Voir par exemple E. Griffith, In Her Own Right…, p. 34-37.

13« Our Wedding Journey », titre du chapitre dont le troisième texte est extrait, sous cet enrobage trompeur et malicieux, illustre à merveille la tension entre l’anecdotique, le très personnel, et le politique qui caractérise l’autobiographie17. Contrairement à l’apparente mise au point d’Elizabeth Cady Stanton dans la préface de cet ouvrage, il n’est pas nécessaire de se référer à son History of Woman Suffrage où l’épisode est pourtant relaté, pour comprendre l’importance de la Convention mondiale contre l’esclavage organisée à Londres en juin 184018. Certes Elizabeth et Henry Stanton embarquèrent le 12 mai à bord du Montreal, immédiatement après la célébration de leur mariage. Mais récit de vie et plaidoyer politique se fondent en ces pages cruciales, en un mélange particulièrement visible dont l’extrait retenu constitue un échantillon révélateur. Les résonances du texte sont multiples pour tout lecteur soucieux à la fois de mieux comprendre Elizabeth Cady Stanton, accompagnatrice de son mari abolitionniste délégué à la Convention, et certains aspects des débats qui agitaient l’Amérique en cette première moitié du XIXe siècle.

  • 19 Wendell Phillips (1811-1884), juriste diplômé de Harvard, remarquable orateur, abolitionniste coll (...)
  • 20 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 127-128.

14Les Américaines qui avaient fait la traversée pour participer à la convention de Londres étaient dûment accréditées par leurs organisations antiesclavagistes issues de deux délégations, l’une de Philadelphie, comme Lucretia Mott, l’autre de Boston, dont l’épouse de Wendell Phillips19. On imagine aisément leur stupeur quand, au terme de débats houleux qui visèrent d’abord à leur interdire totalement l’accès aux réunions, elles furent, bien à contrecœur, tolérées, à l’écart, sans le droit de prendre la parole. On perçoit aussi l’indignation d’Elizabeth Cady Stanton qui les évoque en une liste où chaque nom résonne comme un coup au cœur. La jeune Elizabeth semble néanmoins surestimer la liberté dont ces femmes jouissaient dans les associations antiesclavagistes de leur pays d’origine. La réunion annuelle de l’American Anti-Slavery Society en 1839 avait été un précédent aux palabres qui la révoltent ici. Pendant deux jours on se demanda alors si l’on ne pourrait pas substituer le mot persons à men au cours des discussions pour permettre aux femmes de participer. Ce point étant acquis, on vota pour savoir si elles pourraient parler, faire partie de comités, et exercer des responsabilités au sein de l’organisation20. On n’en finissait plus de multiplier, les uns après les autres, les obstacles à l’exercice de leur liberté. Il arriva même que le résultat d’un vote ne mît pas fin aux réticences. Ainsi en mai 1840, par un vote très nettement majoritaire Abby Kelley fut élue avec quelques hommes à la commission économique de l’American Anti-Slavery Society. Plus de trois cents hommes, indignés, quittèrent alors l’association pour former un groupe dissident. De tels comportements conduisirent à la création d’associations réservées aux femmes, auxquelles le texte fait allusion.

  • 21 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 81.
  • 22 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 32.

15Les déléguées présentes à Londres furent soutenues par quelques femmes anglaises nommées ici. Mais le geste le plus marquant fut la décision de William L. Garrison et de Nathaniel P. Rogers de se tenir à l’écart des débats et de rester assis auprès des femmes, dans la galerie où elles se trouvaient à l’abri des regards. Le premier en particulier, arrivé en retard au milieu d’un débat qui lui parut surréaliste, exposa au grand jour la contradiction flagrante entre son combat de longue date pour la liberté et l’émancipation des esclaves, et le sort fait aux femmes dont il ne pouvait en conscience se rendre complice21. Son geste, et l’ensemble du texte, jettent une lumière discrète mais indubitable sur les points qui divisaient les abolitionnistes. Dès 1838 Garrison avait contribué à la création de la New England Non-Resistance Society (dont les membres étaient pour moitié des femmes) qui prônait une opposition à toute forme de violence, et à tout gouvernement qui userait de la force. Les membres de cette association refusèrent parfois de voter, et considéraient que la moral suasion (persuasion morale) était préférable à l’action politique. Ils souhaitaient lutter contre le racisme qui rendait l’esclavage possible, et avec Garrison ou Wendell Phillips considéraient la Constitution des États-Unis comme un document inspiré par les propriétaires d’esclaves. Leur position avait le soutien de nombreuses femmes qui de toute manière ne pouvaient voter, ainsi que des quakers pacifistes. En désaccord avec eux, un autre groupe d’abolitionnistes avait à sa tête Henry Stanton, Theodore Weld, James Burney (ancien esclavagiste converti par Weld lui-même), et Gerrit Smith qui lui donna le nom de Liberty Party, lequel présenta sans succès James Burney aux élections présidentielles en 1840. Pour ce groupe l’action devait être avant tout politique, le vote était un devoir absolu, et ces abolitionnistes plus conservateurs évitaient soigneusement de mêler à leur argumentation la réflexion sur le racisme ou la condition des femmes22.

  • 23 Ibid., p. 36-37.

16Dans un contexte de divisions entre abolitionnistes, et compte tenu de ses positions anti-garrisoniennes, on peut s’interroger sur le sens du discours que Henry Stanton, si l’on en croit le récit de son épouse, aurait fait pour soutenir les femmes. Qu’il ait joué un double-jeu n’est pas exclu, ainsi que certains l’affirmèrent, et ainsi que ses louvoiements et volte-face dans la suite de sa carrière peuvent le suggérer23. À Londres en juin 1840, pour reprendre les termes d’Elisabeth Griffith : « l’ennemi de Henry devint le héros d’Elizabeth ». Elizabeth, au moment où elle rédige son autobiographie, choisit de ne retenir que l’intervention bienveillante de son mari. Lucide, Lucretia Mott, elle, non seulement partage l’indignation de Garrison, mais nourrit déjà des doutes sur le soutien que les femmes peuvent attendre des abolitionnistes aux côtés desquels elles s’étaient battues. Doutes prémonitoires, clairvoyance de la femme d’expérience, de vingt-deux ans l’aînée d’une Elizabeth Cady Stanton qui avait tout à apprendre et subit à Londres un véritable rite d’initiation.

  • 24 Elias Hicks (1748-1830) prédicateur très populaire un peu partout aux États-Unis. Il voyagea égale (...)

17Cette reconstruction de l’épisode laisse transparaître une désapprobation particulièrement vive de la conduite des membres du clergé. Plus que d’autres encore ils s’opposaient en effet à la participation des femmes à la Convention et à leur prise de parole, conformes en cela aux enseignements, entre autres, de l’apôtre Paul. Et plus que d’autres également ils étaient effarouchés à l’idée d’une telle promiscuité entre hommes et femmes. Elizabeth Cady Stanton ne les ménage pas, et ses propos dénotent un anticléricalisme qui ira grandissant chez elle, son choix de la raison comme éminemment supérieure au fanatisme religieux, et annoncent le geste ultérieur et sacrilège qui allait lui inspirer ses commentaires de la Bible. Sa question à Lucretia Mott au moment où Joseph Sturge, quaker, se retrouve président de séance, semble indiquer qu’elle nourrit encore quelques espoirs en l’influence de ce groupe religieux. Dans les dernières lignes de l’extrait, relatives à sa découverte admirative des immenses qualités de Lucretia Mott et à ses échanges avec elle, on peut percevoir la désunion des Amis à ce moment de leur histoire. Lucretia Mott, ministre quaker depuis 1821, fut la première femme que Stanton entendit prêcher en public, dans une chapelle unitarienne. Mariée à James Mott en 1811 et mère de six enfants, elle adopta tout au long de sa vie la tenue stricte des quakers, mais ce conformisme vestimentaire ne l’empêcha pas de ronger son frein, et d’adopter des positions qui la rendirent suspecte aux yeux des quakers orthodoxes. Il s’agit là des séquelles d’un schisme qui depuis 1827 séparait ces derniers et ceux qui, comme Mott elle-même, adoptèrent les vues d’Elia Hicks24. Ce prédicateur itinérant, originaire de Long Island, sema le trouble parmi un groupe religieux jusque-là plutôt paisible. Les hicksites rejetaient l’autorité arbitraire des aînés, croyaient en une relation directe entre Dieu et toute conscience individuelle, et affirmaient qu’hommes et femmes étaient dotés des mêmes qualités spirituelles. Leur position faisait encore figure d’hérésie en 1840, l’insistance sur une certaine égalité entre hommes et femmes n’étant pas le moindre de leurs défauts aux yeux des orthodoxes, et n’étant pas la moindre de leur qualité aux yeux de Lucretia Mott.

  • 25 Cité dans E. Griffith, In Her Own Right…, p. 175-176.
  • 26 Mentionné dans B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 127.
  • 27 Voir J. Wellman, The Mystery of the Seneca Falls…, p. 30.

18Au terme de son voyage de noces, Elizabeth Cady Stanton avait amorcé sa conversion progressive au féminisme. Lucretia Mott allait devenir une sorte de maître à penser dont elle n’eut cependant jamais ni la modestie ni le calme. Dans l’impossibilité de se rendre à Philadelphie pour assister aux obsèques de Mott décédée le 11 novembre 1880, elle confia à son journal des notes qui en témoignent : « J’ai formé le vœu, comme bien des fois auparavant, d’imiter son noble exemple. »25 Autour d’elles aussi se trouvaient d’autres femmes insoumises à travers lesquelles Elizabeth Cady Stanton découvrit un écho à ses doutes et à son mécontentement. Elle venait de rencontrer des sœurs en frustration, et s’ouvrit pour la première fois peut-être à un sentiment de solidarité féminine. De Lucretia Mott elle venait d’apprendre qu’il était possible d’allier « la haine de la subordination de la femme et la loyauté à l’égard de son sexe »26. La décision prise par Mott et Stanton de former une organisation de défense des droits des femmes n’allait pas voir le jour avant 1848. Néanmoins, même si Elizabeth, à l’issue de la Convention, n’était pas encore la militante radicale qu’elle allait devenir, même si pour l’instant elle n’est qu’observatrice de tristes événements, on peut considérer, à la lecture de ce texte, qu’elle était dès 1840 prête à épouser la cause. Elle n’est plus la petite fille qui rêve d’imiter les garçons et les hommes. Quant à la Convention elle-même, l’une des ironies de l’histoire fut qu’elle laissa dans les esprits une trace beaucoup plus durable pour l’avenir du féminisme aux États-Unis que pour ce qui en avait fait l’objet initial, à savoir, la dénonciation de l’esclavage27.

19De manière significative, dans History of Woman Suffrage, le chapitre où se trouve relaté en détail l’épisode londonien, après sa mise en lumière des relations naissantes entre Lucretia Mott et Elizabeth Cady Stanton, se termine sur deux phrases qui méritent d’être citées ici :

  • 28 E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, chap. iii, p. 62. L (...)

Ainsi la mission visant à l’émancipation de la femme au « pays de la liberté et sur la terre des êtres de courage » connut en ce moment et en ce lieu son point de départ. […] On peut considérer que le mouvement en faveur du droit de vote pour les femmes, à la fois en Angleterre et en Amérique trouva en cette convention contre l’esclavage sa date de naissance.28

20La lettre retenue comme quatrième texte, adressée à son amie Rebecca R. Eyster en 1847, appartient à la période post-londonienne au cours de laquelle une dose de féminisme se trouve instillée peu à peu dans les propos et la correspondance d’Elizabeth Cady Stanton. Si le discours n’est pas d’une clarté aveuglante dans ses premières lignes, peu à peu la tonalité et les idées majeures s’affirment avec vigueur. Cette lettre se situe dans la droite ligne de signes qui déjà avaient révélé la nature rebelle de son auteure. Au cours de la cérémonie de son mariage, en 1840, elle avait refusé de promettre obéissance à son époux, en accord avec ce dernier. Il s’agit ici de revendiquer pour la femme le droit de garder un nom qui la distingue en tant qu’être autonome, et non comme propriété d’un maître dont l’identité gommerait la sienne. Si l’on en croit un texte plus long, retrouvé dans les manuscrits détenus par son fils Theodore Stanton, elle fut encouragée en cet acte d’affirmation de soi par Theodore Weld, et approuvée par Henry B. Stanton lui-même :

  • 29 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, note 20, p. 237. « Outré », conservé ici, est le terme employ (...)

Peu de temps après mon mariage, Theodore Weld me dit : ne permets à aucun de tes correspondants de t’insulter en adressant leurs lettres à Madame Henry B. Stanton. Je suivis son conseil… En outre, j’ai discuté cette question avec mon mari et il me dit qu’il serait tout à fait outré que nous apparaissions dans les journaux avec des titres ou des noms d’hommes.29

  • 30 Sa réflexion repose alors sur les deux dimensions de l’identité analysée beaucoup plus tard, de ma (...)

21Cette préoccupation, que l’on retrouve dans d’autres textes, témoigne d’une réflexion sérieuse et en voie de maturation sur le lien étroit entre nom et identité. À ce stade de son évolution, Elizabeth qui avait commencé à percevoir, à Londres, ce qui la rapprochait d’autres femmes alors rencontrées, affirme peu à peu le droit, pour chacune d’elle, à une identité individuelle propre30. Le concept ici posé, fondement de la revendication exprimée dans la lettre citée, établit un parallèle lourd de sens entre la situation de la femme qui accepterait de disparaître derrière le nom de son époux, et l’esclave qui reçoit pour nom celui de son propriétaire. Se trouve confirmé ici le refus, pour Elizabeth Cady Stanton, de considérer qu’elle est devenue propriété de son époux, et l’on devine alors ce qui la conduira ultérieurement à des propos peu conformes à l’air du temps sur le sens du mariage, menace d’aliénation pour la femme. Ses propos introduisent aussi une homologie entre le sort des esclaves et celui des femmes, source d’une métaphore souvent utilisée par les abolitionnistes, comme par les féministes, et dont les avatars allaient parfois surprendre en fonction du but poursuivi à travers son utilisation. Pour l’heure, en 1847, Elizabeth Cady Stanton est convaincue qu’un même combat unit esclaves et femmes, et que seule l’émancipation des uns et des autres serait digne des idéaux fondateurs de la république américaine.

  • 31 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 91.
  • 32 Jusqu’au XXe siècle, on donna le nom de « Lucy Stoners » aux femmes qui gardèrent leur nom de jeun (...)
  • 33 Voir le texte de ce discours dans L. A. Willis, Voices Unbound…, p. 42-43. Il est également reprod (...)

22Lucretia Mott elle-même, tout d’abord un peu réticente, allait approuver la volonté d’Elizabeth Cady Stanton de garder à la fois son prénom et son nom de jeune fille31. Lucy Stone, autre réformatrice du cérémonial du mariage quand elle épousa Henry Blackwell en 1855, allait suivre le même chemin, de manière un peu plus radicale encore puisqu’elle renonça tout à fait au nom de son mari, et fit école en la matière32. Cette question de la signification symbolique de la nomination, et le parallèle établi avec le sort des esclaves, furent maintes fois repris et approfondis par Elizabeth Cady Stanton, notamment dans son discours au Congrès de New York en 186033. Sujet sérieux, donc, préoccupation intellectuelle majeure pour elle, et non allusion anecdotique, ni suite anodine à une conversation en forme de désaccord avec l’amie à qui s’adresse la lettre citée.

« Demander le maximum » : Seneca Falls

  • 34 En écho à la Boston Tea Party de décembre 1773, organisée par les Fils de la Liberté dirigés par S (...)
  • 35 Pour cette mise au point, voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 51-55, mais aussi E. C. Stanton, (...)

23Le cinquième texte traduit scelle la véritable nature de ce que l’on pourrait appeler la Seneca Falls Tea Party34, alors qu’il s’agissait initialement d’une simple réunion d’amies invitées à prendre le thé chez Jane et Richard Hunt, riches quakers, à Waterloo, à trois milles à l’ouest de Seneca Falls. Étaient présents en ce jour de juillet 1848, les propriétaires des lieux, mais aussi Lucretia Mott (que Stanton revoyait pour la première fois depuis l’épisode de Londres), sa sœur Martha Coffin Wright, Mary Ann McClintock, et Elizabeth Cady Stanton elle-même. Ces femmes n’étaient pas les vieilles filles aigries, les femmes sans enfants, les divorcées, les victimes d’hommes tyranniques ou dépravés que certains journaux se plurent à évoquer35.

  • 36 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 147-148.

24Elizabeth Cady Stanton, installée depuis 1847 à Seneca Falls où son époux avait maintenant son étude, se trouva prise au piège de maternités répétées, désemparée, maîtresse de maison solitaire, surmenée et désenchantée après les années passées dans le contexte culturel stimulant de Boston où elle crut pour un temps pouvoir tout contrôler. Elle souffrit, entre autres, de la « famine intellectuelle » qu’elle évoque dans son autobiographie et éprouvait ce « sain mécontentement, premier pas vers le progrès » d’une citation empruntée à Emerson qu’elle se plaît à convoquer dans son texte36. Elle découvrit alors le sort de maintes femmes, et l’état d’assujettissement qui faisait obstacle à tout épanouissement, découverte décisive pour la suite des événements, de son propre aveu :

  • 37 Ce passage de Eighty Years & More…, p. 147-148, est également cité par Theodore et Harriot Stanton (...)

J’ai alors entièrement compris les difficultés pratiques auxquelles la plupart des femmes se trouvaient confrontées dans leurs foyers isolés, et l’impossibilité pour la femme d’un plein développement si elle passait la majeure partie de sa vie au contact de domestiques et d’enfants. […] Le vaste mécontentement que m’inspirait le sort de la femme en tant qu’épouse, mère, maîtresse de maison, médecin et guide spirituel, les conditions chaotiques dans lesquelles tout sombrait en l’absence de sa vigilance de tous les instants, et l’air fatigué et inquiet de la majorité des femmes, tout cela m’imprégna du vif sentiment qu’il fallait prendre des mesures effectives pour remédier aux injustices de notre société en général, et à celles qui touchaient les femmes en particulier. L’expérience que j’avais vécue à la Conférence mondiale contre l’esclavage, tout ce que j’avais lu sur le statut juridique des femmes, et l’oppression que je découvrais de toutes parts, tout convergeait et envahissait mon être avec une intensité accrue maintenant par ma vie personnelle. On aurait dit que tous ces éléments avaient conspiré afin de me pousser à faire avancer les choses. Je ne savais pas quoi faire, ni par où commencer – la seule idée qui me vint fut celle d’une réunion publique de protestation et de discussion.37

  • 38 « Anthologie », texte 5 (p. 104), traduction de l’intégralité de l’annonce publiée par le Seneca C (...)

25Avec le thé elle déversa sa colère, et son humeur s’avéra contagieuse chez ses amies qui, sensibilisées par les dissensions entre abolitionnistes et entre quakers (Lucretia et sa sœur avaient opté pour les vues des hicksites) dès qu’il s’agissait des droits des femmes, se montrèrent réceptives à ses épanchements. C’est ainsi que les dames réunies pour prendre le thé se transformèrent en conjurées. Elles rédigèrent le soir même l’annonce d’une convention pour débattre des droits des femmes, démarche fréquente chez les réformateurs qui aimaient à organiser des réunions propices à la diffusion de leurs idées, et qui leur permettaient de faire le bilan des forces sur lesquelles ils pouvaient compter. Un texte fut donc rédigé, puis transmis à Nathan Milliken, rédacteur en chef du Seneca County Courier qui le publia dès le lendemain38. La convention se tiendrait les 19 et 20 juillet. L’annonce en fut reprise et publiée par l’Ovid Bee, le 14 juillet, ainsi que par le North Star, journal de Fredrick Douglass auquel il avait été envoyé par Lucretia Mott elle-même.

  • 39 Pour ce point, voir les notes d’accompagnement du texte 5.

26Le choix de la Wesleyan Chapel comme lieu de réunion n’était pas le fruit du hasard. Construite en 1843 à l’initiative de méthodistes dissidents, cette chapelle fut conçue comme un havre de liberté religieuse et de libre parole, et accueillit de nombreux réformateurs, parmi lesquels ceux qui luttaient contre l’alcoolisme, mais aussi les abolitionnistes39. Non signé, le texte met en vedette le seul nom de Lucretia Mott, déjà fort connue et respectée, et susceptible de jouer à elle seule le rôle d’argument promotionnel. On peut remarquer aussi que ce texte court fixe clairement les règles, quant à l’identité des personnes invitées à participer : le premier jour devait être réservé aux femmes, et le deuxième s’ouvrir aux hommes également. La leçon douloureuse de Londres en 1840 avait laissé des traces, et l’on souhaite ici ne tromper personne, et ne pas renouveler l’expérience de ce piège qui se referma sur les déléguées de la Convention mondiale contre l’esclavage.

  • 40 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 87, et note 4, p. 247. Lettre de Lucretia Mott à Elizabeth (...)

27Il est indubitable que quelle que fût la colère d’Elizabeth Cady Stanton ou la véhémence de ses propos, elle fut encouragée dans sa démarche par l’approbation et l’enthousiasme de ses amies. Elle seule n’eût sans doute pas suffi à déclencher les événements qui suivirent, et l’on peut éventuellement la soupçonner d’avoir magnifié le rôle qu’elle a joué en cette mémorable journée de juillet 1848 dans le compte rendu qu’elle en fournit dans son autobiographie. Néanmoins, à l’inverse, son rôle moteur ne peut être sous-estimé, ainsi que Lucretia Mott elle-même, fiable entre toutes, allait le lui rappeler en 1855 afin de la persuader de poursuivre dans la voie qu’elle contribua à ouvrir de manière décisive : « Dans le travail qui t’attend, tu dois être juste envers toi-même. Rappelle-toi que c’est toi qui fut à l’origine de la première convention. » Ainsi se trouvait affirmé son rôle de pionnière40.

  • 41 « Anthologie », texte 6 (p. 105).
  • 42 Voir E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, p. 68 : « They (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Lettre publiée dans maintes anthologies sous le titre de « Remember the Ladies », et dans laquelle (...)

28Quelques détails sur les conditions de son élaboration permettent de mieux comprendre et apprécier la Déclaration de sentiments et les Résolutions, textes issus de la Convention de Seneca Falls, et traduits intégralement41. Le matin du dimanche 16 juillet 1848, on se retrouva dans le parloir de la maison des McClintock, à Waterloo, pour organiser la convention annoncée. Il s’agissait, donc, avant tout, de rédiger un texte, et de prévoir les sujets qui seraient débattus. Seule Lucretia Mott, parmi les femmes engagées dans le projet, avait l’expérience de la prise de parole en public. Aucune n’avait l’expérience de l’organisation de conventions ou de la rédaction de textes analogues à celui qu’elles envisageaient. Elles disposaient de peu de temps avant le début de la convention, ce qui ajouta à leur désarroi. Désemparées, elles le furent, aussi « désarmées et désespérées que si on leur avait soudain demandé de construire une machine à vapeur »42. En quête d’inspiration et de modèles, elles se tournèrent d’abord vers divers textes rédigés par des hommes, notamment les rapports de diverses conventions en faveur de la paix, de la lutte contre l’alcoolisme, du combat contre l’esclavage. C’est avec un certain sentiment de honte, que l’aveu de ce premier élan allait, beaucoup plus tard, affleurer dans quelques lignes de History of Woman Suffrage que l’on lit maintenant avec un amusement mêlé de tendresse43. De la lecture attentive de ces écrits, elles tirèrent la conclusion qu’ils étaient trop timorés et trop conciliants pour le lancement de ce qu’elles concevaient comme une révolte qui dépasserait tout ce que le monde avait vu jusque-là. Elles se posèrent en cet instant en dignes héritières d’Abigail Adams et de la menace de rébellion qu’elle adressa à son époux John Adams en une lettre du 31 mars 1776 restée célèbre44. De manière significative, c’est bien cet esprit des toutes premières heures de la révolution américaine qu’elles allaient ressusciter lorsque la Déclaration d’indépendance de juillet 1776, lue à voix haute par Elizabeth Cady Stanton, leur parut être l’instrument le plus adéquat. L’idée était née de l’utiliser pour le parodier en l’adaptant à la cause des femmes.

  • 45 Voir J. Wellman, The Mystery of the Seneca Falls…, p. 56. Le déroulement des opérations au cours d (...)

29Les craintes éprouvées par les organisatrices allaient perdurer. Mais la convention allait se dérouler de manière beaucoup plus agréable que prévu, et l’affluence dépassa tous les espoirs. Trois cents personnes environ assistèrent aux débats, dont quarante hommes. Le public arriva de cinquante milles à la ronde, et l’on fit salle comble à toutes les sessions. À tel point qu’Amelia Bloomer, future rédactrice en chef de The Lily, arrivée en retard, dut se contenter d’un siège au balcon45. Malgré tout, aucune femme ne se sentit le courage d’assumer la présidence des séances qui fut confiée à James Mott, époux de Lucretia. Le secrétariat fut assuré par Mary Ann McClintock, et quelques hommes, dont Fredrick Douglass, Ansel Bascom et Thomas McClintock participèrent activement aux discussions, et cela dès le premier jour. Car bien que la première journée eût été annoncée comme réservée aux femmes, les hommes présents furent néanmoins acceptés pour des raisons évoquées avec une certaine malice et une louable honnêté dans History of Woman Suffrage :

  • 46 Voir E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, p. 69.

Comme ils étaient déjà présents sur les lieux, et comme les femmes qui devaient prendre la responsabilité d’organiser la réunion, et de mener les débats, reculèrent à l’idée de faire l’un et l’autre, on décida, au terme d’une rapide consultation tenue autour de l’autel, que c’était là l’occasion pour les hommes de se rendre peut-être éminemment utiles. On tomba donc d’accord pour leur permettre de rester.46

  • 47 « Anthologie », texte 5 (p. 104).

30On ne réédita donc pas, en l’inversant, la situation de juin 1840 à Londres. Seul se posa le problème de savoir s’ils seraient autorisés à signer le texte de la Déclaration, question sagement différée jusqu’au deuxième jour où ils avaient été clairement invités47. Quand la première séance du 19 juillet s’ouvrit à 11 heures, Elizabeth Cady Stanton annonça les objectifs de la convention, aidée en cela par Lucretia Mott, habituée à parler en public, qui insista sur l’urgence de l’initiative prise. Le texte de la Déclaration de sentiments préparé essentiellement par Elizabeth Cady Stanton fut lu par cette dernière, relu et analysé paragraphe par paragraphe, et amendé sur quelques points au fil des discussions. Le lendemain, à 10 heures, on se livra d’abord à une lecture des minutes des débats de la veille. La Déclaration de sentiments fut ensuite relu, et le texte en fut adopté à l’unanimité sans trop de difficulté. Vint alors l’examen de onze résolutions, parmi lesquelles la neuvième, relative au droit de vote des femmes, donna lieu à d’âpres discussions, et ne fit pas l’unanimité. Au terme des débats, et grâce, en grande partie, à l’intervention vigoureuse de Frederick Douglass, l’ensemble des textes fut adopté et recueillit la signature de soixante-huit femmes et trente-deux hommes. Cette séance matinale arriva à son terme à quatorze heures. On se retrouva plus tard dans l’après-midi, avec une présidence assumée alors par Thomas McClintock qui donna lecture de plusieurs extraits des écrits de William Blackstone. Lucretia Mott, pour sa part, ajouta une douzième résolution à la liste prévue et proposée, et la soirée fut marquée par un discours de celle qui constituait à elle seule une véritable attraction. Elle parla alors longuement du progrès des réformes engagées dans le domaine de la paix, de la lutte contre l’alcoolisme et de l’abolitionnisme, et plus brièvement (nécessairement !) de ce qui avait trait aux droits des femmes. Ce discours remarquable selon les témoignages des personnes présentes au cours de ces journées de Seneca Falls, hélas, n’a pu être retrouvé en dépit de la vigilance de nombre de chercheurs et chercheuses.

  • 48 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 128.
  • 49 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 77. Robert Owen (1771-1858), d’origine galloise, avait (...)
  • 50 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 85. La Washington Total Abstinence Society était du (...)

31Le choix de la Déclaration d’indépendance comme modèle, ou hypotexte, ne résulta ni d’une lubie, ni d’une brusque illumination. Il fut induit par divers éléments conjoncturels de portée historique et territoriale variable. Maints réformateurs avaient songé eux aussi à s’en inspirer pour défendre leur cause, et chez certains ce texte fondateur tournait à l’obsession. Les abolitionnistes demandaient aux Américains de confronter l’existence de l’esclavage aux idéaux définis par la Déclaration d’indépendance ou la Bible48. Robert Owen fit scandale aux États-Unis quand, dans sa dénonciation de la religion, du mariage et de la propriété privée, il choisit le 4 juillet 1826, cinquantième anniversaire de l’indépendance, pour publier une Déclaration d’indépendance mentale49. La croisade menée contre l’alcoolisme dénonçait fréquemment les méfaits du King Alcohol (Roi Alcool). Ce combat tendit même à occuper la vedette lors du défilé du 4 juillet 1842 à Seneca Falls. La célébration donna lieu à la fois à la lecture à haute voix de la Déclaration d’indépendance par Josiah T. Miller, rédacteur en chef du Seneca Falls Democrat, et à celle, par D. Skidmore de la Déclaration d’indépendance des washingtonians, club d’alcooliques repentis qui, fondé à Baltimore en 1840, prêchait désormais une totale abstinence. Ainsi se trouvaient alliées en cette localité les deux déclarations, celle des patriotes de 1776, et celle des réformateurs de 184250. La famille d’Elizabeth Cady Stanton elle-même entretenait des liens étroits avec la mémoire de la révolution américaine. Les idéaux républicains occupèrent dans sa pensée une place grandissante, et nourrirent progressivement la transformation de ses préoccupations personnelles en une vision élargie qui allait engendrer un véritable mouvement politique.

  • 51 Néologisme de Philippe Lejeune, repris, entre autres, par Gérard Genette dans Palimpsestes, Paris, (...)

32Il ne s’agissait pas non plus de céder à la mode du temps, en imitant patriotes et réformateurs. Adopter la Déclaration d’indépendance pour la détourner de son objet, répondait à une logique dévastatrice. Invitation à une lecture « palimpsestueuse »51 le nouveau texte, en sa reprise fidèle de la structure originelle, permettait, en les pastichant, de dénoncer les incohérences des Pères fondateurs, de les prendre au piège de leur propre syllogisme. Les principes politiques et philosophiques étaient, comme dans le texte de départ, énoncés en préambule, puis appliqués à une situation en forme de doléances, lesquelles rendaient inéluctables, en bonne logique, les conclusions auxquelles on aboutissait. Mais en chacune de ces phases, l’imitation fidèle n’impliquait pas servile plagiat par des femmes timorées en mal d’inspiration.

  • 52 John Locke avait publié en 1690 deux traités, Two Treatises of Government visant entre autres chos (...)
  • 53 Olympe de Gouges (1748-1793), femme de lettres, femme politique, polémiste. Auteure de nombreux éc (...)
  • 54 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 69. L’auteure fait allusion à Olympe de Gouges sans que (...)

33Les paragraphes de la Déclaration de sentiments qui ouvrent le texte, reprennent les principes et fondements théoriques énoncés par les Pères fondateurs en leur temps. On reconnaît aisément ce qui en 1776 justifiait le droit et le devoir de se révolter quand un gouvernement ne respectait plus ses obligations, rompant ainsi le contrat théorisé par John Locke dans son Second traité du gouvernement civil en 169052. On note ici l’emploi de termes comme « usurpations » et « tyrannie » qu’Elizabeth Cady Stanton, à qui échut l’essentiel de la rédaction du texte de 1848, affectionnait particulièrement comme autant de signaux de la révolution annoncée, maintenant appliquée aux femmes. Ces premières lignes suivent d’assez près le texte dont Jefferson fut le principal rédacteur, avec cependant des modifications lourdes de sens. Ainsi se trouve proclamée l’égalité affirmée par les Pères fondateurs, avec un ajout significatif. On affirme en effet que parmi les vérités premières, incontestables, figure le fait que « tous les hommes et toutes les femmes ont été créés égaux ». L’utilisation du terme « homme » comme terme générique désignant toute l’espèce humaine est ainsi clairement rejetée. On songe alors à l’époque de la Révolution française, à l’effort de réécriture entrepris par Olympe de Gouges qui, comme pendant à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1790 rédigea une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 179153. Même si l’influence directe d’Olympe de Gouges n’a pu à ce jour être prouvée, on discerne dans l’un et l’autre cas l’acuité d’intelligences qui s’interrogent sur ce que parler veut dire54.

  • 55 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 134.
  • 56 Les féministes du XXe siècle allaient être désarçonnées par les propos peu amènes tenus à l’encont (...)

34Il ne s’agit cependant, dans la Déclaration de sentiments, ni d’une simple inversion des rôles, ni de demander pour les femmes seules ce qui a été jusque-là accordé aux hommes. Il ne s’agit pas non plus de se dire indépendantes des hommes, puisque dès les premières lignes la femme est définie comme étant « une partie différente de la famille de l’homme ». Le texte n’est pas un texte de rupture, ni de séparation, contrairement à celui de 1776. La demande est une demande de respect et d’égalité dans la différence, d’autonomie, et non d’indépendance. Cette demande était déjà devenue un leitmotiv chez Abby Kelley ou chez Sarah Grimké, notamment dans sa réponse, en 1837, à la Pastoral Letter d’un clergé scandalisé par ses prises de positions et ses prises de parole55. En outre, la liste des doléances qui suit le préambule théorique est suivie d’une série de résolutions, ce qui fait de ce texte un texte projectif, tourné vers l’avenir, véritable manifeste ou womanifesto. Même si, de l’aveu de Stanton elle-même, les femmes se sont efforcées d’énoncer un nombre de griefs égal à celui des hommes dans leur dénonciation du roi George III, le pastiche va bien au-delà d’une parodie qui ne serait que satirique, et contrairement à ce qu’a pu suggérer plus tard Mary Beard, les propos alignés ne sont pas de l’ordre du dogme et du slogan. Ils sont frappés au coin d’une réflexion dont la nature et le sérieux ne peuvent être mis en cause56.

35Comme dans la Déclaration de 1776, la liste des griefs est ponctuée par la reprise anaphorique, avec chaque alinéa, d’un he dont la répétition rend l’accumulation insupportable. Mais tout comme dans le préambule le « gouvernement » désigne la domination masculine. Ce pronom renvoie maintenant non plus à George III mais à l’homme, être humain de sexe mâle, et permet tout au long l’assimilation discrète mais insistante de ce dernier à un monarque despotique.

  • 57 « Anthologie », texte 5 (p. 104) : « to discuss the social, civil, and religious rights of woman » (...)
  • 58 Voir Judith Sargent Murray (1751-1820) dans son essai « Equality of the sexes » publié dans le Mas (...)
  • 59 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, chap. vi, « Women and Legal Reform in New York State » (...)
  • 60 Titre du poème de William Ray, poète d’Auburn (New York) : « A Petition to the convention in behal (...)
  • 61 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 51.
  • 62 Id. , The Mystery of the Seneca Falls…, p. 54.

36Malgré les réticences de certains intervenants et intervenantes qui considérèrent que l’on dépassait l’ordre du jour défini dans l’annonce de la réunion57, ce sont les droits civiques et politiques qui se trouvent d’emblée évoqués dans les quatre premiers paragraphes du texte. De telles préoccupations ne s’exprimaient pas pour la première fois dans la déclaration de Seneca Falls. Elles s’inscrivent dans un héritage qui rassemble Abigail Adams dès 1776, Judith Sargent Murray dans son texte sur l’égalité des sexes en 179058, ou Mary Wollestonecraft dont l’ouvrage A Vindication of the Rights of Woman (Défense des droits de la femme), publié en Grande-Bretagne en 1792, allait devenir l’une des bibles du féminisme américain. Dans l’État de New York en particulier, entre 1843 et 1848, le débat politique ne se limitait pas à l’abolition de l’esclavage, mais incluait une vision plus large de la citoyenneté qui ne faisait pas abstraction des femmes59. La référence en était introduite sur divers modes, allant de l’humour de William Ray dans un poème de 1821, à la mauvaise foi d’un Charles O’Connor qui, sorte d’ancêtre d’Howard Smith et de sa ruse avortée au moment du vote de la Civil Rights Act (Loi sur les droits civiques) en 1964, souleva la question de l’égalité de droits pour les femmes afin de discréditer le droit de vote des Noirs60. Dans ces paragraphes à coloration nettement politique du texte de 1848, c’est l’absence de droit de vote pour les femmes qui ouvre d’emblée la liste des doléances. Là encore, quelques précédents méritent d’être évoqués. Ainsi Elizabeth Cady Stanton se souvint que même s’il déplorait parfois le mélange des deux causes, celle des esclaves et celle des femmes, John Greenleaf Whittier, poète quaker influent et farouche défenseur de l’abolition de l’esclavage, avait demandé le droit de vote pour les femmes dès 183061. D’autres voix s’étaient élevées, dont celle de Gerrit Smith ou de William L. Garrison. Dès 1836 Abraham Lincoln lui-même, dans le Sangamo Journal, avait déclaré qu’il était prêt à étendre le droit de vote aux femmes, comme à tous les blancs qui payaient des impôts et portaient les armes. En 1843, un article du Seneca Observer suggéra que le droit de vote devrait être accordé aux femmes, au même titre qu’aux hommes, et que le fait que ce ne soit pas le cas était une violation du grand principe de l’égalité de droits62. Il semble donc que la remarque qui ouvre la Déclaration de sentiments, et la neuvième résolution qui allait suivre, n’aient pas été une franche nouveauté.

  • 63 Remarque citée par nombre d’ouvrages, dont celui d’E. Flexner, A Century of Struggle…, p. 76 : « W (...)

37Et pourtant, Elizabeth Cady Stanton sans qui ce point n’eût sans doute pas émergé à cet instant, dut se sentir bien seule en juillet 1848. Son entourage le plus proche ne la soutint guère dans son projet. Ainsi quand elle lut cette partie de son texte à son époux Henry Stanton, il l’avertit clairement qu’il ne voulait en aucun cas être mêlé à cette affaire, et que si Elizabeth s’entêtait, il quitterait la ville au moment de la Convention, ce qu’il fit car elle ne céda pas. Lucretia Mott elle-même, qui ne refusait pas de réfléchir à la question, exprima de vives craintes à l’idée de la voir abordée en convention et s’écria : « Voyons, Lizzie, tu vas nous rendre ridicules. Nous devons avancer lentement. »63 Seul Frederick Douglass, ancien esclave, et rédacteur en chef du North Star, journal abolitionniste de Rochester, l’encouragea. Le moment venu il la soutint lors des débats grâce à son éloquence exceptionnelle. De ce soutien il devait se souvenir avec fierté lors de la réunion inaugurale de l’International Council of Women (Congrès international des femmes) à Washington en 1888 :

  • 64 Cité par J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 225. Après deux tentatives de fuite avortées, F (...)

Il est peu de chose dans mon humble vie dont je me souvienne avec plus de satisfaction que celle-ci, à savoir que j’aie été suffisamment éclairé à une date aussi précoce, et si peu d’années après la fin de mon esclavage, pour soutenir la résolution de Mme Stanton en faveur du vote des femmes. J’ai fait très peu de choses en ce monde dont je puisse me glorifier, si ce n’est cet acte singulier, et de celui-là je tire gloire. Quand je me suis échappé alors que j’étais esclave, c’était pour moi ; quand j’ai milité en faveur de l’émancipation des esclaves, c’était pour mon peuple ; mais quand j’ai pris la défense des droits de la femme, ma personne n’était plus en cause et j’ai acquis quelque noblesse en un tel acte.64

  • 65 Le 14e amendement, ratifié en 1868, fait (toujours) apparaître le mot « male » dans sa deuxième se (...)
  • 66 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 82-84.

38Privées du droit de voter, les femmes étaient soumises à des lois dont l’élaboration leur échappait totalement, tout comme les révolutionnaires américains qui n’acceptèrent plus d’être soumis à un Parlement britannique dans lequel ils n’étaient pas représentés. Rappel ici encore d’une logique politique qui ne saurait être légitimement réservée aux hommes. On peut cependant être gêné par les accents xénophobes du troisième alinéa dans son allusion aux immigrants qui, eux, jouissaient d’un droit refusé aux femmes. Ce sont là les prémices d’une réaction ultérieurement exacerbée par la déconvenue des femmes qui, actives dans le processus de libération des esclaves, allaient découvrir avec le 14e puis le 15e amendement à la Constitution des États-Unis, que le terme male les excluait de la citoyenneté, et que le droit de vote accordé aux anciens esclaves et aux gens de couleur leur était encore refusé65. Gênante également peut être aujourd’hui, dans le même alinéa, l’allusion aux hommes dépourvus d’éducation et ceux qui sont dépravés. Certes on pourrait ne voir là que la réaction de femmes blanches privilégiées, auxquelles les hommes qui n’appartiennent pas à leur monde n’inspirent que peu de respect. Mais ces propos sont en fait le signe avant-coureur d’une attitude qui, plus tard, consistera pour Stanton et d’autres à plaider pour un droit de vote soumis à des conditions d’educated suffrage (ordre intellectuel) et moral. Il faut noter cependant qu’à Seneca Falls la lutte contre l’alcoolisme, source de déchéance morale, était particulièrement nécessaire et intense, ceci expliquant cela66. C’est avec vigueur que se trouve repris le problème de l’absence de droit de vote pour les femmes dans le quatrième alinéa, par Elizabeth Cady Stanton qui en fait le premier de tous les droits. Sa détermination sans faille se lit dans ces propos rapportés par Judith Wellman :

  • 67 J. Wellman, The Mystery of the Seneca Falls…, p. 54 : « This right is ours. Have it we must. Use i (...)

Ce droit nous appartient. Nous devons l’avoir. Nous l’utiliserons. […] Cette grande vérité selon laquelle aucun gouvernement juste ne peut être formé sans le consentement de ceux qui sont gouvernés, nous la ferons retentir encore et encore aux oreilles du juge injuste.67

  • 68 « The political non-existence of women » dans Theory and Practice of Society in America, vol I, pa (...)
  • 69 Alinéas 5 à 9.

39Sans ce droit, qui plus tard dans le siècle, allait constituer le principal cheval de bataille des féministes, c’est l’existence civique des femmes qui est mise en péril. Harriet Martineau, que Stanton avait lue, et rencontrée dès son voyage en Angleterre en 1840, l’avait démontré dans le chapitre consacré à l’inexistence politique des femmes dans son ouvrage sur la société américaine68. Cette thèse se trouve affirmée avec force dans la suite du texte de la Déclaration de sentiments, dans les paragraphes relatifs à la situation de la femme mariée69. Ce passage de la Déclaration s’inscrit dans le contexte d’un débat qui visait, pour des réformateurs américains, à faire disparaître de leurs textes de loi ce qui, dans les Commentaries on the Law of England de William Blackstone régissait encore la situation des femmes, notamment dans l’extrait suivant :

  • 70 Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 13, p. 86. Voir aussi C. Fillard et C. Collomb-Boure (...)

Par le mariage, le mari et l’épouse sont une seule personne aux yeux de la loi ; c’est-à-dire que l’existence légale de la femme est suspendue pendant le mariage, ou tout au moins incorporée dans celle du mari ; sous l’aile, la protection, et la couverture duquel elle accomplit toute chose.70

  • 71 Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 13, p. 86.
  • 72 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 59 et 154.
  • 73 Ansel Bascom (1802-1862), réformateur, juriste et chef politique local (Free Soil Party), avait re (...)

40Elizabeth Cady Stanton trouve ici son inspiration dans les écrits du juge Elisha P. Hurlbut, élu à la Cour suprême de l’État de New York en même temps que le juge Daniel Cady en 1847, et qu’elle avait eu l’occasion de rencontrer à Albany dans les années 1840. Dans ses Essays on Human Rights, and their Political Guaranties (Essais sur les droits de l’homme et leurs garanties politiques), publiés en 1845, il se livre à une affirmation vigoureuse des droits inaliénables de l’individu, rejette clairement les éléments du droit coutumier qui pèsent sur les femmes, et dénonce la domination masculine. Nous sommes ici aux antipodes de la logique blackstonienne qui, puisque mari et femme ne faisaient plus qu’une personne, celle du mari, déniait à l’épouse l’existence de droits séparés. Ainsi dans son chapitre sur « Les droits de la femme », le juge Hurlbut décrit en termes non équivoques la mort civile de la femme mariée, notant qu’aux yeux de la loi « elle n’existe pas du tout » et se trouve placée dans une « tombe légale ». Il en conclut ironiquement que ses biens appartiennent à l’homme puisque les morts ne possèdent rien71. Sur ce point, le paragraphe six de la Déclaration semble faire abstraction de la loi passée en avril 1848 dans l’État de New York s’agissant du droit à la propriété pour la femme mariée72. Elle permettait à la femme mariée de posséder des biens, mais ne l’autorisait toujours pas à disposer de son salaire. En outre, il convient de remarquer qu’elle ne concernait que l’État de New York. La portée en était donc restreinte. C’est ce qui justifie le maintien de cette remarque, ainsi que la demande insistante d’une loi sur le droit de propriété pour les femmes mariées par Ansel Bascom qui pourtant avait été membre de l’assemblée constituante à l’origine de la loi de New York, véritable premier pas dans une direction qu’il convenait de poursuivre73. De plus, comme il est rappelé dans le septième alinéa de cette partie de la Déclaration de sentiments, l’homme, autorité suprême, avait le droit d’administrer à son épouse peu disposée à s’acquitter de ses devoirs, une modeste correction. Au nom de cette même suprématie, le droit au bonheur de la femme, rappelé ici comme un écho au préambule de la Déclaration d’indépendance, où s’affirme la trilogie des droits que sont « la vie, la liberté et la recherche du bonheur », comptait pour bien peu de chose en cas de séparation des époux, la mère étant alors privée de la garde de ses enfants.

  • 74 Citation rapportée par J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 99.
  • 75 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 123.

41Les quakers qui entouraient Elizabeth Cady Stanton au moment de la convention de Seneca Falls nourrissaient une conception diamétralement opposée à l’héritage du droit coutumier anglais. Pour eux, les relations entre hommes et femmes, ainsi que les relations entre époux, reposaient sur l’égalité et le respect mutuel. Ainsi, Lucretia Mott, s’adressant aux futurs jeunes mariés, aimait à prodiguer ce conseil éloquent : « Dans la véritable relation établie par le mariage, l’indépendance du mari et celle de son épouse sont égales, leur dépendance est mutuelle, et leurs obligations sont réciproques. »74 Elizabeth Cady Stanton elle-même n’était pas membre de la Société des amis. Mais elle appartenait à une lignée de femmes rebelles qui avaient à dessein transformé le rituel prévu pour le mariage. Tel avait été le cas déjà d’Angelina Grimké qui, en 1838, épousa Theodore Weld au cours d’une cérémonie où la notion d’égalité avait été clairement affirmée75. Elizabeth Cady Stanton, on l’a vu, avait, en accord avec Henry Stanton effacé la notion d’obéissance des vœux échangés. Quant à Lucy Stone et Henry B. Blackwell, ils allaient établir, en 1855, un contrat de mariage d’un nouveau type, qui affirmait avec force tous les principes menacés par les écrits de Blackstone. À lire les passages de la Déclaration de sentiments consacrés à la situation juridique de la femme mariée, on devine la vive indignation qui poussera ultérieurement Elizabeth Cady Stanton à militer en faveur du divorce, au point d’adresser une demande en ce sens à la commission juridique du Sénat de l’État de New York, le 8 février 1861, en un discours courageux et retentissant, au point également, la même année, d’assimiler le mariage sans égalité à une forme de prostitution légale en des accents dignes de Mary Wollstonecraft.

  • 76 Le problème de l’inégalité des salaires malgré l’Equal Pay Act de 1973 demeure aujourd’hui encore (...)
  • 77 Pour ce qui concerne la nature des emplois ouverts aux femmes, leurs salaires et leurs conditions (...)
  • 78 Allusion aux propos de Margaret Fuller dans Woman in the Nineteenth Century, publié en 1835, à tra (...)
  • 79 Ce droit cependant défendu par George Fox, fondateur de la Société religieuse des amis (quakers) d (...)
  • 80 Il s’agissait de l’Église congrégationaliste de South Butler, dans l’État de New York.

42Aux considérations sur les droits politiques et juridiques de la femme, surtout au sein de la famille, succèdent d’autres aspects relatifs à sa situation dans le monde du travail, dans le domaine de l’éducation et au sein de l’église. Les propos sur la nature des emplois auxquels les femmes pouvaient avoir accès, à savoir les emplois les moins valorisants, et la faible rémunération à laquelle elles pouvaient prétendre, ont une résonance remarquablement moderne : ils préfigurent les revendications des féministes de la deuxième vague à partir des années 1960, et abordent dans leur brièveté quelques problèmes qui demeurent d’actualité76. Elizabeth Blackwell fut en 1848 la première femme médecin diplômée du Geneva Medical College, cas exceptionnel qui allait donner un peu d’espoir à d’autres femmes. Mais la plupart d’entre celles qui avaient l’audace de sortir de leur sphère pour travailler à l’extérieur le faisaient souvent par nécessité économique et devaient se contenter d’être employées de maison, ouvrières dans les usines textiles qui se développaient, ou enseignantes avec des conditions de salaire misérables77. On était très loin de réaliser le rêve exprimé par Margaret Fuller dans Woman in the Nineteenth Century (La femme au XIXe siècle), celui de voir la femme devenir capitaine au long cours si tel était son vœu et d’occuper à son gré n’importe quelle fonction78. De toute manière, comme indiqué dans le paragraphe suivant, une telle situation était la conséquence des obstacles mis à l’éducation des jeunes filles. Une telle éducation ne figurait pas parmi les priorités d’une époque où l’on attendait surtout de la femme qu’elle fût une épouse soumise et une maîtrise de maison tout entière dévouée à sa famille. Ce fut cependant à juste titre la préoccupation majeure de réformatrices dévouées comme Emma Willard, fondatrice du Troy Seminary où Elizabeth Cady Stanton fut inscrite, et à laquelle elle rend des hommages appuyés dans son autobiographie. Les femmes se virent refuser l’accès à l’enseignement supérieur jusqu’à l’ouverture de l’Université d’Oberlin, seule exception, ouverte aux femmes quelque temps après sa création en 1833, et qui leur permit de préparer une licence à partir de 1841. Tous ces obstacles à l’épanouissement de la femme résultaient en partie de la pression des églises, fidèles à certains préceptes pauliniens, qui s’opposaient à la prise de parole des femmes en public79, et maintes autres institutions qui n’envisageaient guère que les femmes pussent occuper en leur sein une position de responsabilité et d’autorité. Les sœurs Grimké avaient fait scandale dans leur défense du droit de parler dans les années 1830, s’attirant les foudres du clergé, notamment dans la célèbre Pastoral Letter du 28 juin 1837. Quand Antoinette Brown devint la première femme ordonnée ministre du culte par une église protestante reconnue le 15 septembre 1853, elle fit date dans l’histoire80. D’où le grief énoncé dans le treizième paragraphe de l’acte d’accusation de la Déclaration de sentiments.

  • 81 Sur le culte de la vraie femme, voir B. Welter, Dimity Convictions : The American Woman inthe Nine (...)
  • 82 Cité par J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 134 : « [men] and women were created equal ; th (...)
  • 83 The Feminine Mystique, publié par Betty Friedan en 1963, et traduit l’année suivante en français p (...)

43Selon une belle progression, cet acte d’accusation qui examine tout d’abord les aspects les plus publics et les plus collectifs de la situation de la femme, se termine par des considérations plus personnelles, plus psychologiques, avec l’allusion aux valeurs qui sous-tendent le système d’oppression qu’elle subit. La dénonciation d’une morale à deux vitesses, l’indulgence dont bénéficie l’homme dans ses pires égarements alors que selon le culte de la vraie femme du milieu du siècle celle-ci était censée se conformer aux vertus cardinales de piété, de chasteté, de soumission et de dévouement à son époux, sous peine d’être mise au ban de la société, est alors clairement formulée, et reposait sur une vérité communément répandue à cette époque81. Il était en effet dans le domaine de la conduite et de la morale deux poids deux mesures que les sœurs Grimké, entre autres, avaient déjà déplorés en rappelant que « l’homme et la femme ont été créés égaux ; ce sont tous deux des êtres moralement responsables, et tout ce qui est bien dans ce que fait l’homme est bien pour la femme »82. Ce passage du texte de la Déclaration de 1848 n’aborde plus les faits, mais les préjugés. Au nom de croyances culturelles, et non d’éléments objectifs ou de faits de nature, la femme n’est pas censée sortir de la sphère qui lui est réservée par la volonté de l’homme. Se trouve esquissée ici la logique constitutive de la feminine mystique analysée plus d’un siècle plus tard par Betty Friedan dans l’ouvrage qui allait donner son impulsion à la deuxième vague de féminisme américain83. Non seulement l’homme s’est substitué à un roi tyrannique, mais il s’arroge les prérogatives de Dieu, et qui plus est celles de Jéhovah, Dieu cruel de l’Ancien Testament. Ces fausses vérités sont exposées au grand jour par le texte de la Déclaration qui en tire les conséquences pour la femme elle-même. Toute prête à les intérioriser, elle se trouve dévalorisée à ses propres yeux, et perd la confiance et l’audace qui, au contraire, caractérisent ce texte présenté et voté à Seneca Falls en 1848. Or si hommes et femmes devraient être égaux selon les textes fondateurs des États-Unis, les faits exposés donnent à penser qu’il y a « quelque chose de pourri dans la République américaine » où la réalité n’est plus en phase avec les principes sur lesquels elle repose. Il faut donc changer les éléments d’une telle situation, et non Dieu ou la femme elle-même.

  • 84 Sans tarder, des conventions locales et nationales consacrées aux droits des femmes s’organisèrent (...)

44La conclusion de la Déclaration de sentiments, annoncée par un « Now, in view of » (or, considérant que) qui rappelle le « therefore » (par conséquent) de 1776, peut apparaître relativement modérée au regard de la gravité des accusations formulées. Néanmoins le rappel, qui deviendra fréquent chez les féministes, du fait que les femmes représentent « la moitié de la population de ce pays » souligne l’ampleur des injustices. Avec beaucoup de lucidité, sont entrevues les oppositions, déformations, procès d’intentions qui ne manqueront de se produire après la tenue de la Convention. Mais les moyens d’action envisagés respectent une stricte légalité, avec cependant l’espoir de s’octroyer le soutien de l’Église et de la presse. S’y ajoute aussi le vœu de voir se tenir d’autres conventions, que la réunion importante de Rochester dans l’État de New York concrétisera quinze jours plus tard : il n’est pas question de laisser passer le temps, comme ce fut le cas après la résolution prise par Elizabeth Cady Stanton et Lucretia Mott à Londres en 184084.

  • 85 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 90, et B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 141. Cit (...)
  • 86 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 53-54. Ernestine Rose (1810-1892), d’origine polonaise (...)

45Commence alors l’annonce d’actions concrètes, et cet aspect projectif du texte conduit à la liste des Résolutions. De simples constats sur le ton de la déploration, on passe à l’affirmation de volontés en forme d’engagements mettant en jeu le libre arbitre des femmes que l’on a habituées à plus de modestie et de discrétion. Malgré la relative modération de la conclusion évoquée à l’instant, les résolutions constituent ensuite autant de menaces à la suprématie masculine qui s’inscrivent en une sorte de contrepoint systématique aux injustices auxquelles les femmes décident de mettre fin. À titre d’exemple, une réelle différence de nature sépare la dénonciation de l’absence du droit de vote pour les femmes et l’affirmation, dans la neuvième résolution, de l’acquisition de ce droit comme devoir impérieux. On comprend alors pourquoi le texte de la Déclaration proprement dite fut accepté bien plus facilement que ce point particulièrement explosif de la liste des résolutions. Même si l’emploi de ce terme fait figure d’anachronisme en 1848, l’ensemble de ces textes est l’œuvre de féministes, et même de féministes radicales. Radicales car elles ne laissent rien échapper de la situation d’assujettissement des femmes dont tous les aspects se trouvent évoqués, radicales aussi au sens étymologique du terme car l’analyse sous-jacente renvoie aux racines du mal. La gamme étendue des revendications se fera plus étroite pendant la guerre Civile, puis ensuite quand le droit de vote commence à monopoliser les énergies des féministes. Il faudra alors attendre les années 1960 pour retrouver une vigueur et une amplitude comparables aux textes de Seneca Falls en 1848. On peut lire ici la mise en œuvre de ce conseil du député britannique Daniel O’Connor qu’Elizabeth Cady Stanton admirait, qu’elle allait reprendre dans son autobiographie : « il est toujours de bonne politique de demander le maximum et alors vous êtes certain d’obtenir quelque chose »85. À plus d’un titre les féministes de Seneca Falls méritent le titre de « Pilgrim Mothers » employé par Ernestine Rose en 1850, à propos de ces grandes dames du temps passé qu’Elizabeth Cady Stanton elle-même allait évoquer dans correspondances et discours86.

  • 87 Voir p. iii, dans l’« Anthologie », la première note d’accompagnement du texte 7 pour les conditio (...)

46Dès le dimanche 23 juillet 1848, sur la lancée de la Convention, Elizabeth Cady Stanton et Elizabeth McClintock rédigèrent une lettre adressée au Seneca County Courier, septième texte traduit, en réaction au sermon du pasteur presbytérien au cours duquel elles avaient pris des notes87. Nathan Milliken, rédacteur en chef du journal, était l’un des signataires de la Déclaration de sentiments. On comprend alors l’espoir ici immédiatement exprimé de voir les colonnes du journal ouvertes aux femmes, comme elles l’avaient été pour la publication de l’annonce de la Convention. Les deux auteures de ce texte pouvaient légitimement compter sur sa diffusion, moyen pour elles de permettre à l’esprit comme à certains points précis de la Déclaration de Seneca Falls d’atteindre un plus large public, moyen aussi de développer et de préciser ce que les discussions de la semaine écoulée n’avaient pu qu’esquisser.

47Le prédicateur, M. Bogue, n’est jamais nommé dans cette lettre. Sa fonction certes est évoquée à travers les références à l’orateur, mais le terme speaker utilisé en anglais gomme tous les signes extérieurs d’autorité qui s’y attachent. Il ne s’agit pas de polémiquer avec une personne en particulier mais, au-delà, de viser tous ceux qui lui ressemblent, et qui défendent les mêmes principes ici dénoncés comme postulats sans fondements. Quelques jours plus tard, à la conférence de Rochester, Elizabeth allait émettre le souhait que le public réagisse, et que l’on ose prendre la parole, contrairement au silence de certaines des personnes présentes à la Convention de Seneca Falls, qui n’hésitèrent pas ensuite à utiliser les prédications en chaire pour exprimer critiques et mécontentement, selon une méthode qui alors ne permettait aucune réplique. Dans cette lettre, contrairement à une telle attitude, les deux Elizabeth donnent l’exemple d’un droit de réponse, tentent d’éveiller les consciences de leurs lecteurs potentiels en exposant les failles les plus flagrantes d’un sermon, parfait exemple de manipulation d’esprits crédules, même si Elizabeth Cady Stanton et son amie affirment se réjouir de voir la question des femmes abordée en chaire. Leurs propos se présentent comme un défi courageux, promesse véhiculée par la métaphore du gant jeté utilisée en ouverture.

  • 88 Quatrième conférence mondiale sur les femmes, représentant donc le degré d’élargissement maximal d (...)

48Avec vigueur, l’introduction de cette lettre présente la croisade en faveur des femmes comme la plus importante des réformes de l’époque auxquelles la suite du texte fera quelques brèves allusions. La raison avancée pour cet élan d’optimisme, c’est que cette cause, plus que toute autre, concerne l’humanité tout entière. Affirmation majeure que celle-ci, qui en 1848 préfigure la belle idée qui deviendra le slogan des organisations de défense des droits de l’Homme lors de la conférence organisée par l’ONU à Pékin en 1995, à savoir que les « droits des femmes sont des droits de l’Homme »88. Cette justification immédiate d’une assertion choc à l’époque, illustre d’emblée la méthode adoptée par les auteures de la lettre, à savoir l’argumentation, comme signalé par la répétition du mot « argument » dans ce court paragraphe. Il s’agit de faire usage de son intelligence et non de se contenter de croyances imposées et acceptées passivement.

49Assez naturellement, puisque la lettre fait suite à un sermon qu’elle analyse à sa manière, c’est l’argument biblique avancé pour justifier la situation de la femme qui est examiné. On peut lire aussi dans les lignes qui lui sont consacrées, le signe avant-coureur du travail qu’Elizabeth Cady Stanton entreprendra beaucoup plus tard dans The Woman’s Bible. Aux propos sur la valeur spirituelle de la Bible, s’opposent les accusations virulentes contre le fanatisme et le sectarisme de ceux qui l’utilisent contre les femmes. Pour preuve, le fait indéniable à cette époque du recours à ce Livre saint pour justifier tous les péchés de la nation, toutes les abominations, et pour s’opposer à toute réforme. Ces fréquents détournements abusifs du texte ne sont pas seulement dénoncés en une attitude purement négative. Le texte recèle aussi de précieuses recommandations, et fait appel à une lecture individuelle qui implique une mise en jeu de la raison. Promptes à imaginer les contre-attaques, et les objections de leurs détracteurs, les auteures retournent contre eux l’accusation d’« infidélité » si promptement proférée contre les femmes dès qu’ils sont à court d’arguments. Avec une impertinence non dénuée de courage, se trouve évoqué le doute entretenu par certains, quant au possible usage par la femme de sa conscience, comme si elle en était dépourvue, et comme s’il était sacrilège de s’y fier. En filigrane, on pourrait presque se croire revenu à l’époque où l’on se demandait avec sérieux si la femme avait une âme. À ces réactions réflexes, le texte oppose la conception d’un christianisme bien compris, et démonte avec clarté d’autres procédés qui consistent par exemple à isoler quelques passages de la Bible et à faire dire tout et n’importe quoi aux citations qui en sont extraites.

50Outre les propos relativement généraux sur le mauvais usage de la Bible, le texte s’attache ensuite plus particulièrement à la manière dont, ainsi maltraitée, elle est censée justifier la domination masculine. Rien ne permet de considérer qu’elle commande obéissance à l’homme plutôt qu’à Dieu, seule autorité acceptable. Affirmer le contraire, c’est se prendre pour Dieu, comme le suggérait déjà la Déclaration de sentiments en quelques lignes brèves que cette lettre permet de développer. Le refus de considérer que les coutumes de l’époque et même les principes sur lesquels la République américaine repose soient l’œuvre de Dieu est clairement exprimé. Jamais le gouvernement des hommes ne fut institué par Dieu, affirmation osée pour l’époque, et appliquée aux États-Unis qui se considèrent comme modèle de démocratie, tout en admettant en leur sein esclavage et activités belliqueuses, stigmates d’imperfection. Entre autres choses, ce texte prouve clairement que les femmes aussi sont capables d’une réflexion politique qui se situe au-delà de la sphère que la coutume prétend leur assigner.

  • 89 Allusion, au cours des années 1970 et 1980, au débat relatif à l’Equal Rights Amendmen t (ERA) qui (...)
  • 90 Seul le masculin du terme existe, détail significatif.

51Le texte dénonce efficacement le recours à la lettre de la Bible plutôt qu’à son esprit, mettant ainsi en lumière les conséquences nuisibles du fondamentalisme. Il recourt également à des faits vérifiables, à l’histoire passée et présente pour démonter stéréotypes et préjugés. Le parallèle établi entre le devoir d’obéir à son époux et celui d’obéir à son roi, pour lesquels la Bible en quelques fragments peut fournir une justification, met les hommes qui gouvernent les États-Unis en face de leurs contradictions : qu’ont-ils fait en se débarrassant de l’autorité de George III, sinon désobéir à des principes qu’ils voudraient présenter comme sacrés ? Pourquoi oublient-ils si facilement que Victoria, reine d’Angleterre, détient toute autorité sur son mari, dans un pays pourtant modèle de démocratie, sans que cela fasse scandale ? L’efficacité logique des arguments développés par le texte va croissant. Le rappel d’une différence entre le Christ lui-même, qui n’a jamais décrété l’infériorité ou le devoir d’obéissance de la femme, et ses apôtres dans leurs épîtres, est une mise en garde contre cette confusion qui pousse certains à se fier plutôt à ce qu’écrivirent ses disciples, qu’il ne faudrait pas confondre avec lui. Le passage sur la logique spécieuse selon laquelle l’égalité de la femme imposerait qu’elle aussi prît les armes est un des nombreux exemples de remarquable talent rhétorique. Il est inconcevable, en effet, que la femme, cet être sensible, doux, fragile, puisse se battre et répandre le sang. On croirait ici entendre déjà les arguments avancés au XX e siècle, au plus fort du débat sur l’Equal Rights Amendmen t (Amendement des droits égaux), par ses adversaires qui, sous la houlette de Phyllis Schlafly, allaient agiter l’épouvantail de l’envoi de femmes au combat89. Deux répliques à cet argument sont proposées par les auteures de la lettre. D’une part, pourquoi ne pas dispenser la femme du devoir de se battre, comme on le fait pour les quakers (Elizabeth McClintock était des leurs) et les membres du clergé ? En outre, l’histoire, et même l’histoire relatée par la Bible elle-même, ne manque pas d’exemples de femmes résistantes dont la force ne peut être contestée. L’ironie de ce texte monte en puissance, jusqu’à l’estocade finale à travers la démonstration relative à Adam et Ève. On se trouve alors empêtré dans les méandres d’une fausse logique qui ne laisse aucune chance à la femme. Le raisonnement conduit en effet à l’ironie cinglante de la conclusion que les auteures présentent sous forme de citation, feignant d’adhérer à l’impensable tout en prenant soin de marquer la distance que signalent les guillemets. Elles administrent là une sorte de preuve par l’absurde du caractère irrecevable des arguments ou arguties, des défenseurs de la domination masculine. Se trouve démontré, en cette fin de lettre, le mécanisme d’une logique apparente qui vise à induire en erreur celui ou celle qui ne prend pas garde. On ne peut donc même pas lui trouver les excuses d’un paralogisme, tant la mauvaise foi des opposants à la notion d’égalité pour la femme a été mise en lumière par l’ensemble de la lettre. L’homme ainsi démasqué par de redoutables contradictrices90 n’est plus que cet athlète en paroles, cet illusionniste du verbe mis en scène par Le Sophiste de Platon.

Vie privée, vie publique

  • 91 Pour l’histoire de ce texte et son devenir, voir « Anthologie », première note d’accompagnement au (...)
  • 92 « Thy maiden speech » (« Ton premier discours »). Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, p. 94-9 (...)

52Le discours prononcé par Elizabeth Cady Stanton en septembre 1848, huitième texte traduit, fut considéré à tort comme son discours de Seneca Falls. Certes elle était intervenue pendant les débats qu’elle avait souvent animés, mais la longueur même du manuscrit qui le préserva suffirait à rendre cette assertion suspecte. Il est certain en revanche qu’Elizabeth Cady Stanton parla longuement à deux occasions, en septembre à Waterloo, et le 6 octobre aux Congregational Friends de Farmington91. Il est donc moins risqué de se fier à Lucretia Mott, présente en ces deux occasions, qui se référa à ce discours comme à son « premier discours »92. Il paraît légitime de considérer cette prestation comme le véritable début d’Elizabeth Cady Stanton comme oratrice, s’exprimant maintenant en son propre nom, solitaire et audacieuse, ce qu’elle semble elle-même suggérer quand elle affirme n’avoir aucune habitude de la prise de parole en public.

  • 93 « Anthologie », texte 7 (p. 111).
  • 94 Voir ci-dessus le chapitre « Contextes », note 28 sur Charles Fourier. On lui attribua longtemps à (...)
  • 95 Sur l’innéisme, voir C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 10
  • 96 C’est cette certitude qui allait pousser Richard Graham, membre de l’Equal Employment Opportunity (...)

53Les six premiers paragraphes, après l’allusion probable au sermon qui motiva la lettre écrite au Seneca County Courier93, s’ouvrent sur une sorte de captatio benevolentiae, humble aveu d’inexpérience pour s’attirer la sympathie de l’auditoire. Et pourtant la détermination et l’audace n’en sont pas exclues, tant s’en faut. Le public se trouve déjà invité à faire fi de certains tabous, et à considérer que la nature humaine est commune à tous les êtres, hommes ou femmes. L’élargissement de la sphère féminine présenté comme antidote à la barbarie n’est pas sans rappeler Charles Fourier94 pour qui le degré de développement d’une civilisation se mesurait à la place faite aux femmes. Le rejet de l’acceptation d’une infériorité naturelle de la femme s’inscrit contre l’innéisme incontesté jusqu’au lendemain de la révolution américaine95. Dès le début du discours donc, la modération apparente n’exclut ni une réflexion ferme ni la claire détermination qu’elle contribue au contraire à renforcer. Affirmer que seule la femme peut parler pour elle-même a dû résonner curieusement aux oreilles de certains auditeurs, et laisse poindre déjà quelques vérités que reprendront plus tard les féministes de la deuxième vague96. Sous un format réduit, cette ouverture du discours témoigne de l’adresse rusée d’Elizabeth Cady Stanton, qui, sous l’apparent respect des convenances oratoires, assène déjà, telles des flèches, quelques vérités reprises ensuite selon une structure extrêmement rigoureuse.

  • 97 Thèses développées par Kate Millett dans Sexual Politics en 1969, et Betty Friedan, dans The Femin (...)

54Le discours s’allonge et se structure quand elle entreprend de décliner en ses trois aspects le postulat de la supériorité masculine. L’aspect intellectuel du débat lui permet d’évoquer les conditions de l’éducation réservée aux femmes, selon des programmes aménagés, notamment dans les Academies où ils sont adaptés en fonction des besoins qu’on leur prête. Seule la preuve par l’épreuve, à savoir le résultat obtenu dans l’hypothèse où garçons et filles auraient droit aux mêmes enseignements permettrait de conclure, ce qui n’est pas le cas. L’aspect moral ensuite abordé met en lumière la mauvaise utilisation de la Bible, souci majeur pour Stanton, et place sur le même plan les conflits entre partis politiques et ceux qui divisent sectes et religions. Maints préjugés sont dénoncés et, au-delà, les sources de ces préjugés, parmi lesquelles le conditionnement des hommes par une éducation qui les imprègne du sentiment de supériorité mis à mal par ce discours. Il convient de remarquer que Stanton essaie de répondre à l’injustice et aux a priori par l’impartialité. Elle n’accable pas l’homme ; elle lui trouve même des circonstances atténuantes en un tour de force rhétorique. Elle va jusqu’à suggérer que, paradoxalement, l’homme attend de tels efforts et un tel dévouement de la femme, qu’il contribue à l’élévation morale de cette dernière. Redoutable, Stanton, se glisse dans le discours de l’homme, feint progressivement de parler en son nom, afin de défendre une thèse en apparence inverse de ce qu’elle veut démontrer. Mais nul auditeur (ou lecteur) attentif ne peut être dupe, et c’est avec un talent remarquable qu’elle retourne comme un gant l’argument socialement accepté de la supériorité morale de l’être humain de sexe mâle. Cette partie de sa réflexion lui permet de revenir plus en détail sur la pratique d’un système de deux poids deux mesures propre au jugement porté sur les comportements de l’homme et de la femme. Ce rappel de ce qui constituait l’un des alinéas de la Déclaration de sentiments de 1848 ici encore, s’accompagne d’un effort d’adoucissement de l’accusation. Elle est tout à la fois capable de déplorer la dégradation morale de l’homme et de le disculper. L’accusation cohabite avec la pose d’une défense et l’espoir d’une rédemption. Au passage, on remarque des analyses qui préfigurent certains développements de Kate Millett quant à l’éducation au renoncement qui était le lot des femmes, et la notion chère à Betty Friedan qui s’efforça de démontrer que la culture et l’éducation sont à l’origine de ce que l’on présente comme fait de nature97.

55L’argumentation sur la supériorité physique de l’homme permet à Elizabeth Cady Stanton d’invalider des pratiques censément scientifiques à l’époque, comme la phrénologie, qui, partant d’une indistinction louable entre les sexes, aboutit, dans ses diagnostics, à un discours très sexué, sexiste, qui ne fait que renforcer les préjugés selon lesquels les qualités les plus nobles seraient un trait distinctif de la masculinité. Dans cette partie du discours, on perçoit la montée de l’humour qui prévaudra plus loin parfois, et les propos sur le rapport entre la force physique ou la taille d’un individu et le développement de son intelligence soulignent le caractère grotesque de certaines conclusions.

  • 98 Le costume créé par Elizabeth Smith Miller (fille de Gerrit Smith et donc cousine d’Elizabeth Cady (...)

56Après cette démonstration en trois points, Elizabeth Cady Stanton aborde des sujets plus sérieux encore, et l’on pourrait lire ce qui suit comme un moyen de justifier, d’expliquer, et de tirer les conséquences des réunions récentes à Seneca Falls et Rochester clairement évoquées. Il s’agit pour elle de démontrer le caractère ridicule de certaines craintes éprouvées par les hommes, et de s’élever contre maints procès d’intention. C’est ce qu’elle fait à travers les remarques vestimentaires, où avec un humour ravageur, elle se gausse visiblement des expériences philosophiques censément illustrées par les détails de la mode masculine. Loin des femmes l’idée d’adopter de tels accoutrements, alors que les plis et l’ampleur de leurs robes ne sont dénuées ni de beauté, ni de prestige. On peut bien sûr songer alors à l’adoption du costume promu par Amelia Bloomer, qui avec son pantalon à la turque paraît s’inscrire en faux contre les propos d’Elizabeth Cady Stanton. Mais jamais la femme du XIXe siècle n’allait adopter les détails extravagants évoqués dans ce discours, et celles qui, parmi les féministes, portèrent le bloomer à la fin des années 1840 y renoncèrent au bout de deux ou trois ans. Elles découvrirent en effet que l’attention de leurs auditoires se portait bien davantage sur leur tenue que sur leurs idées et que le prix à payer était trop lourd au regard des avantages à en retirer. Les quolibets et insultes des hommes qui conduisirent à ce renoncement prouvèrent que quel que soit le ton badin adopté par Stanton ici, elle touchait à un point extrêmement sensible chez les hommes peu enclins à laisser les femmes porter le pantalon98. Suivent des propos plus directement politiques, avec notamment un retour sur le droit de vote qui fait l’objet d’une réflexion approfondie. Le rejet de l’argument selon lequel les femmes sont protégées par l’homme et n’ont donc aucun besoin d’un tel droit pour être représentées inspire à Stanton quelques métaphores ou analogies féroces dont, entre autres, la protection de l’agneau par le loup. L’une des fonctions de ce discours apparaît alors de plus en plus visiblement.

57Il convient d’éveiller la conscience des femmes trop facilement prêtes à accepter leur sujétion. S’il n’était trop tôt pour l’employer, on pourrait utiliser le terme de consciousness raising (éveil des consciences) cher aux féministes radicales des années 1970. L’impulsion est donnée au discours à partir de l’intériorisation de préjugés par la femme, selon un processus dénoncé déjà, avec une brièveté nécessaire, dans la Déclaration de sentiments. Les enseignements tirés à tort des épîtres de Paul sont mis en cause, résultats d’une lecture orientée et fallacieuse de la Bible déjà soulignée dans la lettre au Seneca County Courier de juillet 1848. On revient aussi au lancinant problème de l’éducation des femmes, mais cette fois-ci avec indignation. Avec l’indignation qu’elle conçoit plus loin comme l’une des défenses possibles contre l’inacceptable, Elizabeth Cady Stanton s’élève avec vigueur contre une situation fréquente à cette époque, celle qui consistait pour la femme à renoncer à toute forme d’éducation, et à travailler de manière à financer par son salaire les études auxquelles seuls les hommes avaient accès. Dans mainte famille en effet, on voyait les filles assumer les frais de scolarité d’un frère, ou l’argent du ménage, pour remédier à la défaillance d’un père alcoolique. Les accusations de Stanton se font alors tout à fait cinglantes, dans l’espoir de voir les femmes réagir.

58Mais il s’agit aussi de susciter un autre type de réaction, en forme d’encouragements. Le recours à l’histoire n’est pas sans évoquer les efforts de Mary Beard qui, en 1946, dans Woman as Force in History. A Study in Traditions and Realities fera l’apologie des femmes qui en ont infléchi le cours. Les exemples valorisants n’empêchent nullement l’humour de Stanton d’affleurer ici encore, quand, par le truchement de lapsus révélateurs qui sont autant d’actes manqués très réussis, on a pu parler du roi Elizabeth, du roi Marie-Thérèse, ou de la reine Jacques, selon le prestige des monarques impliqués, avec cette logique de l’erreur qui tend inévitablement à valoriser ce qui dénote le masculin, quel que soit le sexe de la personne désignée. Comme antidote au poison que l’on distille au nom de la coutume dans l’esprit des femmes, toute une partie du discours vise, par la force de l’exemple, à leur donner confiance. L’évocation de Jeanne d’Arc véhicule un message d’espérance et de courage. Et ce courage s’exprime aussi par les propos de Stanton qui annoncent avec lucidité une lutte inévitable dans son âpreté (comme dans la fin de la Déclaration de sentiments) et affichent une détermination contagieuse, en des envolées d’un lyrisme combatif.

59On peut çà et là déplorer les allusions teintées de mépris à certaines catégories de population masculine, envisageables dans le cas des alcooliques, mais plus gênantes dans le cas des immigrés irlandais ou du comportement censément machiste des Allemands. On retrouve ici quelques-uns des accents de la défense du droit de vote déjà présents dans la Déclaration de sentiments. Mais jusque dans ces moments plus douteux, le discours de Stanton est le reflet de ce qu’était le féminisme naissant du XIXe siècle, émanation pour l’essentiel de femmes blanches, nées pour la plupart en Amérique, et membres d’une classe sociale relativement privilégiée. Il n’en reste pas moins qu’il met en œuvre les talents incomparables d’une femme d’une grande culture littéraire et historique, capable d’une réflexion politique exceptionnelle en son temps, remarquable rhétoricienne, en un style multiforme intégrant une grande variété de ton, de l’humour à la virulence la plus acerbe, et aux effets mobilisateurs incontestables. Une voie était ouverte. Une voix s’était fait entendre, dont on ne pourrait plus se passer.

60Les aspects les plus audacieux de ce discours se retrouvent dans l’article sur le divorce qu’Elizabeth Cady Stanton publia dans The Lily en avril 1850, neuvième texte traduit. Ce sujet peu conventionnel pour lequel elle allait militer avec obstination était alors d’actualité. Elizabeth Cady Stanton ajoute ici sa voix à celle des défenseurs d’un projet de loi soumis au Congrès de l’État de New York qui visait à faire de l’alcoolisme un motif de divorce légalement admis. Ce qui frappe dans cet article, c’est la radicalité du propos, l’extrémisme de la suggestion selon laquelle il conviendrait non seulement d’autoriser les femmes d’alcooliques à divorcer, mais également d’interdire aux ivrognes le droit de se marier. Intéressant principe de précaution, liberticide à souhait, que cette proposition aux allures de provocation qui va bien au-delà de ce que stipule le projet en discussion ! Par ailleurs, même si Elizabeth Cady Stanton mêle adroitement les deux croisades, on perçoit dans son article l’habileté avec laquelle elle utilisait ce journal, consacré initialement à la lutte contre l’alcoolisme, à une protection des droits des femmes. Ce n’est que l’un des premiers signes de son aptitude à détourner journaux et associations de leurs objectifs premiers pour véhiculer un message essentiellement féministe.

  • 99 « Anthologie », texte 1 (p. 91).
  • 100 Voir ci-dessus, note 98. Par contraste avec ce passage, voir l’apologie des longues robes et tenue (...)

61Le personnage public qu’Elizabeth Cady Stanton devenait peu à peu restait très enraciné dans les joies et les problèmes de sa vie familiale. C’est la joie qui l’emporte dans le dixième texte traduit, lettre adressée le 22 octobre 1852, le surlendemain de la naissance de sa fille Margaret, à son amie Lucretia Mott. Texte privé en apparence, puisqu’il n’a pour but, a priori, que de confier à sa destinataire l’immense bonheur d’avoir mis au monde une fille… enfin, elle qui jusque-là avait enfanté quatre garçons. La jeune mère exulte, et son allégresse résonne comme un pendant ironique au désespoir de son père qui, avec la mort d’Eleazar, se désespérait de ne pouvoir compter de fils parmi sa descendance99. Sorte de version en miroir de la lamentation paternelle, sa fierté est si grande qu’elle paraît en rajouter. Elle décrit l’événement, en ses menus détails, comme une sorte d’exploit sportif témoignant de l’extraordinaire vigueur de la mère et de l’enfant. Mais il ne s’agit pas seulement, de la part d’Elizabeth Cady Stanton, de l’autopromotion d’une belle vitalité. Le propos s’inscrit dans son époque marquée par une idéologie qui tendait à affaiblir la femme civilisée à force de lui infliger un discours de délicatesse et de douceur. Faisant fi des recommandations généralement prodiguées, cette mère rebelle adopte l’attitude volontaire d’une femme désireuse de prendre le contrôle de son esprit et de son corps. D’où, ici et ailleurs chez Elizabeth Cady Stanton, le choix de méthodes naturelles, d’une médecine douce ou parallèle en vogue chez certains réformateurs de l’époque, et plus conforme au tempérament indépendant de celle qui, de la même manière n’avait cure des traités de puériculture et préférait élever (avec plus ou moins de bonheur !) ses enfants selon son instinct. D’où aussi, indirectement, l’apologie de la femme indienne, proche de l’état sauvage, incarnation de ses propres aspirations, qui se remettait remarquablement vite d’une épreuve physique qui tendait à anéantir pour un temps toute femme respectable de la bonne société du XIXe siècle. D’où enfin, les propos esquissés sur le costume lancé par Amelia Bloomer, qui tendait lui aussi à libérer la femme de ce qui entravait sa mobilité et son épanouissement. Certes Elizabeth Cady Stanton ne porta cette tenue que pour un temps assez bref, qui lui valut les foudres paternelles100, et retourna assez vite à ses robes, aux draperies dénoncées ici, à ses dentelles, et à maints autres signes d’une coquetterie vestimentaire qui n’était guère inspirée par la sobriété. Pour l’instant, elle annonce à Lucretia Mott son intention de lui démontrer ultérieurement les avantages de la tenue en question. Même si cette lettre à une amie sur un sujet aussi personnel et aussi privé que la naissance d’une fille n’est pas appropriée à un tel plaidoyer, on sent poindre alors l’envie d’argumenter, et le plaidoyer n’est que différé.

  • 101 On trouve ce même parti pris dans le discours de 1848, texte 8, § 3. Et pourtant Margaret n’allait (...)

62C’est qu’Elizabeth Cady Stanton reste l’avocate d’une cause omniprésente, celle des femmes. À tel titre qu’elle se tient au courant de l’actualité et a visiblement lu la presse relative à la récente Convention nationale de Syracuse présidée par Lucretia Mott qu’elle félicite pour le travail accompli. Elle prend le temps de se réjouir des avancées du mouvement, dont cette présidence est l’illustration, et jubile à l’idée que certains opposants masculins furent réduits au silence. Que l’un d’entre eux eût été un ecclésiastique ne fait sans doute qu’ajouter à sa joie. La jeune accouchée est tout entière habitée par une cause à laquelle elle prédestine cette fille nouvelle-née. Sur elle, elle projette son désir, celui d’assurer la pérennité d’un combat qu’elle souhaite lui voir incarner dignement ce que, d’après elle, seule une fille peut accomplir. En plusieurs occasions Elizabeth Cady Stanton allait affirmer que seules les femmes peuvent comprendre la souffrance des femmes, et œuvrer pour améliorer leur condition. Emportée par cette conviction, sa fille devient virtuellement captive de la volonté et des engagements d’une mère qui, avec les meilleures intentions du monde, n’en substitue pas moins sa liberté à celle de son enfant101.

63Toute à sa joie, et apparemment pressée de retourner au front, Elizabeth Cady Stanton en oublierait presque les déceptions de sa vie à Seneca Falls, et la lourde charge d’une progéniture qui vient de s’accroître d’une unité supplémentaire, même si elle a la bonne grâce d’être née fille. Mais les sollicitations se firent nombreuses. On comptait volontiers et de plus en plus sur les communications, les articles, les interventions d’Elizabeth Cady Stanton au cours de diverses manifestations en faveur des droits des femmes. Parmi les demandes à elle adressées, celles de Susan B. Anthony, qui semble se heurter à un refus en une lettre du 20 juin 1853, onzième texte traduit. Missive touchante par les remarques personnelles qu’elle permet, et importante par le rôle qu’elle allait jouer pour l’avenir du féminisme américain en général, et celui d’Elisabeth Cady Stanton en particulier.

  • 102 Pour cette rencontre, voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 163.
  • 103 On est loin ici de l’euphorie de la lettre adressée à Lucretia Mott. Voir « Anthologie », texte 10 (...)

64C’est au retour d’une réunion consacrée à l’abolition de l’esclavage à Seneca Falls, un soir de printemps 1851, qu’Elizabeth Cady Stanton rencontra pour la première fois Susan B. Anthony qui cheminait en compagnie d’Amelia Bloomer102. À celle qui devint très vite son amie, Elizabeth Cady Stanton, rendue au principe de réalité, avoue son découragement de mère d’une famille nombreuse agrandie récemment par la naissance de son cinquième enfant, et première fille, qui ne marche pas encore103. Infiniment humaine et maternelle, fatiguée, elle semble avoir renoncé à toute obligation qui l’éloignerait de ses devoirs envers ses enfants. Le ton de ses aveux est inhabituel. La vigueur de son refus initial pourrait faire croire un instant qu’elle décide de mettre fin aux activités militantes menées depuis quelque cinq années, et son prétendu désintérêt pour la misère du monde a de quoi surprendre. Mais quelques éléments viennent nuancer cette impression. Ses adieux au public, sont des adieux pour un temps, en un bel oxymore qui contredit les apparences. En outre elle pose des conditions à la reprise de son activisme, en une énumération claire, ordonnée, digne de celle qui affiche sa détermination avec autorité.

  • 104 Voir note 2 sur le texte 11, p. 151 pour les relations des deux amies avec la Woman’s State Temper (...)
  • 105 Elle compte parmi les membres éminents des Daughters of Temperance à Canajoharie (New York) où ell (...)
  • 106 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 72-73.

65S’affirment alors un choix réfléchi, et une définition de priorités sans ambiguïté. Pour elle la cause des femmes l’emporte sur toutes les autres réformes dont elle semble minimiser l’importance. Sa volonté de convaincre Susan B. Anthony de partager ses choix, et de la rejoindre dans un combat qui pour ce qui la concerne n’est que différé, se substitue peu à peu au renoncement qui constitue l’objet initial de la lettre. Elle souhaite convertir à la cause des femmes Susan B. Anthony qui s’intéressait à d’autres réformes et éprouva quelque tristesse à l’idée de devenir persona non grata parmi ceux qui faisaient de la lutte contre l’alcoolisme leur principal objectif104. Il est vrai que dans ce cadre Susan B. Anthony était une sorte de figure de proue105. C’est cette cause qui mobilisa tout d’abord son énergie, ainsi que l’abolition de l’esclavage. Elle n’avait pas participé à la Convention de Seneca Falls sur les droits des femmes, et quand ses parents et sa sœur, présents à la réunion de Rochester en août 1848, lui parlèrent de la Déclaration de sentiments, Susan B. Anthony fut certes intéressée, mais plus encore amusée106. À l’inverse, Elizabeth Cady Stanton avait, à travers les articles qu’elle y publiait, utilisé The Lily comme tribune pour la défense des droits des femmes. De même, elle profita de sa position de présidente de la Woman’s State Temperance Society (Association de femmes pour la lutte contre l’alcoolisme) de l’État de New pour conduire ce même combat. Cette instrumentalisation de l’association lui valut l’opposition des conservateurs. Ils la démirent de ses fonctions peu de temps avant l’envoi de cette lettre, à son grand soulagement apparemment, puisque pour elle l’essentiel était ailleurs. Elle attend ici de Susan B. Anthony le même cheminement, et allait y parvenir.

  • 107 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 166, et Alice Rossi, « Friendship », p. 71.
  • 108 Propos rappelés par Alice Rossi, ibid., p. 72. Plus près de nous, on songe aux paroles malheureuse (...)
  • 109 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 165 : « I forged the thunderbolts, and she fired them (...)
  • 110 Ibid., p. 166.
  • 111 Voir « Susan B. Anthony », titre du chapitre x, p. 155-185. C’est à elle aussi, amie fidèle depuis (...)

66Les rôles se trouvent donc renversés à la fin de cette lettre. C’est maintenant Elizabeth Cady Stanton qui souhaite mobiliser Susan B. Anthony en l’appel à une collaboration qui allait marquer le combat des femmes jusqu’à la fin du siècle. L’impulsion est donnée à ce qui allait devenir non seulement l’histoire d’une longue amitié, si forte qu’elle est parfois évoquée comme le serait une relation entre mari et femme107, mais également à une répartition des rôles sans laquelle la situation d’Elizabeth Cady Stanton se serait avérée aussi peu prometteuse que les conditions qu’elle évoque dans ses premières lignes. Leur complémentarité s’exerça d’abord matériellement : Susan B. Anthony, célibataire, put jouer le rôle de baby-sitter pendant qu’Elizabeth se retirait pour écrire, et diffuser la bonne parole féministe quand cette mère de famille ne pouvait se déplacer. Sans elle, Stanton allait avouer plus tard qu’elle aurait passé son temps à repriser des chaussettes, à faire des puddings, et à s’enfermer, comme tant d’autres femmes, dans les limites étroites de l’égoïsme familial108. Leurs talents eux aussi étaient complémentaires. On a pu dire que Stanton préparait les orages, et que c’est Anthony qui les faisait éclater109. Elizabeth Cady Stanton fut la tête pensante, et Susan B. Anthony l’organisatrice, en qui William H. Channing vit le « Napoléon du mouvement ». La situation se trouve ainsi résumée dans Eighty Years & More : « Elle fournissait les faits et les statistiques, et moi la philosophie et la rhétorique, et ensemble nous avons mis sur pied des arguments que jamais les orages de longues années ne purent ébranler. »110 Cette lettre d’abord émouvante dans ses épanchements, devient donc très vite une sorte d’appel au secours, d’avis de mobilisation de celle sans qui Elizabeth Cady Stanton n’aurait jamais pu jouer le rôle de premier plan qui fut le sien, celle à qui elle consacre dans son autobiographie tout un chapitre en forme d’hommage et de reconnaissance de dette111.

  • 112 « Anthologie », texte 2 (p. 94).

67Le douzième texte proposé, celui du discours d’Elizabeth Cady Stanton au Congrès de l’État de New York le 14 février 1854, fit date dans son histoire, et date dans l’histoire. Sa démarche concrétise le conseil en forme de prophétie adressée par le juge Cady à sa fille quand elle nourrissait l’espoir enfantin de voir disparaître des lois iniques en découpant les livres de son père112. Elle marque l’audace du premier pas dans l’arène politique d’une femme qui ose transgresser les règles communément admises, pour s’adresser à un auditoire exclusivement masculin, par définition peu enclin à se laisser émouvoir par les injustices et les préjugés qu’égrène son intervention.

68Se préparait alors une réunion consacrée aux droits des femmes à Albany, réunion qui devait coïncider avec la session parlementaire. Les femmes impliquées dans cet événement eurent alors l’idée de présenter leur cas directement aux membres du Congrès de l’État de New York. Nombreuses furent celles qui considéraient qu’Elizabeth Cady Stanton était la plus capable de s’acquitter de cette mission. Prête à relever le défi, elle éprouva malgré tout quelques appréhensions, liées à ses conditions de vie qui rendraient la préparation de son discours particulièrement difficile, et à une claire conscience de ses lacunes en matière juridique. Comme souvent en pareil cas, elle se tourna vers Susan B. Anthony pour lui demander conseils et encouragements :

  • 113 Lettre du 1er décembre 1853. Extrait cité par E. Griffith, In Her Own Right…, p. 81-82.

Il m’est assez facile de généraliser et de philosopher par moi-même, mais il me manque les détails de certaines lois particulières… Tu vois, pendant que je suis à la maison, entourée de mes enfants, en train de faire la vaisselle, de cuire du pain, de coudre, etc., de nombreux points prennent forme en mon esprit, mais il m’est impossible de faire des recherches dans des livres, car mes mains tout autant que mon cerveau seraient nécessaires pour une telle tâche… Apprête-toi à être déçue par sa qualité, car j’ai rarement ne serait-ce qu’une heure de tranquillité pour m’asseoir et écrire. Les hommes qui peuvent, quand ils souhaitent rédiger un document, s’enfermer pendant des jours avec leurs pensées et leurs livres, ne savent que peu de chose des difficultés qu’une femme doit surmonter pour produire quelque chose d’acceptable.113

69Susan B. Anthonyvint la rejoindre à Seneca Falls. Elizabeth Cady Stanton put alors se rendre à Rochester, afin de lire son discours à William H. Channing qui l’aida à ajouter quelques références à la loi, et l’encouragea vivement :

  • 114 Lettre du 18 décembre 1853, déposée à la bibliothèque du Congrès. Voir E. Griffith, In Her Own Rig (...)

À tous points de vue, vous êtes la personne qui s’impose pour le faire, tout à la fois en raison de votre sexe, de votre talent, de votre connaissance du sujet, et de votre influence. Il n’est pas un seul homme parmi nous, qui pourrait relater l’histoire des torts subis par la femme avec autant de vigueur, de clarté, de concision, et d’éloquence que vous.114

  • 115 Voir E. C Stanton, Eighty Years & More…, p. 187-189, et, par opposition, E. Griffith, In Her Own R (...)

70Si l’on en croit l’évocation par Elizabeth Cady Stanton de la préparation de son discours, elle aurait bénéficié de l’aide bienveillante, efficace et émue du juge Cady à qui elle montra son texte quand, en route pour Rochester, elle fit halte à Johnstown. Le juge, informé des intentions de sa fille par l’Evening Journal d’Albany, l’aurait aidée à peaufiner son texte jusqu’à une heure du matin. Mais d’autres sources contredisent cette version, et offrent l’image d’un père indigné, qui menaça une fois encore de déshériter sa fille si elle persistait dans son projet. Cette autre vision, attestée par des témoignages fiables, s’inscrit dans la droite ligne d’une opposition farouche de la part de celui dont elle guettait pourtant l’approbation. Et il convient de lire, peut-être, dans cette reconstruction de leur rencontre, le désir d’Elizabeth Cady Stanton, à la fin de sa vie, de gommer ses conflits avec sa famille, qu’il s’agisse de son époux (absent de Seneca Falls en 1848) ou de ce père, juriste respecté, dont le soutien aurait été pour elle un moyen de légitimer son propre combat115.

  • 116 L’expression « my convert » est utilisée par E. C. Stanton elle-même dans Eighty Years & More…, p. (...)
  • 117 50 000 selon E. Griffith, p. 83. 20 000 selon E. C. Stanton dans son autobiographie, p. 189. Les d (...)

71Rien de toute manière n’arrêtait plus Elizabeth Cady Stanton quand elle se présenta devant les membres du Sénat le 14 février 1854, en l’absence de tout membre de sa famille, mais réconfortée par la présence de Susan B. Anthony qu’elle avait convertie à son combat pour les femmes116. Le discours avait été tiré en cinquante mille exemplaires, dont l’un déposé sur chacune des tables des membres des deux chambres du Congrès de New York117.

  • 118 Cette émouvante évocation et l’expression infamante employée par E. C. Stanton seront reprises dan (...)

72Dès le début s’affirme le caractère politique d’une intervention qui s’inscrit à dessein dans l’héritage des grands principes énoncés par les patriotes de 1776 (dont certains comme John Hancock et Samuel Adams seront explicitement nommés) pères courageux des parlementaires présents en 1854 à qui il semble utile de rafraîchir la mémoire. D’emblée se trouve suggérée la manière dont cet héritage a été bafoué s’agissant de la situation des femmes dont tous les aspects vont être déclinés. Successivement se trouve évoquée la condition de la femme en tant que femme, épouse, veuve et mère. Le traitement de chacun de ces points, ou de chacune de ces rubriques, illustre avec éclat les qualités mises en exergue par William H. Channing. Rien n’échappe à la marche parfaitement contrôlée de cet esprit logique, et l’art du raisonnement force l’admiration. Chacun des arguments communément utilisés par les défenseurs de la domination masculine est montré du doigt, et Elizabeth Cady Stanton demande à ses auditeurs d’y regarder de plus près, et de faire appel à leur réflexion. Chaque objection de leur part est non seulement prévue, mais retournée comme un gant tandis qu’en éclate l’absurdité ou la mauvaise foi. Se mêlent ici toutes les tonalités du discours, du sarcasme à l’encontre de ceux qui font un meilleur sort au cheval qu’à la femme, à l’émotion qui se lit à travers l’évocation du sort de la veuve sans défense soumise aux « mignons de la loi » et aux rapaces qui se jettent sur ses biens. Il est fait appel à tous les ressorts susceptibles de faire réagir l’auditoire118. C’est à des êtres de sensibilité, en même temps qu’à des juristes et à des hommes politiques, qu’elle s’adresse ici. L’invitation à imaginer la souffrance de l’autre est récurrente. Au-delà du pathos, se trouve affirmée une croyance en l’universalité de la nature humaine et, partant, en des droits inaliénables qui sont des droits non pas de l’homme, mais de l’humain, quel que soit son sexe.

  • 119 Voir L. A. Willis, Voices Unbound…, p. 39, qui nous renvoie à « Educated Suffrage », discours d’El (...)

73L’un de ces droits, celui de voter, le premier affirmé, constitue en quelque sorte le fil rouge de ce discours, l’inéluctable conclusion à laquelle il aboutit à maintes reprises. Tout comme déjà dans la Déclaration de sentiments, on est frappé par le ton condescendant d’Elizabeth Cady Stanton soucieuse, pour plaider la cause de la femme, de la distinguer d’autres catégories de population moins recommandables auxquelles pourtant ce droit est accordé. Parmi eux les ivrognes, mais aussi les immigrants ou les hommes sans éducation s’acquittant de tâches subalternes comme celle qui consiste à creuser des fossés. En ces instants, on a du mal à ne pas être un tant soit peu choqué. L’histoire de la lutte pour le droit de vote ne fera que rendre ce penchant plus clair et plus véhément quand les femmes découvriront en 1870 que le 15e amendement à la Constitution des États-Unis accordera aux hommes de couleur et aux anciens esclaves ce qui leur demeure refusé. Les propos revêtirent alors parfois des accents xénophobes, voire racistes dont, sous le coup de la colère, Elizabeth Cady Stanton elle-même ne sera pas exempte. Le concept de « vote éclairé », qu’elle défendit dans un discours de février 1902 allait le prouver à l’évidence119. L’idée était alors de proposer une loi établissant des conditions strictes à l’octroi du droit de vote, lesquelles visaient à empêcher les étrangers de prendre le contrôle des institutions américaines. Mais certains des termes de cette logique, qui n’est pas sans rappeler les tests imposés aux Noirs à la fin du XIXe siècle, s’appuie sur une croyance indéfectible en les pouvoirs égalisateurs de l’éducation. La demande sous-jacente d’une meilleure qualité d’éducation pour les femmes nuance donc le goût amer qu’engendrent certains propos.

  • 120 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 192.

74L’un des intérêts de ce discours, même si ce n’est pas le plus visible, consiste à brosser un portrait en creux des premières féministes en général, et d’Elizabeth Cady Stanton en particulier. Plusieurs remarques dans ce discours viennent corriger l’image des féministes conçue et entretenue par leurs adversaires, hommes et femmes, celle de vieilles filles aigries, désenchantées, et le plus souvent sans enfants. Aux antipodes de cette caricature, le 14 février 1854, Elizabeth Cady Staton n’arborait pas le bloomer, mais sa tenue la plus habituelle : robe de velours noir, col de dentelle blanche, broche de diamant et boucles savamment apprêtées. Elle était l’incarnation même de la femme épanouie qui pour autant, malgré les difficultés, ne négligeait pas ses obligations maternelles. Après sa prestation devant le Congrès, à une femme qui lui demanda ce qu’elle avait fait de ses enfants pendant qu’elle discourait, elle indiqua que les plus jeunes la suivaient partout, sous bonne garde, et qu’elle ne les quittait pas plus longtemps que son interlocutrice ne quittait les siens pour venir l’écouter120.

  • 121 Ce qu’affirme E. Griffith, In Her Own Right…, p. 81.
  • 122 Voir C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 20.
  • 123 Voir J. Wellman, The Mystery of the Seneca Falls…, p. 22., et S. A. Brown, Wesleyan Chapel. Women’ (...)
  • 124 Voir S. A Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. 58, ainsi que T. Stanton et H. S. Blatch, Eli (...)
  • 125 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 206, et L. A. Willis, Voices Unbound…, p. 39.
  • 126 Cité dans A. Rossi, « Friendship », p. 83.

75Comme elle l’indique dans une partie très éclairante de ce discours, c’est au nom de toutes les femmes qu’elle prétend s’exprimer, y compris celles, soumises au sort qui leur est fait, qu’il convient de réveiller. D’où le souci de corriger la fausse idée selon laquelle elle ne représenterait qu’une faible minorité, désireuse en cela d’affirmer la légitimité de son intervention. Le Seneca Falls Conversation Club qu’elle avait créé en 1848 sur le modèle des conversations organisées par Margaret Fuller à Boston, n’était pas composé seulement d’érudits et d’une élite sociale ou intellectuelle. Il s’agissait d’un groupe disparate d’hommes et de femmes qui se réunissaient le samedi soir pour discuter de problèmes d’intérêt général avant de danser et de prendre quelques rafraîchissements. Même si le Club se rapprochait de ce qu’en Europe on eût appelé salon121, les visées éducatives ouvertes à d’autres qu’à l’élite en place étaient indubitables. Et l’on voit l’intérêt porté ici par Elizabeth Cady Stanton, privilégiée à plus d’un titre, à d’autres classes de la société. Le sort des ouvrières se trouve évoqué, lesquelles ne quittaient leur foyer que pour subvenir aux besoins de leur famille, notamment en cas de défaillance de leur époux122. La plupart des adultes de Seneca Falls étaient des immigrants, notamment irlandais, dont le sort ne laissa pas Elizabeth Cady Stanton indifférente123. On compta plus d’une fois sur elle comme médiatrice pour régler des conflits entre voisins et même des disputes entre époux124. Labeur et pauvreté était leur sort commun, et il devenait urgent, pour les femmes plus mal payées encore que leurs homologues masculins, de se défendre et de s’organiser. L’intérêt que leur porte Elizabeth Cady Stanton dans ce discours n’est pas de pure circonstance. Elle allait jouer un rôle essentiel, avec Susan B. Anthony, au moment de la création de la Working Women’s Association (Association des ouvrières) en 1868, dont l’une des missions allait être d’encourager les femmes à se syndiquer dans les industries qui les employaient125. L’allusion aux enseignantes n’est pas pour étonner, étant donné la collaboration déjà bien établie avec Susan B. Anthony. Devenue institutrice à l’âge de dix-sept ans, puis chargée de direction, elle avait abandonné le métier, découragée par l’inégalité flagrante et scandaleuse qui séparait sa rémunération de celle de son homologue masculin. En 1853, elle eut l’audace de prendre la parole à une convention d’enseignants de l’État de New York où les femmes n’étaient pas censées parler. Aux enseignants qui se plaignaient du faible niveau de leur salaire, elle expliqua que la féminisation de la profession deviendrait la source de leur problème tant qu’ils ne comprendraient pas qu’il serait justice d’augmenter le salaire « des femmes engagées dans la noble tâche qui consistait à assurer l’éducation des Présidents, des Sénateurs, et des membres de la Chambre des représentants »126.

  • 127 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 189.
  • 128 Ibid., p. 190-191. « Strong-minded », appliqué aux femmes, allait pour longtemps devenir un terme (...)
  • 129 Ibid., p. 194.
  • 130 Entre autres l’épouse du sénateur Seward qui la remercia chaleureusement dès que son mari eut le d (...)
  • 131 Paulina Wright Davis (1813-1876), elle porta le nom de Francis Wright, son premier mari décédé en (...)
  • 132 Allusion au texte 2 (p. 94) de l’« Anthologie ».

76Ce discours fut pour Elizabeth Cady Stanton le grand événement de sa vie, ce qui lui valut de faire le titre du chapitre xii de son autobiographie : « Mon premier discours devant une assemblée législative ». Il constitua un véritable tour de force, et le sort qui lui fut réservé l’inquiéta plus que celui de tout autre discours passé et futur127. Il devait rester son dernier discours public pendant six longues années au cours desquelles les pressions ne manquèrent pas. Certaines femmes l’évitèrent soigneusement, ses détracteurs souhaitaient surtout la voir s’effacer. Il lui valut en particulier, en date du 7 mars 1854, un long article dans The Albany Register, qu’elle reproduit intégralement dans son autobiographie, non sans une certaine malice, et dans lequel se trouvent vilipendées, à travers elle, ces femmes qui « font la forte tête », femmes propagandistes, voire propagandistes étrangères, femmes désexualisées128. On commença à se référer à sa maison de Locust Hill, comme au « centre de la rébellion »129. Mais en revanche nombreuses furent les femmes qui la pressèrent d’apparaître en public et la félicitèrent pour son discours et son courage130. Paulina Wright Davis alla jusqu’à proposer qu’elle fût rémunérée pour ses interventions lors de conventions sur les droits de la femme131. Lucy Stone entretint avec elle une correspondance régulière sur la question du divorce. Susan B. Anthony ne cessait de lui réclamer des discours qu’elle se chargeait à l’occasion de diffuser. Pour un temps cependant, désorientée, et en proie à quelques doutes quant à son avenir, elle préféra rester chez elle. L’opposition de son père se faisait de plus en plus véhémente alors que pourtant elle ne faisait après tout que relever le défi implicite dans les conseils qu’il lui avait donnés jadis132. Elle s’en ouvrit dans une lettre émouvante, adressée le 10 septembre 1854, à Susan B. Anthony après une vive altercation avec le juge Cady :

  • 133 Cité par E. Griffith, In Her Own Right…, p. 84.

J’ai été sévèrement tancée lors de ma dernière visite chez mon père. Je ne saurais te dire à quel point le coup porté à mon âme m’atteignit en profondeur. Jamais je n’ai aussi vivement ressenti l’humiliation du sexe auquel j’appartiens. L’idée que tout ce qui, en moi, aurait légitimement empli mon père de fierté si j’avais été un homme le mortifie profondément parce que je suis une femme. Cette idée, comme un aiguillon, m’a poussée à prendre une farouche décision – celle de parler dès que je pourrai le faire honorablement. Je voudrais être aussi libre que toi et alors j’entreprendrais une tournée de l’État en un clin d’œil. Mais je ne le suis pas… Les pressions qui s’exercent sur moi en ce moment même sont trop fortes. Henry prend le parti de ceux de mes amis qui s’opposent à moi sur tout ce qui me tient le plus à cœur. Ils ne sont même pas d’accord pour que j’écrive sur la question des femmes. Mais j’écrirai, et je parlerai.133

77On se croirait revenu aux regrets exprimés après la mort du frère ; la souffrance est réelle, mais rien ne pouvait plus freiner une aussi farouche détermination.

Notes

1 À commencer par Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975.

2 « Afterword », p. 469-482.

3 Pour ces précautions à prendre, voir E. C. Dubois, introduction à E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. v-xxix ; L. A. Willis, Voices Unbound : The Lives and Works of Twelve American Intellectuals, « Intellectual architect of American feminism : Elizabeth Cady Stanton », p. 40-41. E. Griffith, In Her Own Right…, p. xviii-xx, puis p. 207.

4 « Young savages » est l’expression utilisée par Elizabeth Cady Stanton elle-même, p. 163.

5 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 164.

6 Voir E. C. Dubois, introduction à E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. xxiii.

7 Voir L. A. Willis, Voices Unbound…, p. 41.

8 Cette préface porte la date de septembre 1897 dans le texte d’Elizabeth Cady Stanton.

9 Ultime espoir, un autre Eleazar Livingston naquit en 1827 et mourut en 1828.

10 Tout au long de sa vie, Elizabeth Cady Stanton manifestera un goût prononcé pour les jeux de société.

11 Pour ces détails biographiques, voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 6-9.

12 Ce pensionnat pour jeunes filles avait été fondé par Emma Willard en 1821, à Troy, dans l’État de New York. Il permit à nombre de jeunes filles auxquelles l’entrée à l’Université était interdite de recevoir, malgré son orientation et ses inévitables limites, une éducation de qualité. Malgré sa déception, Elizabeth Cady elle-même rendit hommage à cette institution et à la croisade courageuse menée par sa fondatrice.

13 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 35.

14 Ibid., p. 31-33.

15 Frère d’Edward Bayard, lequel lequel épousa Tryphena, l’une des sœurs aînées d’Elizabeth. Les deux frères, la famille Bayard, de même que quelques employés et étudiants du juge Cady servirent souvent de substitut parental aux enfants Cady après la mort dévastatrice d’Eleazar.

16 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 29, et « The champion of social reform. Elizabeth Cady Stanton », American Phrenological Journal (1838-1869), mars 1869, vol. 49, n° 3 ; American Periodicals Series Online,http://www.proquest.com.

17 E. C. Stanton, Eighty Years & More…, chap. v, p. 71-91, et p. 79-83 pour l’extrait lui-même. Pour une réflexion sur cet épisode, voir B. Anderson, Joyous Greetings…, p. 57-62.

18 Voir par exemple E. Griffith, In Her Own Right…, p. 34-37.

19 Wendell Phillips (1811-1884), juriste diplômé de Harvard, remarquable orateur, abolitionniste collaborateur de William Lloyd L. Garrison, défenseur des droits des femmes et des Indiens d’Amérique, adepte des principales réformes de l’époque.

20 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 127-128.

21 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 81.

22 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 32.

23 Ibid., p. 36-37.

24 Elias Hicks (1748-1830) prédicateur très populaire un peu partout aux États-Unis. Il voyagea également au Canada.

25 Cité dans E. Griffith, In Her Own Right…, p. 175-176.

26 Mentionné dans B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 127.

27 Voir J. Wellman, The Mystery of the Seneca Falls…, p. 30.

28 E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, chap. iii, p. 62. La première citation reprend, bien sûr, un passage que l’on peut lire sur le piédestal de la statue de la Liberté à New York : « the land of the free and the home of the brave », rappel ironique des idéaux fondateurs de la nation américaine.

29 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, note 20, p. 237. « Outré », conservé ici, est le terme employé par Henry Stanton. Le « nous » se réfère aux femmes mariées dans leur ensemble.

30 Sa réflexion repose alors sur les deux dimensions de l’identité analysée beaucoup plus tard, de manière lumineuse, par Paul Ricœur, dans Soi-même comme un autre (Paris, Seuil, 1990). Paul Ricœur fait remarquer que là où le français dispose d’un seul terme (« identité »), il convient de distinguer entre la « mêmeté », qui rapproche l’individu d’un groupe dans lequel il peut se reconnaître, et « l’ipséité » qui l’en distingue dans son unicité. L’anglais, plus riche à cet égard, fait la différence entre sameness et selfhood.

31 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 91.

32 Jusqu’au XXe siècle, on donna le nom de « Lucy Stoners » aux femmes qui gardèrent leur nom de jeune fille.

33 Voir le texte de ce discours dans L. A. Willis, Voices Unbound…, p. 42-43. Il est également reproduit dans E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, p. 181.

34 En écho à la Boston Tea Party de décembre 1773, organisée par les Fils de la Liberté dirigés par Samuel Adams, et qui joua un rôle décisif dans le déclenchement de la révolution américaine.

35 Pour cette mise au point, voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 51-55, mais aussi E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, p. 68, et le chapitre « Réception » p. 165.

36 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 147-148.

37 Ce passage de Eighty Years & More…, p. 147-148, est également cité par Theodore et Harriot Stanton, Elizabeth Cady Stanton as Revealed in Her Letters, Diary, and Reminiscences, vol. I, p. 144-145. La Conférence mondiale contre l’esclavage est celle de Londres, en 1840.

38 « Anthologie », texte 5 (p. 104), traduction de l’intégralité de l’annonce publiée par le Seneca County Courier.

39 Pour ce point, voir les notes d’accompagnement du texte 5.

40 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 87, et note 4, p. 247. Lettre de Lucretia Mott à Elizabeth Stanton, en date du 16 mars 1855 : « In thy coming work thou must do thyself justice. Remember the first convention originated with thee. »

41 « Anthologie », texte 6 (p. 105).

42 Voir E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, p. 68 : « They felt as helpless and hopeless as if they had been suddenly asked to construct a steam engine. »

43 Ibid.

44 Lettre publiée dans maintes anthologies sous le titre de « Remember the Ladies », et dans laquelle Abigail écrivit : « we are determined to foment a Rebelion (sic) […] » dans l’hypothèse où les textes en préparation oublieraient de s’occuper du sort des femmes.

45 Voir J. Wellman, The Mystery of the Seneca Falls…, p. 56. Le déroulement des opérations au cours de ces deux journées fut décrit dans un rapport publié par le North Star dirigé par Frederick Douglass à Rochester dès 1848, puis, trente ans plus tard, dans le National Citizen and Ballot Box par Matilda Joslyn Gage en un compte rendu qui allait servir de brouillon lors de la rédaction de History of Woman Suffrage. On peut se reporter également à A. D. Gordon, The Selected Papers of Elizabeth Cady Stanton and Susan B. Anthony, vol. I, p. 75-88, pour le déroulement des débats, et les textes eux-mêmes, assortis de notes très complètes.

46 Voir E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, History of Woman Suffrage, vol. I, p. 69.

47 « Anthologie », texte 5 (p. 104).

48 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 128.

49 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 77. Robert Owen (1771-1858), d’origine galloise, avait fondé aux États-Unis, en 1825, une communauté utopique dans le village pilote de New Harmony dans l’Indiana.

50 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 85. La Washington Total Abstinence Society était due à l’initiative d’une demi-douzaine de gros buveurs réunis à Baltimore. L’American Temperance Society avait été créée en 1836.

51 Néologisme de Philippe Lejeune, repris, entre autres, par Gérard Genette dans Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982, p. 452.

52 John Locke avait publié en 1690 deux traités, Two Treatises of Government visant entre autres choses à justifier la révolution glorieuse de 1688 en Angleterre. Les rédacteurs de la Déclaration d’indépendance de 1776 reprirent à leur compte sa définition du contrat de gouvernement pour justifier leur décision de rompre avec l’Empire britannique.

53 Olympe de Gouges (1748-1793), femme de lettres, femme politique, polémiste. Auteure de nombreux écrits en faveur des droits des femmes et de l’abolition de l’esclavage des Noirs. Elle mourut guillotinée.

54 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 69. L’auteure fait allusion à Olympe de Gouges sans que cette influence soit attestée, sinon, peut-être par le biais de Jeanne Deroin qui lui rendit hommage en 1848. En outre dans la réponse qu’elle donna à l’une de mes questions, Judith Wellman affirme qu’Elizabeth Cady Stanton, par sa lecture de divers journaux, était au courant de l’actualité internationale, et fit elle-même allusion à la Révolution française dans l’un de ses discours sur le vote des femmes en 1848. Elle ne peut cependant affirmer que Stanton avait lu le texte d’Olympe de Gouges (courriel de Judith Wellman adressé à Ann D. Gordon et moi-même en date du 8 mars 2007).

55 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 134.

56 Les féministes du XXe siècle allaient être désarçonnées par les propos peu amènes tenus à l’encontre des « femmes de Seneca Falls » par l’historienne Mary R. Beard en 1946, qui cependant reconnaît sa dette à leur égard pour ce qui est de l’écriture de l’histoire des femmes. À titre d’exemple, voir Woman as Force in History, chap. VII, « Equality as the escape from subjection », p. 145-151.

57 « Anthologie », texte 5 (p. 104) : « to discuss the social, civil, and religious rights of woman ». Le terme « civil » avait sans doute donné lieu à quelques interprétations restreintes de ce qu’il peut recouvrir.

58 Voir Judith Sargent Murray (1751-1820) dans son essai « Equality of the sexes » publié dans le Massachusetts Magazine, en mars-avril 1790. Repris dans A. S. Rossi, The Feminists Papers : from Adams to de Beauvoir, p. 18-24.

59 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, chap. vi, « Women and Legal Reform in New York State », p. 135-154.

60 Titre du poème de William Ray, poète d’Auburn (New York) : « A Petition to the convention in behalf of the ladies », cité par J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 145. Pour Charles O’Connor, ibid, p. 148-150. Howard Smith, représentant très âgé de la Caroline du Nord au Congrès lors des débats sur la Civil Rights Act de 1964 espérait faire échouer le passage de la loi en introduisant la notion de « sexe » dans la dénonciation des discriminations que le texte visait à invalider.

61 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 51.

62 Id. , The Mystery of the Seneca Falls…, p. 54.

63 Remarque citée par nombre d’ouvrages, dont celui d’E. Flexner, A Century of Struggle…, p. 76 : « Why, Lizzie, thou wilt make us ridiculous. We must go slowly. » J. Wellman, dans son tapuscrit The Mystery of the Seneca Falls…, p. 53, allonge la citation par cet ajout : « You will turn the proceedings into a farce », qui ne saurait être totalement fidèle à la lettre des propos de Lucretia Mott qui utilisait le tutoiement propre aux quakers, mais en restitue cependant l’esprit.

64 Cité par J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 225. Après deux tentatives de fuite avortées, Frederick Douglass (1818 ?-1895), esclave noir originaire du comté de Talbot (Maryland) avait réussi à s’échapper le 3 septembre 1838. C’est en 1846 qu’il fut officiellement émancipé grâce à l’intervention de sympathisants britanniques qui achetèrent sa liberté à son propriétaire du moment. Son autobiographie, Narrative of the Life of Frederick Douglass written by himlelf (Récit de la vie de Frederick Douglass écrit par lui-même) fut dès sa parution en 1845 un succès mondial, réimprimé neuf fois entre 1845 et 1848, et traduit en français et en néerlandais. C’est en 1847 qu’il fonda son journal abolitionniste.

65 Le 14e amendement, ratifié en 1868, fait (toujours) apparaître le mot « male » dans sa deuxième section, et le 15e amendement, ratifié en 1870 n’accorda pas le droit de vote aux femmes.

66 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 82-84.

67 J. Wellman, The Mystery of the Seneca Falls…, p. 54 : « This right is ours. Have it we must. Use it we will. […] The great truth, that no just government can be formed without the consent of the government, we shall echo and re-echo in the ears of the unjust judge. »

68 « The political non-existence of women » dans Theory and Practice of Society in America, vol I, partie I, chap. iii, section 7, Londres, Saunders et Otley, 1837.

69 Alinéas 5 à 9.

70 Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 13, p. 86. Voir aussi C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 13.

71 Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 13, p. 86.

72 Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 59 et 154.

73 Ansel Bascom (1802-1862), réformateur, juriste et chef politique local (Free Soil Party), avait représenté le Seneca County à l’Assemblée constituante de son État en 1848, où il prôna le vote des Noirs et une révision radicale des lois sur le mariage et le droit de propriété. Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, note 8, p. 84. Plus tard, dans leur History of Woman Suffrage, Elizabeth Cady Stanton, Susan Brownell Anthony et Matilda Joslyn Gage semblent maximiser la Married Women’s Property Act d’avril 1848 devenue à leurs yeux « le coup de grâce porte à l’ancien code de Blackstone relatif aux femmes mariées dans ce pays » (vol. I, p. 65).

74 Citation rapportée par J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 99.

75 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 123.

76 Le problème de l’inégalité des salaires malgré l’Equal Pay Act de 1973 demeure aujourd’hui encore l’une des préoccupations majeures des femmes soucieuses d’obtenir une véritable égalité.

77 Pour ce qui concerne la nature des emplois ouverts aux femmes, leurs salaires et leurs conditions de travail, voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 106 ; B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 18 ; E. Flexner, A Century of Struggle…, p. 53-54 ; C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 20.

78 Allusion aux propos de Margaret Fuller dans Woman in the Nineteenth Century, publié en 1835, à travers un extrait souvent cité, et reproduit par B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 146. Voir M. Fuller, Woman in the Nineteenth Century, p. 172 et 174.

79 Ce droit cependant défendu par George Fox, fondateur de la Société religieuse des amis (quakers) dès 1656, ne fit pas vraiment école parmi les autres sectes et religions. Voir J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 101.

80 Il s’agissait de l’Église congrégationaliste de South Butler, dans l’État de New York.

81 Sur le culte de la vraie femme, voir B. Welter, Dimity Convictions : The American Woman inthe Nineteenth Century, p. 21-41.

82 Cité par J. Wellman, The Road to Seneca Falls…, p. 134 : « [men] and women were created equal ; they are both moral and accountable beings, and whatever is right for a man to do, is right for a woman […] ». Cette phrase est attribuée à Sarah Grimké dans cet ouvrage, alors que B. S. Anderson la présente comme l’extrait d’une lettre adressée à un ami par Angelina en 1837. Voir Joyous Greetings…, p. 122.

83 The Feminine Mystique, publié par Betty Friedan en 1963, et traduit l’année suivante en français par Yvette Roudy sous le titre de La femme mystifiée (Paris, Gonthier, 1964).

84 Sans tarder, des conventions locales et nationales consacrées aux droits des femmes s’organisèrent. La première convention nationale se tint à Worcester, dans le Massachusetts, en 1850. D’autres suivirent chaque année (sauf en 1857) jusqu’à la guerre Civile.

85 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 90, et B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 141. Citation à l’origine de « demander le maximum », titre de cette partie de la présentation (p. 37)

86 Voir B. S. Anderson, Joyous Greetings…, p. 53-54. Ernestine Rose (1810-1892), d’origine polonaise (née Polowsky) voyagea beaucoup en Europe puis, après son immigration aux États-Unis en 1836, devint peu à peu l’une des forces vives du féminisme américain du xixe siècle.

87 Voir p. iii, dans l’« Anthologie », la première note d’accompagnement du texte 7 pour les conditions de cette publication, et la personnalité d’Elizabeth McClintock.

88 Quatrième conférence mondiale sur les femmes, représentant donc le degré d’élargissement maximal de la question, avec ce leitmotiv « women’s rights are human rights ».

89 Allusion, au cours des années 1970 et 1980, au débat relatif à l’Equal Rights Amendmen t (ERA) qui serait devenu le 27e amendement à la Constitution des États-Unis, proposé pour la première fois par le Congrès fédéral en 1972. Quand arriva l’échéance ultime de 1982, seuls trente-cinq États l’avaient ratifié sur les trente-huit requis, ce qui scella son échec. Phyllis Schlafly (née en 1924), activiste conservatrice, farouche adversaire des féministes. Dans les années 1970 et au début des années 1980, elle mena une redoutable campagne contre l’ERA à la tête de deux groupes de pression très efficaces : Eagle Forum, fondé en 1972, et StopERA (« Stop » signifiant « Stop Taking Our Privileges »). Elle a écrit de nombreux ouvrages et articles, et depuis 1967 continue de publier chaque mois sa newsletter (bulletin) politique, The Phyllis Schlafly Report.

90 Seul le masculin du terme existe, détail significatif.

91 Pour l’histoire de ce texte et son devenir, voir « Anthologie », première note d’accompagnement au texte n 8, et les précisions fournies par A. D. Gordon, The Selected Papers…, p. 94-95 et 117-123.

92 « Thy maiden speech » (« Ton premier discours »). Voir A. D. Gordon, The Selected Papers…, p. 94-95.

93 « Anthologie », texte 7 (p. 111).

94 Voir ci-dessus le chapitre « Contextes », note 28 sur Charles Fourier. On lui attribua longtemps à tort la création du terme « féminisme ». Voir les mises au point de G. Fraisse, Muse de la raison…, p. 315-317, et, pour les États-unis, celles de N. F. Cott, The Grounding of American Feminism, p. 3-10. Voir également l’article de K. Offen « Sur l’origine des mots “féminisme” et “féministe” », p. 492-496.

95 Sur l’innéisme, voir C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 10.

96 C’est cette certitude qui allait pousser Richard Graham, membre de l’Equal Employment Opportunity Commission (Commission pour l’égalité en matière d’emploi), à convaincre Betty Friedan que rien ne se passerait de très positif pour elles si les femmes n’agissaient pas pour leur propre compte, ce qui conduisit à la création de la National Organization for Women (Association nationale pour les femmes) en 1966.

97 Thèses développées par Kate Millett dans Sexual Politics en 1969, et Betty Friedan, dans The Feminine Mystique en 1963, et reprises par les féministes américaines de la deuxième vague dans les années 1960 et 1970.

98 Le costume créé par Elizabeth Smith Miller (fille de Gerrit Smith et donc cousine d’Elizabeth Cady Stanton) fut promu par Amelia Bloomer dans les colonnes de son mensuel The Lily. Il se composait d’une robe plus courte que celles que les femmes portaient jusqu’ici, sous laquelle apparaissait un pantalon à la turque. Elizabeth Cady Stanton l’adopta en 1851, au grand dam de son père qui ne put comprendre pourquoi elle tenait tant à ressembler à un « mec ». Version originale : « Why she was making such a guy of herself. » Elle eut l’occasion de remarquer à quel point cette tenue détournait l’attention des problèmes de fond. Après 1853, la plupart des féministes renoncèrent à la porter.

99 « Anthologie », texte 1 (p. 91).

100 Voir ci-dessus, note 98. Par contraste avec ce passage, voir l’apologie des longues robes et tenues bouffantes des femmes dans le discours de 1848, texte 8, § 14.

101 On trouve ce même parti pris dans le discours de 1848, texte 8, § 3. Et pourtant Margaret n’allait pas être la plus active de ses enfants pour ce qui est de la défense des droits des femmes. Theodore, son quatrième fils, né en 1851, et sa fille Harriot, née en 1856, allaient faire davantage pour la pérennité de l’héritage. Il existe pour l’un et l’autre une descendance active dans la préservation du message et de la mémoire d’Elizabeth Cady Stanton, en France pour le premier, et aux États-Unis pour la seconde.

102 Pour cette rencontre, voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 163.

103 On est loin ici de l’euphorie de la lettre adressée à Lucretia Mott. Voir « Anthologie », texte 10 (p. 143).

104 Voir note 2 sur le texte 11, p. 151 pour les relations des deux amies avec la Woman’s State Temperance Society (Association de femmes pour la lutte contre l’alcoolisme) de l’État de New York.

105 Elle compte parmi les membres éminents des Daughters of Temperance à Canajoharie (New York) où elle enseignait, avant de rejoindre la branche de Rochester.

106 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 72-73.

107 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 166, et Alice Rossi, « Friendship », p. 71.

108 Propos rappelés par Alice Rossi, ibid., p. 72. Plus près de nous, on songe aux paroles malheureuses de Hillary Clinton, alors candidate au poste de sénateur de l’État de New York, quand pour se mettre en valeur elle crut bon de rappeler qu’elle eût pu rester chez elle à faire des gâteaux.

109 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 165 : « I forged the thunderbolts, and she fired them. »

110 Ibid., p. 166.

111 Voir « Susan B. Anthony », titre du chapitre x, p. 155-185. C’est à elle aussi, amie fidèle depuis un demi-siècle, que l’ouvrage tout entier est dédié en sa page de garde : « I dedicate this volume to Susan B. Anthony, my steadfast friend for half a century. »

112 « Anthologie », texte 2 (p. 94).

113 Lettre du 1er décembre 1853. Extrait cité par E. Griffith, In Her Own Right…, p. 81-82.

114 Lettre du 18 décembre 1853, déposée à la bibliothèque du Congrès. Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 81, et note 59, p. 246. William Henry Channing (1810-1884), transcendantaliste intéressé surtout par les réformes sociales, était le neveu de William E. Channing (1780-1842), poète transcendantaliste et théologien, fondateur de l’unitarisme.

115 Voir E. C Stanton, Eighty Years & More…, p. 187-189, et, par opposition, E. Griffith, In Her Own Right…, p. 82.

116 L’expression « my convert » est utilisée par E. C. Stanton elle-même dans Eighty Years & More…, p. 187.

117 50 000 selon E. Griffith, p. 83. 20 000 selon E. C. Stanton dans son autobiographie, p. 189. Les deux femmes auraient eu pour intention de vendre les exemplaires non distribués aux membres du Congrès.

118 Cette émouvante évocation et l’expression infamante employée par E. C. Stanton seront reprises dans l’autobiographie, p. 188.

119 Voir L. A. Willis, Voices Unbound…, p. 39, qui nous renvoie à « Educated Suffrage », discours d’Elizabeth Cady Stanton à la National American Woman Suffrage Association, à Washington (D. C.), 12-18 février 1902.

120 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 192.

121 Ce qu’affirme E. Griffith, In Her Own Right…, p. 81.

122 Voir C. Fillard et C. Collomb-Boureau, Les mouvements féministes américains, p. 20.

123 Voir J. Wellman, The Mystery of the Seneca Falls…, p. 22., et S. A. Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. 58.

124 Voir S. A Brown, Wesleyan Chapel. Women’s Rights, p. 58, ainsi que T. Stanton et H. S. Blatch, Elizabeth Cady Stanton as Revealed in Her Letters, Diary, and Reminiscences, vol. I, p. 142-143.

125 Voir E. Griffith, In Her Own Right…, p. 206, et L. A. Willis, Voices Unbound…, p. 39.

126 Cité dans A. Rossi, « Friendship », p. 83.

127 Voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 189.

128 Ibid., p. 190-191. « Strong-minded », appliqué aux femmes, allait pour longtemps devenir un terme d’opprobre. L’allusion aux étrangères vise surtout Ernestine Rose, d’origine polonaise.

129 Ibid., p. 194.

130 Entre autres l’épouse du sénateur Seward qui la remercia chaleureusement dès que son mari eut le dos tourné. Pour cette scène, voir E. C. Stanton, Eighty Years & More…, p. 198. William H. Seward (1801-1872), farouche opposant à l’esclavage, tour à tour gouverneur de l’État de New York, puis membre du Sénat des États-Unis à partir de 1848, membre du parti whig puis du parti républicain à la dissolution de ce dernier. Il fut ministre des Affaires étrangères (Secretary of State) d’Abraham Lincoln puis d’Andrew Johnson.

131 Paulina Wright Davis (1813-1876), elle porta le nom de Francis Wright, son premier mari décédé en 1815, auquel s’ajouta celui de Thomas Davis qu’elle épousa en 1849. Active dans la plupart des mouvements de réforme qui marquèrent la première moitié du xixe siècle aux États-Unis, elle fonda en février 1853 The Una, l’un des premiers périodiques consacrés à la défense des droits des femmes.

132 Allusion au texte 2 (p. 94) de l’« Anthologie ».

133 Cité par E. Griffith, In Her Own Right…, p. 84.

© ENS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540