Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls

 | 
Claudette Fillard

Introduction

Full text

1La collection d’ouvrages consacrés aux « Fondamentaux du féminisme anglo-saxon » vise à mettre à la disposition d’un public francophone, à travers leur présentation, leur analyse et leur traduction, des textes significatifs qui rythment les épisodes marquants d’une longue évolution. Fidèle à cet objectif, le présent volume s’intéresse aux premiers actes fondateurs aux États-Unis d’un mouvement balbutiant. Il ne s’agit ici ni de retracer l’histoire du féminisme américain, ni de rendre compte de toutes les étapes de la carrière d’Elizabeth Cady Stanton. La réflexion porte délibérément sur le lien d’interdépendance entre le moment inaugural que constitue la première convention sur les droits de la femme à Seneca Falls en 1848, et l’éclosion d’Elizabeth Cady Stanton comme force vive et tête pensante des premiers combats pour l’amélioration de la condition des femmes et la difficile conquête de leurs droits dans l’Amérique du XIXe siècle. Cette double émergence constitue l’élément structurant de l’ouvrage proposé.

2Cette double naissance ne saurait se lire comme un phénomène de génération spontanée, jaillissement ex nihilo, irruption soudaine dans une sorte de vide spatio-temporel. L’évocation du contexte de cette gestation s’impose avant toute autre préoccupation. Contexte pluriel en vérité, contextes donc, à commencer par la vision grand angle, à l’échelle internationale, des turbulences qui agitent l’Europe où les peuples de 1830 et 1848 vivent leur « printemps  ». L’environnement national, lui, fait apparaître une Amérique écartelée entre des forces contraires. Les femmes, emprisonnées dans le carcan juridique de règles héritées du droit coutumier anglais subissent en outre les pesanteurs sociologiques inhérentes au culte de la vraie femme qui fit florès aux États-Unis avec la mutation économique du pays à partir des années 1830. Dans le même temps cependant élans progressistes et rêves parfois un peu fous nourrissent les diverses croisades menées pendant l’ère des réformes. Resserrant encore le champ d’observation on s’interroge ensuite sur le rôle joué par la petite localité de Seneca Falls, au nord de l’État de New York, cadre improbable a priori d’une rébellion qui ne serait sans doute jamais entrée dans les livres d’histoire, voire ne serait jamais advenue, si Elizabeth Cady Stanton n’avait été contrainte d’y élire domicile après les années privilégiées de son enfance à Johnstown et les premiers temps de son mariage à Boston.

3Le décor une fois planté à travers les cercles concentriques de ces évocations, il importe alors de présenter les textes traduits ici pour la première fois afin de les rendre accessibles à un public français. Le regroupement chronologique des analyses permet, par le choix d’une telle architecture, une lecture en continu qui met en lumière la dynamique d’une trajectoire : celle d’un féminisme et d’une féministe en voie de construction. La nature des textes varie, mais tous contribuent à l’esquisse d’une même direction déclinée en trois phases qu’ils illustrent à leur façon. Ce sont d’abord les premières indignations teintées de naïveté d’une jeune fille qui eut le tort de ne pas naître garçon. C’est ensuite la colère irrépressible d’une femme qui découvre à Seneca Falls la misère de mères, de filles, d’épouses, moins gâtées qu’elle par la vie mais dont il lui faudra désormais partager certaines servitudes. Cette prise de conscience la poussera à jouer un rôle moteur dans l’organisation de la première convention sur les droits des femmes en juillet 1848, et lors de la rédaction du texte ambitieux de la Déclaration de sentiments et de ses Résolutions où l’on demande le maximum. S’ensuit l’affirmation d’une vocation de militante chez cette mère de famille soucieuse de son apparence, très éloignée des femmes « dé-sexuées » par leurs « insolentes » aspirations, qui comprend avant l’heure que ce qui est personnel est politique. En ses écrits s’enchevêtrent vie privée et vie publique que d’aucuns voudraient isoler dans des sphères séparées. En 1854, avec son discours au Congrès de l’État de New York, discours sans précédent puisque courageusement et entièrement consacré sans aucune équivoque possible aux droits des femmes, elle opte pour une exposition publique maximale. Son destin se trouve alors scellé de figure de proue du féminisme américain.

4Le cheminement ainsi retracé dans la présentation des textes se trouve confirmé avec éclat par les textes eux-mêmes, tous traduits par nos soins, accompagnés parfois de titres de notre cru. Fragments autobiographiques, lettres privées ou moins privées adressées à des amies ou à des journaux, articles, discours prononcés dans divers cadres, tous, malgré leur nature a priori disparate, permettent d’appréhender l’évolution qui informe la double émergence centrale dans notre propos. Ils permettent également d’apprécier, dans diverses postures, l’organisation progressive d’une pensée avant que l’on pense à une organisation, pensée politique en voie d’élaboration, remarquable de solidité, de lucidité, radicale dans tous les sens du terme, appel à une véritable rupture culturelle.

5L’observation des réactions contrastées aux événements de Seneca Falls permet d’apprécier l’intensité de la menace. Si les éloges et l’enthousiasme ne furent pas totalement absents, plus fréquentes et plus dévastatrices furent les manifestations d’hostilité. Les secousses d’une opinion inégalement divisée seront dans le chapitre intitulé « Réception  », illustrées surtout par quelques textes significatifs empruntés à la presse. Aux articles les plus virulents Elizabeth Cady Stanton n’hésitait pas à répondre. Ils reflètent la peur engendrée par la mise en cause des principes fondateurs d’un patriarcat que l’on présentait comme immuable loi de la nature et que certaines et certains – insupportable audace – prétendent maintenant dénoncer comme faits de culture. Les femmes elles-mêmes trouvèrent parfois difficile un réveil qui néanmoins conduisit à l’organisation d’autres conventions, prémices de ce qui plus tard prendra la forme de véritables mouvements de défense de leurs droits.

6Les destins solidaires de Seneca Falls et d’Elizabeth Cady Stanton allaient conduire à la création d’un mythe à travers des célébrations rituelles sur lesquelles se penche la dernière partie de cet ouvrage consacrée aux caprices et au parcours de la mémoire. L’événement lui-même – la Convention de Seneca Falls – fait l’objet de commémorations régulières, inégalement spectaculaires, qui en entretiennent le souvenir. Néanmoins le lieu où il se produisit, la Wesleyan Chapel, n’a échappé que très récemment à l’oubli et à la disparition grâce aux remarquables efforts des responsables du Parc historique national de Seneca Falls. En ce site devenu admirable lieu de mémoire le féminisme américain semble avoir poussé ses racines. Quant à Elizabeth Cady Stanton, éclipsée par d’autres figures moins controversées du combat pour la cause des femmes, elle demeura longtemps méconnue, voire inconnue aux États-Unis et à plus forte raison en France, jusqu’à ce que l’on commence à écrire différemment l’histoire et que l’on commence à écrire l’histoire des femmes. Un effort de remémoration et de réhabilitation est donc à l’œuvre, auquel l’ouvrage proposé tente d’apporter sa modeste contribution. La nation américaine, faute d’une longue histoire, nourrit son identité de la sacralisation de ses textes fondateurs et en particulier de sa Déclaration d’indépendance. Le choix d’un tel hypotexte par les dames de Seneca Falls ne pouvait donc que favoriser la naissance d’un mythe des origines du féminisme américain. Mais le destin de la Déclaration de sentiments s’avère moins certain que celui de son modèle. L’histoire a maintes fois prouvé que les acquis du féminisme américain ne le sont jamais définitivement, et que l’œuvre entreprise n’est pas aboutie. Le texte voté à Seneca Falls, par différence avec son modèle où l’énoncé de grands principes démocratiques vise surtout à justifier un acte audacieux mais passé (la rupture avec l’Empire britannique), tout comme le message d’Elizabeth Cady Stanton elle-même, nous parle d’avenir.

© ENS Éditions, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540