Version classiqueVersion mobile

L'évolution de la condition féminine en Grande-Bretagne à travers les textes juridiques fondamentaux de 1830 à 1975

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Voir notre note 38 p. 15.

1Selon le concept de « camisole de force biologique »1, proposé par l’historienne Ann Digby, les femmes sont prisonnières de leur propre corps : toute femme est régulièrement plongée par son corps dans un tourbillon d’effets dévastateurs physiques et psychiques, d’une ampleur telle que toute une équipe de médecins et de psychiatres érudits serait nécessaire pour les décrypter et les soigner. En réalité, comme nous l’avons vu dans ce livre retraçant cent quarante ans d’histoire britannique, la loi a tenté de manière répétée d’enfermer les femmes dans une camisole à la fois biologique et juridique. Cette camisole, pour les femmes mariées du moins, va jusqu’à essayer d’effacer leur existence. Même les lois censées représenter un progrès pour les femmes outre-Manche, comme la Loi relative à la représentation politique de 1918, n’ont fait que confirmer la ténacité des préjugés et des discours aspirant à séparer l’espace public masculin de l’espace privé féminisé. Certes, la loi laisse entrer les femmes dans le domaine public qu’est la représentation politique, à condition toutefois qu’elles soient moins nombreuses que les hommes, et que les éléments les plus perturbateurs soient écartés des urnes.

  • 2 Le mot anglais confinement est très courant dans ce contexte.
  • 3 A. Vickery, « Golden age to separate spheres ? A review of the categories and chronology of Englis (...)

2Même si les thèmes de l’isolement, voire de l’emprisonnement2, sont récurrents dans les récits autobiographiques féminins de l’époque victorienne, il est important de mesurer les limites des proscriptions et des prescriptions énoncées par la loi. Comme le note l’historienne Amanda Vickery, il est vital de découvrir dans chaque contexte historique la manière dont les femmes ont « accepté, négocié, contesté ou tout simplement ignoré les préceptes du bon comportement féminin ».3 Ignorer une loi est souvent délicat, voire impossible, sauf dans le cas où on la laisse tomber en désuétude. Les femmes ne peuvent pas « ignorer » le fait qu’en 1918, le droit de vote est acquis à trente ans, et refusé à vingt-neuf ! Il existe en réalité tout un éventail de possibilités entre appliquer une loi dans la durée et sur tout le territoire, et la laisser prendre la poussière sur une étagère. Aussi, l’acceptation, la négociation et la contestation sont les trois réactions possibles à la loi, tant pour les femmes qu’elle cible que pour les hommes politiques, les forces de l’ordre et les tribunaux chargés de l’appliquer.

3Ce constat s’applique à la fois aux lois cherchant à cantonner les femmes dans un rôle de femme domestique apprivoisée, mais également aux lois plus récentes, qui ont essayé en quelque sorte de les « décantonner ». Pour les premières, et ce malgré le poids des préceptes culturels et religieux et des contraintes institutionnelles et juridiques, les femmes victoriennes et édouardiennes réussissent à détourner l’idéologie des « sphères étanches » et à justifier leurs interventions dans l’espace public, que ce soit dans le domaine religieux, caritatif ou culturel. La richesse et l’envergure de la pensée féministe britannique au xixe siècle témoigne également de l’existence d’espaces de liberté. Des espaces fugaces et précaires, certes – et même par moments dangereux pour celles qui s’y expriment –, mais bien présents. Pour se rendre compte de cette complexité, il faudrait sans doute inventer de nouveaux outils conceptuels, car « la métaphore des sphères étanches n’arrive pas à rendre compte de la texture des rapports de subordination, ni de l’interaction subtile d’émotion et de pouvoir au sein de la famille » (ibid., p. 401). Il ne s’agit pas de minimiser le poids des stéréotypes ni le traitement inégal réservé aux femmes devant la loi. Il s’agit plutôt de reconnaître que cette conception bipolaire monolithique, conception alimentant à la fois le discours des défenseurs du statu quo et celui de leurs critiques féministes, n’est pas forcément un bon guide pour comprendre les comportements et les mentalités des femmes britanniques dans leur vie quotidienne (ibid.).

  • 4 S. Fredman, Women and the Law, p. 95.

4Il n’est donc pas surprenant, dans ce contexte, de découvrir que l’arme juridique n’a pas toujours été efficace pour faire avancer la cause des femmes, comme dans les Lois de 1970 et 1975 sur l’égalité salariale et la discrimination. Somme toute, l’égalité de droit entre hommes et femmes est désormais acquise dans la plupart des domaines, situation dont les femmes du xixe siècle ne pouvaient que rêver.4 Mais comme nous l’avons remarqué plus haut, le principe d’égalité des chances n’est pas une panacée. Sandra Fredman le rappelle en notant qu’en fait, le plus grand accès des femmes à la sphère publique du travail rémunéré n’a pas assoupli la démarcation rigide entre espace public et espace privé. Ainsi, dans la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, participer pleinement à un travail rémunéré nécessite souvent une participation minimale à la vie de famille. Celui (ou, en règle générale, celle) qui cherche à mettre en place un mode de travail flexible pour s’occuper de sa famille est souvent pénalisé (ou pénalisée) par un bas salaire et de mauvaises conditions de travail (ibid., p. 414).

  • 5 Sur ce sujet, voir l’étude classique de S. Sharpe, Just like a Girl : How Girls Learn to be Women (...)

5De la même manière, l’égalité devant la loi concernant la propriété (Loi de 1882) ou le droit à l’égalité salariale (Loi de 1970) n’a pas supprimé les inégalités de patrimoine et de revenu entre les sexes. Et il en va de même pour les effets de la loi d’égalité du droit de vote en 1928. Quatre-vingts ans plus tard, elle ne s’est pas traduite par un partage égal du pouvoir social et politique entre hommes et femmes. En fin de compte, le principe juridique d’égalité devant la loi, pour lequel les femmes (et certains hommes) se sont battus depuis deux siècles, a permis des avancées considérables pour la condition des femmes en Grande-Bretagne, comme ailleurs. Pour autant, il n’a pas réussi à supprimer les inégalités ni les discriminations. C’était sans doute trop espérer que l’arme juridique puisse à elle seule venir à bout d’une question si épineuse. L’histoire a montré maintes fois que le législateur peine à accomplir à lui seul un changement profond des mentalités ou des structures économiques et sociales. Pour parvenir à un tel changement, il faudrait non seulement faire évoluer l’organisation de la vie économique et sociale pour ne pas pénaliser une femme (ou un homme) souhaitant concilier travail et famille, mais également transformer les procédures de socialisation des filles et des garçons, lesquelles continuent à transmettre valeurs, normes et comportements de différenciation entre les sexes.5 Un tel projet nécessite une véritable volonté politique, voire un projet de société. Pour l’heure, cette volonté ou ce projet ne semblent pas être d’actualité, ni au Royaume-Uni ni en France.

6L’histoire juridique des femmes nous permet de mesurer le chemin parcouru depuis les années 1830, mais également les obstacles qu’il reste à surmonter.

Notes

1 Voir notre note 38 p. 15.

2 Le mot anglais confinement est très courant dans ce contexte.

3 A. Vickery, « Golden age to separate spheres ? A review of the categories and chronology of English women’s history », 1993, p. 391-392.

4 S. Fredman, Women and the Law, p. 95.

5 Sur ce sujet, voir l’étude classique de S. Sharpe, Just like a Girl : How Girls Learn to be Women – From the Seventies to the Nineties, 1994.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search