Version classiqueVersion mobile

Capital culturel et inégalités sociales

 | 
Georges Liénard
, 
Émile Servais

Remerciements

Texte intégral

1Françoise Nicolas, ayant-droit d’Émile Servais (1939-2017), et moi-même remercions Pierre Mercklé, responsable de la « Bibliothèque idéale des sciences sociales » (Bi2S) et Isabelle Boutoux, directrice d’ENS Éditions de la réédition dans leur collection du livre Capital culturel et inégalités sociales. Morales de classe et destinées sociales. Nous tenons aussi à remercier l’équipe de Bi2S du Centre Max Weber de l’ENS de Lyon et notamment Afifa Zenati, Solenne Louis et Nadine Pontal de leur travail et de leur suivi pour la réédition de ce livre. Nous tenons également à remercier la revue Lectures pour son aide financière pour cette publication. Cette réédition a été possible parce que le professeur Stéphane Bonnéry de l’université Paris 8 et Frédérique Giraud, maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Paris ayant connu ce travail grâce à mon ami le professeur Éric Mangez de l’Université catholique de Louvain ont estimé que ce travail de thèse, défendue en 1975 et publiée en 1978, en valait la peine. Nous remercions profondément chacune et chacun de leurs apports.

2En outre, c’est avec gratitude et plaisir scientifique et humain que je remercie le professeur Stéphane Bonnéry de sa préface et mes amis, les professeurs Éric Mangez et Hugues Draelants, de leurs investissements pour notre postface commune. De même nous remercions également chacune et chacun des intervenants et intervenantes lors de la journée d’études « Enjeux d’une réédition pour la recherche » du 7 octobre 2022 à Lyon. Ainsi que l’Université catholique de Louvain : l’institut IACCHOS et les centres de recherches CIRTES et Girsef.

3Dans l’interdépendance nécessaire entre les hommes et les organisations pour que cette réédition soit possible, il est important de remercier de leur aide et de la cession gratuite de leurs droits Françoise Nicolas (ayant-droit de feu Émile Servais), les préfaciers de la première édition, feu le professeur Jean Remy (Université catholique de Louvain) et feu le professeur Jean-Claude Chamboredon (École normale supérieure et directeur à l’École des hautes études en sciences sociales à Marseille), ainsi que les éditeurs de la première édition, les éditions Vie ouvrière reprises par les éditions Couleurs livres représentées par Pierre Bertrand et les Presses universitaires de Louvain représentées par Bérengère Deprez.

Remerciements de 1978

4Aucun travail du genre de celui qu’on lira ci-après n’est possible sans soutiens de divers ordres mais par ailleurs tous aussi précieux. Arrivés au terme de celui-ci nous voudrions remercier très sincèrement M. J. Remy, d’abord parce qu’il nous a proposé avec confiance la question qui est à l’origine de cette recherche ; ensuite parce qu’il a soutenu celle-ci en nous prodiguant sous un mode rigoureux, mais toujours agréable, les incitants souvent nécessaires à l’ascèse sociologique ; enfin, parce qu’il a contribué au travers de l’équipe de travail qu’il a constituée à nous entourer de collègues et amis auxquels nous devons beaucoup.

5Nos remerciements vont également à MM. J.-C. Chamboredon, J. Delcourt, P. Vercauteren qui ont bien voulu s’intéresser à notre travail, en mettre en question les orientations et contribuer à le mener à bien.

6La recherche n’a par ailleurs été possible que grâce à la gentillesse des personnes interrogées et grâce aussi à celle de ceux qui ont bien voulu nous aider à les rencontrer ; nous pensons spécialement aux étudiants qui, à Louvain, ont participé en 1972-1973 au séminaire de sociologie de l’éducation et à ceux qui, à l’École sociale de Namur, ont suivi en 1973 le cours de recherches sociales. Pour cet accueil et cette aide nous exprimons notre gratitude.

7Qu’il nous soit aussi permis de témoigner une vive reconnaissance à M. F. Pirc qui a réalisé avec patience et compétence les instruments qui nous ont été nécessaires pour traiter le matériel d’observation selon des procédés apparentés à la sémiologie graphique ainsi que M. R. Jeanmart, ingénieur à IBM Belgique qui a bien voulu prendre en charge le traitement statistique des mêmes données.

8M. J.-M. Huberty qui a assuré avec humour et amabilité la dactylographie de manuscrits parfois brouillons et M. C. Saint Martin, professeur de français à l’École normale Saint Berthuin de Malonne qui, avec rapidité et persévérance, a corrigé l’ensemble du texte, voudront bien trouver ici l’expression de nos très sincères remerciements.

9L’espace de circulation et de transmission de notre gratitude serait sans doute fort incomplet s’il ne mentionnait pas d’une part combien les auteurs se doivent l’un à l’autre pour l’incessant débat intellectuel et l’amitié dont la recherche a fourni l’occasion et d’autre part combien nos parents et amis nous ont aidés par l’intérêt qu’ils ont manifesté à notre travail et par l’affection dont ils n’ont pas cessé de nous entourer. Qu’il nous soit permis de faire spécialement mention de M. V. Liénard qui, enlevé trop tôt à l’affection des siens, n’a pas pu voir aboutir cette recherche.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search