Version classiqueVersion mobile

Le risque de la lettre

 | 
Isabelle Alfandary

Introduction

Le parti pris de la lettre

À Juliette, Oriane et Mathilde

Texte intégral

  • 1 Grammar begins with the letter, from which all writing is derived and into which it is all resolved (...)

La grammaire commence avec la lettre,
de laquelle toute l’écriture est tirée
et à laquelle elle revient tout entière1

1Les œuvres d’E. E. Cummings, de Gertrude Stein et de John Cage n’appartiennent pas à une même école, ne relèvent pas d’un seul et même temps. Elles ne s’inscrivent pas moins dans une tradition en cours d’avènement, une « tradition du nouveau  », celle de la modernité, d’une modernité et de ses prolongements qu’outre-Atlantique on appelle modernism. Du modernisme américain, elles ne sont cependant pas immédiatement représentatives : non seulement parce que celui-ci est un mouvement composite, mais également parce qu’elles sont loin de faire l’unanimité parmi les tenants dudit mouvement.

2De telles écritures poétiques nous semblent avoir en commun de tenir à l’intérieur du modernisme américain une place à part et de s’inscrire dans une tradition américaine qu’elles tendent à renouveler. Ce versant moins en vue du modernisme a eu une postérité d’ailleurs inattendue à l’ère postmoderne. S’écartant de la voie royale dont Ezra Pound fut le chef de file incontesté, ces écritures manquent à ce jour à trouver leur place. La nature de leur apport à la poésie américaine au xx e siècle nous paraît insuffisamment reconnue. Désormais classiques, elles n’en restent pas moins inclassables au sein d’un mouvement dont l’unité reste introuvable. Elles doivent leur condition marginale à la singularité de leur point de vue.

3Marginales, ces écritures ont en commun de pouvoir être qualifiées de « limites » par la contradiction que recèle leur existence même. De telles œuvres poétiques, au lieu de célébrer la langue dont elles émanent, l’exposent au point de mettre en péril son système tout entier. La limite avec laquelle elles flirtent n’est rien de moins que la limite de la langue. Impossible est leur condition qui les fait opérer au lieu d’une faille qui est la langue même – au risque de la perdre et de se perdre avec elle. C’est sans doute ce qui les fait passer, sinon pour mineures, du moins pour minoritaires. La singularité irréductible qui est la leur et qu’elles cultivent a pu agacer ou dérouter les lecteurs de toutes conditions. Il leur a pu être dénié jusqu’à leur qualité d’œuvre. Comment les qualifier ? Elles sont expérimentales, étant donné le frayage qu’elles tentent dans la langue ; elles sont minimalistes, si l’on considère l’économie des moyens qu’elles déploient en vue de leur fin.

4La définition du mouvement dans lequel elles s’inscrivent demeure problématique. La notion de modernisme a pu servir à désigner une chose et son contraire, a été l’objet de réappropriations critiques pour le moins problématiques ainsi que le fait remarquer Charles Bernstein :

  • 2 « In the middle of modernism in the middle of capitalism on the outskirts of New York  », A Poetics (...)

J’affirme ceci malgré le fait que le terme « modernisme » ait pu être quelque peu annexé par les faiseurs de canon antimoderniste, des New Critics jusqu’à Helen Vendler. Beaucoup de New Critics comme Vendler ont construit leur propre définition très partisane d’un modernisme purgé des tendances les plus formalistes et radicales. Ils ont non seulement exclu certains poètes d’avant-garde, mais aussi certaines œuvres des poètes canonisés. C’est précisément ce genre de modernisme édulcoré qui se transforme souvent en antimodernisme affiché et qui encourage certains critiques à abandonner le projet « moderniste » à ses commentateurs les plus esthétiquement et politiquement conservateurs et ainsi suggérer que l’avant-garde et le modernisme sont contradictoires.2

  • 3 Dans The Dance of the Intellect (Cambridge, Royaume-Uni, Cambridge University Press, 1985), Marjori (...)
  • 4 21st Century Modernism, Oxford, Royaume-Uni, Blackwell Publishers Inc., 2002, p. 74.
  • 5 Ibid. , p. 45.

5Mouvement historique ou concept transhistorique – Marjorie Perloff ne parle-t-elle pas elle-même de « 21 st Century Modernism » ? –, le modernisme, en plus d’être un mouvement éminemment hétérogène, recouvre une notion relativement floue. Dans un chapitre intitulé « Pound/Stevens : Whose Era ? »3, Marjorie Perloff tente de cerner à grands traits ce qu’elle identifie comme le différend moderniste qui opposerait selon elle les œuvres de Gertrude Stein, Ezra Pound et William Carlos Williams à celle de Wallace Stevens. Dénombrant plus de points de convergence que de divergences entre l’auteur de Tender Buttons et celui de « The Love Song of J. Alfred Prufock » du fait de leur référence flaubertienne commune, Marjorie Perloff va jusqu’à envisager l’écriture de Gertrude Stein comme l’envers de celle de T. S. Eliot. Les besoins de la comparaison obligent la critique à réduire au passage4 des poétiques à leurs traits les plus manifestes, voire caricaturaux, si elle veut parvenir à conclure : « Pendant presque un siècle, cette idée d’une différence irréconciliable entre Stein et Eliot a prévalu. Et pourtant, il serait peut-être plus juste de penser leurs poétiques respectives comme les deux faces d’une même pièce »5. Toute démarche visant à unifier la diversité des écritures, à vaincre les résistances de grammaires poétiques singulières n’est pas sans danger, car les différences, aussi discrètes soient-elles, n’en engagent pas moins des enjeux de taille.

6La singularité du mouvement moderniste, étant donné la multiplicité et la contradiction des styles, ne se laisse décidément pas saisir sans mal :

  • 6 Marjorie Perloff, The Dance of the Intellect, ouvr. cité, p. 14.

Dans ce contexte, modernisme veut dire rupture – pas avec le passé lointain qu’on est censé réassimiler, mais avec tout ce qui est devenu conventionnel dans l’art de sa propre époque. C’est Pound qui déclara, dans un aphorisme célèbre que Wallace Steven n’aurait jamais pu cautionner, « la Littérature est la nouvelle qui RESTE une nouvelle  ».6

7Il est incontestablement plusieurs manières de répondre à l’impératif poundien, manières susceptibles d’emmener les écritures sur des terrains divergents et d’engager des conceptions de la littérature irréconciliables. Nous retiendrons quant à nous la définition que Charles Bernstein donne du modernisme :

  • 7 « In the middle of modernism…  », A Poetics, ouvr. cité, p. 94.

En disant « moderniste  », j’évoque une rupture par rapport à diverses idées relatives à la narration et la description pour mettre en valeur l’autonomie du medium qui remet en cause implicitement l’idée selon laquelle la langue serait un mode particulier et « naturel » de discours. C’est là une rupture significative par rapport aux rhétoriques naturalistes de la poésie augustéenne et romantique.7

8Il semble que les écritures poétiques d’E. E. Cummings et de Gertrude Stein peuvent s’envisager à l’intérieur de la mouvance moderniste à l’aune du point de vue qu’elles exercent sur la langue : ce qu’elles ont en partage et qui constitue leur irréductible singularité est ce que nous pourrions qualifier de leur « parti pris de la lettre  ». La langue est en effet affrontée en leur sein au risque de l’écriture. L’évidence apparente que recèle une telle assertion mérite d’être déconstruite : si la littérature moderne est écrite, à l’exception notoire de quelques tentatives d’improvisation orale qui finissent elles-mêmes par donner lieu à transcription et publication, si les œuvres postérieures à l’invention de l’imprimerie sont faites d’encre et de papier, toutes n’ont pourtant pas l’écriture pour objet. La particularité des poésies qui nous retiennent est qu’elles mettent en œuvre et en jeu ce qu’écrire veut dire. Conscientes de leur caractère écrit et imprimé, de leur aliénation à la lettre, ces œuvres poétiques jouent et se jouent essentiellement de leur condition.

  • 8 « Telle est la situation de l’écriture dans l’histoire de la métaphysique : thème abaissé, latérali (...)

9Le parti pris de l’écriture devrait être en toute logique le fait de la littérature tout entière, de toute littérature. Cette évidence qui n’est qu’apparente et recouvre en réalité une histoire complexe pourrait constituer, sinon l’essence introuvable, tout au moins le critère de la chose littéraire. Par-delà leurs différences irréductibles, les œuvres de la littérature se sont en effet sinon livrées à l’écriture, tout au moins livrées par écrit, au grand dam de la tradition métaphysique qui, depuis Platon, n’a eu de cesse de tenir celle-ci en défiance, aux termes de l’analyse qu’en fait Jacques Derrida8. Non que les relations que la littérature a entretenues avec l’écriture aient été dénuées d’ambiguïté, de réserve, de contradiction. S’il est arrivé aux écrivains de passer l’écriture sous silence, de faire mine d’ignorer sa nature sensible, de la tenir pour négligeable, ils n’ont du moins, à la différence des philosophes, pas tenu celle-ci pour étrangère. Loin d’être pour elle un moyen, la littérature ne peut ignorer avoir l’écriture pour lieu et milieu.

10Ce qui singularise les œuvres de Gertrude Stein, d’E. E. Cummings ou de John Cage est l’usage non transitif qu’elles font de l’écriture, la manière qu’elles ont de mettre celle-ci au-devant de la scène poétique pour donner à voir son spectacle édifiant. Elles sont occupées chemin faisant à démasquer le réel d’une activité qui n’a rien d’évident : ni purement formalistes ni simplement expérimentales, elles interrogent radicalement ce que lire et écrire veulent dire et mettent la littérature au pied du mur et en demeure de répondre.

Notes

1 Grammar begins with the letter, from which all writing is derived and into which it is all resolved (John Scotus Erigena, Louis Zukofsky, Bottom).

2 « In the middle of modernism in the middle of capitalism on the outskirts of New York  », A Poetics, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 1992, p. 94. Sauf mention contraire, les traductions sont miennes.

3 Dans The Dance of the Intellect (Cambridge, Royaume-Uni, Cambridge University Press, 1985), Marjorie Perloff rappelle les termes du conflit opposant Hugh Kenner, auteur en 1971 d’un ouvrage remarqué sur Ezra Pound, The Pound Era, et Harold Bloom dans la réponse que celui-ci lui fit dans un ouvrage consacré à Wallace Stevens intitulé A Map of Misreading, paru en 1975.

4 21st Century Modernism, Oxford, Royaume-Uni, Blackwell Publishers Inc., 2002, p. 74.

5 Ibid. , p. 45.

6 Marjorie Perloff, The Dance of the Intellect, ouvr. cité, p. 14.

7 « In the middle of modernism…  », A Poetics, ouvr. cité, p. 94.

8 « Telle est la situation de l’écriture dans l’histoire de la métaphysique : thème abaissé, latéralisé, réprimé, déplacé, mais exerçant une pression permanente et obsédante depuis le lieu où il reste contenu. Il s’agit de biffer une écriture redoutée parce qu’elle rature ellemême la présence du propre dans la parole » (De la grammatologie, Paris, Minuit, 1967, p. 381).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search