Version classiqueVersion mobile

Mumbai hors cadre

 | 
Christine Ithurbide

Préface

Catherine Servan-Schreiber

Texte intégral

 

Octobre 2019

 

1La rencontre entre l’art contemporain indien et le public français s’est tissée au fil d’expositions flamboyantes et d’événements plus discrets présentés à partir des années 2000 : Indian Summer. La jeune scène artistique indienne, à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Indian Highway, exposition de la Serpentine Gallery de Londres venue au musée d’Art contemporain de Lyon et Paris – Delhi – Bombay au Centre Georges Pompidou. L’artiste Rina Banerjee reçoit carte blanche pour investir les collections du musée Guimet. Le fameux Dirty Corner rouge du sculpteur Anish Kapoor s’installe dans les jardins du château de Versailles. Au musée du quai Branly, un séminaire d’anthropologie visuelle animé par Denis Vidal permet de caractériser les spécificités artistiques de l’Inde en marge des interprétations liées à l’hindouisme. De son côté, Nicolas Nercam étudie les nouveaux rapports entre l’artistique, le politique et le social en Inde. En plein cœur de Paris, Hervé Perdriolle donne une vitrine à l’art tribal tandis que la galerie Daniel Templon expose Sudarshan Shetty et Atul Dodiya. Progressivement, le public français se familiarise avec un art contemporain de plus en plus prisé sur le marché de l’art mais qui s’inscrit également dans une longue histoire d’échanges internationaux et de discours engagés.

2En effet, il y a près d’un siècle, en 1922, l’exposition à Calcutta d’artistes du Bauhaus dont font partie Paul Klee, Vassily Kandinsky et Rabindranath Tagore marque le dialogue des modernités entre Orient et Occident. Les années 1940 voient la montée du Progressive Artists’ Group (PAG), dont plusieurs membres voyagent et parfois s’installent à Paris, Londres ou New York et acquièrent une renommée internationale : Maqbool Fida Husain, Francis Newton Souza, Sayed Haider Raza et Akbar Padamsee. Le tournant de la libéralisation économique des années 1980 constitue une étape fondamentale dans l’avènement d’une nouvelle génération d’artistes. Ravinder Reddy, avec ses têtes féminines géantes et colorées en résine polyester, devient la figure de proue de la sculpture. Subodh Gupta, à travers ses piles d’ustensiles en acier inoxydable qui ont frappé le public, interroge les rapports entre rural et urbain. Shilpa Gupta et Tejal Shah dénoncent l’exploitation des femmes et les fondamentalismes religieux. Le collectif Raqs Media expose ses installations et ses productions multimédia tout en menant une activité de commissaire d’exposition et de recherche urbaine. L’entrée en jeu des galeries indiennes, le traitement des matériaux nouveaux, l’accélération des circulations d’œuvres et d’artistes, amènent des évolutions marquantes et contribuent à façonner ce paysage artistique en pleine mutation.

3Pour mieux comprendre cet essor artistique, Christine Ithurbide a choisi le prisme de Bombay-Mumbai, une ville « de fureur et de tendresse » pour citer Raïssa Brégeat-Padamsee et Gérard Heuzé, une mosaïque culturelle aux grandes disparités sociales et spatiales pour laquelle se sont passionnés de nombreux historiens et historiennes, sociologues et géographes. L’Intouchable Bombay de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky a rendu familier Dharavi, le bidonville des travailleurs du cuir. Les écrits de Marie-Hélène Zérah sur l’accès aux services essentiels ont souligné les nombreuses difficultés liées à une urbanisation rapide. Et, bien sûr, le roman de Suketu Mehta traduit en français sous le titre Bombay Maximum City a sensibilisé l’opinion sur le Bombay des émeutes, et attiré l’attention sur cette ville. Dans cet ouvrage, Christine Ithurbide propose de redécouvrir l’une des plus grandes métropoles économique et culturelle d’Asie à travers un objet moins étudié, l’art contemporain, et d’interroger les transformations de territoires locaux dans le contexte de la mondialisation et de la libéralisation économique du pays.

4Ce n’est pas un hasard si elle a choisi cette ville, dont elle pressent le rôle majeur. « Ce sont ces sept années à Bombay, de 1943 à 1950, qui m’ont éveillé à l’art et à ses valeurs », disait le peintre Sayed Haider Raza, interviewé par Annie Montaut en 2004. Bombay n’est-elle pas le berceau du PAG, n’abrite-t-elle pas ces lieux prestigieux que sont la J. J. School of Art, la Jehangir Art Gallery, ou encore, la National Gallery of Modern Art et bien sûr le Kala Ghoda Art District ?

5Dans le sillage d’études comme celles de Guy Di Méo, Yves Raibaud, Andy Pratt, mais aussi de Boris Grésillon et Anne Volvey, Une géographie de l’art contemporain à Mumbai apporte un regard novateur autour de la notion de district artistique. Car il émerge un district artistique au sud de la ville, devenu comme une vitrine de l’art contemporain du pays, où se concentrent les activités institutionnelles et commerciales. Mais il existe un autre monde de l’art qui lui est intimement lié et dans lequel Christine Ithurbide propose de nous emmener, celui des quartiers et des ateliers moins visibles où a lieu la production des œuvres. Ainsi se porte une attention particulière aux relations entre le district artistique et un vaste réseau de quartiers spécialisés où travaillent pour les artistes de nombreux fabricants, artisans, assistants. En incluant dans le cours de l’enquête ces professions discrètes des expositions et des réalisations artistiques colossales formées de techniciens, d’électriciens, d’encadreurs, de gardiens, elle dessine alors magistralement une cartographie de l’ensemble des industries de l’art contemporain à Mumbai. Cette analyse permet à Christine Ithurbide d’aborder la question de la division spatiale et sociale du travail dans l’art, et de la persistance des « logiques de caste » qui structurent les métiers d’art, plus que les logiques de professionnels. Elle pose aussi la question de la féminisation du pouvoir et de ses limites dans un monde dirigé par de puissantes galeristes et collectionneuses d’art. En tant que spécialiste de la circulation des cultures artistiques indiennes en Inde et dans l’océan Indien occidental, j’ai été particulièrement intéressée par la restitution de l’histoire de ces circulations de la fin du xixe siècle à nos jours, qui permet de découvrir des liens moins connus entre l’Inde et le Japon, la Russie, le Mexique ou Cuba, ou encore la mise en place de réseaux transrégionaux dans la production des œuvres jusqu’aux fonderies de Shanghai.

6S’appuyant sur l’association à première vue paradoxale entre les hauts lieux du marché de l’art international tels que Sotheby’s ou Christie’s, et les quartiers industriels et informels de la grande banlieue, Une géographie de l’art contemporain à Mumbai révèle une ville encore méconnue et propose une plongée captivante dans le monde de l’art contemporain indien, ses galeries internationales, ses espaces de production, ses réseaux de travailleurs, ses univers souterrains. « En ce qui me concerne », disait James Joyce, « j’écris toujours à propos de Dublin, car si je suis capable de pénétrer le cœur de Dublin, je suis capable de pénétrer le cœur de toutes les villes du monde. Le particulier est inscrit dans l’universel ». Telle James Joyce décrivant les Gens de Dublin, Christine Ithurbide a su pénétrer le cœur de Mumbai, et ce faisant elle inscrit la vocation artistique de la ville, son originalité et sa singularité, dans la découverte de sa géographie. En amenant à repenser la géographie de l’art comme une géographie du pouvoir, son analyse permet de faire évoluer les catégories, et de sortir des clichés obsolètes. En interrogeant plus systématiquement au-delà du district artistique, les réseaux de travailleurs de l’art et ateliers de fabrication, elle ouvre la voie à une nouvelle approche des métropoles culturelles.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search