Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Utopies des lumières

 | 
Antoine Hatzenberger

Deuxième partie

L’utopie architecturale du « roi bienfaisant »

Renata Tyszczuk

Texte intégral

  • 1 Voltaire, Candide, ou l’Optimisme (1757), Œuvres complètes, vol. 48, René Pomeau éd., Oxford, Volta (...)

Je suis aussi roi des Polaques ; j’ai perdu mon royaume deux fois, mais la Providence m’a donné un autre État, dans lequel j’ai fait plus de bien que tous les rois des Sarmates ensemble n’en ont jamais pu faire sur les bords de la Vistule ; je me résigne à la Providence ; et je suis venu passer le carnaval à Venise1.

  • 2 Article « Pologne », Encyclopédie, t. XII, 1765, p. 931.

1Stanislas Leszczynski, beau-père de Louis XV et roi de Pologne deux fois banni, apparaît, dans Candide de Voltaire, comme un des rois « détrônés » fêtant le carnaval à Venise. Dans le même temps, il s’établit comme « roi bienfaisant », dans « un autre État », la Lorraine, où il a régné de 1737 à 1766. La présentation fictive de Voltaire de ce monarque énigmatique rappelle l’entrée « Pologne » de l’Encyclopédie rédigée par Jaucourt, qui fait référence à « Un Roi, qui l’a gouverné quelque tems, et qui nous montre dans une province de France, ce qu’il aurait pu exécuter dans un Royaume »2.

  • 3 Michael Ranft, Stanislaus I, Leipzig, 1736 ; Jean-Guillaume de Chevrières, Histoire de Stanislas Ie (...)
  • 4 Le Départ, ou Lettre du Roy Stanislas à un de ses amis, contenant les véritables circonstances de s (...)

2Stanislas a été une figure importante de la fiction aussi bien que de l’histoire. Il a suscité l’intérêt de ses contemporains comme le prouvent les biographies qui proliféraient déjà de son vivant3. Leszczynski y a souvent été représenté comme un personnage contraint à errer et à réaffirmer sa position dans chaque nouveau contexte qui s’offrait à lui. Avant d’arriver en Lorraine, son Départ de Dantzig lui avait déjà acquis une certaine notoriété comme roi détrôné et aventurier. Tout au long de ce compte rendu de sa fuite de Pologne en 17334, Stanislas interprète les caprices de son voyage et suggère finalement que seul un bon roi peut être concerné par le bien-être dans un royaume. Les derniers paragraphes du Départ décrivent son arrivée en ville, alors qu’il est déguisé en paysan :

Arrivé aux portes de Marienwerder, j’échappai aisément aux questions d’un factionnaire qui me demanda qui j’étais, je traversai cette ville assis sur mon chariot, et je ris plus d’un fois du triste appareil de mon équipage. L’entrée que j’y faisais n’était point magnifique, mais un vain éclat n’aurait pas augmenté la joie que je ressentais en ce moment. Je portais avec moi la justice de ma cause, l’amour de mes sujets, le repos de ma conscience et sans doute l’estime même de mes ennemis. Quel plus grand motif d’oublier ma disgrâce ? Ce n’est qu’à ceux qui ont mérité leur infortune, ou qui n’ont pu la soutenir avec courage qu’il est permis des se la rappeler avec douleur. (p. 192)

  • 5 Sur les divers aspects de la royauté chrétienne, voir Ernst H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies. (...)

3Version absurde de l’entrée royale d’un roi chrétien5, la fin du Départ se lit comme le dénouement des aventures de Stanislas, fugitif et vagabond, et comme l’annonce de son succès en Lorraine. Cette région offrait la possibilité d’un refuge, non seulement par rapport au réel exil de Stanislas, mais aussi par rapport au dilemme culturel illustré par les perceptibles insuffisances de l’ordre politique et moral.

  • 6 La Société royale des sciences et belles-lettres, fondée par Stanislas, a été inaugurée le 3 févrie (...)
  • 7 Pour les fondations et l’établissement de Stanislas, voir François-Antoine Alliot, Précis des Fonda (...)

4Comme Voltaire l’a observé dans Candide, l’opportunité lorraine avait donné à Stanislas une plus grande possibilité de faire le bien (la bienfaisance) que toutes les machinations des rois qui l’avaient privé d’un trône et d’une patrie, ne lui laissant qu’un statut symbolique. En tant que roi (et encore seulement de nom), Stanislas a considéré son exil en Lorraine comme une occasion d’explorer la question du gouvernement bienveillant, gagnant le titre de « roi bienfaisant » en reconnaissance du caractère de ses intentions ainsi que de la nature ambiguë et expérimentale de sa cour6. La tentative de Stanislas de « faire plus de bien » incluait, à côté de l’écriture et de l’architecture, la mise en place d’établissements, de réformes agricoles, et le soutien de l’industrie et des arts locaux7. Ensemble, ces activités ont transformé la topographie physique et intellectuelle de la Lorraine.

  • 8 Stanislas Leszczynski, Entretien d’un Européen avec un Insulaire du royaume de Dumocala, Nancy, 175 (...)
  • 9 Pour une discussion plus approfondie des notions d’histoire et de temps historique, voir Reinhart K (...)
  • 10 Leszczynski, « Pensées Diverses », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 364.

5La contre-utopie du Départ de Dantzig prend tout son sens uniquement dans son rapport avec l’utopie de l’Entretien d’un Européen avec un Insulaire du royaume de Dumocala publiée par Stanislas en 1752 vers la fin de son règne dans le duché8. Ses écrits et son architecture suggèrent une exploration des modalités de l’espoir et de la mémoire. Ils mettent en avant la rencontre entre l’espérance et l’expérience, en tant que composition de l’histoire et des histoires possibles9. D’une manière générale, la tentative de Stanislas de création d’un nouveau monde relie des événements relatés à des anticipations et des projets. C’est ce qui génère l’évocation des attributs du roi polonais dans Candide, semblables à ceux du phœnix, et qui permet au personnage de prince ressuscité, créé par Stanislas, de s’inscrire dans l’histoire. Selon ses propres mots : « Un prince qui recommencerait à vivre après avoir vécu, pourrait fournir de belles pages à l’histoire. »10

6À la fin de La Voix libre, sa dissertation sur la structure de la res publica polonaise, Stanislas décrit une maison, prise dans la guerre avec la Suède, dont l’inscription réconfortante, In spem melioris aevi («  Dans l’espoir de temps meilleurs »), apparaît comme illuminée au milieu de la tourmente :

  • 11 Stanislas Leszczynski, « L’Élection des Rois », La Voix libre du citoyen, ou Observations sur le go (...)

Au reste, comme je n’ai plus rien à ajouter pour l’entiere construction de cet edifice, je n’ai plus qu’à y mettre l’inscription que j’ai vûe jadis dans une de nos villes sur un maison qu’on venoit de bâtir dans le plus fort de la derniere guerre de Suéde : In spem melioris aevi. Il faut espérer que ce meilleur tems viendra à la fin, & que le Dieu tout-puissant voudra bien lui-même mettre la main à cet Ouvrage.11

  • 12 Pour une interprétation d’ensemble de l’architecture et des écrits de Leszczynski, voir Renata Tysz (...)

7Cette métaphore doit être placée à côté de l’image de la res publica comme un édifice, image évoquée plus tôt dans le même texte, où le bien-être de l’État et l’histoire sont considérés comme des projets ouverts, comme la construction d’une maison. L’efficacité de cette métaphore réside dans les attributs de la construction. Quelque politiquement circonscrit que puisse être le pouvoir du roi dans la République de Stanislas, il dirige potentiellement, en tant que roi-architecte, une maison maintenue par la connaissance instrumentale. Le rapport symbolique de l’architecture et d’un idéal pose ici question. Il n’y a aucune preuve que Stanislas ait souhaité donner à son royaume exemplaire une forme spatiale. Cependant, la pensée des Lumières penchait davantage vers une croyance en la construction du bon royaume, plutôt que vers l’imagination du non-lieu, ou du pas-encore de l’utopie. L’architecture et les écrits de Stanislas ne présentent pas une confiance si totale dans les nouvelles possibilités de la culture éclairée. Cela soulève la question du rôle de l’architecture dans son œuvre : ce qui pourrait être appelé son utopie architecturale12.

  • 13 Leszczynski, « De l’Espérance », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 385 : « Cette espéran (...)

8L’architecture et les écrits de Stanislas étaient comme des récits, dirigés vers l’horizon du bien. Le point central de « l’espoir de temps meilleurs » de Stanislas était l’effort d’espérer en lui-même et de pratiquer « cette bienfaisante espérance »13 – effort qui représente la lutte pour exploiter les nouvelles conditions, pour parvenir à une fonction de dirigeant symbolique et à un royaume plus profond que celui qu’il avait laissé derrière lui. À ce moment-là, les rois européens ne pratiquaient pas la bienveillance universelle que la raison promettait. En ménageant un espace pour les nouveaux rivages de la bienveillance des Lumières, Stanislas s’est trouvé lui-même pris au piège des tempêtes et des courants interprétatifs que la raison sceptique entraînait avec elle.

  • 14 Stanislas Leszczynski, « Des Passions », L’Esprit des monarques philosophes, Marc-Aurèle, Julien, S (...)

9Pénétrons dans ces asyles sacrés, où les gens du monde s’imaginent qu’à l’abri des traverses, des embarras et des sollicitudes de la vie, on doit jouir d’une tranquille paix.14

  • 15 Voir Stanislas Leszczynski, Inédits, René Taveneaux et Laurent Versini éd., Nancy, Presses universi (...)

10Temps meilleurs, nouveau royaume, paix, patria, « asyles sacrés », utopie : dans les écrits de Stanislas, diverses notions ont nécessité le recours à l’imagination15. Une partie du résultat de ses divers efforts a été d’établir sa royauté en tant que « roi bienfaisant », comme une nouvelle forme de conseils politiques et moraux appropriés à un nouvel ordre immanent, lui-même fondé sur des pouvoirs humains ainsi que sur l’imagination. La bienfaisance se diffuse comme une stratégie aussi bien pour l’accomplissement personnel et pour la garantie de la joie que pour le bonheur de ses sujets.

  • 16 Leszczynski, « Revue politique sur l’administration monarchique adressée au Dauphin », Œuvres chois (...)

ΒIENFAITS – Les bienfaits les mieux placés, sont ceux qui tombent sur la vertu modeste et le mérite indigent. Mais l’un et l’autre habitent ordinairement loin des cours et il faut qu’un prince [aille] les chercher pour les trouver.16

  • 17 Voir Jean Ehrard, L’idée de nature en France dans la première moitié du XVIIΙe siècle, Genève-Paris (...)
  • 18 Voir Robert Mauzi, L’idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, (...)

11Stanislas rapporte ici la difficulté essentielle : les « bienfaits » devaient habituellement être recherchés loin de la cour. Dans la tradition du bon prince éclairé, il était reconnu que seul un roi avait l’occasion et la capacité d’être « bienfaisant ». En outre, seule la royauté prévoyante et privilégiée pouvait apporter la joie, le bonheur ou le paradis, que l’abbé de Saint-Pierre réservait aux « âmes bienfaisantes »17. L’élaboration de la notion princière de bonheur au XVIIIe siècle a été inévitablement liée à l’invention d’un milieu nouveau et approprié qu’a confirmé la « sagesse des châteaux »18 – c’était l’asile du bonheur. La cour de Stanislas à Lunéville, en particulier, créée par un effort social, politique et intellectuel, a fourni un tel monde à part, à mi-chemin entre la solitude et la sociabilité, l’Arcadie et le salon. La possibilité était offerte de créer un royaume s’identifiant à un asile du bonheur. La téléologie du bonheur de Stanislas, qui pourrait déterminer les attributs d’un centre culturel et politique, a été plus clairement exprimée encore dans l’Entretien.

  • 19 Leszczynski, « Avertissement », Entretien, édition citée, p. 1.

12Qu’il est triste que le bonheur humain ne se rencontre qu’en des pays inconnus, et qui nous sont inaccessibles !19

  • 20 Blaise Pascal, « Premier Discours », dans Trois discours sur la condition des grands, Léon Brunschv (...)

13Stanislas décrit le royaume de Dumocala comme possédant une culture collective idyllique et naturelle, et étant dirigé par un roi exemplaire aidé par des prêtres philosophes. L’Européen de l’Entretien est un naufragé ; les terres qu’il découvre lui apparaissent comme l’exemple même de la civilité. Cela rappelle que Stanislas, roi détrôné de ce qui a été dépeint comme une république anarchique – à savoir la Pologne –, avait trouvé sa demeure grâce à la courtoisie du pays le plus civilisé, la France. Mais cela rappelle aussi le paradoxe du « roi naufragé » de Pascal20. Le texte oscille entre le spectacle présenté à l’Européen et la curiosité qu’il suscite aux yeux des habitants de Dumocala. Le récit ou la structure de l’Entretien donnent à Stanislas la possibilité de critiquer la société et la politique européennes, et de les faire contraster avec son utopie. L’utopie de Dumocala développe plusieurs thèmes de La Voix libre : le danger des excès du mercantilisme et de la vénalité des institutions, la nécessité d’un budget équilibré, l’organisation des dépôts de grains et des hôpitaux, et l’importance de la paix et de la religion, toutes deux dirigées par un monarque exemplaire.

14L’Entretien peut aussi être considéré, parallèlement au développement du roman au XVIIIe siècle, comme une façon de pousser les lecteurs sur la voie de la réflexion personnelle. Le récit de Stanislas donne un exemple de la dualité de la pensée des Lumières : la coexistence du fonctionnement interne de la raison et de celui de l’expérience. Dans ce sens, il peut être compris comme une sorte de Bildungsroman, dans lequel l’Européen-voyageur prend conscience de son identité à travers le voyage et l’ »  entretien ». Stanislas semble explorer ce genre, tant pour un exercice pédagogique et littéraire, tant pour le voyage imaginaire et « l’exercice philosophique du voyage », que pour la possibilité de dépasser les contradictions du contexte social et politique.

  • 21 Voir Stanislas Leszczynski, « Réponse à lettre d’un ami », Entretien d’un Européen avec un insulair (...)

15Il est important de reconnaître les efforts entrepris par Stanislas dans les jardins de Lunéville et dans la ville de Nancy, et de ne pas simplement les percevoir comme une illustration du programme social ou politique proposé dans ses écrits, ni non plus comme le simple décor d’événements historiques et de leur narration. L’aptitude de Stanislas à la pensée métaphorique, évidente dans ses écrits, exige que l’architecture soit considérée dans le contexte de son travail tout entier – la direction d’un pays, l’écriture, le jeu dramatique, la création. Du temps de Stanislas, il existe une ambiguïté entre le drame, ou le récit, et le projet théorique. Dans ses écrits comme dans son architecture, le problème du fait ou de la fiction, de la réalité ou de l’illusion, se mêle peu à peu aux notions d’hypothèse, de preuve, de démonstration et d’utopie. Cependant, l’Entretien ne doit être considéré ni comme une spéculation sans fondement, ni comme un plan de la société idéale selon Stanislas. Comme il l’a lui-même exposé, l’Entretien ne doit pas être pris au pied de la lettre21. Au contraire, il sert de préambule imaginaire à un spectacle d’autoréflexion et à une intervention plus souple dans le débat contemporain. Cela attire l’attention sur l’ambiance spatiale du récit utopique, perçu comme un mélange de raison et d’imaginaire, de politique et de naturel, de didactique et de ludique, comme une façon d’explorer un engagement avec soi-même et les autres dans le monde.

  • 22 Leszczynski, « Réflexions sur divers sujets de morale », Inédits, ouvr. cité, p. 321.

16On voudrait rendre la vérité fabuleuse comme on se sert de la fable pour exprimer la vérité.22

  • 23 En situant très précisément son utopie dans l’hémisphère Sud, suivant la tradition des utopies aust (...)
  • 24 Pour Paul Ricœur, l’utopie nous permet de saisir la nature de ce qui est donné et d’avoir un aperçu (...)

17La question de la véracité de Dumocala, comme lieu imaginaire, est de peu de conséquence23. C’était en réalité la Pologne et la Lorraine, ou la France, qui apportaient réalisme, substance et nuance dramatique à Dumocala – et non l’inverse. La discontinuité entre le temps du récit et l’atemporalité utopique (ou conceptuelle) semble avoir été ressentie moins comme une crise que comme un domaine riche d’ambiguïtés, qui a embrassé vie sociale et réalités politiques, aussi bien que la conception de jardins et de villes. C’était en réalité ce domaine d’ambiguïté qui servait de contexte médiateur aux efforts faits en faveur du rachat des Lumières. Chez Stanislas, l’oscillation entre la fantaisie et la pratique, entre des mondes possibles et sa situation fâcheuse véritable, entre l’évasion et le retour, fournit une ouverture sur une imagination culturelle riche et commune24.

18L’architecture de Stanislas doit être perçue dans sa relation essentielle à son homologue narratif qu’est l’utopie. L’utopie architecturale de Stanislas peut être décrite alors comme un réceptacle ambigu pour les conflits culturels, et comme un remaniement ou une incarnation d’une possible unité culturelle.

  • 25 Voltaire à la comtesse d’Argental, de Lunéville, 25 février 1748, Correspondence and Related Docume (...)

19En vérité ce sejour-cy est délicieux. […] c’est un château enchanté dont le maître fait les honneurs.25

  • 26 Emmanuel Héré, Recueil des plans, élévations, et coupes tant géometrales qu’en perspective des chât (...)
  • 27 Les châteaux ou « maisons du roi » de Stanislas correspondaient aux domaines de Malgrange, Lunévill (...)
  • 28 Montesquieu, qui visita diverses résidences de Stanislas en 1748, écrit dans ses « Souvenirs de la (...)

20L’ensemble de tableaux commandés pour la galerie d’Einville, et reproduits dans la gravure tirée du Recueil d’Emmanuel Héré, le premier architecte de Stanislas26, a servi d’invitation au voyage dans ses châteaux et ses jardins. Cet ensemble de peintures agit comme un abrégé de ses diverses interventions dans les jardins des châteaux ou dans les « maisons du roi »27. La continuité entre les jardins, les pavillons au sein du paysage, et Nancy, la capitale du duché, est représentée comme un paysage de fond qui s’étend sur des panneaux, comme dans le jeu de cartes du XVIIIe siècle « Le paysage infini ». Le panneau représentant les jardins de Lunéville montre un groupe de maisons de campagne connues sous le nom de « Chartreuses » dans les « Bas Bosquets », avec le château lui-même placé au loin. Stanislas a créé les Bas Bosquets, le jardin inférieur de Lunéville, sur un ancien marécage. Le drainage des marais a amélioré l’état de la propriété et en a assaini l’air28. À partir de 1741, le nouveau terrain entre le Vesouze et le canal a été divisé en une série de parcelles pour le village des Chartreuses, habité par des courtisans. Une année plus tard, en 1742, un autre village artificiel, le « Rocher », a été construit sur la rive opposée du canal. Le village du Rocher était un extraordinaire assemblage de quatre-vingt-six automates en bois, grandeur nature, actionnés par l’eau et disposés dans un paysage de grottes.

21Les deux villages idéaux, ou royaumes miniatures, le Rocher et les Chartreuses, représentent un territoire expérimental dans les jardins de Lunéville : l’asile de bonheur de Stanislas. C’était le lieu propice aux événements théâtraux raffinés, aux jeux et aux promenades, mais aussi aux discussions intellectuelles et à la découverte de la vie courtoise, ainsi qu’à l’expérimentation de machines agricoles. Dans les jardins des châteaux, la frontière du canal (comme le canal d’Utopus dans l’œuvre de More) a établi les conditions pour l’interaction entre les analogies et les renversements. Ainsi, la partie la plus basse de la topographie du jardin, les Bas Bosquets, pourrait être perçue comme représentant le point dominant de la culture, une expérimentation qui était à la fois orientée vers l’avenir, à la manière d’une démonstration et d’une utopie, et autocritique, à la manière d’une satire.

  • 29 Voir Renata Tyszczuk, « Vérité fabuleuse : the Rocher at Lunéville 1743-1745 », Deterritorializatio (...)
  • 30 Voir Jan Ostrowski, « Rocher, teatr automatów Stanislawa Leszczyńskiego w Lunéville » (Le Rocher, t (...)
  • 31 Voir Simon Schaffer, « Enlightened automata », The Sciences in Enlightened Europe, William Clark, J (...)

22La grotte aux automates du Rocher présente un gigantesque modèle de vie villageoise : un royaume miniature aux sujets exceptionnellement loyaux. Cette collection d’automates dans un paysage artificiel est un exemple puissant du désir éclairé d’amener la nature, la société et la technologie à un même niveau de compréhension29. Le village du Rocher, peuplé de sujets heureux et travaillant dur, peut aisément être comparé à la vision de la société idéale que Stanislas présente dans ses écrits30. Les connexions entre la construction éclairée d’automates et celle d’un ordre social idéalisé justifient une telle interprétation31. Cependant, la caractéristique distinctive de ce tableau de travailleurs campagnards demeurait dans la mise en scène de la praxis, dans laquelle les activités de la vie, les rituels de la vie de famille, l’agriculture, le travail, et même des actions humaines mondaines, gagnaient en clarté, à être vues comme au théâtre. Cela donne un indice quant à la façon dont Stanislas a orchestré son royaume idéal. D’une manière générale, si les interventions réalisées dans le jardin correspondent à la diversité des genres de vie que Stanislas a cherché à comprendre, à loger et à placer, alors on pourrait soutenir que Stanislas a employé les résidents salonniers, à la cour, dans les jardins et dans le village des Chartreuses, en tant que personnages – pas seulement comme des répliques vivantes des automates du Rocher, mais comme des participants engagés dans l’expérimentation dramatique de sa création.

  • 32 Le fait de jouer mentalement un rôle peut également être comparé aux représentations de la commedia (...)
  • 33 Les renversements et les jeux de rôle dominèrent les réflexions du XVIIIe siècle sur la place de l’ (...)
  • 34 Leszczynski, « Pensées Diverses », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 344.

23La caractéristique dominante des jardins est leur présentation de plusieurs des modalités du theatrum mundi, dans lequel les activités de la vie sont explorées par leur intégration même au théâtre. Le monde renversé du théâtre du XVIIIe siècle permet de comprendre les nuances de ce domaine ambigu et la confluence d’une expérience psychologique, de la technique de la scène et de la perspective32. Le théâtre a fourni non seulement une cible pour le ridicule et la satire, mais aussi un moyen de véhiculer la spéculation quant aux autres ordres sociaux, comme l’indique cette remarque de Stanislas33 : « Le monde présente sans cesse de nouveaux spectacles, où les mêmes acteurs ne jouent pas toujours les mêmes rôles. »34

  • 35 La mise en scène de Sémiramis, la publication de Zadig et la rédaction de Memnon coïncidèrent toute (...)

24Lunéville était souvent décrite comme un royaume enchanté, faisant office de refuge, non seulement pour Stanislas, mais aussi pour les « Philosophes », les scientifiques et les artistes fuyant les critiques et la censure. Simultanément, cependant, ce royaume a offert une critique de l’étiquette de la cour de Versailles, cadre alors dominant, autrement appelé « le monde ». Cela suggère un mouvement vers la fiction d’un monde renversé, à la manière des performances du théâtre de foire. La cour de Lunéville était temporellement, géographiquement et moralement distincte de Versailles, et peut être mieux comprise comme un Versailles renversé, à la manière des mondes imaginaires et des lieux détachés des contingences de Zadig ou des Lettres persanes. Les activités de la cour et la présence de courtisans, tels que Voltaire, Montesquieu, Saint-Lambert, Mme Du Châtelet et Mme de Boufflers, apportèrent substance et nuance dramatique aux renversements fictifs et théâtraux, à ce mélange de véracité historique et de fabuleux35.

  • 36 Montesquieu, « Lysimaque », Œuvres complètes, vol. 2, ouvr. cité, p. 1239. C’était une courte narra (...)

25Mes sujets sont heureux et je le suis.36

  • 37 Voir Julia Rau, Gräfin von der Schulenburg, Emmanuel Héré, premier architecte von Stanislas Leszczy (...)

26Les villageois ou « locataires » des Chartreuses ont été choisis parmi les invités favoris de Stanislas et les courtisans pour habiter les maisons de campagne pendant la belle saison. Chaque maison de campagne était composée d’une cuisine, de trois chambres, de pavillons de service et de jardins potagers bien agencés et entourés par un treillage. Les terrains étaient par endroits plus complexes : l’intendant royal Galazière avait une maison de campagne plus grande que celle de ses voisins, et Mme de Boufflers, la maîtresse de Stanislas, avait un terrain double, comprenant une laiterie, des poulaillers et des réserves à grain37 .

  • 38 Voir Michel Conan, Dictionnaire historique de l’art des jardins, Paris, Hazan, 1997, p. 60. Stanisl (...)
  • 39 Voir Nannerl O. Keohane, Philosophy and the State in France. The Renaissance to the Enlightenment, (...)
  • 40 Montesquieu, Pensées (1675), nº 551 : « Si quelques Chartreux sont heureux, ce n’est pas sûrement p (...)

27Le nom « Chartreuses » vient du terme employé pour désigner des logements de l’ordre des Chartreux, familier dans la tradition de l’ermitage situé dans un jardin38. La revendication de Montesquieu, selon laquelle un monastère était le seul endroit possible pour découvrir une république moderne, indique la potentielle aspiration de cet ensemble de pavillons au statut paradigmatique39. Dans les Pensées, les chartreux de Montesquieu connaissaient le bonheur grâce à la correspondance de leur activité dans le jardin avec celle de leur âme40. Cela rappelle le désir de Stanislas de rendre ses sujets heureux par la reconnaissance de la vie ordinaire. Dans le même temps, l’attention est attirée sur l’activité répétée des automates dans le village du Rocher, situé en face, avec l’interaction des thématiques mécanique/pastoral, corps/âme, passions/raison, animé/inanimé, si répandues après Descartes :

  • 41 Leszczynski, « Des Passions », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 394.

Un homme sans passions, ne serait qu’un automate ; encore cet automate a-t-il des ressorts qui le font mouvoir ; les passions sont à nos âmes ce que les vents sont au vaisseau qui vogue en pleine mer. Nous ne saurions agir, qu’entraînés par elles, et le plus ou moins d’adresse du nautonier conduit l’équipage au port, ou le fait échouer contre les écueils.41

28Les villageois réels des Chartreuses (par opposition à ceux du Rocher) étaient supposés entretenir leurs jardins, et, occasionnellement, devaient jouer les hôtes du roi pour une brève période, de façon que celui-ci puisse goûter aux plats préparés avec les produits qu’ils avaient cultivés. Ce jeu théâtral impliquait plusieurs inversions, telles que celle du roi comme invité d’un invité réel, celle de l’invité comme résident forcé d’une utopie ornementale en miniature, et celle du courtisan comme jardinier produisant sa nourriture. Il indique aussi une attitude quasi rituelle vis-à-vis de la terre et de la nature, puisque le déroulement de la journée était marqué par la transformation des travaux des Chartreux en un simple repas. On peut parfaitement imaginer les habitants de ce nouvel ordre récitant la sentence très connue de l’abbé de Saint-Pierre : « Paradis aux bienfaisants ! »

  • 42 Voir Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 152 : « Sans l’avoir prévu, Locke (...)
  • 43 Il est très probable que les véritables serviteurs, jardiniers et cuisiniers aient eu, en effet, à (...)
  • 44 Richard Mique, l’architecte chargé de construire le Hameau de Marie-Antoinette, œuvrait à l’origine (...)

29L’évident jeu de rôles mis en place aux Chartreuses, avec son protocole comique, était récurrent à la cour de Lunéville. La disposition des Chartreuses et du Rocher évoque la continuité entre le théâtre ludique, la réalité possible de l’utopie et l’expérimentation psychologique. En effet, les scénarios imaginés aux Chartreuses – tels que la favorite de Stanislas en laitière ou l’intendant royal en jardinier – manifestent une ressemblance étrange avec les paradoxes de l’identité personnelle dans les expérimentations intellectuelles de Locke, comme le récit du prince se réveillant dans le corps d’un savetier42. Une situation complètement chamboulée, semblable à celle d’un pays de cocagne où la noblesse aspirerait à « une utopie du peuple », a été mise en scène43. Les inversions de statut, délibérément inscrites dans la topographie, ont discrètement estompé la distinction entre le bénéficiaire et le bienfaiteur, l’interprète et le spectateur, le domestique et le roi. Comme un intervalle entre les réalités politiques et les fictions d’imagination, les Chartreuses non seulement agissent comme un commentaire sur Versailles, le plus grand modèle de vie de cour, mais prévoient aussi la transformation à venir de ce modèle dans le Hameau de Marie-Antoinette44. Les invités de Stanislas pouvaient seulement être de faux fermiers, engagés dans un noble jeu, où mimer l’utopie désirée était jugé nécessaire afin de les réconcilier avec les traditions courtoises.

  • 45 Leszczynski, « Du Bonheur », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 416 : « Le plus sûr moyen (...)

30Les célèbres renversements du Télémaque de Fénelon, dans lequel les artisans sont transplantés de la ville dans un paradis agricole, trouvent ici une nouvelle perspective : les courtisans sont littéralement transplantés du château dans un village utopique et deviennent ainsi les pièces et les otages d’un jeu princier. Nouveau Mentor, le « roi bienfaisant » prend le rôle d’un jardinier habile, façonnant le cœur même de la société. Les Chartreuses et le Rocher occupent une place écartée du centre de l’action que représente le château, qui reste lui-même encore soumis à un examen minutieux et à une observation microscopique. Les Chartreux sont à la fois hors de la scène et partie intégrante de la performance. Les maisons de campagne n’ont pas été imaginées pour être vues comme un autre tableau, ni comme la partie d’un ensemble. Leurs habitants ne devaient pas non plus être vus comme des personnages, isolés dans une solitude contemplative. Au contraire, on a donné la possibilité aux courtisans de s’engager dans la vie active, afin de former une communauté d’individus exemplaires. L’île-jardin transformée de Lunéville, l’île de Dumocala, l’utopie de l’Entretien, comme l’Élysée de Rousseau à Clarens, mettent l’accent sur l’intimité – de l’amitié partagée ou de la vie de famille – perçue comme un complément à une nature bienveillante ainsi qu’à la connaissance de soi-même45.

  • 46 Leszczynski, « Pensées Diverses », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 376.

31Souvent une chaumière est un abri plus sûr contre les orages de la fortune que le plus brillant palais.46

32Cet aphorisme de Stanislas rappelle la création d’un lieu familier, présent à la fois chez Rousseau, dont le chêne fournit un abri aux heureux paysans, et dans le Télémaque de Fénelon. En raison de la préférence de Stanislas pour une éducation amusante et fondée sur l’expérience, et de sa connaissance des écrits de Fénelon et de Locke, les jardins présentent une très nette application de l’ensemble des leçons qu’il a préconisées dans son programme pour l’éducation des princes royaux :

  • 47 Leszczynski, « Réponse de Stanislas au Dauphin contenant un plan d’éducation pour les jeunes prince (...)

La méthode du précepteur pour ouvrir le cœur de son élève à la sensibilité envers le peuple me paraît infaillible ; se dérobant autant qu’il le pouvait au joug des étiquettes, il le conduisait seul et sans suite dans les villages et les hameaux, et jusque dans la cabane des paysans ; il le rendait témoin de leurs pénibles travaux et de leurs tristes repas, et après lui avoir fait admirer leurs vertus et leur patience, après lui avoir fait remarquer que le sentiment et l’honneur habitent aussi sous le chaume, il lui demandait lesquels lui paraissaient plus dignes de son affection, ou de ses hommes couverts de haillons et si vils en apparence, mais qui savaient remplir les coffres de l’État, ou de ces courtisans aux habits dorés qui n’avaient que le talent de les vider ?47

33Stanislas a été particulièrement inspiré par l’ensemble des mises en scène que Fénelon, en tant que professeur particulier, avait créé pour l’éducation du duc de Bourgogne (ensemble qui fut aussi, de toute évidence, une anticipation de la description par Rousseau de l’éducation d’Émile dans l’atelier de l’artisan). Comme l’utopie de l’Entretien, les Chartreuses et le Rocher font office de démonstrations dans un paysage fictif. Avec leurs prétentions didactiques, il est difficile de les distinguer du domaine de l’expérimentation scientifique ou des procédures théâtrales pour l’instruction de la jeunesse. Par ailleurs, les jardins, semblables à une espèce d’auto-narration, peuvent être envisagés comme l’incarnation d’une version des propres expériences du roi, cherchant un refuge à travers divers pays exotiques, et passant, grâce au déguisement, d’un statut social à l’autre, comme cela est raconté dans les divers comptes rendus de sa fuite vers l’exil.

  • 48 Voltaire à la comtesse d’Argental, 25 février 1748, Correspondence and Related Documents, ouvr. cit (...)

34On va tous les jours d’un palais dans un kiosk, ou d’un palais dans une cabane, et partout des fêtes et de la liberté.48

35Les visiteurs de Lunéville étaient acheminés à travers les jardins par un itinéraire sinueux ; ils devaient traverser des lieux contradictoires, et se trouvaient engagés dans une variété de divertissements. Les divers spectacles et les associations imprévisibles des créations du jardin de Stanislas donnent à un seul paysage des allures de foire, de carnaval, de monastère, de palais, de sérail, de salle d’exposition (Jacques de Vaucanson, inventeur et mécanicien français), de cabinet de curiosités, d’atelier artisanal, de laboratoire (Nollet) et de maison de campagne (Fénelon). Ce paysage syncrétique conserve une existence ambiguë – entre le divertissement, le spectacle, la performance dramatique, la réflexion psychologique et l’instruction pratique.

  • 49 La critique de la peinture au XVIIIe siècle se focalise tout particulièrement sur le décalage entre (...)

36L’aspect le plus parlant des jardins semble avoir été leur caractère provisoire et éphémère, comme s’ils étaient devenus inquiets de leur existence propre. Il semble que la seule façon d’être crédible dans le nouveau contexte était de faire preuve d’esprit ironique, en ajoutant une once de surprise qui témoignait de la prise de conscience de soi-même. Les enquêtes de Stanislas dans le monde de l’artifice, de l’illusion théâtrale et de l’utopie ne peuvent pas être dissociées de la matérialité imprécise de sa construction éphémère. L’architecture a peut-être été intentionnellement créée comme étant au bord de l’écroulement ; sa stabilité reposant sur du papier mâché, du canevas et du faux-semblant, les fontaines et les grottes étant dans un état de dissimulation. Le caractère éphémère et la duperie des pavillons représentaient l’essence de la civilisation et sa parodie49. Les constructions improvisées des jardins des châteaux de Stanislas semblent avoir délibérément exposé l’ambivalence du fait et de la fiction répandue dans la littérature, ainsi que les renversements théâtraux propres à l’époque. Ils ont été conçus comme une structuration du monde intensément artificielle, et comme un agencement particulièrement approprié aux divertissements de sa cour.

  • 50 Ricœur, Soi-même comme un autre, ouvr. cité, p. 176 : « Cette fonction médiatrice que l’identité na (...)

37L’utopie architecturale des jardins de Stanislas et ces « variations imaginatives »50 ont été orientées vers la création de lieux, dont on a découvert le potentiel à travers un récit et une exploration théâtrale. Dans ce lieu d’expérimentation qu’est le monde renversé des Bas Bosquets, se révèle un échange entre le jeu de la culture et le didactisme déterminé de la pensée du XVIIIe siècle. Le besoin de placer l’ingénierie sociale de l’utopie du siècle des Lumières dans une structure narrative a inévitablement produit plusieurs niveaux d’ambiguïté représentative. L’utopie architecturale montre la confusion entre le récit et la compréhension conceptuelle. Elle rappelle que c’était vraisemblablement la même « raison » qui concevait un programme d’efficacité bienveillante et qui se livrait aux possibilités ludiques et dramatiques d’une histoire ou d’une pièce de théâtre.

  • 51 Leszczynski, « Pensées Diverses », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 359.

38Rarement avec l’esprit de détail, on a celui des grandes vues.51

  • 52 L’idée de la place Royale est, paraît-il, venue à Stanislas lors de son sommeil. Voir duc de Luynes (...)
  • 53 Voir Pierre Patte, Monumens érigés en France à la gloire de Louis XV, Paris, Chez l’auteur & A. Gué (...)
  • 54 Pour une description plus complète et une analyse historique de la place Royale, voir Pierre Marot,(...)

39Ce n’est qu’en 1751, après quatorze ans passés en Lorraine, que Stanislas a exprimé pour la première fois le désir de créer une place Royale à Nancy52. Cette place a été cérémonieusement inaugurée le 26 novembre 175553. Le programme iconographique de l’ensemble a été attribué à un souci de représenter la « réunion » de la France et de la Lorraine, c’est-à-dire l’incorporation officielle du duché dans le territoire français à la mort de Stanislas54. Le Compte général de Michel, publié en 1759 sur les ordres de Stanislas, a loué le désintéressement et le caractère exceptionnel d’un roi (Stanislas), érigeant un monument à un autre roi (Louis XV), de son vivant même :

  • 55 Michel, Compte général de la dépense…, ouvr. cité, p. 15.

Le projet de S. M. fut dès son principe de réunir en Lorraine, dans un même tems, deux Souverains qui ne devoient que s’y succéder et de donner à tous les siècles le premier exemple d’un Roi qui dans ses propres États érige des Statues à un autre Roi. On peut en élever à ses prédécesseurs, mais il étoit donné au seul Stanislas d’en consacrer une à son successeur […]55.

  • 56 Stanislas fut obligé de signer la secrète déclaration de Meudon le 30 septembre 1736, qui violait l (...)

40Bien que ce geste ait clairement été effectué dans la lignée de la propre expression de Stanislas en tant que roi-philosophe bienveillant, ou roi bienfaisant, il ne s’agissait pas simplement d’un acte de bienveillance publique envers son souverain, gendre et héritier du duché. De fait, Louis XV avait déjà annexé la Lorraine dans un traité secret, la déclaration de Meudon, avant l’arrivée de Stanislas en Lorraine en 173756. Les projets pour la place Royale ont été récupérés lors du dernier acte d’un drame – la Lorraine cédant sans discuter devant la souveraineté française – se jouant non seulement au bénéfice du peuple et de la cour de Stanislas, mais aussi à celui des commentateurs historiques. Ironiquement pour Stanislas, le subterfuge de sa souveraineté réelle dans le duché l’a rendue concevable dans l’avenir, du point de vue de ce qui s’était déjà passé en réalité.

41Dans le rôle d’un « roi bienfaisant », rôle qu’il avait créé pour lui-même, Stanislas a souhaité exister, dans l’intérêt commun des individus, en intervenant sur un plan moral, consacré à la vie bonne et au bonheur. Gouverner sagement et correctement, dans le but d’assurer le bonheur et le bien-être de ses sujets, a signifié exercer une économie aussi bienveillante et attentive que celle du père de famille sur son foyer. De plus, en tant que « roi-architecte », il pouvait être perçu non seulement comme l’instigateur et le concepteur de projets pour sa société idéale, mais par-dessus tout comme leur garant. Les écrits de Stanislas insistent sur la prévoyance exigée de la part de bons dirigeants. L’embellissement de la ville de Nancy, partagée entre le souvenir d’une ancienne gloire et les espérances quant au règne à venir de Louis XV, peut aussi être interprété comme la matérialisation personnelle de son pronostic de temps meilleurs.

  • 57 « Extrait de l’ouvrage précédant tiré du Journal de Trévoux » : « Ceci encore une fois, exécuté, no (...)

42Les projets pour Nancy ont été considérés comme exemplaires du temps même de Stanislas, et ont été dépeints à la fois comme une réalisation de la ville idéale qu’il a décrite dans son récit utopique, l’Entretien, et comme une application des réformes du gouvernement proposées dans La Voix libre. La deuxième édition du roman utopique de Stanislas, parue en 1755, simultanément à l’achèvement des programmes de construction pour la place Royale, incluait deux rapports, qui ont explicitement fait le lien avec les projets urbains de Stanislas57. La conception de Nancy a joué un rôle important en faisant allusion à la tension entre des faits politiques contemporains et les visions utopiques de Stanislas.

43Les projets pour la place Royale comprenaient une série d’espaces publics reliant les deux villes de Nancy (vieille ville et ville neuve) via un arc de triomphe ; la place Royale, avec l’hôtel de ville et son salon Carré au premier étage ; la place de La Carrière, un ancien terrain utilisé pour le festival médiéval, désormais destiné aux promenades ; et, enfin, la cour publique, devant le palais de l’intendant royal. La statue de Louis XV a occupé le centre d’une trajectoire entre plusieurs institutions (qui seraient rendues caduques dès le transfert de souveraineté) glorifiées par la « réunion » du duc de Lorraine et de l’intendant royal. La place Royale a agi comme une sorte de vision prémonitoire de la souveraineté du duché, de position à nouveau centrale de la ville, mais aussi de la concrétisation des ambitions morales et des aspirations civiques du roi bienfaisant.

  • 58 Jean Lamour, Recueil des ouvrages de serrurerie que Stanislas le bienfaisant, roi de Pologne, duc d (...)
  • 59 Pour le « circuit de promenade », voir Ostrowski, « Działalność urbanistyczna Stanisława Leszczyńsk (...)

44La ferronnerie de Lamour a fourni un fond transparent derrière les fontaines de la place Royale et fait circuler ses thèmes à travers toute la place58. On peut citer la rampe d’escalier menant au salon Carré de l’hôtel de ville, et la ferronnerie en trompe-l’œil dans la fresque de Joly, la rampe du balcon du maire, les balcons de la place Royale, de La Carrière, et la ferronnerie dans le palais de l’intendant. L’ensemble a constitué une série de pièces paraissant tissées ensemble au cœur de la ville. Il était aussi impliqué dans le drame public du spectacle et des promenades, et limité par un itinéraire circulaire qui permettait à la ville d’être observée depuis un ensemble de beaux points de vue59. À la manière de l’enfilade, présente dans l’agencement des jardins du XVIIIe siècle, cet ensemble a placé l’individu entre la réflexion personnelle sur une généralité et une participation à la vie de la ville.

  • 60 Pour la tradition concernant les représentations des cités idéales et notamment les perspectives di (...)

45La perfection du programme de la place Royale qui en découle est extraordinaire. Le résultat donne un exemple de la situation culturelle, capturée entre le théâtre urbain et la manifestation des Lumières. D’une part, le citoyen itinérant est invité à spéculer sur les circonstances historiques immédiates, à la lumière de sujets urbains primordiaux, et, d’autre part, il est le sujet d’une conception urbaine réduite à la consistance d’une pièce, qui est ouverte à sa réflexion, et où tous les éléments sont destinés à « fonctionner », si ce n’est comme les rouages de l’horloge, ou du village du Rocher, du moins comme le règlement légal des complémentarités de perspectives comme dans un diagramme60.

46L’agencement de la place Royale révèle différentes influences et intentions à l’origine de la planification de Nancy. Il y a évidemment un souvenir du rôle public traditionnel joué par la place centrale de la ville, avec le marché, le centre religieux, la place des fêtes et l’arène politique ; mais aussi le souci de son renouvellement par un acte créateur. Cependant, peut-être en reconnaissance de la nouveauté potentielle d’une telle entreprise, la vie publique a été émancipée de son contexte traditionnel plus profond, et matérialisée dans des institutions exemplaires, toutes disposées autour de la place : l’hôtel de ville, la Comédie, le Collège des médecins, l’hôtel des Fermes, qui logeait les bureaux fiscaux, et les Basses Faces (qui regroupaient les cafés et les maisons d’édition de Nancy). Ces institutions étaient simultanément représentatives de la culture traditionnelle et nouvelle. Bien que ne niant pas complètement leur contenu traditionnel, l’identité de ces institutions est soumise à la cohérence de la manifestation iconographique d’une nouvelle histoire et d’une nouvelle société. Elles contribuent aux objectifs représentatifs et didactiques généraux de la place Royale.

47Le dialogue imaginé à propos de la ville dans Dumocala justifie l’association contemporaine de Nancy avec une utopie réalisable, mais il marque aussi le lien avec les propres expériences de Stanislas en tant qu’ »  objet extraordinaire », à la fois comme roi, mais aussi comme dépossédé itinérant en Lorraine. Stanislas écrit d’ailleurs dans l’Entretien :

  • 61 Leszczynski, Entretien, édition citée, p. 4-5.

J’étais devenu dans ce pays un objet si extraordinaire, que l’ordre vint de me conduire à la capitale où le Roi faisait sa résidence ; je vis sur toute ma route des terres extrêmement bien cultivées, un air d’abondance régnait en tous lieux ; la joie et la sérénité étaient peintes sur tous les visages. Je remarquais partout de la franchise et de l’humanité, et en général un ordre et un arrangement qui décelaient la sagesse d’un gouvernement éclairé et toujours constant dans ses maximes. Après un voyage de trois semaines ; j’arrivai à la capitale : c’était une ville immense dont les rues étaient propres, larges et bien percées ; les maisons des particuliers étaient bâties commodément, mais avec simplicité, la pompe et la magnificence étaient réservées pour les édifices publics ; ces derniers, dans un goût d’architecture différent du nôtre, mais peut-être plus simple et plus noble en même temps, montraient la grandeur du génie qui les avait entrepris.61

48La topographie visuelle de Nancy, comme inventaire d’un ensemble de constructions publiques dans un paysage urbain naturalisé et implicitement connecté au paysage rural, se conforme aisément à la vision de la ville dans le récit utopique de Stanislas. Elle implique une pastoralisation de la ville, dans laquelle la nature est vue comme le principe servant d’intermédiaire entre un moi de plus en plus introverti et les formations sociales abstraites qui demandent à représenter la vie de la ville. Dans Nancy, les bâtiments privés de la place Royale, La Carrière et la place d’Alliance ont été englobés dans une façade répétitive et homogène, qui a simultanément agi comme un décor théâtral pour les monuments et les comédiens publics. De même, dans la ville assainie de Dumocala, on a donné de l’importance uniquement aux bâtiments publics. La ville de Dumocala, avec son roi philosophe et bienveillant, et Nancy, avec son union du roi et de l’intendant, pourraient, en fait, être la population entière de ces villes. Chacun pourrait être un agent plus ou moins efficace, ou un « objet extraordinaire » en créant sa propre histoire, contre un ensemble utopique de références explicites et transparentes. Dans Nancy, les aspirations potentielles de la société humaine sont converties dans la perfection présentée par la perspective urbaine – comme dans l’utopie narrative.

  • 62 La maquette en bronze pour la statue de Louis XV destinée à la place Royale a été élaborée par Guib (...)
  • 63 Michel, Compte général de la dépense…, ouvr. cité, p. 18 : « Cet étage offre la vue la plus intéres (...)
  • 64 Pierre Simonin et Roland Clément ont appelé Chanteheux « le double » du salon Carré à cause de leur (...)

49En 1752, alors que les plans pour la transformation de Nancy étaient en cours, le modèle de bronze pour la statue de Louis XV a été placé au centre du salon des Arts à Chanteheux, le temple des Arts de Stanislas, ou Parnasse, près de Lunéville62. En fait, Stanislas pouvait examiner cette maquette depuis un balcon intérieur, également façonné par Lamour dans une ferronnerie analogue à celle de la place Royale. Le point de vue le plus élevé du salon correspond à celui du balcon de Stanislas à l’hôtel de ville, sur la place Royale, qui, dans ce cas, offrait une vue de la statue réelle, au centre de l’aménagement. La hauteur de ce balcon était également semblable à celle des promenades surélevées et des salles de réception distribuées partout dans l’ensemble, présentant une reproduction dramatique de la vie de la ville avec sa hiérarchie de citoyens offerte comme un spectacle architectural63. Le dédoublement métaphorique du pavillon intérieur du salon Carré avec le salon de Chanteheux a définitivement posé Stanislas comme l’orchestrateur d’événements et le responsable de la culture, inversant sa relation réelle avec Louis XV, comme « maître des marionnettes »64.

  • 65 Louis Marin, dans Le portrait du roi, ouvr. cité, envisage le terme « explication » comme une fonct (...)

50On peut voir que le salon de Chanteheux de Stanislas a servi de maquette élaborée pour la planification de la place Royale, ce qui était essentiel pour un roi-architecte intéressé à la préparation d’un avenir qui était déjà présent. Depuis le centre de la place Royale, le balcon du salon Carré de l’hôtel de ville a offert à l’observateur élevé, et au dirigeant, une vue panoramique de tous les incidents qui prétendent résumer la nature de la vie civique. Il a fourni une carte politique vivante, nécessaire pour les opinions dans la ville et les décisions qui seraient prises dans le bureau du maire, du roi ou de l’intendant. La conception de la ville de Nancy a été perçue comme une avant-première et une explication (en anglais explanation, littéralement un déchiffrement de la carte ou du plan par avance)65. La ville pourrait alors fonctionner comme la conception le prévoyait.

51Cette situation montrait combien la perception du monde s’était facilement dissociée de l’illusionnisme mimétique du baroque pour se condenser dans la pensée des Lumières comme, par exemple, dans Micromégas de Voltaire, où la confusion entre le miniature et le gigantesque requiert le point de vue « curieux » ou simultané de l’observateur sceptique. Le corollaire d’un tel point de vue est l’éventuelle substitution d’un modèle de réalité à la réalité elle-même. La représentation d’un lieu ou d’une ville peut alors exiger d’être plus puissante que la ville elle-même – laquelle, par conséquent, reste seulement aussi puissante, ou aussi appauvrie, que la maquette de ses débuts.

  • 66 Chanson alternativement chantée par un paysan des Vosges et par un Citoien de Nancy sur l’air du Di (...)

C’est lui, qui de ces édifices,
Fit les desseins, traça les plans,
Ce n’est que d’après ses esquisses,
Qu’on vit éclore les talens ;
Aussi l’on s’écrie,
Quoi ? Jusqu’au génie,
Jusqu’aux Arts il donne la loi ?
C’est plus qu’un Roi, c’est plus qu’un Roi.
66

52La place Royale de Nancy peut être vue comme incarnant la conception de Stanislas de l’ordre culturel et moral d’une société hiérarchique avec un souverain à sa tête – conception théorisée dans ses écrits. Elle met aussi en avant une ambivalence entre un dialogue baroque, une politique existante et une topographie cérémoniale, et un désir éclairé de pousser l’ordre urbain à exposer la signification comme une totalité, comme un tableau. Les interventions de la place Royale ont impliqué une nouvelle façon de concevoir une organisation appropriée pour le projet bienveillant de Stanislas déjà exploré dans ses jardins – l’utopie architecturale. Pendant le temps de sa quête du bon royaume, le roi bienfaisant devient faisant, davantage un praticien de la culture qu’un roi. La conception de la place Royale a essayé de s’adapter aux nouvelles conditions des Lumières et a oscillé entre une mise en scène théâtrale et l’utopie de Dumocala. La ville a pris forme comme une coordination visuelle de spectacles, comme une coordination des espoirs et de la mémoire, et comme une allégorie de la manière dont Stanislas a dû défendre son projet. Dans un sens, la distance théâtrale dans Nancy était devenue comme l’eau dangereuse sur laquelle on devait naviguer pour atteindre l’utopie.

Notes

1 Voltaire, Candide, ou l’Optimisme (1757), Œuvres complètes, vol. 48, René Pomeau éd., Oxford, Voltaire Foundation, 1968, p. 240-241.

2 Article « Pologne », Encyclopédie, t. XII, 1765, p. 931.

3 Michael Ranft, Stanislaus I, Leipzig, 1736 ; Jean-Guillaume de Chevrières, Histoire de Stanislas Ier roi de Pologne, grand-duc de Lithuanie, duc de Lorraine et de Bar, Londres, 1740, 1741. Voir Pierre Boyé, Stanislas Leszczynski et le troisième traité de Vienne, Nancy-Paris, Berger-Levrault, 1898 ; La cour polonaise de Lunéville (1737-1766), Nancy, Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 1926 ; Jozef Feldman, Stanisław Leszczynski, Varsovie, Książnica-Atlas, 1948 ; Maurice Garçot, Stanislas Leszczynski, 1677-1766, Paris, Berger-Levrault, 1953 ; Jacques Levron, Stanislas Leszczynski, roi de Pologne, duc de Lorraine. Un roi philosophe au siècle des Lumières, Paris, Librairie académique Perrin, 1984 ; Edmund Cieślak, Stanisław Leszczynski, Wrocław - Varsovie - Cracovie, Zakład Narodowy Imienia Ossolinskich, 1994 ; Lydia Scher-Zembitska, Stanislas Ier, un roi fantasque, Paris, CNRS, 1999 ; Anne Muratori-Philip, Le roi Stanislas, Paris, Fayard, 2000. Voir aussi le catalogue d’exposition Stanislas, un roi de Pologne en Lorraine, Versailles, Éditions Artlys, 2004, et l’article d’Henri Claude, « Stanislas, un roi de Pologne en Lorraine, une exposition franco-polonaise », Pays lorrain, vol. 86, nº 1, février 2005, p. 35-38.

4 Le Départ, ou Lettre du Roy Stanislas à un de ses amis, contenant les véritables circonstances de sa retraite de Danzig, est paru sous forme de brochure en français, en allemand et en suédois en 1734. De nombreuses versions du Départ ont circulé sous forme de pamphlet à travers l’Europe et l’une d’entre elles a été incluse dans les Œuvres du Philosophe bienfaisant, Paris, 1763. Les citations proviennent ici de la version du Départ publiée dans Œuvres choisies de Stanislas, roi de Pologne, duc de Lorraine, de Bar, etc., Mme de Saint-Ouën éd., Paris, J. Carez, 1825 : « Lettre de Stanislas, Roi de Pologne, à la Reine de France, sur son Départ de Dantzig ».

5 Sur les divers aspects de la royauté chrétienne, voir Ernst H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies. A Study in Medieval Political Theology, Princeton, Princeton University Press, 1957, et Louis Marin, Le portrait du roi, Paris, Minuit, 1981.

6 La Société royale des sciences et belles-lettres, fondée par Stanislas, a été inaugurée le 3 février 1751 dans la galerie des Cerfs de l’ancien palais ducal de Nancy. C’est lors de cette cérémonie que Thibault a donné à Leszczynski le titre de Bienfaisant ; voir Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 98. Ce titre a été utilisé par la suite lors de la publication de sa collection d’écrits, Œuvres du Philosophe bienfaisant, Paris, P. -J. Solignac, 1763 (2e édition, 1764 ; rééditions : Amsterdam, 1764, Leipzig, 1764, et Paris, 1765 et 1769).

7 Pour les fondations et l’établissement de Stanislas, voir François-Antoine Alliot, Précis des Fondations et établissements faits par Sa Majesté le Roi de Pologne, Duc de Lorraine et de Bar, Nancy, Antoine, 1758 ; Nicolas-Léopold Michel, Compte général de la dépense des édifices que le roi de Pologne a fait construire pour l’embellissement de la Ville de Nancy, Paris-Lunéville, Messuy, 1761 ; Recueil des fondations et établissements faits par le roi de Pologne, Paris-Lunéville, Messuy, 1762.

8 Stanislas Leszczynski, Entretien d’un Européen avec un Insulaire du royaume de Dumocala, Nancy, 1752. Les citations proviennent ici de l’Entretien publié par Laurent Versini (Nancy, Publications de l’Université de Nancy II, 1981). Dans son édition de l’Entretien de Stanislas, Laurent Versini a traduit le mot Dumocala par « pays du rêve » (Nancy, Publications de l’Université de Nancy II, 1981, p. 2, note 2). Danuta Irene Kossowska offre une interprétation similaire : « beau rêve », traduisant ainsi cala en référence à la racine grecque kalos ou « beau » (voir Danuta Irene Kossowska, Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projetée : Jean-Jacques Rousseau’s last political work, its sources and background, thèse de doctorat, Duke University, 1984). Or, ce mot et sa signification restent ambigus. Duma signifie « fierté » en polonais et cala, « entier » ou « complet ». Selon l’étymologie, duma est un vieux mot polonais faisant référence à un « rassemblement » ; duma (ou douma) fait peut-être référence à un rassemblement civique comme l’indique la signification contemporaine du mot en russe. Duma est également le nom donné à un genre de poésie épique ou de complaintes anciennes adaptées sous forme de chansons historiques au sujet de guerriers. Pour Stanislas, il est possible que la signification de ce mot ait reflété l’association de toutes ces idées. Ce mot aura certainement évoqué « l’ailleurs » aux yeux d’un public français.

9 Pour une discussion plus approfondie des notions d’histoire et de temps historique, voir Reinhart Koselleck, Futures Past. On the Semantics of Historical Time, Cambridge (Massachusetts) - Londres, MIT Press, 1985.

10 Leszczynski, « Pensées Diverses », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 364.

11 Stanislas Leszczynski, « L’Élection des Rois », La Voix libre du citoyen, ou Observations sur le gouvernement de Pologne, Paris, 1753, p. 393.

12 Pour une interprétation d’ensemble de l’architecture et des écrits de Leszczynski, voir Renata Tyszczuk, In spem melioris aevi : the architecture and writings of Stanislas Leszczynski, roi bienfaisant (1737-1766), thèse de doctorat, Université de Cambridge, 1998 ; The Story of an Architect King : Stanislas Leszczynski in Lorraine, 1737-1766, Oxford-Berne, Peter Lang, 2007.

13 Leszczynski, « De l’Espérance », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 385 : « Cette espérance, cette bienfaisante espérance, qui nous soutient, et dans la vie et aux approches de la mort, nous la portons souvent au-delà même du tombeau, en cherchant à nous immortaliser dams la mémoire des hommes. »

14 Stanislas Leszczynski, « Des Passions », L’Esprit des monarques philosophes, Marc-Aurèle, Julien, Stanislas et Frédéric, Joseph de La Porte éd., Amsterdam-Paris, 1764, p. 162.

15 Voir Stanislas Leszczynski, Inédits, René Taveneaux et Laurent Versini éd., Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1984.

16 Leszczynski, « Revue politique sur l’administration monarchique adressée au Dauphin », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 198.

17 Voir Jean Ehrard, L’idée de nature en France dans la première moitié du XVIIΙe siècle, Genève-Paris, Slatkine, 1981, p. 571-579.

18 Voir Robert Mauzi, L’idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1960, p. 36 ; Émilie Du Châtelet, Discours sur le bonheur, Robert Mauzi éd., Paris, Les Belles Lettres, 1961. Ce traité a été publié pour la première fois en 1779 mais avait été terminé en 1747, avant la mort de la marquise à Lunéville en 1749. Il semble donc probable que les thèmes abordés aient fait l’objet d’une discussion avec Stanislas.

19 Leszczynski, « Avertissement », Entretien, édition citée, p. 1.

20 Blaise Pascal, « Premier Discours », dans Trois discours sur la condition des grands, Léon Brunschvicg éd., Paris, Éditions d’art Édouard Pelletan, 1932, p. 29-42 : « Pour entrer dans la véritable connoissance de votre condition considérez la dans cette image. Un homme est jeté par la tempête dans une isle inconnue dont les habitants estoient en peine de trouver leur Roy qui s’estoit perdu, et ayant beaucoup de ressemblance de corps et de visage avec ce Roy, il est pris pour luy, et reconnu en cette qualité par tout ce peuple […]. Ainsi il avoit une double pensée, l’une par laquelle il agissoit en Roy, l’autre par laquelle il reconnoissoit son état véritable, et que ce n’estoit que le hazard qui l’avait mis en la place où il estoit : il cachoit cette derniere pensée, et il découvroit l’autre. C’estoit par la première qu’il traitoit avec le peuple, et par la dernière qu’il traitoit avec soy-même » (p. 30-31). Voir aussi Marin, « L’usurpateur légitime ou le naufragé roi », Le portrait du roi, ouvr. cité, p. 263-290.

21 Voir Stanislas Leszczynski, « Réponse à lettre d’un ami », Entretien d’un Européen avec un insulaire du royaume de Dumocala, par Sa Majesté le R.D.P.D.D.L.E.D.B, Nouvelle édition à laquelle on a joint les extraits et les jugements qui ont paru dans quelques journaux, Paris, Duchesne, 1755 : « Vous m’avez fait plaisir, monsieur, de me communiquer vos remarques sur l’Entretien d’un Européan avec un Insulaire. Je vois par le jugement que vous en portez, que vous ne regardez pas cet Ouvrage comme fort utile, parce que vous croyez qu’il n’est guéres possible de mettre en execution le plan de l’Auteur. Vous ne l’envisagez, peut-être, que comme l’amusement d’un Philosophe, ou comme la production d’un genie oisif, tout au plus comme un de ces romans politiques dont Platon a donné l’idée. Pour moi je n’en pense pas tout-à-fait de meme ; j’apperçois d’utiles vérités sous un récit qui paroît fabuleux ; et il me prend envie de réaliser ici ce que vous semble chimérique » (p. 75-76).

22 Leszczynski, « Réflexions sur divers sujets de morale », Inédits, ouvr. cité, p. 321.

23 En situant très précisément son utopie dans l’hémisphère Sud, suivant la tradition des utopies australes, Stanislas se conforme à la fois au concept classique de vraisemblance et à une certaine empreinte de « réalité », telle une preuve, au sein de la nouvelle pensée scientifique. Durant le XVIIIe siècle, les utopies furent de plus en plus souvent situées dans des territoires qui venaient d’être découverts et elles furent souvent perçues comme d’authentiques récits de voyage. De même, les récits de voyage et les récits diaristiques pourraient être facilement considérés comme des romans utopiques. Les cours magistraux de Pierre-André O’Heguerty à la Société royale des sciences et belles lettres, à Nancy en 1751, sur l’île de Bourbon, initialement intitulés « Voyage à l’isle de Bourbon », furent donnés le 26 mars 1751 en présence de Leszczynski ; voir Mémoires de la Société royale des sciences et belles-lettres, t. I, Nancy, P. Antoine, 1754, p. 73. Voir aussi « Observations sur le volcan de l’isle de Bourbon », ibid., t. III, 1755, p. 218.

24 Pour Paul Ricœur, l’utopie nous permet de saisir la nature de ce qui est donné et d’avoir un aperçu des nouvelles possibilités au-delà de ce qui est donné, précisément parce que cela permet à cette société donnée de se séparer, rendue ainsi étrange, obligeant à faire un saut imaginatif en dehors du contexte sociohistorique en question ; voir Paul Ricœur, Lectures on Ideology and Utopia, George H. Taylor éd., New York, Columbia University Press, 1986, p. 16.

25 Voltaire à la comtesse d’Argental, de Lunéville, 25 février 1748, Correspondence and Related Documents, Theodore Besterman éd., vol. 10, Œuvres complètes de Voltaire, vol. 94, Genève, Institut et Musée Voltaire, 1970, nº D3623, p. 209.

26 Emmanuel Héré, Recueil des plans, élévations, et coupes tant géometrales qu’en perspective des châteaux, jardins, et dépendances que le Roy de Pologne occupe en Lorraine […]. Le tout dirigé et dedié à Sa Majesté par M. Héré, etc., Paris, J. -C. François, 1750-1753 ; Plans et élévations de la Place Royale de Nancy et des autres édifices qui l’environnent, bâtie par les ordres du roy de Pologne, duc de Lorraine. Dédiés au Roy de France par Héré, premier architecte de Sa Majesté Polonaise, Paris, J. -C. François, 1753.

27 Les châteaux ou « maisons du roi » de Stanislas correspondaient aux domaines de Malgrange, Lunéville, Commercy, Einville, Jolivet et Chanteheux. Pour une étude récente des châteaux, voir Stéphanie Chapotot-Le Clerre, Les jardins du roi Stanislas en Lorraine, Metz, Éditions Serpenoise, 1999. Sur les jardins de Stanislas, voir Renata Tyszczuk, « Nature intended : the garden of a roi bienfaisant », Experiencing the Garden in the Eighteenth Century, Martin Calder éd., Oxford-Bern, Peter Lang, 2006, p. 161-187.

28 Montesquieu, qui visita diverses résidences de Stanislas en 1748, écrit dans ses « Souvenirs de la cour de Stanislas Leckzinski » : « Il y avoit un vilain cloaque à Lunéville. Il y a jeté la rivière de la Meurthe et fait par là un très beau canal qui côtoie ses jardins que cela rend l’air plus sain » (Œuvres complètes, vol. 2, Paris, Gallimard (Pléiade), 1951, p. 1236).

29 Voir Renata Tyszczuk, « Vérité fabuleuse : the Rocher at Lunéville 1743-1745 », Deterritorializations : Revisioning Landscapes and Politics, Gillian Rose et Mark Dorrian éd., Londres, Black Dog Publications, 2003, p. 200-211.

30 Voir Jan Ostrowski, « Rocher, teatr automatów Stanislawa Leszczyńskiego w Lunéville » (Le Rocher, théâtre d’automates du roi Stanislas à Lunéville), Pamietnik Teatralny, vol. 21, 1972, p. 309-315 ; Robin Middleton, « Boullée and the Exotic », AA Files, vol. 19, 1990, p. 35-49.

31 Voir Simon Schaffer, « Enlightened automata », The Sciences in Enlightened Europe, William Clark, Jan Golinski, Simon Schaffer éd., Chicago, University of Chicago Press, 1999, p. 126-165.

32 Le fait de jouer mentalement un rôle peut également être comparé aux représentations de la commedia dell’arte ou du théâtre de foire. L’intrigue de l’ouvrage Le Monde renversé trouve ses origines dans la tradition carnavalesque où le monde, avec ses préconceptions et ses attentes, est littéralement renversé. De plus, la notion de monde renversé alimente la spéculation d’un ordre spéculatif, imitant la structure de la pensée expérimentale évoquée comme une sorte de « monde à l’envers » si on emprunte la célèbre expression d’Hegel ; voir Charles Taylor, Philosophical Arguments, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 1995, préface, p. VIII.

33 Les renversements et les jeux de rôle dominèrent les réflexions du XVIIIe siècle sur la place de l’homme dans la société comme le montre l’attention donnée au statut de l’acteur dans les écrits de Diderot et de Rousseau. Voir Richard Sennett, The Fall of Public Man, Londres, Faber & Faber, 1986, p. 110-122.

34 Leszczynski, « Pensées Diverses », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 344.

35 La mise en scène de Sémiramis, la publication de Zadig et la rédaction de Memnon coïncidèrent toutes avec la période où Voltaire séjourna à Lunéville. Zadig fut perçu à l’époque comme une satire de Versailles. Cet ouvrage date de 1747 environ, période durant laquelle Voltaire séjourna à Lunéville en compagnie d’Émilie Du Châtelet. Il semblerait que la paternité de cet ouvrage, initialement dissimulée, fut dévoilée pour la première fois à la cour de Lunéville ; voir René Vaillot, « Avec Madame Du Châtelet, 1734-1749 », Voltaire en son temps, t. II, René Pomeau dir., Oxford, Voltaire Foundation, 1988, p. 352.

36 Montesquieu, « Lysimaque », Œuvres complètes, vol. 2, ouvr. cité, p. 1239. C’était une courte narration en prose écrite en l’honneur de Stanislas et de la Société royale à Nancy, où le texte fut lu en 1751.

37 Voir Julia Rau, Gräfin von der Schulenburg, Emmanuel Héré, premier architecte von Stanislas Leszczynski in Lothringen (1703-1763), Berlin, Gebr. Mann Verlag, 1969, p. 153.

38 Voir Michel Conan, Dictionnaire historique de l’art des jardins, Paris, Hazan, 1997, p. 60. Stanislas visita la chartreuse à Sceaux en mai 1743 ; voir duc de Luynes, Mémoires sur la cour de Louis XV (1735-1758), Louis Dussieux et Eudore Soulié éd., Paris, Firmin-Didot, 1860-1865, 17 volumes, vol. 5, p. 5.

39 Voir Nannerl O. Keohane, Philosophy and the State in France. The Renaissance to the Enlightenment, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 410. Les différents décors évoqués dans la littérature utopique de cette époque, avec une emphase sur l’éducation, avaient également recours au modèle monastique.

40 Montesquieu, Pensées (1675), nº 551 : « Si quelques Chartreux sont heureux, ce n’est pas sûrement parce qu’ils sont tranquilles, c’est parce que leur âme est mise en activité par de grandes vérités » (Œuvres complètes, André Masson éd., Paris, Nagel, 1950-1955). Voir Jean Ehrard, L’idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, ouvr. cité, p. 566, note 3.

41 Leszczynski, « Des Passions », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 394.

42 Voir Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 152 : « Sans l’avoir prévu, Locke révélait le caractère aporétique de la question même de l’identité. En témoignent plus que tous les paradoxes qu’il assumait sans sourciller, mais que ses successeurs ont transformés en épreuves d’indécidabilité : soit le cas d’un prince dont on transplante la mémoire dans le corps d’un savetier ; celui-ci devient-il le prince qu’il se souvient avoir été, ou reste-t-il le savetier que les autres hommes continuent d’observer ? Locke, cohérent avec lui-même, tranche en faveur de la première solution. Mais des lecteurs modernes, plus sensibles à la collision entre deux critères opposés d’identité, concluront à l’indécidabilité du cas. De cette façon, l’ère des puzzling cases était ouverte, en dépit de l’assurance de John Locke. » Sur les paradoxes de Locke, voir aussi Charles Taylor, Sources of the Self. The Making of the Modern Identity, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 172.

43 Il est très probable que les véritables serviteurs, jardiniers et cuisiniers aient eu, en effet, à faire tout le travail. Voir Norbert Elias, La société de cour, Paris, Calmann Lévy, 1971, p. 22 : « Les hommes de cour n’ont pas l’habitude de parler beaucoup des innombrables bras qui les servent : les domestiques vivent pour ainsi dire derrière le décor devant lequel se joue la pièce. »

44 Richard Mique, l’architecte chargé de construire le Hameau de Marie-Antoinette, œuvrait à l’origine pour Stanislas et il travailla sous les ordres de Héré à Lunéville.

45 Leszczynski, « Du Bonheur », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 416 : « Le plus sûr moyen de vivre heureux est donc de se renfermer en soi-même, pour mieux apprendre à se connaître ; de se faire une société de son cœur (si on peut s’exprimer ainsi), d’aimer à l’entendre, par ce qu’il dit toujours vrai, et sans renoncer entièrement au monde, de lui échapper néanmoins dès qu’il veut trop nous occuper des frivolités qu’il aime. » Rousseau utilise un vocabulaire très similaire dans sa description de Clarens : « […] c’est l’asile inviolable de la confiance, de l’amitié, de la liberté. C’est la société des cœurs qui lie en ce lieu celle de la table ; elle est une sorte d’initiation à l’intimité » (Julie, ou la Nouvelle Héloïse, livre V, lettre 2). Le manuscrit de La Nouvelle Héloïse a été lu à Stanislas ; voir Jean-Jacques Rousseau, Confessions, livre XI, Œuvres complètes, vol. 1, Paris, Gallimard (Pléiade), 1959, p. 544.

46 Leszczynski, « Pensées Diverses », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 376.

47 Leszczynski, « Réponse de Stanislas au Dauphin contenant un plan d’éducation pour les jeunes princes », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 236. Stanislas avait aussi suggéré Télémaque comme lecture appropriée pour les princes assez mûrs, étant donné que dans ce livre « ils prendront en s’amusant les règles de critique d’après lesquelles ils pourront juger sainement de l’histoire » (p. 231).

48 Voltaire à la comtesse d’Argental, 25 février 1748, Correspondence and Related Documents, ouvr. cité, vol. 10, p. 209.

49 La critique de la peinture au XVIIIe siècle se focalise tout particulièrement sur le décalage entre le réel et le fictif. Pour la dichotomie entre l’illusion et les efforts permettant la définition d’une nouvelle relation entre la vision et la représentation, voir Marian Hobson, The Object of Art. The Theory of Illusion in Eighteenth Century France, Cambridge, Cambridge University Press, 1982. Dans ma thèse de doctorat déjà citée, In spem melioris aevi…, je soutiens que l’intérêt de Stanislas pour la notion de mi-chemin ou de monde intermédiaire entre la fiction et la réalité se retrouve dans toute son œuvre, dans ses écrits et dans son architecture.

50 Ricœur, Soi-même comme un autre, ouvr. cité, p. 176 : « Cette fonction médiatrice que l’identité narrative du personnage exerce entre les pôles de la mêmeté et de l’ipséité est essentiellement attestée par les variations imaginatives auxquelles le récit soumet cette identité. » Je reprends l’expression de « variations imaginatives » à laquelle Ricœur fait référence dans sa discussion sur la narration. En m’écartant d’une perspective purement littéraire, je dirais qu’au XVIIIe siècle tout le spectre des caractéristiques incarnées et articulatoires de la culture, comme un mélange de ces caractéristiques, est enclin aux « variations imaginatives ».

51 Leszczynski, « Pensées Diverses », Œuvres choisies de Stanislas, ouvr. cité, p. 359.

52 L’idée de la place Royale est, paraît-il, venue à Stanislas lors de son sommeil. Voir duc de Luynes, Mémoires sur la cour de Louis XV, ouvr. cité, vol. 14, p. 235, 19 septembre 1755 : « Il nous contoit il y a quelques jours que la première idée de cette place lui vint un soir en se couchant. Son premier architecte, le Sieur Héré, anciennement manœuvre servant les maçons, qu’il a créé et fait ce qu’il est en encourageant et perfectionnement son talent pour le dessin, étoit à son coucher ; il lui dit qu’il lui étoit venu une idée ; il crayonna devant lui son projet et lui ordonna d’y mettre des ouvriers le lendemain. Dès le lendemain il y eut vingt ouvriers. Depuis ce moment l’ouvrage n’a pas été discontinué et tous les ouvriers ont toujours été payés exactement. » Il a été montré que Stanislas a poursuivi le projet de la place Royale avec grande hâte afin que les propositions pour Nancy soient incluses à la date où Louis XV reçut le Recueil d’Héré en 1753. Voir Mercure de France, octobre 1753, p. 195 : « Le 25 (août), M. Héré, Premier architecte du Roi de Pologne Duc de Lorraine et de Bar, présenta à Leurs Majestés et à la Famille Royale, un Recueil contenant non seulement le Plan et les différens aspects de la Place Royale, bâtie à Nancy par ordre de sa Majesté Polonaise, pour y placer la Statue du Roi, mais encore les Plans et les Élévations des Édifices dont cette Place est entourée. Ce Recueil est dédié au Roi. » Cet événement est également décrit dans les Mémoires du duc de Luynes, vol. 13, p. 42, 17 août 1753.

53 Voir Pierre Patte, Monumens érigés en France à la gloire de Louis XV, Paris, Chez l’auteur & A. Guérinet, 1765.

54 Pour une description plus complète et une analyse historique de la place Royale, voir Pierre Marot, La Place Royale de Nancy, de la statue du Bien-Aimé, le roi Louis XV, au monument du Bienfaisant, le roi Stanislas. Image de la réunion de la Lorraine à la France, Nancy, Berger-Levrault, 1966 ; et Rau, Emmanuel Héré, ouvr. cité, p. 189-261. Pour l’histoire de Nancy et une description détaillée de l’intervention de Stanislas, se référer à Jean-Jacques Lionnois, Histoire des villes vieille et nouvelle de Nancy, Nancy, Haener, 1805-1811, vol. 1, 1811. Sur la place des projets de Stanislas pour la place Royale et Nancy dans l’histoire de l’urbanisme, voir Louis Hautecœur, « Le style Louis XV », Histoire de l’architecture classique en France, Paris, A. Picard, 1943-1947, vol. 3, p. 488-495 ; Pierre Lavedan, « La place Royale de Nancy et son influence », La vie urbaine, n º 66, octobre-décembre 1952, p. 250-262. Voir aussi Dora Wiebenson, The Picturesque Garden in France, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 109. La description la plus récente des projets pour la place Royale de Nancy est celle de Mireille-Bénédicte Bouvet, « Les places de Nancy au XVIIIe siècle », De l’esprit des villes : Nancy et l’Europe urbaine au siècle des Lumières (1720-1770), catalogue du musée des Beaux-Arts de Nancy, Alexandre Gady et Jean-Marie Pérouse de Monclos dir., Versailles, Éditions Artlys, 2005, p. 71-81.

55 Michel, Compte général de la dépense…, ouvr. cité, p. 15.

56 Stanislas fut obligé de signer la secrète déclaration de Meudon le 30 septembre 1736, qui violait les conditions des négociations de Vienne (le troisième traité de Vienne qui lui avait accordé le droit de posséder légalement le duché de Lorraine et de Bar et de préserver son titre de roi de Pologne). Dans cette nouvelle déclaration, Stanislas abandonna ses droits de souveraineté sur le duché ; il ne conservait que le titre de duc et de roi, mais ses fonctions administratives étaient des moindres. Le même jour, Louis XV signa une autre déclaration à Versailles. Les conditions de ces deux déclarations restèrent secrètes et ne furent publiées pour la première fois qu’en 1860 par Joseph-Othenin-Bernard de Cléron, comte d’Haussonville : Histoire de la réunion de la Lorraine à la France, Paris, Lévy, 1860, 4 volumes, t. IV, p. 439-443.

57 « Extrait de l’ouvrage précédant tiré du Journal de Trévoux » : « Ceci encore une fois, exécuté, non à Dumocala, mais en Lorraine par les ordres et sous la direction d’un grand Roi, qui surpasse en quelque sorte tous les besoins de l’humanité, par le nombre et la variété des moyens, qu’il imagine de faire du bien aux hommes » (p. 148). « Extrait du même ouvrage Tiré des lettres sur quelques Écrits de ce Tems par Mr. Fréron » : « Ôtez le voyage de l’Européen et son entretien avec l’Insulaire, il n’y a plus ici de fiction. C’est un recueil de vérités utiles ; c’est une critique judicieuse des défauts qui se trouvent dans la constitution des États de l’Europe ; c’est un modèle de Gouvernement et un modèle qu’on peut imiter ; c’est l’école des Peuples et des Rois ! Si c’étoit un particulier qui eût fait cet ouvrage, il seroit digne que les Rois le prissent pour leur Ministre. Si c’étoit un souverain il meriteroit d’être placé sur le trône de l’Univers » (p. 169-170). Pierre, l’auteur de Sinastal, Histoire Dumocalienne, dans le Mercure de France, juin 1754, vol. 1, p. 79-104, énumère un certain nombre de bâtiments mentionnés dans l’utopie et réalisés par Stanislas en Lorraine, entre autres la bibliothèque publique, l’Académie et le Collège royal des docteurs. Voir Wacław Ostrowski, « Działalność urbanistyczna Stanisława Leszczyńskiego w Nancy i jej pozycja w dziejach budowy miast » (Les interventions urbaines de Stanislas à Nancy et leur position dans l’histoire des villes), Kwartalnik Architektury i Urbanystyki, II, 1957, p. 179-190 (p. 188). Voir aussi René Taveneaux, « Le roi Stanislas et la ville », Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750, Paris, Ophrys, 1983, p. 561-570 (p. 565).

58 Jean Lamour, Recueil des ouvrages de serrurerie que Stanislas le bienfaisant, roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar, a fait poser sur la place Royale de Nancy à la gloire de Louis-le-Bien-Aimé, composé et exécuté par Jean Lamour, son serrurier ordinaire, Nancy-Paris, J. -C. François, 1767.

59 Pour le « circuit de promenade », voir Ostrowski, « Działalność urbanistyczna Stanisława Leszczyńskiego w Nancy… », art. cité, p. 183. Voir aussi la vue de la place Royale, tableau dit « de Pange », et le plan de Nancy par Thomas Belprey (1754) dans le catalogue Stanislas, un roi de Pologne en Lorraine, ouvr. cité, p. 219 et p. 224-225.

60 Pour la tradition concernant les représentations des cités idéales et notamment les perspectives dites « urbinates », voir Hubert Damisch, « Représentation suspendue », L’origine de la perspective, Paris, Flammarion, 1987, p. 157-182 ; et Dalibor Vesely, Architecture in the Age of Divided Representation. The Question of Creativity in the Shadow of Production, Cambridge (Massachusetts) - Londres, MIT Press, 2004, p. 167-168.

61 Leszczynski, Entretien, édition citée, p. 4-5.

62 La maquette en bronze pour la statue de Louis XV destinée à la place Royale a été élaborée par Guibal et Cyfflé entre 1751 et 1752. Elle fut installée dans le salon à Chanteheux et plus tard, en 1764, fut déplacée au pavillon de la Cascade à Lunéville, voir Albert Jacquot, Le mobilier, les objets d’art des châteaux du roi Stanislas, duc de Lorraine, Paris, Libraire de l’art ancien et moderne, 1907, p. 27 et p. 59.

63 Michel, Compte général de la dépense…, ouvr. cité, p. 18 : « Cet étage offre la vue la plus intéressante de tout Nancy, La place y est aperçue dans toute sa beauté, les maisons appelées trottoires, qui sont faces à cet Hôtel, étant fort basses, la laissent promener agréablement sur la place de Carrière, et découvrir en plein le Palais qui la termine. Il y a bien d’autres utilités, aisances et commodités. »

64 Pierre Simonin et Roland Clément ont appelé Chanteheux « le double » du salon Carré à cause de leurs mobiliers qui se ressemblent, faisant référence par exemple aux « sièges de Chanteheux laqués de vert et garnis de damas bleu des Indes » ; voir Pierre Simonin et Roland Clément, L’ensemble architectural de Stanislas, Nancy, Librairie des arts, 1966, p. 17-18. Je préfère souligner le « dédoublement » métaphorique de Chanteheux et du salon Carré.

65 Louis Marin, dans Le portrait du roi, ouvr. cité, envisage le terme « explication » comme une fonction de l’auteur-historien dans le Projet pour l’histoire de Louis XIV : « Expliquer, c’est-à-dire faire apparaître, déplier, mettre à plat le tissu de l’histoire, “repasser” ses plis et jusqu’à ses faux plis, jusqu’à ce que le tissu chiffonné et épais devienne la surface lisse et unie du texte du récit historique. On verra qu’il ne s’agira dans cette séquence que de cela : “un récit sommaire, mais fort digéré, écrit en termes choisis et réduit au terme du sens naturel”. En ce moment, le tissu de l’histoire ne doit pas faire de plis et c’est là la fonction du récit » (p. 71).

66 Chanson alternativement chantée par un paysan des Vosges et par un Citoien de Nancy sur l’air du Divin de Village […] à l’occasion de la Statue pédestre élevée dans la Place Royale de Nancy, le 26 novembre 1755, Nancy, 1755, p. 18-19. Pour une autre description, voir Patte, Monumens érigés en France à la gloire de Louis XV, ouvr. cité, p. 165-167.

Auteur

Maître de conférences à l’École d’architecture de l’Université de Sheffield

© ENS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540