Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Utopies des lumières

 | 
Antoine Hatzenberger

Deuxième partie

Une utopie réalisable et en partie réalisée : le programme de La Voix libre du citoyen et de Dumocala

Laurent Versini

Texte intégral

1En apparence, l’Entretien d’un Européen avec un Insulaire du royaume de Dumocala de Stanislas Leszczynski n’est qu’une utopie australe de plus, après les Sévarambes de Vairasse que Stanislas connaît bien, ou la Terre australe de Foigny ou Voyages et aventures de Jacques Massé par Tyssot de Patot dont on trouve la trace dans l’ouvrage du roi de Pologne. Aussi la critique ne le ménage-t-elle pas toujours, n’y voyant que redite, conformisme, pensée banale et molle, philosophie à courte vue qui innove peu. On se borne généralement à le classer rapidement dans les utopies monarchiques et réactionnaires. Dumocala s’inscrit en effet dans une tradition au sein de laquelle il convient d’abord de le situer, mais affirme des caractères originaux qui le rapprochent plus des autres œuvres de Stanislas que des autres utopies du continent austral.

  • 1 Alexandre Cioranescu, L’avenir du passé : utopie et littérature, Paris, Gallimard, 1972, p. 52.
  • 2 Raymond Trousson, Voyages aux pays de nulle part : histoire littéraire de la pensée utopique, Bruxe (...)
  • 3 Jean-Michel Racault, L’utopie narrative en France et en Angleterre, 1675-1761, Oxford, Voltaire Fou (...)
  • 4 Raymond Ruyer, L’utopie et les utopies, Paris, PUF, 1950, p. 9.

2La présentation de l’Entretien, qui arrache à Alexandre Cioranescu l’exclamation : « On dirait du Vairasse »1, est extrêmement traditionnelle. Elle suit le modèle canonique : naufrage sur la côte du continent austral ou Troisième Monde auquel on crut jusqu’aux voyages de Cook, Bougainville et La Pérouse et qui est extrêmement commode pour loger des cités imaginaires, ces latitudes étant l’objet de bien des légendes et les antipodes se prêtant par définition à l’invention d’un monde à l’envers ; rencontre d’un vénérable vieillard, dialogue avec ce guide, qui permet un exposé détaillé de la religion et des institutions de l’île, énumérant les mérites de cette société, égalité, liberté, plus de principe que de fait dans l’univers toujours très réglementé de l’utopie – « arithmogéométrie », selon l’expression très heureuse de Raymond Trousson2, de ces cités concentriques d’une régularité désespérante –, tolérance, certes, mais aussi travail obligatoire et surveillance de tous les instants comme chez Orwell, langue artificielle et rationnelle, philosophie déiste et sociale – Jean-Michel Racault insiste sur l’interrogation religieuse omniprésente et articulée avec l’exercice du pouvoir et sur une rationalisation du gouvernement et de la foi3. C’est l’occasion de citer, parmi une littérature de l’utopie très abondante, outre les ouvrages classiques de Cioranescu, de Trousson, et de Racault, auquel il faut toujours se reporter pour informations et interprétations, les ouvrages de deux grands universitaires nancéiens, ceux de René Taveneaux, qui rencontrait Stanislas à la croisée de ses deux spécialités, l’histoire de la Lorraine et celle de la religion, et ceux de Raymond Ruyer, qui bouscule de son humour habituel les « spéculatifs faibles » que sont à ses yeux les utopistes, et propose la distinction féconde entre les vraies utopies, « exercices mentaux sur des possibles latéraux », et les fausses, simples corrections du réel4, définition qui convient parfaitement à l’entreprise de Stanislas.

3Cette mode du voyage vers un continent austral supposé le symétrique mais non pas l’envers, plutôt l’endroit ou la rectification du nôtre, remonte au moins au début du XVIIe siècle avec Mundus alter et idem sive Terra Australis ante haec semper incognita de Joseph Hall (1607), dans les années mêmes où le voyageur portugais Fernando de Queiros découvrit un paradis terrestre dans les Nouvelles-Hébrides, au cours de son voyage de 1606-1607. Les antipodes sont le lieu rêvé du monde à l’envers (ou plutôt redressé) selon la « loi du contre-pied » définie par Cioranescu, qui fait par exemple mépriser l’or dont on ne fabrique que les pots de chambre chez More. Stanislas ne s’inscrit pas du tout dans cette tradition.

4Le récit de voyage dont l’entreprise de Stanislas se rapprocherait le plus, sans que l’on puisse prétendre qu’il l’a connu, est le célèbre Voyage de François Leguat (1708) dont le succès entraîna des traductions anglaise, allemande, hollandaise. On n’en retiendra ici que l’étape utopique ou la robinsonnade de l’île Rodrigue, paradis terrestre de l’océan Indien où huit colons protestants fuyant les persécutions installent une petite société sans théologiens ni controverses, ni commerce, ni propriété privée. Si la part du politique n’y était trop réduite pour servir de modèle à Stanislas, cette colonie se caractérisant comme chez Foigny par l’absence d’État, ce voyage ressemblerait beaucoup au sien parce qu’il s’agit d’une utopie réalisée.

5L’autre utopie qui annonce celle de Stanislas par son programme de réformes féneloniennes conçu pour un royaume existant, la France cette fois, par la présence de greniers d’abondance, par une présentation très peu romancée est l’Idée d’un règne doux et heureux ou Relation du voyage du prince de Montberaud dans l’Île de Naudély de Lesconvel (1703) où le prince de Montberaud représente le duc de Bourgogne en qui un Saint-Simon plaçait tant d’espoirs. C’est donc comme Dumocala à peine une utopie, mais plutôt un plan qui plonge ses racines dans le réel, comme chez Stanislas.

  • 5 Stanislas Leszczynski, Inédits (plans de paix, réformes politiques, économie et société, réforme de (...)

6Voyons d’abord l’usage que Stanislas fait de la vulgate transmise par la tradition. Des utopies australes nées en grand nombre à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe de la crise de l’absolutisme, il pratique au moins l’Histoire des Sévarambes de Vairasse (1677) qu’il cite dans son manuscrit autographe De l’affermissement de la paix générale de 1748 – mais qui ne connaît à l’époque ce grand succès de librairie presque aussi célèbre que la République de Platon, aux côtés de laquelle Stanislas le place5. Il connaît sûrement aussi les Voyages et aventures de Jacques Massé de Tyssot de Patot (1714-1717), car il désigne le sage et hospitalier vieillard du début comme un « brachmane », ce que Tyssot est le seul à faire. Plus que des utopies solaires à la manière de Campanella et de Cyrano ou de l’Utopie de More ou du monde à l’envers de Swift qui lui sont évidemment familiers – il reprend notamment le refus swiftien de confondre la politique avec l’intrigue –, c’est de ce bouquet d’utopies des années 1670-1720 que la sienne se rapproche le plus, du moins par le cadre, ce qui fait que Dumocala détonne ou retarde, la mode étant en 1752 passée de l’Australie à des voyages intersidéraux ou au centre de la Terre.

7Stanislas conserve un élément important du cadre des utopies australes en faveur dans les années 1670-1715 : c’est le souci en apparence réaliste de situer le royaume insulaire idéal précisément sur la carte, mais avec une hésitation surprenante quand il passe du manuscrit à l’imprimé. Le manuscrit 1137 (360) de la bibliothèque de la ville de Nancy (fº 85-92) localise Dumocala par 17° 14´ de latitude nord, ce qui, puisque le voyageur se rendait aux « Indes », nous placerait dans les Antilles, ou, comme il s’agit plus probablement des Indes orientales, au Sénégal ou dans le sous-continent indien, en tout cas sous une latitude choisie par très peu d’auteurs d’utopies : Fontenelle dans La République des philosophes ou Histoire des Ajaoiens, composée vers 1682, publiée en 1768 seulement, donc sans influence possible sur le roi, qui place l’île d’Ajao à l’est du Japon, et Gilbert, qui place celle de Caléjava (Histoire de Caléjava, 1700) au large de la Lituanie. Tous les autres, rappelons-le, choisissent l’hémisphère Sud. Dans l’imprimé, première divergence entre les deux états du texte, Stanislas s’aligne sur la tradition majoritaire en retenant 52° 14´ de latitude sud, ce qui le fait rejoindre Foigny chez qui le naufrage se produisait par 33° de latitude sud, la cité idéale occupant le 52e parallèle justement, ou Vairasse (4° de latitude sud) ou Tyssot, 44° de latitude sud et 60 de longitude, soit l’emplacement des Kerguelen dont le climat n’est guère accueillant. Le marquis de Lassay place en 1727 le royaume des Féliciens entre 40 et 50° de latitude sud pour en faire une France inversée : cette prédilection des auteurs, qui pourtant dépeignent une nature tropicale et un climat bienheureux, pour la latitude des quarantièmes rugissants, étonne aujourd’hui, mais ces régions étaient alors inexplorées, et l’ambition démonstrative l’emporte sur la prétention réaliste.

8Quant au nom de l’île, il ressemble un peu à celui de Caléjava chez Gilbert où il signifie « Terre d’hommes » ; mais surtout « Dumocala » est formé de la racine polonaise dumac (prononcer « doumats »), « penser », et d’une terminaison qui est celle du nom de beaucoup de villages polonais. Stanislas préfère à tous les noms de pays renvoyant à l’utopie, chez More ou chez l’anonyme qui parle de Noland (The free State of Noland situé aussi dans la Terra australis incognita) en 1696, ou à l’eutopie comme Lefebvre en 1711, dans sa Relation du voyage de l’île d’Eutopie, l’idée de pays de rêve, de paradis terrestre, d’île fortunée et d’eldorado. Voltaire s’en souviendra dans Candide.

9Des constructions australes Stanislas retient les édifices publics d’une « extrême magnificence » – greniers collectifs déjà présents chez Fontenelle, Gilbert, Lesconvel, Lassay, ou chez l’abbé Prévost à Sainte-Hélène dans Cleveland, hôpital public présent chez More, Bacon, école publique présente chez Platon, Campanella, Foigny, Vairasse – et l’urbanisme des Lumières avec ses rues larges, aérées et bien percées. Autant de lieux communs par rapport auxquels Stanislas n’innove pas.

  • 6 Stanislas Leszczynski, Entretien d’un Européan et d’un Insulaire du royaume de Dumocala, ms. 1137 ( (...)

10Foigny, Vairasse, Tyssot surtout cultivent l’exotisme du climat, de la faune et de la flore, qui peut aller jusqu’au fantastique, par exemple avec les hermaphrodites asexués de Foigny qui suffisent à nous éloigner de l’utopie réalisable. Stanislas ne retient rien de ce pittoresque, il ne cultive pas l’inversion piquante des signes et des valeurs caractéristiques des utopies des antipodes, il ne nous dépayse jamais : nous sommes en Pologne ou en Lorraine. La part du romanesque est encore plus faible chez lui que chez ses devanciers, il passe vite sur les incidents du débarquement et supprime même complètement le voyage du retour dans l’imprimé, le réduisant dans le manuscrit à une prétérition : le héros ne veut pas « ennuyer » son lecteur « du récit de [s] a sortie de ce pays »6.

11Les ressemblances entre le conte philosophique de Stanislas et la tradition du voyage imaginaire en Australie restent extérieures. Le cadre conservé, réduit au strict minimum, est une coquille vide dans laquelle il n’est plus question de couler une utopie collectiviste comme Platon, More, Campanella ou Fontenelle, voire socialisante comme le sera la Basiliade de l’employé des fermes champenois Morelly l’année suivante, ou communisante comme chez Vairasse ou anarchisante comme chez Foigny, ni athée comme Fontenelle encore ou Foigny qui met Dieu entre parenthèses. Il est tout aussi improbable qu’un Sarmate épris de liberté et habitué à la conciliation entre majestas et libertas caractéristique de la constitution de son pays rejoigne le marquis de Lassay parmi les auteurs d’utopies monarchistes et conservatrices : c’est une monarchie consciente de ses devoirs et assez forte pour les remplir qu’il nous propose. Stanislas, défenseur des Lumières contre Rousseau, et si accueillant à Fontenelle, Montesquieu, Hénault, La Condamine, Maupertuis, qu’il associe à son Académie, tient beaucoup aux avis du chef du « parti lorrain » ou parti des philosophes dans cette Société royale, le comte de Tressan, dont son secrétaire des commandements Solignac est proche, et s’ingénie toujours à la conciliation entre eux et le parti dévot mené par le Père de Menoux. La protection qu’il accorde au progrès des sciences, dont son magnifique cabinet de physique et l’action de la Société royale sont les témoins, confirme sa qualité d’homme des Lumières dans la modulation propre au « philosophe chrétien ».

  • 7 Dumocala comme les autres ouvrages du manuscrit de Nancy s’ouvre par l’épigraphe présentée et annot (...)

12C’est la réduction du voyage imaginaire au dialogue entre l’Européen et l’Insulaire, ou plutôt au quasi-monologue du vieillard sur la religion et le gouvernement de l’île qui élimine la description et le récit. La religion, qu’un Vairasse repoussait à la fin du tome II et qu’un Foigny récuse, est la préoccupation première de Stanislas qui place tous ses manuscrits sous l’invocation de Dieu, de la Vierge et du Christ7 et sous la protection de la croix, et dont la politique est théocratique. C’est par le contenu idéologique ou politique de son opuscule que Stanislas se démarque le plus de la tradition, les voyages imaginaires de Foigny, de Vairasse ou de Tyssot de Patot chargeant l’habitant d’une terre des antipodes de faire la leçon à l’absolutisme de Louis XIV, comme leurs contemporains les réformateurs Fénelon, Boisguilbert ou Vauban, ce qui ne saurait être la motivation du roi de Pologne qui a besoin de ménager son gendre. L’Entretien se rattache en revanche par le but visé à un second bouquet de rêveries qui apparaissent autour de 1750 et complètent les projets de réformes destinés à l’Europe centrale et orientale, préfigurées par le Caléjava de Gilbert et prolongées par le projet de Constitution pour la Pologne de Rousseau.

13Stanislas compose l’Entretien en 1752 dans ses deux versions, manuscrit autographe et imprimé revu et poli par le chevalier de Solignac, paru la même année et objet en 1754 puis en 1766 pour les éditions séparées, et en 1763 et 1764 dans les Œuvres du Philosophe bienfaisant, de rééditions qui prouvent le succès de l’ouvrage.

  • 8 Voir Jean-Pierre Cavaillé dans Minora clandestina. Le Philosophe antichrétien et autres écrits icon (...)

14Dumocala, comme La Voix libre du citoyen et De l’affermissement de la paix générale, appartient à la période la plus féconde de la carrière de l’écrivain français des Lumières qu’est le roi de Pologne : car il écrit, à l’exception des trente-trois mille vers polonais par lesquels il traduit au début de sa vie des œuvres de spiritualité en latin, bien plus souvent en français qu’en polonais. Il s’agit d’abord de l’immense entreprise qui représente à la fois comme L’Esprit des lois et le Contrat social de Stanislas – trois volumes des Œuvres du Philosophe bienfaisant, mille cinq cents pages – dont le titre complet est La Voix libre du citoyen, ou Observations sur le gouvernement de Pologne, en polonais Glos Wolny, qui signifie « La voix qui assure la liberté », dont le début de la composition remonte à 1733, et dont les quatre versions, deux en polonais – une manuscrite et une imprimée – et deux en français – une manuscrite conservée à la bibliothèque de la ville de Nancy et une imprimée –, sont mises au point en 1749 et entretiennent entre elles des différences que seule permettra de mesurer une édition bilingue et synoptique, énorme travail auquel s’emploient des chercheurs polonais, dont Andrzej Zakrzewski, professeur à l’École supérieure de pédagogie de Czestochowa. De 1749 également date Le Philosophe chrétien dont René Taveneaux a montré l’importance pour comprendre l’univers spirituel de Stanislas et son irénisme œcuménique, et qui apporte une conciliation très neuve là où la tradition libertine voyait une pure contradiction dans les termes, dans des écrits clandestins comme Le Philosophe chrétien ou les Mystères de la foi prouvés par raisons naturelles (anonyme, 1639) ou Discours sur ce qu’on appelle philosophe chrétien (anonyme, entre 1647 et 1675), mais plus proche de Malebranche (Entretien d’un philosophe chrétien et d’un philosophe chinois sur l’existence et la nature de Dieu, 1708)8. Cette très riche production du roi, dont il convient de rappeler qu’elle est fournie autour de sa soixante-quinzième année, entre 1747 et 1752, s’articule sur deux dates capitales pour lui, celle du traité d’Aix-la-Chapelle, de ses préparatifs et de ses suites, qui l’amènent à réfléchir aux conditions de la « paix générale », et celle du Discours sur les sciences et les arts auquel il répond trois fois en 1750-1751, d’abord par la Réponse d’Ariste aux Conseils de l’amitié du moraliste Soubeyran de Scopon (1750), qui est en réalité une réponse à Rousseau où il le traite de « bel esprit » pour ses paradoxes et, fermant une des pistes de l’utopie, refuse de croire au mythe du bon sauvage en suggérant avec réalisme que les sauvages doivent bien avoir des vices eux aussi, tout en faisant comme dans Dumocala une grande place à la religion et en réglant leur compte au déisme et à l’athéisme ; puis en 1751 par la Réponse au Discours qui a remporté le prix de l’Académie de Dijon, la plus connue, de ton plus mesuré, où, sans aller jusqu’à réhabiliter le luxe que Dumocala va condamner, le fondateur de la Société royale des sciences et belles-lettres de Nancy défend les sciences et les arts ou techniques comme instruments du progrès ; et enfin également en 1751 par un ouvrage important, Les plus grandes vertus ne sont pas exemptes de corruption, où il soutient que cette corruption ne vient pas de la science mais de l’abus qui en est fait, et que le véritable ennemi est non le savoir mais l’orgueil. Le recueil de manuscrits autographes inédits du roi réunis par Solignac et conservés à la bibliothèque municipale de Nancy sous la cote 1137 (360) déjà citée est aussi constitué pour la plus grande part d’œuvres de cette période.

  • 9 Guy Cabourdin, Quand Stanislas régnait en Lorraine, Paris, Fayard, 1980, p. 208.

15À l’intérieur de cette abondante production des années 1749-1752, Dumocala, son « ouvrage le plus achevé », selon le mot de l’historien de la Lorraine Guy Cabourdin9, appartient plus précisément, avec La Voix libre et De l’affermissement de la paix générale notamment, à la gerbe d’œuvres par laquelle Leszczynski tient à collaborer à l’esprit de paix qui se répand en Europe pour mettre fin à la guerre de Succession d’Autriche, puis à féliciter son gendre pour son désintéressement si souvent critiqué, qui, par la renonciation aux conquêtes méritées par ses victoires, le rend le meilleur garant de la paix générale. L’Entretien ne peut se comprendre en dehors de ce contexte historique, militaire et diplomatique, étant construit autour de l’image positive d’un Louis XV confondu avec le pacifique souverain de Dumocala qui dispose malgré tout d’armées dissuasives, alors que les utopies traditionnelles sont dirigées contre l’image négative d’un Louis XIV belliqueux et conquérant : c’est par sa générosité que le roi de France mérite la « monarchie universelle » à laquelle l’imprimé fait allusion (p. 177 ; le manuscrit ne parle que d’ »  un certain empire » du roi de Dumocala sur ses voisins), générosité qui justifie en même temps les dédicaces de la place Royale, principi victori mais surtout principi pacifico. L’Entretien est ainsi épaulé non seulement par De l’affermissement de la paix générale, mais aussi par la Lettre d’un Suisse à un Ami également écrite après la paix d’Aix-la-Chapelle (ms. 1137 [360], fº 137-140).

  • 10 Leszczynski, Inédits, édition citée, p. 127.
  • 11 Jean Fabre, Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Strasbourg, Publications de la (...)
  • 12 Leszczynski, Inédits, édition citée, p. 121.
  • 13 Jean-Marie Beyssade, « Anthropologie et politique chez l’abbé de Saint-Pierre », Revue de métaphysi (...)
  • 14 Version imprimée, p. 176-178 ; édition citée, p. 30-31.

16La préoccupation du roi est la même que celle de l’abbé de Saint-Pierre, mais la perspective est tout à fait différente : une utopie est bâtie en marge du réel, Stanislas part du réel pour revenir au réel. Beaucoup moins naïf que l’abbé dans son Projet de paix perpétuelle qui, lui, relève vraiment aux yeux du roi de l’utopie, Stanislas refuse au début du manuscrit datable de 1745 ou 1746 J’ai parcouru plusieurs auteurs, dont fait justement partie Saint-Pierre pour ses « édifiantes spéculations »10, de croire que les souverains européens accepteront de se dessaisir de leur autorité au profit d’un « corps de républicains » constitué des puissances maritimes, Angleterre et Provinces-Unies, mais aussi de la Suède et de la Pologne en fonction de sa libertas : quand, selon le mot de Jean Fabre, Stanislas donne des « leçons de républicanisme » aux Français11, il faut comprendre cet esprit républicain comme indépendant de la forme de gouvernement, et s’identifiant avec un esprit de paix et avec un réformisme. « La paix générale, écrit Taveneaux, est à rechercher non dans l’égalité mais dans l’équilibre » des nations12. Stanislas a toujours visé à constituer deux blocs équivalents en Europe : en 1740 une triple alliance France-Suède-Turquie contre l’Angleterre, la Russie et l’Autriche ; à partir de 1755, un bloc France, Autriche et républiques contre Prusse et Russie. La fin du manuscrit J’ai parcouru plusieurs auteurs, « Lettre à M… sur le projet précédent », postérieure au début et datable de 1762, marque le ralliement méritoire de Stanislas au renversement des alliances opéré par un Lorrain, le duc de Choiseul, en 1756, et immortalisé en pierre par la place d’Alliance de Nancy : oubliant l’hostilité de Marie-Thérèse à sa présence sur le trône de Pologne, Leszczynski se réjouit des chances données à la réconciliation dans le cœur des Lorrains entre l’ancienne dynastie des Habsbourg et le nouveau duc. Dans cette affaire, Saint-Pierre est selon le mot de Jean-Marie Beyssade du côté de l’« histoire idéale » ou de l’utopie, Stanislas du côté de l’« histoire empirique » et de la géopolitique13. Le « pacifisme raisonné » qui selon Taveneaux anime l’Entretien14, appuyé sur des forces dissuasives et une « monarchie universelle », n’a rien de bêlant ; on y retrouve l’irénisme fénelonien.

17Voilà donc, sans énumérer toutes les œuvres postérieures à Dumocala, le contexte intellectuel et politique de notre conte philosophique.

***

  • 15 Stanislas Leszczynski, Lettres inédites à Marie Leszczynska, Pierre Boyé éd., Nancy, Berger-Levraul (...)

18Les travaux scientifiques menés depuis une cinquantaine d’années tant en Pologne qu’en France ont fait justice des légendes ou approximations ou de la condescendance dont a été victime Dumocala comme l’ensemble de l’œuvre de Stanislas. Celle-ci a connu des pics de faveur aussi excessifs que l’indignité qui a suivi : ce fut d’abord, au lendemain de sa mort, le délire hagiographique – c’est le temps où l’on parle, littéralement, de « saint Stanislas » – qui anime biographies et rééditions : l’avocat lunévillois François-Hubert Aubert donne Le Politique vertueux (Nancy, 1762) et La Vie de Stanislas Leszczynski surnommé le Bienfaisant (Paris, 1769), l’abbé Liévin-Bonaventure Proyart, l’Histoire de Stanislas I er roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar (Lyon, 1784), la comtesse Louise de Saint-Ouen, Œuvres choisies de Stanislas, roi de Pologne (Paris, 1825) et Vie de Stanislas Ier, roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar (Paris, 1827). Puis la fortune du bon roi connaît un long purgatoire : en Pologne comme en France, il est de bon ton de regarder de haut des œuvres d’une morale terre à terre et banale, et même d’en contester la paternité au roi. En Pologne on n’a que dédain pour ce roi toujours absent pour suivre les équipées de son ami Charles XII ou pour se réfugier, après Dantzig, à Wissembourg, Chambord ou Lunéville ; on lui préfère même l’autre Stanislas, le Poniatowski qui est pourtant la créature de l’envahisseur russe ; en France, l’incomparable historien du Troisième traité de Vienne (1898), Pierre Boyé, soutient que les ouvrages de Lezczynski « lui sont entièrement étrangers » et trouve leur contenu « prétentieux et indigeste »15. Tandis qu’en Pologne on décide que La Voix libre est l’ouvrage des jurisconsultes les frères André et Joseph Zaluski, en France on fait revenir tout le mérite des ouvrages politiques de Stanislas, y compris Dumocala, à Solignac, celui des écrits diplomatiques au négociateur Tercier, son fidèle compagnon lors de l’enfermement de Dantzig, celui des écrits scientifiques au comte de Tressan et celui des ouvrages religieux au Père de Menoux. Le dernier à se montrer un peu dédaigneux à l’égard de Leszczynski est le grand polonisant Jean Fabre qui, ayant consacré une magnifique thèse de littérature comparée à Stanislas Poniatowski, lui sacrifie l’autre Stanislas.

  • 16 Utopie et institutions au XVIIIe siècle : le pragmatisme des Lumières, Pierre Francastel éd., Paris (...)
  • 17 Michèle Langrod-Wogan, « La philosophie politique du roi Stanislas », Revue internationale d’histoi (...)

19La réhabilitation de l’auteur de Dumocala date du colloque organisé à Nancy par Pierre Francastel en 1959, Utopie et institutions au XVIIIe siècle : le pragmatisme des Lumières16. Si Fabre s’y montrait encore un peu réservé sur la figure de Leszczynski, Emanuel Rostworowski y rendait hommage à « Stanislas Leszczynski et les Lumières à la polonaise ». De son côté, Michèle Langrod-Wogan prenait au sérieux la philosophie politique du roi Stanislas et son action d’administrateur bienfaisant en Lorraine (1737-1766)17. Dans cette réhabilitation, le manuscrit De l’affermissement de la paix générale, composé, on l’a vu, au lendemain de la paix d’Aix-la-Chapelle dans le même esprit de « pacifisme raisonné » que Dumocala et La Voix libre, a joué un grand rôle favorisé par le patriotisme polonais, qui le fait rééditer en 1932 par les soins du ministre et professeur Jerzy Zycki pour appuyer les efforts de la Société des Nations au bénéfice de la Pologne tout récemment constituée en État enfin libre. La boucle est bouclée en 1966 au colloque de la Faculté des lettres de Nancy sur « La Lorraine dans l’Europe des Lumières » où Fabre, reconnaissant avec une parfaite honnêteté avoir été trop sévère pour le duc polonais, rend hommage à tout ce qui a été fait en Lorraine « sous l’égide du roi Stanislas ».

  • 18 Manuscrit 1137 (360), fº 111 vº.
  • 19 Ibid., f º 107 r º.

20Plus récemment, l’édition scientifique des nombreux manuscrits autographes de Stanislas dont l’existence était bien connue, Louis Lacroix en ayant donné une description soigneuse en 1866 sous le titre « Les opuscules inédits de Stanislas, roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar », dans les Mémoires de l’Académie de Stanislas, mais le contenu peu accessible permet de mieux prendre la mesure de l’importance et de l’originalité de sa pensée, en faisant ressortir que la platitude réelle de beaucoup de passages dans les versions imprimées est l’apport le plus clair des « teinturiers » ou réviseurs chargés de polir le style et la grammaire du roi, de Solignac surtout qui substitue l’élégance de ses métaphores et la régularité monotone de ses ternaires à un style nerveux et expressif dont le rythme dominant est le binaire. Pour bien juger du ton propre de Stanislas, il faut retourner au manuscrit : on s’aperçoit alors non seulement qu’il est capable de force et de vivacité, mais qu’il est bien le seul responsable des idées ; la colonne réservée aux amendements de Solignac apporte certes une plus grande correction, mais affadit. Voici quelques exemples de cette perte de tension qui est le résultat le plus visible de l’intervention des teinturiers. On saisit sur le vif l’accent personnel de Stanislas dans les Réflexions sur divers sujets de morale composées peu avant 1750, dont la leçon manuscrite conserve beaucoup de maximes que Solignac a sacrifiées dans l’imprimé et qui sont donc de la seule responsabilité du roi : « II serait à souhaiter qu’on eût en bégayant le même empêchement dans l’action qu’on a dans la parole : on aurait le temps de délibérer. Un bégayeur a l’avantage de réfléchir sur ce qu’il veut dire. »18 Ou bien, d’une ironie voltairienne à l’égard des richesses de l’Église : « Les bénéfices de l’Église par leur dénomination doivent rendre bienfaisants ceux qui les possèdent », que Solignac édulcore en supprimant le jeu de mots : « Le nom qu’on donne aux biens de l’Église suffirait seul pour apprendre à ceux qui les possèdent à être bienfaisants. »19 On préférera s’arrêter sur un exemple confrontant les versions successives de La Voix libre du citoyen : version polonaise initiale, caractéristique du mélange de polonais, de latin, d’italien qui est la signature du roi ; version du manuscrit français conservé à la bibliothèque de la ville de Nancy, portant toutes les particularités du français royal ; version des Œuvres du Philosophe bienfaisant, revue et polie par Solignac. Il s’agit d’un passage consacré à l’idée de liberté, centrale dans La Voix comme dans Dumocala :

  • 20 Traduction de la version polonaise datée de 1733, fournie par Jadwiga Lambert, étudiante au Centre (...)

Suppeditat dulcedo libertatis la deuxième remarque. Réfléchissons à la cause pour laquelle les autres nations qui avaient la liberté à l’origine l’ont perdue : n’est-ce pas per abusum excessivum ? Un bon politique ne devrait pas imiter un soldat valeureux qui, voyant son camarade tué à côté de lui, animatur à tomber mort sur son corps. Une telle hardiesse in gubernio est osée. Les exemples d’autres nations qui sont déchues de leurs prérogatives devraient nous recommander de conserver les nôtres. Leur malheur devrait nous faire peur, nous inspirare la prudence et la circonspection. Pour que la liberté puisse produire des fruits salutaires, il ne faut pas qu’elle croisse en branches superflues, ou qu’elle dégénère en retournant à l’état sauvage comme un arbre mal cultivé.20

  • 21 Sénèque, Agamemnon, v. 154. Stanislas citant de mémoire ajoute etiam.
  • 22 Version française du manuscrit 1137 (360), fº 82 vº - 83 rº.
  • 23 Version imprimée des Œuvres du Philosophe bienfaisant, Paris, P. -J. Solignac, 1763, t. III, p. 217 (...)

La seconde réflexion qui mérite notre attention, c’est la douceur de la liberté. Examinons ce qui a rendu monarchyques les autres Estats Republyquains, si ce n’est l’excès abusyve. Tant d’exemples nous doivent contenir pour en jouyr avec modération. Un bon polytyque ne doit pas imiter un valereux soldat qui, voyant culbuté son camarade, ne se rebute pas à le suyvre et a couryr le mesme rysque. Une pareille hardiesse ne convient pas dans un Estat cyvile ; bien loings a nous servyr d’exemple [elle] nous doit rendre circonspectes pour conserver cette précieuse liberté que d’autres nations onts perdu en la voulant rendre excessyve et ayant pour maxyme dont Dieu nous garde, Cupienda rebus in malis etiam praeceps via est21. Pour recuellyr des fruits salutaires, il faut l’empescher a croistre en branches superflue, autrement elle deviendra sauvage comme un arbre mal cultyvé.22
La seconde réflexion regarde la liberté. Examinons ce qui a rendu monarchiques les autres États républicains. N’est-ce pas l’excès de cette même liberté, et le manque d’une attention continuelle à rester dans les bornes qu’une prudence austère lui prescrit ? Un bon politique ne doit pas imiter un soldat valeureux, qui, voyant son camarade tomber à ses côtés, ne se rebute point, et s’anime par sa mort même à courir les mêmes dangers. Une pareille hardiesse ne convient pas en un sens dans un État, les exemples des peuples déchus de leurs privilèges doivent nous engager à conserver les nôtres ; leur malheur doit nous inspirer de la crainte, et la crainte une extrême circonspection. Pour tirer des fruits salutaires de la liberté, il faut l’empêcher de croître en branches superflues ; autrement elle dégénérerait et deviendrait sauvage comme un arbre mal cultivé.23

21On note dans la version de Solignac la disparition des passages en langue étrangère, de la notion de « douceur » de la liberté, la tendance à l’atténuation (« en un sens »), le cliché : « les bornes d’une prudence austère », l’ajout du climax malheur-crainte, crainte-circonspection ; l’interrogation oratoire « N’est-ce pas l’excès de cette même liberté » existait dans la leçon polonaise, Stanislas y avait renoncé, Solignac y revient.

***

22Venons-en au contenu de l’Entretien qui se rattache aux grands axes de la pensée personnelle de Stanislas dans les domaines déjà définis de la religion et du gouvernement, qui n’en forment qu’un dans une perspective théocratique.

  • 24 Manuscrit 1137 (360), fº 236 rº.
  • 25 Ibid., fº 8 rº ; version imprimée dans Stanislas Leszczynski, Recueil de diverses matières, 1765, p (...)
  • 26 Leszczynski, Œuvres du Philosophe bienfaisant, ouvr. cité, t. IV, p. 19-22.
  • 27 René Taveneaux, « Stanislas “philosophe chrétien” », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1960-1961 (...)

23Vu la place qu’occupe dans les réflexions de Stanislas une politique chrétienne, il n’est pas étonnant que la grande préoccupation de l’Européen et de l’auteur soit de savoir si les Dumocaliens ont pu connaître la Révélation. Il ne faut pas conclure hâtivement de la réponse négative du vieillard que Stanislas légitime un déisme rationnel qu’il a toujours refusé avec vigueur, comme on l’a vu dans la Réponse d’Ariste ; le brahmane exprime la pensée de Stanislas en prononçant que, ne pouvant comprendre les mystères de la religion, il renonce à les examiner (ms. fº 3, impr. p. 159) : le roi n’écrit pas autre chose dans Les plus grandes vertus ne sont pas exemptes de corruption : « […] le théologien doit s’arrêter avant de vouloir comprendre les mystères sacrés »24. Même position dans De la religion25 et dans L’Incrédulité combattue par le simple bon sens26. Comme Pascal, Stanislas ne fonde jamais ses espoirs sur la Révélation pour convertir les incrédules, mais sur la raison, seule capable de convaincre les libertins : pour lui, comme l’écrit René Taveneaux, « la foi naît sous le seul empire de la raison et du spectacle du monde »27, qui préparent le travail de la Révélation et de la grâce. Le brahmane est donc tout à fait fidèle à la pensée du roi lorsqu’il s’écrie : « […] pour connaître ce souverain maître, ne suffit-il pas d’avoir de la raison et du bon sens ? » (ms. fº 2, impr. p. 158).

  • 28 « Police » selon le Dictionnaire de Trévoux signifie « Lois, ordre et conduite à observer pour la s (...)
  • 29 Voir Stanislas Leszczynski, Réflexions sur divers sujets de morale, dans Œuvres du Philosophe bienf (...)

24Avec le gouvernement, étroitement dépendant de l’Église, nous entrons dans un programme de réformes qui n’a rien à voir avec l’utopie. Stanislas brosse d’abord un tableau sans concessions de la réalité polonaise qui est celle d’un bâtiment dont les « fondements s’écroulent » et où on se contente « de réparer des murs qui vont manquer d’appui », diagnostic identique dans Dumocala (impr. p. 193) et dans La Voix libre (Œuvres du Philosophe bienfaisant, II, p. XII). Du point de vue militaire – Stanislas commence par l’armée, la menace extérieure étant le danger le plus urgent pour la Pologne –, il y a deux écueils à éviter : les troupes permanentes qui coûtent trop cher, et dont la Pologne n’a jamais disposé, et la nation en armes ou pospolite qu’on ne lève qu’en cas d’invasion, pour éviter les usurpations militaires, mais qui n’est jamais prête à temps (ms. fº 15, impr. p. 191). Dans l’administration intérieure ou « police », le système de la Diète et des diétines provinciales, conçu pour protéger la libertas du peuple (entendre une noblesse très nombreuse, sans commune mesure avec la noblesse française), s’est bloqué ; l’Entretien rend très bien compte de la situation polonaise, « il n’est pas possible […] que, dans un État où personne ne peut être forcé d’obéir, chacun ne s’arroge le droit de commander » (impr. p. 166), ce que La Voix libre disait un peu autrement : le député à la Diète est « obligé d’épouser les caprices des autres » (II, p. 98-99) ; c’est aussi ce danger de blocage que vise le passage de La Voix cité plus haut dans ses trois versions successives quand il est parlé d’ »  excès de liberté ». Stanislas étant contraint dans La Voix libre et même dans la version imprimée de Dumocala, destinées toutes deux à appuyer une nouvelle candidature au trône, à ménager les susceptibilités de ses anciens sujets, il n’y a que dans le manuscrit de l’Entretien qu’il vise clairement le pire défaut de la constitution polonaise, le fameux liberum veto : la Diète est « assujettie à l’opinion tenace d’un seul » (ms. fº 6), ce qui est gazé dans l’imprimé sous l’euphémisme « chacun se fait mérite de l’indépendance » (impr. p. 167). Le roi se désole des désordres dont la Diète et le Trésor sont le siège ; « la cabale » et « les intrigues » règnent à l’assemblée, ce que Solignac, pour donner un nouvel exemple de ses élégantes corrections, transforme en : « Pourquoi votre police varie-t-elle selon le rang et la condition des sujets, et poursuit-elle les colombes, tandis qu’elle épargne les vautours ? » (ms. fº 15)28 Ce roi présenté comme réactionnaire a toujours le souci de « réduire la distance entre le peuple et les grands »29. Les impôts sont trop lourds, et l’État n’en reçoit qu’une trop faible partie des fermiers. C’est encore le manuscrit qui porte la formule la plus forte, directement inspirée de la fameuse phrase à laquelle se réduit le chapitre XIII du livre V de L’Esprit des lois sur le gouvernement despotique : « […] pour les finances, vous arrachez l’arbre avec les racines » (ms. fº 15). Quant à la justice, elle est doublement vénale parce que les magistrats achètent leurs charges et aspirent à en récupérer le montant sur les justiciables ; ici c’est l’imprimé qui trouve la forte formule qui frappe : « nos charges de magistrature étaient à l’encan » (impr. p. 187), tandis que le manuscrit parle deux fois, dans un langage plus administratif, de « vénalité des charges », en préparant le tour de l’imprimé par un beau parallélisme qui pour une fois ne doit rien à Solignac : « qui achète la justice est capable de la vendre » (ms. fº 14).

  • 30 Manuscrit 1137 (360), fº 302-304.
  • 31 Ibid., fº 150 rº.

25On voit clairement, en comparant La Voix libre, le manuscrit Si le comble de la gloire des souverains30 et Dumocala, comment l’utopie est plutôt faite de propositions de bon sens destinées par le roi à son ancien royaume, et comment Dumocala converge avec les Observations sur le gouvernement de Pologne. Stanislas en vient même à se recopier en passant des Observations de 1749 à Si le comble de la gloire en 1750 et à Dumocala en 1752, en suivant exactement le même plan : les titres de quatre chapitres consécutifs de La Voix libre, « Armée », « Trésor », « Justice », « Police », deviennent les quatre « pivots » ou « chefs », au sens de têtes de chapitre, de Si le comble de la gloire, dans un ordre seulement un peu différent – justice, finance, troupes, police –, puis les quatre « chefs » de Dumocala (ms. fº 14, impr. p. 188), avec une interversion dans le manuscrit – armée, finance, justice, police –, et retour à l’ordre des Observations dans l’imprimé qui est toujours très proche de ces dernières, comme si Solignac corrigeait Dumocala avec La Voix libre sous les yeux. Ces quatre « chefs » ont le même rôle organique dans l’État que les quatre éléments dans la nature, affirment en chœur La Voix libre (III, p. 55) et la version imprimée de Dumocala (p. 188) ; Si le comble de la gloire déclare : « La sagesse d’un gouvernement doit imiter la nature. »31 Si Stanislas se répète, c’est qu’il faut redire aux Polonais les vérités de La Voix libre qu’ils n’ont pas écoutées, les redire sous une forme plus brève, plus accessible et plus attrayante.

  • 32 Emanuel Rostworowski, « Stanislas et les lumières à la polonaise », Utopie et institutions au XVIII(...)

26Les trois ouvrages proposent le même programme de réformes dans des termes très voisins : pour la guerre, Stanislas crée une armée permanente, mais en réduit le danger prétorien et en allège la charge financière en transformant en temps de paix la moitié ou le tiers des troupes en soldats paysans, la somme épargnée étant remise aux villes commerçantes pour leur développement, à un taux modéré. Les impôts s’en trouvent diminués, d’autant plus qu’ils seront perçus par les fonctionnaires d’une régie d’État et non plus par l’équivalent polonais des fermiers généraux : sont ainsi évitées les « vexations » que subit le peuple. Pour la justice dont la vénalité scandalise le roi, il demande dans les trois textes qu’elle soit rendue gratuitement, et que les magistrats soient des fonctionnaires nommés et rétribués par l’État. La création de la Chambre des consultations de Nancy en septembre 1750 est un premier pas vers la justice gratuite souhaitée dans l’Entretien, qui inspire aussi le projet d’avocats gratuits du printemps 1753 conservé dans le manuscrit 1137 (360), aux folios 217-218, et destiné à la France entière. Pour la police ou « administration générale », le système de la « régence » selon le mot de Dumocala ou du « conseil ministériel » régional selon le vocabulaire de La Voix libre assure à la fois une décentralisation et la cohésion de l’État, les quatre ministres régionaux, flanqués de leurs quatre conseillers, qui la constituent, rapportant aux ministres correspondants du gouvernement central par des « Mémoires ». C’est le système que Rostworowski désigne par le terme « collégialisme bureaucratique »32.

27Loin de verser dans l’absolutisme, Stanislas propose dans Dumocala, comme dans La Voix libre, l’idéal d’une monarchie libérale de type contractuel où un exécutif fort, concentré dans les mains du roi élu, est tempéré par les lois fondamentales du royaume qui assurent la libertas et que Dumocala définit clairement : les « lois elles-mêmes sont les anciennes lois de l’État, ou fondées sur les premières lois de la monarchie » (ajouté dans l’imprimé p. 168). Si l’Entretien peut sembler hésiter entre république et monarchie, c’est que l’atavisme polonais les concilie ou les confond ; aussi bien Stanislas a toujours classé la Pologne, comme la Suède et l’Angleterre, parmi les républiques, comme Montesquieu invite à le faire. La nuance rendant plus exactement l’idéal politique de Stanislas qui cherche toujours la conciliation entre Lumières et religion, comme dans Le Philosophe chrétien (1749), serait le paradoxe apparent d’une théocratie libérale, le pouvoir émanant pour lui, on l’a vu, de la divinité sans subordination du temporel au spirituel, mais dans une union organique des deux pouvoirs dont la source est la même.

  • 33 Leszczynski, Inédits, édition citée, p. 182-187.

28La « police » dumocalienne annonce de très près l’action de Stanislas en Lorraine par les trois bâtiments officiels symboliques déjà rencontrés, le grenier d’abondance, l’hôpital pour les miséreux et l’école publique. Dès 1750, Stanislas avait créé tout un réseau de greniers à blé publics pour les cas de disette, particulièrement fréquents sur la frontière est de la France : il en a installé à Nancy, Barle-Duc, Lunéville, Épinal, Pont-à-Mousson, Saint-Mihiel, Étain, etc., par une fondation de 220 000 livres du 2 mai 1750, qui suit de près un Mémoire sur les blés conservé dans le manuscrit 1137 (360) de Nancy, aux folios 250-254, où Stanislas se montre soucieux de remédier à l’instabilité du prix du blé et aux disettes – le prix sera fixé non par les marchands mais par les villes qui auront le monopole du commerce des grains et qui en réguleront le coût par les réserves de leurs « magasins ». L’Entretien, rompant avec la tradition de l’utopie, rejoint ici les ouvrages consacrés par Stanislas à sa politique sociale en annonçant également l’édit sur la mendicité du printemps 1754 qui institue un « bureau général des aumônes » à Nancy et des « bureaux particuliers » dans les bailliages, édit suivi le 28 juin 1754 d’un « Arrêt du Conseil d’État du roi portant règlement au sujet des Fondations et dispositions pieuses qui sont en faveur des pauvres », lui-même complété le 24 avril 1756 par un « Contrat de fondation au profit des pauvres honteux », c’est-à-dire « ceux dont la naissance ou l’état ne leur permet pas de montrer hautement leurs besoins »33. On voit que chez Stanislas le social se confond avec la vertu chrétienne de la charité, mais le fonds est aussi alimenté par une taxe proportionnelle aux ressources des privilégiés.

29Le souci de créer une sorte de préfiguration de la Sécurité sociale qui anime le roi de Pologne permet de mesurer la distance qui sépare ses réalisations des propositions des utopistes : Claude Gilbert, dans son Histoire de Caléjava, imaginait que les habitants, dépourvus de nom, seraient désignés par une sorte de numéro INSEE faisant suivre de la date de naissance le numéro de la maison, le tout cousu sur le vêtement – ce qui rappelle de fâcheux souvenirs et souligne combien l’esprit de réglementation tatillonne expose l’utopie à la dérive totalitaire étrangère à Stanislas.

30Le dernier bâtiment public, le collège de Dumocala, se rattache à la même inspiration que les dotations de Stanislas aux établissements lorrains d’enseignement : écoles pour garçons, écoles pour filles, dont la densité est beaucoup plus grande en Lorraine qu’en France, collèges, création du collège – au sens de faculté – de médecine, d’une école de dessin et d’architecture et de l’École des cadets de Lunéville, résultat de la fusion de l’académie d’exercices et de la compagnie de cadets de Léopold. Stanislas va même jusqu’à installer une sorte d’école normale pour la formation des maîtres de ces écoles, dans la maison de correction de Maréville à Laxou, siège du noviciat des Frères des écoles chrétiennes devenu depuis l’asile psychiatrique.

31Dans l’urbanisme aéré de Dumocala et la « magnificence » des « édifices publics », on retrouve le plan de la place Royale ouverte et de la ville neuve de Nancy au quadrillage géométrique, et les palais d’Emmanuel Héré. Il est très frappant de noter que non seulement les œuvres littéraires, politiques et philosophiques, mais aussi les fondations et édifices qui en sont la traduction en pierre – bibliothèque publique, Académie, faculté de médecine, place Royale tout entière destinée à leur servir d’écrin – datent des mêmes années 1748-1752 qui concentrent et couronnent une activité débordante au service des Lumières.

  • 34 Frédéric II, Œuvres posthumes, Berlin, Voss et Decker, 1788, t. V, p. 161-162.

32La preuve du caractère pragmatique du système dumocalien est fournie pour l’armée par Frédéric II lui-même qui institua en temps de paix des soldats-paysans après le désastre de 1763 sous les coups des Austro-Russes34, ou pour la justice par les parlements Maupeou que Stanislas n’a pas connus. S’il ne fut pas réalisé en Pologne, c’est que la pesanteur des traditions, insubordination des magnats, liberum veto, et les appétits des grands voisins, Prusse et Russie, ne l’ont pas permis, et non en raison d’un caractère utopique. On fut, du vivant de Stanislas déjà, sensible à cette réalisation de son programme : Voltaire n’est pas loin du vocabulaire de l’utopie en parlant dans sa correspondance du « séjour délicieux » dans le « château enchanté » de Lunéville dont il s’est souvenu dans l’Eldorado de Candide, et dès 1754, Pierre Esprit de Sivry, membre de la Cour souveraine de Nancy, futur successeur de Solignac comme secrétaire perpétuel de la Société royale, publie Sinastal, histoire dumocalienne où une anagramme transparente désigne le souverain bienfaisant. Un autre type de reconnaissance de cette politique éclairée et de ce rôle social est justement manifesté par le surnom de Bienfaisant accordé dès le 3 février 1751, à la première séance de la Société royale, à son fondateur par Thibaut de Montbois, censeur de cette compagnie, et inscrit en 1763 sur les Œuvres du Philosophe bienfaisant réunies par Marin, qui vaut mieux que sa réputation de censeur mal inspiré, ou aux ordres, du Mariage de Figaro ; surnom entériné par la ferveur de la population lorraine d’abord réticente à l’égard d’un duc étranger imposé par les calculs de la politique internationale.

33Stanislas avait mérité cette reconnaissance par son souci permanent du bonheur de ses peuples qui est également celui du prince de Dumocala : dans le manuscrit le souverain « réfléchit que sa gloire et son bonheur dépend de celui de ses sujets » (f º 6), dans l’imprimé il est « persuadé que sa gloire et son bonheur ne dépendent que de ses vertus et de l’amour de ses peuples » (p. 167). Bien plus que les utopies australes où la philanthropie ne trouve guère d’accents sensibles, c’est de la politique fénelonienne du Télémaque que Dumocala s’inspire. Plus qu’aux cités solaires de Campanella ou de Vairasse, Dumocala fait penser à la Salente de Fénélon : pour réhabiliter la majesté du souverain tenté par l’arbitraire et canaliser une liberté guettée par l’anarchie, Stanislas a toute prête la solution selon son cœur, le devoir royal d’aimer ses sujets et de gagner leur amour par le souci de leur bonheur, le bonheur du roi, dans une perspective fénelonienne, consistant plus encore que celui des simples particuliers à faire celui d’autrui, pour paraphraser le titre de l’un de ses ouvrages les plus connus, Le vrai bonheur consiste à faire des heureux. C’est Solignac qui est en la matière l’inventeur d’une maxime bienvenue que le manuscrit royal ne l’aide pas à formuler, mais qui est fidèle à l’esprit de propos favoris de son maître : « C’est un grand revenu pour un prince que l’amour de ses sujets » (impr. p. 186).

***

34L’Entretien occupe dans l’histoire des royaumes austraux proposés en exemple une place tout à fait à part. D’un côté, il ne s’agit plus d’une utopie offerte à un souverain, roi de France, roi d’Angleterre, roi d’Espagne, ou à Cromwell comme l’Oceana d’Harrington, mais des réflexions d’un prince de bonne volonté qui, à même de faire passer ses vœux dans le réel, écrit pour son peuple. Vairasse ou Vauban n’ont point infléchi la politique de Louis XIV ; Frédéric II a appliqué ses propres recettes, mais elles relèvent du militarisme. Stanislas, lui, a vu ses idées de paix générale exaucées par le traité d’Aix-la-Chapelle et par le renversement des alliances de 1756 ; les magnats ne l’ont certes ni écouté ni rappelé – et de toute manière les puissances voisines, disposées à aller jusqu’au partage, interdisaient toute réforme nationale en Pologne ; mais la Lorraine s’est mise à ressembler à Dumocala. Nous voilà revenus à Platon cité par le bon roi dans De l’affermissement de la paix générale, non à l’Atlantide du Critias ou du Timée, utopie négative et régime totalitaire dont Athènes a à souffrir, mais à la République dessinée pour Athènes et réalisée à Athènes.

35D’un autre côté, il faut bien admettre que l’ouvrage de Stanislas n’a rien d’une utopie. Il ressemble à une utopie, il en a le cadre, il accumule les lieux communs d’une utopie, mais ce n’est pas une utopie. Que ce soit dans la perspective de la paix générale ou dans celle de la politique intérieure, la position de Stanislas est marquée par ce pragmatisme des Lumières défini par Pierre Francastel, qui l’oppose aux rêveries du siècle. Stanislas n’est pas doué pour la poésie, ne brille pas par l’imagination ; au mythe il préfère la police. Faut-il le regretter ? « Spéculatifs faibles » pour Raymond Ruyer, les utopistes n’ont jamais produit une politique profonde : Machiavel, Montesquieu, Rousseau ou Marx ne sont pas des utopistes. L’utopie est immobile, facilement ennuyeuse, n’a pas d’avenir. Montesquieu a bien montré par l’apologue des Troglodytes, poème en prose réussi, programme impossible, que l’utopie ne peut durer, et est guettée par le despotisme qu’elle rejoint par son caractère figé. Que Dumocala ne soit pas une utopie n’empêche pas l’Entretien d’être un intéressant programme de réformes réalisées en Lorraine, réalisables en Pologne et en Europe. Le terrain que perd l’utopie, la géopolitique le gagne.

Notes

1 Alexandre Cioranescu, L’avenir du passé : utopie et littérature, Paris, Gallimard, 1972, p. 52.

2 Raymond Trousson, Voyages aux pays de nulle part : histoire littéraire de la pensée utopique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1975.

3 Jean-Michel Racault, L’utopie narrative en France et en Angleterre, 1675-1761, Oxford, Voltaire Foundation (SVEC, vol. 280), 1991, p. 404.

4 Raymond Ruyer, L’utopie et les utopies, Paris, PUF, 1950, p. 9.

5 Stanislas Leszczynski, Inédits (plans de paix, réformes politiques, économie et société, réforme de l’Église, affaires de Lorraine, œuvres morales), René Taveneaux et Laurent Versini éd., Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1984, p. 97.

6 Stanislas Leszczynski, Entretien d’un Européan et d’un Insulaire du royaume de Dumocala, ms. 1137 (360), fº 15 ; édition synoptique du manuscrit et de l’imprimé établie,

7 Dumocala comme les autres ouvrages du manuscrit de Nancy s’ouvre par l’épigraphe présentée et annotée par Laurent Versini, Nancy, Publications de l’Université de Nancy II, 1981, p. 45. AMDGBMSVHLJH (Ad Majorem Dei Gloriam Beatae Mariae Semper Virginis Honorem Laudemque Jesus Christi, le H final rendant en polonais la gutturale aspirée), et chaque page par une croix.

8 Voir Jean-Pierre Cavaillé dans Minora clandestina. Le Philosophe antichrétien et autres écrits iconoclastes de l’âge classique, Alain Mothu et Alain Sandrier éd., Paris, Champion, 2003.

9 Guy Cabourdin, Quand Stanislas régnait en Lorraine, Paris, Fayard, 1980, p. 208.

10 Leszczynski, Inédits, édition citée, p. 127.

11 Jean Fabre, Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Strasbourg, Publications de la Faculté des lettres de Strasbourg, 1952, p. 87.

12 Leszczynski, Inédits, édition citée, p. 121.

13 Jean-Marie Beyssade, « Anthropologie et politique chez l’abbé de Saint-Pierre », Revue de métaphysique et de morale, avril-juin 1983, p. 247-259, note p. 251.

14 Version imprimée, p. 176-178 ; édition citée, p. 30-31.

15 Stanislas Leszczynski, Lettres inédites à Marie Leszczynska, Pierre Boyé éd., Nancy, Berger-Levrault, 1901, p. 55-56.

16 Utopie et institutions au XVIIIe siècle : le pragmatisme des Lumières, Pierre Francastel éd., Paris - La Haye, Mouton, 1963.

17 Michèle Langrod-Wogan, « La philosophie politique du roi Stanislas », Revue internationale d’histoire politique et constitutionnelle, janvier-mars 1955, p. 39-53 ; « Administrateur bienfaisant en Lorraine (1737-1766) », Czasopismo Prawno-Historyczne. Annales d’histoire du droit, vol. 14, 1962, p. 139-166.

18 Manuscrit 1137 (360), fº 111 vº.

19 Ibid., f º 107 r º.

20 Traduction de la version polonaise datée de 1733, fournie par Jadwiga Lambert, étudiante au Centre européen universitaire de Nancy, puis assistante dans le même établissement, en 1979. Nous la remercions ici.

21 Sénèque, Agamemnon, v. 154. Stanislas citant de mémoire ajoute etiam.

22 Version française du manuscrit 1137 (360), fº 82 vº - 83 rº.

23 Version imprimée des Œuvres du Philosophe bienfaisant, Paris, P. -J. Solignac, 1763, t. III, p. 217-218.

24 Manuscrit 1137 (360), fº 236 rº.

25 Ibid., fº 8 rº ; version imprimée dans Stanislas Leszczynski, Recueil de diverses matières, 1765, p. 278.

26 Leszczynski, Œuvres du Philosophe bienfaisant, ouvr. cité, t. IV, p. 19-22.

27 René Taveneaux, « Stanislas “philosophe chrétien” », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1960-1961, p. 162-173 (p. 164).

28 « Police » selon le Dictionnaire de Trévoux signifie « Lois, ordre et conduite à observer pour la subsistance et l’entretien des États et des sociétés » ; antonyme : « barbarie ». À une époque qui ne dispose du mot « civilisation » qu’en 1756 (Mirabeau, L’Ami des hommes), « police » rend à la fois les notions de législation, de constitution (il traduit le grec politeia) et de civilisation. Stanislas le définit lui-même comme « l’âme des États, qui seule en fait mouvoir les ressorts pour le bonheur de ceux que la Providence y fait naître. C’est elle qui entretient la paix […]. Elle y cimente l’union par des besoins mutuels » (La Voix libre, III, p. 91).

29 Voir Stanislas Leszczynski, Réflexions sur divers sujets de morale, dans Œuvres du Philosophe bienfaisant, ouvr. cité, t. IV, p. 105.

30 Manuscrit 1137 (360), fº 302-304.

31 Ibid., fº 150 rº.

32 Emanuel Rostworowski, « Stanislas et les lumières à la polonaise », Utopie et institutions au XVIIIe siècle, ouvr. cité, p. 20-21.

33 Leszczynski, Inédits, édition citée, p. 182-187.

34 Frédéric II, Œuvres posthumes, Berlin, Voss et Decker, 1788, t. V, p. 161-162.

Auteur

Professeur émérite de l’Université de Paris IV-Sorbonne, membre honoraire de l’Académie de Stanislas

© ENS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540