Version classiqueVersion mobile

Une prison pour mémoire

 | 
Marc André

Troisième partie - Empire de la mémoire et mémoires de l’empire. Échos français, échos algériens (1962-2022)

Chapitre 9

Un patrimoine palimpseste

Texte intégral

1Entre le 1er mai 2009 et le 1er septembre 2010, Montluc change d’usage : la prison, fermée administrativement, est reconvertie en Mémorial. L’histoire a bien laissé quelques traces : impacts de balles, poulie, graffitis, posters et dessins dans les parties les plus récentes. Mais, pour le visiteur, il n’y a qu’enceinte, murs, barbelés, barreaux, portes à gros verrous. Seules une expertise scientifique peut dater les impacts de balles, une enquête historique replacer la poulie dans un système de voile cachant la guillotine, une étude graphique redonner une intelligibilité aux graffitis. L’histoire et la mémoire de la prison se trouvent ailleurs, dans les dépôts d’archives ou dans le secret des familles. Et c’est en Algérie que l’on doit se rendre pour rencontrer Salah Khalef qui souhaite non seulement parler de Montluc, mais aussi que l’on parle des Algériens à Montluc.

  • 1 F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.
  • 2 H. Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 201 (...)
  • 3 P. Joutard, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, p. 185.
  • 4 H. Rousso, La dernière catastrophe, ouvr. cité, p. 18.

2L’historien n’est plus seul. Il est une voix parmi d’autres à la recherche du passé. Car le passé n’est pas passé, il sature le présent et envahit l’espace public. La patrimonialisation frénétique devient un symptôme parmi d’autres d’un nouveau régime d’historicité qualifié de « présentisme »1 et défini comme « la difficulté de surmonter le souvenir des grandes catastrophes récentes »2. Montluc entre à plein dans cette « époque-mémoire » qui constitue notre présent3. La prison a traversé les catastrophes du xxe siècle. Sitôt érigée en Mémorial, autour d’un projet centré sur le souvenir des crimes nazis, de nombreuses mémoires se sont réveillées et ont cherché à se faire entendre. L’historien devient à la fois un expert appelé pour donner des informations, convoqué pour fournir des preuves, sommé parfois de prendre parti, voire même un peu manipulé, et un « thérapeute » (ibid., p. 251) à l’écoute des mémoires blessées et traumatisées. Dans ce contexte, face à tous ces acteurs cherchant à parler du passé – témoins, associations, personnalités politiques, autorités institutionnelles, conservateurs, sociologues – l’histoire du temps présent semble devenir un symptôme du présentisme quand elle devrait au contraire en être le remède4. L’historien doit agir à temps et à contretemps comme le rappelait régulièrement Pierre Vidal-Naquet, prendre de la distance et, surtout, mettre de la distance.

  • 5 M. Rothberg, Yale French Studies, n118-119 : « Nœuds de mémoire: Multidirectional Memory in Post (...)
  • 6 P. Joutard, Histoire et mémoires, ouvr. cité, p. 189.
  • 7 Cette mémoire de l’empire est totalement absente du projet de P. Nora : T. Judt, « À la recherche (...)

3Il s’interroge alors sur la nature de ce « nœud de mémoires »5 qu’est devenu au fil du temps Montluc sans s’étonner outre mesure que, dans les années 1980, le site n’ait pas rejoint le « palais mémoriel » bâti par Pierre Nora. Montluc n’interroge en effet pas seulement la mémoire nationale glorieuse, mais l’ensemble des épisodes traumatiques de l’histoire de France, depuis la première guerre mondiale – la prison militaire devait être construite, avec le tribunal militaire, pour pallier les difficultés rencontrées durant le conflit – jusqu’à la guerre d’indépendance algérienne, en passant par Vichy, la Gestapo, l’épuration, l’Indochine. Ainsi, entre « empire de la mémoire »6 et mémoires de l’empire (principalement sur son versant méditerranéen), Montluc porte en germe un patrimoine complexe, à la fois palimpseste et kaléidoscopique7.

La patrimonialisation de Montluc

4La patrimonialisation de Montluc s’inscrit dans une histoire qui remonte aux premières commémorations célébrées in situ à la Libération. Il y eut les mots, pendant des décennies, puis vint la chose, en quelques mois. Plusieurs chroniques de la patrimonialisation, la première menée par une équipe de sociologues lyonnais, la seconde par l’Association des rescapés de Montluc, mettent en évidence les choix, pas toujours visibles mais toujours assumés, de cette mise en patrimoine, dont on peut reprendre ici les principales inflexions.

5Durant la période d’instruction puis lors du procès Barbie, divers acteurs commencent déjà à s’interroger sur le devenir du site. Deux axes divergents se dessinent. D’un côté, on assiste à un désinvestissement progressif du dispositif carcéral de Montluc avec l’idée que la prison fermera tôt ou tard. Les plans d’une nouvelle prison située en dehors de Lyon occupent autant la direction de l’administration pénitentiaire que le ministère de la Justice. La vacance des espaces – les objecteurs de conscience et les militaires sont transférés dans d’autres prisons en janvier 1997 – accélère le dépérissement des locaux notamment lorsque le bâtiment cellulaire des hommes est transformé en terrain d’entraînement pour les équipes régionales d’intervention et de sécurité (ÉRIS), unités d’intervention créées en 2003 et chargées d’intervenir en cas de troubles dans un établissement pénitentiaire. En janvier 2006, par exemple, la presse témoigne du « second Martyre des rescapés de la prison de Montluc » :

  • 8 Le Progrès, 29 janvier 2006.

Cela ressemble à une mise à sac : les gonds de nombreuses portes, volés en éclats, comme par des explosifs, des portes déposées, jetées en vrac dans les cellules, d’autres remises, sans respect de l’ordre des numéros de cellule. […] Des morceaux de portes arrachés, des douilles de balles sur le sol par centaines, une cible au mur. Bref, les signes d’une inflexion grave dans la destination des lieux. Les dégâts ne peuvent être l’œuvre de voyous puisque l’accès à l’endroit est soumis aux mêmes contrôles que la prison mitoyenne. Ils seraient dus à des séances d’entraînement des groupes d’intervention et de sécurité, qu’il n’a pas été possible de rencontrer. Et qui sont difficilement accessibles, selon le gardien-chef qui conduit la visite. Alors, Georges [Tassani], à 84 ans, va reprendre son combat et tenter de savoir ce qu’il va advenir réellement de ce lieu de tortures, torturé à son tour. Il a rendez-vous dans les prochains jours avec le directeur de l’administration pénitentiaire. En outre, il recevra le grade de commandeur de la Légion d’honneur, le 10 février, des mains de Dominique Perben. Nul doute qu’il lui posera quelques questions.8

6Cet investissement guerrier ne va pas sans heurter les sensibilités mémorielles. Le président de l’Association des rescapés de Montluc Georges Tassani comme le Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD) veillent et protestent tant que l’accès de la prison est rapidement interdit aux équipes d’intervention. On ne peut pas tout se permettre avec les murs porteurs d’histoire.

7D’un autre côté, on assiste à un investissement mémoriel plus concret. Les habitants du quartier, par exemple, sont actifs dans la patrimonialisation du site. C’est ainsi que le Comité d’intérêt local Sans-Souci adresse, en 1994, une demande à la Cité de la création pour développer un projet artistique sur cette enceinte constamment graffitée et taguée, faisant face à l’université Jean-Moulin Lyon III, une université d’ailleurs longtemps marquée par des affaires de négationnisme et d’antisémitisme9. Le cahier des charges est simple : « Rendre hommage aux victimes, protéger le mur des agressions, l’élever au niveau qualitatif du quartier réhabilité, adresser un message pérenne aux étudiants, aux Lyonnais, aux visiteurs, autant de raisons pour proposer, ici, une création artistique murale forte, qui réponde aux attentes de tous »10. En concertation avec les associations d’anciens combattants, le CHRD, des historiens, les autorités municipales, une fresque est proposée et acceptée, couvrant une surface de 720 mètres carrés (160 mètres de long, 4,5 mètres de haut) et développant plusieurs tableaux dans une séquence chargée de sens. Elle débute par deux enfants, dessinés en noir et blanc, courant dans une lumière rougissante, puis se poursuit par un monument aux morts, un portrait de Jean Moulin, des noms de victimes connues et des prénoms de victimes anonymes gravés dans le mur, un décompte des jours et, pour terminer, deux enfants, en couleur, qui courent plus joyeusement (figure 100). Le mur peint sanctuarise toujours plus la prison.

Figure 100. Mur peint de Montluc, 1994 (Cité de la création)

Figure 100. Mur peint de Montluc, 1994 (Cité de la création)
  • 11 Cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc par la Gestapo de Ly (...)
  • 12 Dès le 22 mai 2000, date de la première visite, quelques anciennes et anciens internés dont Suzann (...)

8Surtout, l’Association des rescapés de Montluc (ARM), qui a maintenu une fidélité au souvenir durant les décennies d’après-guerre, en dépit d’une absence toujours plus remarquée des autorités municipales ou préfectorales, milite toujours pour l’investissement mémoriel et la protection du site. Comme le rappelle Bruno Permezel – secrétaire de l’ARM devenu président en 2009 qui a rédigé une histoire de son association sur laquelle nous nous appuyions principalement ici – c’est elle qui a promu le dépôt de plaques ou stèles commémoratives sur les murs de la prison, dans ses environs et sur les lieux de massacre où périrent des détenus. C’est elle qui a proposé une transformation radicale du site pour en faire très tôt un lieu de mémoire : lors de la cérémonie du 24 août 1954, soit dix ans après la libération du site, le président d’honneur de l’ARM, Édmond Duranton (ex-interné au réfectoire des hommes, libéré le 24 août 1944), jetait « un appel et un cri d’espérance. Il voudrait que la prison soit rasée, comme l’a été autrefois la Bastille, et qu’à sa place soit élevé un monument. Ce serait une colonne de bronze, aussi importante que celle de la Bastille, où seraient inscrits les 7 000 noms de nos camarades qui ont succombé sous les tortures de toutes sortes »11. C’est désormais elle qui impulse la commémoration des cinquante ans de la libération du site, le 24 août 1994, et qui réinscrit la mémoire dans la prison. Elle obtient l’autorisation d’organiser des visites de l’établissement pour les rescapés comme c’était le cas au sortir de la guerre12. Les trois premières visites d’anciens détenus ont lieu en 2000. Depuis, bien d’autres ont été réalisées jusqu’à la fermeture définitive de l’établissement.

  • 13 Le Progrès, 25 août 2000, et B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, (...)

9Bruno Permezel profite également du 56e anniversaire de la libération de Montluc, le 24 août 2000, pour demander le classement de la prison au titre des monuments historiques13. La réponse du ministère de la Justice est pour le moins réservée :

  • 14 Lettre du ministère de la Justice adressée au premier adjoint au maire de Lyon, le 8 février 2001, (...)

Il me paraît opportun de limiter la reconnaissance de la maison d’arrêt de Montluc en tant que lieu de mémoire à la pose d’une plaque commémorative. Comme cela est fait pour d’autres établissements pénitentiaires. Le classement de cet établissement aux monuments historiques gênerait considérablement sa rénovation et plus encore son évolution. Cet établissement est situé en milieu urbain. Il offre des perspectives de transformation en centre pour peine aménagée ou autre structure destinée à des personnes placées sous main de Justice en fin de peine. Son classement entraînerait probablement à terme son abandon au regard de ces perspectives.14

  • 15 Selon Marie Bardisa, conservatrice des monuments historiques de la DRAC, « Les prémices 1994-2004  (...)

10La demande de classement suscite également la réflexion de la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) puisque la loi sur les monuments historiques s’appuie sur l’intérêt d’art et/ou d’histoire. Or, Montluc ne peut prétendre à un intérêt artistique puisque « rien ne lui est trouvé d’extraordinaire »15. Tel est l’avis rendu par la délégation permanente qui, toutefois, et « après avoir considéré l’aspect architectural limité du bâtiment [mais] attentive au souvenir des victimes détenues dans l’enceinte de la prison pendant la seconde guerre mondiale, demande un complément d’information sur la nature du projet de reconversion de l’édifice envisagé par l’Association des rescapés de Montluc et sur la position des élus de la ville pour réexamen en délégation permanente » (ibid.). Il n’empêche, le président de l’ARM adresse à chaque tête de liste, lors de la campagne pour les élections municipales, un projet d’avenir pour la protection de Montluc et il leur demande de se positionner :

  • 16 Courrier de l’ARM aux têtes de listes, le 17 février 2001, cité par Bruno Permezel, Au service de (...)

Le projet de modernisation des prisons lyonnaises réjouit l’Association des rescapés de Montluc mais l’incite à attirer votre attention sur le devenir de la prison Montluc dont les façades et une partie de l’intérieur sont restées intactes jusqu’à ce jour. Actuellement prison pour femmes, le lieu fut pendant la période de l’Occupation un entassement inhumain d’otages, de persécutés raciaux et de résistants dans l’attente d’une décision. […] Dans cette optique, l’Association des rescapés de Montluc voudrait que ce lieu de sinistre mémoire soit exclusivement consacré à l’éducation des jeunes générations et vous invite, en votre qualité de candidat au poste de maire de Lyon, à la soutenir par écrit :
– Pour le classement de la prison Montluc au titre des monuments historiques ;
– Pour une transformation d’une partie de la prison en annexe du Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation, consacrée à la Résistance lyonnaise ;
– Pour l’installation de la chaire municipale des droits de l’homme dans une autre partie de la prison, en liaison avec les universités Lyon 2 et Lyon 3.16

  • 17 Courrier de Gérard Collomb, août 2001, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les (...)
  • 18 Lettre du 9 mars 2001, citée par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Mont (...)
  • 19 Courrier du 22 février 2001, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à (...)
  • 20 B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 55.

11Face à un ministère de la Justice sourd au projet mémoriel, il obtient le soutien de nombreux élus. Le premier adjoint au maire de Lyon recommande à Georges Tassani de faire une campagne publique, lui assurant le soutien de la ville de Lyon. Gérard Collomb, premier de la liste « En avant Lyon », assure l’ARM de son appui et s’engage à « prendre contact avec madame la ministre afin de la sensibiliser à cette nécessité de procéder au classement »17. Michel Mercier, premier de la liste « La Force de Lyon se mesure à votre sourire », « prend l’engagement de soutenir les trois projets au cours du mandat municipal à venir pour les faire aboutir afin d’éclairer la jeunesse sur ce que fut la prison Montluc durant la période de l’Occupation »18. L’ARM obtient également l’appui non seulement de ses adhérents mais également de nombreux déportés ou résistants assemblés ou non au sein d’associations. Jean Masson, ancien interné libéré le 24 août 1944, publie un texte intitulé « Quand la Justice oublie la Mémoire »19 : il estime « qu’à une époque où les coquins bénéficient de plus de bienveillance que les honnêtes gens de respect, le ministre de la Justice fait plus de cas de “présumés” coupables que des présumés résistants. Nous voulons penser que le processus n’est pas terminé. Espérons que, malgré son bandeau sur les yeux, la Justice saura entendre la requête de l’Association des rescapés de Montluc, et que Montluc sera justement rendue à la Résistance, au souvenir de nos camarades fusillés ou morts dans les camps, et consacrée désormais à la Mémoire ». L’association des Fils et filles de déportés juifs de France est « légitimement associée dès le début du combat »20 et participe aux commémorations du 60e anniversaire du dernier convoi vers Auschwitz (11 août 1944). Quant à René Horner, président de la section lyonnaise de la Fédération nationale des déportés résistants et patriotes (FNDIRP), il signe en première page de son bulletin de liaison, Le Patriote résistant du Rhône, un éditorial de soutien à l’ARM, intitulé « Lieu de mémoire historique à Lyon, la prison de Montluc » :

  • 21 Cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 47.

Par le rôle tenu par cette prison sous l’occupation allemande, Montluc est devenue un haut lieu de l’histoire de la Résistance. Son classement en monument historique s’impose, d’autant plus que ce classement serait une réponse importante à apporter dans le combat que nous menons contre les idées négationnistes dont Lyon et ses universités sont bien souvent le terrain favori. L’Association départementale, dont de nombreux adhérents sont d’anciens de Montluc, ne peut que se joindre à cette demande : classer monument historique la prison de Montluc est un impératif pour la mémoire.21

  • 22 Texte du Manifeste rédigé en mars 2002, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les (...)
  • 23 Propos de Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne Rhône-Alpes, préfet du Rhône, dans B. Perme (...)
  • 24 Bulletin de l’ARM n28, mars 1947, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les int (...)

12Cet activisme mémoriel se poursuit durant toutes les années 2000, à travers des manifestes, pétitions, adresses aux élus, dépôt d’un dossier à la délégation permanente de la commission régionale du patrimoine et des sites pour le classement de la prison, articles de presse pour valoriser « l’aile de la prison de Montluc, où furent internés Marcel Dassault, le général de Lattre de Tassigny, André Devigny, André Frossard, André Lassagne, Daisy Martin, Élise Rivet et tant d’autres : Résistants, Raflés, Juifs, soit environ huit mille personnes »22. L’objectif, comme cela est régulièrement rappelé par Bruno Permezel, est de faire entrer Montluc au même titre que d’autres sites (Drancy, Mont-Valérien, etc.) au « patrimoine mondial de l’inhumanité ». L’ARM s’est donc transformée en fer de lance d’un projet mémoriel avec un parti pris assumé. Elle souhaite faire de Montluc un lieu de mémoire conçu comme « un lieu d’injonction : celle de conserver intactes les valeurs et le message que les rescapés de Montluc, et l’Association avec eux, ont représentés et qu’ils continuent de porter »23. L’idée est de concentrer la mémoire sur la période de l’Occupation. Toutefois, alors que le président de l’association rappelle que, dès 1947, les rescapés de Montluc, « victimes d’hier […] se veulent solidaires de celles du temps présent et de l’avenir »24, alors qu’il voit le site comme le conservatoire d’un « héritage commun », un lieu qui « souhaite rendre justice à la vérité », il occulte tout un pan de l’histoire de son association. Il omet de parler des micro-solidarités de l’ARM envers les victimes de la guerre d’Algérie ou encore de Bel Hadj el Maafi. Évoquant les cérémonies du 24 août 1946, il cite le cardinal Gerlier, le pasteur Eberhart, le grand rabbin Poliakoff, les représentants de la franc-maçonnerie, mais pas l’imam ; reproduisant une photographie de la cérémonie du printemps 1946 dans la grande cour de la prison, avec à la tribune Roland de Pury, il ne mentionne toujours pas l’imam assis au premier rang. Ce faisant, il coupe les solidarités réelles de l’époque. Les mémoires sont désormais instrumentalisées par un projet mémoriel. Et ce travail de lobbying porte finalement ses fruits à l’occasion de la fermeture définitive de la prison, dans la direction indiquée par l’association.

  • 25 Sur la fermeture des prisons lyonnaises et leur mise en patrimoine : Monumental. Revue scientifiqu (...)
  • 26 Depuis les années 2000, un groupe de chercheurs, animé notamment par J.-C. Vimont, œuvrait pour la (...)

13En effet, tout se précipite et se précise en 2009 quand les trois prisons lyonnaises sont fermées25. L’administration pénitentiaire, ne sachant quoi faire de Montluc, prévoit, par le truchement de France domaine, une opération immobilière qui laisse craindre une destruction pure et simple du site. Bien que les projets de destruction butent sur les stèles et plaques commémoratives apposées sur le mur d’enceinte de la prison, la peur est là. En quelques mois, un projet est monté pour sauver le site et une exposition mise en forme. En quelques mois, la prison devient Mémorial. Il y a eu, cette année-là, un sentiment d’urgence, sentiment porté par un contexte propice à la patrimonialisation des prisons26. Une chronique de cette patrimonialisation, réalisée par deux sociologues lyonnais, Marie-Thérèse Têtu et Alain Battegay, et retranscrite sous la forme d’un webdocumentaire, en précise les jalons.

  • 27 « Le pilotage par le préfet de la sauvegarde de Montluc 2007-2010 » (vidéo 1.1.3), 7 min 23 s ; et (...)
  • 28 « Les débats autour de l’inscription, du périmètre et de l’arrêté de protection 2008-2009 » (vidéo (...)
  • 29 M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », EspacesTemps.net, Association (...)

14Les deux sociologues montrent à quel point un homme est au cœur de la transformation de Montluc en patrimoine : le préfet Jacques Gérault, pour qui l’ancien préfet Jean Moulin fait figure de modèle. Prenant ses fonctions en juillet 2007 et s’enquérant immédiatement du sort des lieux conservant sa mémoire, aussi bien la maison du docteur Dugoujon à Caluire que la prison Montluc27, il affirme avoir compris non seulement l’urgence de la situation mais aussi les problèmes que posait un tel projet de patrimonialisation : premièrement, il n’y a pas d’argent et l’administration pénitentiaire ne peut conserver un bâtiment vide ; deuxièmement, la ville de Lyon et la région ne souhaitent pas se porter acquéreurs ; troisièmement, les ministères de la Culture et de la Défense se renvoient le dossier. Face à cela, le préfet définit une stratégie. Tout d’abord, serviteur de l’État et donc garant de l’intérêt général, il porte un projet apolitique et rallie autour de sa proposition l’avis de toutes et tous, « quelles que fussent leurs tendances politiques ». Il crée un comité de pilotage dont il confie les rênes au procureur général Viout, lequel a instruit le procès Barbie, et qui rassemble diverses associations ou organismes dont l’Association des rescapés de Montluc, l’Office national des anciens combattants (ONAC) et le CHRD. Ensuite, il se mobilise personnellement en favorisant les rencontres et en allant sur le terrain : il organise, avec le comité de pilotage, un déjeuner où Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, ancien résistant et historien de la seconde guerre mondiale, et Raymond Aubrac, ancien interné de Montluc, se réunissent pour définir les attentes des différents acteurs. Il préside également en 2008, cas exceptionnel, une réunion à la DRAC pour défendre personnellement le projet et assurer la validation du dossier. Par ailleurs, il fait jouer ses réseaux : il passe directement par la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA), au sein du ministère de la Défense. Enfin, il définit les modalités du classement du site de Montluc, sujet épineux puisque, « quand on classe tout, on est sûr d’avoir un résultat patrimonial remarquable mais on ne peut plus rien faire ». Dès lors, il est décidé de classer les parties véritablement symboliques, l’entrée, les bâtiments cellulaires, le mur des fusillés mais pas l’intégralité des remparts, « de telle sorte qu’on puisse détruire certains espaces pour permettre d’assurer la sécurité des visites […], pour permettre aussi de créer des espaces suffisamment spacieux pour y héberger des expositions »28. Résultat, le site est en partie inscrit à l’inventaire supplémentaire des bâtiments historiques le 25 juin 2009. Inscrit, et non classé, Montluc intègre ensuite les hauts lieux de la mémoire nationale (arrêté du 20 mars 2014) : « Ce lieu d’internement incarne dans la mémoire collective le rôle central joué par Lyon pendant la seconde guerre mondiale à la fois capitale de la Résistance et chef-lieu de la répression ». À l’échelle de l’agglomération lyonnaise, Montluc s’ajoute au CHRD et à la maison du docteur Dugoujon. À l’échelle nationale, après la patrimonialisation d’un camp de concentration (le Struthof), d’un camp d’internement (le camp des Milles), Montluc offre la possibilité de patrimonialiser une prison. Cette entreprise de patrimonialisation, comme l’indiquent Marie-Thérèse Têtu et Alain Battegay, montre comment « les institutionnels se sont constitués en public en sortant du caractère routinier de leur travail institutionnel pour inventer et expérimenter de nouveaux montages »29.

  • 30 Marie Bardisa, « Restaurer un site dégradé et transformé pour retrouver l’ambiance des années 1940 (...)
  • 31 Selon Isabelle Doré-Rivé, directrice du CHRD : « Préserver, restaurer, exposer dans l’urgence » (v (...)
  • 32 Sur ce type de débats : Monumental. Revue scientifique et technique des monuments historiques, no  (...)

15Une fois le site sauvé, reste à faciliter l’ouverture au public. Là encore, le projet est mené dans l’urgence. Grâce au plan de relance de 2009, il est possible de restaurer le bâtiment cellulaire des hommes et d’aménager le réfectoire. L’architecte du patrimoine (Laurent Volay) et la conservatrice du patrimoine de la DRAC (Marie Bardisa), tous deux interrogés par les deux sociologues, font le choix d’une restauration à l’identique même si l’on s’interroge autour du vrai et du faux d’une telle restauration : « On souhaitait revenir à des dispositions des années 1940, enlever les éléments parasites ajoutés entre 1945 et 2000. Je m’étais posé la question : est-ce qu’on ne garderait pas la prison en l’état ? Tout ce qui s’est passé après méritait aussi d’être montré »30. En six mois, une exposition est montée par le CHRD autour de la période allemande de la prison. Cette urgence exclut, d’après la directrice du CHRD, « un certain nombre de validations scientifiques, […] ainsi qu’un certain nombre d’études préalables [notamment] d’attentes du public, de faisabilité »31. Le comité de pilotage devient comité d’orientation. Deux choix muséographiques sont opérés. Premièrement, des parcours de vie, que l’on veut le plus représentatifs possible, sont placés dans chacune des cellules de Montluc, accompagnés de photos. Deuxièmement, l’exposition du réfectoire dont les bornes chronologiques sont 1921-2009, retrace principalement la vie de Montluc sous l’Occupation. Ainsi, le choix a été fait, parce qu’il y avait urgence et parce que l’autorité de tutelle était le ministère de la Défense, de se centrer sur la période allemande. D’autres questions sont restées en suspens, comme celle de savoir s’il fallait reconstruire la « baraque aux Juifs », dont l’emplacement est aujourd’hui simplement suggéré, pour éviter une reconstitution qui serait aussi la porte ouverte au révisionnisme32.

Figure 101. Photographie de Jean Moulin dans une cellule, avant la réhabilitation du bâtiment

Figure 101. Photographie de Jean Moulin dans une cellule, avant la réhabilitation du bâtiment

Source : © Archives photographiques Le Progrès

Figure 102. Évocation initiale de la « baraque aux Juifs » avant un agrandissement de l’espace en janvier 2016

Figure 102. Évocation initiale de la « baraque aux Juifs » avant un agrandissement de l’espace en janvier 2016

Source : © Archives photographiques Le Progrès

16Toutes ces discussions, tous ces choix et partis pris sont parfaitement illustrés le jour de l’inauguration du site, le 14 septembre 2010. Le secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens Combattants évoque ainsi « le souvenir de tous ceux qui ont été internés à la prison de Montluc de 1942 à 1944 », et notamment le souvenir de Jean Moulin, celui d’André Frossard et celui de Raymond Aubrac. Pour sa part, l’ancien garde des Sceaux Dominique Perben met en avant les « 7 000 [sic] résistants et Juifs, dont Jean Moulin, [qui] y furent incarcérés »33. La mémoire tournée vers le temps de l’Occupation doit fonder « notre identité collective en même temps que notre destin ». Elle repose sur les grands hommes et les victimes exemplaires.

  • 34 Par exemple Montluc : 1943-1944, 24 paroles d’internés par la Gestapo, réalisé par Guillaume Desca (...)

17Depuis cette transformation du site en haut lieu de la mémoire nationale, l’ARM a repris son souffle : elle participe aux cérémonies commémoratives, republie son bulletin, organise des réunions mensuelles au sein de Montluc (le 20 décembre à la mémoire des internés de la Gestapo morts à la prison de Montluc, le 12 mars à La Doua en l’honneur de frère Benoit et des fusillés de Montluc), diffuse un timbre-poste en 2014, publie des recueils de témoignages, participe à la création d’expositions, conseille des réalisateurs de documentaires34. Le but est clair : centrer le Mémorial sur la période de la Gestapo tout en diversifiant la représentation des différentes victimes :

  • 35 B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 88.

Le 2 juin, j’écris au président du conseil d’orientation pour lui faire savoir que : « criante est la sous-représentation des parcours d’internées au mémorial, criante est l’absence de parcours de raflés, criante est l’absence de parcours d’internés de Savoie et de Haute-Savoie, très regrettable est l’absence de parcours d’internés alsaciens-lorrains, expulsés ou partis de plein gré, volontairement engagés dans le combat contre le nazisme, fort regrettable est l’absence d’internés originaires de territoires colonisés, volontairement engagés dans le combat contre le nazisme, alors que ce régime les considérait comme une race inférieure ».35

18Toutefois, lorsque l’ARM propose d’afficher le portrait du résistant Djaafar Khemdoudi dans une des cellules de Montluc, afin de montrer la diversité des parcours, il n’est plus question de l’aide apportée par cet Algérien aux Juifs : il est seulement présenté comme un membre de réseau d’aide aux réfractaires au STO. On le voit, le comité d’orientation, autrement qualifié de « comité des sages », se fait essentiellement le porte-parole partisan d’une exclusivité mémorielle au moment où une autre offensive se fait jour.

Retour à Montluc : l’idée d’un contre-patrimoine

  • 36 A. Haroun, Préface à M. Boudina, Rescapé de la guillotine, Rouiba, Anep, 2010, p. 7-8.

19Alors qu’une première demande de classement du site est déposée à la DRAC en 2008, Mostefa Boudina, ancien condamné à mort de Montluc, rédige un texte sur son expérience carcérale durant la guerre d’Algérie. Et alors qu’en 2010 le Mémorial ouvre ses portes, son livre, intitulé Rescapé de la guillotine, sort dans les librairies algériennes et reçoit un large écho en France. Hasard du calendrier ou concomitance des temps, la friction est inévitable, d’autant plus vive que Mostefa Boudina a un objectif : faire entrer la mémoire algérienne à Montluc. Il se veut un porte-parole de tous les condamnés à mort algériens. Tout en présentant son texte comme un ego-document, un écrit sur soi, sa triple dédicace – à sa famille, à ses anciens compagnons de lutte et aux générations présentes et futures – suggère plusieurs niveaux de lecture. Témoignage, le livre est aussi une auto-fiction et un manifeste politique. Ali Haroun, ancien responsable, au sein de la Fédération de France du FLN, de l’organisation interne des prisons et des camps, ne s’y trompe pas, peinant à définir cet ouvrage « globalement véridique » qui « n’est ni un roman, ni une étude académique, ni la somme des recherches et cogitations d’un juriste sur l’effet salvateur ou néfaste de la peine de mort »36. Plusieurs stratégies narratives sont déployées par l’auteur qu’il importe de comprendre pour éviter, à une époque où le témoignage est roi, de tomber dans un émotionnel glissant.

  • 37 Il est écrit, dans le livre de M. Lachtar, La guillotine, Paris, Maspero, 1962, p. 6 : « À mi-chem (...)

20La première technique est celle de la récupération ou de l’appropriation. En effet, Mostefa Boudina fait sienne, dans son récit, l’histoire d’autres détenus, à Montluc ou ailleurs. Cela passe d’abord par l’emprunt net, depuis celui de l’exergue – « Mourir pour la patrie c’est la plus belle fin de la plus belle vie » – qui figure déjà dans le carnet de prison de Moussa Lachtar, jusqu’à celui de certains passages extraits du premier livre écrit sur Montluc par le même Moussa Lachtar. Par exemple, lorsque Boudina raconte le transfert du tribunal militaire à la prison, il reprend à l’identique le dialogue retranscrit en 1962 par Moussa Lachtar : « Voulant certainement m’effrayer, un gendarme me dit, dans un français mélangé d’un patois de la région : – C’est ici, qu’on va te couper la cabèche ! Je réponds, avec calme et ironie : – Si vous avez le courage, venez y assister ! » (p. 40)37. Cet effort de récupération passe aussi par la reformulation et la réappropriation d’épisodes vécus par d’autres avec, comme finalité, de se transformer en exemplum vivant. Boudina condense toutes les expériences possibles vécues par un détenu. Ainsi des séances de tortures. Au commissariat de Saint-Étienne, si on le suit, il aurait reçu des coups de poing et de pied jusqu’à avoir deux dents cassées (p. 18), il aurait été mis en broche « tête en bas et pieds en haut », suspendu dans le vide et roué de coups sur la plante des pieds à l’aide d’un « gros bâton d’olivier plein de nœuds durs et saillants » (p. 19), il aurait subi la « gégène aux oreilles » et « aux testicules » (p. 20), la mise au carcan « dans la position du Christ » (p. 21), le supplice du jet d’eau projeté à toute puissance sur le visage, le supplice de la baignoire (« les mains déjà menottées [ils] me plongent dans la baignoire, pleine d’une eau fétide et nauséabonde », p. 22), le tout entrecoupé d’injures racistes (« Merde je n’aime pas les Arabes et je ne supporte pas leur présence en France. Pourquoi on ne les renvoie pas dans leur putain de pays ? » (p. 21). Ces séances, il va sans dire, sont un condensé d’expériences vécues par d’autres et ailleurs. Les procès-verbaux d’interrogatoire montrent que Boudina assume dès son arrestation ses actions armées, voire qu’il les revendique. Il n’y a donc aucune raison de torturer à ce point un inculpé qui a déjà tout avoué. Par ailleurs, examiné par un médecin sans qu’il ne soit question de torture, celui-ci ne diagnostique aucune blessure. Par contre, depuis le début des années 2000, bien des récits scientifiques ou autobiographiques ont été publiés ou republiés sur la torture et Mostefa Boudina a pu, dans son récit, faire un condensé de toutes les techniques utilisées ici ou là, notamment en Algérie. On pense ici, bien sûr, à l’ouvrage d’Henri Alleg intitulé La question, auquel il est fait mention à demi-mot (p. 22).

  • 38 DHL, 9 juin 1960.
  • 39 DHL, 11 juin 1960.
  • 40 DHL, 2 juillet 1960.
  • 41 DHL, 9 juin 1960.

21Cette technique de la récupération est également utilisée dans le récit du procès. En effet, d’après Boudina, il aurait, au début de l’audience, coupé le président et rétorqué « Je ne reconnais pas la justice française ! Seule la justice de mon pays peut me juger ! Vive le FLN ! Vive l’ALN ! Vive le GPRA ! » (p. 39), avant de brandir un drapeau algérien « secrètement confectionné pour cette occasion » et d’entonner l’hymne Min Djibalina, ce qui aurait entraîné son évacuation par les gendarmes « à coups de crosses dans une petite salle à côté ». Ce type d’événement a bien existé dans l’enceinte du TPFA de Lyon, mais avant (le 12 janvier 1960) et après (le 21 juillet 1960) les procès de Boudina, non durant les siens. En effet, lorsqu’on lit les comptes rendus d’audiences de ses procès, on découvre, une fois, que « les débats sont sans histoire, les accusés ne font aucune difficulté pour s’expliquer devant le tribunal »38 – tout au plus Mostefa Boudina rappelle qu’il est heureux de ne pas avoir servi dans l’armée française39 – et une autre, que « les débats se déroulent sans incident aucun. Les principaux accusés s’expliquent très simplement, comme ils l’ont fait lors des audiences précédentes »40, Boudina donnant même « sans sourciller des détails assez effrayants : “C’est moi qui ai réveillé Brahim, je l’ai ligoté, bâillonné… C’est moi qui ai tiré le coup de revolver. Le “grand” m’a alors passé un couteau et j’ai égorgé la victime” »41. Ainsi, par cette technique de la récupération, Boudina incarne le combattant idéal.

22La deuxième technique utilisée dans ce livre est celle de la compression. En effet, tout en essayant de donner au récit une forme chronologique, Boudina compresse, en premier lieu, le temps. Cela est très net dans le récit qu’il fait du quotidien des prisonniers et des luttes ou des grèves de la faim entreprises pour le modifier. Il affirme par exemple que, lorsqu’il arrive à Montluc, le 8 juin 1960, « on remplace les menottes par une chaîne d’environ soixante centimètres qui relie les deux poignets » (p. 43) et qu’il est entravé et enchaîné à cinq autres détenus durant les promenades (p. 46). Il estime en outre que seule une grève de la faim menée après son arrivée a permis la suppression de ces entraves aux pieds, la création d’une salle de prière pour le vendredi et l’autorisation de nouveaux journaux (p. 102). Or, les premières grèves de la faim ont eu lieu dès le printemps de l’année 1959 et la chaîne a été supprimée bien avant l’arrivée de Boudina en prison.

23À cette compression du temps s’ajoute, en second lieu, une compression de l’espace. Boudina ne singularise pas Montluc, au contraire, il y place des expériences vécues dans d’autres prisons, et notamment à Saint-Paul. C’est ainsi qu’il insiste à plusieurs reprises sur la fermeté voire la cruauté des gardiens à Montluc : ici, il parle des « harcèlements quotidiens de nos geôliers [qui] avaient pour but d’affecter notre moral, de nous pousser à nous repentir et à demander grâce au chef de l’État français » (p. 77), et là de « certains gardiens [qui] se réjouissent de nous voir dans cet état » (p. 101). Or, il est acquis que la surpopulation carcérale à Saint-Paul a pu entraîner des dérives chez les gardiens, quand le statut de condamnés à mort a, au contraire, préservé les détenus d’humiliations quotidiennes à Montluc. Boudina souhaite incarner le prisonnier héroïque enfermé dans une prison particulièrement dure.

  • 42 Il y a néanmoins des confusions sur ce livre car, dans le film Retour à Montluc, Boudina dit que l (...)

24Pour porter sa revendication mémorielle, Boudina utilise une troisième stratégie, celle des solidarités mémorielles. En effet, à plusieurs reprises, il croise son récit avec les expériences vécues par certains détenus sous l’occupation allemande. L’identification est à la fois générale lorsqu’il se retrouve, grâce à un livre lu dans sa cellule, « en train de vivre intensément l’histoire d’une jeune femme juive, tombée entre les mains de la cruelle Gestapo »42. Pour lui, le drame vécu par cette « innocente victime, avec son cortège de tortures et de douleurs », le ramène brutalement à son sort et lui permet cette conclusion : « Je […] me dis que finalement les bourreaux se ressemblent quels qu’ils soient. Nazisme, fascisme ou colonialisme, le mal et ses méfaits sont les mêmes. Seuls les temps, les lieux, les victimes et les motifs changent. Je termine la lecture en nourrissant une grande compassion et beaucoup de respect pour cette victime qui a résisté, jusqu’au bout, à ses bourreaux nazis » (p. 56). L’identification peut être bien plus précise quand la prison Montluc sert de support au déploiement de ces carrefours mémoriels. Cela est possible en signalant un graffiti (imaginaire) sur le mur de sa cellule – « Ici est passé Habib Bourguiba » (p. 105) – militant nationaliste et père de la nation tunisienne indépendante. Cela l’est également grâce à un gardien complice dont la sympathie s’expliquerait par son statut d’« ancien résistant, condamné à mort par les Boches [qui fut] détenu dans cette même prison [et qui a] souffert l’attente de la mort pendant deux ans, comme [eux] » (p. 126). Boudina puise dans d’autres mémoires liées à Montluc, véridiques ou fantasmées, pour porter la mémoire de son groupe, celle des anciens condamnés à mort.

25Une dernière technique narrative utilisée – l’anticipation – dévoile l’objectif politique de Boudina. En effet, du fond de sa cellule, il estime que le jeune détenu Boudina dessinait un plan de carrière assez précis : « Je ferai une carrière politique, en l’abordant par une ascension au sein du mouvement syndical algérien. Je veux lutter pour la justice, la liberté et la démocratie, dans un pays libre et indépendant ! » (p. 78). Le projet est tellement devenu la réalité que l’on peut lire dans cette profession de foi le véritable objectif du livre : il doit appuyer l’ambition politique du sénateur Boudina qui crée, au moment où sort son livre, un nouveau parti politique. Ce projet est confirmé par la lettre aux historiens qui conclut l’ouvrage et appelle à reconnaître les crimes du colonialisme dont il porte, en tant que « victime », la mémoire. Il est confirmé également par la publication d’un second livre en 2013 – La nuit a peur de l’aube – lequel souhaite, à partir du même matériau, généraliser son expérience, en s’adressant cette fois au président de la République française pour en appeler à la repentance.

26De manière pragmatique, Boudina tente d’infléchir la présentation du Mémorial pour en faire également un support de la mémoire algérienne. Profitant de l’écho de son livre, il « revient » en 2011 à Montluc. Déambulant dans le réfectoire où se tient l’exposition permanente, il interrompt son guide – le directeur du site Philippe Rivé –, avant d’engager un dialogue musclé dont nous avons transcrit des bribes en introduction et que l’on peut reprendre dans son intégralité ici :

  • 43 M. Zaoui, Retour à Montluc, 2013, 49 min 30 s.

Directeur : Là, ce sont les déportations des Juifs vers Drancy…
Boudina : Mais dites-moi, je retrouve la trace de ceux qui ont souffert dans cette prison mais je ne retrouve pas la trace du passage des Algériens.
Directeur : À la fin si. (Lecture des 4 lignes).
Boudina : Vous avez les photos de ceux qui ont été exécutés ?
Directeur : Non non. Donc si vous les avez on est preneurs.
Boudina : Est-ce que vous en avez des informations sur le comportement des exécutés devant le bourreau ?
Directeur : Alors moi je n’en ai pas dans mes archives à moi mais dans les archives militaires […] il est possible qu’il y ait des dossiers.
Boudina : À l’époque c’était le colonel Maurel qui dirigeait les exécutions.
Directeur : C’est possible mais ce qu’il faut c’est qu’on demande les dérogations pour pouvoir consulter ces dossiers dans la mesure où ils ne sont pas encore ouverts à la communication. Autant pour la seconde guerre mondiale c’est ouvert, autant pour la guerre d’Algérie il y a un certain nombre de dossiers qui ne sont pas encore ouverts.
Boudina : Donc vous êtes en contact avec les associations ?
Directeur : Moi, c’est ma mission, je fédère en quelques sortes les 135 associations de la seconde guerre, enfin de tous les conflits du département du Rhône, 14-18…
Boudina : Vous pouvez rajouter la 136e parce que nous sommes une association [l’Association des anciens condamnés à mort].
Directeur : Écoutez je suis très attentif à votre demande, j’en parlerai au préfet.
Boudina : À partir du moment où ceux qui ont été nos tortionnaires et nos bourreaux ont commencé à avouer leurs crimes nous-mêmes nous n’avons pas de haine parce que dès le départ nous n’avons pas fait la guerre contre le peuple français, nous avons fait cette guerre contre l’occupation coloniale.43

27Le moment choisi pour couper le directeur du site – la déportation des Juifs – montre l’instrumentalisation des solidarités mémorielles et le désintérêt pour une histoire autre que la sienne. Boudina, en tant que président de l’Association des anciens condamnés à mort de la guerre d’indépendance algérienne, tente de rediriger la présentation des mémoires de Montluc. Il milite après la première visite pour qu’« une stèle soit posée au cœur du fort Montluc, en mémoire de ses onze compagnons dont les têtes sont tombées sur le sol français » (ibid.). L’instrumentalisation des mémoires est, là aussi, portée par un projet mémoriel exclusif. Ce positionnement suscite des réactions épidermiques au sein du « comité des sages », le président de l’Association des rescapés de Montluc rejetant fermement l’entrée des Algériens dans le Mémorial du fait de leurs actions armées en métropole. Montluc devient une chambre d’échos fragmentée, car ceux-ci sont désormais piégés dans des cellules mémorielles étroites, cloisonnées, identitaires.

28Toutefois, à l’abri des caméras, loin des proclamations publiques, des rencontres existent, aussi pudiques que discrètes, rappelant au plus juste les solidarités du passé. Par exemple, lors d’une deuxième visite de Mostefa Boudina à Montluc en octobre 2012, en famille cette fois, et après une prière dans sa cellule, un passage devant les rosiers en mémoire aux victimes de l’Occupation et l’écriture d’un mot sur le livre d’or, il tombe nez-à-nez avec Hélène Berthaud44 venue témoigner devant un groupe sur son internement en août 1944. Après avoir été présentés, ils échangent quelques mots. Hélène Berthaud prend monsieur Boudina dans ces bras et lui dit : « nous n’avons pas vécu les mêmes choses mais ce lieu est important pour nous tous ». Puis ils se disent au revoir.

29Par ailleurs, la compétition mémorielle affichée publiquement n’est pas toujours acceptée et d’autres possibilités de représentations existent, portées par des paroles plus discrètes. En effet, le livre de Mostefa Boudina a suscité des tensions parmi ceux-là mêmes qu’il souhaitait représenter. Ses sorties médiatiques et ses demandes pour Montluc ont déclenché, en Algérie, des contestations en chaîne. Tous les anciens de Montluc ont voté pour lui en 2004 lorsqu’il a fallu choisir un nouveau président à la tête de l’Association des anciens condamnés à mort : il était alors un syndicaliste reconnu. Mais la sortie du livre a déclenché de vives oppositions. Comme le rappelle un ancien condamné à mort dont nous préservons ici l’anonymat, « je l’aimais bien Boudina quand il était au syndicat et c’est pour cela que j’ai adhéré à son élection à la tête de notre organisation. Mais son livre je le vomis. Pourquoi mentir ? Pourquoi dire des mensonges ? Pourquoi ? ». Pour lui, « son livre, c’est à 90 % un livre de western, c’est une honte ». Parmi les nombreuses erreurs relevées, il note, par exemple, les sorties enchaînés dans la cour alors que ce n’était plus vrai de leur temps. Un autre condamné à mort s’est de la même façon senti trahi :

Il y avait la commémoration de l’exécution de Brahimi, une petite réception dans son patelin à Bouira. Boudina, il connaissait pas Brahimi, ni de visage, ni de nom, ni de travail. Le seul qui connaît Brahimi c’est moi ou H. Le jour de l’exécution, je pensais qu’ils venaient pour moi. Je croyais qu’ils venaient pour moi parce qu’on était dans la même affaire. Au début j’avais peur, quand j’ai entendu la porte s’ouvrir, parce que ce sont des portes coulissantes, la grande porte, j’ai compris qu’il y avait quelqu’un qui allait être exécuté. Tout le monde dit c’est moi. Alors, quand ils ont ouvert la porte, Brahimi m’a dit : « embrasse l’Algérie ».

Boudina [lors de la réception], il a pris le micro, il a fait un discours, [et a raconté cette histoire].

Il m’avait invité lors de la commémoration, parce que j’étais avec Brahimi. Je croyais que c’était un homme honnête. Je lis le français. J’ai lu son bouquin, c’est faux de A à Z. Mes enfants ils sont témoins. 

Intervention du fils : Il a volé la parole de mon père [en lui demandant de raconter son histoire et en se la réappropriant ensuite publiquement].

30La technique de récupération employée dans le livre a été poursuivie dans les nombreuses conférences promotionnelles. Outre cet épisode raconté par un ancien compagnon de prison, on relève la surprise de Djillali Semmoud, quand celui-ci a appris que Boudina, lors d’une conférence en mars 2012 à Nîmes, s’était arrogé un rôle dans l’affaire du Prado. La surprise, la déception ont déclenché une offensive de la part de Salah Khalef, celui-ci n’acceptant pas les récits véhiculés au nom des anciens condamnés à mort de Montluc. Pour lui aussi, « c’est un chiffon [le livre de] Boudina. Il met Boukhalfa qui est sorti en mai avec Cheffar qui est arrivé en septembre. Dans la même cellule ! C’est plein de crottes. Je m’excuse du mot. Il a écrit n’importe quoi, et il a été dédicacé par Haroun. Préfacé. Encore ! ». Dans ce conflit, l’historien a semblé être un allié, Salah Khalef me demandant régulièrement de vérifier des informations dans mes propres sources.

31En 2014, le conflit a éclaté au sein de l’Association des anciens condamnés à mort avec des ramifications médiatiques. Les membres du bureau, ceux du Conseil national ainsi que des membres fondateurs de l’Association nationale des anciens condamnés à mort ont retiré leur confiance au président de l’association au nom, selon des propos relayés dans la presse, d’« agissements néfastes qui ont entraîné l’association dans un conflit politique [et qui ont] conduit à l’incendie du siège de cette dernière ». Parmi les « agissements néfastes », il est question de « dilapidation de deniers de l’association et de comptabilité douteuse » et d’incendie volontaire du siège de l’association « dans l’intention de “détruire des preuves de sa mauvaise gestion” ». Dans ce conflit, je reçus une bien curieuse lettre :

Sétif, le 20 décembre 2016

Monsieur Marc,
Je vous ai téléphoné en vous laissant un message sur votre enregistreur. Je sais que votre éducation vous impose de répondre aux gens.
N’ayant pas reçu de réponse, j’ai supposé que vous avez reçu des pressions ou des menaces pour nous éviter. […]
Maintenant, si rien de tout cela n’est vrai. Alors, bien le bonjour et notre grande estime.

  • 45 R. Branche, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ? L’histoire en débats, Paris, Seuil, 2005.

32Si, comme le rappelle Raphaëlle Branche, aujourd’hui, les historiens « ne sont qu’une voix parmi d’autres, ne formant qu’un petit chœur, pas toujours à l’unisson, au sein d’un immense orchestre dans lequel chaque instrument joue sa partition sans se préoccuper du voisin autrement qu’avec le souci de se faire entendre mieux que lui »45, il peut leur être demandé de prendre parti. Inévitablement, à Montluc, les porteurs de mémoires de la seconde guerre mondiale et les porteurs de mémoires algériennes se font face, mais les acteurs sont multiples et eux-mêmes en désaccord. C’est peut-être moins d’un comité d’acteurs que de conseils scientifiques dont Montluc a besoin. Voyons cela de plus près.

« Montluc mémoires multiples »

  • 46 Cela est vrai avec la visite de Mostefa Boudina comme avec celle de la télévision nationale chinoi (...)
  • 47 Dans le cadre d’une convention de partenariat CNRS-Ministère de la culture et de la communication (...)

33À peine le Mémorial ouvert, des voix discordantes sont donc venues interroger la pertinence des choix muséographiques et bousculer l’ordre du discours mémoriel46. Cet écart entre le Mémorial dans sa configuration initiale et les attentes des porteurs de mémoires concurrentes a justement fait, à chaud, l’objet d’une enquête sociologique à laquelle j’ai contribué avant d’être, pour finir, en désaccord47. Évoquer ce projet et, à mes yeux, son impasse, permet non seulement de définir une juste place pour l’historien dans la société des années 2010-2020 mais aussi de proposer une manière de dépasser les affrontements mémoriels.

  • 48 M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », art. cité.
  • 49 C. Michel, M.-T. Têtu, P.-A. Champin, L. Pot, « Stimuler la patrimonialisation socio-culturelle pa (...)
  • 50 A. Battegay, S. Chabani, M.-T. Têtu, « Les devenirs patrimoniaux du centre de rétention d’Arenc et (...)
  • 51 Isabelle Doré-Rivé, « Le comité de pilotage et les équilibres mémoriels » (vidéo 4.1.2), 8 min 24  (...)

34Il s’agissait d’abord, pour les sociologues menant l’enquête, de retracer les jeux d’acteurs qui ont accompagné le processus de patrimonialisation, d’interroger les choix opérés, bref de se demander, en un mot, « qui fait le patrimoine ? »48. Et surtout comment. Cette enquête sur la fabrique du patrimoine décrit comment la patrimonialisation est « le résultat d’une conjonction d’acteurs associatifs, politiques, professionnels : conservatrice, architecte du patrimoine, directeur de prisons, professionnels de lieux de mémoire, représentants d’associations patrimoniales ou mémorielles, président d’université, préfet de région et magistrat »49. Circulant dans les coulisses du pouvoir et interrogeant tous les acteurs impliqués dans la patrimonialisation, les sociologues ont mis au jour un choix de mémoire dans la patrimonialisation de l’ancienne prison, celui de se focaliser sur la période allemande de Montluc. Ce choix apparaît aussi bien du côté des associations – le président de l’Association des rescapés de Montluc refusant toute ouverture sur des périodes autres que celle de la Gestapo, le délégué régional des Fils et filles de déportés juifs estimant que son association se diluerait dans un projet plus vaste – que des autorités publiques et ministérielles, le préfet Gérault défendant la Résistance et Jean Moulin. Quand la directrice du CHRD a évoqué les autres périodes, une fin de non-recevoir a été prononcée : « L’Algérie est vite venue sur le tapis, l’histoire était connue, mais d’emblée, le préfet a dit, soutenu par les associations d’anciens résistants, de déportés juifs : “Non, on ne parle que de la période 1942-1944, on vous concède 1940-1942, la prison de Vichy, mais l’objet de ce Mémorial, c’est la seconde guerre mondiale”. Cela faisait l’objet d’un consensus avec les associations, qui n’étaient que des associations de la seconde guerre mondiale »50. D’ailleurs, la délimitation de la période allemande comme objet mémoriel premier a elle-même suscité des oppositions plus feutrées quant aux détenus à mettre en évidence. Entre les résistants, les déportés juifs, les résistants juifs, les personnalités et les anonymes, les individus ou les groupes (enfants d’Izieu), les femmes et les hommes, les débats ont été vifs, chacun procédant à un décompte des personnes internées à Montluc et à célébrer afin d’arriver à « un équilibre juste »51 dans les mémoires célébrées dans les cellules. Il est alors possible de retrouver l’ancien chef de la Résistance (Jean Moulin), un de ses camarades (Christian Pineau), un otage (Roland de Pury), deux résistants catholiques (Élise Rivet, l’abbé Boursier), un résistant juif (Marc Bloch), un rabbin (Chaïm Dominitz), une famille déportée (la famille Lazar), un évadé (André Devigny), un réfractaire du STO (Roger Goutarel), un opposant à Vichy (Jean de Lattre de Tassigny), les enfants d’Izieu, ainsi qu’André Frossard, Marcel Gompel et Louis Adam. Dans une cellule figure aussi le portrait de Klaus Barbie, détenu à Montluc en 1983, symbole de la justice exercée. De là à discuter de toutes les strates mémorielles, il y avait un pas qui ne pouvait pas, manifestement, être franchi.

  • 52 A. Battegay, S. Chabani, E. Naylor, M.-T. Têtu, « Lieux à mémoires multiples et enjeux d’intercult (...)

35Il s’agissait ensuite pour les sociologues, scientifiquement, de rejoindre les travaux pluridisciplinaires sur les mémoires plurielles en adoptant ici le concept de « lieux à mémoires multiples ». Notion provisoire et imparfaite puisque « tout lieu est à mémoires multiples »52, elle devait désigner « des lieux d’enfermement et de mise à l’écart à histoires et à mémoires multiples, ce qui est souvent le cas des camps, des prisons, des centres de rétention qui ont accueilli, successivement et simultanément, des populations différentes selon les origines nationales ou ethniques, selon leurs parcours spatiaux et sociaux, selon les motifs de leur affectation à ces lieux » (ibid.). Elle devait également permettre de questionner l’idée d’une mémoire nationale exclusive d’autres mémoires, notamment des mémoires peu glorieuses de la nation, et d’infléchir la mise en œuvre d’une mémoire unique dans un haut lieu de la mémoire nationale.

  • 53 M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », art. cité.
  • 54 A. Battegay, S. Chabani, M.-T. Têtu, « Les devenirs patrimoniaux du centre de rétention d’Arenc et (...)
  • 55 M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », art. cité.
  • 56 C. Michel, M.-T. Têtu, P.-A. Champin, L. Pot, « Stimuler la patrimonialisation socio-culturelle pa (...)

36On le voit ici, il s’agissait enfin, pour les enquêteurs, de dépasser le cadre strictement scientifique pour une démarche se voulant civique et politique, une « démarche soucieuse de performer le caractère public de son objet, d’intensifier l’expérience publique à laquelle il est susceptible de donner lieu »53. C’est là que le glissement vers l’affrontement mémoriel est inévitable dans la mesure où il s’agit de mettre en évidence les strates « oubliées », de « contribuer à l’historiographie » et notamment de constituer « une base documentaire sur la période algérienne de l’établissement, en nous centrant sur l’histoire et les mémoires actuelles des indépendantistes algériens condamnés à mort, jugés, détenus à Montluc et guillotinés dans l’enceinte de la prison »54. Cet objectif revendiqué de faire émerger les nouvelles voix discordantes est allé de pair avec le choix d’un mode de restitution spécifique, la création d’une plateforme numérique intitulée Montluc Mémoires Multiples destinée à montrer sur un site internet ce qui est absent in situ. En d’autres mots, « il ne s’agissait […] pas seulement d’observer un public en train de se constituer et d’agir, mais de contribuer à sa visibilité, d’élargir ses contours au-delà des personnes autorisées à en faire partie, de publiciser leurs activités, leurs expériences, leurs perspectives et de les soumettre à la connaissance et au débat »55. Le Mémorial se trouvait ainsi doublé d’un contre-Mémorial virtuel, à la fois histoire de son institutionnalisation et mise en évidence de pages encore absentes du site. En effet, la plateforme numérique pointe des « mémoires marginalisées ou négligées dans l’exposition actuelle du Mémorial », soulève les débats « jusqu’ici confinés aux décideurs et aux “autorisés”, concernant des perspectives différentes sur les histoires et les mémoires du lieu », et élargit les publics (ibid.). À terme, la volonté est celle de modifier « non seulement la dynamique de patrimonialisation d’un lieu mais aussi les dynamiques professionnelles des chercheurs étudiant ce lieu »56.

  • 57 A. Battegay, S. Chabani, E. Naylor, M.-T. Têtu, « Lieux à mémoires multiples et enjeux d’intercult (...)
  • 58 F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’Épuration, ouvr. cité, p. 605.

37Le caractère civique et politique mérite néanmoins d’être interrogé car cette démarche de sociologie action, visant à réorienter des projets mémoriels en cours, bute sur un certain nombre d’écueils. Les sociologues le confessent : ils se sont « invit[és] à telle manifestation », ils ont organisé des manifestations, suscitant crispations et tensions. Il est question dans le rapport final « de démarches délicates et difficiles mais continues auprès des professionnels et institutions qui gèrent le mémorial »57. L’idée avancée à ces difficultés est celle des « missions restrictives confiées à ce mémorial telles qu’elles sont interprétées par les professionnels, en lien avec les conceptions d’État de la mémoire nationale et de la mémoire nationale de la guerre d’Algérie » (ibid.). On repère plutôt ici le déploiement d’un phénomène pourtant bien connu des sociologues : un effet d’imposition. Venus avec une idée arrêtée, ils ont cherché à l’imposer à tous les acteurs rencontrés. Pourtant, comme l’affirment Fabrice Virgili et François Rouquet : « Les discours politiques et leurs fins n’ont pas valeur d’historiographie »58. Reprenons les écueils.

  • 59 A. Battegay, S. Chabani, M.-T. Têtu, « Les devenirs patrimoniaux du centre de rétention d’Arenc et (...)

38Premièrement, l’idée directrice du projet n’a été dévoilée aux acteurs interrogés qu’après sa réalisation et sa publication, masquant l’intention première, lutter contre un silence considéré comme stratégique. Les sociologues estimaient s’être opposés à un déni de la période algérienne autour de Montluc, reprenant la question de l’occultation telle que portée par Mostefa Boudina dans ses interventions publiques (reproduites sur le site) : « Nous avons transformé notre étonnement devant ce genre d’“oubli”, de choix de non-figuration, en questionnement sociologique, pour comprendre “comment on en est arrivé là, à Lyon, en 2010” »59. Alors que le Mémorial a été sauvé grâce à la mémoire de Jean Moulin et que l’ouverture du site a été permise par ce sauvetage d’urgence, la cristallisation autour de « l’oubli » oublie justement la dynamique des recherches en cours, menées tant par le Mémorial que par d’autres acteurs. Comme le disait dès l’origine du projet Jean-Olivier Viout :

  • 60 J.-O. Viout, « Montluc et le devoir de mémoire », Prisons de Lyon. Une histoire manifeste, Bernard (...)

Si la prison de Montluc est d’abord dédiée au souvenir des 9 000 [sic] hommes, femmes et enfants qu’elle a enfermés dans ses murs entre 1943 et 1944, elle ne saurait passer sous silence ni le lieu d’enfermement qu’elle fut avant 1940 pour divers opposants politiques (de Chou En-lai à Habib Bourguiba en passant par d’autres) ni l’établissement pénitentiaire de regroupement régional de divers militants du FLN, auteurs d’infractions liées à la guerre d’Algérie. L’ouverture de l’intégralité des bâtiments permettrait l’évocation de ces pages de l’histoire indivisible de Montluc.60

  • 61 Par exemple : « Lyon reflet de la mémoire judiciaire. Les grands procès des xixe et xxe siècles », (...)
  • 62 C. Carrez, Ugo Iannucci. Des baraques au barreau. Itinéraire d’un fils d’antifasciste italien, Lyo (...)
  • 63 La phrase est inexacte puisque seuls les condamnés à mort algériens sont détenus à Montluc.

39La petite voix de la guerre d’Algérie serpente dès le début de la mise en patrimoine, soulevée entre autres par Ugo Iannucci. Avocat des parties civiles lors du procès Barbie, il porte la mémoire de l’Occupation et des déportations. Ancien responsable de l’Union des étudiants communistes, engagé dans et contre la guerre d’Algérie, il défend aussi une mémoire algérienne : il a fait partie des responsables du meeting contre la guerre d’Algérie qui devait se tenir au théâtre Mourguet et qui a viré à l’affrontement avec les forces d’extrême droite et la police, il a été envoyé deux ans comme appelé en Algérie, d’abord comme combattant, puis, après son refus d’assister à une séance de torture dans une villa d’Alger, comme instituteur dans les gorges de Palestro. Ancien bâtonnier, il a publié un certain nombre de brochures sur la justice d’exception à Lyon, participé à des expositions qui n’omettaient pas de parler de la guillotine à Lyon61. Comme pour lui « la mémoire pour la mémoire, ça ne suffit pas »62, et qu’il faut des lieux chargés de sens où l’on réfléchisse sur de « vraies questions » – dont la plus importante : comment éviter le renouvellement de telles monstruosités, de telles barbaries ? – Montluc, après la maison du docteur Dugoujon et celle d’Izieu, est tôt devenue sa cible mémorielle. Au fil des commémorations – il participe à celles du procès Barbie, en 2007 par exemple – il travaille progressivement à l’émergence d’une mémoire plurielle à Montluc. Faisant partie du comité de pilotage pour la création d’un Mémorial, il est celui qui parvient à faire apposer ces quelques lignes sur le dernier panneau de l’exposition pérenne : « Dans le cadre de la juridiction d’exception mise en place durant la Guerre d’Algérie (1954-1962), le TPFA de Lyon est conduit à juger des partisans de la cause algérienne emprisonnés à Montluc. Certains, condamnés à la peine capitale, y sont alors exécutés, d’autres purgent des peines d’emprisonnement ou de travaux forcés »63. Ces lignes ont eu le mérite d’exister, même si elles n’ont, ensuite, satisfait personne.

  • 64 M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 103.
  • 65 Cité par P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 515. Pour M. Halbwachs (...)

40Deuxièmement, si la chronique de la patrimonialisation renseigne sur les choix cachés, le jeu sur l’oubli oblige à reprendre la langue employée par ceux qui s’agitent dans les luttes mémorielles. Or, comme le rappelle Michel de Certeau, l’opération historique consiste en autre chose : « Ce n’est pas seulement faire parler ces “immenses secteurs dormants de la documentation”, et donner la voix à un silence, ou son effectivité à un possible. C’est changer quelque chose, qui avait son statut et son rôle, en une autre chose qui fonctionne différemment »64. Reprendre le vocabulaire des activistes de la mémoire amplifie le conflit mémoriel qu’on estime analyser au lieu de l’apaiser. Par ailleurs, « on n’oublie rien », comme le rappelle à juste titre un autre sociologue, Maurice Halbwachs65, qui invite à proposer une autre manière d’étudier les mémoires à l’œuvre à Montluc.

  • 66 R. Branche, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, ouvr. cité, p. 72.

41Troisièmement, l’apport historiographique de la démarche consistait à filmer l’historien évoquant son champ de spécialisation : il m’était demandé d’expliquer mon enquête (méthodologie et sources) sur la strate algérienne de la prison et l’apport de mes travaux sur la guerre d’Algérie à Lyon, de présenter des parcours de détenus algériens à Montluc et de fournir des documents. L’idée d’urgence sociologique à stimuler l’historiographie masque non seulement les recherches qui se font dans l’ombre pendant des années, mais aussi l’éthique du scientifique qui consiste à se mettre distance et à prendre du temps. Comme le rappelle Raphaëlle Branche, « le traitement médiatique de l’information oblige à une mise en scène fort éloignée du travail des historiens pour qui la recherche sur le passé se développe bien mieux dans la pénombre laborieuse d’une salle d’archives que sous des projecteurs pressés »66. L’historien est devenu une source pour des sociologues moins soucieux de connaître l’histoire longue et complexe de la prison que de pointer les différents acteurs impliqués dans l’écriture d’une histoire dite « oubliée ».

  • 67 En janvier-février 2022, le projet de refonte du Mémorial porté par la secrétaire d’État auprès de (...)

42Ce projet illustre la puissance des conflits mémoriels qui parviennent à infléchir un discours scientifique, le sentiment d’urgence qui pousse à publier vite pour coller à l’actualité, la place de l’historien dans une « époque-mémoire », encouragé à se faire pourvoyeur de matière première pour une histoire mobilisée dans la logique de la compétition mémorielle. À la place d’un comité des sages ou d’un comité d’acteurs, c’est peut-être d’un véritable conseil scientifique dont on a besoin à Montluc, lequel s’appuierait sur des connaissances toujours en cours d’acquisition. Le conseil scientifique monté dès 2010, qui ne s’est réuni qu’une fois, a été démantelé du fait des démissions en chaîne, tant des spécialistes de la seconde guerre mondiale que de ceux de la guerre d’Algérie : il apparaissait qu’il n’était scientifique que de nom puisque rassemblant des représentants d’associations, des personnalités, des délégués politiques et quelques historiens. Or, ces derniers ne cherchent pas à apporter un écho supplémentaire mais, justement, à le décortiquer alors que les conflits ne cessent de rejaillir67.

Le travail de l’histoire

  • 68 A. Yung-de Prévaux, Un amour dans la tempête de l’histoire. Jacques et Lotka de Prévaux, Paris, Éd (...)

43La connaissance historique se renouvelle sans arrêt depuis plusieurs dizaines d’années, dans les salles de lecture des archives et les salles de soutenance des universités. Depuis le procès Barbie, et alors que l’on pensait l’histoire envasée, de nombreux témoignages sont devenus plus audibles et de multiples travaux sont venus enrichir nos connaissances sur Montluc tant sur la seconde guerre mondiale que sur la guerre d’Algérie. Le procès a libéré des paroles reconnues, des témoignages, étouffés ou livrés auparavant dans le secret des confidences, ont pu trouver leur mise en récit. On ne compte plus les ouvrages de toutes sortes dans lesquels la trajectoire d’un ancien détenu est retracée. Le plus saisissant est sans doute celui d’Aude Yung-de Prévaux qui, jeune étudiante travaillant un mémoire sur le « dualisme cathare » à la Bibliothèque nationale de France, apprit par un lecteur plus âgé ayant vu son nom à la dérobée qu’elle ressemblait à s’y méprendre à deux résistants fusillés par les Allemands, Lotka et Jacques Trolley de Prévaux. Sonnée, elle enquêta et découvrit qu’elle avait été adoptée par son oncle en 1944, qu’elle était fille de ce couple engagé dans un réseau franco-polonais, arrêté le 29 mars 1944 par la Gestapo, emprisonné à Montluc, mis au secret, torturé puis fusillé à la veille de la Libération68. Autre exemple, dans L’avenir dure longtemps, Louis Althusser narre ainsi sa rencontre avec son épouse :

  • 69 L. Althusser, L’avenir dure longtemps (1992), Paris, Stock/IMEC, 2007.

Quand j’appris à la connaître, en 1946, je découvris très vite que non seulement elle avait perdu tous ses amis, dont un prêtre extraordinaire, le père Larue, qu’elle avait connu et aimé d’un grand amour à Lyon, dans la Résistance, et qui mourut fusillé par les nazis à Montluc dans les tout derniers jours de 1944, alors qu’une opération audacieuse des Corps francs, mais qui fut interdite par le Parti et le commissaire de la République à Lyon, Yves Farge, nommé par de Gaulle, aurait pu le libérer, et avec lui tous les prisonniers de Montluc. Toute sa vie Hélène devait se reprocher, comme si elle en avait été fautive, de n’avoir pas su convaincre les responsables d’intervenir à temps pour tenter de libérer les résistants, otages des nazis à Montluc.69

  • 70 Récit repris dans C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944)  (...)
  • 71 H. Rousso, La dernière catastrophe, ouvr. cité, p. 227.

44Des témoignages ont également été délivrés comme celui de Charles Spitz qui publie le sien seulement en 1988, alors qu’il l’avait rédigé au sortir même de la guerre. La raison en est expliquée dans la préface de l’historien Raymond Ruffin : entamant une recherche sur la « Résistance PTT », il rencontrait Charles Spitz, inspecteur des PTT durant la guerre, qui lui remettait alors un manuscrit conservé à l’abri des regards pendant quarante ans et « originellement destiné à laisser une trace à ses enfants »70. Enfin, des témoins ont pu s’ériger en garants de la vérité. Et à Henry Rousso d’évoquer dans son ouvrage Renée David, ancienne internée de Montluc, qui commentait tous les travaux de l’Institut d’histoire du temps présent71.

  • 72 C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944) », mémoire cité, p (...)
  • 73 ADR, 3335W21-30. « Fichier Montluc ».
  • 74 ADR, Fonds 31, J. Ruby.
  • 75 C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944) », mémoire cité, p (...)
  • 76 Ces deux exemples sont extraits de C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre (...)
  • 77 Marc Bloch a été exclu de la fonction publique en application de la loi d’octobre 1940 visant les (...)
  • 78 C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944) », mémoire cité, p (...)
  • 79 Par exemple : B. Permezel, Victimes de l’occupation à Lyon et alentour, 81 monuments, 11 parcours, (...)

45L’histoire de la justice et de l’enfermement durant la seconde guerre mondiale en général, et de Montluc en particulier, n’ont cessé de s’approfondir avec le temps. Les premiers travaux sur Montluc sont des mémoires universitaires qui cernent principalement la période de l’occupation allemande. C’est le cas avec celui de Claire Vieillard, datant de 2002, qui se demande : « Quoi de plus caractéristique qu’une prison vichyste située dans la zone libre, dirigée par des Allemands, qui plus est, située dans la “capitale de la Résistance” ? »72. Telle est la première tentative universitaire de rassembler des sources pour étudier la période allemande, à travers le « fichier Montluc » comprenant 8 970 dossiers de détenus classés en différentes catégories (« Montluc », « Fusillés et disparus », « Déportés », « Libérés et rapatriés », « Sans nouvelles »73), le fonds Ruby, comprenant plusieurs témoignages inédits74, mais aussi de nombreux témoignages publiés ou oraux. Claire Vieillard a pu, dans ce mémoire, grâce à une analyse méthodique des chiffres, démontrer que Montluc était avant tout une « prison de passage »75, puisque près de 60 % des détenus avaient été déportés ou fusillés et qu’elle était sous la coupe réglée des Allemands. Les seules entrées françaises dans la prison étaient celles de la police venant récupérer des cadavres. Par exemple, c’est la police française qui a été chargée de récupérer le corps de Jules Cros, commissaire de police responsable d’évasions dans les locaux de la police judiciaire, mort de faim à Montluc des suites de ses tortures. Autre exemple, c’est la police française qui vient relever le corps de Léontine Dreyfus morte de « cause naturelle » selon les autorités allemandes, d’une balle dans la nuque d’après l’autopsie76. Claire Vieillard a également su proposer une analyse spatiale des différentes conditions de détention selon que les détenus se trouvaient dans le réfectoire, dans l’atelier, dans la « baraque aux Juifs » ou dans les cellules. Elle démontre ainsi les modestes privilèges du premier espace (tinettes à l’extérieur, présence d’un robinet, meilleur accès au repas) et les souffrances aggravées des deux autres du fait de la surpopulation. Une typologie des détenus, selon les âges, le sexe, le métier, les nationalités, est également esquissée tout se concentrant davantage sur les « grands hommes » dont Jean Moulin, Jean de Lattre de Tassigny, ou encore Marc Bloch que l’on découvre anonyme parmi les centaines de détenus entassés dans la « baraque aux Juifs » : aucun témoin n’a évoqué le passage du médiéviste, peut-être parce qu’il n’était pas originaire de la région, sans doute parce qu’il était affaibli par sa détention77. Les micro-résistances sont décrites, depuis l’écriture de courriers jusqu’à l’évasion d’André Devigny, tout en rappelant que la confrontation des sources s’impose pour déjouer le maquillage de meurtres par les nazis. Quand Alfred Eszinazic, détenu juif, est abattu le 21 juillet 1943, ou quand Arthur Weiland est tué le 15 décembre 1943, les autorités allemandes maquillent sûrement des exécutions sommaires en tentatives d’évasion78. Enfin, le mémoire se penche sur le « vivier d’otages » qu’a constitué Montluc, en reprenant toutes les extractions de détenus et leurs exécutions dans l’agglomération lyonnaise, notamment entre juin et août 1944, mais aussi les travaux forcés imposés aux Juifs. Ainsi, à côté des productions de l’Association des rescapés de Montluc79, un premier travail universitaire a pu apporter de nombreuses précisions sur la période allemande de la prison lyonnaise. Il a servi à renforcer la muséographie du Mémorial orienté sur la période allemande et a imposé une lecture par strates de l’histoire de la prison, avec un « premier Montluc » (Vichy) suivi d’un second (Occupation), à charge pour d’autres historiens d’analyser les autres strates.

  • 80 Y. Coste, « Les interactions sociales au sein de la prison militaire de Montluc, 1939-1944 », Mémo (...)
  • 81 Ainsi, un premier article sur les avocats lyonnais permettait une entrée dans le tribunal militair (...)
  • 82 M. André, « Les groupes de choc du FLN. Particularités de la guerre d’indépendance algérienne en m (...)
  • 83 Marc André, « Les Algériens face à la peine de mort », La peine de mort à Lyon, R. Vial dir., Lyon (...)
  • 84 Marc André, Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation, Lyon, ENS (...)
  • 85 Marc André, « Les Algériens à Montluc. Militarisation de la répression en France durant la guerre (...)

46Dans le sillage de ce premier travail universitaire, d’autres travaux ont été entrepris sur les différentes périodes de l’occupation de Montluc, notamment sur les premières années de la guerre. En effet, grâce à la découverte de nouveaux cartons aux archives de la Défense à Vincennes, Yoann Coste et Sylvain Philippon ont pu approfondir les connaissances de la prison sous Vichy, sur les interactions sociales entre les détenus, les mutineries dont celle du 1er janvier 1941 ou encore la place centrale des communistes80. D’autres travaux ont commencé à se focaliser sur la période algérienne. Cela a pu concerner d’abord les avocats du FLN81, puis j’ai suivi un certain nombre de pistes de recherches qui, toutes, m’ont conduit à Montluc : cela est vrai d’une étude sur les groupes de choc du FLN82, d’une autre sur la peine de mort83 ou encore de celle sur les femmes algériennes84. Après une synthèse sur « les Algériens à Montluc »85, il importait d’écouter les archives, de les lire à rebrousse-poil ou, tout simplement, dans leurs infinis détails. Il importait de saisir ces multiples « nœuds de mémoires » qui constituent le site. Plutôt qu’un Mémorial, l’idée d’un Historial est apparue comme la voie la plus sûre pour transformer cette prison aux multiples résonances devenue une chambre d’échos où chacun a tendance à se replier dans sa clôture identitaire pour n’écouter que sa propre voix. En attendant, le site est aujourd’hui ouvert, propice à de multiples lectures.

Ouvertures, fermetures

47À Montluc, aujourd’hui, on déambule, on se promène, seul, en groupe, avec ou sans guide, de manière dispersée tout au long de l’année ou agglutinés lors des Journées du patrimoine. Il est possible de parcourir les panneaux de l’exposition permanente ou ceux des expositions temporaires, de vagabonder pour se laisser imprégner des lieux, d’assister à des projections de films, dont Un condamné à mort s’est échappé de Robert Bresson et L’Armée des ombres de Jean-Pierre Melville, qui reviennent en boucle sur un écran géant gonflé dans la cour de la prison. Il est également possible de se mêler à des expériences artistiques, Montluc participant à la « Fête des Lumières » et recevant en résidence des artistes. Il est enfin possible d’accompagner des scolaires qui viennent retrouver des parcours de prisonniers et entrer, par ce biais, dans une histoire que l’on estime plus palpable. Chaque année, un prix est d’ailleurs attribué à des travaux réalisés par des collégiens sur la prison, la guerre, les déportations, la Résistance. On y vient que l’on soit élève accompagné, touriste, historien, citoyen avisé, simple curieux. Les anciens détenus et, plus largement, les anciens acteurs de la prison (gardiens, visiteurs, avocats, etc.) peuvent revenir, suivant en cela différentes motivations depuis le désir de transmettre à celui de ressentir. Un nouveau mélange de visiteurs, libres cette fois, se croise à Montluc, porteurs d’histoires diverses (mémoires de la prison allemande, de l’épuration, de la guerre d’Algérie, de l’armée des années 1960-1970, de l’incarcération des femmes des années 2000, etc.). Tous recherchent un fragment de leur histoire, tous ont leur objectif de visite.

  • 86 S. Grimaldi, « À quoi sert un Mémorial ? », Mémoire et mémorialisation, vol. 1, De l’absence à la (...)

48Il y a d’abord ceux qui viennent témoigner. Les anciens détenus de la prison allemande, comme les anciens avocats, ont été parmi les premiers invités à venir témoigner in situ. Officiellement, ils doivent parler de cette période puisque le site a été patrimonialisé pour sa place dans la seconde guerre mondiale. Telle est la vocation d’un Mémorial, terme rarement défini : explication, pédagogie et médiation de l’histoire86. Mais, ce faisant et parce que les acteurs, dont les avocats, ont pu connaître différentes périodes de la prison, ils peuvent également glisser des éléments sur la mémoire honteuse portée par l’établissement. Emma Gounot a assuré bon nombre de visites pour évoquer son rôle, tant durant la seconde guerre mondiale que durant l’épuration et la guerre d’indépendance. Georges Cochet est également revenu pour retrouver les cellules de ses clients, celle de Pierre Grand comme celle d’Ahcène Aït-Rabah. Bien des témoins deviennent des témoins professionnels, invités pour chaque commémoration, pour chaque atelier scolaire. Le discours est alors travaillé, ménageant ses effets, ses suspens, ses frissons, ses leçons. D’autres détenus reviennent, plus discrètement, livrer leur témoignage devant un groupe choisi. Pierre Renoux a par exemple accompagné une classe de la Drôme pour évoquer un autre passage de prisonniers, celui des communistes et pacifistes refusant tant la guerre d’Indochine que la guerre d’Algérie. Le témoignage, livré une seule fois, a été brut, mélangeant parfois les prisons Saint-Paul et Montluc : les souvenirs de la prison remontaient directement devant les élèves.

49Viennent ensuite ceux qui souhaitent, dans un esprit toujours militant, modifier la muséographie du site. Parmi eux, Jean Clavel a, par exemple, préparé sa visite en 2015 avec les membres de son association Agir contre le colonialisme aujourd’hui, dont la présidence d’honneur revenait à Henri Alleg et la présidence effective à Alban Liechti, et dont le but consiste à dénoncer les falsifications historiques et à combattre le colonialisme sous ses nouvelles formes. Profitant d’une conférence de l’association à Lyon, il a souhaité visiter Montluc, non dans l’esprit d’un pèlerinage, mais, au contraire, avec l’envie de faire ajouter quelques lignes sur les panneaux de l’exposition temporaire : « J’y suis retourné à la demande de camarades algériens qui m’avaient dit qu’il faudrait compléter, qu’il faudrait mettre [les noms] des patriotes algériens guillotinés ». La prison étant fermée le jour de la visite programmée, les quelques lignes n’ont pas été ajoutées et Jean Clavel a surtout pu constater à quel point l’environnement de la prison, qu’il voyait de sa lucarne, avait changé.

50D’autres encore visitent la prison sans laisser de trace pour revoir leur cellule ou celle d’un proche. Blaise de Pury a ainsi assisté à une projection du film de Robert Bresson dans lequel il peut voir, à travers l’acteur jouant le pasteur, l’ombre de son père se mouvoir entre les murs de la prison. La fille d’un condamné à mort algérien a souhaité s’y rendre tout en manifestant des doutes sur les conséquences que cela pourrait avoir dans les remontées de la mémoire, et en préférant me demander de l’accompagner. Le jour d’une autre de mes visites, une femme déambulait avec sa fille pour lui montrer la cellule où elle avait été incarcérée dans les années 2000, « parce qu’elle n’avait pas été sage ». D’anciens gardiens sont également revenus montrer leur lieu de travail à leur famille.

51D’autres enfin refusent d’y retourner. Jacques Millet, par exemple, fut invité par son épouse lors de notre entretien à revenir à Lyon, à participer aux réunions de l’Association des réfractaires à la guerre d’Algérie et à visiter la prison, avant de me chuchoter à l’oreille : « il ne faut pas qu’on en parle trop fort, sinon elle va m’obliger à y aller (rire) ». L’esprit libre et anarchiste n’invite pas à retourner sur les traces du passé et nombreux sont les témoins interrogés lors de l’enquête qui n’avaient pas manifesté le désir de revisiter le lieu de leur longue attente.

  • 87 « Ernest Pignon-Ernest, l’Histoire retrouvée », La République de l’art, 25 janvier 2014.

52Outre les visiteurs, les scolaires, les anciens détenus, d’autres acteurs investissent les lieux. Relions dans un même ensemble les prisonniers, les artistes et les historiens : on dit souvent que les artistes sont les plus proches des prisonniers et que les historiens sont aussi des artistes. Or, des artistes se sont emparés des trajectoires multiples des prisonniers de Montluc et leurs intuitions interrogent les historiens. En 2012, Ernest Pignon-Ernest est invité à investir la prison Saint-Paul promise à une réhabilitation et à une reconversion en antenne de l’université catholique de Lyon. Il s’empare de l’histoire : « Avant que la transformation des lieux en campus ne provoque une amnésie collective, j’ai tenté d’y réinscrire par l’image le souvenir singulier d’hommes et de femmes, célèbres ou inconnus, qui y ont été torturés ou exécutés. Dans différents couloirs, cellules, cours, je me suis efforcé d’inscrire leur visage, leur corps, d’y introduire le signe de l’humain »87. Mais il le fait en artiste facilitant les collisions mémorielles. Lors de la déambulation, on observe ainsi des linceuls suspendus, des corps humains alignés dans la cour, des bouteilles en plastique transformées en yoyos peintes sur les murs, mais aussi des silhouettes parfaitement reconnaissables : ce sont, ici, Émile Bertrand, membre du groupe de résistance Guy Môquet dans le secteur Vaulx-en-Velin – Décines – Chapieu, guillotiné le 3 novembre 1943 à la prison Saint-Paul, là, Max Barel, résistant communiste, arrêté par la Gestapo le 6 juillet 1944 et mort sous la torture le 11 juillet, mais aussi Marc Bloch, interné à Montluc avant d’être fusillé le 16 juin 1944, ou encore Ahmed Cherchari, militant du FLN guillotiné le 23 février 1960 à Montluc. En juxtaposant dans un même espace carcéral l’historien résistant et le militant algérien condamné à mort, rapprochement que le médiéviste n’aurait sans doute pas contesté, Ernest Pignon-Ernest favorise une lecture complexe des mémoires et histoires de résistances en prison ou en dehors.

Figure 103. Ernest Pignon-Ernest, Émile Bertrand (1920-1943), Marc Bloch (1886-1944), Ahmed Cherchari (1930-1960), Max Barel (1913-1944), Dessins à la pierre noire, prison Saint-Paul, septembre 2012

Figure 103. Ernest Pignon-Ernest, Émile Bertrand (1920-1943), Marc Bloch (1886-1944), Ahmed Cherchari (1930-1960), Max Barel (1913-1944), Dessins à la pierre noire, prison Saint-Paul, septembre 2012

Sources : © Ernest Pignon-Ernest ; a) © Julien Adelaere ; b) et d) © Galerie Lelong – Ernest Pignon-Ernest ; c) Pierre Verrier, collection CHRD – Ville de Lyon

53En 2016, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine organisées autour du thème « Patrimoine et citoyenneté », le designer Ruedi Baur et son épouse Vera, sociologue, ont été invités par le Mémorial et l’association Les ouvriers qualifiés à faire de Montluc leur résidence d’artistes en réfléchissant au monde de l’enfermement. Leur œuvre porte « sur la transmission de l’histoire d’un lieu de mémoire complexe »88 et est exposée, dans tout l’espace de la prison, sous la forme de 1 500 questions écrites sur des petits carrés de bois jaune. Ils interrogent à la fois l’histoire de la prison et son devenir patrimonial. C’est ainsi que, parmi les nombreuses questions, on relève : « Cette défense essayait-elle de créer le lien entre les victimes du nazisme et celles de la colonisation ? », « Pourquoi maître Vergès, avocat de l’accusé Klaus Barbie, commençait-il son plaidoyer sur l’Afrique ? », « Est-il pertinent de comparer les époques ? ». Autant de questions qui se posent et qu’on a travaillées également dans ce livre en historien. Le lieu pose question.

Figure 104. Installation artistique dans les couloirs du Mémorial de Montluc par Ruedi et Vera Baur, septembre 2016

Figure 104. Installation artistique dans les couloirs du Mémorial de Montluc par Ruedi et Vera Baur, septembre 2016

Source : « Ruedi Baur et Vera Baur résidents de la prison de Montluc à Lyon », Chroniques d’architectures, 20 septembre 2016. © Ruedi et Vera Baur ; Photo Frédéric Bellay

54Nicolas Daubanes, invité également en résidence en 2018, a développé un projet artistique de plus en plus englobant à partir de la matérialité même de la prison. Il ne s’est pas arrêté sur une strate particulière de la prison mais sur des éléments si présents qu’ils en devenaient invisibles. Le sol des couloirs de la détention, foulé par tous les détenus du vingtième siècle, a fait naître une œuvre intitulée Calepinage qui s’est ensuite exportée dans d’autres lieux d’exposition. Les graffitis des cellules, inscrits par des détenus singuliers mais vus ensuite par tous ceux qui leur succèdent au même endroit, ont été extraits et projetés sur les murs de la prison sans souci de la dignité ou l’indignité du graveur. Les néons rouges reprennent le calendrier des jours d’un détenu d’octobre 1944, soit forcément un ancien collaborateur. Les mots, ceux de la torture, sont inscrits sur des porcelaines éclatées, le morcellement violent permettant de saisir des bribes de tortures qui pourraient être celles de différents détenus, de différentes guerres. Finalement, invité à exposer à la biennale de Lyon en 2022, Nicolas Daubanes décide de reconstituer le tribunal militaire grandeur nature et de laisser s’exprimer les voix du passé, dont celles des Algériens et de leurs compagnons ou compagnes de lutte. L’artiste et l’historien travaillent alors de concert pour que la précision scientifique rencontre la liberté artistique. Au final, l’espace anciennement carcéral devient une caisse de résonance au sens plein du terme, loin des fragmentations et instrumentalisations mémorielles.

Figure 105. Nicolas Daubanes, Calepinage, prison militaire de Montluc à Lyon

Figure 105. Nicolas Daubanes, Calepinage, prison militaire de Montluc à Lyon

Source : sérigraphies sur Rivoli 300g, 210 éléments, 2018. Vue de l’exposition « S’ils avaient pu, ils auraient emporté la lumière et l’eau », La Halle, Pont-en-Royans, 2019. © Nicolas Daubanes ; Photo Phoebe Meyer

  • 89 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, ouvr. cité, p. 512.

55Toutes ces visites, souhaitées, acceptées, motivées, refusées, montrent à quel point la prison devenue Mémorial est aujourd’hui un théâtre d’ombres ouvert sur la cité, à quel point elle interroge. Pour les groupes de mémoires de la seconde guerre mondiale, l’ouverture de Montluc devait avoir pour mission, pour reprendre les termes de Paul Ricœur, d’offrir une « acculturation à l’extériorité » ou, pour le dire autrement, à l’altérité : « cette acculturation est celle d’une familiarisation progressive avec le non familier, avec l’inquiétante étrangeté du passé historique »89. Toutefois le « devoir de mémoire » porté par ces associations ressemble étrangement à un devoir de mémoire troué, partiel, partial. Au contraire, pour tous les visiteurs d’aujourd’hui, tous porteurs d’une histoire singulière dont un fragment peut être retrouvé dans la prison, il est possible d’y voir un véritable kaléidoscope. Il est sans doute préférable de retrouver le sens des luttes des années 1950 où, par-delà les spécificités de chaque histoire, un horizon commun était recherché. Il y va de la fidélité au passé.

Notes

1 F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.

2 H. Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012, p. 23.

3 P. Joutard, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, p. 185.

4 H. Rousso, La dernière catastrophe, ouvr. cité, p. 18.

5 M. Rothberg, Yale French Studies, n118-119 : « Nœuds de mémoire: Multidirectional Memory in Postwar French and Francophone Culture », 2010.

6 P. Joutard, Histoire et mémoires, ouvr. cité, p. 189.

7 Cette mémoire de l’empire est totalement absente du projet de P. Nora : T. Judt, « À la recherche du temps perdu », The New York Review of Books, vol. XLV, no 19, 1998.

8 Le Progrès, 29 janvier 2006.

9 H. Rousso, Le dossier de Lyon III. Le rapport sur le racisme et le négationnisme à l’université Jean-Moulin, Paris, Fayard, 2004.

10 D’après l’étude consultable en ligne : [www.slhp-raa.fr/progs/UploadPci/fresque_jean_moulin.pdf].

11 Cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc par la Gestapo de Lyon (octobre 1944-octobre 2019). Contribution à l’histoire de l’Association des rescapés de Montluc, Lyon, ARM, 2019, p. 29. Il faudra du temps pour que le chiffre de 10 000 détenus (environ) à Montluc se stabilise, d’où le flottement dans plusieurs citations reprises dans ce chapitre. Quant au chiffre de 7 000 tués, il est là aussi excessif.

12 Dès le 22 mai 2000, date de la première visite, quelques anciennes et anciens internés dont Suzanne Mondamey, Paule Ducloux-Gagneur, Andrée Paysan-Rivière, trois anciennes déportées, ou encore Andrée Gaillard (détenue à l’âge de 8 ans) peuvent se recueillir dans ce qui fut leur lieu de détention : B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 42.

13 Le Progrès, 25 août 2000, et B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité.

14 Lettre du ministère de la Justice adressée au premier adjoint au maire de Lyon, le 8 février 2001, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 44.

15 Selon Marie Bardisa, conservatrice des monuments historiques de la DRAC, « Les prémices 1994-2004 : l’association des rescapés et le procès Barbie » (vidéo 1.1.1), 9 min 24 s. En ligne : [http://www.patrimonum.fr/montluc/].

16 Courrier de l’ARM aux têtes de listes, le 17 février 2001, cité par Bruno Permezel, Au service de la mémoire, ouvr. cité, p. 44.

17 Courrier de Gérard Collomb, août 2001, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 44.

18 Lettre du 9 mars 2001, citée par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 46.

19 Courrier du 22 février 2001, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 44.

20 B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 55.

21 Cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 47.

22 Texte du Manifeste rédigé en mars 2002, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 47. Jean de Lattre de Tassigny a été emprisonné sous Vichy dans le pavillon des officiers et non au sein du bâtiment cellulaire. Ce sont par ailleurs près de 10 000 personnes, comme on l’a dit, qui ont été détenues à Montluc.

23 Propos de Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne Rhône-Alpes, préfet du Rhône, dans B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, « Préface ».

24 Bulletin de l’ARM n28, mars 1947, cité par B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 20.

25 Sur la fermeture des prisons lyonnaises et leur mise en patrimoine : Monumental. Revue scientifique et technique des monuments historiques, no 2 : « Le patrimoine de l’enfermement », 2018, p. 28-33.

26 Depuis les années 2000, un groupe de chercheurs, animé notamment par J.-C. Vimont, œuvrait pour la conservation des sites carcéraux. Cela s’est concrétisé, par exemple, par un manifeste publié à l’occasion des Journées du patrimoine du 18 septembre 2014 dans Libération sous le titre : « Les prisons font aussi partie de notre patrimoine » : Monumental. Revue scientifique et technique des monuments historiques, no 2 : « Le patrimoine de l’enfermement », 2018, p. 18.

27 « Le pilotage par le préfet de la sauvegarde de Montluc 2007-2010 » (vidéo 1.1.3), 7 min 23 s ; et « Un mémorial centré sur la période 1943/1944 et la mise en place du Comité de pilotage en 2008 » (vidéo 1.1.4), 8 min 24 s. En ligne : [http://www.patrimonum.fr/montluc/].

28 « Les débats autour de l’inscription, du périmètre et de l’arrêté de protection 2008-2009 » (vidéo 1.1.6), 16 min 59 s. En ligne : [http://www.patrimonum.fr/montluc/]. Une partie du site est vendu à l’université Jean-Moulin Lyon 3. Au début du projet, l’université devait détruire une partie de la prison pour construire des logements étudiants. Après une visite sur site, et la découverte de l’internement des enfants d’Izieu dans un atelier promis à la démolition, le président promet de ne pas toucher aux bâtiments. En 2013, l’intégrité du site est validée.

29 M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », EspacesTemps.net, Association Espaces Temps.net, juillet 2015. En ligne : [https://www.espacestemps.net/articles/de-la-prison-montluc-au-memorial-et-apres/].

30 Marie Bardisa, « Restaurer un site dégradé et transformé pour retrouver l’ambiance des années 1940 » (vidéo 1.3.1), 7 min 24 s. En ligne : [http://www.patrimonum.fr/montluc/].

31 Selon Isabelle Doré-Rivé, directrice du CHRD : « Préserver, restaurer, exposer dans l’urgence » (vidéo 1.3.2), 10 min 18 s. En ligne : [http://www.patrimonum.fr/montluc/].

32 Sur ce type de débats : Monumental. Revue scientifique et technique des monuments historiques, no 2 : « Le patrimoine de l’enfermement », 2018, p. 20 et 24. Le tracé aujourd’hui ne se superpose pas à l’emplacement exact, plus loin des bâtiments cellulaires.

33 Pour lire le discours d’inauguration : [http://patrimoinecarceral.blogspot.com/2010/11/le-memorial-au-fort-montluc-lyon.html].

34 Par exemple Montluc : 1943-1944, 24 paroles d’internés par la Gestapo, réalisé par Guillaume Descave, co-produit et financé par l’ARM.

35 B. Permezel, Au service de la mémoire de tous les internés à Montluc, ouvr. cité, p. 88.

36 A. Haroun, Préface à M. Boudina, Rescapé de la guillotine, Rouiba, Anep, 2010, p. 7-8.

37 Il est écrit, dans le livre de M. Lachtar, La guillotine, Paris, Maspero, 1962, p. 6 : « À mi-chemin, un gardien croit bon de m’informer : “C’est à cet endroit qu’on te coupera la cabèche”. J’espère que tu seras présent, sinon je t’inviterai à titre personnel ».

38 DHL, 9 juin 1960.

39 DHL, 11 juin 1960.

40 DHL, 2 juillet 1960.

41 DHL, 9 juin 1960.

42 Il y a néanmoins des confusions sur ce livre car, dans le film Retour à Montluc, Boudina dit que le premier livre qu’il a lu en prison est La Vingt-cinquième Heure de l’écrivain roumain Virgil Gheorghiu, publié en 1949.

43 M. Zaoui, Retour à Montluc, 2013, 49 min 30 s.

44 Sur le parcours d’Hélène Berthaud : [https://www.memorial-montluc.fr/fileadmin/user_upload/memorial_national_prison_montluc/Parcours_biographiques/BERTHAUD_Helene.pdf].

45 R. Branche, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ? L’histoire en débats, Paris, Seuil, 2005.

46 Cela est vrai avec la visite de Mostefa Boudina comme avec celle de la télévision nationale chinoise « qui souhaitait réaliser un reportage sur les lieux où ont été internés avant d’être expulsés 104 étudiants-travailleurs chinois en 1921, parmi lesquels un dénommé Chen Yi, futur maréchal de Chine et ministre des Affaires étrangères » : M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », art. cité.

47 Dans le cadre d’une convention de partenariat CNRS-Ministère de la culture et de la communication dans le cadre de l’appel à projets de recherches PIIP 2011 « Pratiques interculturelles dans les institutions patrimoniales ».

48 M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », art. cité.

49 C. Michel, M.-T. Têtu, P.-A. Champin, L. Pot, « Stimuler la patrimonialisation socio-culturelle par des plateformes du web. Étude de cas du site lyonnais de Montluc », Les Cahiers du numérique, vol. 12, 2016/3, p. 38.

50 A. Battegay, S. Chabani, M.-T. Têtu, « Les devenirs patrimoniaux du centre de rétention d’Arenc et de la prison de Montluc », dans Hélène Hatzfeld, Regards décalés sur des patrimoines silencieux, Paris, Ateliers Henry Dougier (Le changement est dans l’R !), 2015, p. 37.

51 Isabelle Doré-Rivé, « Le comité de pilotage et les équilibres mémoriels » (vidéo 4.1.2), 8 min 24 s. En ligne : [http://www.patrimonum.fr/montluc/].

52 A. Battegay, S. Chabani, E. Naylor, M.-T. Têtu, « Lieux à mémoires multiples et enjeux d’interculturalité » : le cas de deux lieux en cours de patrimonialisation : la prison Montluc (Lyon) et le centre de rétention d’Arenc (Marseille), Rapport final de recherche, 2014, p. 32.

53 M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », art. cité.

54 A. Battegay, S. Chabani, M.-T. Têtu, « Les devenirs patrimoniaux du centre de rétention d’Arenc et de la prison de Montluc », art. cité, p. 33.

55 M.-T. Têtu-Delage, « De la prison Montluc au Mémorial, et après… », art. cité.

56 C. Michel, M.-T. Têtu, P.-A. Champin, L. Pot, « Stimuler la patrimonialisation socio-culturelle par des plateformes du web. Étude de cas du site lyonnais de Montluc », art. cité, p. 32.

57 A. Battegay, S. Chabani, E. Naylor, M.-T. Têtu, « Lieux à mémoires multiples et enjeux d’interculturalité », rapport cité, p. 13.

58 F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’Épuration, ouvr. cité, p. 605.

59 A. Battegay, S. Chabani, M.-T. Têtu, « Les devenirs patrimoniaux du centre de rétention d’Arenc et de la prison de Montluc », art. cité, p. 33.

60 J.-O. Viout, « Montluc et le devoir de mémoire », Prisons de Lyon. Une histoire manifeste, Bernard Bolze dir., Lyon, Lieux Dits, 2013, p. 209.

61 Par exemple : « Lyon reflet de la mémoire judiciaire. Les grands procès des xixe et xxe siècles », catalogue de l’exposition qui s’est déroulée du 12 janvier au 4 mars 2006 à la Galerie des Terreaux.

62 C. Carrez, Ugo Iannucci. Des baraques au barreau. Itinéraire d’un fils d’antifasciste italien, Lyon, Aléas, 2010, p. 31.

63 La phrase est inexacte puisque seuls les condamnés à mort algériens sont détenus à Montluc.

64 M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 103.

65 Cité par P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 515. Pour M. Halbwachs, cette expression désigne l’intrication des mémoires individuelle, collective, transgénérationnelle et historique qui, toutes ensembles, permettent aux souvenirs de s’organiser.

66 R. Branche, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, ouvr. cité, p. 72.

67 En janvier-février 2022, le projet de refonte du Mémorial porté par la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, avec l’entrée de toutes les strates historiques du site dans l’exposition permanente, a suscité de nouvelles polémiques relayées par la presse : Richard Schittly, « Polémiques autour des mémoires de la prison de Montluc », Le Monde, 7 février 2022 ; Marc André, « Le fort Montluc a été un puissant catalyseur de mémoires », Le Monde, 16 février 2022.

68 A. Yung-de Prévaux, Un amour dans la tempête de l’histoire. Jacques et Lotka de Prévaux, Paris, Éditions du Félin (Résistance Liberté Mémoire), 1999, cité par L. Douzou, La Résistance : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005, p. 276-278.

69 L. Althusser, L’avenir dure longtemps (1992), Paris, Stock/IMEC, 2007.

70 Récit repris dans C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944) », Mémoire de maîtrise d’histoire (L. Douzou dir.), Université Lumière Lyon 2, 2002, p. 57.

71 H. Rousso, La dernière catastrophe, ouvr. cité, p. 227.

72 C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944) », mémoire cité, p. 9.

73 ADR, 3335W21-30. « Fichier Montluc ».

74 ADR, Fonds 31, J. Ruby.

75 C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944) », mémoire cité, p. 47.

76 Ces deux exemples sont extraits de C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944) », mémoire cité, p. 69-70.

77 Marc Bloch a été exclu de la fonction publique en application de la loi d’octobre 1940 visant les Français d’origine juive. Il est ensuite entré au mouvement Combat à Montpellier puis au mouvement Franc-Tireur à Lyon en mars 1943 avant d’être délégué au sein du directoire général des MUR (Mouvements unis de la Résistance). Arrêté le 8 mars 1944 à Lyon tant pour sa qualité de résistant que pour son origine juive, il est incarcéré à Montluc avant d’être fusillé dans l’Ain près de Trévoux le 16 juin 1944.

78 C. Vieillard, « Montluc : la prison allemande de Lyon (novembre 1942-août 1944) », mémoire cité, p. 102-103.

79 Par exemple : B. Permezel, Victimes de l’occupation à Lyon et alentour, 81 monuments, 11 parcours, Lyon, Éditions BGA Permezel, 2001 ; B. Permezel, Montluc. Antichambre de l’inconnu (1942-1944), Lyon, Éditions BGA Permezel, 1999.

80 Y. Coste, « Les interactions sociales au sein de la prison militaire de Montluc, 1939-1944 », Mémoire de master (Isabelle von Bueltzingloewen dir.), Université Lumière Lyon 2, 2013.

81 Ainsi, un premier article sur les avocats lyonnais permettait une entrée dans le tribunal militaire : A. Grosjean, « L’engagement des avocats dans la guerre d’Algérie à Lyon », Récits d’engagements. Des Lyonnais auprès des Algériens en guerre, Béatrice Dubell, Arthur Grosjean, Marianne Thivend dir., Paris, Bouchène, 2012, p. 79-95.

82 M. André, « Les groupes de choc du FLN. Particularités de la guerre d’indépendance algérienne en métropole », Revue historique, n669, 2014/1, p. 143-178.

83 Marc André, « Les Algériens face à la peine de mort », La peine de mort à Lyon, R. Vial dir., Lyon, Mémoire active, 2012.

84 Marc André, Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation, Lyon, ENS Éditions, 2016.

85 Marc André, « Les Algériens à Montluc. Militarisation de la répression en France durant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n65-4, 2018, p. 7-32.

86 S. Grimaldi, « À quoi sert un Mémorial ? », Mémoire et mémorialisation, vol. 1, De l’absence à la représentation, Denis Peschanski dir., Paris, Hermann, 2013, p. 212.

87 « Ernest Pignon-Ernest, l’Histoire retrouvée », La République de l’art, 25 janvier 2014.

88 En ligne : [https://chroniques-architecture.com/ruedi-baur-et-vera-baur-residents-de-la-prison-de-montluc-a-lyon/].

89 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, ouvr. cité, p. 512.

Table des illustrations

Titre Figure 100. Mur peint de Montluc, 1994 (Cité de la création)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Crédits Source : © Michel Salager. En ligne : [www.slhp-raa.fr/progs/UploadPci/fresque_jean_moulin.pdf]
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 101. Photographie de Jean Moulin dans une cellule, avant la réhabilitation du bâtiment
Crédits Source : © Archives photographiques Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Figure 102. Évocation initiale de la « baraque aux Juifs » avant un agrandissement de l’espace en janvier 2016
Crédits Source : © Archives photographiques Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 103. Ernest Pignon-Ernest, Émile Bertrand (1920-1943), Marc Bloch (1886-1944), Ahmed Cherchari (1930-1960), Max Barel (1913-1944), Dessins à la pierre noire, prison Saint-Paul, septembre 2012
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 962k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Crédits Sources : © Ernest Pignon-Ernest ; a) © Julien Adelaere ; b) et d) © Galerie Lelong – Ernest Pignon-Ernest ; c) Pierre Verrier, collection CHRD – Ville de Lyon
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 104. Installation artistique dans les couloirs du Mémorial de Montluc par Ruedi et Vera Baur, septembre 2016
Crédits Source : « Ruedi Baur et Vera Baur résidents de la prison de Montluc à Lyon », Chroniques d’architectures, 20 septembre 2016. © Ruedi et Vera Baur ; Photo Frédéric Bellay
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 967k
Titre Figure 105. Nicolas Daubanes, Calepinage, prison militaire de Montluc à Lyon
Crédits Source : sérigraphies sur Rivoli 300g, 210 éléments, 2018. Vue de l’exposition « S’ils avaient pu, ils auraient emporté la lumière et l’eau », La Halle, Pont-en-Royans, 2019. © Nicolas Daubanes ; Photo Phoebe Meyer
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42991/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 918k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search