Version classiqueVersion mobile

Une prison pour mémoire

 | 
Marc André

Troisième partie - Empire de la mémoire et mémoires de l’empire. Échos français, échos algériens (1962-2022)

Introduction

Pierre, d’une mémoire l’autre

Texte intégral

  • 1 P. Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le ré (...)

Il arrive cependant parfois que le jeu cesse d’être innocent.
— P. Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme1

1Pierre Vidal-Naquet ne s’est jamais rendu à Montluc. Pourtant, ses engagements multiples l’ont conduit à s’y intéresser. Invité à témoigner lors du procès de la wilaya 3, il a adressé à Claudie Duhamel, le 21 avril 1961, cette lettre pleine d’une tendresse toute politique :

  • 2 Archives privées Claudie Duhamel, Lettre de Pierre Vidal-Naquet, 21 avril 1961.

Chère amie,
Votre lettre m’a beaucoup ému et m’a donné des remords car il y a plusieurs jours que je voulais vous écrire. Il faut que vous sachiez combien mon ami Panijel et moi nous avons admiré votre attitude et celle de J.-J. Brochier, au procès de Lyon, sans parler naturellement de l’admirable dignité de Temzi. Il faut que vous sachiez aussi que notre solidarité avec vous n’est pas seulement verbale. Nous vous considérons comme nos représentants en prison, et nous n’aurons de cesse que vous n’en sortiez par la grande porte. Dites-moi ce que je peux faire pour vous en attendant et recevez toute mon amitié.2

  • 3 J. Hammerman, « Des juifs français contre la torture en Algérie », Archives juives, vol. 48, 2015/ (...)

2L’historien s’est engagé corps et âme contre les injustices, toutes les injustices, de la guerre d’Algérie, et notamment la torture, les camps d’internement, la répression des soutiens du FLN. Il a rédigé des pétitions – la plus fameuse étant le manifeste des 121 –, créé un bulletin clandestin d’information (Vérité-Liberté) et publié un livre (L’affaire Audin) pour dénoncer un crime d’État – la torture puis la mort de ce jeune mathématicien – dans une démarche qui relève aussi de l’intime : « Dans ce début d’activisme, je me focalisai sur la torture […], il y avait pour ma part une réponse d’abord personnelle : mon père Lucien avait été torturé par la Gestapo à Marseille en mai 1944 »3.

  • 4 Pour paraphraser un titre de P. Vidal-Naquet, « Une fidélité têtue. La résistance française à la g (...)
  • 5 P. Vidal-Naquet, La torture dans la République. Essai d’histoire et de politique contemporaines (1 (...)
  • 6 P. Vidal-Naquet, Le trait empoisonné. Réflexions sur l’affaire Jean Moulin, Paris, La Découverte, (...)
  • 7 « Les degrés dans le crime », Le Monde, 16 juin 1987.

3Entre 1954 à 1962, Pierre Vidal-Naquet noue dans ses engagements deux strates temporelles : marqué par la Shoah – ses parents ont été déportés et gazés à Auschwitz – il est un combattant acharné du colonialisme en Algérie. Après 1962 et parmi d’autres engagements dont la création, aux côtés de Michel Foucault, du Groupe d’information sur les prisons, il maintient ensemble les deux strates mémorielles grâce à une « fidélité têtue »4 à toutes les victimes. Il continue à publier des recueils d’articles sur la torture et la raison d’État durant la guerre d’Algérie5 : la lutte est perpétuellement actualisée. Il entame aussi un nouveau combat contre ceux qu’il appelle les « assassins de la mémoire », autant ceux remettant en cause l’engagement résistant de Jean Moulin6 que les négationnistes niant les chambres à gaz : la mémoire est perpétuellement menacée. Ce double engagement le conduit à s’exprimer lorsque Klaus Barbie est rapatrié en France, enfermé une nuit à Montluc et jugé pour crimes contre l’humanité par la cour d’assises de Lyon en 1987. Il tient notamment à rappeler que les « crimes contre l’humanité » dépassent le cadre des nazis et que la France en a commis durant la colonisation, la décolonisation et la guerre d’indépendance algérienne7.

4Cette position est singulière après 1962, quand la période est d’abord marquée par la séparation des mémoires puis leur mise en concurrence dans d’innombrables conflits victimaires. L’engagement à temps et à contretemps de Pierre Vidal-Naquet est un guide sûr pour renouveler notre approche de l’histoire, des mémoires, du patrimoine et faire de Montluc un lieu d’histoire.

Notes

1 P. Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme (1987), Paris, La Découverte, 2005, p. 14. Il s’agit ici d’une réflexion sur « l’inexistentialisme », ce trait culturel du début des années 1980 consistant à frapper d’inexistence un certain nombre de réalités abstraites (« la femme », « la domination », etc.) et qui, sans conséquence véritable pour ces abstractions, devient particulièrement grave quand il s’agit de considérer comme inexistant « tel moment douloureux de son histoire ».

2 Archives privées Claudie Duhamel, Lettre de Pierre Vidal-Naquet, 21 avril 1961.

3 J. Hammerman, « Des juifs français contre la torture en Algérie », Archives juives, vol. 48, 2015/1, p. 112

4 Pour paraphraser un titre de P. Vidal-Naquet, « Une fidélité têtue. La résistance française à la guerre d’Algérie », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n10, 1986, p. 3-18.

5 P. Vidal-Naquet, La torture dans la République. Essai d’histoire et de politique contemporaines (1954-1962) (1962), Paris, Minuit, 1972 ; La raison d’État. Textes publiés par le Comité Audin, Paris, Minuit, 1962 ; Face à la raison d’État. Un historien dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 1989.

6 P. Vidal-Naquet, Le trait empoisonné. Réflexions sur l’affaire Jean Moulin, Paris, La Découverte, 1993.

7 « Les degrés dans le crime », Le Monde, 16 juin 1987.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search