Version classiqueVersion mobile

Une prison pour mémoire

 | 
Marc André

Deuxième partie - Mémoires sur les murs, mémoires entre les murs. Résonances franco-algériennes (1958-1962)

Conclusion

Braconnages mémoriels

Texte intégral

1L’approfondissement de la guerre d’Algérie en France métropolitaine a pour effet, en 1957-1958, de métamorphoser Montluc. Toutes les pièces du dispositif sont employées : le fort sert de centre d’identification pour les raflés, le tribunal devient l’arme de répression judiciaire des indépendantistes les plus engagés, la prison détient, en plus des prisonniers militaires habituels (déserteurs, objecteurs, insoumis, etc.), les Algériens promis aux transferts et internements dans des camps en Algérie, mais aussi les condamnés à mort et les femmes soutiens du FLN ou du MNA. De multiples cloisons, internes et externes, sont montées de toutes pièces afin de sécuriser un site transformé en forteresse. Elles n’empêchent pas le temps de charrier avec lui les expériences et la mémoire.

  • 1 H. Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours (1987), Paris, Seuil, 1990, p. 93.

2Au sein du tribunal, la résistance se discute. Comme l’a bien exprimé Henry Rousso, lors de la guerre d’Algérie, la référence à l’histoire « n’est plus [ou plutôt pas seulement] une simple réminiscence ou un anathème tactique. Elle opère comme héritage politique »1. Alors, « la nouvelle faille n’est pas un rejeu direct de celle de 40. Ses bords ne recoupent qu’imparfaitement la fracture qui opposa naguère les “résistants” et les “collaborateurs”. Les reclassements en délimitent d’autres, qui tous font plus ou moins appel aux souvenirs passés ». La résistance est la grande question du moment. Elle oblige une redéfinition. D’un côté, les magistrats se présentent comme d’anciens résistants garants de l’intégrité du territoire national et les Algériens, comme leurs soutiens, rappellent leur mobilisation ou celle de leurs aînés durant la seconde guerre mondiale : la résistance, entendue comme engagement face au nazisme, est partagée par les deux camps en présence. De l’autre côté, les Algériens et leurs soutiens précisent qu’ils sont animés par un nouvel esprit de résistance, contre un colonialisme défendu bec et ongles par les magistrats militaires qui tous ont vécu et travaillé en Afrique du Nord, contre l’injustice pratiquée par des policiers, résistants au passé / tortionnaires au présent, pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La résistance, cette fois entendue comme engagement face à l’oppression quelle qu’elle soit, traverse chaque camp en présence. Finalement, le problème posé au sein du tribunal militaire est celui de l’unité de la communauté nationale. Se faisant face, les garants de l’ordre et les fervents d’un nouvel ordre s’opposent sur des valeurs telles que l’honneur, la dignité, le patriotisme, la résistance à l’oppression. La question de la fraternité, un temps exclue de la devise républicaine, un temps redéfinie lors des procès pour indignité nationale, est reposée durant la guerre d’indépendance. Cette fraternité est également une valeur placée au cœur du quotidien des prisonniers.

  • 2 On pense aux travaux de D. Clemmer, The Prison Community (1940), New York, Rinehart & Winston, 195 (...)
  • 3 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 12.
  • 4 M. de Certeau souligne « les formes subreptices que prend la créativité dispersée, tactique et bri (...)

3Sans revenir aux travaux des sociologues des années 1940, dont l’objectif était de mieux comprendre la culture carcérale, le concept de prisonization peut être réinterprété dans le cas de la détention politique2. En effet, ce concept, qui démontrait l’intériorisation des valeurs carcérales par le détenu et la construction d’une société dans la société seule à même d’imposer une résistance au pouvoir total de la prison, montre que les détenus politiques forgent non seulement une contre-culture politique (grèves de la faim, écrits militants, etc.) mais aussi une culture de la mémoire carcérale. Parce que la mémoire est « pouvoir de chercher » et « chasse »3, on comprend mieux comment et pourquoi les détenus politiques de l’après-seconde guerre mondiale se transforment en « explorateurs du passé » (ibid., p. 22) et peuvent, durant ce cheminement, créer des enchaînements. L’altérité située au cœur du processus mémoriel permet aux détenus de la seconde guerre mondiale d’entrer en résonance avec ceux de la guerre d’Algérie qui sont « touchés » par les impacts de balles sur les murs de leur prison, par les graffitis sur les portes de leurs cellules, par les récits de gardiens ou encore les ouvrages auxquels ils ont accès. Grâce à la reformulation du passé de la prison, grâce au « pouvoir de relecture actualisante […] qu’une situation de survie autorise en quelque sorte à resurgir » (p. 273), ils forgent une politique de la grandeur qui, en favorisant le souvenir des opprimés de la seconde guerre mondiale, doit également rejaillir sur eux. De manière plus globale, les détenus de la période guerre d’Algérie fabriquent leur identité politique grâce à un braconnage mémoriel4. La prison est, véritablement, cette sphère de résonance où l’on assiste à la fois à la répétition d’un même message (la prison politique comme espace d’oppression et de résistance) par des sources différentes (gardiens, avocats, porteurs de mémoires à l’extérieur de la prison, etc.), et la diffusion de messages similaires mais complémentaires (dominations sous Vichy, la Gestapo et le régime colonial) dans un seul et même lieu (la prison).

  • 5 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, ouvr. cité, p. 274.

4La prison est donc véritablement le lieu où les interactions entre prisonniers, prisonniers et gardiens, prisonniers et matérialité physique ou institutionnelle de l’espace carcéral, facilitent la circulation et l’instrumentalisation des mémoires comme des expériences. Ici, l’instrumentalisation ne vise pas un projet mémoriel mais, au contraire, est constitutive de la vie quotidienne en prison. Plus que cela, ce « fourmillement d’interrelations »5 et ces « interactions fines » sont absolument nécessaires dans les stratégies de résistance voire de survie des Algériens qui sont, dans l’histoire de la détention politique par les autorités françaises, la catégorie de détenus la plus déconsidérée et, sans doute, la plus criminalisée. L’usage récurrent de la guillotine en est un exemple révélateur. Et alors, ces Algériens forgent une nouvelle strate mémorielle qui va, dans les décennies suivantes, entrer en compétition avec celles promues par le Mémorial en formation.

Notes

1 H. Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours (1987), Paris, Seuil, 1990, p. 93.

2 On pense aux travaux de D. Clemmer, The Prison Community (1940), New York, Rinehart & Winston, 1958 et de G. Sykes, The Society of Captives: A Study of a Maximum Security Prison (1958), Princeton/Oxford, Princeton University Press, 2007.

3 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 12.

4 M. de Certeau souligne « les formes subreptices que prend la créativité dispersée, tactique et bricoleuse des groupes ou des individus pris désormais dans les filets de la “surveillance” » dans L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. XXXIX-XL.

5 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, ouvr. cité, p. 274.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search