Version classiqueVersion mobile

Une prison pour mémoire

 | 
Marc André

Première partie - Mémoire dans les murs, mémoires hors les murs. Résonances franco-françaises (1944-1958)

Conclusion

« La mémoire brûle »

Texte intégral

  • 1 P. Laborie parle, pour cette mémoire de la Résistance dans les années 1950, d’« une mémoire multif (...)
  • 2 G. Didi-Huberman, Désirer désobéir. Ce qui nous soulève, 1, Paris, Minuit, 2019, p. 43.

1Après 1944, alors que le site a été érigé en lieu de mémoire, être emprisonné dans ses murs soulève un parfum de scandale. L’emprisonnement ne peut plus se faire dans l’indifférence. Car l’histoire en train de se faire, de s’écrire, charrie tout un passé à peine enfoui : la décolonisation draine avec elle les souvenirs de la seconde guerre mondiale. Qu’un ancien résistant communiste soit emprisonné pour avoir arrêté des trains militaires en partance pour les colonies, et des mémoires résistantes rejaillissent, nettement plus complexes que la mémoire résistancialiste forgée par le général de Gaulle1. Qu’un appelé refuse de prendre les armes et le drame de conscience, exposé dans l’enceinte du tribunal, est justifié par des témoins de moralité ou avocats qui rappellent les années de compromissions multiples sous Vichy. Les scandales qui s’ensuivent laissent affleurer les strates du passé qui entrent en collision avec celles du présent. La « mémoire brûle », disait Walter Benjamin : « elle consume le présent et avec lui un certain passé, mais découvre aussi la flamme cachée sous [les] cendres d’une mémoire plus profonde »2. Montluc, son lieu comme son nom, est devenu tout à la fois site et signe historiques. Il est porteur de trois temporalités : une mémoire, une actualité et un désir (ibid., p. 77). Ce désir, c’est celui de la paix et d’une humanité plus juste, et il est revendiqué tant par des manifestants anticoloniaux, des soldats du refus, des objecteurs de conscience que par les rescapés de Montluc et leurs proches.

  • 3 H. Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours (1987), Paris, Seuil, 1990, p. 12 et 93.
  • 4 Pour ne prendre qu’un autre exemple, on trouvera cette réflexion à propos de « la guerre d’Algérie (...)
  • 5 R. Branche, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ? L’histoire en débats, Paris, Seuil, 2005, (...)

2Depuis que la mémoire est devenue un objet historique, il est acquis que les crises dialoguent plus qu’elles ne se répètent, la mémoire de l’une servant de clef de lecture voire d’écran à l’autre3. Vu depuis l’histoire des mémoires de la seconde guerre mondiale, un anachronisme maîtrisé montre que les enjeux de la guerre d’Algérie, tout différents qu’ils soient de ceux de l’Occupation, sont appréhendés à travers la grille de lecture des faits et gestes de la guerre précédente. Presque tous les livres consacrés aux mémoires de la seconde guerre mondiale ont développé, sur quelques pages, le rôle de la lutte pour l’indépendance comme vecteur de transmission mémorielle4. Vu depuis l’histoire des mémoires de la guerre d’Algérie, maintenant, un diachronisme bien senti montre que la comparaison avec Vichy a été d’autant plus facile que de nombreux liens humains et intellectuels rattachaient une période à l’autre5. Presque tous les livres consacrés aux mémoires de la guerre d’Algérie ont développé, sur quelques pages, le rôle de la seconde guerre mondiale comme moteur dans les luttes ultérieures.

  • 6 Concept que l’on trouve utilisé dans F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’épu (...)

3Il restait à mesurer la profondeur comme le feuilleté de ces mémoires, et à en tirer toutes les leçons pour une meilleure compréhension des dynamiques historiques et mémorielles. D’abord, il devient difficile de parler d’amnésie, d’occultation, d’oubli dès lors que l’on observe, à partir d’un site comme Montluc, à quel point les « mémoires d’en bas »6 ne cessent de serpenter en maintenant toujours à vif les souvenirs. André Frossard, Albert Astruc, Julien Azario, Roland de Pury, Perlette Bensadoun, Joseph Valette, Jean Weylan, Marcelle Bel, Lucien Benoit, Max Barel, autant de noms de victimes remontés à la surface, parmi tant d’autres, à partir des commémorations, des mises en récit des souvenirs (livres, films, etc.), des procès de l’épuration ou à l’occasion de luttes pour la décolonisation. Ensuite, l’enfermement d’anticoloniaux français favorise l’actualisation permanente des mémoires de la seconde guerre mondiale (Vichy, Résistance, Shoah) qui restent alors vivantes et actives. Enfin, en retour, ces mémoires facilitent la dynamique du scandale et infléchissent le cours historique de la guerre d’Algérie.

4Toutefois, si les solidarités semblent initier une dynamique doublement positive, une lecture attentive suggère le maintien de quelques inégalités. Les mémoires de la seconde guerre mondiale sont d’autant plus réactivées que les victimes sont françaises. Lorsqu’elles sont algériennes, on va le voir, seules des entorses au droit facilitent les mobilisations. Une certaine solitude des Algériens est palpable, qui reste à vérifier dans les chapitres suivants.

Notes

1 P. Laborie parle, pour cette mémoire de la Résistance dans les années 1950, d’« une mémoire multiforme, fractionnée, dispersée, concurrente et souvent divergente » : P. Laborie, Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues (2011), Paris, Gallimard, 2014, p. 141.

2 G. Didi-Huberman, Désirer désobéir. Ce qui nous soulève, 1, Paris, Minuit, 2019, p. 43.

3 H. Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours (1987), Paris, Seuil, 1990, p. 12 et 93.

4 Pour ne prendre qu’un autre exemple, on trouvera cette réflexion à propos de « la guerre d’Algérie, miroir des années sombres » dans O. Wieviorka, La mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Seuil, 2010, p. 141.

5 R. Branche, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ? L’histoire en débats, Paris, Seuil, 2005, p. 95.

6 Concept que l’on trouve utilisé dans F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’épuration, Paris, Gallimard, 2018, p. 538. Nous l’entendons ici comme des mémoires portées par les acteurs sociaux directement concernés par l’expérience carcérale durant la seconde guerre mondiale.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search