Version classiqueVersion mobile

Une prison pour mémoire

 | 
Marc André

Première partie - Mémoire dans les murs, mémoires hors les murs. Résonances franco-françaises (1944-1958)

Chapitre 2

Cloisonner l’espace, décloisonner le temps

Texte intégral

  • 1 Archives du Comité international de la Croix-Rouge (ACICR), B AG 219 078-001.02. Rapport sur la vi (...)

1Parce qu’il a participé avec le commandant de groupe Franc Kœnig à la ruse consistant à ordonner – par l’envoi de messagers et un coup de téléphone imitant la voix de Klaus Barbie – au directeur de Montluc de quitter la prison le 24 août 1944, Nuninger pense aussi qu’il en est le libérateur et que cela lui donne des droits. À la faveur de grades militaires qu’il s’octroie sous couvert d’actes de résistance, revêtant un uniforme de colonel et quelques décorations, il parvient à jouer un certain rôle après la Libération au sein de la prison de Montluc : il entre dans l’espace de détention et en sort à sa convenance, assure la censure des journaux allemands pendant que son épouse exerce les fonctions d’interprète auprès du tribunal militaire, et est qualifié d’« homme de confiance » par le Comité international de la Croix-Rouge qui le rencontre à chacune de ses visites, et ce jusqu’au début des années 19501. Ses facilités d’accès, alors qu’il ne porte aucun titre officiel, témoignent d’une administration carcérale fluide quelques années encore après l’évacuation du site.

  • 2 ADR, 3267W5. Utilisation de la prison militaire Lyon-Montluc. Arrêté du commissaire de la Républiq (...)
  • 3 ADR, 4474W61. Cabinet du directeur d’établissement. Affaires suivies par le directeur. 1953-2001. (...)
  • 4 Cette année-là, le commandant de la XIVe région militaire avait estimé qu’en plus de recevoir cent (...)

2De fait, libéré de ses occupants allemands, Montluc alterne entre prison civile et prison militaire. Le 7 septembre 1944, le bâtiment devient un établissement pénitentiaire civil destiné à recevoir, outre les personnes arrêtées au moment de la Libération, les individus objet d’un mandat d’arrêt délivré soit par l’autorité judiciaire (cour martiale notamment), soit par les services préfectoraux2 ; les 21-22 novembre 1944, il est remis à la disposition de l’autorité militaire comme lors de sa création en 1921 ; enfin, avec le décret du 25 octobre 1947 portant suppression de prisons militaires, Montluc est institué en annexe de la maison d’arrêt de Lyon et donc en prison civile3. Toutefois, les distinctions ne sont pas aussi claires. Rattachée au ministère de la Justice, la prison n’en doit pas moins adapter son statut et sa structure pour accueillir sans distinction les militaires et les civils, principalement ceux jugés par le TPFA, dans une tradition née en 19404. Montluc est donc une prison hybride où se côtoient non seulement des détenus appartenant à des strates temporelles différentes, mais aussi des civils et des militaires.

  • 5 AN, 19960148/117. Rapport des directions régionales sur le fonctionnement des établissements pénit (...)
  • 6 AN, 19960148/117. Rapport d’inspection. Directeur de la circonscription pénitentiaire de Lyon au m (...)
  • 7 Expression utilisée dans Le Progrès, 13 avril 1951.

3Dès lors, la gestion de l’espace carcéral est un souci permanent des autorités, du directeur de prison aux ministres de la Justice et de l’Intérieur. En 1950, il apparaît que « la population est si dangereusement hétéroclite » que le surveillant-chef doit faire alterner savamment les diverses catégories dans ses deux cours et supprimer le service de repas au réfectoire5. En 1952, l’inspecteur note que l’« établissement est particulièrement difficile en raison des nombreuses catégories pénales qui s’y côtoient »6. Le maintien en détention de quelques « poussières de collaborateurs »7 ou de criminels de guerre, la poursuite de la guerre d’Indochine et le déclenchement de celle d’Algérie qui génèrent chacune leur lot d’opposants et de réfractaires, l’arrivée de plus en plus massive de migrants coloniaux nationalistes font de Montluc un réceptacle de prisonniers politiques si divers que la caisse de résonance tourne à plein régime malgré la volonté d’édifier des cloisons étanches. Entre le militaire et le civil, le passé et le présent, les souvenirs se sédimentent moins qu’ils ne s’enlacent.

Une prison hybride

4Gérer Montluc, c’est d’abord gérer l’hétérogénéité. Des mesures spéciales d’isolement sont ainsi prises afin de cloisonner l’espace et éviter non seulement des tensions mais aussi des solidarités obliques entre surveillants, entre détenus ou entre surveillants et détenus.

  • 8 AN, 19960148/117. Le général de corps d’armée Magnan, gouverneur militaire de Lyon, commandant la (...)
  • 9 AN, 19960148/117. Ministère de l’Intérieur, Paris, 11 mai 1955. Rapport à M. le garde des Sceaux. (...)

5Le premier cloisonnement consiste à séparer les surveillants militaires et civils. Et cela ne va pas sans créer maintes difficultés tant la cohabitation de personnels appartenant à des corps distincts, dépendant d’administrations séparées, portant des uniformes de couleurs différentes, provenant de formations professionnelles ayant peu en commun, est conflictuelle : chaque métier à une conception propre de son rôle au sein de la prison. Le gouverneur militaire estime que les sous-officiers surveillants, au nombre de quatre en 1953, se trouvent dans une situation délicate8 : placés sous les ordres d’un surveillant-chef de l’administration pénitentiaire, ils ont, en qualité de chefs de détention, des personnels civils à leur disposition mais ces derniers ont tendance à s’adresser directement au surveillant-chef car ils appartiennent à la même administration et parfois au même syndicat. Par ailleurs, les punitions infligées par les surveillants militaires à leurs collègues civils ne sont pas toujours approuvées par le surveillant-chef. L’autorité des militaires se trouve de la sorte diminuée. En outre, les militaires, obligés de passer par l’intermédiaire d’un supérieur étranger à l’armée, ont le sentiment d’être délaissés par l’autorité militaire avec laquelle ils n’ont conservé que des rapports lointains et mal définis. Quant aux autorités civiles – les ministères de la Justice et de l’Intérieur –, elles se plaignent du comportement des surveillants militaires. Selon elles, la subordination du personnel civil aux surveillants militaires est un « un état de fait regrettable »9 qui entraîne des frictions continuelles voire une mésentente totale, les premiers reprochant aux seconds une grossièreté de langage à leur égard. Dans sa feuille de notation, le sergent-major-comptable et employé au greffe apparaît comme un surveillant consciencieux, correct à l’encontre de ses collègues, mais qui « évite toutes relations avec le personnel civil qu’il considère comme bien inférieur aux surveillants militaires ». Le sergent-chef-surveillant, qui assure les fonctions de brigadier de détention, n’a pas toujours un langage correct à l’encontre des détenus ou même du personnel de surveillance civil, « ce qui ne manque pas de créer une atmosphère de suspicion qui entrave la bonne marche des services et ne s’accorde pas avec notre réforme pénitentiaire ».

  • 10 AN, 19960148/117. Le général de corps d’armée Magnan, gouverneur militaire de Lyon, commandant la (...)
  • 11 Depuis la réforme Amor de 1945 qui humanise les conditions de détention.
  • 12 AN, 19960148/117. Ministère de l’Intérieur, Paris, 11 mai 1955. Rapport à M. le garde des Sceaux.

6Le deuxième cloisonnement vise à séparer les détenus. La gestion par l’administration pénitentiaire civile de détenus militaires crée un certain nombre de risques relevés par les autorités des deux bords. Pour le général commandant de la VIIIe région militaire, le fait que les militaires incarcérés à la prison échappent, à partir du moment où ils franchissent la porte de la prison, à l’autorité militaire rend impossible le redressement de ces détenus. Soumis à la surveillance d’un personnel civil qui manque parfois de bienveillance à leur égard, mélangés à des criminels de guerre et à des délinquants chevronnés, délaissés par l’autorité militaire qui, en raison des règlements de l’administration pénitentiaire, perd tout contact avec eux, ils auraient le sentiment d’être rejetés hors de l’armée quoique n’ayant pas commis d’infraction particulièrement grave. De plus, comme il s’agit de jeunes gens coupables de délits mineurs, excusables du fait de leur jeunesse mais que « la discipline et le respect dû aux lois imposent de sanctionner », ils peuvent être sujets à diverses propagandes. Ainsi, au milieu des années 1950, il apparaît que certains surveillants civils, membres de la CGT, se livrent auprès d’eux à « une propagande antimilitariste »10 et cherchent à évincer les derniers sous-officiers affectés à la prison. Pour les autorités civiles, les militaires ont une conception brutale de la discipline aux antipodes des nouvelles méthodes appliquées dans les établissements pénitentiaires11. Alors qu’il est recommandé au personnel d’avoir un langage correct avec les détenus, les militaires conservent l’habitude de la caserne et les moindres de leurs observations, soit au personnel, soit aux détenus, sont toujours faites sur « un ton violent, grossier et souvent ordurier »12. Il en résulte un mécontentement général des détenus « dont la plupart acceptent de payer leur dette à la société mais entendent être traités en hommes ».

  • 13 AN, 19960148/117. Lettre du sergent-chef Jurca au ministre de la Défense nationale, 14 mars 1953. (...)

7Les multiples tensions, que ce soit entre les membres du personnel de la prison ou entre détenus et surveillants, débouchent parfois sur des conflits ouverts. C’est en ce sens que l’on peut comprendre tant les liaisons dangereuses nouées entre des gardiens et les communistes roannais (« affaire de Montluc »), dont on a parlé précédemment, que celles orchestrées par Nuninger en 1953 (affaire Jurca). Ce dernier, évincé dans un souci de clarification de l’administration carcérale, fomente sa vengeance pour éliminer les cadres civils du personnel de surveillance et favoriser le retour de Montluc dans le giron militaire : il contacte un brigadier de détention, le sergent Jurca, « militaire inintelligent et buté, à la fois simple et tourmenté, qui allie à une certaine fausseté naturelle un caractère solidement rancunier »13, trois détenus inculpés pour trahison, Auguste Munck, Jean Bicot et Pierre Grand, et leur fait adresser aux ministères de la Défense, de la Justice et de l’Intérieur une lettre dénonçant les trafics divers et les propos antimilitaristes couverts par des surveillants civils. Si, après enquête, la plupart des allégations se révèlent fausses, de nombreux dysfonctionnements dans le système mixte de Montluc sont apparus au grand jour : « surveillants militaires abandonnés à eux-mêmes constitu[ant] une proie facile », « détenus politiques » mobilisés par un surveillant militaire, personnels militaires remontés contre les personnels civils.

8Ces deux affaires aboutissent, fin 1953, à une ferme volonté de restructuration de la prison avec des projets contradictoires : le gouverneur militaire demande la restauration d’une prison militaire à Lyon alors que le surveillant-chef de la prison, relayé par le garde des Sceaux, demande le départ du personnel militaire, ce qui constituerait à la fois une sanction immédiate contre le responsable du « complot » et renforcerait l’autorité du surveillant-chef sur l’ensemble du personnel. Le résultat de la réforme débouche sur un entre-deux, avec l’organisation d’un quartier spécialement affecté aux détenus militaires, doté de quarante cellules et d’une cour, séparé par un mur du quartier civil, lequel est constitué de quatre-vingt-dix cellules, trois ateliers et une autre cour. Par ailleurs, des mesures sont prises pour que les militaires et les politiques ne puissent plus être mélangés.

9Toutefois, si cloisonner l’espace est chose facile, cloisonner le temps est une autre affaire. Montluc reste, durant les années 1950, un espace où circulent des individus, des expériences, des idées, des informations et, inévitablement, de la mémoire. Les murs sont aussi poreux que les circonstances nombreuses pour que l’histoire se donne en partage et que l’épaisseur historique de Montluc soit apprise par les nouveaux occupants. Cette histoire donne sens à l’enfermement et oriente les luttes.

Des patriotes dans la « nouvelle Bastille »

  • 14 La République, 12 juillet 1956.
  • 15 Les Allobroges, 11 juin 1956.
  • 16 En 1945, la direction du PCF a encouragé d’anciens résistants communistes à poursuivre leur carriè (...)

10L’oubli n’existe guère. La mémoire serpente, de manière souterraine, avant de rejaillir, intacte, quand l’occasion se présente. Ainsi, lorsque « quatre patriotes d’Aubenas » sont internés à Montluc en juin 1956 pour « entrave violente à la circulation de matériel nécessaire à la Défense nationale », la connexion est évidente : « Il s’agit d’une tentative d’application de la loi super-scélérate votée le 11 mars 1950 à la suite d’un débat parlementaire particulièrement animé. Nous nous trouvons en terrain de connaissance. N’est-ce pas avec la même inculpation, basée sur le même texte de loi, que l’on jeta en prison en 1950, des partisans de la paix de Roanne »14. L’histoire semble avoir le hoquet, l’anticommunisme du TPFA étant une nouvelle fois réactivé. Ainsi, lorsque le 5 juin 1956, plusieurs centaines de personnes se massent en gare d’Aubenas afin de stopper le train convoyant deux appelés mobilisés pour combattre en Algérie, que la manifestation se déroule dans le calme et que la police n’intervient pas, quatre manifestants sont convoqués à la gendarmerie trois jours plus tard comme témoins. Reconnaissant leur participation à la mobilisation et leurs discours pour la paix en Algérie prononcés du haut de la micheline, ils sont immédiatement placés sous mandat de dépôt, embarqués dans des fourgons cellulaires et transférés à la prison de Montluc. Ces quatre hommes sont « connus et estimés »15 localement : il s’agit de Marcel Berge, professeur d’éducation physique, Ernest Boiron, ouvrier des Eaux, Yves Corbier, artisan horloger et Pierre Renoux, maître d’éducation physique. Représentants du PCF dans leur région, ils sont ciblés pour des raisons politiques évidentes dans un contexte d’approfondissement de la guerre d’Algérie. Pères de familles, militants communistes de longue date, anciens résistants – Pierre Renoux a par exemple rejoint les Francs-tireurs et partisans à la fin de la guerre et a combattu dans les maquis près de Soisson –, antimilitaristes et anticoloniaux – le même militant a refusé de partir combattre en Indochine après avoir été témoin du massacre de Caïs16 – ils incarnent pour le parti, et comme les Roannais avant eux, les détenus idéaux. Et ils sont à Montluc. L’administration pénitentiaire les isole des autres détenus afin d’éviter toute propagande de leur part.

  • 17 Archives privées Pierre Renoux (APPR). Lettre, Montluc, 10 juin 1956. Les citations suivantes prov (...)
  • 18 APPR. Lettre à son épouse, Montluc, 11 juin 1956.
  • 19 Ibid., 11 juillet 1956.

11La correspondance de prison de Pierre Renoux – plusieurs centaines de lettres –, et deux entretiens menés avec lui en 2018, parlent du choc carcéral lié à la coupure nette avec l’extérieur et la mise à l’isolement. Dès les débuts de sa détention, il se plaint de n’avoir « aucune nouvelle de l’extérieur, pas de journaux, rien »17. Ses lettres témoignent d’ailleurs, avec un certain sens de l’analyse et du recul, du soin particulier pris pour le maintenir, ainsi que les autres manifestants arrêtés – tous civils –, à l’écart des militaires emprisonnés. C’est ainsi que, le 11 juin 1956, il précise à sa femme : « Les autres détenus sont des militaires français une centaine de braves bougres condamnés à des peines diverses il y a quelques voleurs parmi eux mais la plupart sont là pour désertion, insoumission, refus d’obéissance ou voies de fait sur des officiers. Inutile de te dire que l’on nous isole complètement d’eux. Il semble qu’il y ait eu des consignes particulièrement sévères données à ce sujet. Nous devons être contagieux »18. Après un passage par Saint-Paul, et alors qu’il est reconduit avec ses compagnons à Montluc, il ajoute début juillet 1956 : « Ici il est plus facile de nous isoler des autres détenus. Le personnel de surveillance n’y est pour rien, ça vient de beaucoup plus haut »19. Son « réjouissant emploi du temps de chaque jour » est ainsi détaillé :

7 heures : on nous sort de nos cellules pour le déjeuner, toilette, nettoyage de notre domicile et des tinettes individuelles puis cric crac double tour.

11 heures : repas dans une salle qui sert de chapelle le dimanche. Nous échangeons tous les quatre ensemble puis à midi on nous boucle à nouveau.

16 heures : promenade. On tourne en rond pendant une heure en bavardant, on a presque l’impression d’être libre puisque l’on voit des gens aux fenêtres des HLM dans le lointain puis cric crac bouclés jusqu’à 18 heures.

18 heures : repas jusqu’à 18 h 30 et cellule jusqu’au lendemain matin. Bien entendu on nous a retiré nos montres et nous connaissons l’heure aux divers bruits de serrures et de trousseaux qui égaient notre séjour ici.

  • 20 On relève aussi une transmission intergénérationnelle avec ses enfants (« Nous avons de la peine d (...)

12Hormis quelques rares moments de sociabilité autorisés qui s’élargiront à force de lutte (repas, promenade), Pierre Renoux, seul dans sa cellule, tend l’oreille. Qu’un son connu trouble la pensée vagabonde, et la nostalgie, ce temps mêlé, remonte à la surface : « Ce matin en m’éveillant j’ai entendu le roucoulement d’une tourterelle dans une cour de Montluc. J’ai cru un moment être dans notre petite chambre de Lavilledieu, hélas la réalité est tout autre ». Mais qu’il lui soit interdit de faire du bruit et la mémoire, cet autre temps mêlé, fait éclater sa colère : « Il est défendu de chanter et de siffler, il paraît que ça gêne les condamnés à mort, trois hitlériens qui sont à l’étage en dessous et qui attendent sans doute une libération qu’Adenauer doit réclamer ! ». Cette coprésence de quatre anciens résistants et de trois criminels de guerre nazis (Floreck, Stengritt, Heimann) fait l’objet d’une transmission multiple tant en direction de ses compagnons de luttes passées (Résistance) qu’en direction de l’opinion publique (anticolonialisme)20. L’affaire peut éclater.

  • 21 APPR. Lettre, Clermont, 12 juin 1956.
  • 22 APPR. Lettre, Saint-Paul, 22 juin 1956.
  • 23 APPR. Lettre, Montluc, 10 juin 1956. Le 29 juin 1956, il répète : « Guy Mollet et Lacoste ne veule (...)
  • 24 A. Frossard, La maison des otages (1945), Paris, A. Fayard, 1960.
  • 25 APPR. Lettre de la cellule de Frayol du Parti communiste français aux camarades Berge, Boiron, Cor (...)
  • 26 APPR. Le Teil, 12 juin 1956. Citation suivante également.
  • 27 APPR. Montluc, 13 juin 1956. Il parle aussi d’« enlèvement ».

13Depuis Montluc, Pierre Renoux parfait sa défense. Il rencontre l’avocat délégué par le parti et cherche à affiner sa présentation. C’est dans ce sens qu’il réclame à son père ce qu’il appelle son « musée familial »21, autrement dit les états de service militaire de son arrière-grand-père – campagne d’Algérie –, de son grand-père – campagne de Tunisie –, de son père – mutilé de guerre en 1914-1918 puis résistant pendant la seconde guerre mondiale (il a dirigé un bataillon pendant la Libération dans lequel servent ses deux fils Pierre et Claude) –, et la sienne afin de démontrer qu’ils ont toujours eu dans la famille un « grand souci de la Défense nationale non pas en paroles, mais en actes qui s’inscrivent en lettres de sang »22. L’utilisation de la généalogie résistante, classique dans le cas de suspicion de trahison chez les communistes, trouve en Montluc un support efficace d’autant que Pierre Renoux utilise moins le qualificatif de « détenu » que celui, particulièrement évocateur, d’« otage »23 : cela n’est pas sans rappeler l’un des premiers livres sur Montluc, La maison des otages, écrit pour témoigner de la politique nazie et des nombreux otages enfermés à Montluc sous l’Occupation24. Il reçoit surtout de nombreux témoignages d’anciens de Montluc qui se livrent à une archéologie de la prison. C’est ainsi que la cellule communiste de Frayol (Le Teil) lui rappelle que, « pour les habitants de notre ville le fort Montluc représente un souvenir sinistre et ce nom seul suffit à soulever l’indignation en rappelant l’occupation nazie »25. C’est ainsi également qu’un « camarade » lui écrit à une adresse qu’il connaît « malheureusement trop » : « Mon instituteur, Jules Delval, que tu as pu connaître par sa vie exemplaire de communiste, a été interné lui aussi à Montluc parce qu’il voulait la paix. Il était peut-être dans ta cellule, ou dans celle de Berge, Boiron ou Corbier. Peu importe il a été arraché à sa prison par le peuple de France et les nazis ont été vaincus. Aujourd’hui d’autres défenseurs de la paix sont arrêtés et jetés au cachot »26. Un lien est noué entre Montluc et le département de l’Ardèche, « le premier département à être libéré du joug nazi en France ». Des noms d’internés remontent à la surface. Et la menace fuse : « Le peuple de 56 n’est pas le peuple de 40 ». Les murs de la prison sont devenus des miroirs et les différentes strates historiques se superposent moins qu’elles ne s’intriquent : « une fois de plus ils ont sous-estimé la capacité de lutte du peuple. Parce qu’un Tixier-Vignancourt ou un Le Pen peuvent nous cracher au visage et insulter la Résistance du haut de la tribune de l’Assemblée nationale, ils se croient revenus au temps de Vichy. Avec de telles méthodes ils n’iront pas loin »27.

  • 28 APPR. Lyon, 29 juin 1956.
  • 29 Un premier cycle de manifestations a eu lieu suite au recours aux rappelés en août 1955 (vingt-cin (...)
  • 30 Durant le meeting de Privas, de nombreuses personnalités montent à la tribune dont Édouard Froment (...)
  • 31 AJM, TPFA de Lyon. Jugement 115/1304, 14 mars 1957. Rapport de gendarmerie, Beaurepaire, 2 mai 195 (...)
  • 32 Ahmed Zabana, condamné à mort pour l’assassinat d’un garde forestier dans la nuit du 31 octobre au (...)
  • 33 Fin mai 1956, des étudiants algériens ont diffusé à Lyon un tract sur papier vert – couleur de l’A (...)
  • 34 APPR. Lyon, 23 juin 1956.

14La mobilisation des troupes obéit à une mécanique bien huilée avec la mise en place de stratégies militantes : « Tout doit être utilisé, affiches, tracts, presse, etc. L’argent collecté ne doit pas dormir dans les caisses, il faut l’utiliser pour l’édition de matériel, il faut continuer de collecter partout pour organiser des délégations pour le procès »28 encourage Pierre Renoux qui peut compter sur son épouse, militante aguerrie, membre de l’Union des femmes françaises, qui fait du porte-à-porte, alerte les élus locaux, les personnalités et contacte les avocats. La campagne d’opinion organisée méthodiquement succède à la manifestation spontanée qui entoure les inculpés montant dans le fourgon cellulaire : alors que le PCF est entré dans une nouvelle phase légaliste, condamnant le FLN, refusant de parler d’« Algérie algérienne » et votant même les pouvoirs spéciaux le 12 mars 1956, il appuie certaines manifestations de soutien aux rappelés dont celle d’Aubenas29. Les syndicats CGT auxquels appartiennent les détenus, l’Union des femmes françaises, à laquelle adhèrent leurs épouses, la presse militante (Les Allobroges, La République) ainsi que les sections locales du Parti recueillent les signatures des pétitions, diffusent tracts et brochures, organisent réunions et meetings avec, comme point d’orgue, celui organisé à Privas le 17 juin30. Un comité de défense des libertés républicaines est même constitué à Aubenas afin de coordonner toutes ces actions. Puis la mobilisation sort du cadre local pour se répandre à l’échelle régionale et nationale avec de nouvelles manifestations qui ont lieu un peu partout en faveur des rappelés. C’est ainsi que, suite à la manifestation du 2 mai 1956 à Beaurepaire contre deux « trains spéciaux » en partance pour l’Algérie via Marseille, l’un rempli de matériel militaire et le second occupé par 680 jeunes appelés, et suite à celle du 13 juin en gare de Romans, ce sont dix manifestants communistes qui se retrouvent à Montluc – ils sont près de soixante-dix emprisonnés en France – le 11 juillet 1956. Parmi eux, Louis Seyve renforce l’image du détenu paradoxal : figure de la Résistance bien connue puisqu’il est étiqueté par les officiers de police comme « ex-FTPF [Francs-tireurs et partisans français] »31, il est étroitement surveillé comme « adhérent du PCF, secrétaire de la cellule locale et propagandiste du Parti » et immédiatement arrêté pour sa participation aux manifestations contre la politique française, sa harangue aux soldats et à la foule massée autour du train. La mobilisation se radicalise au moment où la guerre d’Algérie connaît un tournant en juin 1956, tant dans la colonie, où les premières condamnations à mort sont exécutées32, qu’en métropole, où l’on assiste aux premiers procès de militants nationalistes algériens : à Lyon, c’est le procès des étudiants algériens33. La détention se prolongeant, les prisonniers et leurs proches souhaitent passer en justice et se félicitent régulièrement de la fuite en avant répressive du gouvernement. Avec ces nouveaux militants communistes réprimés, Pierre Renoux estime qu’« au rythme où vont les choses et si ailleurs la justice militaire travaille dans le même esprit dans 15 jours c’est toute la France qui va être dressée pour ses libertés et la paix en Algérie comme jamais elle ne le fut »34.

15Montluc redevient le support idéal des trois mots d’ordre inlassablement répétés durant le mois et demi de mobilisation : libération des emprisonnés, paix en Algérie, respect des libertés fondamentales inscrites dans la Constitution. Une dizaine d’années après la Libération et porté par les traumatismes de l’après-guerre, le processus mémoriel arrive à maturité et Montluc finit par intégrer une constellation réunissant les mémoires de Vichy, du nazisme et de la colonisation.

Figure 20. Tract du Secours populaire français pour la libération des « 4 d’Aubenas » (juin 1956)

Figure 20. Tract du Secours populaire français pour la libération des « 4 d’Aubenas » (juin 1956)

Source : © Archives privées Pierre Renoux

  • 35 La République, 10 juillet 1956. Il semble y avoir confusion entre Saint-Paul et Montluc dans cet a (...)
  • 36 M. Silverman, Palimpsestic Memory. The Holocaust and Colonialism in French and Francophone Fiction (...)
  • 37 Pour M. Silverman, la « mémoire concentrationnaire » n’est pas uniquement la « mémoire de l’holoca (...)
  • 38 Tout un débat historiographique existe autour de cette question dont voici les principaux termes : (...)
  • 39 La République, 18 juin 1956.
  • 40 Les Allobroges, 12 juin 1956.

16Premièrement, Montluc incarne définitivement la barbarie nazie : la prison est, avec Saint-Paul à Lyon et parmi d’autres sites répressifs, celle « d’où tant de patriotes sont partis pour le voyage nazi dans “la nuit et le brouillard” sur les routes sans retour, [et qui] garde encore, dans ses murs, l’écho des salves des pelotons d’exécution et le choc du couperet de la guillotine sur la nuque des patriotes »35. « Nuit et brouillard » : il s’agit bien sûr d’une référence aux dispositions nazies du 7 décembre 1941 qui organisaient la déportation des ennemis du Reich et impliquaient l’effacement des traces du crime. Mais il s’agit aussi d’une référence au film éponyme d’Alain Resnais, tourné en 1955 et diffusé en 1956, à la fois « évocation de l’horreur radicale des camps et […] allégorie de la guerre d’Algérie »36. Ce film, qui fonde un « art et une mémoire concentrationnaire »37, montre comment le passé vient hanter et inquiéter le présent, comment la répression d’aujourd’hui se lit à travers celle d’hier. Le projet nazi a échoué, les traces sont toujours là, et à Montluc, pour reprendre la dernière phrase du film de Resnais, « la bouche sera toujours ouverte, non pour les mots mais pour les cris ». Ainsi, le milieu des années 1950 coïncide avec la mémoire des camps qui, fixée autour de sites répressifs identifiés, vient appuyer la condamnation de la répression coloniale. Pour ce qui est plus spécifiquement des Juifs, ils ne sont pas désignés comme tels dans les articles de presse militants, les communistes embrigadant « les morts juifs dans le combat antifasciste »38. Car les détenus incarnent plutôt les nouveaux « patriotes » : ainsi, les ouvriers du bâtiment, dans une lettre de protestation, s’indignent « du fait que des patriotes puissent être internés au fort de Montluc »39 et les « forces de gauche » d’Aubenas affirment qu’elles se feront « un devoir d’arracher les quatre patriotes de la prison »40. Parmi les associations mobilisées contre les nouvelles détentions, on note sans surprise le rôle des Anciens combattants résistants et du Comité national de la résistance à la guerre et à l’oppression.

  • 41 Dans un tract du Comité albenassien pour la défense des libertés et la libération des quatre intit (...)
  • 42 Les Allobroges, 11 juin 1956.
  • 43 Ibid., 12 juin 1956.
  • 44 La République, 11 juillet 1956.
  • 45 APPR. Tract « Après les arrestations. Plus que jamais à l’œuvre pour le cessez-le-feu en Algérie »
  • 46 Les Allobroges, 12 juin 1956.

17Deuxièmement, la mémoire de Vichy est réactivée et sa complicité avec le nazisme davantage assumée. La collaboration est rappelée de manière grinçante puisque le sort des communistes en détention provisoire à Montluc, dépourvus du statut de détenu politique, est comparé à celui, plus favorable, des « collaborateurs qui les ont précédés à Montluc »41. La répression des communistes du temps de Vichy, et leur détention à Montluc, se retrouvent aussi dénoncées dans le présent, parfois à tort. Faisant fi du décret du 11 mars 1950, qui instaure le chef d’inculpation d’entrave violente à la circulation du matériel militaire en temps de paix, un tract signale par exemple « que ce texte [art. 76 alinéa 3 du Code pénal] utilisé sous Vichy pour faire exécuter les résistants n’a jamais été ratifié par le Parlement. Jamais au cours de la IIIe République, il n’est venu à l’esprit de quiconque de faire juger en temps de paix des civils par des tribunaux militaires ». Surtout, la répression policière, surinvestie depuis le début de la guerre d’Algérie au détriment de la répression judiciaire, comme durant la guerre d’Indochine, devient la cible des critiques. C’est ainsi que le Comité de défense des libertés républicaines constitué pour l’occasion clame à l’envi « son indignation devant les méthodes policières qui bafouent les libertés républicaines » et dénonce régulièrement ces « méthodes pro-fascistes [qui] ont la désapprobation unanime de la population de la région »42. On parle du « fascisme renaissant »43, de « machination policière »44, ou encore d’« agissements pétainistes »45. Le Comité antifasciste de Lyon, piloté par la professeure Jeannette Colombel, se mobilise ardemment pour dénoncer les nouvelles méthodes policières, la CGT rappelle que « nous avons l’habitude de voir arrêter nos militants, mais toujours la vérité a triomphé et l’union de la classe ouvrière a su barrer la route au fascisme »46.

  • 47 APPR. Tract de la fédération du Rhône du Secours populaire français.
  • 48 APPR. Tract « Après les arrestations. Plus que jamais à l’œuvre pour le cessez-le-feu en Algérie »
  • 49 APPR. Tract « Les Républicains accusent ! » du Comité albenassien pour la défense des libertés et (...)

18Mémoire de la barbarie nazie (déportation, exécutions sommaires) et mémoire de Vichy (police politique, collaboration) s’entremêlent définitivement à Montluc pour en préciser le nom et en faire un étendard, un signe lourd de significations. Le titre d’une rubrique de presse créée pour l’occasion – « Au fort Montluc » – suffit à préciser le contenu de l’article. Le « fort » est cette prison « qui évoque de si pénibles souvenirs »47, cette prison de « sinistre mémoire »48. Plus que tout, Montluc incarne l’arbitraire : elle est, comme l’indique le titre d’un reportage en plusieurs volets, « La nouvelle Bastille ». L’arrestation des manifestants est, pour tous leurs soutiens, « un retour aux lettres de cachet »49.

Figure 21. Affiche pour la libération des embastillés d’Aubenas, 14 juillet 1956

Figure 21. Affiche pour la libération des embastillés d’Aubenas, 14 juillet 1956

Source : © Archives privées Pierre Renoux

  • 50 C’est ce que prouve une circulaire « secrète et confidentielle » de juin 1956, adressée par le min (...)
  • 51 APPR. Lettre, 29 juin 1956.
  • 52 APPR. Lettre, 3 juillet 1956.

19Durant tout le temps de la détention, la lutte se focalise sur l’absence de légalité de la répression puisque l’arrestation des manifestants est une atteinte à la liberté individuelle, à la liberté d’opinion et d’expression, aux droits reconnus par la Constitution. La défense, toute juridique, se concentre sur l’impossibilité de reconnaître l’entrave violente et l’évidente arrestation des meneurs pour « délit d’opinion »50, et sur la question de savoir si les appelés peuvent être considérés comme du « matériel militaire ». Forts de ces arguments, les détenus et leurs soutiens politisent l’affaire et font de l’autorité militaire, siège de l’arbitraire, la cible principale. C’est ainsi que Pierre Renoux ne cesse de provoquer la justice militaire dans ses lettres, jouant avec la censure pour mieux la dénoncer : il rappelle à ses compagnons que « pour les colis vous pouvez envoyer ce que vous voulez sauf grenades, pistolets etc. la panoplie du parfait évadé avec le mode d’emploi est également interdit »51 ; il se corrige quand il évoque « la monstruosité que commettent ceux qui veulent se prétendre nos “juges”, alors qu’ils ne sont que les exécutants d’une sale politique. Je raye cette phrase because la censure et je ne voudrais pas être inculpé d’outrage à magistrat car au point où ils en sont ! Alors admettons que je ne l’ai pas écrite ni même pensée. Cela leur ferait plaisir »52 ; il parodie aussi le ton de la justice militaire :

La censure fait du zèle. Hier un des quatre camarades de Romans qui décrivait à sa femme ce qui était susceptible de l’intéresser, en particulier les conditions de détention, a vu sa lettre refusée avec sur l’enveloppe « Parlez de vos affaires de familles [sic] ». Elle est bien bonne, tu ne trouves pas ? Être au régime du droit commun, dans une cellule de condamné à mort, humide et sans soleil, alors qu’on est tuberculeux pensionné militaire 100 %, et l’écrire à sa femme, c’est pas des affaires de famille. Il nous faudra parler de la pluie et du beau temps et des mérites de Guy Mollet et de ses ministres pour que maintenant une lettre puisse vous parvenir.

Comme je suis un élève obéissant et qui sait comprendre mes leçons de nos professeurs de vertu, je te fais donc ces quelques lignes qui te surprendront mais que tu comprendras lorsque tu sauras que j’ai été touché par la grâce.

Ainsi les craintes que nous avions n’étaient pas justifiées. Il y a encore des juges en France, et c’est fort heureux. Les juges militaires ne sont pas au garde-à-vous devant l’opinion publique. L’opinion publique ? Keksekça ! Foutez d’moi mes lascars ! Veux pas l’savoir. Z’aurez huit jours. Rompez ! Ils n’ont pas cédé aux pressions inadmissibles de ces milliers de fanatiques de la paix qui réclamaient, les insensés, notre mise en liberté. Ils ont écouté la voix de leur conscience, ils ont placé au-dessus de tout l’intérêt patriotique qui se confond chacun le sait avec les intérêts particuliers de Bugeaud Blachette etc.

N’écoutant que leurs vœux généreux ils nous ont accordé huit jours de congés supplémentaires. Soucieux de notre avenir et du leur ils n’ont pas commis la fatale erreur de nous mettre à la rue sans crier gare. Ils ont bien compris que dans l’état de repentir où nous [nous] trouvons nous n’aurions pas manqué dès notre sortie d’haranguer la jeunesse pour lui dire : « Mourir pour Bugeaud, pour Blachette c’est le sort le plus beau, le plus digne d’envie ». Une sueur froide est passée sur eux. Alors plus de manifestations donc plus de répression. Qu’allaient-ils devenir devant des tribunaux sans inculpés et des prisons sans prisonniers ? Des disponibles ? Eux aussi ! Tout mais pas ça ! Et dans un sursaut patriobard bien compréhensible ils ont décidé de nous garder, puisque nous sommes leur raison d’être. To be or not to be, that is the question. Quand je disais qu’il y a encore des juges en France !

  • 53 APPR. Lyon, 27 juin 1956, 5 heures du matin. Citations suivantes : Lettres, Saint-Paul, 26 et 29 j (...)

Je te laisse et t’embrasse […]. Parlez d’vos affaires d’famille nom d’un… Anasthasie dixit.53

  • 54 La Valloire. Sans date.
  • 55 APPR. Lettre, 29 juin 1956.
  • 56 Archives privées Annie Seyve (APAS). Lettre non datée, Louis Seyve.
  • 57 APAS. Lettre de Louis Seyve, Lyon, 28 juin 1956.
  • 58 APPR. Lettre, 3 juillet 1956.
  • 59 APPR. Lettre, 28 juin 1956.

20L’offensive touche à l’honneur national tout à la fois partagé et disputé entre les juges militaires et les inculpés, tous anciens résistants : « Puisqu’ils veulent un procès, ils l’auront, affirme Pierre Renoux dans une lettre. Soyez tranquilles, nous n’irons pas en accusés, mais pour y dénoncer ceux qui trahissent l’intérêt national en entraînant le pays dans une aventure honteuse où nous avons tout à perdre, notre sang, notre argent, notre honneur et l’amitié des autres peuples ». Il ajoute : « La perspective d’un procès ne nous effraye pas. Ce procès dépasse de très loin nos personnes. Ce sera le premier dans ce genre et puisque nous avons l’honneur d’être choisis pour porte-drapeau de la volonté de paix de notre peuple nous ferons notre devoir de militants révolutionnaires ». Pour le militant communiste, le terrain de l’affrontement est bien délimité et il estime même que « le sentiment de l’honneur et tout leur blablabla faussement patriotique c’est bon pour les poses d’armes et les remises de décorations, c’est fait pour épater les pékins naïfs ». À l’extérieur, le PC peut enchaîner et protester en diffusant des tracts (l’un est intitulé : « La SNCF au service des colonialistes »), en dénonçant les violences policières, mais aussi en accusant la justice militaire d’anticommunisme et en conseillant d’adresser toutes les protestations et pétitions appelant à la libération des emprisonnés « au capitaine Vernet cabinet 52 Fort Montluc Lyon »54. À l’intérieur, Pierre Renoux réorganise la cellule communiste et grignote pas à pas quelques libertés. Lorsqu’un camarade reçoit trois colis dont l’un pèse plus de 20 kg, Pierre Renoux, désigné « commissaire au ravitaillement »55, se charge de la répartition « dans un esprit d’absolue équité »56 : « C’est communisme absolu, dans la pensée, comme dans le matériel »57. La prison est une « école de la solidarité »58. Inévitablement, cette cellule recomposée « change le rapport de force dans la prison [:] nous sommes plus solides pour lutter pour l’amélioration de nos conditions de détention. Hier déjà nous avons posé un certain nombre de revendications »59. C’est ainsi qu’à travers les lettres de Pierre Renoux, nous pouvons suivre l’évolution discrète de son statut : le 10 juin 1956, « c’est le régime de droit commun, légèrement adouci », le 18, « toujours pas de nouvelles pour le régime politique, j’ai l’impression qu’on nous lanterne », le 29, si « nous n’avons pas encore le régime politique […] nous avons obtenu de sensibles améliorations (douches jeudi et dimanche, deux promenades par jour, parloir une heure et après les droits communs c’est un progrès considérable) », le 1er juillet, le droit de réunion en prison est reconnu.

  • 60 Louis Seyve, condamné par exemple le 14 mars 1957 à un an de prison ferme par le tribunal militair (...)

21Fort de cette double organisation, le 13 juillet 1956, comme par enchantement, le pouvoir politique privilégie la mise en liberté provisoire, contrairement à l’ordre de maintien en détention prononcé par le tribunal militaire le matin même. Les détenus sortent de prison et Pierre Renoux se rend immédiatement en pèlerinage au monument aux morts d’Aubenas. Le procès confirme le revirement politique : les inculpés bénéficient d’un non-lieu, comme cela est devenu fréquent dans ce genre d’affaires60. La nouvelle Bastille n’a pas résisté à l’assaut des militants anticoloniaux et la photographie souvenir apparaît comme une conquête.

Figure 22. Les « patriotes » d’Aubenas, de Romans et de Beaurepaire libérés le 13 juillet 1956

Figure 22. Les « patriotes » d’Aubenas, de Romans et de Beaurepaire libérés le 13 juillet 1956

Source : © La République, 14-15 juillet 1956, p. 1

  • 61 La République, 11 juillet 1956.
  • 62 APPR. Lavilledieu, 15 juin 1956. L’épouse de Pierre Renoux note aussi le transfert de son mari dan (...)

22Toutefois, comme cela est relevé à l’époque, « la vie fournit de ces symboles qui feraient hésiter la plume d’un écrivain »61. En effet, si les « patriotes d’Aubenas » sont internés à Montluc le 8 juin 1956 et sont libérés de cette même prison le 13 juillet 1956, entre temps, ils ont été transférés trois semaines à la prison Saint-Paul, « avec les gredins » car, « dans cette forteresse [Montluc], on voulait tourner un film à la gloire de la Résistance »62. Après les commémorations, l’internement des anciens bourreaux, la réactivation des mémoires par l’emprisonnement d’anciens résistants, parfois anciens détenus sous Vichy à Montluc, l’art investit la prison.

Un art pour mémoire

  • 63 AN, 19960148/117. Rapport des directions régionales sur le fonctionnement des établissements pénit (...)
  • 64 Ibid., Lettre du directeur régional au ministre de la Justice, 21 février 1948.

23L’histoire de Montluc éveille, en plus des commémorations et de la justice, d’autres désirs de connaissance, d’autres volontés de maintenir le souvenir. Elle attire des journalistes, historiens, écrivains. Les Éditions de France contactent par exemple le directeur du service pénitentiaire de la région lyonnaise, dès 1948, pour obtenir « l’autorisation de photographier le fort Montluc où malheureusement tant des nôtres ont trouvé une fin tragique ces dernières années »63, et ainsi illustrer un ouvrage : Lyon du paradoxe. L’éditeur rappelle qu’il s’est présenté plusieurs fois accompagné de responsables militaires mais n’a pas été autorisé à franchir le mur d’enceinte du fait de la présence de condamnés dans la prison. Le site, parce qu’il enferme autant des détenus que des souvenirs, entraîne des principes d’ouvertures contrôlées. Un avis favorable est émis « en raison du but documentaire qui s’y rapporte et considérant que la publication des photographies n’est pas susceptible de nuire à la sécurité de l’établissement »64. De manière curieuse, l’éditeur ne demande pas à photographier l’intérieur des cellules, mais seulement l’extérieur des bâtiments : les photographies sont là pour illustrer un événement bien spécifique, l’entrée des spahis à Lyon : histoire coloniale et histoire de Montluc se croisent à nouveau.

  • 65 Ibid., Lettre du garde des Sceaux à Jean Thuilier, 5 août 1955. L’évasion a eu lieu dans la nuit d (...)
  • 66 Ibid., Lettre de A. Touren à Jean Thuillier, 2 mars 1956.
  • 67 Ibid., Note pour M. le directeur de la circonscription pénitentiaire de Lyon, 23 avril 1955. Citat (...)
  • 68 Ibid., Lettre du garde des Sceaux à Jean Thuilier, 5 août 1955.
  • 69 Selon les représentants du ministère, « la réalisation projetée ne saurait avoir lieu sans de grav (...)
  • 70 De 1932 à 1939, la prison a été fermée pour cause d’insalubrité.

24Les chemins de la mémoire passent aussi par l’art. Le principal projet artistique de ces années 1950 est le film de Robert Bresson, Un condamné à mort s’est échappé, tourné en 1956 et qui retrace avec un maximum d’exactitude l’évasion réussie d’André Devigny, membre d’un réseau de résistance, sous l’occupation allemande65. Or, le réalisateur a bénéficié d’une autorisation, accordée à titre exceptionnel, de tourner son film sur les lieux mêmes de cette évasion, c’est-à-dire à la prison Montluc66. Il doit cela à sa réputation, au fait d’armes spectaculaire raconté, mais aussi à la position d’André Devigny, alors membre du cabinet du ministre de la Défense67. Par ailleurs, plusieurs conditions doivent être réunies pour le tournage. D’abord, la première visite est organisée « dans des conditions telles que les visiteurs ne puissent être aperçus par la population pénale ». Ensuite, la prise de photographies est autorisée afin de reconstituer un décor aussi exact que possible de la prison, mais le garde des Sceaux « ne [peut] consentir à des prises de vue cinématographiques des bâtiments, couloirs, escaliers, cour, chemin de ronde, malgré l’intérêt qui s’attacherait certainement à la réalisation projetée »68. Il rappelle en effet que « la prison est toujours en service et contient actuellement des détenus auxquels sont reprochés des faits très graves, parmi lesquels figurent d’ailleurs plusieurs condamnés à mort. Des motifs impérieux d’ordre et de sécurité s’opposent dès lors absolument à ce que des prises de vues cinématographiques aient lieu dans une partie quelconque de l’établissement ». La troisième condition est de tourner dans une aile désaffectée et de vider la prison de ses occupants le temps du tournage69. C’est alors que l’on peut découvrir la prison, vue de l’extérieur, dans sa nudité, d’autant que l’entreprise d’évacuation permet également de restaurer les édifices d’une prison délabrée dès le début des années 1930, et endommagée par la guerre70. Les traces du passé doivent être effacées. Ou quand l’utile rejoint l’art.

Figure 23. Prises de vue de Montluc (1956)

Figure 23. Prises de vue de Montluc (1956)

Source : © Archives photographiques Le Progrès

  • 71 Le Progrès, 23 juin 1956.
  • 72 Cité par A. Pantet, « Principe courage. Un condamné à morts s’est échappé », Vacarme, n75, 2016/ (...)
  • 73 H. Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours (1987), Paris, Seuil, 1990, p. 262.
  • 74 A. Pantet, « Principe courage », art. cité, p. 38.

25Le tournage fait rejaillir les mémoires de Montluc qui sont replacées au cœur de l’actualité, d’autant que c’est l’occasion d’une visite de la prison, provisoirement désaffectée : « Exceptionnellement, pour les reporters du Progrès, M. Tuilier, directeur de la production, a fait ouvrir les portes de la prison militaire et les a guidés dans les arcanes que fut le chemin de croix de 10 000 patriotes »71. Les photographies publiées manifestent la présence d’acteurs en tenue allemande dans la cour de la prison. Les commentaires des journalistes témoignent de souvenirs qui réapparaissent comme les stigmates de la guerre collés aux murs de la prison : « De cellule en cellule et de grillage en grillage, toute l’angoisse des prisonniers politiques revit pour l’œil noir de la caméra qui, sinistrement, évoque celui des fusils mitrailleurs braqués sur les lucarnes où pouvait apparaître un visage. Les murs de Montluc sont encore constellés des traces de balles que les gardiens tiraient en encadrant les fenêtres » (ibid.). Quant au film, il pense la « tension vers la liberté », comme le rappelle Robert Bresson lui-même : « Ne pas tourner pour illustrer une thèse, ou pour montrer des hommes et des femmes arrêtés à leur aspect extérieur, mais pour découvrir la matière dont ils sont faits. Atteindre ce “cœur du cœur” qui ne se laisse prendre ni par la poésie, ni par la philosophie, ni par la dramaturgie »72. Pour le dire autrement, en reprenant les mots d’Henry Rousso, Robert Bresson prend « une distance hautaine et tragique pour faire une aventure spirituelle de l’évasion d’un résistant »73. Par conséquent, il dénie aux bourreaux le droit d’apparaître, ces derniers n’ayant « pas de visage, mais seulement des morceaux de corps menaçants, des ombres et des voix autoritaires »74, et colle aux détails d’une vie qui aspire à vivre, avec des plans rapprochés montrant des mains qui nouent une corde ou transmettent une lettre. Ainsi, non seulement le film sert à la réactivation des souvenirs de la guerre, mais il définit aussi une éthique du résistant emprisonné. On comprend alors pourquoi le film va pouvoir servir de matrice à images pour les détenus politiques qui entrent à Montluc après sa diffusion, comme on le verra dans les prochains chapitres. Cette matrice est amplifiée par l’absence de vue globale de la prison au profit de plans sur les murs, une cellule, une porte, une lucarne, un chemin de ronde. Car la prison, c’est peut-être justement cela, des morceaux, la prison n’étant jamais rassemblée par un seul détenu. Grâce au film de Bresson, nombreux seront les détenus entrant à Montluc avec un sentiment de « déjà-vu » et l’idée d’une prison de la Résistance.

Figure 24. Les premières photos du tournage d’Un condamné à mort s’est échappé (juin 1956)

Figure 24. Les premières photos du tournage d’Un condamné à mort s’est échappé (juin 1956)

Source : © Archives photographiques Le Progrès

  • 75 D. Galland, Roland de Pury. Le souffle de la liberté, Paris, Les Bergers et les Mages, 1994, p. 84

26Étrange concordance des temps, le tournage et la diffusion du film interviennent au moment où la guerre s’intensifie en Algérie. Un sillon traverse les principaux protagonistes lors de la reconstitution. En effet, Robert Bresson et André Devigny se sont entourés, parmi d’autres conseillers, du pasteur Roland de Pury, ce dernier ayant partagé tous les préparatifs de l’évasion et ayant reçu les dernières volontés de l’évadé : dans le film, il est le pasteur Deleyris. Alors qu’il avait cru à l’exécution d’André Devigny, suite à l’arrestation et au retour en cellule du droit commun qui s’était fait la belle avec le résistant, il n’avait pu le revoir rapidement qu’après la Libération, chez lui, alors qu’il pensait apporter la nouvelle de sa mort à sa famille. Ce n’est finalement qu’en 1956 qu’ils visitent ensemble Montluc, laissant les souvenirs remonter. Mais, en pleine guerre d’Algérie, les oppositions sont manifestes, comme le rappelle Blaise de Pury, le fils du pasteur. Roland de Pury est un fervent opposant à cette guerre quand André Devigny « était assez réac, assez d’extrême droite, il était militaire de carrière, il a dû faire la guerre d’Algérie mais dans l’armée française »75. André Devigny est colonel, chef de secteur opérationnel dans le Sud algérien de 1955 à 1962. Les divisions du présent sont mises entre parenthèses, durant le temps du tournage, au profit des souvenirs du passé, de la Résistance et de l’évasion.

Cellules carcérales, cellules politiques

  • 76 Le 19 mai 1956, une circulaire du ministre de la Défense nationale étend l’appellation « matériel (...)
  • 77 AJM, TPFA de Lyon. Jugement 115/1304, 14 mars 1957. Tous les suspects doivent dire qu’ils sont ven (...)

27On l’a vu, Louis Seyve a été considéré comme le meneur de la manifestation en gare de Beaurepaire du 2 mai 1956, à la fois contre un train transportant du matériel militaire et un autre convoyant quelques appelés, ce qui lui a valu un premier séjour en prison de trois semaines, à Saint-Paul d’abord, à Montluc ensuite, en juin-juillet 1956. Avec les quatre d’Aubenas, il a été relâché le 13 juillet 1956, mais, à la différence de ceux-ci pour qui le TPFA s’était dessaisi au profit d’un tribunal correctionnel, Louis Seyve est convoqué par le premier le 14 mars 1957 pour répondre d’une « entrave violente à la libre circulation du matériel destiné à la Défense nationale »76. Durant l’instruction, l’anticommunisme de la justice militaire rejaillit, les enquêteurs estimant que la manifestation a été organisée « très probablement par le PC et ses filiales », et les interrogatoires étant systématiquement orientés comme en témoigne la réponse de Louis Seyve à une question de la police : « Sur interrogatoire : Je n’ai reçu aucun ordre du parti communiste. Je reconnais être affilié à ce parti. Je puis assurer qu’il n’y a pas eu de mot d’ordre de la part du PC »77. Louis Seyve est aussi confronté à des sous-entendus du juge d’instruction Vernet :

  • 78 APAS. Entretiens avec Louis Seyve réalisés par son fils Michel (cinq heures d’enregistrement en ci (...)

Le juge d’instruction, bien sûr, c’était un type très souriant mais qui, dans le fond, était un salaud. Je me souviens qu’à un certain moment il me pose la question : vous n’êtes jamais allé en Union soviétique ? Alors je lui réponds non, je ne suis jamais allé en Union soviétique. Oh, il me dit, pourtant cherchez bien dans vos souvenirs, vous êtes bien allé en Union soviétique. Alors je lui réponds, tout de même on ne va pas en Union soviétique comme on va au marché du canton voisin, c’est quelque chose qui marque dans la vie, un voyage en Union soviétique. Je ne suis jamais allé en Union soviétique. Et pourtant, me dit-il – il tire à lui un gros dossier, qui était épais comme ça –, vous avez bien fait une demande de passeport pour l’Union soviétique ?78

28Et le juge d’exhumer une démarche effectuée quelques années auparavant suite à une boutade d’un opposant politique qui avait proposé à Louis Seyve de faire avec lui un voyage en Union soviétique, à charge pour le militant communiste d’entamer les démarches administratives et à l’opposant d’acheter les billets. Une fois les passeports obtenus et la blague éventée, le voyage n’a pas lieu. Il en demeure une surveillance policière.

  • 79 APAS. Non daté, non référencé. « Les quatre des “l’affaire de Beaurepaire” doivent être acquittés  (...)
  • 80 Par exemple, une réunion publique d’information sur « l’affaire Seyve » s’est tenue à Châteauneuf- (...)

29À la fin de l’enquête et du procès (14 mars 1957), Louis Seyve écope d’une peine de prison d’un an ferme (ses trois co-inculpés bénéficient d’un sursis) et est sitôt enfermé à Montluc. Cette condamnation suscite immédiatement, et pour reprendre les principaux titres de l’époque, « une vive émotion dans cette région essentiellement agricole » et une large « indignation »79. L’épouse de Louis Seyve, le maire de sa commune (Épinouze) et le conseiller général de Grand Serre se rendent devant les grilles du tribunal avant de lancer, aux côtés du Secours populaire français, une mobilisation de grande ampleur qui se traduit par l’envoi de délégations à la préfecture, de milliers de signatures adressées à la présidence de la République, de collectes pour financer le procès, et par l’organisation de meetings80. Autour du 14 juillet 1957, sorte d’acmé de la mobilisation, ce sont cent vingt maires et conseillers généraux de toutes opinions qui apportent leur appui au détenu, armés de plus de 10 000 signatures de leurs administrés. Quant aux anciens manifestants, détenus puis libérés, ils se solidarisent. C’est ainsi que Pierre Massebœuf affirme à Louis Seyve qu’autour des anciens camarades de Montluc la mobilisation prend forme (télégrammes envoyés au président du tribunal, prises de contact à Paris, organisation de réunions politiques, etc.) et lui témoigne de son soutien :

Te voici donc à nouveau à Montluc où nous étions ensemble il y a quelque neuf mois. Nous étions alors dix camarades et te voilà seul maintenant. Nous y avons lutté, attendu, espéré ensemble ; nous y avons tissé les liens d’une amitié sans réserve. Et tu as repris seul le rythme de la vie monotone et uniforme ; la toilette au lavabo, le déjeuner, la lecture ou la correspondance qui remplacent nos conversations, la promenade dans la cour, l’oreille pleine du bruit de la rue toute proche et le soir, dans la cellule minuscule le (mot illisible) des autorails et le martèlement des roues sur les rails dans la nuit descendue.

  • 81 APAS. Lettre de Pierre Massebœuf à Louis Seyve, Romans, 24 mars 1957.

Je ne te ferai pas l’injure de te souhaiter du courage. Je sais que tu affrontes cette étape de ta vie avec ta fermeté habituelle et je sais que tu ne doutes ni du passé ni de l’avenir.81

Figure 25. La famille de Louis Seyve devant les portes du TPFA, 14 mars 1957

Figure 25. La famille de Louis Seyve devant les portes du TPFA, 14 mars 1957

Source : © Archives privées Annie Seyve

  • 82 APAS. Non daté, non référencé. « Les quatre des “l’affaire de Beaurepaire” doivent être acquittés  (...)
  • 83 Les Allobroges de la Drôme, 15 mars 1957. Citation suivante également.
  • 84 Ibid., 16 mars 1957. « L’opinion publique bafouée riposte ».
  • 85 La République, 10 juillet 1957.

30Dans cette mobilisation, les arguments sont bien évidemment avant tout juridiques. Il s’agit d’abord de démonter l’accusation en rappelant que la manifestation n’avait d’autre but que de témoigner la sympathie de la population aux rappelés et d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur sa volonté de voir intervenir une solution négociée en Algérie, bref, qu’à aucun moment elle ne fut violente. Il convient ensuite de rappeler que la détention constitue « un outrage fait aux libertés démocratiques reconnues par la Constitution »82, et ce, doublement : d’une part, la Constitution reconnaît les droits d’opinion et d’expression (et donc de manifestation), de l’autre, elle stipule que la France n’entreprendra aucune guerre de conquête et n’emploiera jamais ses forces contre la liberté d’aucun peuple. Alors, « parce qu’il est trop scandaleux, après tout, qu’un jugement “au nom du peuple français” fasse aussi ouvertement fi des opinions de ce peuple français, exprimées par télégrammes, pétitions, lettres, motions, l’opinion publique demandera dès aujourd’hui la cassation du jugement et la mise en liberté provisoire de Seyve, sollicitée par la défense »83. Pour les partisans de Louis Seyve, sa condamnation « a des relents de fayots. Elle sent le choix d’otage, le maccarthysme, l’exemple pour l’exemple et non la condamnation bâtie sur preuve ? ». On parle de « procès d’opinion », de « procès d’atmosphère » et également d’« offense » faite à toute la population84. Inévitablement, Louis Seyve est qualifié, après tant d’autres, d’« otage dans les cachots atroces de Montluc »85. Le débat entre à l’Assemblée nationale : autour du 14 juillet 1957, trois propositions sont déposées en urgence par le groupe communiste, mêlant la question de la libération des « patriotes » emprisonnés pour leur action en faveur de la paix en Algérie, celle des résistants de la seconde guerre mondiale encore sous les verrous pour des crimes ou délits de droit commun, et celle enfin des militaires appelés, maintenus ou rappelés sous les drapeaux, qui contestent leur incorporation. Ces connexions temporelles se nouent parfaitement à Montluc.

  • 86 Les Allobroges de la Drôme, 15 mars 1957.
  • 87 Ibid., 19 mai 1957.

31Le scandale autour de Louis Seyve prend dès l’origine un tour mémoriel car lui aussi se plaint de l’entrechoc des temps et des guerres, comme il le rappelle dans ses souvenirs enregistrés par son fils en 1983 : « Ce qui m’était pénible, je m’en rendais bien compte, [c’est que] j’étais dans la même aile de la prison que les condamnés à mort, il y en avait encore trois à l’époque où j’étais qui étaient des criminels de guerre, des lieutenants de Barbie, qui étaient à côté de moi ». En premier lieu, de très nombreux articles, tracts, brochures dénoncent de nouveau la proximité détonante avec les anciens criminels de guerre allemands. On affirme qu’« on ne lui épargne rien : l’ancien résistant, l’ancien FTP est enfermé près de trois condamnés à mort nazis, en rupture de peloton d’exécution »86. On rappelle que « Louis Seyve a passé la fête de la Victoire à côté des criminels de guerre nazis ! Il s’agit d’un défi à la justice, au bon sens et une insulte à la mémoire de nos martyrs qui furent pendant la période glorieuse de la Résistance ses compagnons de lutte »87. La proximité avec les nazis favorise à nouveau l’indignation : elle est un défi au sens commun, la détention apparaissant, par contraste, parfaitement arbitraire.

  • 88 APAS. Non daté, non référencé. « Signatures et délégations pour la libération de Louis Seyve ».
  • 89 La Défense, mai 1957, n392 et Non daté, non référencé : « Libérez Louis Seyve demande unanime la (...)
  • 90 APAS. Tract « On veut supprimer au patriote Louis Seyve les droits de citoyen français ».
  • 91 APAS. Tract « Deux anciens résistants enfermés depuis six mois au fort Montluc à Lyon ».
  • 92 APAS. Tract « Libérez Louis Seyve demande unanime la population d’Épinouze (Drôme) ».

32Pire peut-être, en deuxième lieu, un nouvel élément vient accentuer le scandale. En effet, alors que Louis Seyve voit sa demande de mise en liberté provisoire refusée pour la cinquième fois, ses partisans notent qu’Aimé Chaduc est remis en liberté, une dizaine d’années après avoir été condamné à mort et vingt jours après avoir été condamné par le TPFA de Lyon le 20 mars 1957 à cinq ans de travaux forcés. Ses crimes sont connus, dont l’établissement de listes d’otages potentiels remis à la Gestapo : il était le chef de la milice de Belley (Ain). Une nouvelle fois, cela crée une vive émotion et une lettre est adressée au président du tribunal militaire qui « doit savoir que la population drômoise [est] scandalisée de ces décisions »88. Le jour de la foire d’Épinouze, sur le marché, la section locale du Secours populaire dresse, au-dessus de son stand, une grande banderole « Libérez Louis Seyve », accompagnée d’un petit panneau sur lequel on peut lire : « Le milicien Chaduc, condamné il y a trois semaines par le tribunal militaire de Lyon à cinq ans de réclusion et à la suppression de ses biens, libéré. Le patriote Louis Seyve, pour une action en faveur de la paix, encore en prison »89. L’action locale, renforcée par la publication des photos et explications dans un journal national, donne « à réfléchir à toute la population ». Et, bien après, alors que Louis Seyve a accompli près de la moitié de sa peine, il est noté qu’il « est toujours incarcéré au fort Montluc à Lyon, alors que depuis longtemps (bien après avoir purgé la moitié de leur condamnation), des miliciens sont libérés »90. Une stratégie visuelle de juxtaposition est employée, les tracts mettant côte à côte les portraits des deux incarcérés, pour mieux manifester le contraste des deux parcours. Ce nouveau court-circuit de l’histoire est enfin accentué par le fait que Louis Seyve reçoit, durant sa détention, sa radiation des listes électorales. Le pas est vite franchi qui lie la perte des droits civiques d’un ancien résistant et la récupération des siens par un ancien milicien. Ainsi, le passé de Montluc rejaillit et vient caractériser toujours plus cette « sombre prison »91, ce « triste fort »92 qui doit impérativement ouvrir ses grilles et portes aux nouveaux patriotes incarcérés.

Figure 26. Tract contestant l’incarcération de Louis Seyve aux côtés d’Aimé Chaduc

Figure 26. Tract contestant l’incarcération de Louis Seyve aux côtés d’Aimé Chaduc

Source : © Archives privées Annie Seyve

  • 93 APAS. Tract « Il reste encore des embastillés ».
  • 94 La République, 10 juillet 1957.
  • 95 APAS. Poème de Louis Seyve écrit à Montluc le 14 août 1957 et intitulé Vie et liberté.

33Noms de Montluc, toujours. Les souvenirs collent à ses murs. C’est ainsi qu’on précise que « cet homme de 50 ans, estimé comme un homme honnête et pondéré par tous ceux qui le connaissent, est embastillé depuis cinq mois au fort de Montluc, où les nazis enfermèrent tant de leurs otages avant de les fusiller »93. Et un témoignage porté directement au domicile de Louis Seyve par le député des Alpes-Maritimes Virgile Barel, rédigé sur une feuille de brouillon conservée dans les archives familiales de l’ancien détenu, a tant de force qu’il finit publié dans la presse : « Je vous adresse l’expression de ma vive sympathie. Elle est basée sur votre courageuse attitude pour la conquête de la paix. Elle est en second lieu inspirée par le fait que vous êtes enfermé à Montluc. Il y a quelque part dans le Fort les ossements de mon gars, Max Barel, ingénieur de Polytechnique, torturé et tué en juillet 1944 par la Gestapo et Vichy » (figure 27)94. Les temps mêlés de Montluc servent de catalyseur à la mobilisation et Louis Seyve griffonne dans sa cellule une poésie de combat, dans laquelle la prison du passé rencontre la prison du présent95 :

[…] Que Môquet, Max Barel, Semard, Gabriel Péri

Et tant d’autres encore en ont connu le prix !

Pour elle et le bonheur, ils ont donné leur vie.

Français, pensez à ces martyrs, honneur de la Patrie !

À leur courage, leur sourire dans leurs chairs meurtries !

Face aux bourreaux de la Gestapo et de Vichy

Ils sont restés eux-mêmes ; ils n’ont jamais fléchi !

Leurs membres furent mutilés et leur noble cœur percé

Par des brutes et des traîtres au plus honteux passé !

Ils tombèrent, pour toujours dans un dernier soupir,

Les yeux encore ouverts, tournés vers l’avenir.

Auréolés de gloire, ils resteront immortels

Comme leurs prédécesseurs dont la vie fut si belle !

[…]

Figure 27. Mémoires de Montluc écrites par Virgile Barel sur une feuille de brouillon

Figure 27. Mémoires de Montluc écrites par Virgile Barel sur une feuille de brouillon

Source : © Archives privées Annie Seyve

  • 96 APAS. Lettre aux camarades du parti, Montluc, non datée.

34Les cloisons temporelles cèdent le pas mais les cloisons physiques restent, dans les premiers temps de la détention, relativement étanches. Louis Seyve file la métaphore médicale pour qualifier son isolement : « La prison, pour moi, est bien plus dure que lorsque nous y étions en juillet dernier. Les gardiens sont absolument corrects avec moi et compréhensifs. Mais il y a des consignes formelles. Je suis isolé, absolument isolé, cellule seul, réfectoire seul, promenade seul, enfin toujours seul. Le virus est tellement dangereux qu’il faut à tout prix empêcher toute contamination éventuelle et plus que possible. Je suis donc comme vous le voyez un reclus »96. Une politique de containment est prise au sein même de la prison, d’autant que, lorsqu’il était arrivé à Saint-Paul en juin 1956, il avait entonné L’Internationale ce qui avait conduit à quelques échauffourées dans la prison. Un soin particulier est mis pour le séparer des militaires (appelés, rappelés, engagés) dont certains sont là pour avoir manifesté leur anticolonialisme et refusé de servir une armée coloniale : le lien entre les deux peut être explosif.

  • 97 « On l’a connu, lui, pendant la guerre, c’était un ami justement de Moreau, qui l’a amené chez nou (...)

35Parmi les détenus militaires anticolonialistes, on trouve André Gaudet, détenu huit mois pour insoumission (16 février-16 octobre 1957). Né en 1932, il a été particulièrement marqué enfant par la guerre « avec toutes ses trahisons, toutes ses exactions » : vivant à Ceyzériat, il a vu son père ravitailler le maquis, cacher des résistants et leurs familles traqués par la milice dont Marcel Moreau et ses enfants ou encore Lucien Claverol97. Âgé de 20 ans en 1952, secrétaire d’état-major à Fès (Maroc) durant son service militaire, il a été également marqué par « le colonialisme dans toute sa splendeur » :

J’ai vu ce qu’était le colonialisme, vraiment, ça m’a répugné. Les gens, on les réduisait à l’esclavage, on se permettait n’importe quoi, on pouvait les insulter, les exploiter, je me demande même jusqu’où ça pouvait aller. Il y a sûrement des gens qui ont disparu […]. J’ai eu beaucoup d’estime pour les Marocains qui avaient un comportement honnête en face des colons et de toute cette génération qui ne valait rien. C’étaient des prédateurs, c’était pas autre chose. Ils avaient tous les droits. Alors, à partir de ce moment-là, j’étais anti-colonialiste. Ça c’est sûr.

36Fort de ces expériences, quand arrive son ordre de rappel pour partir cette fois en Algérie, sa décision est prise, comme il le rappelle lors de notre rencontre soixante ans après :

J’ai refusé carrément. Quand la mobilisation est arrivée, j’habitais Ceyzériat et je connaissais les gendarmes – dans un petit village on connaît la gendarmerie ; un jour, on se trouve avec des amis, on est allés trinquer ou boire le café, je ne me rappelle pas, et eux ils se trouvaient au café, à côté de nous. Ils m’ont dit que ça commençait à se préciser pour le départ en Algérie. Alors je leur ai dit que c’était pas la peine qu’ils se dérangent, que de toute façon je ne partirais pas. Ils avaient l’air d’en douter. Je leur ai dit : « Écoutez, vous ferez bien attention, si vous voulez me prendre, vous ne me prendrez pas vivant, il faudra y mettre le prix ». Et ils ont bien fait attention. [Durant tout] le temps où je suis resté insoumis, huit mois, avant de me rendre à Lyon, à la VIIIe région directement, ils ne m’ont jamais arrêté. […] j’ai rôdé dans la nature, la nature c’est mon domaine : comme je suis d’un petit hameau, Les Cornes, à Jasseron, j’ai vécu comme un sauvage là-bas, huit mois et demi. […] On s’est même rencontrés en pleine nature, avec deux gendarmes qui venaient du hameau des Combes et revenaient à la gendarmerie à Ceyzériat. C’était en milieu de journée, un moment où je me méfiais le moins, alors je sortais à découvert, je me baladais et on s’est retrouvés face à face, à quelques mètres. J’avais la carabine et tout ce qu’il fallait. Quand ils m’ont vu ils sont restés figés devant moi. Et quand j’ai vu qu’ils ne bougeaient pas, ma carabine est descendue sur le bras, je suis resté là et ils sont partis. […]

J’étais marié. Je pensais que ça allait se passer autrement, qu’il y aurait un soulèvement populaire, que ça allait s’arranger, puis quand j’ai vu que ça traînait en longueur, […] je me suis rendu directement à l’état-major de la VIIIe région.

  • 98 AN, 19960148/117. Directeur de la circonscription pénitentiaire de Lyon au ministre de la Justice, (...)
  • 99 Le CICR fait visiter fréquemment Montluc durant la période où les condamnés allemands sont présent (...)

37La reddition le conduit directement dans le quartier militaire de cette « prison peu banale » de Montluc. Dans ce quartier, d’après lui, « il y avait un peu de tout, des délinquants, des voyous [soldats ayant commis des faits de droit commun], des déserteurs. Ça faisait un mélange bizarre. Il y en a qui étaient là parce qu’ils avaient été condamnés, parce qu’ils avaient tué, et puis d’autres qui étaient condamnés parce qu’ils ne voulaient pas faire la guerre ». Il se rappelle aussi avoir été souvent seul en cellule et qu’avec tous ces militaires emprisonnés pour bien des délits différents, « on ne se fréquente pas ». En un mot, il ne connaît que l’aile des militaires. Isolé des détenus politiques (civils), il n’en est pas moins frappé par la charge mémorielle du site : ayant connu un résistant de Bourg passé par Montluc durant l’Occupation, Jean-Paul Convert, il suppose s’être « certainement trouvé dans la cellule qu’il a occupée parce qu’il y avait ses initiales qui étaient gravées au couteau contre la porte à l’intérieur ». Il est aussi « écœuré » (c’est son mot), comme Pierre Renoux et Louis Seyve, de la présence des trois criminels de guerre nazis qu’il cite nommément (Floreck, Stengritt, Heimann), dont l’un « avait été directeur de la prison pendant l’Occupation », et de celle de Chaduc : « Ils faisaient de la culture physique, ils étaient pas mal, c’était le club med. C’était un peu répugnant quand même ». La colère, palpable d’hier à aujourd’hui, s’explique du fait d’un traitement spécial de ces condamnés allemands lié tant à la grève du travail et de la faim de trente-quatre d’entre eux suite à l’exécution de deux des leurs le 30 septembre 195098, qu’au soutien international dont ils bénéficient : le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Young Men’s Christian Association (YMCA), le Hilfswerk International (association non gouvernementale localisée en Autriche) leur envoient de nombreux colis ou versements d’argent, leur permettent de recevoir des soins médicaux et un support diplomatique99.

  • 100 AN, 19960148/117. Lettre de Maurice Michel au garde des Sceaux, 28 mai 1957. Par lettre, le commis (...)
  • 101 AN, 19960148/117. Lettre de Roger Roucaute, député de l’Ardèche, et de Jean Cagne, député du Rhône (...)
  • 102 Les manifestants de Romans procèdent de la même manière en juin 1956 : « Considérant qu’en fait, n (...)
  • 103 Louis Seyve affirme dans ses lettres que « le personnel de la prison est compréhensif » (APAS. Let (...)

38Finalement, les cloisons temporelles comme les cloisons physiques volent en éclats en 1957 sous l’effet d’une lutte politique déclenchée par Louis Seyve et François Porrain, autre manifestant incarcéré, rejoints par André Gaudet. Parce qu’ils refusent d’être traités comme des « criminels de droit commun », parce qu’il leur est intolérable de constater qu’un milicien, condamné à cinq ans de réclusion, est libéré après deux mois de détention alors qu’eux-mêmes ne peuvent recevoir des colis et que leur demande de mise en liberté provisoire est constamment rejetée100, ils revendiquent le régime politique. Cette revendication est soutenue par le député de l’Ardèche et celui du Rhône qui, rappelant que « c’est dans cette prison que furent torturés et mis à mort des centaines de patriotes pendant l’occupation de notre patrie »101, dénoncent le régime de droit commun auquel sont soumis ces autres « patriotes » quand « leur seul crime est de vouloir la paix »102. Elle bénéficie également de la sympathie de gardiens qui se montrent généralement compréhensifs, d’autant plus qu’ils ont leurs propres griefs103. Si la rencontre facilite le transfert d’informations au profit des détenus communistes, ces derniers motivent aussi les gardiens dans leurs propres revendications. C’est ainsi que Louis Seyve, militant communiste aguerri, aide les gardiens de la prison à organiser une grève retentissante durant l’été 1957. Son récit, recueilli et enregistré par son fils en 1983, mérite d’être développé car il nous permet de plonger au cœur des relations carcérales et de comprendre comment les cloisons peuvent vaciller :

Un régime cellulaire, quand il y en a pour un an, ça fait quand même quelque chose. Et je me rendais bien compte que j’avais une surveillance particulière : j’avais douze heures de surveillance et je ne pouvais avoir aucun contact avec qui que ce soit à l’intérieur de la prison. Je me suis dit, il faut absolument me trouver une activité à l’intérieur de la prison. […] Il fallait que je trouve un moyen pour rompre la glace, les surveillants étaient très corrects avec moi mais il y avait des consignes qui étaient rigoureuses, et il fallait que je puisse faire fondre cette glace à tout prix. Comment s’y prendre ? Alors un jour en promenade, j’étais à côté de deux types qui étaient très sympathiques, je leur dis, et bien ma foi, bon sang vous avez quand même de lourdes responsabilités… La question se pose pas pour moi parce que, je vous le dis tout de suite, même si vous m’ouvrez les portes je vais pas m’évader, mais ça fait rien, je suppose que compte tenu des responsabilités que vous avez vous devez être bien payés. Alors là j’avais touché la corde sensible et j’ai eu la réaction tout de suite, des questions de service : « Ah ben alors, parlez-en, on est très mal payés ». Alors je dis : « Mais comment se fait-il que vous êtes mal payés, vous avez pas de syndicats ?
– Mais si on a des syndicats mais ils foutent rien ».
Je dis « c’est à vous de le faire marcher. Combien vous pensez qu’il y a de surveillants qui estiment qu’ils sont mal payés ou qui ne sont pas suffisamment payés ?
– Presque tous !
– Et bien tapez sur vos responsables syndicaux, allez-y et provoquez une réunion puis vous demandez une augmentation de salaire ».

Alors la grève que j’avais organisée là-bas, elle a été suivie par 24 types sur 30. Et sur les 5 qui ne faisaient pas grève il y avait un gars qui arrivait de l’Indochine, qui était un copain puisqu’il me faisait passer des journaux de l’extérieur quand il était de nuit, il me tapait à la porte de la cellule, il me glissait Le Dauphiné ou Le Progrès, ou un autre journal. Ce gars-là, il était arrivé d’Indochine, il était adjudant à la retraite, il était jeune encore, il arrivait, il avait dans les 35 ans et il avait demandé un poste de surveillant dans une prison. Il m’avait dit, c’est pas que je suis pas d’accord avec les gars qui font grève mais j’ai peur qu’en tant qu’auxiliaire (parce qu’il était rentré comme auxiliaire, ils étaient moins payés les auxiliaires)… Ils les faisaient chanter comme ça d’ailleurs. Et j’avais exposé le cas, car tous ceux qui ne faisaient pas grève étaient mis en quarantaine par les autres, c’était important ça, ils étaient mis en quarantaine, aussi bien au réfectoire qu’ailleurs. Alors je dis vous ferez exception pour Papa Jacques, il s’appelait Papa Jacques ce gars-là, et alors la grève avait été très bien suivie. […]

C’est donc à partir de cette période [que je suis devenu] leur conseiller de grève. Ils venaient me demander des explications chaque fois qu’il y avait quelque chose qui les préoccupait. Tu sais pas, mais les gardiens, ils venaient taper à ma cellule, à la porte de ma cellule en s’excusant de me réveiller parce qu’ils avaient des conseils à me demander au sujet de la grève. […]

Et c’est alors qu’en quelques jours ma situation à l’intérieur de la prison s’est complètement transformée et que ma cellule, qui était complètement fermée du matin au soir sauf pour les heures de récréation ou de promenade, elle était ouverte tout le temps. J’ai pu circuler à l’intérieur de la prison et contacter les premiers prisonniers, les jeunes qui étaient venus là et le premier que j’ai pu contacter c’est Dédé Gaudet.

  • 104 Les éléments confiés dans l’entretien enregistré par son fils en 1983 sont confirmés par ceux glan (...)

39Cette grève est un nouveau moment clef – après l’affaire des Roannais à Montluc – pour entrevoir ces relations multiples entre détenus d’exception et gardiens ordinaires. D’abord, des relations de confiance peuvent se nouer avec des gardiens qui ne souscrivent pas à la répression politique et cela se manifeste par des petits gestes quotidiens (passage de journaux, etc.). D’ailleurs, parmi les gardiens de la paix dépêchés dans la prison pour remplacer les grévistes, l’un d’eux, cousin d’un des quatre d’Aubenas, sympathise avec Louis Seyve et organise un banquet avec charcuterie et pâtisseries (« Ça avait été sensationnel ça. Ils avaient tous ramassé »). Ensuite, cette grève lancée pour les salaires et la titularisation plus rapide des auxiliaires a des conséquences positives sur le traitement des gardiens qui voient leur sort amélioré suite à une extension des mots d’ordre « à toute la place de Lyon et presque toute la France »104. Enfin, cette grève modifie grandement la détention de Louis Seyve qui peut, à partir de ce moment précis, côtoyer les autres détenus, dont André Gaudet, lequel se remémore parfaitement ce temps exceptionnel de la grève (« La grève, on peut dire qu’elle était organisée par Seyve, c’est lui qui les a tuyautés, qui les a aidés à organiser leur grève »). André Gaudet rappelle que « Père Ferrari et Papa Jacques », des « surveillants [qui] n’étaient pas des mauvais gars » lui laissèrent désormais une certaine liberté. Il devient par exemple chargé de la comptabilité des détenus et de celle du mess qui posait quelques difficultés au surveillant-chef adjoint (« il devait pas savoir bien compter alors il me refilait ses trucs à vérifier et me laissait la lumière dans la cellule, je faisais à peu près ce que je voulais, j’étais tranquille »). Tout en se tenant à l’écart des « salauds » qu’il garde à distance, Louis Seyve se rapproche des autres prisonniers, condamnés ou prévenus pour avoir refusé la guerre d’Algérie, qui cherchent à le voir, et, avec André Gaudet notamment, il va jusqu’à réorganiser une antenne communiste dans la cellule aménagée qui sert de secrétariat :

C’était absolument interdit ça, on n’avait pas de carte, c’était une cellule fictive mais enfin qui marchait bien. On faisait même parfois deux réunions par semaine. C’est des gars qui me prévenaient… Ils me tutoyaient tous les gars, on se tutoyait tous, qu’on ait 20 ans ou qu’on en ait 50. Alors [il y en a un qui] me dit : tu sais qu’il y a réunion de cellule ce soir ? Oh ben d’accord, je préparais vite un petit ordre du jour et puis c’était très très très intéressant, d’autant plus intéressant que c’était un gardien qui était obligé de garder nos cellules (rires).

40Ce temps de décloisonnement permet à Louis Seyve d’évoquer, dans son témoignage, « tous les gars qui avaient refusé de partir en Algérie », mais aussi « des types qui avaient dit merde à un adjudant, quelques faucheurs », ou encore des « objecteurs de conscience, des insoumis volontaires, des insoumis involontaires, des témoins de Jéhovah… tout le temps des jeunes qui avaient moins de 25 ans », ou encore des mutilés volontaires dont l’un s’était tiré au fusil sur la pointe du pied, et l’autre, un funambule connu pour avoir traversé la Tamise et reçu les honneurs de la reine d’Angleterre, qui s’était fait une piqûre dans le genou la veille de la mobilisation : « […] mais ces sacrés cons de militaires, très cons généralement, et bien cette fois ils avaient pas été cons, ils s’en étaient aperçus qu’il avait tenté de se droguer ». Quoi qu’il en soit, il rappelle que, dès lors, « tous les gars qui savaient que j’étais condamné pour mon action pour la paix en Algérie cherchaient à me voir, à me contacter », signe de cloisons abattues, de mélange entre militaires et civils, de rencontres entre détenus et gardiens. Le régime cellulaire de Louis Seyve a manifestement été modifié sans aucune consigne venue de la direction pénitentiaire et seule l’enquête orale permet de comprendre plus finement le jeu toujours mobile des cloisonnements au sein de la prison.

Les fils de fusillés et leurs familles au secours des anticoloniaux et indépendantistes

  • 105 Claude Marty est invité à se présenter le 11 mars 1957 à la caserne Charras à Courbevoie « en vue (...)
  • 106 La Valloire, 8 mai 1957.
  • 107 « Qui donc a oublié les hordes nazies déferlant sur notre cité le 5 août 1944 ? Qui ne se remémore (...)

41Aux manifestants communistes, aux insoumis ou appelés réfractaires, viennent s’ajouter d’autres acteurs : les fils de fusillés par les nazis qui commencent à peupler les prisons, et leurs familles qui protestent fortement contre cet état de fait. C’est qu’un nouvel élément vient secouer les mémoires traumatiques, quand Hans Speidel, ancien chef d’état-major de l’armée allemande d’occupation en France et responsable notamment des activités de contre-espionnage, est nommé début mars 1957 au commandement Centre-Europe de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique nord) dont le siège est à Fontainebleau. Le procès de Louis Seyve coïncide avec l’envoi par Claude Marty, fils d’un ancien résistant fusillé appelé à faire son service militaire en Algérie, de la première lettre adressée au président de la République pour exprimer son indignation et son refus de revêtir l’uniforme105. Dans cette lettre, il affirme être prêt à donner sa vie pour le pays comme l’a fait son père, mais qu’il ne saurait faire injure à la mémoire de ce dernier en acceptant de servir sous les ordres du chef de ceux qui l’ont assassiné106. Les deux trajectoires (celle de l’ancien résistant et celle du fils de fusillé) sont inextricablement nouées et tissent un lien entre Beaurepaire, ville profondément marquée par la répression nazie et la Résistance107, et Montluc, prison symbolique des détentions arbitraires comme des fusillades. Le scandale prend de l’ampleur et près de cent cinquante jeunes appelés en France, fils de fusillés, refusent de servir sous les ordres de Speidel, le font savoir et finissent en prison.

  • 108 La Défense, mai 1957, n392.
  • 109 APAS. Tract « Les députés communistes demandent pour le 14 juillet : Libération des patriotes emba (...)

42Autour de Montluc, comme ailleurs, le cocktail mémoriel est explosif. Poursuivant toujours plus la stratégie visuelle de juxtaposition, de nombreux journaux, bulletins ou tracts soignent leur mise en page et positionnent, côte à côte et photos à l’appui, les différents emprisonnés. De la sorte, on lira dans La Défense les descriptifs « d’honnêtes citoyens en prison », dont Alban Liechti, soldat du refus envoyé aux Baumettes, Louis Seyve et François Porrain, manifestants détenus à Montluc, Claude Marty et Victor Beauvois, « fils de martyrs de la Résistance »108 écroués à Fresnes, ainsi qu’une trentaine de patriotes « encore emprisonnés pour faits de résistance […] tandis que des ennemis de notre pays, frappés de lourdes peines en raison de leurs actes criminels de collaboration, sont libres »109. Quant au bulletin La Valloire du 8 mai 1957, intitulé « Fête de la Victoire sur l’oppresseur nazi. Chaduc milicien est libéré. Seyve patriote est toujours en prison », il place l’article sur Louis Seyve en regard de ceux sur Hans Speidel, « général nazi allemand [qui] commande les troupes françaises » et sur Claude Marty. Enfin, les anciens détenus Lucien Benoit, Pierre Renoux et d’autres ajoutent leur pierre à l’édifice mémoriel en faisant signer des pétitions sur lesquelles la qualité « mère de déporté », par exemple, est signifiée.

Figure 28. Pétition contre la nomination de Speidel lancée par le Mouvement de la paix et portée par Pierre Renoux

Figure 28. Pétition contre la nomination de Speidel lancée par le Mouvement de la paix et portée par Pierre Renoux

Source : © Archives privées Pierre Renoux

  • 110 Cette idée contrevient à celle de T. Quemeneur pour qui l’affaire Speidel est « sans lien avec la (...)
  • 111 Les Allobroges de la Drôme, 19 mai 1957.
  • 112 APAS. Tract « Signatures et délégations pour la libération de Louis Seyve ».
  • 113 Entretien réalisé par son fils en août 1983.

43La puissante campagne pour la libération des « fils de martyrs » est inextricablement liée la guerre d’Algérie110 : les partisans de la paix rejoignent ceux qui refusent de combattre en Algérie dans une armée française qui obéit aussi aux ordres de l’ancien nazi. Dans la région, des inscriptions fleurissent tant que, « dans toutes les villes ou bourgs importants, les murs, la chaussée crient : “Libérez Louis Seyve, Paix en Algérie”»111. Cela est vrai à Suze-la-Rousse où des inscriptions sont relevées le 14 juillet 1957112, sur les quais du Rhône où Louis Seyve apprend que le père d’une de ses amies a fait de l’escalade pour inscrire à la peinture blanche, au lait de chaux, la fameuse mention113, et même sur les murs de Montluc où les gardiens font appel au petit matin aux cantonniers pour effacer des lettres de plusieurs mètres. Si l’expression revient en force, elle est souvent complétée par des slogans multidirectionnels. C’est ainsi que de Saint-Fons à Vienne et au Péage-de-Roussillon, on peut lire : « Paix en Algérie ! Libérez Seyve ; Libérez Guillermet [un Lyonnais fils de martyr] ! À bas Speidel » ou encore, preuve en image, « Libérez Marty, Seyve et Porrain ».

Figure 29. Campagne pour Seyve, Porrain et les « fils de Martyrs ». Inscription rue des Chartreux à Lyon

Figure 29. Campagne pour Seyve, Porrain et les « fils de Martyrs ». Inscription rue des Chartreux à Lyon

Source : © La République, 10 juillet 1957

  • 114 AN, 15275/1908. Découverte d’une lettre suspecte à la maison centrale de Clairvaux (Aube), mai 196 (...)

44Par ailleurs, les solidarités ne sont plus seulement mémorielles et discursives : elles se manifestent en actes. Si je n’ai pas rencontré, durant mon enquête, un fils de fusillé mobilisé avec sa famille autour de Montluc tout en étant impliqué dans le soutien aux Algériens, j’ai trouvé un cas exemplaire autour de la maison centrale de Clairvaux. Il est possible de le détailler ici car, comme on le verra dans la deuxième partie, des familles d’anciens de Montluc se sont engagées auprès des indépendantistes du FLN : Montluc porte ce potentiel militant. Cette famille est celle de Pierre Lamande, né en 1918, responsable technique à l’inter-région parisienne des FTP, arrêté par les Allemands, condamné à mort et fusillé le 6 octobre 1943 au Mont-Valérien114. Durant la guerre d’Algérie, alors que ses deux fils François et Jean, nés en 1942 et 1943, sont les auteurs d’une lettre (signée également par sa fille Anne-Marie) publiée dans L’Humanité le 26 mars 1957 dans laquelle ils déclarent « qu’ils ne se soumettront pas aux ordres de Speidel lorsqu’ils effectueront leur service militaire », sa femme s’engage au sein du FLN. Assistante sociale employée depuis le 6 septembre 1948 à la Régie nationale des usines Renault, elle est chargée des « personnes originaires d’Afrique du Nord » et, en cette qualité, est appelée à s’occuper du centre nord-africain de la Croix-Rouge de Boulogne-Billancourt. Considérée comme une « communiste indésirable » et comme « ayant une sympathie certaine à l’égard des membres du FLN », elle entre plus concrètement dans le viseur de la surveillance policière lorsqu’une correspondance écrite de sa main est retrouvée dans la cellule du responsable des détenus de Clairvaux (Hocine Abdeladim) dont elle se dit fiancée. Parce que les « présomptions graves de culpabilité » s’accumulent et qu’elle sent l’étau se resserrer autour d’elle, elle se rend en Tunisie où réside sa fille. La mémoire est bien une force effective.

  • 115 Les Allobroges de la Drôme, 4 novembre 1957.
  • 116 La Défense, janvier 1958.

45La campagne orchestrée autour des fils de fusillés réfractaires à la guerre d’Algérie, fortement chargée du passé traumatique, ne faiblit pas durant les neuf mois de détention de Louis Seyve. Et, lorsqu’il est libéré de Montluc, il enroule lui-même dans un même ensemble le passé et le présent de sa prison, ainsi que les différents types de refus, celui de la guerre coloniale, celui de combattre en Algérie, celui de servir sous les ordres d’un ancien commandant nazi. Alors que ses « traits portent, outre la pâleur caractéristique des prisons, les marques creusées par une récente grippe »115, il poursuit les références symboliques en déposant « les fleurs qui lui sont offertes au pied de la plaque commémorant le sacrifice de tous ceux qui sont morts au fort de Montluc aux tristes heures de l’Occupation »116. Autour de lui sont présents, outre les membres de sa famille, ses amis ou les représentants du Secours populaire français, l’épouse de l’étudiant lyonnais et fils de fusillé Louis Guillermet qui refuse de servir sous les ordres de Speidel.

Figure 30. Louis Seyve à sa sortie de prison

Figure 30. Louis Seyve à sa sortie de prison

Source : © La Défense, janvier 1958, p. 2 (Archives du Secours populaire français, gallica.bnf.fr / BnF)

46Sous la plaque commémorative, puis à l’association des Anciens combattants, il se lance, aux côtés du Secours populaire, dans un discours si englobant que tous les détenus de Montluc viennent croiser les fantômes, parfois bien réels, du passé. Ce discours est repris en grande partie par la presse partisane :

Au nom du Secours populaire, Andrée Calvier, d’Épinouze et Favoriti, de Lyon, invitent l’assistance à continuer l’action pour ouvrir les portes de prison aux autres patriotes : à Porrain, les compagnons de cellules de Seyve, aux soldats refusant de porter les armes contre le peuple algérien, aux fils de fusillés refusant de servir sous les ordres de Speidel.

Seyve prend la parole. Il évoque quelques souvenirs de Montluc où une cinquantaine de soldats refusent de servir l’Algérie et [où des] objecteurs de conscience sont enfermés.

« Par contre, dit-il, alors que je signais ma troisième demande de mise en liberté conditionnelle – droit que l’on me refusa – un milicien, dénonciateur de patriotes, sortait trois semaines après avoir été condamné à cinq ans de réclusion ».

Il raconte encore comment on tenta par brimades d’empêcher sa famille de lui envoyer des fleurs tandis que les criminels de guerre allemands bénéficient d’un traitement de faveur.

« Dans les derniers jours, des Algériens ont été amenés à Montluc, déclare Seyve. Je les ai salués au chant de l’Internationale et en criant paix en Algérie. Ils m’ont fait des signes d’amitié. Vous voyez que mon moral n’a pas été abattu. Maintenant je reprends mon combat parmi vous ».

  • 117 Les Allobroges de la Drôme, 22 novembre 1957.

Des cris, des bravos, des applaudissements, saluent sa péroraison et chacun trinque à sa libération et la lutte dans l’unité pour la paix en Algérie.117

  • 118 La Défense, décembre 1957.
  • 119 Dans d’autres prisons, ce même mélange des genres est dénoncé, comme à Fresnes où un reportage dre (...)

47Le milicien, les criminels de guerre allemands, les fils de martyrs refusant de servir sous les ordres de Speidel, mais également son camarade Porrain, les nationalistes algériens, les soldats du refus, les objecteurs de conscience, tous sont mis en faisceau et brandis pour dénoncer l’absurdité de certaines détentions politiques. Louis Seyve établit un parallèle net entre « ceux qui luttent de toute leur énergie pour que cesse le drame algérien où Français et musulmans tombent par la faute de leurs communs exploiteurs qui voudraient, coûte que coûte, conserver leurs privilèges éhontés », et ceux qui sont emprisonnés pour leur refus de servir sous les ordres de Speidel, « l’assassin de leur père » nommé à la tête du commandement Centre-Europe de l’OTAN118. Finalement, il attire l’attention sur ce concentré de refus dans les prisons et les bégaiements de l’histoire119.

48Pour Seyve, le refus de la guerre d’Algérie et le refus de servir sous les ordres de Speidel sont justifiés par « un passé qui n’est pas passé », un passé très présent dans les murs des prisons. Si la question posée est celle de la légitimité de la détention politique, elle débouche inévitablement sur celle du cas de conscience.

Notes

1 Archives du Comité international de la Croix-Rouge (ACICR), B AG 219 078-001.02. Rapport sur la visite effectuée à la prison du fort Montluc à Lyon, 7 avril 1951. Et : AN, 19960148/117. Ministère de l’Intérieur, Rapport au garde des Sceaux, 10 août 1953.

2 ADR, 3267W5. Utilisation de la prison militaire Lyon-Montluc. Arrêté du commissaire de la République, Lyon, 7 septembre 1944 ; et Inspection générale des camps.

3 ADR, 4474W61. Cabinet du directeur d’établissement. Affaires suivies par le directeur. 1953-2001. Décret n47-2094 du 25 octobre 1947 portant suppression de prisons militaires et transfert de certaines d’entre elles avec leur personnel au ministère de la Justice. Ainsi, les prisons militaires de Paris, Metz, Strasbourg, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux sont supprimées le 30 novembre 1947.

4 Cette année-là, le commandant de la XIVe région militaire avait estimé qu’en plus de recevoir cent vingt inculpés ou condamnés militaires, la prison pourrait recevoir dans de meilleures conditions qu’à Saint-Paul les hommes poursuivis pour crimes ou délits contre la sûreté extérieure de l’État, notamment les espions : ADR, 3267W5. Utilisation de la prison militaire Lyon-Montluc, Lyon, 30 décembre 1939. Le général Hartung, commandant de la XIVe région militaire à M. le préfet du Rhône.

5 AN, 19960148/117. Rapport des directions régionales sur le fonctionnement des établissements pénitentiaires, direction régionale de Lyon. Maison d’arrêt de Lyon-Montluc. 1948-1985. Rapport de P. Cannat, 28 juin 1950. Sur 123 détenus on relève 34 militaires, 60 Allemands, 11 communistes, 14 condamnés à mort.

6 AN, 19960148/117. Rapport d’inspection. Directeur de la circonscription pénitentiaire de Lyon au ministre de la Justice, 5 février 1952.

7 Expression utilisée dans Le Progrès, 13 avril 1951.

8 AN, 19960148/117. Le général de corps d’armée Magnan, gouverneur militaire de Lyon, commandant la VIIIe région militaire au ministre de la Défense nationale, Lyon, 12 mars 1953.

9 AN, 19960148/117. Ministère de l’Intérieur, Paris, 11 mai 1955. Rapport à M. le garde des Sceaux. Citations suivantes également.

10 AN, 19960148/117. Le général de corps d’armée Magnan, gouverneur militaire de Lyon, commandant la VIIIe région militaire, à M. le ministre de la Défense nationale, Lyon, 12 mars 1953.

11 Depuis la réforme Amor de 1945 qui humanise les conditions de détention.

12 AN, 19960148/117. Ministère de l’Intérieur, Paris, 11 mai 1955. Rapport à M. le garde des Sceaux.

13 AN, 19960148/117. Lettre du sergent-chef Jurca au ministre de la Défense nationale, 14 mars 1953. Pour les informations suivantes : Paris, 10 août 1953, rapport à M. le garde des Sceaux ; Ministère de l’Intérieur, Rapport à M. le garde des Sceaux, 10 août 1953.

14 La République, 12 juillet 1956.

15 Les Allobroges, 11 juin 1956.

16 En 1945, la direction du PCF a encouragé d’anciens résistants communistes à poursuivre leur carrière militaire en Allemagne et en Indochine avec un double objectif : avoir des « sous-marins » à l’intérieur de l’armée à tous les échelons de la hiérarchie militaire, éloigner géographiquement des combattants aux ressources politiques trop élevées acquises grâce à la Résistance : V. Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques. 1947-1962, Paris, CNRS Éditions, 2013, p. 55.

17 Archives privées Pierre Renoux (APPR). Lettre, Montluc, 10 juin 1956. Les citations suivantes proviennent de cette même lettre ainsi que d’une autre datée du 13 juillet 1956.

18 APPR. Lettre à son épouse, Montluc, 11 juin 1956.

19 Ibid., 11 juillet 1956.

20 On relève aussi une transmission intergénérationnelle avec ses enfants (« Nous avons de la peine de savoir que tu es entre quatre murs, que tu as faim et que tu n’as même pas le droit de siffler », lui écrit l’un de ses fils).

21 APPR. Lettre, Clermont, 12 juin 1956.

22 APPR. Lettre, Saint-Paul, 22 juin 1956.

23 APPR. Lettre, Montluc, 10 juin 1956. Le 29 juin 1956, il répète : « Guy Mollet et Lacoste ne veulent pas se présenter les mains vides devant les réactionnaires qui soutiennent leur politique algérienne. À défaut de victoires militaires ils prennent des otages ».

24 A. Frossard, La maison des otages (1945), Paris, A. Fayard, 1960.

25 APPR. Lettre de la cellule de Frayol du Parti communiste français aux camarades Berge, Boiron, Corbier et Renoux embastillés à Montluc, Le Teil, 12 juin 1956.

26 APPR. Le Teil, 12 juin 1956. Citation suivante également.

27 APPR. Montluc, 13 juin 1956. Il parle aussi d’« enlèvement ».

28 APPR. Lyon, 29 juin 1956.

29 Un premier cycle de manifestations a eu lieu suite au recours aux rappelés en août 1955 (vingt-cinq manifestations dans neuf départements). Avec les rappels d’avril et mai 1956, un nouveau cycle s’enclenche : près de deux cents manifestations ont lieu en France. T. Quemeneur, « Une guerre sans non ? Insoumissions, refus d’obéissance et désertions de soldats français pendant la guerre d’Algérie (1954-1962) », Thèse de doctorat d’histoire (B. Stora dir.), Université Paris 8, 2007, p. 335, et V. Codaccioni, Punir les opposants, ouvr. cité, p. 263-264. Il est ici possible de nuancer la thèse de V. Codaccioni. En effet, celle-ci estime que le PCF n’a pas politisé la répression dont sont victimes certains de ses membres pour leurs actions pacifistes ou anticoloniales, que la campagne pour les « embastillés de 56 » n’a été que faiblement publicisée, et qu’elle n’a pas fait émerger d’« emprisonnés politiques idéaux » (p. 324-325). Notre analyse, conduite à l’échelle régionale, prouve au contraire la forte et intense publicisation comme la fabrique de détenus idéaux.

30 Durant le meeting de Privas, de nombreuses personnalités montent à la tribune dont Édouard Froment, conseiller général, ancien député SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière), et Louis Eymard, président du Comité d’union des gauches.

31 AJM, TPFA de Lyon. Jugement 115/1304, 14 mars 1957. Rapport de gendarmerie, Beaurepaire, 2 mai 1956. Pour les citations suivantes : PV et fiche de renseignements de Louis Seyve, 12 juillet 1956.

32 Ahmed Zabana, condamné à mort pour l’assassinat d’un garde forestier dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954 et son compagnon Abdelkader Ferradj, goumier déserteur qui a participé à une attaque à Palestro (six morts), sont exécutés le 19 juin 1956.

33 Fin mai 1956, des étudiants algériens ont diffusé à Lyon un tract sur papier vert – couleur de l’Algérie naissante – et intitulé « La Grève ! Pourquoi ». Le procès s’ouvre le 28 juin 1956.

34 APPR. Lyon, 23 juin 1956.

35 La République, 10 juillet 1956. Il semble y avoir confusion entre Saint-Paul et Montluc dans cet article de presse, du fait du transfert des détenus mi-juin 1956 pour le tournage d’un film, sur lequel nous nous arrêtons plus bas.

36 M. Silverman, Palimpsestic Memory. The Holocaust and Colonialism in French and Francophone Fiction and Film, New York / Oxford, Berghahn, 2013, p. 29.

37 Pour M. Silverman, la « mémoire concentrationnaire » n’est pas uniquement la « mémoire de l’holocauste », laquelle désigne spécifiquement l’événement comme génocide des Juifs. La « mémoire concentrationnaire » échappe à tout particularisme ethno-culturel ou religieux (ibid., p. 41 et 48).

38 Tout un débat historiographique existe autour de cette question dont voici les principaux termes : pour A. Wieviorka, il s’agit d’une confiscation de la mémoire juive par la mémoire communiste ; pour P. Lagrou « l’antifascisme a offert une interprétation héroïque, donc valorisante, du massacre des innocents juifs et […] a permis aux survivants de se réapproprier leur destin ». Il n’en reste pas moins, affirme F. Azouvi, que « cette promotion allait avec une absorption de la mémoire juive dans la mémoire communiste ». F. Azouvi, Le mythe du grand silence. Auschwitz, les Français, la mémoire (2012), Paris, Seuil, 2015, p. 98-99.

39 La République, 18 juin 1956.

40 Les Allobroges, 12 juin 1956.

41 Dans un tract du Comité albenassien pour la défense des libertés et la libération des quatre intitulé « Les Républicains accusent ! ».

42 Les Allobroges, 11 juin 1956.

43 Ibid., 12 juin 1956.

44 La République, 11 juillet 1956.

45 APPR. Tract « Après les arrestations. Plus que jamais à l’œuvre pour le cessez-le-feu en Algérie ».

46 Les Allobroges, 12 juin 1956.

47 APPR. Tract de la fédération du Rhône du Secours populaire français.

48 APPR. Tract « Après les arrestations. Plus que jamais à l’œuvre pour le cessez-le-feu en Algérie ».

49 APPR. Tract « Les Républicains accusent ! » du Comité albenassien pour la défense des libertés et la libération des quatre.

50 C’est ce que prouve une circulaire « secrète et confidentielle » de juin 1956, adressée par le ministère de la Guerre à l’ensemble de ses services et à la gendarmerie, enjoignant aux forces militaires et de police de signaler « tous ceux qui allaient participer, d’une façon ou d’une autre, à l’organisation de manifestations de ce genre, notamment d’essayer d’identifier le nom de ceux qui prendront la parole » (La République, 11 juillet 1956) ; c’est ce que reconnaissent à demi-mot, durant la procédure, les policiers témoins de la manifestation (identification des « meneurs »).

51 APPR. Lettre, 29 juin 1956.

52 APPR. Lettre, 3 juillet 1956.

53 APPR. Lyon, 27 juin 1956, 5 heures du matin. Citations suivantes : Lettres, Saint-Paul, 26 et 29 juin 1956, 13 juillet 1956.

54 La Valloire. Sans date.

55 APPR. Lettre, 29 juin 1956.

56 Archives privées Annie Seyve (APAS). Lettre non datée, Louis Seyve.

57 APAS. Lettre de Louis Seyve, Lyon, 28 juin 1956.

58 APPR. Lettre, 3 juillet 1956.

59 APPR. Lettre, 28 juin 1956.

60 Louis Seyve, condamné par exemple le 14 mars 1957 à un an de prison ferme par le tribunal militaire de Lyon, est libéré en novembre 1957.

61 La République, 11 juillet 1956.

62 APPR. Lavilledieu, 15 juin 1956. L’épouse de Pierre Renoux note aussi le transfert de son mari dans une de ses lettres : « Vous avait-il dit qu’on devait les transférer dans le fort Saint-Paul, afin de tourner un film dans la prison militaire ? ».

63 AN, 19960148/117. Rapport des directions régionales sur le fonctionnement des établissements pénitentiaires, direction régionale de Lyon. Lettre des Éditions de France au directeur du service pénitencier de la région lyonnaise, Lyon, 20 février 1948.

64 Ibid., Lettre du directeur régional au ministre de la Justice, 21 février 1948.

65 Ibid., Lettre du garde des Sceaux à Jean Thuilier, 5 août 1955. L’évasion a eu lieu dans la nuit du 24 au 25 août 1943.

66 Ibid., Lettre de A. Touren à Jean Thuillier, 2 mars 1956.

67 Ibid., Note pour M. le directeur de la circonscription pénitentiaire de Lyon, 23 avril 1955. Citation suivante également.

68 Ibid., Lettre du garde des Sceaux à Jean Thuilier, 5 août 1955.

69 Selon les représentants du ministère, « la réalisation projetée ne saurait avoir lieu sans de graves inconvénients si la population pénale de l’établissement s’y trouvait maintenue », par conséquent, il est décidé « que tous les détenus de la prison seraient évacués pendant la durée des prises de vues dont il m’a été dit qu’elle n’excéderait pas quinze jours ». AN, 19960148/117. Lettre de A. Touren à Jean Thuillier, 2 mars 1956.

70 De 1932 à 1939, la prison a été fermée pour cause d’insalubrité.

71 Le Progrès, 23 juin 1956.

72 Cité par A. Pantet, « Principe courage. Un condamné à morts s’est échappé », Vacarme, n75, 2016/2, p. 39.

73 H. Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours (1987), Paris, Seuil, 1990, p. 262.

74 A. Pantet, « Principe courage », art. cité, p. 38.

75 D. Galland, Roland de Pury. Le souffle de la liberté, Paris, Les Bergers et les Mages, 1994, p. 84.

76 Le 19 mai 1956, une circulaire du ministre de la Défense nationale étend l’appellation « matériel de guerre » à tout véhicule civil transportant des militaires et recommande d’interpréter dans un sens large la notion de violence.

77 AJM, TPFA de Lyon. Jugement 115/1304, 14 mars 1957. Tous les suspects doivent dire qu’ils sont venus à la gare suite à une rumeur publique et non pour obéir à un mot d’ordre émanant d’une organisation politique : « Quoique militant communiste depuis plus de trente ans, je vous affirme que ce n’est pas au nom du parti que je me suis rendu à cette manifestation, d’ailleurs aucun ordre en ce sens ne nous avait été donné », rappelle, parmi cinquante autres témoins interrogés, Joseph Charamel.

78 APAS. Entretiens avec Louis Seyve réalisés par son fils Michel (cinq heures d’enregistrement en cinq sessions), 19 août 1983. Toutes les citations de Louis Seyve non autrement renseignées sont extraites de cet entretien.

79 APAS. Non daté, non référencé. « Les quatre des “l’affaire de Beaurepaire” doivent être acquittés ».

80 Par exemple, une réunion publique d’information sur « l’affaire Seyve » s’est tenue à Châteauneuf-de-Galaure, le 18 mars 1957 où quarante personnes sont présentes : Les Allobroges de la Drôme, 19 mai 1957. Sur le rôle du Secours populaire français durant la guerre d’Algérie : A. Brodiez, « Le Secours populaire français dans la guerre d’Algérie. Mobilisation communiste et tournant identitaire d’une organisation de mass », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n90, 2006/2, p. 47-59.

81 APAS. Lettre de Pierre Massebœuf à Louis Seyve, Romans, 24 mars 1957.

82 APAS. Non daté, non référencé. « Les quatre des “l’affaire de Beaurepaire” doivent être acquittés ».

83 Les Allobroges de la Drôme, 15 mars 1957. Citation suivante également.

84 Ibid., 16 mars 1957. « L’opinion publique bafouée riposte ».

85 La République, 10 juillet 1957.

86 Les Allobroges de la Drôme, 15 mars 1957.

87 Ibid., 19 mai 1957.

88 APAS. Non daté, non référencé. « Signatures et délégations pour la libération de Louis Seyve ».

89 La Défense, mai 1957, n392 et Non daté, non référencé : « Libérez Louis Seyve demande unanime la population ».

90 APAS. Tract « On veut supprimer au patriote Louis Seyve les droits de citoyen français ».

91 APAS. Tract « Deux anciens résistants enfermés depuis six mois au fort Montluc à Lyon ».

92 APAS. Tract « Libérez Louis Seyve demande unanime la population d’Épinouze (Drôme) ».

93 APAS. Tract « Il reste encore des embastillés ».

94 La République, 10 juillet 1957.

95 APAS. Poème de Louis Seyve écrit à Montluc le 14 août 1957 et intitulé Vie et liberté.

96 APAS. Lettre aux camarades du parti, Montluc, non datée.

97 « On l’a connu, lui, pendant la guerre, c’était un ami justement de Moreau, qui l’a amené chez nous et ce gars-là, au début des hostilités contre l’Allemagne il commandait une batterie et il a reçu des ordres de l’état-major, quand c’était la débâcle, de détruire ses pièces. Il les a pas détruites. Il s’est replié avec ses pièces. Quelques jours après, il reçoit un ordre de mettre ses pièces en batterie pour arrêter les Allemands. Alors qu’il avait reçu l’ordre de les détruire. Il les a mis en batterie, les Allemands sont arrivés confiants parce qu’ils étaient renseignés, il paraît qu’il a fait de la casse là, mais heureusement qu’il y a eu la débâcle parce qu’il allait passer devant le conseil de guerre pour ne pas avoir détruit ses pièces avant » (André Gaudet, entretien).

98 AN, 19960148/117. Directeur de la circonscription pénitentiaire de Lyon au ministre de la Justice, 3 octobre 1950.

99 Le CICR fait visiter fréquemment Montluc durant la période où les condamnés allemands sont présents. En 1949, des délégués s’y rendent le 24 février, le 21 mai, le 15 juillet, le 12 octobre, le 20 octobre, avant de revenir le 13 janvier 1950. C’est du jamais vu dans la prison après la seconde guerre mondiale. Le 24 février 1949, sur 200 prisonniers, 97 sont allemands (40 ont la qualité de prisonniers de guerre) et 56 sont ressortissants autrichiens. Floreck est l’interprète des détenus allemands. ACICR, D EUR FRANCE1-1PA1JU0740. PGA Détenus en France, 14RM Fort Montluc, Lyon, correspondance, rapport, 1er janvier 1948-31 décembre 1951 ; ACICR, B AG 219 078-001.02. Rapports de visites de prison. 9 janvier 1951-5 mai 1951.

100 AN, 19960148/117. Lettre de Maurice Michel au garde des Sceaux, 28 mai 1957. Par lettre, le commissaire du gouvernement précise que les intéressés « ne sont pas poursuivis comme ils l’écrivent pour une manifestation qui pourrait avoir un caractère politique, mais pour des entraves violentes à la circulation du matériel utilisé par la Défense nationale ».

101 AN, 19960148/117. Lettre de Roger Roucaute, député de l’Ardèche, et de Jean Cagne, député du Rhône, au président du Conseil, 14 juin 1956.

102 Les manifestants de Romans procèdent de la même manière en juin 1956 : « Considérant qu’en fait, nous sommes incarcérés pour un délit d’opinion, nous demandons […] notre mise en liberté provisoire [et] à bénéficier du régime politique ». Le commissaire du gouvernement rappelle que cette infraction constitue un crime de droit commun puni de la peine de réclusion. AN, 19960148/117. Lettre de Massebœuf (et autres), 24 juin 1956.

103 Louis Seyve affirme dans ses lettres que « le personnel de la prison est compréhensif » (APAS. Lettre non datée). Ce fait est confirmé par Pierre Renoux qui note par exemple que « le régime est beaucoup plus strict [à Saint-Paul] qu’à Montluc. […] Gardiens beaucoup plus “stricts”, sans doute ne savent-ils pas les véritables raisons de notre présence ici » (APPR. Lettre, prison Saint-Paul, 14 juin 1956).

104 Les éléments confiés dans l’entretien enregistré par son fils en 1983 sont confirmés par ceux glanés dans les lettres sorties de prison. Ainsi on peut lire sur l’une d’elles : « Je vous aurais écrit plus tôt si j’avais su que la grève du personnel pénitentiaire dure si longtemps. Mais d’après les échos que j’avais pu recueillir on tablait sur deux ou trois jours. Cela n’aurait pas eu d’incidence pour les parloirs, ni pour le reste. Si la grève se prolonge c’est qu’il y a des raisons et l’on ne peut que féliciter les gardiens qui la soutiennent (ici les 8/10e) puisque c’est la croûte qui est en jeu. Ce sont les gardiens de la paix qui assument le service, c’est ainsi que j’ai eu d’agréables contacts et que j’ai pu toucher la main à Nublat d’Épinouze ». APAS. Lettre de Montluc, non datée.

105 Claude Marty est invité à se présenter le 11 mars 1957 à la caserne Charras à Courbevoie « en vue d’être dirigé sur le 1er régiment de tirailleurs algériens (RTA) à Blida (Algérie) » alors que, « pupille de la nation », il devrait être affecté dans une unité proche de son domicile. Son refus se manifeste publiquement par l’envoi de la lettre à la présidence de la République et par le refus de revêtir son uniforme lors de son arrivée à la caserne. Sur son parcours, on peut se reporter à T. Quemeneur, « Une guerre sans non ? », thèse citée, p. 627. Sur les communistes et les soldats du contingent, on lira aussi : M. Giovaninetti, « Le Parti communiste français et les soldats du contingent pendant la guerre d’Algérie : prôner l’insoumission ou accepter la mobilisation ? », Le Mouvement social, n251, 2015/2, p. 75-97.

106 La Valloire, 8 mai 1957.

107 « Qui donc a oublié les hordes nazies déferlant sur notre cité le 5 août 1944 ? Qui ne se remémore le rassemblement des otages sur la place Y. Pagneux, le crépitement de la fusillade abattant Fiard, Barruel, Offner et Pecheur ? Qui n’a encore devant les yeux les rougeurs des incendies allumés par les brutes hitlériennes ? Beaurepaire a souffert, a connu des jours d’angoisse. Beaurepaire a été un foyer de la Résistance. Notre ville s’est distinguée dans la lutte contre l’Occupant » : Clartés. Journal de la section de Beaurepaire du parti communiste français, mai 1957. Sur cette exécution, en ligne : [https://fusilles-40-44.maitron.fr/spip.php?article183115].

108 La Défense, mai 1957, n392.

109 APAS. Tract « Les députés communistes demandent pour le 14 juillet : Libération des patriotes embastillés ».

110 Cette idée contrevient à celle de T. Quemeneur pour qui l’affaire Speidel est « sans lien avec la guerre d’Algérie » : T. Quemeneur « Les “soldats du refus”. La détention, la campagne de soutien et la répression des soldats communistes refusant de participer à la guerre d’Algérie », Histoire de la justice, n16, 2005/1, p. 196.

111 Les Allobroges de la Drôme, 19 mai 1957.

112 APAS. Tract « Signatures et délégations pour la libération de Louis Seyve ».

113 Entretien réalisé par son fils en août 1983.

114 AN, 15275/1908. Découverte d’une lettre suspecte à la maison centrale de Clairvaux (Aube), mai 1960.

115 Les Allobroges de la Drôme, 4 novembre 1957.

116 La Défense, janvier 1958.

117 Les Allobroges de la Drôme, 22 novembre 1957.

118 La Défense, décembre 1957.

119 Dans d’autres prisons, ce même mélange des genres est dénoncé, comme à Fresnes où un reportage dresse le portrait d’un homme, Antoine Pelletier, incarcéré pour « atteinte à la sûreté extérieure de l’État et participation à une entreprise de démoralisation de l’armée » – il a distribué des tracts dénonçant les tortures en Algérie et réclamant la négociation –, dont le frère a été interné sept mois dans cette même prison avant d’être fusillé au Mont-Valérien (15 mars 1944) et qui apprend par un détenu algérien désireux de manifester sa sympathie et sa solidarité la présence d’autres « fils de martyrs » (Claude Marty, Victor Beauvois) dans les cellules « 341, 342, 343 », soit « 41, 42, 43 : les années de guerre, c’est ainsi que je les avais retenues d’emblée » (La Défense, décembre 1957).

Table des illustrations

Titre Figure 20. Tract du Secours populaire français pour la libération des « 4 d’Aubenas » (juin 1956)
Crédits Source : © Archives privées Pierre Renoux
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Titre Figure 21. Affiche pour la libération des embastillés d’Aubenas, 14 juillet 1956
Crédits Source : © Archives privées Pierre Renoux
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Figure 22. Les « patriotes » d’Aubenas, de Romans et de Beaurepaire libérés le 13 juillet 1956
Crédits Source : © La République, 14-15 juillet 1956, p. 1
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 23. Prises de vue de Montluc (1956)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Crédits Source : © Archives photographiques Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 24. Les premières photos du tournage d’Un condamné à mort s’est échappé (juin 1956)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 794k
Crédits Source : © Archives photographiques Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Titre Figure 25. La famille de Louis Seyve devant les portes du TPFA, 14 mars 1957
Crédits Source : © Archives privées Annie Seyve
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Figure 26. Tract contestant l’incarcération de Louis Seyve aux côtés d’Aimé Chaduc
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Crédits Source : © Archives privées Annie Seyve
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Figure 27. Mémoires de Montluc écrites par Virgile Barel sur une feuille de brouillon
Crédits Source : © Archives privées Annie Seyve
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Figure 28. Pétition contre la nomination de Speidel lancée par le Mouvement de la paix et portée par Pierre Renoux
Crédits Source : © Archives privées Pierre Renoux
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 910k
Titre Figure 29. Campagne pour Seyve, Porrain et les « fils de Martyrs ». Inscription rue des Chartreux à Lyon
Crédits Source : © La République, 10 juillet 1957
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Figure 30. Louis Seyve à sa sortie de prison
Crédits Source : © La Défense, janvier 1958, p. 2 (Archives du Secours populaire français, gallica.bnf.fr / BnF)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/42906/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 561k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search