Version classiqueVersion mobile

Une prison pour mémoire

 | 
Marc André

Première partie - Mémoire dans les murs, mémoires hors les murs. Résonances franco-françaises (1944-1958)

Introduction

Lucien, d’un enfermement l’autre

Texte intégral

On pourrait dire que l’analogie est le propre de l’Homme et qu’elle est le signe que l’être humain est un être historique.
— Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves

  • 1 Le 24 août 1939 est pris un décret « autorisant la saisie et la suspension des publications de nat (...)
  • 2 Archives de la justice militaire (AJM), Tribunal militaire de Lyon, jugement 205/4900. Lucien Beno (...)

1Lucien Benoit connaît bien Montluc. Fin septembre 1940, la sûreté nationale apprend qu’un tract « Humanité » est distribué dans le département de l’Ain et arrête ce commis de perception militant communiste : simple adhérent d’abord (il est fiché dès 1936 alors qu’il n’a que 16 ans), délégué à la littérature du parti communiste (PC) à Paris en 1939 ensuite, secrétaire des Jeunesses communistes d’Ambérieu enfin, il est un suspect de choix, d’autant qu’une perquisition permet de retrouver dans son domicile un certain nombre de documents compromettants (un tract intitulé « Le cri de la Loire », des extraits d’écoutes du poste clandestin Radio Humanité, des exemplaires de La Russie d’aujourd’hui, des photographies de Thorez et de Cachin). Arrêté, il reconnaît le maintien de ses activités politiques et est poursuivi, avec quatre camarades, pour infraction au décret-loi du 26 septembre 19391 : comparaissant devant le tribunal militaire de Lyon le 11 mars 1941, il est condamné, après un réquisitoire du commissaire de gouvernement nommé Marx, à deux années de prison « pour avoir à Ambérieu et Miribel en 1940, notamment en mai et septembre, fait preuve d’activité communiste ayant directement ou indirectement pour objet de propager les mots d’ordre émanant ou relevant de la IIIe Internationale communiste ou d’organismes contrôlés en fait par cette IIIe Internationale, et particulièrement en créant un centre d’action communiste et en détenant en vue de leur distribution au public et de leur circulation dans le public des écrits, tracts et brochures tendant à propager les mots d’ordre de la IIIe Internationale »2. Détenu à Montluc le 29 septembre 1940, il côtoie un royaliste hostile à Pétain, des déserteurs, des espions, les premiers résistants communistes ou gaullistes, avant d’être libéré deux ans plus tard, le 27 septembre 1942, et amnistié le 1er juillet 1943.

2Le 23 mars 1950, les services de police sont informés qu’un convoi véhiculant du matériel militaire à destination de l’Indochine est intercepté en gare de Roanne par une foule de quatre à cinq cents manifestants répondant à l’appel diffusé sous la forme de feuilles volantes intitulées « Un train de tanks doit partir aujourd’hui – la population l’en empêchera » ou « À tous les travailleurs : Aujourd’hui un train doit partir pour l’Indochine, les travailleurs sont décidés à s’opposer à ce départ ». Lucien Benoit, devenu journaliste au Patriote, organe de la Confédération générale du travail (CGT) et du PC, est un des premiers interpellés : s’étant précédemment fait remarquer pour « la virulence de ses articles dirigés exclusivement contre les services de police locaux », il reconnaît être un partisan de la paix farouchement opposé à la guerre d’Indochine et à la guerre atomique tout en étant venu à la manifestation dans le seul but de couvrir l’événement au titre de son activité professionnelle. Conduit à Montluc le 24 mars 1950 sur ordre des juges militaire pour entrave à la circulation du matériel militaire et atteinte à la sûreté extérieure de l’État, il croise dans cette prison durant ses six mois de détention environ 80 détenus militaires, dont quelques Algériens, et près de 120 détenus « politiques » dont une soixantaine de criminels de guerre allemands ou autrichiens et une cinquantaine de Français coupables de trahison ou d’atteinte à l’intégrité du territoire national (AITN).

3Lucien Benoit a donc connu Montluc deux fois, sous Vichy d’abord, sous la IVe République ensuite. Il sait également ce qui s’est passé dans l’entre-temps (enfermement, exécutions arbitraires et déportations organisés par les nazis). Il incarne véritablement le va-et-vient entre passé et présent, seconde guerre mondiale et guerre de décolonisation, expérience de la répression vichyste et expérience de la répression coloniale. Grâce à lui, autour de lui, en lui, la lutte est à la fois politique et mémorielle. Pour être singulier, son parcours n’en témoigne pas moins d’une première période post-libération, qui court de l’automne 1944 au début de l’année 1958, quand Montluc noue autour de son site des mémoires franco-françaises. Anciens résistants, fils de résistants et/ou de fusillés par les Allemands, anciens déportés ou enfants de déportés concernés à nouveau par l’emprisonnement font resurgir un dépôt mémoriel ainsi révélé. Le nom de Montluc est de ceux qui, prononcé après 1944, font cesser de battre le cœur une fraction de seconde de ceux qui ont à l’entendre d’un peu trop près.

Notes

1 Le 24 août 1939 est pris un décret « autorisant la saisie et la suspension des publications de nature à nuire à la défense nationale ». Les titres communistes sont suspendus. Ensuite, la loi du 26 septembre 1939 « portant dissolution des organisations communistes » permet de dissoudre le PC et les organisations affiliées, d’interdire toute activité politique en lien avec ces organisations, d’empêcher le prosélytisme communiste. V. Sansico, La justice déshonorée. 1940-1944, Paris, Tallandier, 2015, p. 69, 75.

2 Archives de la justice militaire (AJM), Tribunal militaire de Lyon, jugement 205/4900. Lucien Benoit (et autres). Infraction au décret-loi du 26 septembre 1939. Réquisitoire. Citation suivante : tracts.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search