Version classiqueVersion mobile

Une prison pour mémoire

 | 
Marc André

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre, qui porte sur des solidarités discrètes au passé, est porté par des solidarités discrètes au présent.

2Carine Cianea, Nathalie Couloudou, Rodrigue Caille, Étienne Chaillet, Noëlla Perrault, Bruno Érault (archives de la justice militaire), Sanja Hamiti (archives départementales du Rhône), Élise Boursault (Secours populaire français), Tristan Vuillet (archives municipales de Lyon), Émilie Charrier, Céline Deletang (Archives nationales), Pascale Martin, Julien Iaboni, Vincent Bourbotte (Le Progrès), Céline Eyraud (archives des cimetières de Lyon) ont fait de leurs lieux de travail des espaces ouverts au savoir et à la découverte.

3Madjid et Zaklia Khiat, Ahmed Badri, Miriam, Yacine et Sabrine Khalef, Faiza Djelaili, Chalabia et Salah Akbache, Nicolas Renoux, Annie Seyve-Brion, Manel Boutouata, Samira et Abdesselem Bouras, ont été des passeurs de mémoires essentiels : avec leurs proches et parmi tous les témoins interrogés, ils et elles ont permis à ce livre d’être plein de vies.

4Susan Slyomovics m’a offert, à côté d’un long compagnonnage intellectuel et durant près d’une année, en 2017, des conditions de travail exceptionnelles à l’université de Californie-Los Angeles. Là, mes poussières d’archives ont commencé à prendre la forme d’une constellation.

5Jacques Frémeaux, qui a impulsé ma première recherche en histoire en 2005, a maintenu sa fidélité en relisant une première version du manuscrit, lequel a également bénéficié de la lecture de Laurent Douzou puis, dernièrement, de Sung-Eun Choi. Raphaëlle Branche a guidé mes premiers pas à l’université et, découvrant lors de ses recherches une lettre écrite depuis Montluc, elle s’est livrée au partage.

6Le regard, l’exigence, l’intransigeance et la droiture de Ludivine Bantigny m’ont inspiré ces dernières années. À côté d’elle, j’ai éprouvé quelques principes que l’on retrouve dans ces pages : le refus de l’arbitraire et de l’injustice où qu’ils soient.

7Liana Grancea, discrète parmi les discrets, solidaire parmi les solidaires, sociologue parmi les historiens, a été de toutes les étapes dans la construction de ce livre : lecture, relectures, conseils de lectures.

8Christian Delorme et Michel Chomarat, infatigables militants, sont restés des soutiens indéfectibles.

9Aurélie Dessert, Séverine Koprivnik, Sylvain Philippon ont ouvert les portes du Mémorial aussi souvent que j’en avais besoin et assuré une dernière relecture minutieuse.

10Ernest Pignon-Ernest, Lionel Cailles (rédacteur en chef du journal Le Progrès) et Jean-Gabriel Ordan ont accepté la reproduction à titre gracieux de leurs oeuvres pour le premier, de photographies si nombreuses pour le second et d’un cliché rare de procès pour le troisième. L’image, essentielle au récit, renforce l’analyse. Denis Dupas et François Deslile ont été vigilants dans la mise en forme des bases de données. Les étudiantes et étudiants de l’université de Rouen demeurent une source de motivation et d’inspiration grâce aux échanges nombreux et stimulants.

11Isabelle Boutoux, Céline Rohard, Sandrine Padilla et Corinne Rambaud ont une nouvelle fois cru à ce projet et l’ont accompagné avec une vigilance et une bienveillance rares.

12Si ce livre est le résultat de dix années de travail, il est aussi le fruit d’une vie et je ne saurais oublier quelques amis dont Marion Deschamp et Andrea Verhulst, ainsi que ma famille : Lise, Pierre, François, Chantal, Renée, Titouan, Lou et Anouk.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search