Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Annexes

Annexe n° 13

Le territoire des tarifs

Texte intégral

Société pour la défense du commerce et de l’industrie de Marseille, Rapport présenté à la séance de la Chambre syndicale du 15 novembre 1921, par M. Camille Dufay, Marseille, 1922, p. 164-168.

1… D’une façon générale, commerçants et industriels se plaignent de l’élévation des tarifs, qui, en fait, excède souvent exagérément la majoration légale de 140 %, et de la suppression de certaines facilités qu’ils estiment indispensables à l’essor des affaires. Ils demandent, entre autres réformes, le rétablissement des prix fermes et un plus juste classement des marchandises.

2Certes, ils ne sauraient méconnaître l’accroissement considérable des charges qui grèvent aujourd’hui le budget des Compagnies de Chemins de fer. Ils sont tout disposés à payer des prix en rapport avec les conditions d’existence nées de la guerre, pourvu que l’augmentation demandée soit équitable, proportionnée à la valeur des produits transportés, et qu’elle respecte dans toute la mesure du possible les situations acquises.

3La solution idéale, en vérité, eût été celle qu’a préconisée, avec infiniment de force et de bon sens, le Syndicat des Fabricants d’Huiles, c’est-à-dire, rappelons-le, le maintien du statu quo ante, avec application du coefficient de majoration reconnu équitable, correspondant au supplément de charges du transporteur.

4Mais le nouveau régime des Chemins de fer, les conceptions nouvelles qui ont présidé à son organisation, les tendances administratives qui portent de plus en plus à l’unification de gestion des réseaux et à l’égalité des prix pratiqués respectivement sur chacun d’eux, interdisent de longtemps tout espoir dans ce sens. Un retour en arrière paraît impossible. Nous le demanderions sans aucune chance de l’obtenir et nous courrions le risque, par cette démonstration destinée à demeurer lettre morte, de compromettre le succès des autres vœux que nous aurons émis.

5Cependant, sans porter atteinte aux bases réputées intangibles du système actuel, calqué pour une grande part, il faut bien le reconnaître, sur le système allemand, nous estimons qu’il est permis d’envisager le rétablissement, au moins à titre exceptionnel, de certaines dispositions qui ont fait la preuve de leur utilité au cours de nombreuses années et qui ont eu une influence parfois décisive sur la formation des courants commerciaux, le développement des ressources régionales, sur la Géographie économique du pays pour tout dire. Nous voulons parler des « prix fermes », contre la suppression desquels tant d’expéditeurs, nous venons de le voir, protestent énergiquement.

6Il nous paraît nécessaire et urgent de les remettre en vigueur, augmentés de la majoration appropriée, en faveur de certaines branches industrielles ou commerciales qui, sans leur secours, ne pourraient manquer de péricliter.

7Vous savez tous, Messieurs, ce qu’on entend par « prix fermes » ou « prix de gare à gare ». Ce sont, en quelques mots, des prix forfaitaires, inférieurs à ceux qui résulteraient de l’application du barème général.

8Sous le régime ancien, régime de concurrence entre réseaux, les Compagnies de Chemins de fer, opérant alors en véritables commerçants, avaient intérêt à les accorder toutes les fois qu’il s’agissait pour elles de faciliter un trafic avantageux, d’attirer ou de retenir sur leurs lignes une clientèle importante qui aurait pu emprunter d’autres voies.

9Aujourd’hui, il n’en est plus ainsi. Les tarifs sont unifiés et une implacable égalité règne, à ce point de vue, sur tous les réseaux. Les Compagnies, passées fonctionnaires, n’ont plus le souci d’adapter leurs prix et leurs conditions de transports aux besoins des industries et des commerces qu’elles desservent.

10Les conséquences d’un pareil régime, appliqué sans transition et sans ménagement, viennent de nous être révélées au cours de cette enquête.

11Messieurs, il n’est pas admissible que des industries, comme celle des huiles, comme celle des savons, par exemple, qui de temps immémorial ont eu leur centre de production et leur marché à Marseille, qui représentent pour notre région et notre pays une somme d’activité et de richesses considérables, se voient soudain, d’un trait de plume, frustrées de la situation prépondérante qu’elles avaient laborieusement acquise au cours des âges. Car, il serait vain de se le dissimuler, si elle devait être définitive, l’abrogation des prix fermes, qui leur avaient été consentis précisément en vue de maintenir et de développer leur essor et sur lesquels elles étaient en droit de compter toujours, leur porterait un coup fatal. Leur production, d’après certaines estimations que nous avons toute raison de croire très proches de la vérité, tomberait en quelques années à 50 % de ce qu’elle est aujourd’hui.

12En conséquence, nous demandons instamment, pour les huiles et les savons, le retour aux prix fermes qui leur avaient été antérieurement concédés, augmentés d’une équitable majoration.

13Nous avons sollicité déjà la même faveur pour les cafés. D’autres articles encore pourraient également y prétendre, notamment les articles lourds et pauvres, comme les chaux et ciments, les tuiles et briques, et pour lesquels le prix de transport atteint rapidement et même dépasse la valeur de la marchandise.

14Au surplus, Messieurs, si ce mot de « prix ferme » effraie par trop les Compagnies, si la chose qu’il représente paraît radicalement incompatible avec le nouveau système tarifaire – ce que nous ne croyons pas, – nous proposerons de tourner la difficulté et d’atteindre le but poursuivi par voie de déclassement des marchandises.

15Autrement dit, nous demanderons aux Compagnies de vouloir bien reprendre les marchandises, manifestement surtaxées, aux séries se rapprochant le plus, comme prix, des barèmes spéciaux qui leur étaient accordés avant la guerre, sans préjudice, bien entendu, de la majoration jugée nécessaire.

16C’est ainsi, à titre d’exemple, que les savons communs, qui payaient en 1914 pour le parcours Marseille-Paris 24,85 francs la tonne par 10 000 kilos, paient aujourd’hui 41 francs (Barème R.D.) et devraient, dans notre hypothèse, bénéficier du barème R.G., prévoyant le prix de 25,65 francs qui se rapproche du prix antérieur de 24,85 francs et qu’il y aurait lieu de majorer de 140 %.

17De même encore pour les chaux et ciments qu’il conviendrait de faire passer du barème K au barème N.

18Pour nous résumer, nous soumettrons, Messieurs, à votre approbation, avec les divers vœux que nous avons eu l’occasion de formuler au cours de cet exposé, les considérations suivantes qui nous paraissent condenser l’ensemble des réclamations de nos adhérents. Nous ne saurions trop vivement souhaiter que le Gouvernement et les Compagnies de Chemins de fer veuillent bien en tenir le plus grand compte et s’en inspirer pour réviser les tarifs actuels dans un sens conforme aux intérêts vitaux du Commerce et de l’Industrie :
A. – Nécessité de ramener au taux de la majoration légale de 140 % les tarifs actuels, qui excèdent ce taux dans la plupart des cas et souvent dans d’énormes proportions. (Cafés, soufres, chaux et ciments, bauxites, tuiles et briques, etc.).
B.  – Nécessité d’abaisser la limite de chargement à partir de laquelle jouent les tarifs spéciaux (Cafés, soufres, chaux et ciments, tuiles et briques, produits chimiques, métallurgie, savons, etc.).
C.  – Nécessité de réduire les prix de base pour un certain nombre de marchandises (notamment les produits chimiques).
D.  – Nécessité d’accorder à plusieurs articles, en ce qui concerne l’exportation, une remise plus importante que celle actuellement consentie (Chaux et ciments, ocres, métallurgie, savons, etc.).
E.  – Nécessité, dans un certain nombre de cas, du rétablissement des prix fermes et de pénétration ; à défaut, déclassement des marchandises trop lourdement taxées, et leur reprise à un barème correspondant aux prix fermes antérieurs majorés de 140 %…

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search