Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Annexes

Annexe n° 11

Marseille, ville ouvrière

François Bernard

Texte intégral

François Bernard, « Les conditions du travail et les grèves récentes à Marseille », Journal des économistes, mars 1884, p. 410-415.

1… À l’esprit de tout Français, le nom de Marseille éveille immédiatement l’idée d’une ville commerciale, d’un grand port d’échange – c’est, en effet, le quatrième ou le cinquième du monde en importance – mais l’industrie ne vient s’associer que faiblement à cette idée. Cependant cette ville est au premier chef un centre industriel remarquable ; il suffit de traverser cette zone de faubourgs qui entourent toute grande cité pour s’en convaincre. Quelques industries même y ont tellement prospéré qu’elles pourraient suffire, chacune isolément, à faire la réputation d’une ville de second ordre, telles sont : la savonnerie, la meunerie, l’huilerie, la tannerie, la fabrication des produits chimiques, etc.

2Mais précisément à cause de son double caractère de cité commerciale et industrielle, l’activité s’est portée spécialement sur les branches qui mettent en œuvre des matières encombrantes, ou mieux qui exigent des transports à bon marché. La vie ouvrière est aussi influencée très sérieusement par cette situation.

3Lorsqu’après le traité de Francfort, qui inaugura une nouvelle période de notre histoire, se manifesta cette grande reprise du travail national qu’on est convenu d’appeler notre relèvement – et qui y aida beaucoup certainement – que l’on doit seulement attribuer à la reconstitution des capitaux détruits pendant la guerre, la région méditerranéenne s’en ressentit peu : de même qu’elle avait été peu atteinte par nos désastres, elle eut peu à rétablir. Cependant, quand arriva la crise générale de 1876-1878, elle fut très rudement éprouvée. L’intensité particulière que prit cette crise dans le midi est due à ce que l’invasion phylloxérique vint l’aggraver en frappant en même temps toutes les sources de capitaux. La reprise de 1879-1882 fut très sérieuse, du moins en ce qui concerne l’industrie et le commerce marseillais, grâce à la coïncidence de divers événements favorables, notamment la loi curieuse sur la marine marchande, et l’activité donnée aux grands travaux municipaux et nationaux. Les industries locales suivirent l’impulsion, et, n’était la crise financière de 1882, qui cependant atteignit peu la place de Marseille, elles seraient parvenues à un haut degré de prospérité. Il se produit actuellement un ralentissement sensible…

4À Marseille, l’étude de la classe ouvrière se complique de la différence des nationalités. Il y a, en effet, un groupe compact de vingt à vingt-cinq mille travailleurs italiens, qui soulève de nombreuses protestations parmi la population française, protestations qui se traduisent parfois par des troubles sérieux, dont le moindre incident peut devenir le prétexte, comme par exemple en juin 1881, lors du retour des premières troupes qui avaient planté le drapeau français en Tunisie.

5Il faut étudier à part ce groupe ouvrier étranger, parce que ses mœurs, son éducation, ses besoins, les salaires qu’il reçoit sont tout autres que ceux des Français.

6L’Italien en général, peut être considéré comme le paria de la classe ouvrière, et il serait difficile qu’il en fût autrement, étant données les conditions dans lesquelles il offre ses services sur le marché de la main-d’œuvre. Il arrive en émigrant, le plus souvent, sans un sou vaillant, très rarement pourvu des premiers rudiments de l’instruction primaire et ne connaissant aucun métier ; il ne peut donc guère prétendre qu’au rôle de manœuvre. Sans aptitude spéciale, sans goût particulier et surtout poussé par la nécessité, il accepte toute occupation qui s’offre à lui ; exception doit être faite en faveur de quelques ébénistes, tailleurs, cordonniers, généralement excellents ouvriers. En moyenne, il n’est pas plus inintelligent que l’ouvrier français. Si peu armé pour l’existence que soit l’émigrant italien, il trouve assez facilement à employer ses bras dans une grande ville industrielle où la bureaucratie administrative ne joue qu’un rôle infime, où la grande fabrique l’accepte volontiers et même souvent le recherche ; c’est qu’il rachète son infériorité par un côté que l’usinier ne peut négliger, il s’offre à bon marché. On peut admettre comme règle que, pour un travail à peu près semblable, l’Italien aura une journée inférieure à celle du Français de 0,50 à 1 franc. De là vient que certains travaux, certains métiers sont exclusivement l’apanage de l’ouvrier étranger, et que dans un très grand nombre d’usines, de savonneries, par exemple, on trouverait difficilement d’autres Français que le contre-maître et le chef-ouvrier.

7On a souvent prétendu que l’ouvrier italien se nourrissant moins bien que l’ouvrier français, donnait aussi moins de travail utile ; ceci peut être vrai pour des travaux lourds, tels que les terrassements, mais ailleurs on ne l’a jamais prouvé. Ce qui est vrai, c’est que lui laissant les travaux secondaires des manœuvres, il ne paraît pas rendre autant de services que l’ouvrier français qui retire le bénéfice de tout le travail apparent et intelligent.

8Cette situation est-elle un bien ou un mal ? Si d’un côté l’industrie marseillaise peut conserver des conditions de productions avantageuses dans la concurrence universelle, si un très grand nombre de travaux d’utilité générale se font économiquement, d’autre part une sourde hostilité règne parmi les ouvriers français contre leurs confrères italiens qui, il est vrai, le leur rendent bien, et traduisent de temps en temps leurs sentiments par des voies de fait auxquelles le caractère français répugne habituellement.

9Le côté moral de la classe ouvrière italienne présente aussi tels côtés intéressants qu’il est bon de connaître. En général, l’ouvrier italien, bien que doté d’un salaire modique, arrive à faire des économies. Il vit parcimonieusement, va, presque toujours, après avoir amassé un petit pécule, se marier dans sa patrie ou chercher sa famille qu’il y avait laissée et revient se fixer à demeure dans nos régions hospitalières. L’expression n’est pas trop forte, car la concurrence sur le terrain du travail mise à part, l’ouvrier français se montre très tolérant pour l’Italien, le fréquente peu et n’aime pas à se mêler de ses affaires. Le caractère violent de celui-ci légitime d’ailleurs cette abstention.

10Il faut cependant reconnaître hautement que depuis quelques années l’ouvrier italien de Marseille s’améliore rapidement ; il est de plus en plus instruit et honnit volontiers ceux de ses compatriotes dont la conduite laisse à désirer. Il tient de plus en plus à affirmer sa solidarité avec l’ouvrier français et on l’a vu, dans différentes grèves, notamment celle des tailleurs d’habits et celle des ouvriers des ports, venir assurer sa participation aux mêmes revendications que nos nationaux. On peut déjà prévoir le jour, qui n’est pas loin, où on le verra partout faire cause commune avec l’ouvrier français. Ce jour-là la paix sera faite, et l’immigration italienne, au lieu d’être vue de mauvais œil, sera considérée, de même que celle des habitants des Alpes et des Cévennes, comme la simple manifestation du droit qu’a tout individu de chercher sa subsistance là où il croit pouvoir la trouver.

11Au point de vue simplement national, l’immigration italienne à Marseille et ailleurs en France, peut être considérée comme avantageuse, car elle promet pour l’avenir toute une nombreuse génération de citoyens français, élevés dans nos écoles et ne connaissant d’autre patrie que la nôtre.

12Si, de l’ouvrier étranger, nous passons à l’ouvrier français, nous constaterons de grandes différences et coutumes, dont la principale cause est l’éducation plus complète qu’il a reçue. Celui-ci a généralement été élevé au milieu d’un bien-être plus grand que l’Italien. Son instruction, quoique plus réduite que celle de l’Alsacien ou même du Parisien, est assez développée ; aussi possède-t-il à un haut degré ce sentiment d’indépendance personnelle qui fait le fond du caractère français et cet esprit frondeur qui en est la première conséquence. La solidarité est pour lui la condition la plus importante de la sauvegarde de ses intérêts ; de là l’ensemble qui se manifeste dans ses grèves, comme aussi le succès remarquable des institutions de prévoyance qui fourmillent dans la métropole industrielle du midi. Son habileté professionnelle est moyenne et volontiers il embrasse un état dont l’apprentissage est court, – il faut reconnaître que le milieu dans lequel il vit, exclusivement commercial pendant longtemps, a favorisé cette tendance, – ce qui ne veut pas dire qu’il délaisse entièrement les métiers où l’intelligence a un grand rôle à jouer. Car il a l’esprit retors et intrigant du juif, avec plus de franchise, et il est doué d’un grand sens artistique.

13Dans sa vie privée, l’ouvrier marseillais est peu économe, presque aussi hâbleur que le Parisien, il aime le luxe, le spectacle, le bruit, la dépense ; en général, il est charitable et sa moralité est très grande.

14Mais s’il ne sait pas amasser chez lui, il paye assez régulièrement sa cotisation pour sa société ou pour son cercle. Les cercles ouvriers politiques, bien qu’ils s’en défendent, ont, en effet, depuis quelque dix ans, pris une extension considérable à Marseille ; on ne peut encore dire cependant qu’il y ait abus, le cercle est aujourd’hui aussi nécessaire à l’existence que l’air ou le tabac.

15Comme partout, aussi, il tend à se former à Marseille une classe d’ouvriers capitalistes qui seront, dans l’avenir, pour les cités, ce que sont pour les campagnes les petits propriétaires, la base la plus solide de la stabilité et de l’adoucissement des mœurs. Celui qui peut arriver à acheter une obligation du chemin de fer ou de la ville de Paris est bientôt tenté d’en acheter une seconde ; il devient alors, lors même qu’il ne l’aurait pas été auparavant, un citoyen paisible, tournant au bourgeois. Le difficile, on l’a dit bien souvent, c’est de commencer…

16L’ouvrier de l’industrie peut-il épargner ? Peut-il, tout en subvenant dans une mesure suffisante à ses propres besoins et à ceux de sa famille, mettre en réserve une partie de son salaire pour la faire valoir en dehors de son ménage, à la production d’autres utilités non immédiatement consommables ? Turgot a écrit, il y a un siècle déjà : « En tout genre de travail, il doit arriver et il arrive, en effet, que le salaire de l’ouvrier se borne à ce qui lui est nécessaire pour lui procurer sa subsistance. » L’école allemande socialiste de Karl Marx et de Lassalle, adoptant et amplifiant cette donnée, en a fait la loi d’airain qui est presque devenue un lieu commun aujourd’hui, tellement elle est répandue et acceptée. Il n’est pas à propos ici, de réfuter cette théorie, il faut constater seulement que la simple loi de l’offre et de la demande, telle que l’exposaient Cobden ou la loi anglaise des Wages-Funds, doivent être mises en compte pour fixer la valeur exacte des salaires.

17Laissant donc la question de fond, nous constaterons que l’ouvrier marseillais épargne peu et, sans songer à l’en blâmer, étudions les institutions qu’il s’est données pour parer à son manque d’empire sur soi-même. De ce côté, nous aurons beaucoup d’éloges à lui adresser, et à le placer haut parmi ses confrères, si nous admettons, avec M. Le Play, que « le rang occupé par les divers ouvriers dans la vie sociale est en rapport avec le développement qu’a pris chez eux le sentiment de prévoyance », bien qu’il y ait encore à améliorer et à développer dans tout cet ensemble de Sociétés de secours mutuels, qui sont pour lui la caractéristique de l’assurance sur la santé.

18Les Sociétés de secours mutuels varient légèrement dans leurs statuts ; en général, elles garantissent à leurs participants, moyennant une cotisation qui peut aller de 1 franc jusqu’à 3 francs par mois, un médecin et des remèdes pendant la maladie d’un des membres de la famille, un minimum de salaire pour le participant seul en cas de chômage forcé, et souvent, lorsque celui-ci arrive à un âge avancé, vers soixante ans, un subside annuel comme pension de retraite. Malheureusement, ces Sociétés veulent faire trop avec des ressources insuffisantes, et bien des fois le service médical est imparfait, le salaire de chômage bien minime, et le subside de retraite bien léger et difficilement accordé. Toutefois, si imparfaites qu’elles soient, ces Sociétés rendent d’éminents services à la population ouvrière, légitimant de leur mieux le grand succès qu’elles ont obtenu.

19Au 31 décembre 1882, il existait à Marseille 229 Sociétés de secours mutuels, réunissant 44 432 membres (9 950 femmes et 34 482 hommes), dont l’actif total s’élevait à la somme de 2 558 858,85 francs. C’est sur ce capital de réserve que les Sociétés fondent leur avenir, peuvent suffire à une crise et servir les retraites. Les ressources ordinaires se composent en outre des intérêts de ces capitaux, des cotisations des membres titulaires et honoraires et de quelques subventions particulières assez rares. Sur ces 229 Sociétés, 208 sont approuvées et peuvent, aux termes du décret du 26 mars 1852, recevoir des legs ; 21 sont privées ou autorisées seulement ; elles ne sont cependant pas moins appréciées que les premières, ou du moins leur situation n’est pas plus mauvaise, car elles comptent en moyenne plus de membres : 5 539 pour cette dernière catégorie et 38 839 pour les 208 Sociétés approuvées.

20À côté de ces Sociétés de secours mutuels, il s’est fondé récemment, sous l’impulsion de quelques généreux philanthropes, une Caisse de retraites pour la vieillesse, sous le nom de La Marseillaise. Cette dernière, tard venue parmi les institutions de prévoyance, mérite une mention toute spéciale. Assez semblable, dans son fonctionnement, à la Société des Artistes dramatiques, elle se propose de servir à ses membres des pensions atteignant un taux sensiblement plus élevé que celui que permet d’atteindre la Caisse de retraites de l’État, après vingt ans de versements et 55 ans d’âge au moins. Par dérogation spéciale, la durée minima des versements est réduite à douze ans pour les membres fondateurs. Cette Société a obtenu, dès le début, un succès prodigieux : fondée le 12 avril 1880, elle avait distribué, à la date du 30 novembre 1883, 24 400 livrets se répartissant ainsi :

21Hommes, 16 900 ; femmes, 7 000 ; enfants, 500 ; et son actif s’élevait déjà à la somme de 797 374,87 francs.

22La quotité mensuelle est de 1 franc pour les pensions entières et de 50 centimes pour les demi-pensions ; le nombre de ces livrets réduits ne s’élève qu’à environ 800. Le droit d’admission, duquel ont été exonérés les membres fondateurs, est de 2 francs. On ne peut encore fixer le quantum des pensions qui seront servies et qui ne commenceront, au plus tôt, qu’en 1892 ; le développement et la prospérité de cette institution ont été tel dans les trois années d’existence qu’elle compte à peine que toutes les meilleures espérances sont autorisées.

23La législation française, longtemps inspirée par le désir de ménager l’intrusion gouvernementale dans tous les groupements d’intérêts, afin d’y faire sentir son influence administrative, est encore une entrave au libre essor de ce genre d’institutions (limitation du nombre des membres, fixation du maximum de la retraite que la Caisse est autorisée à servir). Une révision dans un sens plus libéral, puisqu’aujourd’hui c’est l’expression admise, serait donc nécessaire à bref délai ; elle est, du reste, promise depuis longtemps.

24En somme, si l’ouvrier marseillais a peu de confiance en lui-même pour assurer son avenir, il s’en remet volontiers à l’initiative de nombreuses Sociétés dans lesquelles l’État n’a aucun rôle à jouer, si ce n’est celui qu’il s’est arrogé lui-même.

25« Le salaire, dans chaque cas déterminé, s’établit à la suite d’une convention entre le patron et l’ouvrier, où chacun débat ses intérêts. – Dans un semblable débat, la position du patron est en général plus forte que celle de l’ouvrier. – La création d’associations entre les ouvriers pour défendre leurs intérêts a eu pour résultat de rétablir l’égalité. » (Charles Gide, Principes d’économie politique, p. 534, 535.)

26La loi française ne permettant pas aux Sociétés de secours mutuels d’être des associations de métiers, ni d’employer leurs fonds à entretenir des grèves, c’est aux chambres syndicales qu’est dévolu le rôle de défendre les intérêts des corporations ouvrières. Les chambres syndicales, autorisées en France seulement depuis la loi du 25 mai 1864 sur les coalitions, se sont multipliées à Marseille, surtout dans ces dernières années. Elles n’ont pu encore se dégager entièrement de cette sorte de méfiance dont on les a entourées dès l’apparition de la loi qui les autorisait, méfiance qui faisait que beaucoup d’esprits timorés, parmi les intéressés, s’en tenaient écartés par crainte de quelque danger imaginaire. Aujourd’hui, il n’est pas de corps d’état qui n’ait sa chambre syndicale ouvrière, depuis les cochers jusqu’aux garçons de café. Toutes ces chambres syndicales ont à peu près le même règlement, dont quelques extraits pourront donner une idée assez exacte.

27La Société a pour but : 1° la défense des intérêts de la corporation ; 2° de venir en aide aux sociétaires en leur procurant du travail lorsqu’elle en dispose. – Pour être admis, il faut jouir de ses droits civils et politiques et être âgé de 18 ans au moins, mais on n’a voix délibérative qu’à 20 ans. – Il n’y a pas de droit d’entrée ; la quotité mensuelle est de 1 franc. – Il y a un bureau et un conseil d’administration de 9 à 11 membres. Ces fonctionnaires à titre gracieux sont élus pour un an et rééligibles. – Le conseil d’administration nomme son président à chacune de ses séances. – Toute somme au-dessus de 100 francs devra être déposée dans une maison de banque. – À chaque assemblée générale, il est nommé une commission de contrôle composée de 5 membres. – Toute discussion politique ou religieuse est interdite. – Les statuts sont toujours perfectibles.

28Le dernier article est le plus curieux : il dénote un esprit pratique et une élasticité que n’ont pas un grand nombre d’institutions de création quelque peu ancienne. Il n’est pas parlé des cas de grève, c’est seulement au moment où celle-ci est décidée qu’on délibère sur les mesures à prendre, la situation de la caisse est presque toujours en cette alternative le conseiller le plus influent.

29La plupart de ces chambres syndicales n’ont pas de siège fixe, leurs réunions se tiennent dans des salles de brasserie le plus souvent. Mais on doit constater aussi que le zèle manque beaucoup pour entretenir ces associations dans un état prospère ; telle d’entre elles qui comptait 550 inscrits au moment de la grève, n’en comptait plus que 90, trois mois après, et ce fait constitue la règle ordinaire. On peut l’attribuer à deux causes : la continuation de la perception des cotisations et l’influence malencontreuse que quelques meneurs cherchent à acquérir par des motions extrêmes, aux dépens des ouvriers sérieux qui, après l’orage, voudraient bien voir venir le beau temps.

30Le Sénat a discuté récemment une loi nouvelle sur les syndicats professionnels, qui peut être considérée comme le prélude de la refonte de la législation sur les associations.

31Avec l’organisation ouvrière telle qu’on vient de la voir et surtout les circonstances relativement favorables qu’a traversées l’industrie méridionale depuis la fin de 1879 jusqu’en 1883, les grèves avaient beaucoup de chances de succès. Les ouvriers ont su, en effet, profiter d’une période d’activité pour imposer leurs volontés, si bien qu’un patron serrurier des plus atteints par la grève a pu conseiller à la réunion des chefs d’ateliers l’acceptation du tarif des grévistes sans soulever de grandes objections, parce que la résistance était devenue impossible, des commandes impérieuses exigeant une prompte reprise du travail. D’autre part, des suspensions de travail affectant la circulation ne peuvent durer sans entraîner des dommages d’une gravité exceptionnelle ; telle est la cause principale, sinon unique, du succès des grèves des charretiers et des ouvriers des ports.

32Les grèves ont tantôt pour but une augmentation de salaire, tantôt une réduction des heures de travail ; quelquefois aussi elles ont un but préventif, soit d’empêcher une réduction des salaires, soit de refuser une augmentation des heures de travail ; rarement elles ont pour cause des mesures d’ordre intérieur dans les ateliers. C’était cependant une des réclamations principales lors de la grève des cigarières des manufactures de l’État que le changement de quelques contre-maîtres.

33Arrivé à ce point de notre étude, il n’est pas inutile de connaître de quel œil la société moderne voit ces révolutions industrielles si funestes à la production qu’on ne peut guère les comparer qu’à une guerre quant à la destruction de capitaux qu’elles entraînent. L’opinion publique, devenue très tolérante, les admet aujourd’hui très généralement, comme l’expression des volontés d’un groupe sans y ajouter aucune idée de criminalité, lorsqu’elles s’achèvent sans violence, et M. P. Leroy-Beaulieu lui-même constate que « depuis qu’elles sont devenues licites et assez fréquentes, les grèves se sont dégagées en général des violences et des désordres qui les déshonoraient autrefois ». (Répartition des Richesses, p. 401.)

34Dans le même ordre d’idées, nous avons recueilli dans un journal qui ne peut à aucun titre passer pour un organe du parti ouvrier, un passage très instructif. Le Soleil écrivait à la date du 22 janvier 1882 : « Maintenant que les grèves ne sont plus l’œuvre systématique d’organisations permanentes, hostiles à la société et qu’elles sont rarement accompagnées de pression illégale sur les individus, l’opinion publique a cessé de les regarder comme coupables, elle reconnaît le droit des ouvriers de s’entendre librement pour défendre en commun leurs intérêts, au risque de se tromper et de se faire du tort à eux-mêmes, autant qu’aux patrons. » Et immédiatement après : « Quand les grèves, au lieu d’être dirigées contre des industriels particuliers le sont contre de grandes compagnies qui se croient dispensées par leur nature impersonnelle de consulter l’humanité et l’équité dans leurs rapports avec leurs employés, elles rencontrent même une certaine sympathie. » (Lettre d’Angleterre.)

35Ce qui tend encore à légitimer la grève aux yeux du public, c’est qu’avec notre organisation sociale, il est difficile sinon impossible de concevoir un autre moyen de lutte pacifique entre ouvriers et patrons.

36Depuis trois ans, 32 grèves ont eu lieu à Marseille avec un ensemble, un ordre, qui pourrait sembler préétabli par quelque volonté supérieure. Elles ont été provoquées et conduites par les ouvriers eux-mêmes ; dans quelques-unes seulement des personnes s’y sont mêlées qui étaient bien loin de travailler de leurs bras ; dans une occasion même, la préfecture fut tentée d’intervenir à l’encontre de ces personnes, puis elle eut la bonne inspiration de laisser passer, et tout alla cahin-caha jusqu’à la solution.

37Voici le relevé officiel de ces grèves par ordre de date :

38Toutes ces grèves ont été tranquilles, sauf celle des ouvriers des ports, qui a nécessité 26 arrestations sur lesquelles plusieurs ont été suivies de condamnations judiciaires, et celle des ouvriers huiliers (la seconde), pendant laquelle 22 arrestations ont été opérées, toutes suivies de condamnations pour entraves à la liberté du travail. Ces exceptions faites, elles ont toutes suivi une marche semblable : réclamations des ouvriers, pourparlers avec les patrons et présentation par ceux-ci d’un tarif de composition. Quelques traits généraux doivent cependant être relevés.

39Il n’y a pas eu de grève en hiver, pendant les quatre mois de décembre, janvier, février et mars. La durée de chacune ne s’est pas étendue au-delà de 15 à 20 jours ; celle des serruriers, celle des tailleurs de pierre froide et celle des menuisiers seules ont duré plus longtemps. Les chambres syndicales n’ont pas distribué beaucoup d’argent aux grévistes, cependant elles sont venues en aide aux plus nécessiteux dans une certaine mesure. Le but avoué de la plupart de ces grèves a été de faire consacrer le principe de la journée de travail à 10 heures réglementaires – lorsqu’il n’était pas déjà admis – et de faire payer les heures supplémentaires et le travail de nuit à un taux plus élevé ; l’augmentation du prix de la journée étant, bien entendu, la revendication principale. Pour les seuls ouvriers des ports, l’acquiescement des patrons au tarif de conciliation représente une augmentation annuelle de salaires de près de trois millions de francs. Le dimanche est admis par tous les corps d’état à peu près comme jour chômé, sauf pour les usines qui ne comportent point d’arrêt ; les meuniers, par exemple, n’ont que quatre jours de repos par an : Pâques, 14 juillet, 11 novembre, Noël ; beaucoup d’autres métiers n’en ont que deux, le 14 juillet et la Noël. L’admission du dimanche comme jour chômé n’est pas sans influence sur le revenu de l’ouvrier, car aux uns elle peut procurer des heures supplémentaires, aux autres une journée entière de plus dans la semaine, qui compte alors sept journées payées au lieu de six. Enfin, une demande portée dans presque toutes les revendications corporatives est la suppression de la retenue pour assurance que les patrons ont consenti de prendre à leur charge sans trop de difficultés.

40L’adage de Smith : « À la longue le maître ne peut pas plus se passer de l’ouvrier que l’ouvrier du maître », a été la cause principale de l’élévation des salaires, à Marseille, pendant la dernière période triennale. Mais une autre cause qui agit plus lentement doit intervenir aussi, c’est le perfectionnement de l’outillage qui, en augmentant la productivité de l’ouvrier, permet de lui attribuer une meilleure part sur le résultat de son travail.

41Les chiffres suivants sont le relevé de quelques prix d’après les tarifs actuellement en vigueur à Marseille.

42Il y a beaucoup d’observations à ajouter pour l’interprétation de ces chiffres si peu nombreux qu’ils soient. Les prix indiqués représentent les salaires des ouvriers atteignant une bonne capacité moyenne, les ouvriers médiocres ne peuvent y prétendre qu’en cas de demande active dans la main-d’œuvre. L’organisation des ouvriers des ports est assez complexe : les uns sont des journaliers attitrés, payés à la journée, les autres, peut-être aussi nombreux, sont de simples auxiliaires employés en cas de besoin et payés à l’heure ; en fait, la différence dans les salaires est assez faible. Les heures supplémentaires sont fréquentes dans certains métiers, rares dans d’autres. Les matelots, à raison de fonctions spéciales de lampistes, treuillistes, caliers, arrivent, surtout dans les vapeurs, à gagner autant que les chauffeurs.

43Avec ces taux de salaires, quelle est la condition de l’ouvrier ? Il faut connaître, pour apprécier l’effet de la hausse, la valeur d’échange de cette quantité de monnaie. M. Yves Guyot admet que les salaires en province se sont élevés en trente ans, de 1850 à 1880, de 52 %, tandis que la baisse de la valeur de la monnaie n’aurait pas dépassé 25 % ; la hausse que les récentes grèves ont amenée ne peut être estimée à moins de 8 à 12 % ; d’autre part, depuis 1879 la monnaie n’a point perdu de sa faculté d’échange une quantité correspondante ; il s’ensuit qu’il y aurait eu encore une amélioration réelle, car si l’on examine les variations des prix – ce qui demanderait une étude considérable – en se bornant aux grands faits et en négligeant les quelques dégrèvements sur les taxes indirectes, on ne trouve guère que le vin et les loyers qui aient augmenté d’une façon sérieuse, de 33 % pour ceux-ci, de 40 % environ pour celui-là.

44Dans son étude sur l’Enrichissement de la vie, parue récemment, M. André Cochut établit que chaque individu de la classe non fortunée dispose d’un revenu de 1,87 franc par jour ; cette somme, pour les habitants des villes et avec les salaires actuels, paraît au-dessous de la vérité ; la vie en famille est donc assez facile, pour peu qu’il règne de l’ordre.

45D’autre part, la division remarquable de la vie de l’ouvrier en six périodes faite par M. P. Leroy-Beaulieu (Essai sur la répartition, etc., p. 454) montre qu’en somme le travailleur peut se faire une condition tolérable. Mais dans la vie ordinaire, de nombreuses causes de dépenses exceptionnelles, fort lourdes pour son budget, viennent aggraver sa situation : mariage, couches, décès des parents âgés ou des enfants en bas âge, maladies, chômages, tous cas très fréquents dont presque aucun ménage n’est exempt. Il est cependant facile, en général, à l’ouvrier de traverser ces petites crises domestiques avec un peu de prévoyance, et l’on peut malgré tout se prononcer sur la suffisance des ressources d’une famille ouvrière.

46L’observation journalière nous montre que toujours et partout les ouvriers rangés réussissent et atteignent une situation convenable. La vieillesse est un luxe que pourra désormais se permettre le soldat de l’industrie aussi bien que le serviteur de l’État-providence, en même temps que son existence s’améliorera, que ses loisirs augmenteront et que son bien-être grandira. Les progrès des machines sont, à cet égard, très favorables à l’ouvrier en lui permettant de percevoir de hauts salaires, de même que la diffusion de l’instruction qui lui crée des jouissances intellectuelles et l’habitue à la prévoyance. L’important est que la hausse du prix des subsistances ne soit pas plus rapide que celle des salaires, et si ce phénomène à peu près impossible ne se produit pas, ce sera à juste titre que la période actuelle aura été appelée le siècle des ouvriers.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search