Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Annexes

Annexe n° 10

Explorer et commercer

J. Zweifel et M. Moustier

Texte intégral

J. Zweifel et M. Moustier, « Voyage aux sources du Niger », Bulletin de la Société de géographie de Marseille, t. IV, Marseille, 1880, p. 229-232.

1… Le but de votre voyage doit être à la fois géographique et commercial.

2Le but commercial est d’étendre nos relations d’affaires avec les pays situés auprès du Niger, d’étudier leurs productions, de reconnaître les voies les plus faciles pour arriver jusqu’à nos comptoirs et, en un mot, d’examiner avec soin toutes les questions se rattachant au développement de notre commerce dans ces contrées.

3Le but géographique doit être la découverte des sources du Niger ; j’y attache la plus grande importance, et c’est principalement en vue de cette découverte que j’ai formé le projet de l’expédition que vous êtes appelé à diriger.

4Quant aux observations astronomiques, j’ai désigné M…, capitaine du navire…, qui doit se rendre à Sierra Leone par première occasion, et qui, par ses connaissances professionnelles, vous sera certainement d’un grand secours en ce qui concerne le côté scientifique de votre voyage.

5D’autres voyageurs ont exploré le Niger, ils en ont suivi et déterminé le cours, mais la source, elle-même, est encore ignorée.

6On s’en est peu occupé jusqu’à ce jour. Le Caput Nili quœrere est depuis longtemps le mot d’ordre des explorateurs. Ce problème est à la veille d’être résolu, mais celui des sources du Niger reste entier.

7Il est probable que bientôt l’attention publique se dirigera de ce côté ; de nombreux indices le font présager. Eh bien ! prenons les devants et qu’à nous revienne l’honneur de cette découverte.

8Le major Laing et W. Reade placent les sources du Niger à peu de distance de celles de la Rokelle ; ils n’ont pu y arriver, le haut pays étant en état de guerre ou de révolte. Depuis cette époque, il est possible que ce pays soit pacifié et qu’aucun obstacle sérieux ne s’oppose à votre entreprise.

9Si vous arrivez aux sources du Niger, je désire que vous en déterminiez la position exacte afin que cette découverte ait une valeur géographique importante. Je vous ferai remarquer à ce sujet que le Niger doit avoir plusieurs sources et que vous devrez vous efforcer de découvrir la principale, celle qui mérite réellement d’être appelée « la tête de la grande eau ».

10Lorsque vous aurez trouvé les sources, vous pourrez retourner immédiatement à Sierra Leone, afin d’annoncer le résultat de votre exploration, et dans ce cas nous remettrions à plus tard le projet d’une exploration plus étendue. Mais, si vous préférez, vous pourrez expédier à Sierra Leone les notes de votre voyage et poursuivre votre route en descendant le fleuve jusqu’au Bouré et même jusqu’à Segou-Sikoro.

11Si vous trouvez que ce projet de trouver les sources du Niger soit impraticable, vous avez carte blanche pour pousser une pointe vers l’Est, pour descendre le fleuve, ou traverser le Fouta-Diallon et gagner par Timbo, soit le Rio-Pongo ou le Rio-Nunez, soit le Sénégal ou la Gambie.

12Dans ces voyages l’on ne sait jamais où l’on aboutira. Faire un tracé formel d’avance serait faire acte de présomption. Il faut laisser aux circonstances et à la sagacité du voyageur le soin de diriger ses pas.

13Vous verrez par ce qui précède que je ne vous impose pas un programme strict, quant à votre itinéraire. Je vous donne carte blanche, tout en insistant d’une manière particulière sur la découverte des sources du Niger. Vous jugerez vous-même s’il convient de restreindre ou d’élargir le champ de vos investigations pendant ce premier voyage.

14Je vous disais au début de cette lettre que l’expédition doit avoir un caractère géographique et commercial. Je compléterai ma pensée en ajoutant qu’elle doit avoir un caractère essentiellement français.

15Si votre voyage réussit et amène d’utiles résultats, je désire que la France soit la première à en profiter. Ceci dit, je crois que moins vous ferez de politique dans votre voyage, mieux cela vaudra.

16Le navire Foulah sera à Sierra-Leone vers le 20 juillet. Si vous n’êtes pas parti avant cette époque, vous trouverez à bord quelques articles pouvant vous être utiles. Le capitaine qui doit vous accompagner prendra probablement passage sur ce navire.

17Au reçu de cette lettre, le personnel, que je comptais prendre à Sierra Leone même, était au complet. Il se composait de deux chefs interprètes et d’une trentaine de porteurs.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search