Version classiqueVersion mobile

Édith Penrose et la croissance des entreprises

 | 
Lise Arena

Remarques conclusives

Texte intégral

1Le choix de l’article « Limits to the Growth and Size of Firms » publié en 1955 par Edith Penrose nous a permis de décrire l’environnement économique et intellectuel dans lequel Edith Penrose se situe au moment de la rédaction, mais aussi d’exposer le contenu et l’essence de la théorie de la croissance de la firme telle que celle-ci a été présentée dans les premiers travaux de l’auteure, c’est-à-dire avant la publication de son livre le plus connu The Theory of the Growth of the Firm, qui a bénéficié de remarques provenant de toute une série de commentateurs proches de l’auteure. À ce propos, il est peut-être intéressant d’adopter dans ces remarques conclusives des considérations rétrospectives mais aussi prospectives.

2D’une part, d’un point de vue rétrospectif, il convient de mentionner l’existence d’archives à l’université de Stanford aux États-Unis contenant une correspondance entre Machlup et Penrose qui date principalement de 1955. Ces échanges à propos du développement intellectuel de l’auteure sont cités dans un seul article publié par Carol Connell dans le Quarterly Journal of Austrian Economics et intitulé « Fritz Machlup’s Methodology and the Theory of the Growth of the Firm » (2007). Le contenu de ces lettres renvoie essentiellement aux thèmes des opportunités productives, des limites managériales à la croissance et de la prise en compte de la fusion-acquisition comme mécanisme d’expansion. Cette correspondance fait apparaître, en réalité, les conseils de Machlup à son ancienne étudiante pour transformer la théorie penrosienne initiée dans son article de 1955 en ce qui deviendra, quatre années plus tard, the Theory of the Growth of the Firm. En particulier, Machlup estime que la définition des services productifs telle qu’elle est exposée dans son article de 1955 et dans le manuscrit de son futur ouvrage n’est pas satisfaisante en raison de sa nature trop générale. À ce propos, il lui suggère :

Je pense que votre théorie aura un sens seulement si vous vous en tenez aux services managériaux, entrepreneuriaux et exécutifs […]. Lorsque vous avez le choix […] de définir un concept en son sens trop large ou trop restreint, j’aurais toujours tendance à restreindre la généralisation. (Machlup, dans Connell 2007, p. 306-307)

3L’article de 1955 est donc particulièrement intéressant dans la mesure où il correspond au travail qui ressemble sans doute le plus aux idées originelles de l’auteure telles qu’elles ont été exposées dans sa thèse de doctorat qu’elle finira en 1951 sous la direction de Fritz Machlup. Aussi, l’importance des ressources inexploitées et des opportunités productives, le rôle joué par l’expérience et la confiance des dirigeants qui préfigure le poids des connaissances tacites dans le développement des organisations, la portée des compétences managériales ou encore la nature forte de l’incertitude sont autant de facteurs centraux dans la compréhension des phénomènes de croissance des firmes.

4Ainsi d’un point de vue plus prospectif, l’apport de Penrose dès 1955 peut s’apprécier à deux niveaux. Le premier niveau correspond à des considérations disciplinaires dans la mesure où son travail constitue véritablement une innovation en matière de croisement entre théorie économique, sciences de gestion et sciences des organisations. Dans une large mesure, la mobilisation par l’auteure de concepts tels que la planification, les compétences, la connaissance ou encore les ressources suscite un intérêt scientifique qui se situe au-delà de la théorie économique. La gestion des ressources humaines, de projet et le management stratégique sont autant de sous-disciplines des sciences de gestion qui se réfèrent souvent à la contribution de Penrose comme point d’ancrage théorique. Le thème du changement organisationnel – notamment à travers la réorganisation des firmes après une phase d’expansion – apparaît en filigrane tout au long de l’analyse de son article de 1955. De cette manière, l’auteure apparaît donc pour l’époque comme un personnage tout à fait avant-gardiste qui a su à travers un thème de recherche – la croissance de la firme – mobiliser des théories qui traversent les frontières disciplinaires encore aujourd’hui trop souvent existantes entre l’économie et la gestion.

  • 1 Rappelons brièvement que ce mécanisme se fonde sur l’idée selon laquelle il existerait un taux de l (...)

5De surcroît, toujours d’un point de vue prospectif, le deuxième niveau s’inscrit dans la pertinence actuelle de la théorie penrosienne de la firme même plus de cinquante ans après la publication de son article de 1955. En premier lieu, les problèmes de gouvernance et de coordination intra- et inter-organisationnels n’ont jamais été plus d’actualité qu’aujourd’hui dans des organisations qui ne prennent plus la forme traditionnelle des grandes firmes managériales. En ce sens, en abordant le sujet de la décentralisation de l’autorité au sein d’une institution économique (et plus seulement, comme ceci était le cas dans la théorie néo-classique de la firme, au sein d’une entité de production) possédant plusieurs facettes organisationnelles qui vont bien au-delà du simple mécanisme de production, Penrose posait déjà les premières briques de la construction de l’établissement d’une théorie dynamique de la firme qui tient compte de la coordination de nouvelles formes organisationnelles (entreprises-réseaux, mégaprojets, clusters, etc.). Les idées relatives aux stratégies de croissance des firmes demeurent largement d’actualité. Dans le contexte présent, l’image de la grande entreprise du milieu du vingtième siècle a quelque peu été transformée, et les facteurs de croissance proposés par Edith Penrose peuvent parfois être discutés. Si le fameux effet Penrose1 considérait les relations de confiance entre les membres de l’équipe managériale comme centrales pour les stratégies de croissance des firmes, certains questionnent aujourd’hui l’existence d’équipes managériales soudées, de communauté de travail voire de projet commun, notamment en raison du poids prépondérant des actionnaires. Ces derniers semblent de moins en moins liés à la compétence de l’entreprise per se, mais expriment, de manière indirecte, les choix de banques d’investissement essentiellement préoccupées par l’appréciation des performances de la firme. En ce sens, cette prépondérance des actionnaires traduit également une tendance vers la spécialisation qui s’éloigne largement de la croissance par diversification discutée chez l’auteure. Au-delà de ce premier constat, il semble également incontestable que les rapports de services deviennent de plus en plus courts, exprimant une tendance croissante à l’externalisation des ressources, perdant certains éléments de confiance qui étaient si centraux aux développements théoriques de l’auteure.

Notes

1 Rappelons brièvement que ce mécanisme se fonde sur l’idée selon laquelle il existerait un taux de limite naturel à la croissance de la firme résultant de la capacité d’assimilation de nouveaux membres (moins expérimentés) par l’équipe managériale, en suggérant l’importance des habitudes à travailler ensemble, à connaître les autres membres de l’équipe managériale grâce à des processus de connaissance essentiellement tacites.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search