Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Annexes

Annexe n° 8

Partir pour Suez

Jules Charles-Roux

Texte intégral

Jules Charles-Roux, Vingt ans de vie publique, Paris, 1892, p. 414-416.

1Le percement de l’isthme de Suez comptera parmi les œuvres les plus extraordinaires de notre siècle, si fertile déjà en grandes choses. La France a surtout le droit d’en être fière, car c’est par la volonté de ses enfants et le concours presque exclusif de ses richesses qu’elle a été accomplie.

2Quant à ce qui reste à faire pour rendre l’exploitation de cette nouvelle voie facile et profitable, il ne faut pas douter que tous les intéressés y concourront : la Compagnie, en employant ses ressources à améliorer les conditions de navigabilité ; le vice-roi et les diverses puissances, en créant une législation nouvelle sauvegardant les divers intérêts ; les commerçants eux-mêmes, en appropriant leurs navires à cette navigation spéciale et en recherchant de nouveaux débouchés.

3Le champ d’exploration est illimité, quand on pénètre dans cet Extrême-Orient, qui a été le berceau des plus grandes civilisations et qui ne demande encore qu’à nous faire jouir de toutes ses richesses. À la porte même de Suez, la mer Rouge, qui jusqu’à ce jour a été une mer fermée, doit être étudiée non seulement au point de vue de sa navigation et des améliorations qu’elle nécessite, telles que phares, indications géographiques et météorologiques, mais encore au point de vue des ports qui débouchent vers elle et donnent accès à des contrées fertiles, qui sont à peu de distance de la côte et dont les populations ont l’amour du travail et du commerce. Massahura, en Afrique, donne entrée dans l’Abyssinie et les contrées du Haut-Nil ; Gedda, Moka, Odvide, en Asie, communiquent avec des pays presque inexplorés et fournissent les denrées les plus précieuses, telles que les gommes, les cafés, les dents d’éléphants, les essences de toutes sortes, le séné et les encens. Les cotons commencent également à être cultivés dans le Soudan et il en est arrivé en Égypte par la voie du Nil. Son Altesse le vice-roi a un grand désir d’établir des relations suivies avec le Haut-Nil et facilitera par tous les moyens en son pouvoir les communications directes avec le Soudan par la mer Rouge. Il fait étudier depuis longtemps des projets de chemin de fer des cataractes du Nil à Kartoum, mais la distance est considérable et il a été reconnu que, pour le commerce, la voie la plus courte et la plus économique, depuis l’ouverture du canal, est par les ports de la mer Rouge.

4Il nous paraît impossible que cette nouvelle communication, qui va s’établir de ces pays vierges avec tous les riverains de la Méditerranée, ne donne pas une très grande impulsion à toutes les relations commerciales. Elles débuteront probablement par un cabotage plus ou moins important avec les peuples les plus rapprochés.

5M. Jules Pastré pense que les Grecs seront les premiers à en profiter, et il fonde son opinion sur ce qu’ils ont déjà fait, pendant les travaux du percement. Il a remarqué que les caboteurs grecs circulaient dans le canal, y envoyaient leurs produits et que leurs petits navires suivaient les ouvriers au fur et à mesure que les travaux avançaient dans les terres. Il ne doute pas qu’ils n’entrent bientôt dans la mer Rouge et n’agrandissent le champ de leur navigation. Le bon marché de la construction de leurs navires, leur mode d’armement et de navigation les y aideront puissamment. M. Pastré croit aussi que les Grecs sont plus aptes que tout autre peuple à aller s’établir dans ces nouveaux pays à cause de leur facilité à adopter les mœurs des habitants. Ils l’ont du reste déjà prouvé, car les quelques établissements qui se trouvent dans le Haut-Nil et le Soudan sont tous dirigés par des Grecs.

6Nous admettons que les Grecs seront les premiers pionniers de ce nouveau commerce, mais il ne peut manquer, dans un temps donné, de nous en revenir une bonne part ; car plus les moyens d’échange se multiplient et plus se fait sentir la nécessité des débouchés importants et du rapprochement des grands centres d’affaires comme Marseille.

7Notre ville, du reste, n’a pas attendu ce que l’avenir peut promettre. Elle est déjà en mesure de profiter des ressources qu’offre cette communication directe avec les contrées de l’Extrême-Orient où la France compte des colonies importantes, et nous pouvons citer avec orgueil plusieurs de nos grandes Compagnies de navigation qui ont fait le voyage complet de l’Inde, aller et retour, voie du canal. Elle a déjà prouvé qu’elle ne se laissera devancer par aucune de ses rivales dans la concurrence qui va s’ouvrir et qu’elle saura conserver dans l’accroissement général qui se produira la suprématie dont elle a joui jusqu’à ce jour.

8Brindisi, Messieurs, a été souvent mis en avant comme un point noir de l’horizon de notre avenir commercial. Autant que j’ai pu en juger de visu, il n’y a pas à s’en effrayer. C’est un port à l’état de projet. On y pénètre par une rade assez spacieuse, protégée par un brise-lames, mais ayant une profondeur très inégale. Le port est formé par une lagune qui entoure presque entièrement l’emplacement où est bâtie la ville. Il n’y a de profondeur suffisante pour mouiller que devant la santé maritime, où se trouve un quai de 300 mètres de longueur environ sur 30 de largeur. À notre arrivée, nous avons constaté la présence d’un bateau à vapeur et de deux bricks-goélettes. La ville ne se compose que de quelques maisons et les habitants sont dévorés par les fièvres d’accès. – C’est un raccourci qui tentera certainement les voyageurs qui craignent la mer ; bon nombre y débarqueront et iront s’y embarquer, pour éviter quelques heures de traversée ; mais, pour le moment et pour un temps assez long, la concurrence que fera Brindisi à notre port n’aura pas une plus grande importance. Tout est à créer à Brindisi au point de vue industriel, commercial et maritime et l’on peut soutenir, sans crainte d’être démenti, que nous avons de l’avance sur cette rivale improvisée.

9Favorisé deux fois par vous, Messieurs, d’une mission aussi flatteuse qu’élevée, avec deux collègues si éminents à divers titres, MM. Sébastien Berteaut et Jules Pastré, dont le souvenir m’est également cher, je n’ai eu d’autre prétention que de vous prouver mon entier dévouement et ma vive reconnaissance.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search