Version classiqueVersion mobile

Édith Penrose et la croissance des entreprises

 | 
Lise Arena

Chapitre IV

Développements de la théorie managériale de la firme sur des bases penrosiennes

Texte intégral

1De manière plus générale, les travaux d’Edith Penrose ont souvent été associés à l’approche managériale, développée au départ par Baumol (1959, 1962), Marris (1964) et Williamson (1964, 1970), puis par des auteurs plus jeunes tel que Mueller (1969, 1972). Ces approches sont souvent divisées en trois grandes catégories qualifiées respectivement (1) d’approches en matière de discrétion managériale, qui regroupent notamment William Baumol et Oliver Williamson, (2) d’approches par la croissance, souvent associées à Robin Marris et Dennis Mueller et (3) d’approches bureaucratiques, notamment développées par Joseph Monsen et Anthony Downs (1965). L’accent sera principalement mis ici sur les approches discrétionnaires et les approches de la croissance des firmes, les théories bureaucratiques ne présentant pas beaucoup d’intérêt pour notre analyse.

2Selon les théories managériales, l’objectif des dirigeants est de maximiser une fonction d’utilité essentiellement composée des variables de croissance et de dépenses discrétionnaires. Le but des managers est ainsi d’atteindre une situation de rentes, en utilisant leur compétence particulière pour mettre en œuvre la stratégie la plus apte à favoriser cet enracinement. L’appropriation de ces rentes sous des formes diverses (salaires, stock options, avantages en nature, etc.) permet de rentabiliser l’investissement spécifique fait par les dirigeants pour acquérir les ressources managériales. Tous les motifs qui vont guider les choix des dirigeants sont, bien entendu, plus ou moins liés. Aussi, la maximisation des profits n’est-elle pas perçue comme une fin en soi, mais comme la possibilité de satisfaire les autres objectifs des dirigeants, très souvent d’ordre non pécuniaire. Indirectement donc, l’expansion de la firme repose essentiellement sur la maximisation du chiffre d’affaires de l’entreprise (Baumol 1959) ou à travers la maximisation du taux de croissance de celui-ci (Baumol 1962, Marris 1964).

3Les approches de la discrétion managériale sont fondées sur un modèle de firme présentant les caractéristiques suivantes : la firme est une société anonyme de type managériale, ses ressources sont données, l’équipe managériale représente une fonction importante de l’entreprise et l’environnement se définit par sa nature monopolistique, oligopolistique ou pour le moins, par un contexte de concurrence imparfaite. Les fonctions de demande de la firme sont données et les décisions se prennent en fonction de deux variables : le prix et le taux d’expansion de la firme. L’exercice du dirigeant se traduit par la résolution d’une fonction-objectif managériale, différente de la fonction de maximisation du taux de profit. Cette fonction est notamment décrite par Baumol dans son ouvrage de 1959. Baumol démontre, dans un marché de structure oligopolistique et sous certaines hypothèses et observations, notamment quant à la liaison entre le volume des ventes et la rémunération des dirigeants, que ces derniers cherchent à maximiser le chiffre d’affaires sous une contrainte de profit minimal, destinée à satisfaire les actionnaires. Les dirigeants recherchant ainsi la satisfaction de leur utilité personnelle (salaire, pouvoir, statut, prestige, excellence professionnelle et sécurité personnelle), réaliseraient des investissements discrétionnaires, privilégiant donc la croissance de l’entreprise au détriment de l’objectif de maximisation du profit, ce dernier étant dès lors relégué au rang de simple contrainte. Leur budget discrétionnaire et la recherche de croissance les conduiraient ainsi à réaliser des investissements sous-optimaux à l’intérieur de l’entreprise elle-même.

4D’autre part, les auteurs de l’approche par la discrétion managériale identifient la diversification des activités de l’entreprise comme un facteur clé de croissance de la firme, à travers le pouvoir congloméral qu’il lui confère. En adéquation avec ce cadre d’analyse, Williamson (1964) développe un modèle dans lequel les dirigeants ont comme objectif de satisfaire leur fonction d’utilité. L’auteur met en exergue l’importance des éléments non pécuniaires et introduit la notion d’expense preference, c’est-à-dire la préférence des dirigeants pour les dépenses discrétionnaires. Certaines de ces dépenses sont directement liées aux rentes que peut tirer le dirigeant de la situation non parfaitement concurrentielle qui règne sur le marché des biens et services – Williamson parle de pouvoir de monopole. Toutefois, les dirigeants ne pourront poursuivre ces objectifs que sous deux conditions : que la pression des marchés extérieurs ne soit pas trop forte et que les actionnaires soient suffisamment informés et reçoivent un niveau satisfaisant de profits.

5Les approches par la croissance présentent les mêmes caractéristiques de départ que les théories centrées sur la discrétion managériale : les décisions des managers sont prises en relation avec une fonction-objectif managériale. Cependant, elles constituent un courant plus complexe et plus dynamique que les approches de la discrétion managériale, dans la mesure où elles s’intéressent davantage à des sociétés anonymes de grande taille caractérisées par des phénomènes de croissance interne et des processus de fusions-acquisitions. À ce titre, Marris qualifie le système économique de ces corporations de « capitalisme managérial » (Marris 1964). L’auteur propose un objectif alternatif à celui proposé par Baumol, en s’appuyant sur les hypothèses formulées quant à la fonction d’utilité des dirigeants. Marris opère une distinction entre les dirigeants et les managers : si les propriétaires dirigeants maximisent le profit, les managers salariés maximisent la croissance de la firme. Il existerait donc une divergence naturelle entre la fonction d’utilité actionnariale et la fonction d’utilité managériale. L’apport essentiel de ce courant consiste dans l’élaboration d’une fonction-objectif managériale représentant la seule volonté de développer une croissance soutenable de long terme. L’apport théorique de Marris est principalement de déterminer le taux de croissance anticipé de long terme. Son modèle pourrait être brièvement synthétisé de la manière suivante. L’auteur place au centre de son analyse le concept de croissance régulière de long terme. Pour que le taux de croissance de long terme puisse être soutenable, il faut nécessairement que les taux de profit soient constants également. L’auteur l’exprime de la manière suivante :

[…] un taux de rendement qui diminue de manière régulière ne peut être normalement associé à un taux de croissance constant ; une croissance « déséquilibrée » entendue en ce sens ne peut donc être soutenable. Nous poursuivons par conséquent l’analyse en retenant en général des hypothèses de croissance équilibrée au sens où les taux de croissance de long terme de la demande et de la capacité de production sont supposés égaux, et nous utiliserons souvent les adjectifs « équilibré » et « soutenable » comme des synonymes. Bien plus, nous envisagerons typiquement des situations pour lesquelles des taux de croissance équilibrés et constants sont non seulement associés à des taux de rendement constants, mais aussi à des marges de profit et des rapports capital-produit globalement constants (Marris 1964, p. 118-119)

6Ce raisonnement fait clairement apparaître l’existence d’un sentier régulier de croissance équilibrée de la firme sur le long terme. L’idée de Marris est qu’une croissance soutenable à long terme nécessite inévitablement une croissance du marché, rendue possible grâce à un effort d’investissement en recherche et développement. De cette manière, les nouveaux marchés peuvent être entretenus par la nouvelle capacité productive. Ce phénomène correspond à l’effet Penrose (Penrose Effect). Dans ce cadre théorique, Marris a recours à une version faible de l’hypothèse de maximisation des profits. Il note en effet :

Dans ce modèle, bien que la maximisation concerne la croissance plutôt que la rentabilité, celle-ci garde cependant une importance considérable. Mais nous préférons parler de taux de rendement optimal plutôt que de taux de rendement maximal, entendant par là le taux de profit associé et nécessaire aux politiques exigées pour maximiser une croissance saine et soutenable. (Marris 1964, p. 241)

7La contribution de Dennis Mueller à la théorie managériale de la croissance comprend deux éléments essentiels. Le premier consiste à analyser les conglomérats du point de vue de la firme qui a fait l’acquisition (Mueller 1969). La diversification est ainsi perçue comme permettant à l’entreprise de croître tout en lui conférant à l’entreprise un pouvoir congloméral qui la dégagerait de la pression concurrentielle. Le deuxième apport de Mueller inclut la construction d’un cycle de vie de la croissance de la firme (Mueller 1972). L’argumentation développée par l’auteur fait apparaître l’idée selon laquelle les managers, étant limités par des contraintes internes, peuvent augmenter leur taux de croissance en acquérant d’autres firmes. Aussi, chaque firme peut être un prédateur ou une victime.

8Dans l’approche managériale, les dirigeants favoriseraient donc leur propre intérêt au détriment d’autres groupes qui sont cependant parties prenantes dans la définition de la stratégie de la firme. Aussi, l’approche managériale prône-t-elle la prééminence des buts à long terme du dirigeant sur les choix organisationnels, se situant ainsi dans une optique qui met l’accent sur « la valeur pour la firme et pour ses dirigeants ». La méthodologie utilisée par les auteurs de l’approche managériale est donc positiviste, envisageant la ressource comme un ensemble de facteurs et d’objets mesurables, identifiables et isolables. L’image managériale de l’entreprise la représente comme fermée sur elle-même.

9Le travail d’Edith Penrose a largement inspiré l’approche managériale de la croissance des firmes, impliquant de grandes similarités théoriques entre les deux approches. Ainsi, le courant managérial tout comme l’approche penrosienne de la firme posent le postulat de base que les firmes existent. Ce postulat permet de ne pas entrer dans le débat plus ancien soulevé par Ronald Coase dans son article de 1937. Ces deux courants se rejoignent donc en premier lieu sur leur volonté de construire une théorie économique plus proche de la réalité des organisations, comme le remarque très justement Christos Pitelis dans son ouvrage publié en l’honneur d’Edith Penrose :

Comme beaucoup d’autres (voir, par exemple, Marris, dans ce volume), Penrose considérait comme acquise l’existence des firmes. Lorsqu’on la connaît, ceci n’est pas surprenant. Se demander pourquoi des firmes existent alors qu’il est clair comme la lumière du jour que c’est le cas, reviendrait, selon elle, à une perte de temps précieux. (Pitelis 2002b, p. 310)

10Cette citation renforce l’idée selon laquelle Marris tout comme Penrose éprouvaient le désir de développer une analyse de la firme la plus pragmatique possible. De surcroît, le thème principal de recherche développé par Penrose est quasiment le même que celui des tenants de l’approche managériale. Aussi, l’approche managériale tout comme la théorie développée par Penrose fondent le programme de construction d’une théorie de la croissance de la firme. Marris le remarque dès 1964 : « Comme l’indique le titre de son livre, Mme Penrose s’intéresse essentiellement aux motivations et aux moyens qui commandent le phénomène de croissance » (Marris 1964, p. 112).

11Les auteurs de l’approche managériale considèrent donc le travail de Penrose comme une source d’inspiration directe et significative. Dans sa Theory of the Growth of the Firm, Penrose définit la firme comme une organisation administrative qui détient un potentiel suffisant à l’entretien d’une expansion infinie. Le taux de croissance est cependant borné par le taux auquel les nouveaux membres de l’équipe managériale peuvent s’adapter. Ces nouveaux membres doivent en effet se familiariser avec l’expérience des plus anciens. La croissance est donc limitée par les coûts spécifiques de la croissance elle-même. Les facteurs organisationnels peuvent, en effet, réduire, au moins à court ou moyen terme, l’efficacité et la rentabilité du nouvel ensemble. Ce coût spécifique est connu sous le nom d’« effet Penrose ». Cet effet implique des conséquences directes sur les décisions d’acquisition de la firme. En effet, plus ce coût est ressenti par l’acquéreur comme étant élevé, plus l’initiative d’acquérir sera proche de zéro. Marris généralise le théorème de Penrose en développant l’idée selon laquelle il serait plus souhaitable pour les économistes d’abandonner le concept de taille optimale absolue de la firme au profit de la détermination d’un taux optimal de changement de la taille de la firme.

12Par conséquent, le rôle central que joue la diversification se retrouve de manière quasi similaire chez Penrose et dans l’approche managériale. Tout comme dans les textes originels de Penrose, l’approche managériale développe l’idée selon laquelle la diversification permet à la firme de croître. Penrose a beaucoup insisté dans sa contribution sur les contraintes à long terme de la diversification liées au recrutement et à la formation des dirigeants. Dans la même perspective, selon Mueller (1987, p. 29), il ne fait aucun doute que diversification et taille ainsi que diversification et croissance sont positivement corrélées, ce qu’avait déjà noté Penrose dès 1955 :

Il est nécessaire de disposer d’une forme polyvalente de direction exécutive si l’expansion nécessite de la part de la firme davantage d’efforts afin de développer de nouveaux marchés ou implique la mise en place de nouveaux types de production (Penrose 1955, p. 540, [26])

13Dans la vision managériale, les limites à la diversification pourraient s’expliquer en termes de bénéfices et de coûts marginaux liés à la diversification. Partant du fait que les bénéfices marginaux décroissent alors que les coûts marginaux augmentent avec le degré de diversification des entreprises, on pourrait conclure qu’au-delà du point d’équilibre (point d’intersection entre les deux courbes de bénéfices et de coûts marginaux), la diversification entraîne une diminution de la performance. Selon Mueller, il serait donc inefficace de diversifier les activités de la firme au-delà de cette limite. L’idée développée par les auteurs de l’approche managériale serait donc que chaque firme possède un point d’équilibre qui lui est spécifique. Ce point dépend des ressources qui sont à la disposition de l’entreprise, de son environnement, et des capacités et des compétences de son équipe managériale. Le thème de la diversification des activités de l’entreprise est donc appréhendé en termes d’équilibre de long terme. Selon la théorie managériale, la croissance de la firme connaîtrait donc une limite liée à la diversification de ses activités. Cette limite correspond à un point d’équilibre de long terme, que la firme ne doit pas dépasser, si elle veut continuer à se diversifier et donc à croître. L’approche managériale de la firme se veut donc très proche d’une vision penrosienne, que ce soit à travers ses concepts, ses problématiques ou ses thèmes de recherche. Elle ne constitue, cependant, qu’une des approches à revendiquer une filiation de type penrosien.

14Si l’on compare la contribution de Penrose à la « théorie néo-classique » de la firme souvent encore en vigueur au début des années 1950, le contraste est assurément saisissant. Penrose est parmi ceux qui se dégagent de l’approche statique et hypothético-déductive de la théorie néo-classique de l’époque pour adopter une vision de la firme centrée sur son processus vital de croissance. De là, sa première incompatibilité avec l’approche managériale de la firme. Penrose le reconnaît elle-même dans la préface de la troisième édition de The Theory of the Growth of the Firm :

Bien que Marris ait tenu compte de mon travail et l’ait généreusement reconnu, sa propre recherche et son argumentation de base ont été développées bien avant et ont constitué une avancée significative en matière de rôle des firmes dans le « capitalisme managérial ». Cette recherche et cette argumentation sont généralement compatibles avec la mienne mais elles adoptent une approche très différente et qui change le contenu de la mienne. (Penrose 1959b, p. ix)

15Aussi certaines des idées penrosiennes que l’approche managériale s’est appropriées ont été transformées ou réduites à un cadre théorique différent voire contradictoire de la vision penrosienne de base. Un premier exemple de cette « transformation » est celui de la forme de rationalité retenue. Comme nous l’avons exposé précédemment, Marris utilise, en effet, une version faible de l’hypothèse de maximisation des profits. Or, les idées originelles de Penrose sur la construction d’une théorie de la firme rejettent ce postulat. Elle l’exprime clairement dans la citation qui suit :

Si j’adopte une forme « faible » de l’hypothèse de maximisation du profit, c’est seulement pour reconnaître le fait que, même sous sa forme forte, le profit maximum ne peut pas être déterminé ex ante de manière unique dans une situation d’incertitude ; qu’aucun résultat ex post ne peut être identifié au maximum qui aurait été obtenu ; et que les attitudes directoriales et entrepreneuriales à l’égard de l’incertitude diffèrent fortement d’une firme à l’autre. (Penrose 1985, p. 12)

16Si l’on considère maintenant le domaine de la croissance de la firme, la théorie de Penrose diffère aussi de l’approche managériale à propos de la notion de dépendance au sentier d’expansion de la firme. Sur le long terme, Penrose explique en effet que :

La rentabilité, la survie et la croissance de la firme ne dépendent pas tellement de l’efficience avec laquelle elle est capable d’organiser la production d’une ligne de produits même fortement diversifiés mais plutôt de la capacité de la firme à établir une ou plusieurs « bases » étendues et relativement inviolables à partir desquelles elle peut adapter et étendre ses opérations dans un monde incertain, changeant et concurrentiel. (Penrose 1959b, p. 137)

17Ainsi, flexibilité et adaptation constituent les deux concepts clés qui sont à la base de l’explication penrosienne de la croissance des firmes.

18Dans la même perspective comparative, l’approche penrosienne s’intéresse de très près aux éléments qui composent la « boîte noire » de la firme et se pose des questions du type : Quel est le déroulement des activités au sein de l’organisation ? Comment s’agencent les ressources et comment produisent-elles de la croissance, notamment par le biais de l’existence ou du développement d’excédents de capacités de ressources ? Or, à l’époque, quoi qu’ils aient pu prétendre, les théoriciens managériaux de la firme restaient largement prisonniers de l’orthodoxie alors prédominante. Leurs interrogations portaient surtout sur les limites de croissance de la firme managériale. Les conclusions que l’on peut tirer des approches managériales pour expliquer les structures internes des organisations sont quasiment inexistantes, mises à part les relations entre actionnaires et dirigeants. L’intérieur de l’entreprise et la manière dont la firme est engagée inéluctablement dans ce processus de façon idiosyncrasique ne constituent donc pas des éléments pris en compte dans l’analyse. Aussi, contrairement au contenu théorique des travaux de Penrose, l’approche managériale n’admet donc pas que la croissance de la firme constitue un processus évolutionnaire, fondé sur une croissance cumulative de sa connaissance collective.

19Enfin, Penrose rejette clairement le concept d’équilibre de long terme utilisé par les défenseurs de la vision managériale de la firme. L’auteure développe, en réalité, un modèle de croissance irrégulière alternant des taux faibles et élevés, qui contraste entièrement avec l’approche adoptée par Marris. Celle-ci repose en effet, comme nous l’avons vu, sur le recours à un taux constant, équilibré et soutenable de croissance de long terme. Or, toute la théorie penrosienne se fonde justement sur l’idée selon laquelle l’« économie réelle » est un système en perpétuel déséquilibre dont la représentation en matière de croissance auto-entretenue et d’évolution permet de rendre compte.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search