Version classiqueVersion mobile

Édith Penrose et la croissance des entreprises

 | 
Lise Arena

Chapitre III

Origines et émergence de la théorie de la croissance de la firme : analogies biologiques et importance de la connaissance

Texte intégral

1La coloration évolutionniste des travaux d’Edith Penrose apparaît avant la publication de son œuvre clé sur la croissance de la firme. C’est à l’issue d’un article publié par Armen Alchian en 1950 dans le Journal of Political Economy qu’Edith Penrose se voit participer à un débat qui a trait aux fondations évolutionnistes de la théorie de la firme. La notion d’évolutionnisme est relativement vague et, de manière générale, se réfère au développement ou à la dynamique d’un objet (Hodgson, dans England 1994). De manière générale, les approches évolutionnistes se dessinent en deux courants. Dans une large mesure, Karl Marx et Alfred Marshall sont des auteurs évolutionnistes ; le premier fondant sa théorie sur les principes de l’organicisme et le second sur sa croyance en l’existence d’analogies biologiques (voir supra). Edith Penrose peut aussi être considérée comme une auteure évolutionniste mais davantage en raison de son rejet du principe d’analogie biologique. La réflexion qui suit propose d’expliquer les positions de l’auteure au sein de ce débat de manière plus détaillée. En réalité, ce débat n’est pas nouveau puisqu’il trouve ses racines dans les travaux d’Alfred Marshall qui comparait déjà la firme à un organisme biologique dans ses Principles of Economics (1890). En particulier, son analogie associait le processus de croissance de la firme à celui des arbres de la forêt. Cette comparaison émerge en cohérence avec sa vision des économies externes et internes sujettes à des fluctuations constantes (Marshall 1890, livre IV, chapitre XIII). L’auteur note :

Si on s’intéresse de plus près aux économies qui résultent d’une augmentation de l’échelle de production d’un bien quelconque, on observe qu’elles peuvent appartenir à deux catégories – celle dépendante du développement général de l’industrie et celle dépendante des ressources des firmes individuelles et de l’efficience de leur gestion ; en quelque sorte des économies externes et des économies internes. (Marshall 1890, p. 262)

2Par conséquent, lorsqu’une firme croît avec le temps, l’échelle de production devient plus grande et le prix de marché diminue. Cet argument s’apparente à la croissance des arbres de la forêt dans une perspective de long terme.

  • 1 Dans une large mesure cet argument avait déjà été construit par Kenneth Boulding dans son livre pub (...)

3Peut-être sans le savoir, la participation d’Edith Penrose à la suite de ce débat marque son attachement à un courant de pensée qu’elle façonnera dans une certaine mesure et qui donnera naissance quelques décennies plus tard à la formalisation du courant évolutionniste actuel (Nelson et Winter 1982). L’article d’Alchian (1950) est le point de départ du débat. Celui-ci propose de ressusciter les idées évolutionnistes déjà présentes dans les travaux d’auteurs plus anciens tels que ceux de Marshall (1890) ou de Schumpeter (1911). L’objectif principal de la contribution d’Alchian est de souligner les limites des modèles standards de concurrence, notamment sur les bases de leur conception de la rationalité qui n’est pas compatible avec l’existence d’incertitude et de coûts liés à la recherche d’information. En particulier, le message de sa contribution est de remplacer le concept de maximisation du profit par celui de sélection naturelle, en posant les limites – et en questionnant ainsi la légitimité – de ce premier. En raison de l’existence d’incertitudes, les firmes ne peuvent pas anticiper les résultats de leurs actions. Ainsi, pour une action ou une décision particulière, il existe toute une série de scénarios possibles qui ne sont pas tous compatibles avec la possibilité d’en maximiser une distribution statistique. Alors, si la maximisation du profit ne peut pas être un guide de l’action (Alchian 1950, p. 211), la survie des firmes repose sur les résultats et non sur les motivations (ibid., p. 213). En ce sens, le caractère parfaitement rationnel des décisions qui sont prises a une importance moindre que l’environnement au sein duquel celles-ci sont établies. C’est, en réalité, le système économique qui fournit l’explication de la survie des firmes. Quels que soient les choix effectués par les individus, l’environnement de marché sélectionne les plus adaptés. Cette supériorité du système économique sur les considérations individuelles est exemplifiée par une situation décrite par l’auteur qui illustre un cas où le hasard permet d’atteindre le but défini. Alchian prend l’exemple (irréaliste mais utile pour la compréhension) d’un millier de voyageurs motorisés qui, au départ de Chicago, choisissent leur chemin complètement au hasard et sans aucune information sur le déroulement futur du voyage. Certaines routes possèdent des stations essence alors que d’autres n’en comportent aucune. Dans un processus de sélection naturelle, certains voyageurs trouveront le meilleur chemin alors que d’autres seront « éliminés », n’atteignant pas le but défini. Il est bien évident que si les stations essence étaient redistribuées sur de nouvelles routes, et si les voyageurs ne modifiaient pas leurs décisions, les « vainqueurs » et les « perdants » du voyage ne seraient pas les mêmes que dans le cas précédent. Il devient alors clair sur les bases de cet exemple que c’est, en réalité, l’environnement qui détermine les « survivants » et les « individus éliminés » quelles que soient leurs motivations individuelles. Bien entendu, Alchian n’affirme pas ici que les comportements des firmes sur un marché sont fondés sur des phénomènes de hasard. Toutefois, en supposant l’existence d’incertitudes, les jugements et les opinions individuels, même après avoir rassemblé les meilleures données possibles, diffèrent d’un individu à un autre. En ce sens, Alchian introduit le concept de comportement d’adaptation qu’il définit comme un « sous-comportement » pouvant expliquer le motif de la recherche de profits positifs, exprimé par l’innovation, l’imitation et les processus d’essai-erreur. Le système économique doit donc se comprendre comme un ensemble de mécanismes d’adaptation qui établit des choix entre des actions générées, en réalité, par une poursuite adaptative du profit (ibid., p. 211)1.

4Deux ans plus tard, la réponse d’Edith Penrose à Armen Alchian, toujours publiée dans le Journal of Political Economy, introduit une critique particulièrement bien fondée du concept d’analogies biologiques présent dans les développements marshalliens, en soulignant dans un premier temps que :

Les analogies biologiques ne contribuent que très peu à la théorie des prix ou à la théorie de la croissance ainsi qu’à la compréhension du développement des firmes et, de manière générale, ont tendance à rendre encore plus confuse la nature de réflexions importantes. (Penrose 1952, p. 804)

5Elle précise ensuite sa pensée en arguant d’une mauvaise interprétation du concept d’analogie ; et ce principalement pour deux grandes raisons. En premier lieu, Penrose rejette le processus darwinien de sélection naturelle en insistant plutôt sur le fait que les êtres humains sont guidés par des actions et des intentions qui ont un sens et un objectif défini. En second lieu, elle maintient son idée selon laquelle la firme ne possède pas de constitution génétique, en se référant plutôt à une forme de « reproduction asexuelle » (ibid., p. 808) et en rejetant ainsi la sélection darwinienne qui fait l’hypothèse que les organismes se reproduisent simplement par les gênes. Penrose souligne en particulier que « nous ne connaissons pas de « lois » générales qui prédéterminent les choix humains, et nous n’avons pas non plus établi la base de ce qui nous laisserait penser que de telles lois puissent exister » (ibid.). Enfin, elle conclut que les analogies biologiques en économie, et notamment le processus de sélection naturelle, ne sont rien de plus que de l’« obscurantisme » (p. 819). En effet, les mécanismes de sélection naturelle rejettent l’idée selon laquelle les firmes sont des institutions créées par les hommes pour servir des fins humaines (p. 809). En particulier, l’auteure souligne l’importance de la dimension volontaire de la naissance des firmes et des processus d’innovation en opposition à la dimension aléatoire de la reproduction et des processus de mutation décrite dans la perspective biologique d’Alchian. Ainsi, elle rejette la conception de la concurrence comme un processus de sélection immuable et exogène. Ne défendant pas l’hypothèse de maximisation, celle-ci souligne que les comportements des firmes qui lui sont substitués – imitation, essai et erreur – peuvent être appréhendés comme des actions volontaires qui ont le potentiel de modifier l’environnement de la firme.

6À beaucoup d’égards, Penrose rejoint la position de Enke (1953) qui montre que l’approche biologique de la firme ne remet pas en question l’hypothèse de maximisation. En effet, l’approche biologique montre que dans le cas d’une concurrence soutenue qui conduit à des profits nuls sur le long terme, les économistes sont en mesure de produire des prédictions agrégées comme si les firmes tentaient de maximiser leurs profits (Enke 1953, p. 572-573). Dans cette situation concurrentielle, seules les firmes qui maximisent leurs profits demeurent sur le marché.

7Ainsi, dans une large mesure, Edith Penrose s’est attachée à souligner l’importance d’une forme de connaissance plus tacite et difficilement reproductible, tout en ne s’inspirant pas des métaphores biologiques. Nicolaï Foss résume très justement cet argument en notant que

[…] plutôt que de limiter le travail de Penrose à une contribution supplémentaire à la théorie managériale de la firme ou comme le précurseur le plus important de la théorie contemporaine fondée sur les ressources, il me semble plus approprié de réfléchir à Penrose en termes de reformulation, de raffinage et parfois de radicalisation de la conceptualisation standard de la firme qui peut être trouvée dans les travaux de Marshall ou de ses disciples. (Foss 1999, p. 95)

8L’idée centrale dans les travaux de Penrose est de faire le postulat que chaque firme est unique. D’après Michael Best et Elizabeth Garnsey (1999), ce caractère unique résulte des ressources de la firme, et de son environnement historique en évolution. Par conséquent, Penrose rejette le concept de firme représentative qui a été pendant longtemps central aux théories de la firme développées d’abord par Alfred Marshall puis par ses successeurs tels que Joan Robinson qui définit cette firme comme celle

[…] qui est toujours en équilibre […]. [C]es firmes sont similaires en termes de coûts et de conditions de demande pour leur niveau de production individuelle. À partir du moment où nous avons fait l’hypothèse que toutes les firmes sont similaires, nous devons supposer que chacune d’entre elles se comporte de la même manière, donc qu’un seul prix régule l’intégralité du marché. (Robinson 1933, p. 544-546)

9L’essence de la contribution d’Edith Penrose est de concevoir les firmes non pas simplement et en premier lieu comme des preneurs de prix (et de production) dont l’accès à des profits supplémentaires est limité à des situations de pouvoir élevé de marché (concurrence imparfaite). Au contraire, l’auteure met l’accent sur l’idée que la firme est aussi et surtout un dispositif d’innovation, de résolution de problèmes et d’apprentissage cumulatif sur les bases de sa production. Elle souligne ainsi l’idée de processus de création de connaissance sans limite : « Les véritables processus d’opération et d’expansion sont intimement associés au processus par lequel la connaissance est augmentée » (Penrose 1959b, p. 56). Grâce au développement de l’expérience et de la connaissance qui peut être obtenu à partir des ressources, la firme produit de nouveaux biens pour de nouveaux marchés, développe ses opportunités productives et peut organiser « l’émission de ressources d’excès managérial qui peuvent être utilisées par d’autres activités commerciales proches de celles existantes » (Foss 1999). Par conséquent, les coûts d’opportunité étant nuls, les firmes se diversifient et cette diversification, à son tour, permet la croissance de la firme. C’est l’une des raisons principales pour laquelle la vision penrosienne de la firme n’accorde pas de place à la notion de taille optimale de la firme, qui était si centrale aux théories de l’équilibre. Une autre raison est sans doute l’endogénéité de la production de services, qui reflète les processus d’apprentissage qui tiennent compte de la connaissance augmentée de ressources, de « nouvelles combinaisons de ressources » (ibid., p. 85), et d’un ensemble d’opportunités productives accru. Les limites de la croissance de la firme proviennent de ressources managériales héritées du passé. Ce phénomène est plus communément qualifié d’« effet Penrose » (Slater 1980).

10De surcroît, la firme est en interaction constante avec son environnement ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle les managers ou les entrepreneurs, en collectant de l’information au sein de l’environnement de la firme, jouent un rôle à la fois central et décisif dans la croissance de la firme. À ce propos, l’aspect novateur de la théorie penrosienne de la firme a également trait à la place accordée à la prise de décision. Comme souligné par Shackle (1979), les décisions managériales sont le résultat de l’imagination des managers, qui est elle-même ancrée dans leur cognition et dans leur connaissance. Une fois de plus, la firme penrosienne fait apparaître une définition du rôle des managers selon laquelle ceux-ci doivent comprendre la complexité de l’environnement de la firme. Cette compréhension ne peut, en aucun cas, se fonder sur un calcul d’optimisation économique. En ce sens, cet argument avancé par l’auteure révèle l’attaque la plus forte vers la théorie orthodoxe de la firme.

11Par conséquent, The Theory of the Growth of the Firm est dans une large mesure ancrée dans une perspective théorique de déséquilibre, en se concentrant sur des notions telles que la flexibilité, le changement organisationnel et l’incertitude. Penrose explicite d’ailleurs ce positionnement dans la préface de la troisième édition de son livre en notant que :

L’une des hypothèses centrales de la théorie de la croissance de la firme est que l’« histoire compte » ; la croissance est essentiellement un processus évolutionnaire fondé sur la croissance cumulative des connaissance collectives dans le contexte d’une firme qui a des intentions. (Penrose 1959b, p. xiii)

12C’est ainsi en ce sens que son article sur les analogies biologiques de la firme est perçu comme la critique la plus classique dans le domaine. Le but de l’article d’Alchian n’était pas tant d’emprunter des concepts de biologie pour les importer à l’économie, mais plutôt d’ajouter de nouveaux arguments à la controverse marginaliste de la firme. Alchian suggère notamment qu’en présence d’incertitude, il est insensé de se référer au concept de maximisation du profit. Il note :

En présence d’incertitude […] il n’existe pas de critère significatif pour sélectionner la décision qui va permettre de “maximiser les profits”. Le critère de profit maximum n’est pas significatif comme support pour sélectionner l’action qui devrait, en effet, avoir pour résultat des profits bien plus élevés que n’importe quelle autre action. (Alchian 1950, p. 209)

13En revanche, le rôle dominant est joué par le marché dans la mesure où celui-ci sélectionne parmi les firmes celles qui sont les plus profitables, en rendant mineur le critère de décision spécifique utilisé par une firme individuelle. En somme, les firmes ne maximisent pas mais ont le désir de survivre, ce qui signifie dans une économie de marché qu’elles doivent développer des profits positifs. Les firmes qui n’ont pas ce type de profits sont simplement éliminées par l’environnement économique auquel elles appartiennent. Selon Alchian, ce qui peut apparaître comme une décision prise par les firmes n’est en réalité que le résultat de la sélection du marché qui est complètement indépendante de la motivation individuelle. Le comportement des firmes qui parviennent à survivre se répandra ainsi dans le système à partir de processus d’imitation. Ainsi, dans la théorie d’Alchian, il y a une cohérence forte entre la théorie de la firme et les principes de biologie évolutionniste où « l’homologue économique de l’hérédité génétique, de mutations et de la sélection naturelle sont l’imitation, l’innovation et les profits positifs » (ibid., p. 19).

14Néanmoins, Alchian explique que les références à la perspective darwinienne sont seulement mobilisées pour clarifier ses idées et ne font pas partie des fondations de sa théorie. On peut donc penser que le raisonnement d’Alchian est davantage métaphorique qu’analogique. Penrose s’accorde sur cette interprétation, mais elle souligne toutefois que les désaccords entre elle et Alchian vont plus loin que ce qu’elle qualifie de simple débat méthodologique. Selon elle, le débat concerne la vraie nature du comportement dynamique des firmes. Alchian fournit une version adaptative du processus d’apprentissage alors que Penrose en développe une version plus sophistiquée qui inclut notamment la notion de plan de formation. L’auteure se distingue clairement de la position d’Alchian en indiquant que si l’on admet l’imitation de manière consciente, l’analogie avec la biologie n’est plus maintenue. Dans ce cas, les firmes ne vont pas exclusivement s’adapter à leur environnement, mais vont, en réalité, modifier leur environnement en leur faveur. Ce phénomène peut s’observer à partir de pressions politiques ou de phénomènes d’innovation, par exemple.

  • 2 En 1953, une série de nouveaux échanges seront publiés dans l’American Economic Review à la suite d (...)

15Penrose s’attache à faire la distinction entre métaphores et analogies. D’après ses propres termes, les analogies « appliquent de manière systématique l’explication d’une série d’événements à une autre série d’événements qui peut être très différente ». Le but des analogies est de « nous aider à mieux comprendre la nature d’une série d’événements différents, qui est sans doute moins bien comprise que celle d’événements connus » (Penrose 1952, p. 807). L’analogie est donc essentiellement une méthode et une manière d’élaborer une théorie. Au contraire, une métaphore est une image qui fournit un support intellectuel au chercheur.2

16Pour résumer cette section sur le caractère évolutionniste qui est souvent associé aux travaux d’Edith Penrose, il semble plus approprié d’associer aux travaux de l’auteure le concept de compétence. En effet, Penrose peut être considérée comme la première économiste à avoir conceptualisé et mis l’accent sur la relation entre, d’un côté, la croissance de la firme, et de l’autre, son aptitude à créer, coordonner et reproduire une série de routines organisationnelles. Toutefois, il serait pourtant erroné de qualifier Penrose de néo-darwinienne, dans la mesure où son article publié en 1952 constitue une critique explicite du processus darwinien de sélection naturelle. La contribution de Penrose à l’économie et au management stratégique peut donc s’évaluer davantage à partir de son interprétation plus récente fondée sur la connaissance de la firme et de l’économie. Ce point de vue est partagé par un auteur clé des développements en théorie de la firme, George Richardson qui note :

J’accorde un crédit particulier à madame Penrose pour nous avoir conduits à comprendre les firmes, de manière plus complète que jamais, en les appréhendant comme des entités qui incarnent et transmettent dans le temps des attitudes, des habitudes, de l’expérience et des compétences, à la fois générales et spécifiques, sans lesquelles toute économie ne pourrait pas fonctionner correctement. Dans une large mesure, on peut souligner qu’elle a contribué à établir la théorie de la firme fondée sur la connaissance. (Richardson 2002, p. 43)

17La théorie de la firme fondée sur la connaissance est représentée par différents courants de pensée qui alimentent, encore aujourd’hui, les problématiques centrées sur les phénomènes de croissance des entreprises. C’est ainsi cette orientation particulière qui nous conduit à nous intéresser à une interprétation particulière des travaux penrosiens : la théorie des ressources de la firme (Resource-based view). Ce choix nous permet de mettre en lumière l’adaptation moderne de la théorie penrosienne à des organisations contemporaines.

Notes

1 Dans une large mesure cet argument avait déjà été construit par Kenneth Boulding dans son livre publié en 1950 et intitulé A Reconstruction of Economics.

2 En 1953, une série de nouveaux échanges seront publiés dans l’American Economic Review à la suite de la publication du chapitre de Milton Friedman intitulé « The Methodology of Positive Economics » (dans Essays in Positive Economics). Dans ce texte, Friedman développe l’idée selon laquelle l’analyse de la sélection des firmes initialement développée par Alchian en 1950 était en réalité tout à fait conciliable avec les hypothèses de rationalité et d’information parfaites si centrales à la théorie néo-classique de la firme. Selon Friedman, l’argument d’Alchian qui consiste à dire que les entreprises qui survivent sur le marché sont, en fait, celles qui se comportent « comme si » elles pouvaient maximiser leurs profits ex ante, revient à penser en termes de sélection par le profit. Aussi, seules les firmes qui se seront comportées en cohérence avec l’hypothèse de maximisation du profit continueront à exister sur le marché. Contrairement à Alchian qui élaborait des modèles routiniers de comportement, Friedman ne s’attache pourtant pas à décrire les processus de sélection et de transmission d’un individu à un autre. L’interprétation de Friedman, malgré la réponse d’Alchian (1953) et de Penrose (1953) qui a suivi, a conduit à toute une série de débats méthodologiques qui alimenteront la théorie économique encore bien des années plus tard.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search