Version classiqueVersion mobile

Édith Penrose et la croissance des entreprises

 | 
Lise Arena

Chapitre II

Taille versus croissance de l’entreprise

Texte intégral

  • 1 En 2011, The Theory of the Growth of the Firm (1959) est cité 13 059 fois par la communauté scienti (...)

1Cette section propose de comprendre plus en détail la contribution d’Edith Penrose au champ du management stratégique en se concentrant tout particulièrement sur son article de 1955. L’article de 1955 constitue le premier travail de Penrose centré sur les processus de croissance des entreprises. L’opinion générale dans la littérature est d’identifier cet article à la version synthétique et embryonnaire de l’ouvrage The Theory of the Growth of the Firm publié quatre années plus tard. Pourtant, même en étant reconnu comme la première étape de la publication de son livre, cet article n’a jamais été systématiquement étudié et analysé, demeurant encore aujourd’hui peu connu par la communauté scientifique1.

2L’article, principalement théorique, propose de repositionner le débat sur la croissance des firmes au sein d’un nouveau cadre conceptuel. Comme cela était beaucoup le cas à l’époque, l’article ne mobilise pas une liste très longue de références bibliographiques. La réflexion s’articule en trois étapes : « Taille vs croissance », « Causes et limites de la croissance des firmes » et « Existe-t-il des limites à la taille des firmes ? ».

  • 2 Pour les renvois au texte d’Edith Penrose « Limits to the Growth and Size of Firms », traduit dans (...)
  • 3 La position de Penrose sur l’économie biologique sera développée dans la section suivante de l’ouvr (...)

3La première section « Taille vs croissance » est relativement courte et propose au lecteur de distinguer deux types d’approches existantes relatives aux problèmes de croissance des firmes. D’une part, l’approche par la taille constitue la théorie de la firme la plus traditionnelle fondée sur l’existence d’économies d’échelle rendues possibles grâce à la taille de l’entreprise. Implicitement, Penrose fait référence ici à des modèles centrés sur la recherche d’une taille optimale qui permettrait d’optimiser les coûts de la firme, dans une perspective néo-classique fondée sur le concept d’équilibre. D’autre part, l’approche par la croissance définit la firme comme un organisme vivant, faisant l’hypothèse qu’elle croît de la même manière que ce dernier. Le positionnement de Penrose au sein de ces deux courants est clarifié dès le premier paragraphe de l’article : celle-ci se situe dans une variante de l’approche par la croissance. En effet, Penrose reproche à l’économie biologique (ou approche par la croissance stricto sensu) son déterminisme trop fort exprimé par l’absence de prise en compte de la motivation humaine et de la décision humaine. En ce sens, elle admet, comme cette approche, que « la croissance est inhérente à la nature propre des firmes » (Penrose 1955, p. 531, [2]2) mais refuse de croire à sa variante biologique3. L’approche alternative proposée par Penrose suggère ainsi de définir la croissance des firmes comme une variable dépendante des motivations et des décisions humaines. L’auteure spécifie ensuite les formes d’organisations auxquelles elle désire s’intéresser en excluant les phénomènes de croissance par fusion afin de se concentrer exclusivement sur les mécanismes internes d’expansion. Les grandes firmes industrielles feront l’objet de son étude.

  • 4 Penrose qualifie d’ailleurs ces hypothèses néo-classiques d’« inutiles et d’inappropriées » (ibid., (...)

4La deuxième section de l’article, « Causes et limites de la croissance des firmes », est véritablement consacrée à l’analyse des mécanismes de croissance per se, s’intéressant successivement aux thèmes de la planification, des services de production inexploités, de l’importance des services managériaux et des limites à la demande qui peuvent contraindre l’expansion de la firme. Dès le premier paragraphe de cette section, Penrose exclut l’explication de la croissance par des « évènements externes fortuits », comme les capacités de financement externe ou l’existence de progrès technique (ibid., p. 532, [4]). Le premier élément central aux mécanismes d’expansion a trait aux processus de planification résultant de décisions humaines a priori. Étant donné que le raisonnement de l’auteure ne se situe pas dans un contexte d’information parfaite et complète4, les plans d’action sont essentiels à une croissance qui n’est donc pas automatique. Ce sont donc les décisions humaines fondées sur une base de connaissances suffisante des services managériaux et entrepreneuriaux qui permettent de planifier les choix futurs de la firme. Ainsi, cette étape de planification qui se situe avant toute forme d’expansion donne naissance à une croissance continue dans le temps qui n’a pas un caractère exceptionnel lié, par exemple, à une innovation brutale mais qui résulte de la création de nouvelles opportunités rendues possibles par une expansion passée. Cette croissance continue peut donc s’expliquer par deux facteurs : d’une part, l’existence de ressources inexploitées qui resteront disponibles une fois que l’expansion aura eu lieu et, d’autre part, l’absorption de services managériaux qui seront libérés à l’issue du programme de croissance. Le premier facteur donne lieu au deuxième élément central des causes et des limites de la croissance des firmes : les services de production inexploités.

5L’exposition de ce deuxième élément central n’est pas aussi claire que celle du premier dans la mesure où l’auteure entre dans des considérations relativement techniques concernant les ressources. Essentiellement, son appréhension des services de production inexploités est fondée sur le principe d’indivisibilité énoncé dès 1832 par Charles Babbage et repris plus tard par Austin Robinson et Philip Sargant Florence. Ce principe va à l’encontre de l’hypothèse de facteurs de production parfaitement divisibles dans la théorie néo-classique. En effet, dans un monde néo-classique, l’atteinte du niveau optimal de production passe par la maximisation du profit qui suppose implicitement que tous les facteurs de production et les ressources sont combinables et divisibles. Il suffit donc, à partir d’un processus d’optimisation, de calculer les quantités optimales en fonction d’un prix de marché et d’ajuster la quantité de facteurs de production en fonction de cette quantité optimale. Si la rigueur et la validité de ce modèle néo-classique ne peuvent être contestées, son manque de réalisme constitue le point de départ du modèle de croissance de Penrose. Elle fait, en effet, l’hypothèse inverse et constate l’existence de ressources indivisibles qui pose les deux questions suivantes : « Pourquoi la firme se dote-t-elle de ressources dont elle n’a pas besoin ? Et pourquoi, si elle se dote de ces ressources, ne les utilise (ou ne les vend)-t-elle pas ? » (ibid., p. 533, [7]). En effet, l’existence de ressources indivisibles peut entraîner une série de ressources inexploitées et conduire ainsi à une production non efficiente. Face au problème de l’indivisibilité, la solution de Penrose est double. Dans un premier temps, elle note que :

S’il est nécessaire d’utiliser pleinement un ensemble de ressources productives indivisibles, alors le niveau minimal auquel la firme doit produire doit correspondre au plus petit commun multiple des niveaux maximaux d’output qui peuvent être obtenus à partir de l’unité la plus petite de chaque type de ressources que la firme s’est appropriée. (ibid., [8])

6En d’autres termes, elle estime qu’en supposant l’indivisibilité des ressources et en ne pouvant pas ainsi prétendre à une production optimale qui la conduirait à un sentier de croissance équilibré et optimal, la firme doit identifier le plus petit entier (en matière de ressources) qui soit multiple à tous les niveaux de production envisagés. Si cette solution peut permettre à l’entreprise de produire à grande échelle, la deuxième solution proposée par Penrose a trait à la possibilité de diversification des ressources. On peut lire sous sa plume :

De plus, bien sûr, la plupart des ressources productives, y compris le travail et la gestion du personnel, ont la capacité d’être utilisées de manières diverses et à des fins très différentes. Par conséquent, une firme, en acquérant des ressources pour des fins particulières – afin de rendre des services particuliers – se dote également d’une série de services productifs potentiels, dont la plupart resteront inutilisés. Cet ensemble multiple de ressources donne souvent une flexibilité à la firme dans un environnement changeant et incertain qui peut devenir crucial dans la détermination de la croissance de la firme. (ibid., [10])

7Alors que cette notion de diversification n’est pas nouvelle au niveau des produits, elle est tout à fait originale lorsque l’on considère la diversification des ressources. Dès les années 1930, le concept de différenciation des produits avait déjà été introduit par Joan Robinson dans sa théorie de la concurrence imparfaite (1933) mais ne concernait pas les ressources. En réalité, l’introduction de ce concept par Penrose est tout à fait intéressante puisqu’il dépasse l’approche par les économies d’échelle et donne implicitement naissance à ce que des économistes plus modernes qualifieront plus tard d’économies d’envergure. Ces économies existent lorsque la production conjointe de deux biens par une seule firme est moins coûteuse que leur production séparée par deux firmes. Dans cette perspective, Penrose fait implicitement référence au concept de slack organisationnel ou de « ressources enfouies » (Koenig 2001) qui dotent l’organisation de son caractère flexible et adaptable lui permettant ainsi d’envisager des processus d’expansion et de faire face aux périodes de crise.

8Penrose se tourne ensuite vers le rôle des services managériaux ; thème qui s’avérera central tout au long de son futur développement théorique et notamment dans son ouvrage de 1959. Son idée est donc que la croissance crée sa propre croissance, et les niveaux de connaissances stimulent l’acquisition de nouvelles connaissances. Encore une fois, Penrose anticipe ici un concept propre aux théories organisationnelles modernes et développé par Cohen et Levinthal : le concept de capacités d’absorption. La capacité d’absorption d’une firme lui permet de capter les externalités de connaissance. Aussi, l’assimilation de connaissances technologiques développées ailleurs est une activité coûteuse. L’accès à la connaissance ne serait donc pas gratuit. Il serait nécessaire pour capter les externalités technologiques, de disposer en interne de savoirs et de compétences adéquats. Aussi, le niveau de connaissance et d’apprentissage des dirigeants représente un facteur clé dans l’explication de la croissance des firmes. Penrose met l’accent sur l’importance de l’expérience chez les dirigeants, en répondant très vite à sa propre question :

Par conséquent, la question se pose de savoir si ce que je qualifie de services managériaux expérimentés en interne constituent un facteur nécessaire pour le processus d’expansion. Il semblerait que ce soit le cas. Un raisonnement général, d’une part, et des discussions avec les hommes d’affaires, d’autre part, confirment l’hypothèse selon laquelle une firme n’aura jamais un niveau de confiance élevé dans un contexte d’expansion dessiné et exécuté exclusivement par des acteurs qui n’ont aucune expérience de la firme considérée. (ibid., [11])

9En réalité, Penrose lie l’expérience des dirigeants à l’étape de planification énoncée précédemment comme condition nécessaire à l’expansion d’une firme. Elle défend en effet l’idée selon laquelle le degré de confiance dans les plans d’expansion dépend fortement de l’expérience des dirigeants qui conditionne donc le plan de croissance. Elle l’exprime ainsi :

Ceci ne signifie pas que des plans étendus et indéfinis d’expansion ne peuvent pas être menés par un groupe d’individus quelconque, qu’il soit petit ou inexpérimenté. Ceci indique simplement que ces plans d’expansion seraient moins exploitables voire moins fiables que lorsque l’ampleur des plans d’expansion augmente en relation avec le nombre d’individus ayant une expérience requise. Dans le contexte où le personnel expérimenté en interne n’est pas disponible, la firme (i.e. le groupe de dirigeants existant) a plus de chance d’avoir moins de confiance dans ses capacités de succès de l’exécution du programme d’expansion. (Ibid., [12])

10En réalité, Penrose estime que les firmes évoluent en adaptant leur base de connaissances et que tout ce processus s’opère à un niveau tacite par l’expérience, les individus connaissant davantage de choses que ce qu’ils peuvent expliquer. La croissance des firmes repose donc sur l’expérience et le niveau de connaissances que développent les services managériaux. La croissance de la firme va ainsi se trouver à la fois encouragée et limitée par le processus véritablement dynamique de l’équipe managériale. L’équipe dirigeante joue donc un rôle crucial dans le processus d’expansion de la firme. En d’autres termes, si le besoin d’expérience peut limiter les plans d’expansion, la production de services au sein même de la firme (i.e. de services qui bénéficieraient de l’expérience propre à la firme) permet d’atteindre une croissance continue grâce à la reproduction des plans de croissance dans le temps. De surcroît, pour l’auteure, les services managériaux et entrepreneuriaux constituent un facteur de production fixe. Par conséquent, le manque d’expérience peut entraîner une augmentation des coûts, non pas dans un cadre d’économies d’échelle, mais davantage en raison de l’offre limitée en ressources managériales. Penrose note, à ce propos :

Toutefois, les coûts augmentent, non pas en raison de l’existence d’une complexité due à la taille et difficile à appréhender, qui dépasse les capacités de résolution des êtres humains même lorsque les techniques organisationnelles sont parfaitement mises en cohérence, mais en raison de la nature limitée de l’offre de personnel expérimenté au moment où la firme planifie son expansion. (ibid., p. 535-536, [14])

11À la page 537 [17] de l’article, Penrose se réfère à la notion d’« avantage compétitif ». Il est intéressant de noter que ce terme ne sera plus mentionné dans le reste du texte, ce qui indique que l’objectif principal de Penrose dans cette contribution spécifique n’est pas d’étudier la création voire le maintien d’un avantage concurrentiel durable. À ce propos, sa définition implicite de l’avantage compétitif est purement descriptive et résulte de l’utilisation des services inexploités pour produire des biens nouveaux pour la firme (ibid., p. 537, [17]).

12Par ailleurs, Penrose aborde le thème du lien entre expansion et restructuration, qui était complètement étranger à la théorie de la firme conventionnelle dans la mesure où celle-ci ne portait pas d’intérêt particulier aux structures internes des firmes. À ce titre, Penrose nous explique :

Toute expansion substantielle requiert non seulement l’acquisition d’un nouveau personnel mais aussi une promotion et une redistribution de l’ancien. Parfois, une nouvelle subdivision de l’organisation managériale prend effet et une décentralisation plus profonde des fonctions managériales a lieu. Une telle réorganisation peut être faite brutalement ou graduellement dans le cas où les plans d’expansion indiquent une exécution progressive. (ibid., [17])

13Cette vision de la firme est tout à fait intéressante et originale pour l’époque, dans la mesure où elle intègre une variable d’incertitude forte. La création de ces nouveaux services et le besoin d’une accumulation d’expérience nouvelle ne peuvent pas, par définition, avoir été anticipés par la firme a priori dans la mesure où le niveau d’expérience requis est encore inconnu et la variété des services potentiels n’est pas prévisible. La gestion de cette incertitude dépend fortement de ce que Penrose qualifie de « politique générale » de la firme, qui se définit comme le choix de l’entreprise de déployer tout ou partie de son personnel de direction pour un exercice de planification d’expansion. À partir de cette définition, Penrose se heurte alors à la difficulté de la coordination administrative entre toutes les composantes de l’équipe managériale. Afin de mettre en application ces ressources, l’équipe managériale doit faire un effort de coordination, qui peut être rendu possible grâce aux capacités cognitives de chacun. En réalité, l’auteure veut nous faire comprendre que les membres de l’équipe managériale doivent partager des visions cognitives communes de l’entreprise pour pouvoir coordonner leurs décisions. L’auteure fait ici référence au concept de connaissance collective et tacite, qui permet aux salariés de partager des représentations de la réalité, sans pour autant les transmettre de manière explicite. À ce titre, Penrose indique :

Les individus prenant des responsabilités managériales nouvelles – soit parce que la firme a ajouté de nouvelles fonctions, soit parce que ces individus commencent un nouvel emploi – devront faire face à des difficultés et feront des erreurs liées à leur manque de familiarité avec leurs tâches. Au fur et à mesure que ces individus deviennent plus familiers avec leur travail et parviennent à s’intégrer au sein de leur organisation de façon autonome, non seulement l’effort nécessaire qui leur sera demandé se verra diminuer, mais la gamme de services qu’ils seront capables de rendre s’élargira grâce à l’expérience. (Ibid., p. 538, [21])

14Les compétences managériales nécessaires aux mécanismes d’expansion ne sont donc pas incarnées par le manager de routine mais davantage par un manager qui détient des compétences d’initiative et d’imagination. Avant d’entrer dans la dernière section de son article qui pose la question des limites de l’expansion des firmes, Penrose introduit les conditions de demande dans son analyse. Une fois de plus, l’auteure se distingue de la théorie traditionnelle et néo-classique de la firme en notant :

La théorie de la firme a, en première instance, pour objet de construire les bases d’une théorie générale des prix et de la production. Ainsi, la théorie de la firme se concentre sur la production plutôt que sur l’analyse de la firme en tant qu’institution économique ayant plusieurs facettes. Une fois que l’on reconnaît qu’en principe le marché d’une firme, dans son sens le plus large, n’est restreint que dans le cas où sa production est, pour une raison ou pour une autre, limitée, il devient alors clair que la flexibilité et la polyvalence de ses propres ressources sont les facteurs importants qui gouvernent les possibilités de son expansion. (Ibid., p. 539, [24])

15Les facteurs subjectifs tels que l’imagination, la flexibilité et l’ambition des services managériaux permettent en réalité de faire face aux évolutions de la demande. La variété des produits et des ressources revêt une importance particulièrement considérable dans ce contexte dans la mesure où cette variété permet de mieux identifier à l’avance les produits qui deviendront populaires sur le marché. L’existence d’une asymétrie entre les firmes émerge alors : celles qui détiennent une gestion polyvalente empreinte d’imagination et de créativité s’adapteront plus naturellement à une demande nouvelle en générant de nouvelles opportunités d’investissement que les firmes qui développent une gestion moins flexible. Ces considérations spécifiques ne peuvent, bien entendu, pas se comprendre dans un cadre conceptuel de maximisation du profit. Le comportement du manager ainsi que son « tempérament » prime sur une analyse systématique et a priori des coûts de production. Penrose ne laisse apparaître aucune ambiguïté sur son positionnement à l’égard des défenseurs de l’hypothèse de maximisation du profit :

Après tout, même une étude préliminaire de la profitabilité possible d’un type d’expansion particulier présuppose une décision préalable relative à l’allocation des services managériaux entre les opérations normales et l’extension de ces opérations – une décision qui, par sa propre nature, ne peut pas être en première instance le résultat d’une analyse minutieuse des coûts et des revenus anticipés, puisqu’avant même qu’une telle analyse ne soit menée, la décision doit être prise. Le fait que cette décision soit même simplement prise n’est souvent qu’une question de tempérament. (Ibid., p. 540-541)

16L’identification de ces facteurs subjectifs conduit enfin l’auteure à élaborer la troisième et dernière partie de son article qui pose la question suivante : existe-t-il des limites à la taille des firmes ? Essentiellement, la réponse de Penrose à cette question a trait à l’alignement entre phénomène de croissance de l’entreprise et réorganisation administrative appropriée. Plus précisément, elle juge que les organisations qui ne réajusteront pas leur structure vers une décentralisation des décisions auront moins de chance de croître de manière continue à l’avenir que les autres. Il est bien évident que cette décentralisation pose le problème de la coordination déjà évoqué supra. Aussi, Penrose remarque l’existence de changement organisationnel lors des phénomènes d’expansion ; elle note à ce propos : « Au cours du processus de croissance, l’“organisme” change radicalement de forme ; la firme devient moins “organique”, et en effet, moins proche de la “firme” dans son sens économique immaculé » (ibid., p. 542, [33]).

17Aussi, la contribution de Penrose en 1955 au domaine du management stratégique ne s’évalue pas en matière d’analyse de la création ou de maintien d’un avantage concurrentiel durable. En revanche, l’auteure contribue au champ en identifiant les mécanismes de croissance des firmes qui vont leur permettre de continuer à exister et de conserver une position sur leur marché local. Ainsi, selon Penrose, la croissance d’une entreprise est un processus évolutionnaire et cumulatif d’apprentissage, au sein duquel un degré de connaissance croissant permettrait de créer de nouvelles options pour un développement économique futur, en élargissant son opportunité productive. Les « opportunités productives » (voir supra) qui entraînent le processus cumulatif de croissance de la firme peuvent s’élargir grâce aux capacités des dirigeants à prendre de bonnes décisions. Pour l’auteure les différences de croissance entre les firmes peuvent dès lors s’expliquer non seulement par les ressources uniques qu’elles développent, mais surtout par l’expérience unique, l’imagination et la créativité que possèdent leurs managers et qui se concrétisent par une connaissance inscrite dans les services accompagnant l’offre.

18En conclusion, on voit bien que la conception de la croissance de la firme par Edith Penrose a une connexion directe avec les aspects évolutionnistes de la firme, déjà présents dans les travaux d’auteurs plus anciens. En raison de la part importante accordée aux concepts évolutionnistes par l’auteure, la prochaine section propose de développer davantage l’origine de cette orientation évolutionniste, notamment à travers un débat bien célèbre paru dans le Journal of Political Economy en 1953, avant la publication de son article sur les causes et les limites de la croissance des firmes.

Notes

1 En 2011, The Theory of the Growth of the Firm (1959) est cité 13 059 fois par la communauté scientifique alors que son article « Limits to the Growth and Size of Firms » (1955) n’a été cité que 151 fois (source : Google).

2 Pour les renvois au texte d’Edith Penrose « Limits to the Growth and Size of Firms », traduit dans cet ouvrage, nous préciserons systématiquement la page dans l’édition originale, puis entre crochets le numéro du paragraphe dans cette édition.

3 La position de Penrose sur l’économie biologique sera développée dans la section suivante de l’ouvrage grâce à une analyse détaillée du débat sur les analogies biologiques.

4 Penrose qualifie d’ailleurs ces hypothèses néo-classiques d’« inutiles et d’inappropriées » (ibid., p. 532, [5])

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search