Version classiqueVersion mobile

Édith Penrose et la croissance des entreprises

 | 
Lise Arena

Chapitre I

Contexte économique et paysage intellectuel de l’Amérique des années 1950

Texte intégral

1La contextualisation de l’article dans un environnement économique et social mais aussi au sein d’une trajectoire intellectuelle spécifique semble nécessaire à la compréhension de son contenu. Ce sont essentiellement les vagues de concentration économique et l’émergence des grandes firmes managériales de la fin du dix-neuvième siècle qui ont conduit les théoriciens à réfléchir aux problématiques liées à la firme dans des perspectives différentes de celles qui prédominaient jusqu’alors et qui étaient principalement axées sur la théorie des prix, voire sur la théorie de la valeur. Au-delà de la période d’émergence de la firme managériale, les phénomènes de croissance des entreprises se sont accélérés pendant la période des Trente Glorieuses et ont également poussé les économistes à apporter un nouvel éclairage sur les processus de développement des firmes. À cette époque, Edith Penrose est officiellement enseignante-chercheure à l’université Johns Hopkins à Baltimore mais enchaîne une série de visites au sein d’universités étrangères, en raison notamment des nombreux déplacements effectués par son mari.

Le contexte économique et social américain des années 1950

  • 1 Comme nous le verrons par la suite, les petites entreprises familiales ont d’ailleurs perduré plus (...)

2L’article d’Edith Penrose aurait pu difficilement être écrit beaucoup plus tôt. Aussi, l’essence de l’article doit-elle être comprise en lien étroit avec la réalité managériale de son époque qui constituait un nouveau défi de compréhension pour les théoriciens de la firme. L’émergence de la firme managériale à l’issue de la deuxième révolution industrielle aux États-Unis marque l’ouverture du capital des firmes et la séparation entre le statut de propriétaire et celui de gestionnaire. La professionnalisation des managers au sein des grandes entreprises contraste avec une ancienne forme de capitalisme familial au sein de laquelle le management se transmettait de père en fils1.

3Ces changements dans le paysage organisationnel de l’époque conduisent les économistes à mieux définir le concept de firme managériale. Deux définitions principales méritent d’être retenues ici. La première est celle donnée par Alfred Chandler (1968 [1965]) et reprise plus tard par William Lazonick (1994 [1991]). Selon l’auteur, la firme managériale est une organisation gérée par des managers professionnels, mais dont le capital est généralement contrôlé par des familles qui délèguent la gestion à des managers.

  • 2 L’interprétation de l’analyse menée par Berle et Means est toutefois nuancée plus tard, notamment p (...)

4Cette notion est également définie par Berle et Means (1967 [1932]), qui, quant à eux, considèrent que le contrôle de la firme managériale est détenu par des managers professionnels dans la mesure où son capital est très diffus et n’appartient qu’à hauteur de 10 % à une famille ou une institution financière. Dans une large mesure, le développement du capitalisme managérial américain dessine les limites de la théorie néo-classique de la firme qui ne s’attache pas à expliquer l’organisation interne des firmes et notamment les conflits d’intérêts (Berle et Means 1967) entre propriétaires et managers qui peuvent expliquer la formation des décisions collectives et donc de l’évolution particulière de la firme2.

5La grande firme managériale américaine était aussi le résultat de la vague de concentration et de cartellisation du début du siècle. Dès le début des années 1950, les pays industrialisés se retrouvent dans un contexte de croissance régulière et soutenue. Les entreprises connaissent aussi une forte croissance et voient leur taille augmenter encore plus rapidement que celles de leur marché.

6La représentation du monde capitaliste se fonde largement sur l’existence de la grande firme managériale, caractérisée par Alfred Chandler (1968), en distinguant les formes U (de type unitaire, structurées de manière hiérarchique et centralisées avec un cloisonnement entre les différentes fonctions de l’entreprise) et M (de type multidivisionnel, structurées de manière plus transversale avec des départements travaillant ensemble et coordonnées par une direction générale).

7Pendant cette période de l’histoire du capitalisme, les États-Unis d’Amérique constituent la plus grande économie mondiale, essentiellement grâce à leur industrie. Aussi, le vingtième siècle ayant connu l’émergence de ces nouvelles structures industrielles, centrées davantage sur la séparation entre propriétaires et dirigeants, les théories économiques ont tenté de s’adapter à ces formes organisationnelles nouvelles. Dès le milieu des années 1950, les publications scientifiques à ce sujet se sont accrues, même si cet accroissement se constate essentiellement à la fin des années 1950. Si les États-Unis constituent le cas pionnier, le cas de l’Allemagne fait largement écho à cette forme de capitalisme, notamment en raison de la vague de cartellisations qui marque la formation d’une forme coopérative de capitalisme managérial, au sens de Lazonick (1994). Cette forme allemande de capitalisme repose notamment sur des cadres juridiques forts, des liens entre les firmes de type cartel et l’existence de syndicats puissants. Privilégiant un sentier parallèle de développement industriel, le Japon est également souvent cité comme ayant développé une forme de capitalisme fondée sur les groupes d’entreprises qui favoriserait la professionnalisation du métier de manager (Hannah 1983 [1976], p. 88).

8Quelques années après la publication de l’article de Penrose, en 1959, 44 firmes parmi les 50 plus grandes corporations (en matière de revenu) étaient localisées aux États-Unis – les six restantes étant dispersées en Europe (Kaysen 1996, p. 25, dans Lazonick 2002, p. 257). Il est également intéressant de noter que toujours en 1959, si les grandes corporations ne représentaient que 9,6 % de toutes les entreprises américaines, elles formaient 79,3 % de la totalité des revenus de ces entreprises (ibid.). Cette caractéristique américaine constitue, sans doute, une raison de plus qui a favorisé l’écriture de l’article de 1955. Il est bien évident que si l’auteure décide d’exclure, dès l’introduction, la problématique de croissance qui résulterait de la fusion, elle s’intéresse toutefois à ces grandes corporations qu’elle peut observer dans l’industrie américaine.

9D’autre part, l’émergence de ces nouvelles formes organisationnelles place également les phénomènes d’innovation au cœur de la dynamique des firmes. On associe d’ailleurs cette période aux politiques d’innovation de la première génération. Les gouvernements privilégient les financements de la recherche et du développement et notamment toutes les activités liées à la recherche fondamentale. Une série de progrès technologiques marque la période, avec par exemple des avancées dans le domaine du nucléaire, comme la création du Centre européen de recherche nucléaire (CERN) en 1953, mais aussi des progrès observables dans les foyers avec la première télévision en couleur aux États-Unis en 1953 ou l’introduction de la première machine à laver en France en 1955. L’organisation qu’Edith Penrose désire étudier est une firme innovante. Michæl Best résume cette volonté à partir de deux hypothèses : « La théorie de la croissance de la firme de Penrose est fondée sur deux hypothèses : tout ne peut pas arriver d’un seul coup, et une seule personne ne peut pas tout faire toute seule » (Best 1990, p. 125). C’est ainsi que pour Penrose le rôle de l’innovation est essentiel dans l’explication de la croissance des firmes, même si sa conception de l’innovation est relativement nouvelle à l’époque. L’innovation de produit conduit la firme à utiliser des services productifs non utilisés qui ont été accumulés sur les bases du processus d’apprentissage organisationnel. Dans les travaux de Penrose, l’élément clé n’est donc pas centré sur les processus d’innovation substantielle à un moment du processus de croissance, mais davantage sur la capacité continue de la firme à utiliser un ensemble unique de ressources pour générer de nouveaux produits tout en développant les ressources existantes afin de générer de nouvelles capacités productives. L’apprentissage et l’accumulation d’une certaine expérience permettent d’éviter les limites managériales contraignant ainsi la croissance de la firme. Cette expérience permet à la firme de transmettre ses ressources productives existantes sur de nouvelles opportunités productives et peut, parfois même, engendrer de nouvelles opportunités de marché. D’une part, le processus d’innovation permet à la firme d’employer des services productifs inutilisés et qui ont été accumulés par un processus d’apprentissage organisationnel. D’autre part, le développement de produits nouveaux conduit la firme à investir dans des nouveaux services productifs qui formeront la base d’une croissance continue de cette même firme.

Les auteurs contemporains et les tendances intellectuelles des années 1950

10En raison du climat économique et social de la période, une série d’auteurs commence à s’intéresser de manière de plus en plus systématique à l’explication économique de phénomènes de croissance des marchés, des industries et/ou des firmes. Si les cours d’économie industrielle dispensés à l’Université existent aux États-Unis depuis les années 1930 avec les travaux de Edward S. Mason, ceux-ci portent essentiellement sur le niveau de l’industrie et peu sur celui de la firme. L’article le plus célèbre de Mason, publié en 1939 dans l’American Economic Review, se concentre notamment sur les notions de prix et de politiques de production dans les cas d’entreprises à grande échelle. Cet article est l’occasion pour l’auteur de définir l’organisation industrielle en tant que discipline à laquelle il est rattaché en la réduisant à

  • 3 Toutes les traductions proposées dans le texte sans mention de traducteur sont réalisées par l’aute (...)

[…] une série de données volumineuses appliquées à l’organisation industrielle, à une sorte d’ordre à partir de la classification de structures de marché. Les différences de structures de marché sont en fin de compte explicables en termes de facteurs technologiques. Le problème économique, toutefois, est d’expliquer, à partir de l’examen de structures de marchés et d’organisations de firmes, les différences dans les pratiques de concurrence, y compris les prix, la production et les politiques d’investissement. (Mason 1939, p. 66)3.

11Si cette tradition sous-disciplinaire propose d’étudier la firme, cette notion n’est comprise qu’au sein d’une structure de marché et d’une industrie particulières. En ce sens, l’étude des comportements stratégiques des firmes fondée sur une méthode inductive utilisant des véritables cas d’entreprises était tout à fait novatrice dans la discipline. Les travaux de John M. Clark (1940) poursuivent d’ailleurs cette tradition américaine tout en se concentrant davantage sur les processus dynamiques qui peuvent expliquer les formes réelles de concurrence que sur la compréhension de structures particulières de marché. Cette génération d’approches est clairement une remise en cause des modèles néo-classiques de la firme et de l’industrie, en ce qui concerne les concepts théoriques mais aussi méthodologiques. Lorsque Penrose écrit son article en 1955, la théorie la plus acceptée en organisation industrielle est certainement celle de Joe S. Bain qui définit de manière plus explicite l’objectif des programmes de recherche sur l’économie industrielle et de la firme. L’utilisation d’outils statistiques conduit l’auteur à formuler le lien célèbre entre trois concepts : structure de marché, performance de marché et profitabilité des firmes. Les travaux de Bain concluent notamment que la profitabilité moyenne de la firme tendrait à être plus élevée dans les industries fortement concentrées. Le paradigme SCP (structureconductperformance) initié par Bain constitua les fondements méthodologiques principaux de l’organisation industrielle moderne. Cette tradition de travaux ne constituait pas pour autant une contribution aux théories de la firme per se. En ce sens et en se détachant de l’analyse quasi exclusive des industries, la contribution d’Edith Penrose dépasse les résultats existants en raison de la volonté de l’auteure d’expliquer les mécanismes internes de croissance de la firme.

12La méthodologie employée par Edith Penrose dans les années 1950 diffère largement des démarches suivies par les économistes industriels de son époque. Comme le souligne, à juste titre, Elizabeth Garnsey :

Les économistes industriels travaillent sur les bases d’un corpus théorique fort au niveau de l’industrie. Toutefois, lorsque ceux-ci utilisent des données empiriques moyennes qui leur permettent de développer des études transversales au lieu de recourir à des observations de processus de croissance spécifique, ils doivent étendre leurs inférences pour tirer des conclusions sur les dynamiques de croissance au sein de la firme. (Garnsey 2002, p. 120)

  • 4 À ce propos, l’étude menée par Penrose sur le cas de croissance de Hercules Powder Company n’a pas (...)

13Dans une note de bas de page, Garnsey ajoute que les économistes industriels manquant d’éléments théoriques et empiriques sur les dimensions internes de la firme se sont concentrés sur la formulation d’hypothèses et de suppositions pour expliquer des données agrégées de croissance. En cohérence avec la volonté de Penrose d’expliquer les caractéristiques intrinsèques qui conditionnent les mécanismes de croissance interne des firmes, le recours à des données agrégées ne pouvait pas satisfaire les objectifs de recherche de l’auteure. C’est en ce sens que celle-ci utilise des techniques d’observation et de documentation centrées sur les firmes individuelles, en construisant des cas historiques d’entreprises sur le terrain4. C’est à partir de ces observations empiriques – sur le comportement des managers notamment – que Penrose développe son modèle conceptuel. Dans cette perspective, le choix de cette démarche contraste avec la méthode dominante en théorie économique des années 1950 qui consistait en l’élaboration a priori d’hypothèses lourdes en amont d’un modèle. Les modèles penrosiens de croissance n’ont pas cette portée universelle et sont davantage construits dans une perspective itérative pertinente et réaliste. Le modèle peut en effet être modifié, enrichi et précisé à l’aide des résultats empiriques observés sur le terrain.

  • 5 Les éléments bibliographiques de Machlup ne nous laissent toutefois pas penser que celui-ci ait bea (...)
  • 6 Voir notamment Evans 1948.

14Dans une large mesure, la démarche suivie par l’auteure s’inscrivait dans la volonté d’un petit groupe d’économistes – non représentatifs de la communauté de chercheurs en économie aux États-Unis dans les années 1950 – à l’université de Johns Hopkins. Le contenu du programme et l’objectif de ce groupe de recherche ne sont pas identifiés par la littérature et la portée des développements et résultats de cette équipe demeurent inconnus. En revanche, Brian Loasby mentionne la présence au sein du groupe de Fritz Machlup et de George Heberton Evans qui expriment leur volonté d’étudier la croissance des firmes5 (2002, p. 53). Si la présence de George Evans peut expliquer la dimension historique des travaux de Penrose6, le rôle de Fritz Machlup a sans doute largement moins influencé cette orientation intellectuelle particulière. Ce dernier pouvait en effet apporter à la jeune Penrose des éléments autrichiens sur la théorie de la firme (importance de la décision managériale, prise de distance avec la notion d’équilibre, importance du concept d’incertitude, portée de la prise en compte de la dynamique) qui ne permettaient pas pour autant de fournir davantage d’éléments de réflexion sur l’organisation managériale de la firme, Machlup développant l’idée selon laquelle celle-ci n’était qu’une extension de la théorie marginaliste (voir supra).

  • 7 Notons toutefois que l’université de Birmingham était pionnière dans la matière avec la création d’ (...)
  • 8 « An American View of Raw Materials Problems : The Report of the President’s Materials Policy Commi (...)
  • 9 Nous reviendrons sur cet auteur par la suite.

15Si cette caractéristique méthodologique des travaux de l’auteure était particulièrement peu fréquente dans le cercle intellectuel américain, la tradition britannique avait déjà développé cette volonté d’empirisme et de réalisme si chère à Penrose. Cette tradition se distingue des travaux américains et, dans une certaine mesure, peut être considérée comme plus influente sur les travaux de l’auteure. Ses visites fréquentes dans des universités étrangères ainsi que sa candidature à un poste d’enseignant-chercheur à Cambridge nous laissent penser que les travaux anglais sur la firme n’ont pas été neutres dans le développement intellectuel des réflexions de Penrose. À l’époque où celle-ci écrit son article « Limits to the Growth and Size of Firms » (1955), l’économie industrielle vient à peine d’être institutionnalisée en Grande-Bretagne, marquant un certain retard par rapport aux premiers travaux américains sur le sujet. Le Journal of Industrial Economics, qui représente encore aujourd’hui la revue scientifique de référence dans le domaine de la théorie de la firme et de l’économie industrielle, est publié pour la première fois à l’automne 1952 et les premiers cours dans le domaine commencent progressivement à être dispensés dans les grandes universités britanniques7. Les premiers numéros de la revue sont essentiellement axés sur l’industrie et souvent fondés sur des études de cas industriels. Par exemple, le premier article publié dans le premier numéro est signé par Edward Mason et se concentre sur le cas spécifique de l’industrie des matières premières aux États-Unis8. Dans le même numéro, Fred Stones publie un article sur la politique de prix au sein d’une industrie administrée par l’État et la contribution de Robert Shone s’inscrit dans les travaux ayant trait aux politiques de prix de l’acier. Les processus de décision – notamment étudiés par Frank Friday dans ce même numéro sur les bases de son article intitulé « The Problem of Business Forecasting » – étaient également un thème central de la revue. Le rédacteur en chef du Journal of Industrial Economics, Philip Andrews9, s’est très vite attaché à donner une coloration très empirique au contenu des numéros.

  • 10 Le lecteur intéressé par plus de détails sur l’analyse marshallienne et post-marshallienne de la fi (...)

16Au-delà de l’institutionnalisation de l’économie industrielle dans les programmes d’enseignement et les revues académiques, une série d’auteurs s’est particulièrement intéressée à des thématiques connexes à celles traitées par Penrose. Pourtant, malgré la diffusion de leurs travaux, ces auteurs n’ont pas constitué de programme scientifique commun autour du thème de la croissance des entreprises. Les travaux de David Hutchison MacGregor (1877-1953) à l’université d’Oxford sont sans doute les premiers – après les quelques développements embryonnaires de l’analyse marshallienne10 – à s’être intéressés plus systématiquement à la firme, même si la plus grande partie de ses publications s’est articulée autour de problèmes davantage industriels qu’organisationnels. En 1906, celui-ci publie son ouvrage de référence Industrial Combination qui propose d’étudier les phénomènes de cartellisation, leurs causes et leurs structures, avant même qu’ils deviennent un objet courant en Grande-Bretagne. En 1921, MacGregor devient titulaire de la chaire d’économie politique à Oxford après avoir acquis une expérience pratique du monde des affaires en acceptant d’être membre du Committee on Restraint of Trade qui traitait des pratiques de concurrence. Son expérience professionnelle l’a conduit à étudier plus en détail les grandes sociétés par action au début des années 1930. L’analyse économique de MacGregor marquait une rupture avec la tradition fondée sur les concepts d’équilibre et de maximisation qui constituait la dominance théorique du xixe siècle. Bien avant Penrose, il exprima, en effet, son intérêt pour la croissance des firmes et la manière dont elles se reproduisent sur une période de long terme. Essentiellement, son idée était d’expliquer la concurrence nouvelle par l’entrée d’hommes d’affaires compétents avec une expérience commerciale, qui savaient encourager et développer les relations existantes entre les offreurs et les clients en utilisant leur épargne et leurs connexions personnelles pour démarrer leur propre entreprise. En 1934, il publie son ouvrage Enterprise Purpose and Profit qui propose d’étudier le comportement des firmes dans un contexte de cycles d’affaires imprégné de risque et d’incertitude. L’argument clé consiste à expliquer les variations du marché financier en fonction de l’émergence et du développement de firmes. Une fois qu’une firme est entrée en concurrence avec les autres et est établie sur le marché, elle poursuit des politiques de long terme, comme l’obtention de prix stables, combinées avec des politiques de plus court terme, comme les décisions d’expansion. Les développements théoriques proposés par MacGregor sont donc relativement proches des thèmes et de la démarche abordés par Penrose une trentaine d’années plus tard.

  • 11 Il semble pertinent de rappeler ici que l’université de Birmingham a été la première université bri (...)

17Les problématiques relatives à la croissance des entreprises ont aussi intéressé Philip Sargant Florence (1890-1982) qui a largement contribué au développement institutionnel et scientifique de l’université de Birmingham en Grande-Bretagne. De nationalité américaine, il fait ses études à Cambridge et obtient la Chaire de commerce à Birmingham11. Très vite, il exprime la nécessité de comprendre les pratiques organisationnelles qui sous-tendent les mécanismes de développement des firmes. Dans la préface de la troisième édition de son ouvrage The Logic of British and American Industry, il note :

Mon prédécesseur à la Chaire de Birmingham, Sir William Ashley, avait pour habitude de recommander fortement l’enseignement et la pratique pour essayer de découvrir la logique derrière la politique managériale et l’organisation. (Florence, 1972, p. vi-vii)

18C’est donc dans cette tradition que les travaux sur la firme de Florence s’inscrivent. Il publiera en 1961 Ownership, Control and Success of Large Companies qui propose d’étudier l’évolution des firmes pour la rendre compréhensible à « l’investisseur, le cadre dirigeant, ou même le politicien et d’un point de vue scientifique à l’économiste et au sociologue » (Florence, 1961, p. v). Selon lui, l’utilisation des méthodes statistiques doit être encouragée en économie dans la mesure où les résultats de ce type d’étude restent intelligibles pour les catégories de lecteurs énoncées précédemment. C’est pour cette raison que Florence recourrait aux techniques statistiques sans pour autant les qualifier d’« économie appliquée », mais en leur préférant le terme d’« économie réaliste » (Minkes, 2011, p. 198). Sur les bases d’un échantillon de 315 firmes commerciales et industrielles, l’objectif de l’ouvrage est de montrer le rôle du contrôle des actionnaires dans le développement des grandes firmes managériales. À la fin des années 1950, l’idée d’un séminaire de recherche sur l’industrie a émergé à Birmingham et Florence en est devenu le chair pendant des années. L’orientation intellectuelle de ce séminaire est très bien racontée par Leonard Minkes, qui était enseignant-chercheur à Birmingham à l’époque et qui a eu l’idée de départ en s’inspirant en partie d’un séminaire organisé à la London School of Economics par Ronald Edwards. Minkes se souvient :

Le « Industrial Seminar » […] présidé par Florence, était organisé autour de la lecture d’un papier rédigé par un conférencier invité, souvent président ou directeur général d’une grande firme, qui proposait de décrire la croissance et l’organisation de son entreprise. À l’issue d’une brève introduction par l’invité (qui, en général, ne durait pas plus d’une dizaine de minutes), il y avait une série de questions intenses (et un débat) avec tous les membres du séminaire, qui était composé à la fois de cadres nominés dans les firmes par la région de Birmingham et de membres académiques de l’Université. (Minkes 2011, p. 201)

  • 12 Selon Florence, l’entrepreneur joue surtout un rôle au sein de petites firmes qui doivent prendre d (...)

19L’explication (statistique) par Florence des phénomènes de croissance est fondée sur l’idée selon laquelle la mécanisation croissante et la proportion d’investissement en capital constituent deux facteurs qui ont conduit à la croissance des corporations de grande échelle. En ce sens, le rôle de l’entrepreneur est largement réduit dans cette explication de l’expansion des firmes, dans la mesure où ce sont essentiellement le propriétaire et le manager qui sont à l’origine des mouvements de taille de l’entreprise12. En ce sens, le développement de la grande firme managériale a destitué l’entrepreneur du passé. L’établissement de mécanismes forts de motivation non pécuniaire est également appréhendé comme une source d’efficience et de développement. Néanmoins, la vision que nous donne Florence de l’entreprise demeure très hiérarchique avec des décideurs acteurs au sommet de l’organisation.

  • 13 Comme en témoigne Ronald Coase dans un essai biographique, l’attachement d’Edwards à l’intelligibil (...)
  • 14 Une analyse historique de ce séminaire peut être trouvée dans Arena 2011, p. 259-261. Il est d’aill (...)

20La mise en place de séminaires sur l’industrie et sur la firme a aussi permis à d’autres chercheurs contemporains à Penrose de mieux comprendre l’organisation interne de l’entreprise ainsi que ses mécanismes de croissance. Comme indiqué plus tôt dans le texte, le précurseur de ce modèle de séminaire a été Ronald Edwards (1910-1976) à la London School of Economics. Cette série de séminaires était organisée sur la période 1946-1973 et s’intitulait « Seminars on Problems in Industrial Administration » ou plus familièrement « Ronald Edwards Seminar ». Un séminaire avait lieu tous les mardis soir et était adressé essentiellement à des hommes d’affaires tout en rassemblant également des hauts fonctionnaires et des universitaires. La formation comptable d’Edwards rendait ses séminaires très ancrés dans une réalité managériale et organisationnelle13. Les séminaires d’économie industrielle organisés par Philip Andrews et Elizabeth Brunner à l’université d’Oxford faisaient largement écho à cette nouvelle méthodologie fondée davantage sur l’empirisme et les échanges avec le monde réel de l’entreprise14. À ce titre, nous pouvons également noter l’intérêt hâté exprimé par Philip Andrews sur des problématiques directement liées aux phénomènes de croissance. En 1956 (seulement un an après la publication de l’article de Penrose), celui-ci publie en effet un article intitulé : « Quelques limites à la dimension et à la croissance des entreprises individuelles ». Dans cette contribution peu connue de l’auteur, le rejet de la théorie néo-classique est clairement exposé dès les premières pages. Au-delà de cette critique partagée par beaucoup d’auteurs à l’époque, Andrews dessine les limites de la théorie de la concurrence imparfaite, qui a elle-même apporté une critique largement discutée des approches néo-classiques de la firme. En particulier, l’auteur note :

  • 15 Il ajoutera dans une note de bas de page : « Je me réfère naturellement au corps de théories dériv (...)

Le manque de confiance de notre génération trouve sa base méthodologique dans les développements théoriques qui ont mis en relief la difficulté d’application au monde réel de la théorie néo-classique de la concurrence. (Andrews 1956, p. 41)15

21La conception d’Andrews de la croissance des firmes diffère toutefois des considérations de Penrose, à un niveau théorique mais aussi méthodologique. Dans une tradition d’économie industrielle, Andrews s’intéresse davantage au niveau de l’industrie comme il l’explique au moment où il expose la question qui motive la production de son article de recherche :

Nous nous intéressons […] à la manière dont les forces économiques agissant à l’intérieur d’une industrie peuvent contrôler la taille des entreprises individuelles et la structure par taille de l’ensemble de l’industrie. […] Nos théories ne seront cependant pas faites « in vacuo » car je veux soutenir qu’il existe certaines régularités de la structure industrielle qui méritent d’être expliquées. (Ibid., p. 43)

22La problématique principale d’Andrews ne concerne, en fait, pas véritablement les mécanismes internes (au niveau de l’organisation) à l’origine des phénomènes de croissance. En réalité, comme dans le reste de ses œuvres, Philip Andrews développe une théorie de l’oligopole fondée sur le concept de coût normal qu’il définit ainsi :

  • 16 Il est important de noter que la théorie du coût normal exposée ici par Andrews se distingue de la (...)

Nous expliquons ainsi le procédé général qui consiste pour les entreprises à déterminer leurs prix à partir des coûts actuels : l’expérience montre qu’il est possible d’adapter ce procédé de calcul du prix de revient qui met l’entrepreneur à même d’estimer un prix de concurrence, même pour un produit qu’il n’a pas fabriqué antérieurement. (Ibid., p. 50)16

23Le contexte économique ainsi que la tendance intellectuelle des années 1950 et 1960 ont permis de mieux comprendre l’orientation théorique et méthodologique des travaux d’Edith Penrose et en particulier de la rédaction de son article de 1955 que nous proposons d’étudier, plus en détail, dans la section qui suit.

Notes

1 Comme nous le verrons par la suite, les petites entreprises familiales ont d’ailleurs perduré plus longtemps dans les cas de la France et de la Grande-Bretagne.

2 L’interprétation de l’analyse menée par Berle et Means est toutefois nuancée plus tard, notamment par Stigler et Friedland (1983) qui arguent que le conflit n’est que potentiel chez Berle et Means, puisque les managers agiront vraisemblablement dans l’intérêt des actionnaires.

3 Toutes les traductions proposées dans le texte sans mention de traducteur sont réalisées par l’auteure.

4 À ce propos, l’étude menée par Penrose sur le cas de croissance de Hercules Powder Company n’a pas été incluse dans son ouvrage de 1959 sur la croissance des entreprises pour des raisons de taille du manuscrit (Penrose 1960a, p. 1) et de coûts d’imprimerie trop élevés pour la maison d’édition (Garnsey 2002, p. 120). Le lecteur intéressé par l’analyse de ce cas historique spécifique pourra, en revanche, se reporter à son article publié dans Business History Review (1960a).

5 Les éléments bibliographiques de Machlup ne nous laissent toutefois pas penser que celui-ci ait beaucoup exploré le sujet par la suite.

6 Voir notamment Evans 1948.

7 Notons toutefois que l’université de Birmingham était pionnière dans la matière avec la création d’une faculté de commerce en 1902. À ce titre, le rôle de Sargant Florence dont nous allons aborder les travaux par la suite s’avèrera essentiel dans le développement de la discipline.

8 « An American View of Raw Materials Problems : The Report of the President’s Materials Policy Commission ».

9 Nous reviendrons sur cet auteur par la suite.

10 Le lecteur intéressé par plus de détails sur l’analyse marshallienne et post-marshallienne de la firme et de l’industrie pourra se référer à l’ouvrage de Raffaelli, Nishizawa et Cook (2011).

11 Il semble pertinent de rappeler ici que l’université de Birmingham a été la première université britannique a accepté la gestion comme une discipline à part entière en favorisant son enseignement. La faculté de commerce de Birmingham a été créée en 1902, tandis qu’il a fallu attendre la fin des années 1990 voire le début des années 2000 pour la création des Business Schools d’Oxford et de Cambridge. Cette institutionnalisation hâtée explique largement l’importance que Birmingham a toujours accordée aux travaux sur la firme et sur l’industrie.

12 Selon Florence, l’entrepreneur joue surtout un rôle au sein de petites firmes qui doivent prendre des risques.

13 Comme en témoigne Ronald Coase dans un essai biographique, l’attachement d’Edwards à l’intelligibilité des concepts par la communauté comptable était souvent une priorité dans ces programmes de recherche (Coase 1990, p. 7).

14 Une analyse historique de ce séminaire peut être trouvée dans Arena 2011, p. 259-261. Il est d’ailleurs intéressant de noter que George Richardson qui était alors étudiant de master à l’époque avait participé à une session de ce séminaire en rédigeant un texte sur la croissance des entreprises.

15 Il ajoutera dans une note de bas de page : « Je me réfère naturellement au corps de théories dérivées des travaux respectifs du professeur Chamberlin et de Mrs Robinson. Quoi qu’il y ait des différences de méthodes considérables entre ces systèmes particuliers, ces dernières sont étrangères à notre point de vue actuel » (ibid.)

16 Il est important de noter que la théorie du coût normal exposée ici par Andrews se distingue de la théorie du coût complet (full cost). À ce propos, l’auteur remarque : « […] ma théorie des prix peut être considérée comme une théorie du coût normal (ce qui, incidemment, la distingue des doctrines dites du full cost – ou coût complet – qui rattachent les prix seulement aux coûts internes des entreprises qui les fixent et qui confondent ainsi les procédés comptables et les explications analytiques) » (ibid., p. 50).

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search