Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Annexes

Annexe n° 7

Marseille, capitale ?

Alexandre Clapier

Texte intégral

Alexandre Clapier, Marseille, son passé, son présent et son avenir, Paris, 1863, p. 81-87.

1… Le commerce de Marseille a prospéré tant que Marseille a tenu en ses mains son gouvernement et réglé ses intérêts.

2Ainsi de la chute de Carthage à la chute de l’empire romain, Marseille va grandissant sans cesse, parce qu’elle obéit à ses magistrats et à ses lois ; aux temps des croisades, elle prend un accroissement rapide, parce qu’à l’exemple des républiques italiennes, elle conquiert son indépendance ; avec la domination des deux maisons d’Anjou commence pour elle la décadence ; après sa réunion à la France, le système fiscal l’écrase, le système de centralisation que Louis xiv inaugura par la création des intendants de province et des fermes d’impôts paralyse les grandes vues de Colbert ; sous le bras de fer de l’Empire, elle tombe au dernier degré de la misère : et la prospérité qu’elle retrouve sous les gouvernements de 1815 et de 1830 est due surtout au rétablissement des libertés publiques et la résurrection d’un peu de cette vie municipale qui l’animait autrefois !

3Dans les dix années qui viennent de s’écouler, le système de centralisation a pris pour Marseille des proportions jusqu’à ce jour inconnues, Marseille semble ne plus s’appartenir ! La plus riche partie de sa navigation à vapeur est concentrée entre les mains d’une compagnie dont le siège est à Paris et qui ne s’administre que par des agents que Paris lui envoie ; c’est à Paris que siègent les administrations de ses chemins de fer, de ses docks et de son bassin de radoub, sa banque autrefois indépendante n’est plus qu’une succursale de celle de Paris ; son crédit foncier a été absorbé par le crédit foncier de Paris, l’éclairage de ses rues, la propriété des terrains qu’elle conquiert sur la mer appartiennent à une compagnie parisienne.

4Cet état de choses, conséquence inévitable des rapports nouveaux qu’ont fait naître les moyens perfectionnés de communication et l’esprit d’association chaque jour plus développé, n’est cependant pas sans compensation ; s’il blesse quelques susceptibilités locales, il présente sous d’autres rapports d’incontestables avantages.

5Marseille trouve dans les capitaux de Paris un auxiliaire puissant pour féconder ses entreprises, ses emprunts rencontrent à la bourse de Paris un marché sans lequel ses améliorations municipales n’eussent jamais pu s’exécuter ; les liens qui unissent Paris à la prospérité de Marseille créent à celle-ci, auprès de l’administration supérieure, un actif patronage qui sauvegarde ses intérêts ; si la centralisation est mauvaise pour les points extrêmes et trop éloignés, ses inconvénients s’atténuent quand les distances s’abrègent : le télégraphe électrique et les chemins de fer, plaçant Marseille à quelques heures de Paris, ont supprimé l’espace et décuplé leurs communications ; ces communications, devenues plus fréquentes et plus étroites, ont provoqué entre les deux villes un échange d’idées et des communautés d’intérêts qui leur sont également profitables. Marseille corrige au contact de Paris ce que son esprit municipal pourrait avoir de trop exclusif. Paris, en mêlant ses intérêts à ceux de Marseille, prend goût aux choses du commerce maritime, il en apprécie l’importance, il en comprend la splendeur, il en seconde le développement ; aussi longtemps que Paris a été exclusivement industriel, le système protecteur a prévalu ; dès le jour où l’intérêt commercial et maritime a pénétré dans son sein par son contact avec les grands ports, le succès de la liberté commerciale est devenu possible.

6Entre Paris et Marseille il ne peut plus y avoir antagonisme, ce sera désormais une alliance féconde dont Marseille doit s’appliquer à retirer tous les avantages en cherchant à se rapprocher le plus possible de son niveau : capitale du midi de la France, comme Paris est la capitale du nord, Marseille doit s’appliquer à conquérir ce qui fait une capitale, c’est-à-dire l’élévation et le mouvement des esprits, un entrain général joint à une certaine hauteur de vues qui agrandit et vivifie tout ce qu’il touche.

7Ce qui distingue en effet Paris, ce qui le place au-dessus de toutes les autres villes de France, ce n’est ni la magnificence de ses édifices, ni son immense enceinte, ni son luxe, ni sa population toujours croissante, c’est son activité intellectuelle et l’élévation de son niveau moral. C’est qu’en nulle autre ville la culture de l’esprit n’est plus répandue et le savoir n’est tenu en plus haute estime, que nulle part on ne trouve dans les classes élevées plus d’hommes éminents et dans les classes inférieures plus d’intelligence pratique et plus d’ambition de s’instruire. C’est à marcher dans cette voie que Marseille doit mettre toute son application…

8Ces grands enseignements du passé indiquent à Marseille quelles sont les conditions de ses prospérités à venir. Marseille, du reste, le comprend ; depuis quelque temps, de notables progrès se sont accomplis : les cours publics de ses professeurs réunissent de nombreux auditeurs, des sociétés se forment pour la publication de travaux scientifiques, un établissement splendide est consacré au culte des arts, les classes inférieures gagnent chaque jour en instruction et en moralité, les écoles publiques sont fréquentées ; avec l’instruction, un vif sentiment d’indépendance et de dignité personnelle pénètre dans toutes les âmes, la rudesse des mœurs s’adoucit, le talent est apprécié, tout homme de valeur obtient dans l’opinion publique estime et considération.

9C’est en persévérant dans cette voie que Marseille verra grandir son horizon et se développer ses destinées. Marseille est encore aujourd’hui la grande cité des Gaules que Tacite louait comme un foyer de lumières et d’instruction ; ses enfants n’ont pas dégénéré.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search