Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 283-289


Texte intégral

1Cette recherche a mis à mal un certain nombre d’idées reçues sur la démocratie japonaise. Celle-ci plonge ses racines dans la période de construction nationale et de modernisation institutionnelle de la fin du xixe siècle. Cet ancrage ancien, bien qu’il n’ait pas permis au Japon d’éviter la montée de l’autoritarisme et du militarisme dans les années 1930, assure la réceptivité des élites japonaises à l’idée démocratique et le succès de la démocratisation menée en 1947.

2L’histoire politique a laissé un héritage. Les acteurs agissent en fonction de préférences façonnées par des institutions, lesquelles sont créées à des fins particulières. Ainsi, le clientélisme de la période 1955-1993 provenait du mode de scrutin hérité de l’avant-guerre, des majorités fragiles qu’il fallait alors constituer, du consensualisme également né de cette période. Les habitudes peuvent ensuite survivre quelque temps à un changement institutionnel. Dans ce contexte, le volontarisme d’un dirigeant du PLD pourra rompre avec la coutume ; l’opposition, si elle est forte et crédible, pourra imposer de nouvelles normes (comme il en a été du Minshutô et de ses Manifestes). Au gré des réformes, la démocratie japonaise, qui était proche du modèle consensuel, s’est ainsi rapprochée du modèle majoritaire. Estimer qu’elle était exceptionnelle, c’était considérer que le modèle majoritaire devait être tenu pour « normal ».

3Quel bilan dresser de l’étude ainsi réalisée, que penser en définitive du degré de démocratie du régime japonais ? Reprenons point par point la définition synthétique que propose Christophe Jaffrelot1 :

  • Elle est tout d’abord le système politique qui, dans un État souverain, remet le contrôle du pouvoir exécutif à des représentants du peuple désignés lors d’élections régulières au suffrage universel, scrutins auxquels les citoyens peuvent presque tous se porter candidats. Les règles d’éligibilité sont similaires au Japon à ce qu’elles sont dans d’autres démocraties. Si le contrôle du pouvoir exécutif est bien remis à des représentants élus au suffrage universel, les électeurs ne peuvent avoir la certitude que le leader du parti pour lequel ils votent restera chef du gouvernement durant toute la législature (en dehors même de toute crise politique) ou qu’une coalition issue des urnes ne sera pas formée – mais cette situation est aussi celle des autres régimes parlementaires (chapitre 12).
  • Un régime démocratique doit en outre garantir constitutionnellement la liberté d’expression et d’association. Tel est le cas au Japon où l’article 21 de la Constitution les protège. La liberté d’association a été renforcée en 1998.
  • En outre, le personnel politique se soumettant au jeu des élections doit exercer la plénitude du pouvoir. On admettra avec Robert Dahl que les groupes d’intérêt ne peuvent être exclus du processus décisionnel, mais qu’ils doivent être nombreux à s’y exprimer. L’administration fournit une expertise dont le personnel politique ne peut se passer. Le régime japonais fonctionne en conformité avec ces principes (le chapitre 2 s’est attaché à le montrer).
  • Ensuite, ce personnel politique forme une classe de professionnels se renouvelant – de préférence, mais pas nécessairement – au gré des alternances que permet le pluralisme politique. La précision permet d’inclure le Japon et des États comme la Suède, l’Italie ou Israël, qui ont connu peu d’alternances. Le faible nombre des alternances ne provient pas d’un biais institutionnel, bien que l’iniquité du découpage des collectivités pose problème en matière d’égalité de la représentation. C’est la cohésion du PLD qui lui a permis de rester au pouvoir si longtemps face au PSJ, qui, confronté aux mêmes contraintes institutionnelles, restait divisé. Le parti a su tirer bénéfice de ses divisions factionnelles en jouant de la concurrence interfactionnelle (chapitre 7).
  • Enfin, la démocratie est réalisée par ses organisations sociales et politiques, qui en sont les véritables pierres de touche. L’activité des lobbies et fédérations professionnelles a été réglementée tardivement. Le clientélisme qu’encourageait le mode de scrutin a généré une corruption que la double réforme de 1994 (réforme électorale et du financement des partis) puis la réforme administrative de 1998-1999 ont permis de contenir. L’activité associative a pour sa part connu une expansion à partir de la réforme de 1998, fruit d’un lobbying associatif. Quant aux partis, ils ont longtemps opéré dans un cadre qui favorisait le clientélisme et le localisme : l’élévation des enjeux des élections date de la réforme de 1994, et les pratiques politiques nouvelles qu’elle encourage améliorent la qualité des campagnes électorales. L’appareil partisan a gagné en poids face aux factions et aux candidats, mais les partis demeurent friables, ce qui alimente la crise de la représentation dont souffre le Japon (chapitre 14).

4Ainsi, les spécificités du système politique japonais tiennent à son régime parlementaire, et non à la nature atypique ou dysfonctionnelle de sa démocratie. Les régimes anglais, allemand et japonais sont certes tous parlementaires, mais n’en sont pas moins différents. Entre parlementarisme pluraliste ou consensuel et majoritaire, chaque régime établit son équilibre, suggère Kawato Sadafumi.

5Si l’on s’en remet à présent aux trois conditions de la démocratie pluraliste identifiées par Raymond Aron2, on constate que la démocratie japonaise les satisfait pareillement :

  • Elle a restauré une autorité gouvernementale capable de régler les différends entre groupes et de faire appliquer les décisions qu’exige le bien de la communauté.
  • Son administration économique, efficace, garantit la mobilité et stimule l’activité et l’initiative.
  • Elle a limité l’influence des individus et des groupes qui voudraient bouleverser l’organisation de la société par la violence.

6Et si l’on reprend maintenant les critères de Joseph Schumpeter3 mesurant la vitalité de la « méthode démocratique », là aussi, force est de constater que la démocratie japonaise est vigoureuse :

  • Le matériel humain de la politique (les élites) est de suffisamment bonne qualité. Certes, une partie du personnel politique japonais a hérité de son siège. Parmi ces héritiers se trouvent nombre de personnes compétentes en matière de gestion des affaires publiques (généralement dans un domaine précis), mais toutes ne le sont pas. La qualité première de l’homme politique japonais était d’être un homme de terrain et un homme de réseau, plus qu’un homme de dossiers et de chiffres. Cependant, la réforme du mode de scrutin a élevé les exigences.
  • Le domaine effectif des décisions politiques n’est pas trop étendu : le Parlement comme l’exécutif s’imposent volontairement des limites.
  • Le gouvernement dispose, pour tous les objectifs englobés dans la sphère d’activité publique, des services d’une administration compétente, ayant reçu une bonne formation et jouissant d’une bonne réputation.
  • Il existe un autocontrôle démocratique : les élites concurrentes acceptent de se laisser gouverner les unes par les autres et savent généralement résister aux propositions « des requins ou des rêveurs ». L’offre politique japonaise est modérée – il n’existe pas de parti d’extrême droite au Japon et l’extrême gauche a abandonné son positionnement révolutionnaire, hostile à la démocratie dite libérale (comme s’il pouvait y en avoir une autre).
  • Le corps électoral, une fois qu’il a fait son choix, s’abstient de s’immiscer sans cesse dans l’activité politique de ses représentants. Les citoyens japonais disposent d’un droit de pétition étendu en vertu de l’article 16 de la Constitution, par lequel ils peuvent demander réparation, la révocation d’une nomination à une fonction publique, la révision d’une loi, d’un décret (meirei) ou d’un règlement (kisoku). L’usage qui en est fait est modéré. Manifestations et grèves n’entravent pas l’action du gouvernement : associations et syndicats influencent l’agenda politique autrement et de manière très substantielle.

7Toutefois, Kobayashi Yoshiaki modère ces évaluations flatteuses. À ses yeux, en effet, la démocratie japonaise fonctionne mal :

  • Concernant le mandat populaire (min.i futaku kinô), les électeurs ne votent pas forcément pour le candidat dont le programme contenait les éléments les plus proches de leurs idées (issue voting / shôten taido tôhyô).
  • Les élus ne mettent pas toujours en œuvre leur programme une fois élu, et n’ont pas toujours une activité parlementaire qui correspond aux promesses qui les ont fait élire. L’activité des parlementaires (manifestée par leurs prises de position ou votes) n’est pas toujours cohérente par rapport au contenu de leurs programmes.
  • Les électeurs votent rarement en fonction du bilan du gouvernement sortant. Quand un vote sanction peut être établi (et il ne saurait porter sur la personnalité du Premier ministre), les parlementaires hésitent davantage à avoir une activité parlementaire qui s’écarte de leurs promesses de campagne.

8Kobayashi juge ainsi que la démocratie japonaise fonctionne mal (« kinô fuzen » ; « nihon ni okeru daigi minshushugi no kinô wo sokonete iru »)4.

9De fait, la faiblesse de la démocratie japonaise réside dans la pauvreté de ses débats parlementaires. La consultation en amont des membres de la Diète ne saurait les remplacer. Un changement de la législation électorale qui stabiliserait les majorités et achèverait la transformation de la culture politique serait souhaitable (chapitre 13). Le mode de scrutin permet, aujourd’hui encore, un émiettement de la scène politique, laquelle obéit plus souvent à des logiques politiciennes et de carrière qu’à des impératifs politiques ou à une logique de représentation démocratique. Il en résulte, pour les gouvernements, une difficulté à gouverner, et pour les électeurs, un sentiment d’éloignement des élites et d’incompréhension du jeu politique. La démocratie japonaise présente en effet les mêmes crises, de gouvernance et de représentation, que ses consœurs occidentales. Elle les a même connues plus tôt.

10Le système parlementaire japonais se rapproche du modèle majoritaire depuis les grandes réformes des années 1990, mais le PLD paraît inébranlable et la perspective d’une nouvelle alternance semble lointaine. Abe Shinzô (2012-2020), qui maîtrisait l’action en coulisses, a su jouer des équilibres factionnels, préserver la cohésion du parti et tirer profit de la déroute de l’opposition. Il a mené une politique monétaire très expansionniste, une politique de relance budgétaire pour l’accompagner, et une politique d’ouverture des marchés pour dynamiser la production et la croissance (avec une réforme agricole qui a mis fin aux prix garantis et l’admission d’une main d’œuvre étrangère dans un cadre juridique beaucoup plus favorable qu’auparavant). Certains politologues voyaient en lui un tenant de la droite dure5. En 2016, M. Abe a opéré un ajustement. Un éditorial du Yomiuri lui conseillait de conforter son parti au centre6, et c’est ce qu’il a fait, tirant bénéfice de la décomposition du Parti démocrate et de l’alliance de ce dernier avec l’extrême gauche7. M. Abe a conduit une politique de promotion des femmes et de la natalité qui s’est concrétisée par une réforme des « habitudes de travail » (2018)8. Il s’est montré soucieux du pouvoir d’achat (l’augmentation de la TVA a été reportée à plusieurs reprises et accompagnée de mesures à destination des ménages modestes, lesquels ont également bénéficié de l’introduction de la gratuité des crèches et de l’enseignement supérieur en 2018). Cependant, il s’est appuyé sur des structures et des réseaux : Sakura no kai (créé en 1952), Shiki no kai (composé de personnalités des affaires), Nihon kaigi (créé sous sa forme actuelle en 1997), réseau d’influence très conservateur comptant 260 membres de la Diète qui eux ne le sont pas toujours. Sa popularité a faibli avec l’adoption en septembre 2015 de la réforme du dispositif législatif de défense et de coopération internationale, puis avec l’adoption en juin 2018 d’une loi de lutte contre le terrorisme, et la révélation, la même année, qu’un de ses groupes de soutien, Sakura no kai, était financé sur deniers publics9. De fait, ses mandats ont été émaillés de scandales.

11Imparfaite, comme bien d’autres, la démocratie japonaise se transforme cependant depuis 20 ans. Elle connaissait un « gouvernement de parti sui generis »10, conférant aux factions partisanes un rôle institutionnel bien plus prononcé qu’ailleurs. La réforme de 1994 a réduit le pouvoir de ces factions, les appareils centraux ont été renforcés, le jeu partisan s’est densifié avec l’apparition d’une opposition plus centriste et avec la possibilité pour un troisième acteur d’émerger et de concurrencer les deux principaux rivaux. Le droit de vote a été abaissé à 18 ans et ouvert aux expatriés japonais en 2007.

12La classe politique a su voter des réformes qu’elle avait repoussées, et s’en imposer à elle-même : le nombre de représentants est passé de 512 en 1990 à 465 en 2017 ; la corruption a changé d’échelle depuis les années 1980. Le renforcement de l’exécutif (auquel il faudrait désormais accorder le droit d’amendement) a ramené le pouvoir de l’administration aux élus ; la réforme du statut des associations a renforcé leur capacité d’action.

13La vigueur de la démocratie japonaise s’est en outre manifestée après la catastrophe nucléaire qui a suivi le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011, quand la Diète a rendu publiques les conclusions du rapport d’une commission indépendante qui avait dénoncé les défaillances du système de supervision des centrales nucléaires et les effets de la collusion des élites politiques, administratives et économiques (la catastrophe était naturelle et humaine). Le gouvernement (démocrate) a alors établi une nouvelle agence, toujours dépendante de l’administration centrale, mais placée sous la tutelle du ministère de l’Environnement plutôt que de celui de l’Économie et du Commerce international.

14Socrate assurait dans le livre VIII de la République qu’il existait « autant d’espèces de tempéraments d’hommes » que de régimes politiques11. La démocratie admet et appelle, même, une culture politique particulière, propre à un pays, par laquelle il se l’approprie. Mais par-delà ses spécificités (comme le factionnalisme institutionnalisé ou la prépondérance d’un parti dominant), la démocratie japonaise est démocratie avant d’être japonaise.

Notes de bas de page

1 Christophe Jaffrelot, « Comment expliquer la démocratie hors d’Occident ? », Démocraties d’ailleurs. Démocraties et démocratisations hors d’Occident, Christophe Jaffrelot dir., Paris, Katharla, 2000, p. 5-57, p. 12.

2 Raymond Aron, « Social structure and the ruling class (part one) », The British Journal of Sociology, vol. 1, no 1, 1950, p. 10.

3 Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie [1942], Paris, Payot, 1983, p. 382-390.

4 « dysfonctionnements » ; « les fondements de la démocratie représentative sont sapés ». Kobayashi Yoshiaki, Seikenkôtai [L’alternance], Tôkyô, Chûôkôron shinsha, 2012, p. 154 et 165.

5 Nakano Kôichi, Ukeika suru nihon seiji [La droitisation du Japon], Tôkyô, Iwanami Shinsho, 2015, p. 174 et suiv. ; Nakakita Kôji, Jimintô seiji no hen’yô [L’évolution politique du Parti libéral-démocrate], Tôkyô, NHK Books, 2014, p. 227-228.

6 « Haikei Abe Shinzô sama. Hidari winggu wo hirogeyo » [Monsieur Abe, ouvrez votre aile gauche !], Yomiuri shimbun, 4 août 2016.

7 Entretien, Fujiwara Kiichi, Tôkyô, 2 août 2016.

8 Pour une évaluation critique de ces politiques, voir James Brown, Guibourg Delamotte et Robert Dujarric dir, The Abe Legacy. How Japan Has Been Shaped by Abe Shinzô, Lanham, Lexington Books, 2021.

9 Site de la NHK : [https://www.nhk.or.jp/senkyo/shijiritsu/].

10 Pour reprendre l’expression de Philippe Lauvaux (Les grandes démocraties contemporaines, Paris, PUF, 2004, p. 667).

11 « Sais-tu que nécessairement il existe autant d’espèces de tempéraments d’hommes qu’il en existe aussi de régimes politiques ? À moins que, dans ta pensée, les régimes politiques ne soient issus “de quelque chêne ou d’un rocher” [expression proverbiale], et non pas plutôt du caractère des citoyens qui peuplent les États, lequel, pareil aux poids qui font pencher la balance, entraînera tout le reste ? » (Socrate à Glaucon). Platon, La République, Œuvres complètes, Léon Robin éd. et trad., Paris, Gallimard (La Pléiade), 1959, t. 1, p. 1140-1141.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.