Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction à la deuxième partie

p. 75-76


Texte intégral

1En 1946, comme en Allemagne, la démocratisation se réalise au Japon grâce à une intervention étrangère, celle des États-Unis. La greffe démocratique ainsi pratiquée prend parce que, comme l’Allemagne, le Japon a une pratique des débats institutionnels et un passé de régime représentatif et semi-démocratique.

2À l’inverse du régime précédent, les institutions nouvelles répondent formellement aux normes démocratiques contemporaines. En effet, la Constitution adoptée en 1946 met en place une monarchie constitutionnelle et un régime parlementaire, comme au Royaume-Uni ; inspiré du système constitutionnel américain, il est fortement décentralisé et établit une Cour suprême qui est à la fois cour constitutionnelle et juridiction de dernier ressort de droit administratif ou civil (au pénal, des jurys populaires ont été rétablis).

3Des éléments de continuité existent pourtant entre avant et après-guerre. Ce nouveau régime va en outre s’illustrer par le très faible nombre d’alternances des majorités au pouvoir, ce qui a valu à la démocratie japonaise d’être qualifiée de défectueuse1 ou d’atypique (au même titre que l’Italie ou Israël)2. Entre 1955 et 1993, un seul parti détient en effet le pouvoir, malgré la régularité des élections. Cette caractéristique révèle-t-elle un manque de démocratie ? Le doute devra être levé.

4Si la domination du Parti libéral-démocrate s’explique surtout par sa maîtrise du système électoral et sa capacité à préserver son unité, le « système de 1955 », expression qui désigne la coexistence d’une majorité PLD face à une opposition socialiste de 1955 à 1993, génère une corruption telle que certains membres du parti font scission en 1993 et, passant alliance avec l’opposition, renversent le PLD pour la première fois de son histoire.

5À partir de 1994, de profonds changements s’amorcent ainsi, qui altèrent le système politique japonais et le rendent plus démocratique : la corruption, qui entrave l’égalité de la représentation, n’est plus structurelle (si elle existe, elle est, comme dans les autres démocraties libérales, accidentelle) ; la bipolarisation est encouragée par un nouveau système électoral, si bien que l’alternance devient plus aisément réalisable.

Notes de bas de page

1 Roger Bowen, Japan’s Dysfunctional Democracy. The Liberal Democratic Party and Structural Corruption, Armonk, M. E. Sharpe, 2003.

2 Thomas John Pempel dir., Uncommon Democracies. The One-Party Dominant Regimes, Ithaca, Cornell University Press, 1990.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.