Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 4

La démocratie écartée par la dérive militariste du régime

p. 61-72


Texte intégral

1Les militaires s’imposent progressivement à partir de 1929, dans un climat politique tendu par une série d’attentats ou de tentatives d’attentats. Au début des années 1940, les libertés, les droits individuels ou collectifs sont bafoués et les partis politiques disparaissent. Que deviennent les conquêtes démocratiques de la période précédente ? Derrière l’autoritarisme d’un régime généralement qualifié de fasciste subsiste un pluralisme institutionnel et politique.

Les vecteurs de la démocratie discrédités

2Deux grands partis dominent la vie politique des années 1916 à 1940 : le Kenseikai qui en 1927 devient Minseitô, et la Seiyûkai. Durant ces années, un régime à l’anglo-saxonne semble se mettre en place, avec une alternance de ces deux grands partis, dont le premier est plutôt libéral et le second plutôt conservateur1. Cette impression est pourtant trompeuse.

3Les partis tiennent leur puissance des appuis qu’ils ont acquis dans les élites plutôt que de leur légitimité démocratique : cette dernière est fragile. Même à son apogée, dans les années 1920, elle est contestée.

4Certes, les hauts fonctionnaires les rejoignent, mais leurs subalternes regrettent la désorganisation qui accompagne les changements à la tête du gouvernement et l’immixtion des partis dans l’élaboration des politiques. Les généraux coopèrent avec les partis, mais les officiers de rangs inférieurs, sensibles aux conditions de vie dans les campagnes, les critiquent2. Les partis eux-mêmes déplorent le clientélisme, générateur de corruption, si bien qu’en leur sein même le multipartisme ne fait pas l’unanimité. Dans la population, ils sont perçus comme de nouveaux intermédiaires plutôt que comme des relais. Les manifestations qui ont suivi la guerre de 1904-1905 et les « émeutes du riz » (kome sôdô, contre l’inflation), en août 1918, leur ont bénéficié3, mais la population se retourne contre eux quand la presse révèle des scandales, et la protestation se radicalise à mesure que se développe le syndicalisme.

5Les bouleversements internationaux et intérieurs achèvent de suspendre l’évolution pluraliste et libérale du régime. En mai 1932, la fonction de Premier ministre échappe aux partis ; en 1941, leurs (anciens) membres ne figurent plus au gouvernement4.

6Pour sa part, la population semble réprouver la montée en puissance des armées : Banno Junji souligne que la Seiyûkai perd les élections de 1936 après son attaque de la théorie de Minobe (l’empereur, organe de l’État) et que le Minseitô perd les élections qui suivent la démission du deuxième Cabinet Wakatsuki en décembre 1931, démission provoquée par son incapacité à contenir l’« incident mandchourien »5.

7Mais, inexorable, la montée du militarisme remet en cause les acquis démocratiques dans les années 1930.

La montée en force des armées et la remise en cause des acquis démocratiques

8Le Japon juge ses intérêts menacés sur le continent asiatique (ce qui cause la guerre russo-japonaise de 1904-1905 et l’annexion de la Corée par le Japon en 1910). Il doute des intentions de la Russie et de la Chine, et de leur attachement au principe de règlement pacifique des différends6. De plus, avec la crise de 1929, les États occidentaux adoptent des mesures protectionnistes qui nuisent aux exportations japonaises ; les États-Unis et le Royaume-Uni semblent s’allier contre le Japon à la conférence navale de Londres en 1930. Dans ce contexte, l’influence des armées croît : le budget de la défense accapare la moitié du budget de l’année 1937 et les forces armées sont représentées dans un nombre croissant de comités gouvernementaux.

9Dans le même temps, une radicalisation se produit dans les forces armées. Le patriotisme y est cultivé à l’excès. Le manuel de l’infanterie diffusé en 1928 appelle le soldat à tenir sa position « jusqu’à la dernière goutte de sang »7. Les sociétés secrètes y prolifèrent (comme la Sakurakai, créée par Hashimoto Kingorô). Leurs membres sont les auteurs d’assassinats politiques8 et de tentatives de coups d’État (mars 1931, octobre 1931, mai 1932, février 1936) entre 1930 et 1936. Contre eux, les sanctions sont légères, absentes ou commuées9. La campagne électorale de février 1932 a lieu dans un climat de terreur.

10Au même moment, en Chine, de jeunes officiers (relevant du courant extrémiste kôdôha) de l’« armée du Guangdong » prennent de court la hiérarchie militaire et les autorités civiles par leurs coups de force. Cette « armée » est en réalité une garnison de l’armée japonaise située à Port-Arthur (en Chine), acquis après la guerre russo-japonaise10. Initialement forte de 10 000 hommes, elle se déploie le long du chemin de fer de Mandchourie, également gagné sur la Russie et administré par le Japon. Ses agissements sont peu ou ne sont pas sanctionnés11. Face à l’invasion de la Mandchourie qu’organisent ainsi, en septembre 1931, le lieutenant-colonel Ishiwara Kanji et le colonel Itagaki Seishirô (« incident de Mandchourie » ou « de Mukden »), l’état-major de l’armée, à Tôkyô, refuse des renforts, mais menace de renverser le gouvernement s’il freine leur marche12. À la tête de l’« armée de Corée » (les garnisons japonaises basées en Corée), le lieutenant général Hayashi Senjûrô invoque ensuite l’autonomie de l’armée en matière opérationnelle pour légitimer le déploiement de ses unités13. L’empereur (conseillé par le Premier ministre Watatsuki Reijirô) autorise rétroactivement le franchissement de la frontière coréano-chinoise, les sanctions adoptées sont faibles, et rien n’est fait pour restreindre l’autonomie des officiers inférieurs14.

11Parallèlement, dans l’espoir de mettre un terme à un désordre croissant, les dirigeants restreignent les libertés. En octobre 1940, pour manifester leur soutien à un « nouvel ordre politique », d’union nationale, les partis s’auto-dissolvent : 458 des 466 représentants et 326 des 411 pairs intègrent l’Association d’assistance au gouvernement impérial (Taisei yokusankai), qui les remplace. Cette Association est rattachée au ministère de l’Intérieur, dont le pouvoir devient considérable. Elle chapeaute des « associations de voisinage » (tonarigumi) dont le maillage enserre la population et par lesquelles les plus zélés exercent leur pression sur les autres pour faire taire les dissensions et pour consacrer les activités économiques et sociales à la préparation d’une guerre totale. La liberté associative disparaît complètement avec la formation d’associations de femmes et de jeunesse en 1942, auxquelles l’adhésion est obligatoire. Un Bureau de l’information (jôhôkyoku), interministériel, censure les médias. La police militaire (kempeitai) voit ses prérogatives croître : chargée du contre-espionnage, elle supervise le rationnement, surveille aussi les déplacements, les recrutements… La marine se dote en 1943 d’une force spéciale à son tour (kaigun tokubetsu keisatsutai) pour se soustraire à la kempeitai dans les colonies.

12Quel était l’attachement de l’empereur aux libertés et à la Constitution ? Quel rôle joue-t-il dans ces évolutions ? Dans quelle mesure y préside-t-il, les contrôle-t-il, les condamne-t-il ou aurait-il pu les empêcher ? Les états-majors de l’armée et de la marine déterminaient la politique de défense et ne faisaient connaître au Premier ministre et aux ministres des Affaires étrangères et des Finances que les grandes lignes des objectifs stratégiques15 : l’empereur seul, en tant que chef suprême des armées, aurait pu leur tenir tête. Juste avant l’invasion de la Mandchourie en septembre 1931, il enjoint ainsi aux cadres de l’armée et de la marine de faire respecter la discipline. A-t-il manqué de charisme, de pouvoir ou de volonté ? Le cas japonais montre que le fascisme peut se passer de chef fort, sauf à classer le Japon d’alors parmi les régimes autoritaires ou militaristes plutôt que fascistes. Les auteurs se divisent sur ce point que l’on ne tranchera pas. Fasciste ou non, le régime est demeuré pluraliste, et c’est ce pluralisme qui a permis au militarisme de progresser. Ce qui avait permis à une semi-démocratie de naître est aussi ce qui la condamnait à ne pas devenir pleinement démocratique.

Derrière l’union nationale, un appareil d’État fragmenté

13Le fascisme est une notion que Rikki Kersten qualifie de fantomatique16. Karl Deutsch le définit par opposition à l’autoritarisme :

Le fascisme a offert à de nombreux individus de quoi regonfler une confiance en soi vacillante : uniformes, défilés, exercices et cérémonies rigides, occasions d’exercer une brutalité « légitime », inclusion dans une communauté nationale, positions dans un parti au pouvoir, au sein d’une race maîtresse, symbolisme et vague mystique politique, enfin, un leader avec un credo flou sur lequel chacun pouvait projeter ses rêves. Pour beaucoup, tout cela s’est traduit par un sentiment d’identité personnelle et par un sens nouveau donné à leur vie – et ils l’ont suivi, souvent jusqu’à leur mort. C’est cet élément de fanatisme et de dévouement actif à une échelle massive, organisé sous la forme d’un parti unique qui lui donne vie et force, qui distingue le véritable fascisme des simples régimes autoritaires. L’autoritarisme, c’est la persistance et l’acceptation. Le fascisme, pour ses adhérents, signifie l’activité, l’action.17

14Nombre d’auteurs mettent l’accent sur les indéniables aspects dictatoriaux du régime18. Autant d’auteurs insistent toutefois sur la division qui régnait dans le même temps au sommet de l’État, dans un débat historiographique auquel on ne prétend pas faire justice ici. Philippe Lauvaux qualifie le régime japonais de fasciste tout en soulignant ses spécificités : il ne naît pas d’un dévoiement de la démocratie « par l’instrument d’un parti de masse, mais procède d’une subversion analogue du principe de légitimité, ici traditionnelle, apte à mobiliser la nation en vue d’une politique impérialiste et à organiser le peuple selon des méthodes totalitaires »19. Les élites politiques concentrent le pouvoir, contrôlent l’économie et la société en fondant le peuple en une masse20. Maruyama Masao classe de la même manière le régime japonais parmi les régimes fascistes21. À l’inverse, pour Nakamura Kikuo, le Japon d’avant-guerre n’a pas été fasciste : les différences avec les régimes européens dépassent les similitudes22. Il y avait bien au Japon des fascistes, mais la nation n’était pas assez monolithique pour que le régime pût être qualifié de tel23. Parmi les grands partis, le Minseitô, vainqueur des élections du 20 février 1936, s’est positionné comme antifasciste et antimilitariste ; à la Seiyûkai existait un courant antifasciste24.

15De fait, malgré la concentration des pouvoirs, un fort pluralisme subsiste au sein du régime japonais. Nonobstant l’autoritarisme du régime, il existait une « diffusion » du pouvoir. Maruyama Masao estime que c’est la fragmentation institutionnelle qui a rendu possibles l’intervention des militaires et le développement du fascisme. La multiplication même d’agences policières dans la première moitié du xxe siècle atteste que, dans cet État autoritaire, le Premier ministre est faible, les acteurs autonomes, le système éclaté (bunkenteki)25. Le régime se fragmente non plus seulement entre cour, chambres, Conseil privé, empereur et gouvernement, ou armées ; non plus seulement entre partis au sein des chambres, entre partisans ou adversaires au gouvernement, entre armée et marine ; mais aussi entre clans au sein des partis, entre ministères au sein du gouvernement, et entre factions extrémistes dans l’armée et dans la marine. Aucun des groupes participant à la prise de décision et à l’exercice du pouvoir ne dispose plus du réseau et des moyens de négociation qui naguère permettaient à ces groupes d’harmoniser leurs positions. Les Anciens ne sont plus là pour assurer la cohésion de cet ensemble et imposer une vision de l’intérêt national26.

16Le système tout entier souffre d’émiettement. L’empereur n’est donc pas un personnage puissant. Il est une icône, utilisée pour asservir les consciences et mettre en œuvre une guerre totale. Dès lors que la théorie de Minobe Tatsukichi sur l’empereur comme organe de l’État est rejetée, en février 1935, l’empereur sort du système institutionnel pour être placé au-dessus. Les détracteurs de Minobe (le baron Kikuchi Takeo, au premier chef) entendent préserver la souveraineté impériale en la plaçant hors de l’arène politique. Ils l’affaiblissent en réalité face aux armées, dont l’empereur est le seul garde-fou institutionnel. Laisser l’empereur se mêler au jeu politique eût achevé la restauration impériale ; le choix contraire, fait au milieu des années 1930, le confine au rôle d’empereur retiré, le cantonne dans une légitimité traditionnelle27. Encore eût-il fallu qu’il eût l’ambition d’un chef, une vision juste de l’intérêt national, et peut-être en manquait-il. Peut-être se souciait-il essentiellement de préserver les prérogatives de la Maison impériale ou sa sécurité28. Peut-être tout cela à la fois29.

17La capacité du gouvernement à arbitrer et à imposer ses choix diminue au fil du temps à mesure que l’influence de chacun de ces groupes grandit. Pour leur part, les ministères civils sont en concurrence pour les budgets et l’allocation des matières premières durant toute la guerre. Les hauts fonctionnaires, dont l’expertise est appréciée, développent une autonomie trop importante.

18Les militaires, quant à eux, sont membres de multiples associations, prônent des stratégies diverses (l’attaque au nord, pour éliminer l’URSS, ou au sud, pour sécuriser les approvisionnements en matières premières, ou enfin une guerre sur deux fronts), mais deux clans s’y dégagent surtout : les partisans de la « voie impériale » (kôdôha) suivent le général Araki Sadao, galvanisés par l’invocation du trône, et veulent prendre le pouvoir ; ceux de la faction du contrôle (tôseiha), autour du colonel Nagata Tetsuzan, et du commandant Tôjô Hideki, veulent expurger l’armée de ses cliques et nationaliser l’économie en vue d’une mobilisation générale30.

19Ces acteurs divisés ne parviennent pas à s’entendre sur une stratégie nationale. Rien ne relie les doctrines, les stratégies, les équipements, les ennemis potentiels ou les conceptions de la guerre en préparation31. Le Grand Quartier général impérial, créé en novembre 1937, n’est pas un État-Major général des armées : l’armée redoutait qu’un état-major intégré ne donnât aux civils les moyens de s’immiscer dans le commandement ; la marine pressentait que l’armée pourrait s’en servir contre le gouvernement. Elle consentit pour cette raison à un État-Major général qui coordonnerait les opérations conjointes, mais ne pourrait les planifier. Cet État-Major ne permet en rien d’unifier les stratégies et laisse le contrôle des opérations à l’armée et à la marine. Il est divisé en deux sections, armée et marine, dirigées par chaque chef d’état-major, qui sont les plus hauts conseillers de l’empereur sur les questions opérationnelles. Le pouvoir civil n’y est pas représenté. À aucun moment, armée et marine ne sont d’accord sur les priorités et objectifs. Pour l’armée, l’ennemi premier est l’Union soviétique ; pour la marine, les États-Unis. La marine estime que le Japon ne devrait affronter qu’un seul adversaire, tandis que l’armée prévoit de se battre contre une coalition d’ennemis. Pour la marine, le Japon a les moyens de mener une guerre courte (une attaque-surprise doit maximiser les chances du Japon face aux États-Unis). L’armée, elle, se prépare à une guerre d’attrition32.

20À partir d’août 1935, la politique de défense (élaborée par le colonel Ishiwara Kanji et par le commandant Fukudome Shigeru, chefs des opérations dans leurs états-majors respectifs) projette la prise de contrôle du continent asiatique et du Pacifique occidental (Ishiwara renonçait à l’élimination de la menace soviétique, face à laquelle la marine préférait adopter une posture défensive, pour conquérir les terres et mers méridionales). Mais au-delà des premières batailles, nulle stratégie de poursuite, de fin ou de sortie de guerre ; nulle disposition pour se prémunir d’une possible guerre d’usure. Pire, armée et marine mesurent leurs besoins en fonction d’ennemis potentiels différents et conservent leurs stratégies respectives33.

21La politique étrangère conçue conjointement par le ministère des Affaires étrangères vise le développement de la Mandchourie, la création de zones tampons en Chine pour se prémunir de la menace communiste soviétique, la signature d’un pacte de non-agression avec l’URSS et une expansion pacifique vers le sud. Ses positions sont proches de celles de l’armée, tandis que le Premier ministre, comme la marine, veut privilégier l’expansion vers le sud sur l’ancrage au nord.

22Les objectifs militaires, étroits et de court terme, s’opposent à un dessein national plus vaste. Dès lors que la marine a admis que le Japon pouvait gagner (le projet d’attaque de Pearl Harbor est exposé à l’empereur le 3 novembre 1941), le Conseil privé, la Diète et la cour n’ont plus lieu de s’opposer à une guerre, et ne le peuvent plus, s’ils l’avaient voulu. En août 1945, les élites, au sein de l’État-Major et du Cabinet, seront divisées sur la reddition : le système de Meiji, qui avait isolé l’empereur de la conduite de la politique, s’effondre quand il proclame la capitulation.

23Dans cette confusion institutionnelle, un pluralisme subsiste, et avec lui, quelque chose de l’État de droit. La Constitution n’est pas remise en cause ; au contraire, son strict respect est invoqué par les partisans de l’empereur, en 1930 comme en 194034. Si Tôjô cumule les portefeuilles, c’est dans le vain espoir de faire taire les dissensions, mais ses pratiques sont dénoncées comme inconstitutionnelles. Les partis s’auto-dissolvent certes en 1940, mais d’âpres joutes physiques (attentats du 26 février 1936) ou verbales (en 1937, en particulier) ont eu lieu avec les militaires à la Diète35. La Chambre fait, il est vrai, figure de chambre d’enregistrement des projets gouvernementaux, mais des négociations ont lieu en amont. Pendant la guerre (avril 1937, avril 1942), des élections sont toujours organisées : en 1942, Tôjô espère grossir les rangs de ses partisans. Le taux de participation est certes supérieur à 83 % cette année-là (10 points de plus qu’en 1937), mais 85 indépendants, sur une Chambre de 466 représentants, sont élus et le nombre de « réformistes » (qui l’appuient) ne croît pas : les gouvernants issus des clans Chôshû et Satsuma ont rejeté la démocratie, mais dans les élites comme dans le peuple, ses premières graines ont germé.

*

24Le parcours du Japon de la fin du xixe siècle correspond au deuxième des parcours proposés par Robert Dahl : le régime s’ouvre et se libéralise36. Les circonstances historiques, économiques, le niveau de développement, celui des inégalités se prêtent à l’apparition de la démocratie. Les critères de la démocratie ne sont jamais satisfaits : le contrôle du pouvoir exécutif n’appartient pas à des représentants du peuple désignés lors d’élections régulières au suffrage universel. Cependant, les droits jouissent d’une garantie constitutionnelle pour la première fois. Le pluralisme social, économique et politique, dont Ernest Gellner souligne le rôle clé dans l’avènement de la démocratie, est présent. Les organisations sociales et politiques existent et revendiquent, avant de se taire en 1940 : les partis deviennent des acteurs essentiels du régime, qui devient plus représentatif entre 1898 et 1932. Une aspiration et une évolution démocratiques sont bien présentes. Si les élites non élues demeurent réservées, c’est qu’elles doutent de la capacité des partis à défendre l’intérêt général.

25La « dilution des pouvoirs », la faiblesse du Premier ministre, l’absence de solidarité gouvernementale, l’allégeance directe des ministres et des armées à l’empereur en font un régime faible et fragile. À peine esquissée, la démocratie est suspendue : ce régime « hybride », semi-démocratique, s’effondre entre 1929 et 193237. Même alors subsiste pourtant quelque chose de l’idée de représentation et d’équilibre des pouvoirs. En effet, ce sont les partis qui, de leur propre chef (leur marge d’action est, il est vrai, limitée), se sabordent en 1940 ; Tôjô, en pleine guerre, convoque des élections pour renforcer sa légitimité et n’obtient pas les scores qu’il espère. Il subit la critique quand il cumule les portefeuilles. Tout au long de la guerre, la Diète impériale continuera de siéger et l’empereur de faire contresigner ses décrets. Les agences et ministères, le gouvernement et la Chambre s’opposeront encore dans la répartition du budget et les orientations stratégiques de la nation…

26La démocratisation est mise en échec, mais cette phase de l’histoire constitutionnelle japonaise laisse un héritage : celui de l’idée démocratique. En 1945, les Japonais ne découvrent pas la démocratie : ils la reconnaissent. Les élites peuvent admettre la séparation des pouvoirs (kenryoku bunritsu sei) et la fin de la monarchie de droit divin, des règles qui clarifient leurs responsabilités respectives et la prise en compte de la volonté des citoyens dans la définition des politiques nationales.

27Qu’a cette première expérience démocratique de commun avec celle d’autres pays ? Dans ses imperfections mêmes, cette proto-démocratie rappelle l’expérience des « démocraties fondatrices » qui, en vérité, ne sont pas tellement plus démocratiques à l’aune de nos critères. Ainsi, en Grande-Bretagne, le parti whig (libéral) représentant la classe émergente marchande et financière, qui avait présidé à la naissance en 1714 du premier régime parlementaire, a ensuite restreint le scrutin de concert avec les tories (conservateurs) durant un siècle, avant l’extension de l’électorat en 1832, 1867 et 188438. Cette fin de xixe siècle est « une période de fraude électorale, d’intimidation des candidats, de détournement des deniers publics, de refoulement des masses populaires, et la justice terrorise les petites gens. Les revendications des travailleurs ont été endiguées par les progrès de la législation syndicale »39.

28La nature des nouvelles élites est singulière – avec ce personnage du samouraï-fonctionnaire reprenant les armes, pour les abandonner ensuite. Néanmoins, l’expérience démocratique du Japon débute en grande partie comme celles de la Grande-Bretagne ou de la France, comme une entreprise de construction nationale et dans une guerre civile.

29La période autoritaire du Japon, durant la guerre, comporte elle aussi des éléments propres au Japon : le pluralisme qui subsiste au sommet de l’État malgré la disparition des libertés, et qui, en définitive, est fatal au régime dans la conduite de la guerre, ne se retrouve pas dans les autres dictatures (Allemagne nazie, Italie fasciste, Espagne franquiste, URSS soviétique). Mais l’expérience japonaise se rapproche également des autres expériences autoritaires de l’époque par certains aspects : la place de l’« État français » sur l’échelle autoritarisme-démocratie, dans les années 1940-1945, se pose pareillement ; le Japon est victime de la vague liberticide qui frappe alors presque tous les pays occidentaux. Dans la mise en place d’un nouveau régime à partir de 1945, et dans le fonctionnement de ce dernier, aspects singuliers et similitudes avec d’autres coexisteront pareillement, dans un contexte cette fois pleinement démocratique.

Notes de bas de page

1 Le Minseitô, plus à gauche, renonce toutefois à son programme social pour les ouvriers et métayers sous la pression des cercles financiers en 1929-1931, quand il accède au pouvoir. La Seiyûkai, au pouvoir en 1927-1929 et en 1931-1932, insiste pour sa part sur le caractère central de la Maison impériale (kôshitsu chûshinshugi par opposition au gikai chûshinshugi ou caractère central de l’assemblée) et se rapproche des « réformistes » de l’armée (kôdôha, faction de la voie impériale, plus extrême que la faction du contrôle, Tôseiha) après l’« incident de Mandchourie ». Banno Junji, Democracy in Pre-War Japan. Concepts of Government, 1871-1937. Collected Essays, Andrew Fraser trad., Londres, Routledge, 2001, p. 108.

2 Gordon Berger, « Politics and mobilization, 1931-1945 », The Cambridge History of Japan, vol. 6 : The Twentieth Century, Peter Duus dir., Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 97-153, p. 99 et suiv.

3 Pour la première fois, en septembre 1918, le chef du parti majoritaire à la Chambre des représentants (Hara Takashi) est nommé Premier ministre.

4 Gordon Berger, « Politics and mobilization, 1931-1945 », chap. cité, p. 102.

5 Banno Junji, Democracy in Pre-War Japan, ouvr. cité, p. 145.

6 En effet, la Chine et la Russie sont signataires de la charte de la Société des Nations, mais depuis la mort de Song Jiaoren, en 1913, le gouvernement central chinois est contrôlé par des militaires dont le pouvoir est contesté et qui ne seraient sans doute pas en mesure de faire respecter les engagements internationaux de leur pays. L’URSS, quant à elle, fait peu de cas des principes posés par la charte : elle sera expulsée de la SDN en décembre 1939 après son agression de la Finlande.

7 Edward Drea, Japan’s Imperial Army. Its Rise and Fall, 1853-1945, Lawrence, University Press of Kansas, 2009, p. 171.

8 L’ancien ministre des Finances, Inoue Jun.nosuke, qui critique les actions de l’armée en Chine, et le Premier ministre Inukai Tsuyoshi, président de la Seiyûkai, sont assassinés. Le constitutionnaliste libéral Minobe Tatsukichi et le prince Saionji Kinmochi font également l’objet de tentatives d’assassinat.

9 Ainsi, le principal instigateur du coup d’État raté d’octobre 1931 (« incident d’octobre 1931 »), le lieutenant-colonel Hashimoto Kingorô, est-il puni de 20 jours d’isolement.

10 Une guerre causée par la rivalité russo-japonaise sur la Corée. Vladivostok, toute proche de la frontière chinoise et coréenne, est reliée à Moscou – via la Mandchourie – par le Transsibérien en 1891. C’est cette section du Transsibérien que l’armée du Kwantung « protège ».

11 Ainsi, l’attentat contre le seigneur mandchou Zhang Zuolin, en 1928, fait l’objet de sanctions disciplinaires légères pour préserver l’image de l’armée, conformément à la volonté du ministre de la Guerre (le lieutenant général Shirakawa Yoshinori), contre la volonté du Premier ministre (Tanaka Giichi). Alors même que le journal Asahi dénonce un « complot », l’armée n’est pas mise en cause officiellement. Constatant une divergence entre ses deux ministres, l’empereur invite le premier d’entre eux à démissionner. Edward Drea, Japan’s Imperial Army, ouvr. cité, p. 165.

12 John Dower indique néanmoins : « Au commandement général, l’orientation la plus agressive a été avalisée par de soi-disant civils modérés quand des chefs militaires, conscients de leurs responsabilités, y faisaient obstacle. Au moment de l’Incident de Chine (1937), les généraux Tada Shun et Ishiwara Kanji ont appelé à la modération et à la conciliation avec la Chine en se fondant sur l’argument pragmatique selon lequel les priorités militaires exigeaient une préparation contre une possible guerre contre l’URSS. » John Dower, Empire and Aftermath. Yoshida Shigeru and the Japanese Experience, 1878-1954, Cambridge, Harvard University Press, 1988, p. 207. Nous traduisons.

13 Edwin Reischauer et Albert Craig, Japan. Tradition and Transformation [1973], Sydney, Allen and Unwin, 1979, p. 172. En décembre 1878, Yamagata a adopté le modèle d’état-major allemand : le chef d’état-major est indépendant du ministre de l’Armée et relève directement de l’empereur en matière d’opérations militaires (par opposition aux questions financières ou administratives).

14 Edwin Hoyt, Warlord Tôjô against the World, Lanham, Scarborough House, 1993, p. 49. Peter Wetzler, Hirohito and War. Imperial Tradition and Military Decision Making in Prewar Japan, Honolulu, University of Hawaii Press, 1998, p. 169-172.

15 Edward Drea, Japan’s Imperial Army, ouvr. cité, p. 182.

16 Rikki Kersten, Democracy in Postwar Japan. Maruyama Masao and the Search for Autonomy, Londres, Routledge, 1996, p. 139.

17 Karl Deutsch, Politics and Government. How People Decide their Fate [1974], Boston, Houghton Mifflin, 1980, p. 104. Nous traduisons.

18 Éric Seizelet parle de « monarchie totalitaire » (Monarchie et démocratie dans le Japon d’après-guerre, Paris, Maisonneuve et Larose, 1990, p. 50) ; Banno Junji emploie le terme de « dictature militaire » (Nihon kindai seijishi [Histoire politique du Japon moderne], Tôkyô, Iwanami shoten, 2006, p. 166).

19 Philippe Lauvaux, Les grandes démocraties contemporaines, Paris, PUF, 2004, p. 626.

20 Machidori Satoshi, Daigiseiminshushugi. Min.i to seijika wo toinaosu [La démocratie parlementaire. Un réexamen de la relation entre la volonté du peuple et les hommes politiques], Tôkyô, Chûôkôron shinsha, 2015, p. 45.

21 Maruyama Masao, « The ideology and dynamics of Japanese facsim », Thought and Behaviour in Modern Japanese Politics, Ivan Morris éd., Oxford, Oxford University Press, 1963, p. 25-83.

22 Nakamura Kikuo, « Tennôsei fashizumu wa atta ka » [Le système impérial a-t-il été fasciste ?], Shisô no kagaku, août 1969, p. 69-75, cité par Rikki Kersten, Democracy in Postwar Japan, ouvr. cité, p. 143.

23 Kita Ikki, Nakano Seigô, Nagata Tetsuzan et Araki Sadao ont été présentés comme des fascistes. Peter Duus et Daniel Okimoto attirent l’attention sur leur sort funeste (« Fascism and the history of pre-war Japan: The failure of a concept », The Journal of Asian Studies, vol. 39, no 1, novembre 1979, p. 65-76, p. 67 et 72).

24 Voir l’allocution de Hamada Kunimatsu, élu Seiyûkai, à la Diète après la tentative de coup d’État du 26 février 1936. Banno Junji, Japan’s Modern History, 1857-1937. A New Political Narrative, Arthur Stockwin trad., Londres, Routledge, 2014, p. 219-221.

25 Kawato Sadafumi et Kawato Sadafumi, Giin naikakusei [Le régime parlementaire], Tôkyô, Tôkyô daigaku shuppansha, 2015, p. 37. Une analyse également retenue par Gordon Berger, « Politics and mobilization, 1931-1945 », chap. cité, p. 97-153, p. 148, et Edward Drea, Japan’s Imperial Army, ouvr. cité, p. 184-185.

26 Mitani Taichirô, « The establishment of party cabinets, 1898-1932 », The Cambridge History of Japan, vol. 6 : The Twentieth Century, P. Duus dir., ouvr. cité, p. 55-86, p. 66.

27 Max Weber distingue en effet « trois raisons internes qui justifient la domination et par conséquent […] trois fondements de la légitimité » : charismatique, traditionnelle ou légale (Max Weber, Le savant et le politique [1919], Julien Freund trad., Paris, Plon, 1959, p. 99-185, p. 102).

28 La préface d’Ian Mutsu (« Tôjô: How he was ») au livre d’Edwin Hoyt, Warlord Tôjô against the World, ouvr. cité, donne à le penser (p. xii).

29 Peter Wetzler, Hirohito and War, ouvr. cité, p. 172. En septembre 2014, la Maison impériale a publié les Annales du règne de l’empereur Shôwa (Shôwa tennô jitsuroku), 12 000 pages comportant des extraits du journal de l’empereur : peut-être apporteront-elles des éléments de réponse ?

30 Edwin Hoyt, Warlord Tôjô against the World, ouvr. cité, p. 10-11, p. 22.

31 Edward Drea, Japan’s Imperial Army, ouvr. cité, p. 189.

32 Hara Shirô, Taisenryaku naki kaisen [Une guerre lancée sans stratégie], Tôkyô, Hara Shobô, 1987, p. 34.

33 Edward Drea, Japan’s Imperial Army, ouvr. cité, p. 182.

34 Le strict respect de la Constitution avait été invoqué à l’encontre du Premier ministre Hamaguchi Osachi (Minseitô) en 1930 : quand il signe le traité naval de Londres (1930), pourtant plus favorable au Japon que le traité de Washington (1922), la Seiyûkai et le Conseil privé s’élèvent contre une usurpation de la prérogative impériale de commandement suprême des armées (tôsuiken) : il appartenait au ministre de la Marine de signer le traité. Une ordonnance militaire de l’empereur (gunrei) de 1914 sur l’état-major de la marine appuyait cette lecture du texte constitutionnel. Minobe, le constitutionnaliste, tente alors de faire accepter une distinction entre l’article 11 (droit de commandement) et l’article 12 (sur l’organisation des armées, relevant du Cabinet), et entre gunrei (ordonnances militaires de l’empereur) et chokurei (ordonnances impériales exigeant une contre-signature ministérielle), pour subordonner le pouvoir de l’empereur chef militaire à celui de l’empereur chef politique… En vain. (Banno Junji, Japan’s Modern History, 1857-1937, ouvr. cité, p. 184). La Constitution est de nouveau invoquée contre Tôjô Hideki. Ministre de l’Armée depuis juillet 1940, il remplace Konoe comme Premier ministre (octobre 1941) et cumule ensuite ces deux fonctions (jusqu’en juillet 1944). Il occupe en outre celles de chef d’état-major de l’armée (en 1944) et d’autres portefeuilles durant les années 1941 à 1943 (Intérieur, Affaires étrangères, Éducation, Commerce et Industrie, très brièvement, et celui de ministre des Munitions, plus longuement [novembre 1943 – juillet 1944]). Il est critiqué pour ces cumuls qui rappellent le spectre du shôgun, redouté des fondateurs du régime (mais Saionji Kinmochi est décédé en novembre 1940), et fera l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat.

35 Avec le Premier ministre Hirota Kôki : Edwin Hoyt, Warlord Tôjô against the World, ouvr. cité, p. 24.

36 Voir Robert Dahl, Polyarchy. Participation and Opposition, New Haven, Yale University Press, 1971, p. 34.

37 Takenaka Harukata, Failed Democratization in Prewar Japan. Breakdown of a Hybrid Regime, Stanford, Stanford University Press, 2014, p. 125-157.

38 Kathryn Rix, « La professionnalisation d’un rôle politique : les agents de circonscription en Grande-Bretagne (1880-1914) », Politix, no 81, 2008, p. 41-60, p. 42.

39 Guy Hermet, Exporter la démocratie ? [1996], Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 29 et suiv.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.