Version classiqueVersion mobile

La démocratie au Japon, singulière et universelle

 | 
Guibourg Delamotte

Partie I. L’aperçu démocratique de 1889 à 1932

Introduction à la première partie

Texte intégral

  • 1 Dankwart Rustow, « Transitions to democracy. Towards a dynamic model », Comparative Politics, vol. (...)
  • 2 Ibid., p. 344 et 348.

1Pour Dankwart Rustow, l’unité nationale est la seule condition préalable à la naissance de la démocratie : les citoyens ne doivent nourrir aucun doute quant à la communauté politique à laquelle ils appartiennent1. Les facteurs internes et externes se mêlent : conditions politiques et socio-économiques sont en interaction dans un processus qui subit presque toujours des influences extérieures2.

2De fait, à la fin du xixe siècle se produit au Japon un mouvement de construction nationale similaire aux mouvements occidentaux, dans un contexte qui correspond à celui que décrit Dankwart Rustow. Le régime shogunal est abandonné et les institutions sont modernisées. Le régime mis en place en 1889 est hybride ou « semi-démocratique », au sens donné par Takenaka Harukata à ce terme : le contrôle du pouvoir exécutif n’est pas entre les mains de représentants du peuple et le suffrage est censitaire.

  • 3 Thomas Marshall distingue la citoyenneté civile (l’affirmation des droits de l’homme par les révol (...)
  • 4 Takenaka Harukata, Failed Democratization in Prewar Japan, Stanford, Stanford University Press, 20 (...)

3Cette phase est pourtant essentielle. Si le Japon a pu se démocratiser en 1945, c’est qu’un travail préalable avait été accompli. L’existence d’un courant libéral chez les publicistes (spécialistes du droit public) japonais, une première expérience du constitutionnalisme, l’avènement de citoyens3 et des premiers partis, l’évolution libérale du régime jusqu’en 19294, sa représentativité croissante jusqu’au début des années 1930 ont fait qu’une fraction des élites et du peuple avait une idée de ce que pouvait être la démocratie et en avait eu un avant-goût. La greffe de 1945 ne prend que grâce aux jalons posés durant cette période antérieure. Cette partie introductive, qui en aucun cas ne saurait tenir lieu d’histoire de la démocratie, puise sa justification dans la nécessité de faire apparaître cette continuité que ni la guerre, ni l’occupation et le changement de régime n’ont brisée.

  • 5 Banno Junji, Democracy in Pre-War Japan. Concepts of Government, 1871-1937. Collected Essays, Andr (...)
  • 6 Yves Mény dir., Les politiques du mimétisme institutionnel. La greffe et le rejet, Paris, L’Harmat (...)

4Comme en Angleterre ou en France (où la transition démocratique s’étend entre 1215 et 1918 pour l’Angleterre, entre 1789 et 1945 pour la France), les frondeurs japonais des années 1860 attendent de la remise en cause du pouvoir traditionnel (celui du shôgun) et des bouleversements institutionnels et sociaux qui vont l’accompagner une meilleure représentation et un poids politique accru. Comme Bismarck unifiant l’empire allemand autour de la Prusse, ils sont par ailleurs animés d’une volonté de constituer une nation moderne autour d’un empereur. Comme le souligne Banno Junji, il s’agit d’un processus non linéaire, désordonné : les nouvelles élites progressent au gré de tâtonnements, dans la confrontation de leurs idéaux, selon les rapprochements auxquels invitent les circonstances5. Du « métissage institutionnel »6 auquel elles procèdent naît un régime qui n’est pas démocratique : le pouvoir exécutif appartient à l’empereur et à ses ministres, le pouvoir législatif à l’empereur et à la Diète, et les détenteurs du pouvoir ne sont pas, en droit, assurés d’être l’émanation du peuple par la voie d’élections au suffrage universel. Il n’est pas autoritaire pour autant : aucun pouvoir, pas même l’empereur, ne peut tout ; l’empereur lui-même ne peut pas grand-chose seul.

  • 7 Brian Woodall, Growing Democracy in Japan. The Parliamentary Cabinet System since 1868, Lexington, (...)

5La demande de démocratisation proprement dite survient entre la deuxième moitié des années 1870 et 1925. Les autorités qui émergent de la guerre civile et de la restauration impériale sont d’anciens samuraïs des clans Satsuma et Chôshû (au sud du Japon) devenus fonctionnaires à la faveur deux siècles de paix7, parmi lesquels émerge Itô Hirobumi qui saisit l’intérêt de faire rédiger une constitution. Le régime approche de la démocratie jusqu’en 1932 pour s’en écarter ensuite. Même alors, dans l’anéantissement de l’État de droit, un pluralisme politique subsiste. De la sorte, quand en 1945 le Japon est véritablement démocratisé, il n’est pas pour autant sans passé et sans aspiration démocratiques.

6Outre les exigences institutionnelles posées notamment par Takenaka Harukata, la démocratie suppose l’existence d’une nation, une mobilisation d’une fraction puis de l’ensemble des élites, une adhésion et un élan populaire qui atteste la naissance de citoyens, des organisations sociales et politiques, tout particulièrement des partis politiques – l’existence des « pierres de touche de la démocratie » de Christophe Jaffrelot.

7Cette partie expose le projet des auteurs de la restauration qui entreprennent la construction de la nation japonaise et constituent les élites du régime de 1889 (chapitre 1). Le régime connaît dans un premier temps une évolution libérale : la monarchie constitutionnelle de 1889 n’est pas absolutiste, la représentativité du régime croît et le droit de vote est étendu (chapitre 2). Pourtant, la consolidation démocratique ne s’accomplit pas (chapitre 3) et l’évolution libérale est inversée à partir de 1932 (chapitre 4). La première étape de l’histoire institutionnelle japonaise n’en sera pas moins le socle de la démocratisation d’après-guerre.

Notes

1 Dankwart Rustow, « Transitions to democracy. Towards a dynamic model », Comparative Politics, vol. 2, no 3, avril 1970, p. 337-363, p. 350.

2 Ibid., p. 344 et 348.

3 Thomas Marshall distingue la citoyenneté civile (l’affirmation des droits de l’homme par les révolutions américaine et française), politique (au xixe siècle, avec l’expansion du droit de vote et la démocratisation de la participation et de la représentation politiques), sociale (au xxe siècle, avec les progrès de l’éducation, de la santé, et l’apparition d’un État-providence). Thomas Marshall, Class, Citizenship and Social Development, Doubleday, Garden City, 1964.

4 Takenaka Harukata, Failed Democratization in Prewar Japan, Stanford, Stanford University Press, 2014, p. 125.

5 Banno Junji, Democracy in Pre-War Japan. Concepts of Government, 1871-1937. Collected Essays, Andrew Fraser trad., Londres, Routledge, 2001, p. 5.

6 Yves Mény dir., Les politiques du mimétisme institutionnel. La greffe et le rejet, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 18.

7 Brian Woodall, Growing Democracy in Japan. The Parliamentary Cabinet System since 1868, Lexington, University Press of Kentucky, 2014, p. 53.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search