Version classiqueVersion mobile

La démocratie au Japon, singulière et universelle

 | 
Guibourg Delamotte

Remerciements

Texte intégral

1Je remercie Philippe Braud, Emmanuel Lozerand, David Siritzky et Anita Tiraspolsky, dont l’implication a été essentielle dans la formulation de ce travail ; Yves Déloye, Christophe Jaffrelot, Arthur Stockwin et Bernard Thomann, Robert Dujarric et le colonel Loïc Frouart, dont les observations ont guidé la présente publication. Je remercie de leur soutien Yveline Lecler et Éric Seizelet. Je remercie mes étudiants, dont la curiosité et la vivacité poussent mes réflexions toujours plus avant, et mes généreux amis de leur relecture attentive. Enfin, je remercie l’équipe d’ENS Éditions, en particulier Aurélie Blanc, de sa vigilance sans faille.

2Ce travail doit aussi beaucoup à la confiance et à la patience d’Aritoshi Kôichirô, Hosoya Yûichi, Inoue Takeshi, Kamiya Matake, Kanehara Nobukatsu, Kubo Fumiaki, Nagashima Akiyama, Nonaka Naoto, Tsuruoka Michito et de mes nombreux interlocuteurs dans l’administration japonaise, en particulier aux ministères des Affaires étrangères et de la Défense. Je remercie les quelque cent cinquante personnes que j’ai rencontrées et interrogées depuis que je me suis lancée dans ce travail en 2008. Je remercie enfin mes parents de l’élan qu’ils m’ont donné, mes relatives et amis australiens et japonais de leur affection, et Éva de ses mondes enchantés.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search