Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire-écrire

 | 
Arnaud Bernadet
, 
Philippe Payen de la Garanderie

La force de l'étranger

Pour ou contre la traduction : L’Homme invisible / The Invisible Man de Patrice Desbiens1

Catherine Leclerc et Nicole Nolette

Texte intégral

La (non-)réception du bilinguisme

  • 1 À la demande des deux contributrices de l’article, par souci philologique et conformément à la poét (...)
  • 2 Pour l’édition originale, voir Patrice Desbiens, L’Homme invisible / The Invisible Man, Sudbury et (...)
  • 3 Ici, Québec, Éditions à mitaine, 1974 ; Les conséquences de la vie, Sudbury, Éditions Prise de paro (...)
  • 4 Elizabeth Lasserre, « Un poète au seuil de l’écriture : l’exiguïté selon Patrice Desbiens », La lit (...)
  • 5 Sur la notion de pacte de traduction, voir Sherry Simon, Le trafic des langues. Traduction et cultu (...)
  • 6 Gaston Tremblay, Prendre la parole : le journal de bord du Grand CANO, Ottawa, Éditions Le Nordir, (...)

1En 1981 paraissait en Ontario, au Canada, L’Homme invisible / The Invisible Man, récit en prose du poète franco-ontarien Patrice Desbiens2. Desbiens n’en était pas à ses premières armes : il avait déjà fait paraître plusieurs recueils de poésie dans les années soixante-dix3 et sa réputation commençait à déborder les frontières de l’Ontario pour atteindre le Québec. Il ne mêlait pas non plus le français et l’anglais pour la première fois : l’usage d’un français local « prolétarisé et oralisé »4, qui fait large place à l’anglais, de même que la thématisation d’un environnement où l’anglais sert à la fois de langue véhiculaire et de référence culturelle incontournable se sont imposés dans l’œuvre de Desbiens dès les premiers recueils. La facture de L’Homme invisible / The Invisible Man était pourtant nouvelle. Visuellement, le texte se présentait comme une édition bilingue, où l’auteur aurait traduit en anglais sur la page de droite un récit se déroulant en français sur la page de gauche. Outre Prise de parole (l’éditeur qui avait fait paraître les deux recueils précédents du poète), Penumbra Press, un autre éditeur ontarien (anglophone cette fois) s’était associé au projet. Ces deux éditeurs avaient en commun d’être sis au nord de l’Ontario (Prise de parole à Sudbury et Penumbra Press près de 500 kilomètres plus au nord, à Moonbeam), dans la région dont Desbiens est originaire et où se situe une partie de l’action de L’Homme invisible / The Invisible Man. Si besoin était, la coédition confirmait l’impression qu’on avait affaire à un même texte donné deux fois – d’abord en français, langue de départ, puis en traduction anglaise. Cette impression s’appuyant sur une pratique établie et dont les codes sont aisément reconnaissables était toutefois erronée. À la lecture, le texte laissait voir un pacte de traduction5 plus inhabituel, puisqu’il combinait ses pages françaises et anglaises en un même objet littéraire, auquel les deux versions étaient nécessaires et où il arrivait que la direction de la traduction soit renversée. L’Homme invisible / The Invisible Man n’était pas, après tout, l’édition bilingue dont il empruntait pourtant à la fois la forme et les modalités éditoriales. À la « grande surprise » des éditeurs eux-mêmes – Gaston Tremblay chez Prise de parole et John Flood chez Penumbra Press, lesquels s’étaient attendus au moment d’élaborer leur projet commun à recevoir « deux textes qui évolu[er]aient sur des lignes parallèles » –, Desbiens leur avait plutôt remis « un seul texte qui se divisait en deux branches décrivant une ellipse avant de s’unir à la fin »6.

  • 7 Johanne Melançon, dans sa préface à la réédition de 2008, cite maints critiques qui abondent en ce (...)
  • 8 Louis Bélanger, « Patrice Desbiens : au cœur des fictions sociales » offre un bon résumé de la réce (...)
  • 9 Notre choix de distinguer ici la littérature québécoise des autres littératures franco-canadiennes (...)
  • 10 Rosemary Aubert, « New Stars in the Galaxy of Canadian Poetry », Quill & Quire, avril 1982, p. 30.
  • 11 Gaston Tremblay nous a confirmé personnellement que cette réédition n’était pas un dossier priorita (...)

2De ce malentendu et de sa dissipation, la réception de L’Homme invisible / The Invisible Man en français et en anglais allait conserver des traces qui s’avéreraient révélatrices de tensions déjà présentes et thématisées dans le texte. Du côté français, ce texte allait asseoir la renommée de Desbiens à la fois comme poète individuel et comme figure de proue de la littérature franco-ontarienne, dont il est devenu l’œuvre sans doute la plus connue et la plus emblématique7. Il allait confirmer l’existence de cette jeune littérature et définir ses enjeux, surtout identitaires. En fait, ce récit et son auteur allaient devenir les symboles de la condition de l’ensemble de la communauté franco-ontarienne8. Réédité par Prise de parole en 1997 puis en 2008, le texte reste d’actualité aujourd’hui. Il est régulièrement commenté par la critique universitaire québécoise et franco-canadienne9. En 2010, il était sélectionné pour un prestigieux concours littéraire sur Radio-Canada, le radiodiffuseur public national. Il a en outre été porté à la scène à plusieurs occasions, aussi récemment qu’en 2012. Du côté anglais, par contre, il est passé complètement inaperçu. Une recension parue en 1982 dans Quill & Quire, magazine canadien spécialisé dans ce type de compte rendu, le mentionne parmi une douzaine de recueils produits par des poètes « à découvrir »10. Desbiens y est considéré favorablement, mais comme un débutant. Les quelques lignes consacrées à son texte présentent celui-ci comme un projet expérimental rassemblant deux récits séparés et non traduits. L’auteur de la recension, Rosemary Aubert, n’y commente que le texte anglais – soit faute d’avoir pu lire le versant français du récit, soit parce qu’elle présume que ses lecteurs ne le pourront pas. On ne s’étonne pas, dans ces circonstances, que Penumbra Press n’ait pas jugé bon de s’associer aux rééditions de L’Homme invisible / The Invisible Man11. Désormais sans éditeur canadien-anglais (et la plupart des copies de la première édition ayant de toute façon été vendues à un lectorat francophone), le texte de Desbiens allait voir sa réception en langue anglaise s’arrêter à cette brève introduction.

  • 12 C’est la position de François Paré, qui décrit le français du texte comme un « surplus linguistique (...)
  • 13 « Ceux qui ressentent un pincement de cœur à la chanson de [Gilles] Vigneault sur la Louisiane auro (...)
  • 14 Les définitions du concept de diglossie sont nombreuses et ne couvrent pas toutes le même type de s (...)
  • 15 Rainier Grutman, « La textualisation de la diglossie dans les littératures francophones », dans Jea (...)
  • 16 John Gumperz, Discourse Strategies, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 66.
  • 17 Rainier Grutman, « La textualisation de la diglossie dans les littératures francophones », art. cit (...)
  • 18 Sur ce genre de perversion, voir Sherry Simon, Translating Montreal : Episodes in the Life of a Div (...)

3Classique en français, œuvre obscure en anglais, L’Homme invisible / The Invisible Man n’a donc nulle part au Canada été reçu comme l’édition bilingue à laquelle il empruntait ses codes. En français, le bilinguisme du texte a été lu comme un tout et perçu comme une marque identitaire, dont on pouvait ou bien célébrer la ténacité (vu la précarité du milieu culturel d’où elle émergeait12) ou bien condamner la déchéance, la menace d’assimilation dont elle était porteuse13. Dans les deux cas, ce bilinguisme était ramené à son contexte diglossique14. De ce point de vue, et contrairement à ce qui se produit habituellement dans les éditions bilingues, il relevait d’une dynamique intracommunautaire – franco-canadienne (et québécoise), voire strictement franco-ontarienne. Pour le formuler dans les termes de Rainier Grutman, « un changement de langue n’entraîne pas toujours et partout un changement de culture »15. En fait, on pourrait même avancer qu’il n’y a dans L’Homme invisible / The Invisible Man qu’une seule langue du texte, puisque le bilinguisme – tout en étant le résultat du contact inégal entre deux groupes – y tient lieu de ce que le sociolinguiste John Gumperz qualifie de « we-code »16. Pour la plupart des lecteurs anglophones, le texte n’était donc accessible que partiellement, du fait de « l’absence de redondance sémantique » entre ses portions anglaise et française17. Sans être totale, cette absence était suffisante pour que la fonction utilitaire de la traduction y soit pervertie18.

  • 19 François Paré, Théories de la fragilité, Ottawa, Le Nordir (Essai), 1994, p. 44.
  • 20 Selon Rainier Grutman, c’est généralement le système qui se trouve en position d’infériorité qui ac (...)
  • 21 « A “target audience” can mean the target of exclusion or confusion. » (Doris Sommer, Bilingual Aes (...)
  • 22 Ibid., p. 64.

4Or, de manière frappante, la non-réception du texte en anglais reproduit l’invisibilité thématisée dans le récit de Desbiens : les difficultés du personnage sont également devenues celles du texte après sa publication. Cette fusion entre le texte et son référent, qui confirme en quelque sorte son propos, entraîne un effet de réel puissant, affectant à son tour la lecture de l’œuvre. Aussi François Paré associe-t-il étroitement la création d’œuvres comme celle de Desbiens au silence culturel dont elles se savent entourées. Ce que Paré appelle « la menace du silence » dépasse à ses yeux « le sort fait à l’œuvre » pour porter « sur la communauté entière »19. En conséquence, le silence entourant l’œuvre devient la preuve du statut précaire de la communauté dont elle émane. Sans nier la disparité de statut entre les deux langues en cause dans L’Homme invisible / The Invisible Man ni le fait que la différence entre la réception du texte en français et en anglais soit le résultat de cette disparité20, nous aimerions, dans les pages qui suivent, voir plutôt comment Desbiens programme cette réception asymétrique et en fait une partie intégrante de la construction de son texte. Pour le formuler dans les termes de Doris Sommer, dont le travail porte sur les esthétiques bilingues, « être un “public cible” peut vouloir dire être la cible de stratégies d’exclusion ou de confusion »21. Ces jeux d’inclusion et d’exclusion produisent des effets esthétiques dont l’appréhension dépend précisément de la disparité de leurs réceptions possibles22. Ensuite, nous observerons l’importance de la traduction quant au fonctionnement de tels jeux dans le texte de Desbiens, mais également le détournement et la critique de la traduction qui s’y manifestent. Cette lecture nous permettra de faire ressortir certains jeux et enjeux du texte de Desbiens qui ont été laissés pour compte dans le discours critique à son sujet.

Jeux et enjeux sociostylistiques

  • 23 Elizabeth Lasserre, « La littérature franco/ontarienne. Ruptures et continuités », Hédi Bouraoui di (...)

5Les travaux interprétatifs sur L’Homme invisible / The Invisible Man, qui s’effectuent surtout à partir de l’Ontario français, soulignent que le texte se sert de l’édition bilingue comme d’une stratégie visant à dénoncer l’inégalité du français et de l’anglais au Canada. Le bilinguisme de l’œuvre serait ainsi à l’image de celui de la plupart des francophones de la région. C’est le cas par exemple pour la critique Elizabeth Lasserre, selon qui l’édition bilingue telle que Desbiens y a recours rappelle « la double appartenance française et anglaise, si difficile, qui est le propre de l’identité franco-ontarienne »23. De fait, le texte de Desbiens dédouble (en français) et rend ambiguë (en anglais) la notion de langue maternelle :

« I’d like to fuck them all !... » crie l’Homme invisible dans sa langue maternelle.
[…]
« Je voudrais toutes les fourrer !... » crie l’Homme invisible dans sa langue maternelle. (HI39f) 
“I’d like to fuck them all !...” screams the Invisible Man in his mother tongue. (HI39a)
  • 24 La région d’Ottawa/Gatineau se situe à la frontière de l’Ontario et du Québec, les deux provinces é (...)
  • 25 Shanna Poplack, « Language Status and Language Accommodation Along a Linguistic Border », Language (...)
  • 26 Lucie Hotte, « Entre l’être et le paraître : conscience identitaire et altérité dans les œuvres de (...)

6Ce passage sur les langues maternelles est conforme aux résultats des recherches de la sociolinguiste Shanna Poplack, qui décèle des rapports différents au bilinguisme chez les francophones de la région frontalière d’Ottawa/Gatineau, selon qu’ils habitent l’Ontario ou le Québec24. Les premiers, en effet, attribuent une valeur affective à leur bilinguisme, tandis que les seconds ne lui octroient qu’une fonction instrumentale25. Par-delà cette première distinction, les deux groupes associent le bilinguisme au fait d’être francophone puisque cet attribut qu’ils ont en commun est rarement partagé par les anglophones de la région. En ce sens, la double appartenance est une double exclusion – par rapport aux francophones du Québec d’un côté et aux anglophones du Canada de l’autre. Comme l’indique Lucie Hotte : « La forme hybride du récit dramatise le rapport conflictuel qui lie le Franco-Ontarien au groupe anglophone et aux Québécois »26.

7À ce sujet, l’incipit du récit/story est particulièrement révélateur, en ce qu’il met l’accent, dans chaque version, sur le trait qui distingue l’Homme invisible du groupe dominant par rapport auquel il se situe, et qui n’est pas le même sur une page ou sur l’autre :

L’Homme invisible est né à Timmins, Ontario.
Il est Franco-Ontarien. (HI1f)
The Invisible Man was born in Timmins, Ontario.
He is French-Canadian. (HI1a)
  • 27 Ibid., p. 164.
  • 28 C’est dans les années soixante que le milieu culturel québécois a délaissé l’appellation de littéra (...)
  • 29 Lucie Hotte, « Entre l’être et le paraître », art. cité, p. 168. L’analyse de Marie-Chantal Killeen (...)

8Le protagoniste de Desbiens se démarque comme franco-ontarien (plutôt que québécois) du côté français, et comme French-Canadian (plutôt qu’English-Canadian) du côté anglais. Hotte le souligne, « c’est dans le rapport à l’Autre que les traits identitaires deviennent actifs »27. À la gauche, l’Homme invisible est héritier de la fragmentation du Canada français découlant du mouvement nationaliste québécois, mouvement de recentrement sur le territoire québécois qui a rendu désuet le terme de « Canadien français »28. À la droite, il « voit son identité propre lui être dérobée. En effet l’Anglo-Canadien ignore bien souvent les subtilités des francophones du pays »29. La réalité que l’Homme invisible représente et que Desbiens cherche à faire advenir textuellement est innommable sur la page anglaise de son récit ; sur la page française, bien que nommée, elle est inconnue : l’Homme invisible est donc invisible sur les deux pages.

  • 30 François Paré, Les littératures de l’exiguïté, ouvr. cité, p. 19.
  • 31 Louis Bélanger, « Patrice Desbiens : au cœur des fictions sociales », art. cité, p. 205. De fait, d (...)

9D’un côté, tout porte à croire que c’est bien à ces deux Autres constitutifs, québécois et canadien-anglais, que les versions distinctes française (Éditions Prise de Parole) et anglaise (Penumbra Press) du récit de Desbiens sont adressées. De l’autre, l’Homme invisible, avec son lectorat franco-ontarien bilingue, semble seul détenteur d’un laissez-passer dans la marge (positionnement tangible, puisque la reliure crée une ligne entre les pages) qui sépare les deux récits. Hors du milieu communautaire franco-ontarien, l’accès à cet espace mitoyen est limité et inégalement distribué : davantage de Québécois francophones que de Canadiens anglais ont les compétences linguistiques pour lire les deux versants du texte. Selon Paré, ces deux versants « mettent en jeu la marge linguistique qui les détermine. Les lecteurs se voient ainsi forcés d’osciller entre le récit anglais et son opposé français (ou est-ce l’inverse dans l’ordre des priorités ?) et n’obtiennent de totalité que dans l’expérience de cette oscillation du traduisible »30. À l’instar de nombreux autres critiques, Paré voit cette totalité comme franco-ontarienne. En effet, la première lecture qu’on a faite de L’Homme invisible / The Invisible Man – lecture communautaire, identitaire et axée sur le bilinguisme – déborde largement le texte. Dans son analyse de la réception du récit, Louis Bélanger soutient que sa « publication […] a eu pour effet d’emprisonner le poète dans l’univers tantôt fictif tantôt réel des aspirations les plus profondes de l’Ontario français de son époque »31. Difficile alors pour les critiques subséquents de se dégager de la gangue identitaire dans laquelle on a enfermé le texte, surtout que celui-ci l’alimente très fortement.

  • 32 « in search of himself and a few of his friends » (HI15a).
  • 33 C’est-à-dire qu’il part travailler dans les champs de tabac.
  • 34 Marie-Chantal Killeen, « La problématique du bilinguisme… », art. cité, p. 87.
  • 35 Ibid.
  • 36 On notera que, bien qu’elles se répondent, ces deux informations ne sont pas présentées en regard l (...)

10Si l’Homme invisible devient tour à tour « Franco-Ontarien » à gauche et « French-Canadian » à droite, cette différence apparaît aussi dans les péripéties qui sont les siennes des deux côtés de la marge. Par exemple, d’un côté comme de l’autre, la mère de l’Homme invisible devient danseuse (ou « a dancer »), mais ce n’est qu’en français qu’« [e]lle danse sur des portraits de saints » (HI9f). Sur la page française seulement, les visites du petit Jésus, transformé en camarade de classe de l’Homme invisible, la rendent « toute rouge de sainte fierté » (HI5f). De même, Baudelaire et Rimbaud, qui apparaissent dans le récit comme des amis d’enfance de l’Homme invisible, en quittent les pages vers des directions différentes en français et en anglais. Baudelaire part pour le Québec (donc vers l’ancien cœur de l’identité collective canadienne-française) « à la recherche de son identité » (HI5f) sur la page de gauche. Sur celle de droite, il s’y rend plutôt, sans les connotations collectives, en quête de lui-même et de quelques-uns de ses amis32. Pour ce qui est de Rimbaud, il part « au tabac »33 (HI15f) dans la version française, s’inscrivant ainsi dans une tradition suivie par des générations de jeunes Canadiens français sans qualifications. En anglais, il prend la parole pour indiquer que c’est le Sud qui l’appelle : « “I don’t need this shit and I don’t need this town, screams Rimbaud in retort. “There must be some way out of here. I’m heading south !” He did and was never seen again » (HI15a). La critique a abondamment souligné la présence plus importante de la religion, du langage scatologique et de la pauvreté dans la version française du texte que dans l’anglaise. Pour Marie-Chantal Killeen, la conjonction de ces thèmes fait même en sorte que l’univers francophone de L’Homme invisible / The Invisible Man soit « présenté comme arriéré, ni plus ni moins, par rapport à sa contrepartie anglophone »34. L’anglais, à l’opposé, se verrait « attribuer, en sa qualité de langue de conquête, les caractéristiques de la virilité et du (soi-disant) progrès à travers les images récurrentes de la guerre et du cinéma »35. Loin d’être négligeables, ces images respectives iront jusqu’à déterminer le destin des deux avatars du personnage principal. The Invisible Man reçoit sa dernière paie pour le film dans lequel il était figurant et « changes the money into American travellers’ cheques » (HI45a) ; l’Homme invisible, lui, « reçoit son dernier chèque de chômage », qu’il « change en chèques de voyage canadiens » (HI44f)36.

  • 37 Rainier Grutman, « La textualisation de la diglossie dans les littératures francophones », art. cit (...)
  • 38 « In the asymmetry of reception that [minority texts] impose, in the deferred stress or delayed ap (...)
  • 39 L’appellation britannique péjorative de frog (grenouille) pour décrire les Français a été reprise e (...)
  • 40 L’équivalent de la Sécurité sociale. L’aide financière du bien-être social suit celle du chômage si (...)

11Si la critique s’est penchée longuement sur l’énonciation bifide de L’Homme invisible / The Invisible Man, elle a négligé de prendre en compte la possibilité que ce texte ait programmé des (non-)lectures unilingues. Pourtant, Rainier Grutman fait valoir qu’« [une] caractéristique fondamentale du texte littéraire issu de la diglossie serait en effet sa double codification : bilingue (identitaire) et unilingue (exotisante) »37. Pour Grutman, la lecture unilingue du bilinguisme est nécessairement exotisante. Doris Sommer, de son côté, souligne plutôt les différents effets d’étrangeté qui peuvent en résulter : « des espaces s’ouvrent à l’esthétique par deux mouvements différents mais dépendants l’un de l’autre […] : l’un dans le sens de l’effet esthétique que les formalistes ont qualifié de défamiliarisation de ce qui était familier, et l’autre, opposé, vers la reconnaissance de ce qu’il y a d’intimement familier dans l’étrangeté »38. Un lecteur canadien-anglais qui ne lirait que la page de droite devrait nécessairement faire face à ces effets. D’une part, la page de gauche, la française, se rappellerait à lui par son hermétisme. D’autre part, il trouverait sur la page anglaise les clichés sur les francophones avec lesquels il est déjà familier, tels ces « Drunken French-Canadian fiddlers » qui « play sad music in the background » (HI43a). Mais les clichés ne sont pas le seul moyen par lequel les pages anglaises de Desbiens évoquent le français présent sur l’autre page : c’est sur la page anglaise que the Invisible Man « falls in love in French. He falls in love in French. He falls in love in French. He’s got a Frog in his throat » (HI26a). En plus de mentionner le français explicitement, ce résumé d’une histoire d’amour anticipe un récit qui n’apparaîtra en français que deux pages plus loin. L’allusion au français, dans sa répétition, laisse entendre qu’il se passe sur la page de gauche quelque chose d’important que le narrateur ne dévoile pas sur celle de droite. Et le recours à l’appellation stéréotypée de frog 39 accentue la distance du lecteur anglophone face à ce « quelque chose » annoncé avec tant d’insistance. Incidemment, l’étendue de la misère liée au « premier chèque du bien-être social »40 (HI26f) et aux chèques suivants est, comme d’autres représentations de la communauté franco-ontarienne « arriéré [e] », pudiquement gommée de la page anglaise. Les effets d’étrangeté ne sont pas épargnés au lecteur de la page de gauche qui ne lirait pas celle de droite. En effet, un tel lecteur verrait l’Homme invisible qui « Apparaît. Disparaît. Apparaît. Disparaît. Le jeu de l’Homme invisible » (HI25f) et se douterait que c’est sur l’autre page que le protagoniste réapparaît pour raconter d’autres pans de son récit.

  • 41 Gaston Tremblay, Prendre la parole…, ouvr. cité, p. 206-207.
  • 42 François Paré, Théories de la fragilité, ouvr. cité, p. 45.
  • 43 « Self-authorized readers can be the target of a minority text, not its coconspirators » (Doris So (...)
  • 44 « The point is that foreign disturbances can be flagrant, on purpose » (ibid., p. 191).

12Quant aux lecteurs anglophones unilingues qui ne toléreraient pas l’exclusion à laquelle le récit troué généré par la lecture d’une seule version cherche à les confronter, le destin éditorial du texte témoigne de leur présence-absence. Desbiens, on l’a vu, prévoit ce silence, puisque son texte s’en fait déjà le reflet. On peut même imaginer qu’il le provoque. En effet, à son éditeur, qui se réjouissait de répondre à « une des plus grandes frustrations des auteurs franco-ontariens », soit celle « de ne pas être lus par leurs amis anglais », en lui donnant « la chance de briser cette barrière linguistique et de passer tout entier chez les Anglais »41, il offre plutôt un texte qui, précisément, ne passe pas tout entier de l’autre côté. Ainsi met-il le silence prévu de l’Autre à son service en lui faisant corroborer et redoubler ce dont il parle dans son texte. Rappelons que, pour Paré, « [l]’invisibilité qu’évoque douloureusement l’œuvre de Desbiens découle, de prime abord, du regard indifférent de l’Autre »42. Confirmé par l’acte de non-lecture, ce regard indifférent joue un rôle crucial. Pour le formuler dans les termes de Sommer, les lecteurs qui s’aventurent sur le terrain des écritures plurilingues minoritaires comme si elles leur étaient adressées en sont « la cible, pas les co-conspirateurs »43. Et Sommer d’ajouter : « Ce qu’il faut retenir, c’est que les perturbations étrangères [générées par ces écritures] peuvent être criantes, volontairement »44. Dans cette perspective, il y a lieu d’envisager le lecteur absent, indifférent, comme l’un des lecteurs modèles de L’Homme invisible / The Invisible Man.

Jeux et enjeux traductionnels

  • 45 Jean-René Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Payot (Petite bibliothèque), 19 (...)
  • 46 Lance Hewson, « The Bilingual Edition in Translation Studies », Visible Language, vol. 27, no 1-2, (...)
  • 47 Il semble difficile de parler de pédagogie à propos d’une œuvre qui ne propose aucune rédemption. E (...)
  • 48 Sherry Simon, Traverser Montréal, ouvr. cité, p. 31. Pour l’original : Translating Montreal, ouvr. (...)
  • 49 Notre propos ici vise moins les débats traductologiques sur la notion d’équivalence que la croyance (...)

13L’opposition entre différents lecteurs s’appuie sur la manière dont Desbiens use de la traduction. Chez lui, la traduction devient indicatrice d’insuffisances tant chez certains lecteurs que dans les versions séparées du texte lui-même, en plus de révéler l’existence d’iniquités dans la société dont les deux sont issus. Pareille conception du rôle de la traduction va à l’encontre de plusieurs présupposés définitionnels associés à cette pratique. La vocation substitutive de la traduction, définie par Jean-René Ladmiral comme étant celle de « nous dispenser de la lecture du texte original » en « rempla[çant] le texte-source par le “même” texte en langue- cible »45 n’a évidemment pas cours dans L’Homme invisible / The Invisible Man. S’il est vrai que l’édition bilingue fait entorse à ce principe de substitution, c’est généralement, comme le signale Lance Hewson, dans une visée didactique qui n’abandonne pas l’ambition de re-production46. Or, cette visée didactique est également enfreinte par Desbiens. Contrairement à la démarche proposée dans nombre d’éditions bilingues, la pédagogie de L’Homme invisible / The Invisible Man ne réside ni dans une aide quelconque à l’apprentissage d’une langue ni dans l’illusion d’un accès au contenu du texte original. Si pédagogie il y a, c’est plutôt le caractère partiel – et partial – de la compréhension et de la communication interculturelles qu’elle met en avant47. « La traduction, écrit Sherry Simon, est normalement une forme de réglementation. Elle permet l’échange et l’intercompréhension, tout en maintenant une séparation entre les langues »48. À l’encontre d’un tel rôle, L’Homme invisible / The Invisible Man conteste l’existence d’une ligne de démarcation fiable entre les langues. Mettant en doute la validité des recoupements entre ces dernières que la traduction effectue, il réfute tout autant l’intercompréhension et les échanges qu’elle devrait autoriser. On a déjà vu quelques exemples de la manière dont ce texte met à rude épreuve la possibilité d’équivalences interlinguistiques49. Certes, il serait possible de considérer la phrase : « He is French-Canadian » comme un équivalent fonctionnel de : « Il est Franco-Ontarien » – équivalent par lequel Desbiens s’illustrerait comme traducteur non plus strictement linguistique mais également culturel. Sauf que L’Homme invisible / The Invisible Man présente aussi des cas où la poursuite du récit est préférée à une équivalence partielle. Ainsi, les vers de Verlaine (déformés mais néanmoins reconnaissables sur la page française) ne sont pas reproduits en traduction anglaise. Plutôt, la page anglaise fait suite à la française, et l’automne verlainien fait place à l’hiver :

Les violons saoulons de l’automne
jouent une musique triste dans les
yeux de l’Homme invisible. (HI42f)
[…]
*
Outside it’s winter.
It’s telephone pole cold. (HI42a)

14Ailleurs (HI24), les deux versions se contredisent : « Ils ont des yeux minces de nuit » devient « Their eyes are thick with the mascara of the night ». À l’affirmation « He falls in love in French », citée plus haut, le pendant sur la page française – ni prologue ni contradiction, mais plutôt résumé abstrait – est : « C’est ici que les vraies aventures de l’Homme invisible commencent » (HI26f). En français, le personnage dont l’Homme invisible devient amoureux n’apparaîtra que quelques pages plus loin : « Un ange descend du ciel et vient le visiter au magasin. L’ange s’appelle Katerine » (HI28f). En revanche, la promesse de « vraies aventures » dont l’amoureuse est porteuse n’est signalée qu’implicitement sur la page anglaise, par la répétition – omission qui peut avoir pour effet de rendre plus authentique le récit de la relation amoureuse sur la page française que sur l’anglaise.

15Dans le seul prénom de l’amoureuse, Katerine sur la page de gauche et Catherine sur celle de droite, s’effondre le présupposé – à l’origine des entreprises de traduction, comme le fait valoir Simon – de la séparation des langues. Ce prénom est en effet orthographié à la française sur la page anglaise et à l’anglaise sur la page française. Cet exemple de réciprocité mis à part, ce sont surtout les frontières du français qui font montre de porosité : la page de gauche accueille plusieurs insertions en anglais, notamment dans le discours rapporté. Le passage cité précédemment où l’Homme invisible s’exprime tour à tour dans ses deux langues maternelles en témoigne. Dans d’autres exemples, l’anglais prend place dans la version française sans traduction juxtaposée. C’est le cas des propos prononcés par Rimbaud avant son départ « au tabac » : « I don’t need this shit man ! » (HI15f) – propos dont on a vu qu’ils seront non seulement repris, mais également développés sur la page anglaise, comme si la médisance sur la ville d’origine (« I don’t need this town ») était plus admissible dans un environnement textuel anglais que français. Que le discours rapporté en anglais, en plus de s’immiscer sur la page française et d’être énoncé par des personnages francophones, touche jusqu’à Rimbaud – figure canonique de la littérature française s’il en est – n’est pas innocent. Outre l’insertion de syntagmes rapportés, la voix narrative adopte elle-même plusieurs calques de l’anglais. Certains (par exemple : « Comment ça file d’être tout seul comme une meule à Timmins Ontario » (HI16f), emprunté à Bob Dylan) s’apparentent à des traductions littérales, mais sans avoir de pendant sur la page anglaise. D’autres sont des traductions directes de la page de droite, ce qui suggère, par rapport au modèle de l’édition bilingue, un renversement de la direction de la traduction. C’est le cas lorsqu’il est question à gauche d’« une fille hippie » (HI22 ; nous soulignons), formulation inhabituelle qui prend son sens lorsqu’elle est mise en regard avec la « hippie girl » (HI22a) de la page de droite. Plus subtilement dans le passage suivant, le français se renouvelle grâce à la traduction d’expressions plus usuelles en anglais :

Elle danse dans un va-et-vient affairé, vient-et-va, entre la cuisine et la chambre à coucher, mange et dort et dort et mange, et dort et prie et prie et dort. (HI9f) She dances to and fro, fro and to, between the kitchen and the bedroom, eat and sleep, sleep and eat, sleep and pray and pray and sleep. (HI9a)
  • 50 « La mixité se [trouve] en confrontation avec l’idéal de la maîtrise et de la liberté qui soutient (...)
  • 51 Marie-Chantal Killeen, « La problématique du bilinguisme… », art. cité, p. 81.
  • 52 Voir Charles Baudelaire, Flowers of Evil and Other Works/Les fleurs du mal et Œuvres choisies : A D (...)
  • 53 Voir Lucie Hotte, « Entre l’être et le paraître », art. cité, p. 167 et Catherine Leclerc, Des lang (...)

16Qu’il s’agisse de la séparation entre les langues ou de la notion d’équivalence, de la vocation mimétique de la traduction ou de son unidirectionalité, L’Homme invisible / The Invisible Man porte donc atteinte à nombre de présupposés qui entourent la traduction et définissent ce qu’elle devrait être « normalement ». Cependant, voir là un désaveu de la traduction elle-même nous paraît injustifié puisque, même en la détournant de cette manière, le texte de Desbiens n’en fonde pas moins sa poétique sur la traduction. Que cette poétique s’inscrive dans « une esthétique de la faiblesse »50 qui dément de tels présupposés traductionnels permet de faire œuvre critique à leur endroit : la mise en lumière des rapports de force dont, par-delà l’illusion d’équilibre dont elle procède, la traduction est traversée ajoute à la charge dénonciatrice du récit. Outre ce premier constat, il y a lieu de faire valoir que l’appartenance de L’Homme invisible / The Invisible Man à une esthétique de la faiblesse renforce l’importance stratégique de la traduction dans ce texte. Car le modèle de l’édition bilingue est précisément ce qui permet de donner forme à ce récit d’exclusion et d’invisibilité, et d’ainsi le faire advenir à la représentation. Si, comme l’affirme Killeen, le récit de Desbiens « fait état de la difficulté […] de faire entrer la langue des Franco-Ontariens dans le jeu de la représentation, et par là-même dans la sphère du pouvoir et du savoir »51, l’édition bilingue, en tant que mode avéré de représentation, lui fournit un accès à cette sphère et lui procure un semblant de légitimité. À cet égard, on remarquera que ce sont généralement des œuvres consacrées qui font l’objet d’éditions bilingues. Les œuvres de Baudelaire et de Rimbaud, par exemple, ont été publiées en éditions bilingues52, alors que ce n’est le cas d’aucune autre œuvre franco-ontarienne que celle de Desbiens. Certes, la critique a remarqué que la présence de Baudelaire et de Rimbaud dans le récit de Desbiens n’a pas d’effet positif sur sa littérarité précaire, et que ce sont au contraire les poètes français qui, associés à l’Homme invisible, perdent en statut53. Néanmoins, en ce qui concerne l’édition bilingue, son détournement n’invalide pas le potentiel dont elle est investie car, comme le fait valoir Paré, le récit ne se donne entier que dans l’expérience de la double page, de ses écarts et de ses oscillations.

  • 54 Myriam Suchet, « Textes hétérolingues et textes traduits : de « la langue » aux figures de l’énonci (...)
  • 55 Ibid., p. 248. Parmi les textes qui jouent d’une telle asymétrie, Suchet mentionne explicitement, e (...)

17Il est même possible que le jeu auquel s’adonne Desbiens repose sur un « potentiel d’étrangeté »54 inhérent à l’édition bilingue. Myriam Suchet fait valoir cette inhérence lorsqu’elle affirme que les éditions bilingues n’ont pas à jouer, comme le fait Desbiens, « d’une asymétrie manifeste entre les versions mises en regard » pour « mett[re] en crise »55 l’idée que la traduction suive un modèle de translation mathématique, où chacun des éléments donnés sur la page de gauche glisserait aisément, dans sa nouvelle langue, vers la page de droite. Dans la perspective de cette mise en crise, il faut voir que le jeu de variations auquel s’adonne Desbiens déborde largement les questions de traduction culturelle et les enjeux diglossiques. Considérons le passage suivant :

Le temps passe comme des moto neiges dans les yeux de l’Homme invisible. (HI20f) Time goes by like cars in the invisible man’s eyes. (HI20a)

18Une lecture culturelle pourrait suggérer que le choix d’employer « motoneiges» sur la page française et de parler de voitures sur la page anglaise est associé à la réalité enneigée du nord de l’Ontario. Elle pourrait avancer que la version anglaise s’est ici adaptée au lecteur urbain des grands centres canadiens, situés plus au sud. Mais elle ne parviendrait pas, alors, à expliquer pourquoi la version anglaise intègre les motoneiges à la scène d’hiver qui fait suite à celle de l’automne verlainien vue plus haut : « Cars and skidoos drive thru the Invisible Man like he was made of smoke, like it was such a sensible, logical thing to do » (HI42a).

19Dès la seconde page du récit, la douloureuse traduction culturelle de l’incipit cède le pas à des combinaisons ludiques, aléatoires :

Ici, la télévision s’en raconte des bonnes, toute seule dans le salon.
Ici, tout le monde a peur de la mort et se dépêche. (HI2f)
Here, televisions laugh and mumble to themselves in empty living rooms.
Everyone who lives here hates to be reminded of it. (HI2a ; nous soulignons)
  • 56 Lance Hewson, « The Bilingual Edition in Translation Studies », art. cité, p. 152, le montre à l’ai (...)
  • 57 « Le temps passe si vite que les jours sont devenus un clignotement continu » (HI42f).
  • 58 François Paré, Théories de la fragilité, ouvr. cité, p. 20.
  • 59 Interpoler : insérer dans un texte des mots que ne contient pas l’original, par erreur ou par fraud (...)

20Quel est ce it que personne ne veut se faire rappeler ? Le pronom est déjà ambigu dans l’économie énonciative du texte anglais, où il peut renvoyer soit à l’action des téléviseurs dans les salons vides, soit au fait de vivre ici, à Timmins. De plus, le texte invite à des lectures croisées, accentuant par les différences évidentes entre les pages qu’il met en regard un trait déjà caractéristique de toute édition bilingue56. Lu dans la suite du texte français, it se met à cligner de l’œil en direction de la mort, ou de la peur de la mort évoquée à gauche. Le jeu formel de la différence ouvre sur un enrichissement sémantique qui peut aussi devenir un enrichissement interprétatif. S’inspirant du texte de Desbiens57, Paré a recours au terme de « clignotement » pour décrire la « dialectique de l’apparaître et du disparaître »58 à partir de laquelle l’expérience franco-ontarienne a le plus souvent été appréhendée, voire vécue. De fait, le terme résume admirablement les apparitions-disparitions de l’Homme invisible. Mais le clignotement n’est-il pas aussi dans la permutation des lectures que permettent la mise en relation et la mise de côté des langues de l’Homme invisible ? Le clignotement ne tient-il pas en outre, pour reprendre une notion associée à la traduction59, à l’interpolation d’effets de lecture différenciés et pas toujours prévisibles ?

  • 60 « It’s an experimental work at least in regard to its bilingualism » ; et « occasionally rises to a (...)
  • 61 Johanne Melançon, « Relire L’Homme invisible / The Invisible Man et Les cascadeurs de l’amour », ar (...)
  • 62 Ibid., p. 9. Melançon cite Normand Renaud en guise d’exemple, mais on pourrait aussi penser aux trè (...)
  • 63 Louis Bélanger, « Patrice Desbiens : au cœur des fictions sociales », art. cité, p. 226.

21Sans doute la (non-)traduction diglossique, telle que Desbiens l’effectuait dans L’Homme invisible / The Invisible Man, était-elle si douloureusement visible que la critique québécoise et franco-canadienne a été peu attentive à des effets esthétiques comme ceux relevés ici. Seul le bref compte rendu de langue anglaise décrit le texte comme « expérimental » et aborde sa « beauté »60. Johanne Melançon, qui qualifie d’« exemplaire » le travail sur la forme accompli dans L’Homme invisible / The Invisible Man, l’associe d’emblée à ses enjeux identitaires. Elle considère que ce travail a nourri « l’interprétation identitaire »61 dont le récit a fait l’objet. De plus, elle fait remarquer que les enjeux formels du texte n’ont pas servi à caractériser l’esthétique de Desbiens, mais qu’ils ont plutôt été associés à l’ensemble de la littérature franco-ontarienne et à son apport possible à la littérature québécoise, qui aurait négligé d’avoir recours à des stratégies d’écriture traductionnelle comme celles qu’emploie Desbiens62. Pour Louis Bélanger, un « effet de nivellement » aurait ainsi été créé, qui aurait « dérobé l’individualité de Patrice Desbiens »63 comme poète. Bref, la stratégie formelle aurait été si efficace qu’on aurait omis d’en tirer la conséquence suivante : dans L’Homme invisible / The Invisible Man, la traduction impossible (d’un point de vue sociostylistique) devient jeu sur la traduction.

22Sur les effets d’étrangeté des éditions bilingues, Suchet affirme :

  • 64 En choisissant le terme de Grutman, défini comme « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, s (...)
  • 65 Myriam Suchet, « Textes hétérolingues et textes traduits… », déjà cité, p. 251.

Lorsqu’elle révèle son potentiel d’étrangeté, l’édition bilingue n’est plus bilingue ni diglossique : proprement hétérolingue64, elle dénonce le présupposé de l’existence de langues séparées comme des entités monolithiques. Elle sape la bonne conscience de la traduction, révélant qu’on ne traduit pas parce qu’il existe différentes langues mais, peut-être, pour faire croire que la différence passe entre les langues et non, encore et toujours, à l’intérieur de chacune d’elles.65

23À suivre l’affirmation de Suchet, il est donc tentant de voir dans L’Homme invisible / The Invisible Man l’exemple exacerbé de phénomènes inhérents à toute traduction et de revalider l’allégeance de Desbiens à une poétique traductionnelle. Et là est en partie notre projet. Une nuance s’impose néanmoins. Chez Suchet, l’édition bilingue devenue hétérolingue laisse derrière elle les enjeux du bilinguisme et de la diglossie. Tel n’est pas le cas chez Desbiens, où la différence intralinguistique, s’étalant sur deux langues instituées, fait jouer le bilinguisme et la diglossie l’un contre l’autre. Elle les fait jouer l’un avec l’autre, les brouille. (Le texte bilingue, excluant les accommodements diglossiques, privilégie le lecteur le plus marqué par la diglossie qu’il met en scène ; prévoyant néanmoins une lecture unilingue, il se protège de l’exotisme ethnographique par l’hermétisme de son bilinguisme.) Dans ce « clignotement continu » (HI42f), bilinguisme et diglossie s’intensifient l’un l’autre davantage qu’ils ne s’éclipsent.

  • 66 Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999, p. 192.
  • 67 Voir tout de même Francis Lagacé, « Apprivoiser sa langue comme une belle étrangère (La minorité da (...)
  • 68 Patrice Desbiens, cité par José Acquelin et Yves Boisvert, « Patrice Desbiens. Un couteau à beurre (...)

24Ainsi, autant la lecture hétérolingue que propose Suchet nous semble éclairer et renouveler la compréhension de L’Homme invisible / The Invisible Man, autant son adoption exclusive serait mal adaptée à un tel texte. Cette réserve mise à part, la relativisation meschonnicienne de la différence entre les langues – « l’autre n’est pas tant l’autre langue que l’autre de la situation »66 –, au profit de celle dont toute énonciation est traversée quelles qu’en soient les configurations linguistiques, n’est pas sans lien avec la lecture qui sera faite de notre propre texte. L’Homme invisible / The Invisible Man de Patrice Desbiens a peu été lu hors du Canada67. C’est dans l’horizon critique franco-ontarien, québécois et canadien que le texte se situe d’abord, et dans cet ordre. C’est dans cet horizon que se situe son auteur, comme en témoigne cette affirmation : « Moi, je viens du nord de l’Ontario : pour moi, Montréal, c’était Paris. That’s it »68. C’est également dans cet horizon que nous situons notre dialogue avec le discours critique existant sur ce texte. Or, pour le lecteur hexagonal de notre étude, il n’est pas exclu que l’étrangeté se trouve dans le français de Desbiens davantage que dans son anglais. Ce nouveau lecteur, nous le prenons donc pour cible, dans un rapport d’interpellation-exclusion qui n’est peut-être pas si différent de celui orchestré dans L’Homme invisible / The Invisible Man.

Notes

1 À la demande des deux contributrices de l’article, par souci philologique et conformément à la poétique de l’auteur, les segments en anglais du texte de Patrice Desbiens sont cités en caractères romains tels qu’ils se présentent dans l’édition, et non en italiques ainsi que le voudrait la convention observée dans le restant de ce volume.

2 Pour l’édition originale, voir Patrice Desbiens, L’Homme invisible / The Invisible Man, Sudbury et Moonbeam, Éditions Prise de parole et Penumbra Press, 1981. L’édition employée ici est L’Homme invisible / The Invisible Man suivi des Cascadeurs de l’amour, Sudbury, Éditions Prise de parole (Bibliothèque canadienne-française), 2008. On y fera référence dans le corps du texte par le sigle HI, suivi de la pagination faisant partie du récit plutôt que du folio, puis d’un « f » ou d’un « a » selon qu’on cite la version anglaise ou française.

3 Ici, Québec, Éditions à mitaine, 1974 ; Les conséquences de la vie, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1977 et L’espace qui reste, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1979. À ces recueils s’en ajoutent deux autres, autopubliés : Cimetière de l’œil (1972) et Larmes de rasoir (1973). La production du poète n’a pas ralenti depuis la publication du récit de 1981.

4 Elizabeth Lasserre, « Un poète au seuil de l’écriture : l’exiguïté selon Patrice Desbiens », La littérature franco-ontarienne. Enjeux esthétiques, Lucie Hotte et François Ouellet dir., Ottawa, Le Nordir, 1996, p. 38.

5 Sur la notion de pacte de traduction, voir Sherry Simon, Le trafic des langues. Traduction et culture dans la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 1994, et en particulier p. 184.

6 Gaston Tremblay, Prendre la parole : le journal de bord du Grand CANO, Ottawa, Éditions Le Nordir, 1996, p. 207.

7 Johanne Melançon, dans sa préface à la réédition de 2008, cite maints critiques qui abondent en ce sens (« Relire L’Homme invisible / The Invisible Man et Les cascadeurs de l’amour », dans Patrice Desbiens, HI, p. 5-6).

8 Louis Bélanger, « Patrice Desbiens : au cœur des fictions sociales » offre un bon résumé de la réception de l’œuvre de Desbiens en français en Ontario et au Québec, en plus de montrer les étapes de la création d’un mythe identitaire autour de ce poète (La littérature franco-ontarienne. État des lieux, Hédi Bouraoui dir., Sudbury, Série monographique en Sciences humaines, Institut franco-ontarien, 2000, p. 205).

9 Notre choix de distinguer ici la littérature québécoise des autres littératures franco-canadiennes vient du fait que, bien que ces dernières soient partiellement dépendantes de la première, leurs institutions diffèrent.

10 Rosemary Aubert, « New Stars in the Galaxy of Canadian Poetry », Quill & Quire, avril 1982, p. 30.

11 Gaston Tremblay nous a confirmé personnellement que cette réédition n’était pas un dossier prioritaire pour Penumbra Press.

12 C’est la position de François Paré, qui décrit le français du texte comme un « surplus linguistique » et ajoute : « La culture franco-ontarienne, parce qu’elle est si pauvrement minoritaire, ne peut être qu’excessive » (Les littératures de l’exiguïté [1992], 2e édition, Ottawa, Le Nordir, 1994, p. 133).

13 « Ceux qui ressentent un pincement de cœur à la chanson de [Gilles] Vigneault sur la Louisiane auront mal jusqu’aux tripes à lire The Invisible Man », écrivait le Québécois Jacques Godbout, dans « Mardi 20 avril, Journal d’hiver [décembre 1981-avril 1982] », Liberté, vol. 25, 4 [148], 1983, p. 59. On notera le choix fait par Godbout de ne mentionner que le versant anglais du titre.

14 Les définitions du concept de diglossie sont nombreuses et ne couvrent pas toutes le même type de situation. La diglossie telle que nous en traiterons est celle où les usages linguistiques révèlent une certaine stratification des langues ou registres de langue en présence, qui possèdent un poids inégal dans l’arène sociale. En découle généralement une pression en faveur de l’adoption de la langue dominante, mais également, chez les locuteurs de la langue dominée, un rapport d’identification avec cette dernière.

15 Rainier Grutman, « La textualisation de la diglossie dans les littératures francophones », dans Jean Morency et al., Des cultures en contact. Visions de l’Amérique du Nord francophone, Québec, Nota Bene, 2005, p. 202.

16 John Gumperz, Discourse Strategies, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 66.

17 Rainier Grutman, « La textualisation de la diglossie dans les littératures francophones », art. cité, p. 217. Grutman parle à ce sujet, par opposition à un texte diglossique qui prend deux types de lecteurs en compte, de « texte véritablement bilingue ». Dans un même ordre d’idées, Catherine Leclerc décrit L’Homme invisible / The Invisible Man comme un texte « colingue » (Des langues en partage ? Cohabitation du français et de l’anglais en littérature contemporaine, Montréal, XYZ, 2010). Le colinguisme tel qu’elle le définit est bien, suivant l’acception de Renée Balibar, une « association de langues écrites conférant une légitimité » (Le colinguisme, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?), 1993, p. 91), mais se restreint aux cas où une réciprocité entre les langues employées est visée.

18 Sur ce genre de perversion, voir Sherry Simon, Translating Montreal : Episodes in the Life of a Divided City, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2006, chap. 4, p. 119-161. L’ouvrage est également disponible en traduction française : Traverser Montréal. Une histoire culturelle par la traduction, Pierrot Lambert trad., Montréal, Fides, 2008, p. 169-220.

19 François Paré, Théories de la fragilité, Ottawa, Le Nordir (Essai), 1994, p. 44.

20 Selon Rainier Grutman, c’est généralement le système qui se trouve en position d’infériorité qui accueille les productions bilingues au confluent de deux systèmes littéraires. « Le bilinguisme littéraire comme relation intersystémique », Revue canadienne de littérature comparée, vol. 17, 3-4, septembre-décembre 1990, p. 203-204.

21 « A “target audience” can mean the target of exclusion or confusion. » (Doris Sommer, Bilingual Aesthetics : A New Sentimental Education, Durham et Londres, Duke University Press, 2004, p. xviii [notre traduction].)

22 Ibid., p. 64.

23 Elizabeth Lasserre, « La littérature franco/ontarienne. Ruptures et continuités », Hédi Bouraoui dir., La littérature franco-ontarienne..., ouvr. cité, p. 39.

24 La région d’Ottawa/Gatineau se situe à la frontière de l’Ontario et du Québec, les deux provinces étant séparées à cet endroit par la rivière Outaouais. Un pont permet d’accéder rapidement à l’autre rive.

25 Shanna Poplack, « Language Status and Language Accommodation Along a Linguistic Border », Language Spread and Language Policy : Issues, Implications and Case Studies, Peter H. Lowenberg dir., Washington DC, Georgetown University Press, 1988, p. 93.

26 Lucie Hotte, « Entre l’être et le paraître : conscience identitaire et altérité dans les œuvres de Patrice Desbiens et de Daniel Poliquin », Croire à l’écriture, Yvan G. Lepage et Robert Major dir., Orléans (Ontario), Les Éditions David, 2000, p. 164.

27 Ibid., p. 164.

28 C’est dans les années soixante que le milieu culturel québécois a délaissé l’appellation de littérature et d’identité canadiennes-françaises pour préférer celle, territoriale, de québécoises. Cette nouvelle désignation a entraîné l’exclusion des communautés francophones des autres provinces canadiennes. En Ontario, s’en est suivie l’adoption de l’appellation identitaire et littéraire « franco-ontarienne ». Voir notamment Lucie Hotte, « Littérature et conscience identitaire : l’héritage de CANO », Produire la culture, produire l’identité ?, Andrée Fortin dir., Sainte-Foy (Québec), Les Presses de l’université Laval (Culture française d’Amérique), 2000, p. 53-55.

29 Lucie Hotte, « Entre l’être et le paraître », art. cité, p. 168. L’analyse de Marie-Chantal Killeen abonde dans le même sens : « La différence du personnage est tour à tour accusée et gommée sous l’effet du rouleau compresseur d’un autre toujours plus fort : tantôt c’est le Franco-Ontarien minoritaire et défavorisé face au Québécois de souche, “pure laine” et majoritaire en sa province, tantôt le “French Canadian” sans spécificité aucune aux yeux du Canadien anglais (ou disons, pour simplifier : du Canadien tout court) » (« La problématique du bilinguisme, Franco-Ontarian style : L’Homme invisible / The Invisible Man de Patrice Desbiens », Tangence, no 56, 1997, p. 83). Chez Elizabeth Lasserre : « La version anglaise élude la spécificité des Franco-Ontariens qui, du point de vue anglophone, ne se distinguent pas des Acadiens ou des Québécois » (« Patrice Desbiens : “je suis le franco-ontarien” », Nuit blanche, no 62, hiver 1995/1996, p. 66).

30 François Paré, Les littératures de l’exiguïté, ouvr. cité, p. 19.

31 Louis Bélanger, « Patrice Desbiens : au cœur des fictions sociales », art. cité, p. 205. De fait, dans Les littératures de l’exiguïté, Paré décrit Desbiens comme « le porte-parole privilégié de la communauté, touchée par la malédiction » (ouvr. cité, p. 130).

32 « in search of himself and a few of his friends » (HI15a).

33 C’est-à-dire qu’il part travailler dans les champs de tabac.

34 Marie-Chantal Killeen, « La problématique du bilinguisme… », art. cité, p. 87.

35 Ibid.

36 On notera que, bien qu’elles se répondent, ces deux informations ne sont pas présentées en regard l’une de l’autre.

37 Rainier Grutman, « La textualisation de la diglossie dans les littératures francophones », art. cité, p. 217.

38 « In the asymmetry of reception that [minority texts] impose, in the deferred stress or delayed apprehension of meaning, in the skipped beat of a conversation that achieves the rhythm of a joke, spaces open up to aesthetics in two different, but codependent moves. Double dealing is a corollary of the mixed blessing of double consciousness : One direction is toward the aesthetic effects that the formalists called “making the familiar strange” and the opposite direction notices that the “strange” or foreign is intimately familiar » (D. Sommer, Bilingual Aesthetics…, ouvr. cité, p. 191).

39 L’appellation britannique péjorative de frog (grenouille) pour décrire les Français a été reprise en Amérique du Nord à l’endroit des Canadiens français.

40 L’équivalent de la Sécurité sociale. L’aide financière du bien-être social suit celle du chômage si le récipiendaire n’a pas trouvé d’emploi entre-temps.

41 Gaston Tremblay, Prendre la parole…, ouvr. cité, p. 206-207.

42 François Paré, Théories de la fragilité, ouvr. cité, p. 45.

43 « Self-authorized readers can be the target of a minority text, not its coconspirators » (Doris Sommer, Bilingual Aesthetics…, ouvr. cité, p. 190-191). Nous soulignons.

44 « The point is that foreign disturbances can be flagrant, on purpose » (ibid., p. 191).

45 Jean-René Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Payot (Petite bibliothèque), 1979, p. 15.

46 Lance Hewson, « The Bilingual Edition in Translation Studies », Visible Language, vol. 27, no 1-2, 1993, p. 138-160. Hewson fait remarquer que les éditeurs des éditions bilingues misent régulièrement sur le désir de leurs lecteurs de « faire des progrès » dans une langue seconde (p. 141-142). De même, les éditions bilingues tendent à multiplier les notes du traducteur, là où les traductions substitutives tendent à les minimiser (p. 144). Desbiens, qui s’adonne à un exercice non substitutif, n’a recours à aucune annotation ni explication de sa démarche.

47 Il semble difficile de parler de pédagogie à propos d’une œuvre qui ne propose aucune rédemption. Elizabeth Lasserre le résume : « On a souvent qualifié Patrice Desbiens de poète nihiliste et reproché à son œuvre de n’offrir aucune solution » (« Patrice Desbiens :  “je suis le franco-ontarien” », art. cité, p. 67). Néanmoins, on trouve dans L’Homme invisible / The Invisible Man des échos de l’éducation sentimentale prônée par Doris Sommer, pour qui les esthétiques plurilingues « perturbent l’attente voulant que la communication doive s’accomplir aisément » et nous invitent plutôt, contre « la tyrannie de la totalité », à comprendre que quelque chose nous a échappé (ouvr. cité, p. 19 et p. 134).

48 Sherry Simon, Traverser Montréal, ouvr. cité, p. 31. Pour l’original : Translating Montreal, ouvr. cité, p. 9.

49 Notre propos ici vise moins les débats traductologiques sur la notion d’équivalence que la croyance, confirmée par Ladmiral, en cette notion à la base de la lecture des traductions. Selon Anthony Pym (« European Translation Studies, Une science qui dérange, and Why Equivalence Needn’t Be a Dirty Word », TTR, vol. 8, no 1, 1995, p. 166), c’est cette croyance qui fait que les traductions sont reçues comme telles – et de fait le texte de Desbiens n’a généralement pas été reçu comme une traduction.

50 « La mixité se [trouve] en confrontation avec l’idéal de la maîtrise et de la liberté qui soutient la valorisation de l’œuvre littéraire. Il est beaucoup plus facile de faire accepter l’hybridité linguistique qui résulte du jeu que celle qui est issue d’une situation imposée de bilinguisme diglossique. Là où l’intercontamination des langues résulte d’une situation de minorisation collective, d’un rapport inégal de forces culturelles, elle donne lieu à ce que l’on peut appeler une esthétique de la faiblesse » (Sherry Simon, Le trafic des langues, ouvr. cité, p. 112).

51 Marie-Chantal Killeen, « La problématique du bilinguisme… », art. cité, p. 81.

52 Voir Charles Baudelaire, Flowers of Evil and Other Works/Les fleurs du mal et Œuvres choisies : A Dual-Language Book, Wallace Fowlie trad., New York, Bantam Books, 1964 [rééd. Dover Publications en 1992] ; Charles Baudelaire, Selected Poems from Les fleurs du mal : A Bilingual Edition, Norman R. Shapiro trad., Chicago, The University of Chicago Press, 1998 ; et Rimbaud : Completed Works, Selected Letters : A Bilingual Edition [1966], Wallace Fowlie trad., Chicago, The University of Chicago Press, 2005. Notons aussi les éditions bilingues de l’œuvre d’Edgar Allan Poe traduite par Baudelaire.

53 Voir Lucie Hotte, « Entre l’être et le paraître », art. cité, p. 167 et Catherine Leclerc, Des langues en partage ?..., ouvr. cité, p. 304. Lorsque l’Homme invisible croise Rimbaud au « bureau du bien-être social », le poète est coiffé « comme Bob Dylan » (HI15f). C’est dire que le Rimbaud de Desbiens subit l’influence anglo-américaine plutôt que d’être lui-même source d’influence.

54 Myriam Suchet, « Textes hétérolingues et textes traduits : de « la langue » aux figures de l’énonciation. Pour une littérature comparée différentielle », thèse de doctorat, université Concordia (cotutelle avec Paris Ouest et Lille 3), 2010, p. 251.

55 Ibid., p. 248. Parmi les textes qui jouent d’une telle asymétrie, Suchet mentionne explicitement, en note, celui de Desbiens ainsi que quelques autres.

56 Lance Hewson, « The Bilingual Edition in Translation Studies », art. cité, p. 152, le montre à l’aide de graphiques.

57 « Le temps passe si vite que les jours sont devenus un clignotement continu » (HI42f).

58 François Paré, Théories de la fragilité, ouvr. cité, p. 20.

59 Interpoler : insérer dans un texte des mots que ne contient pas l’original, par erreur ou par fraude.

60 « It’s an experimental work at least in regard to its bilingualism » ; et « occasionally rises to a certain off-hand beauty that is poetry » (Rosemary Aubert, « New Stars in the Galaxy of Canadian Poetry », art. cité, p. 30).

61 Johanne Melançon, « Relire L’Homme invisible / The Invisible Man et Les cascadeurs de l’amour », art. cité, p. 8.

62 Ibid., p. 9. Melançon cite Normand Renaud en guise d’exemple, mais on pourrait aussi penser aux très belles analyses de Jules Tessier sur le potentiel littéraire du bilinguisme des littératures franco-canadiennes. Voir Jules Tessier, Américanité et francité. Essais critiques sur les littératures d’expression française en Amérique du Nord, Ottawa, Le Nordir, 2001, p. 23-73.

63 Louis Bélanger, « Patrice Desbiens : au cœur des fictions sociales », art. cité, p. 226.

64 En choisissant le terme de Grutman, défini comme « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale », Suchet veut mettre l’accent « non sur la pluralité, mais sur la différence » et éviter les définitions monolithiques de la langue et dichotomiques de la traduction (Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIXe siècle québécois, Montréal, Fides, 1997, p. 37 ; Myriam Suchet, « Textes hétérolingues et textes traduits… », déjà cité, p. 5-6).

65 Myriam Suchet, « Textes hétérolingues et textes traduits… », déjà cité, p. 251.

66 Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999, p. 192.

67 Voir tout de même Francis Lagacé, « Apprivoiser sa langue comme une belle étrangère (La minorité dans la minorité : le cas du poète franco-ontarien Patrice Desbiens) », Francophonie et identités culturelles, Christiane Albert dir., Paris, Karthala, 1999, p. 85-106.

68 Patrice Desbiens, cité par José Acquelin et Yves Boisvert, « Patrice Desbiens. Un couteau à beurre en plastique volé à l’Académie », Lettres québécoises, nº 110, automne 2005, p. 8.

Auteurs

Université McGill (Montréal)

Université McGill (Montréal)

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par