Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Signes Traduire-écrire Sortir la traduction de la traduc...

Traduire-écrire

 | 
Arnaud Bernadet
, 
Philippe Payen de la Garanderie

La traversée des savoirs

Sortir la traduction de la traduction

Du Bellay : « De ne traduyre les poëtes »

Gérard Dessons

Texte intégral

1Les problèmes de traduction se présentent la plupart du temps comme des problèmes techniques. Mais la traduction n’est pas a priori un problème de technique. C’est avant tout un problème de théorie du langage, de point de vue sur le langage.

2La traduction est un nom générique pour une activité du langage qui, sous divers noms (translation, version, etc.), a affaire au pluriel des langues.

3C’est dire qu’elle n’est pas une prothèse pour pallier la catastrophe de Babel, mais qu’elle est interne au langage, comme une de ses pratiques ordinaires. Le langage, impliquant la nécessaire pluralité des langues (le point de vue est ici celui d’une anthropologie), implique l’idée de traduction (ce qui, du langage, est engagé en tant que traduction) comme une de ses composantes définitoires. La théorie de la traduction est donc avant tout une théorie du langage.

  • 1 Les Œuvres de Virgile traduites en françois, Préface, p. v, citée par Daniel Mercier, L’épreuve de (...)

4Le problème de la pratique implique un problème de point de vue. Ce que dit à peu près Desfontaines à propos de la difficulté de bien traduire Virgile en français : « Ce n’est […] pas la faute de notre langue, si nous n’avons pu jusqu’ici supporter en françois ce que nous admirons en latin. Il faut s’en prendre nécessairement à nos Traducteurs »1. S’en prendre à leur pratique, et en même temps s’en prendre à leur conception de la traduction, et, ce faisant, s’en prendre à leur conception du langage et de la littérature.

  • 2 La deffence & illustration de la langue francoyse, édition critique publiée par Henri Chamard, Libr (...)

5Je voudrais revenir sur les propos bien connus que Du Bellay consacre à la traduction dans sa Deffence. Replaçant le mythe de Babel dans son statut de métaphore, le livre s’ouvre sur l’affirmation claire que la pluralité des langues est une réalité anthropologique : « toute leur vertu est née au monde du vouloir, & arbitre des mortelz »2. Ce qui implique une réflexion opposée à une métaphysique du génie. S’il y a un génie des langues, il ne peut alors que désigner la spécificité d’une pratique collective des locuteurs.

De ne traduyre les poëtes

  • 3 Jacques Peletier du Mans, L’art poëtique, chapitre « Traduccion », à Lyon par Ian de Tournes, 1555, (...)

6On sait que les positions de Du Bellay se présentent sous une forme assez radicale. Ainsi, le chapitre V du premier livre de la Deffence affirme que « les Traductions ne sont suffisantes pour donner perfection à la Langue francoyse ». Il ne s’agit certes pas d’une condamnation sans appel, mais cette déclaration d’une insuffisance ontologique des traductions tranche avec l’affirmation, à peine modulée, d’un Peletier du Mans dans son Art poëtique, en 1555 : « Les Traduccions quand elles sont bien faites, peuvent beaucoup anrichir une Langue »3. De tels propos, cinq ans après la parution de la Deffence, font figure de réponse à ceux de Du Bellay.

7La position la plus radicale concerne l’interdiction de la traduction des poètes :

  • 4 DI, p. 40. Je redonne en entier ce passage bien connu pour qu’on l’ait sous les yeux au moment où j (...)

De ne traduyre les Poëtes […], genre d’aucteurs certes auquel si je scavoy’, ou vouloy’ traduyre, je m’adroisseroy’ aussi peu, à cause de ceste divinité d’invention, qu’ilz ont plus que les autres, de ceste grandeur de stile, magnificence de motz, gravité de sentences, audace & varieté de figures, et mil’ autres lumieres de poësie : bref ceste energie, & ne scay quel esprit, qui est en leurs ecriz, que les Latins appelleroient genius. Toutes les quelles choses se peuvent autant exprimer en traduisant, comme un peintre peut représenter l’ame avecque le cors de celuy qu’il entreprent tyrer apres le naturel.4

8Il n’est pas possible de lire ces déclarations de Du Bellay contre la traduction des œuvres poétiques en les extrayant de leur contexte, qui est celui d’une entreprise clairement définie : « la matiere que je traite […] est l’ornement & illustration de notre Langue » (DI, p. 74). La finalité du propos n’est une réflexion ni sur la théorie, ni sur la pratique de la traduction. « Des mauvais Traducteurs, & de ne traduiyre les Poëtes » n’est qu’un chapitre d’un ouvrage dont l’objectif est tout à la fois linguistique, poétique et politique.

9La position de Du Bellay fut jugée radicale, mais elle apparut un peu rapide quand trois ans plus tard son auteur présentait sa propre traduction du quatrième livre de L’Énéïde : une entreprise inconséquente pour qui se souvenait du texte de 1549. À tel point que Du Bellay, en présentant sa traduction, s’est senti obligé de revenir sur sa fameuse déclaration :

  • 5 Le Quatriesme / livre de l’Eneide / de Vergile, tra- / duict en vers François. La Complaincte de /  (...)

Ie n’ay pas oublié ce, qu’autrefois i’ay dict des translations poëtiques : mais ie ne suis si ialouzement amoureux de mes premieres apprehensions, que i’aye honte de les changer quelquefois à l’exemple de tant d’excellens aucteurs, dont l’auctorité nous doit oster ceste opiniastre opinion de vouloir tousiours persister en ses advis, principalement en matiere de lettres.5

10Convenons que l’argument est plutôt spécieux.

11En fait, replacé dans le contexte de la Deffence, le chapitre « De ne traduyre les Poëtes » doit être relu en opérant un déplacement du regard, et par conséquent, de l’objet du propos. Il s’agit, dans cette réflexion, de la légitimité littéraire de la langue française, contre l’hégémonie des Anciens. Le français avait, peu avant (août 1539), acquis la légitimité d’une langue politique, c’est-à-dire d’un idiome capable de rassembler une nation sur une organisation sémantique claire de la cité. C’est ce qu’affirmait l’article 110 de l’« Ordonnance générale sur le fait de la justice, police et finances » de Villers-Cotterêts :

Que les arretz soient clers et entendibles. Et affin qu’il n’y ayt cause de doubter sur l’intelligence desdictz arretz. Nous voulons et ordonnons qu’ilz soient faictz et escriptz si clerement qu’il n’y ayt ne puisse avoir aulcune ambiguite ou incertitude, ne lieu a en demander interpretacion.

12C’est dans ce cadre que s’inscrit l’article 111 imposant l’usage du français dans les actes officiels et de justice :

Et pour ce que telles choses sont souvent advenues sur l’intelligence des mots latins contenuz esdits arrestz, nous voulons doresnavant que tout arrestz, ensemble toutes autres procédures, soient de noz courtz souveraines et autres subalternes et inférieurs, soient des registres, enquestes, contractz, commissions, sentences, testamens, et autres qielzconques actes et exploictz de justice, ou qui en déppendent, soient prononcez, enregistrez et délivrez aux parties en langage maternel françois et non autrement.

  • 6 Voir « L’ordonnance de Villers-Cotterêts cadre juridique de la politique linguistique des rois de F (...)
  • 7 Du Marsais [Dumarsais], Des Tropes, Gérard Dessons éd., Paris, Éditions Manucius (Le Philologue), 2 (...)

13Je laisse de côté le débat sur la signification exacte de l’expression « langage maternel françois » qui peut désigner aussi bien le seul français de la cour que les autres idiomes maternels parlés sur le royaume de France6. Il faut en revanche souligner la double portée de ce texte : pragmatique et théorique. Pragmatique, c’est le plan explicite des articles. Il s’agit de rendre compréhensibles par tous les intéressés les actes de justice, encore souvent rédigés en latin (la préconisation de l’usage du français maternel dans certaines provinces remonte au XVe siècle) par des praticiens connaissant mal la langue, ce qui favorise les malentendus et les désaccords. Le plan théorique, qui sous-tend l’argumentation, c’est le rapport de la langue à la cité. Justifier le choix d’un vulgaire par la désambiguïsation du politique s’appuie sur une conception de l’intelligence des propos ancrée dans l’empiricité des discours, ce qui est remettre la loi dans l’usage de la langue, dans l’individuation langagière collective, ce que Dumarsais appellera, en 1730, « l’usage de la vie »7. L’abandon du latin comme langue juridique répondait sans doute à un souhait de clarification des discours, mais en même temps constituait une opération de transfert de la légitimité politique d’une langue d’autorité à la langue sinon du seul roi, du moins des locuteurs du royaume.

Limites de la traduction

14Si l’article 111 de l’ordonnance avait comme projet la légitimation politique du français, il ne travaillait pas – ce n’était pas son but – à la construction de l’identité de la langue (de là les discussions autour de l’expression « langage maternel françois »). Or, ce qui fait l’identité d’une langue, ce n’est pas l’étendue de son aire de pratique, ni sa capacité à s’assimiler d’autres idiomes, c’est sa capacité à produire de la valeur, c’est-à-dire, en s’inventant, d’inventer un collectif qui soit le partage de valeurs que les locuteurs reconnaissent et dans lesquelles ils se reconnaissent à la fois comme individus et comme collectivité. Et pour cela, il était nécessaire, comme l’a bien compris Du Bellay, de mettre au premier plan le rapport entre la langue et la littérature.

15Ce qui est visé par Du Bellay, c’est explicitement d’« enrichir » (DI, p. 45) une langue pauvre parce que mal cultivée (DI, p. 24-28). La Deffence ne cesse de rappeler cette finalité, appelant à « l’amplification de notre Langue » (DI, p. 48). Mais cet enrichissement ne peut se penser qu’en relation avec la littérature.

16Dans cette opération, la traduction apparaît comme une ressource limitée. En tant que pratique, la traduction ne pose pas de problème tant que ce « louable labeur » (DI, p. 32) s’applique à la connaissance des textes scientifiques ou à l’apprentissage des langues, comme il apparaît, de biais, quand Du Bellay affirme la capacité de la langue française à traiter de telles questions : « Toutes Sciences se peuvent fidelement & copieusement traicter en icelle, comme on peut voir en si grand nombre de livres Grecz & Latins, voyre bien Italiens, Espaignolz & autres, traduictz en Francoys par maintes excellentes plumes de nostre tens » (DI, p. 31-32). Le véritable problème posé par la traduction concerne la traduction des poèmes.

  • 8 Je prends ce terme dans le sens où Henri Meschonnic l’utilise pour marquer une activité du langage, (...)

17Du Bellay voit bien, même s’il s’exprime, évidemment, dans les termes de son temps, que la question du traduire8, avant d’être un problème technique, est d’abord une problématique critique qui instaure un débat entre le point de vue des langues et celui des discours. Ou, si l’on veut être plus précis, une question de régime de discursivité. Tant qu’on a affaire à un discours qui fonctionne selon le régime du signe, c’est-à-dire, comme l’a montré Henri Meschonnic, du seul signifié pris pour l’entier du signe, l’opération de traduction rencontre surtout des difficultés techniques et conceptuelles. La question de l’intraduisible, particulièrement, ne se pose pas – en tout cas pas dans des termes ontologiques.

18Le problème, en revanche, se pose face à la littérature, à cette dimension « artistique » du langage, lieu de l’invention de la valeur dans l’invention conjointe du langage et d’un sujet, d’une manière de dire en tant que manière de langue et manière de sujet. « Divinité d’invention », écrit Du Bellay, « audace & varieté de figures » (DI, p. 40).

Le genius et le je ne sais quoi

  • 9 Henri Chamard, dans son édition de La deffence, signale que Barthélemy Aneau, dans son Quintil Hora (...)

19Lorsque Du Bellay évoque l’insuffisance de la traduction pour « elever nostre vulgaire à l’egal & parangon des autres plus fameuses Langues » (DI, p. 32), la traduction dont il parle est une opération en langue, pas en discours : « Les fideles traducteurs peuvent grandement servir & soulaiger ceux qui n’ont le moyen unique de vacquer aux Langues estrangeres » (DI, p. 34). On pourrait s’en étonner, de la part d’un poète. Mais, la traduction n’étant qu’un thème occasionnel dans son livre sur la langue française, Du Bellay n’a pas pour objectif d’en discuter les conceptions. En outre, et c’est le plus important, il entend sous le nom de « traduction » l’idéologie courante de la traduction : fidéliste et entropique. Réduite au statut d’outil de communication et de medium de connaissance entre deux langues différentes, la traduction joue un rôle mineur dans l’accession d’une langue à son identité spécifique : « L’office & diligence des traducteurs, autrement fort utile pour instruyre les ingnorans des Langues etrangeres en la congnoissance des choses, n’est suffisante pour donner à la nostre ceste perfection, &, comme font les peintres à leurs tableaux, ceste dernière main que nous desirons » (DI, p. 39). La traduction reste dans l’ordre du signe, indifférente à la valeur, « ceste dernière main » – ou manière9 – qui parachève les œuvres en même temps qu’elle les signe du nom d’un sujet collectif. En quoi réside l’artisticité des textes.

20Dans la mesure où la traduction se trouve définie comme une opération sur des langues (comme chez Dolet, par exemple), il est logique que les traducteurs échouent à rendre le discours, en l’occurrence – en reprenant les catégories du « bien dire » de la rhétorique convoquées par Du Bellay – l’invention, « cette copie & richesse d’invention, premiere & principale piece du harnoys de l’orateur » (DI, p. 33-34), et l’élocution, « par la quelle principalement un orateur est jugé plus excellent, & un genre de dire meilleur que l’autre […], & dont la vertu gist aux motz propres, usitez, & non aliénes du commun usaige de parler, aux methaphores, alegories, comparaisons, similitudes, energies, & tant d’autres figures & ornemens, sans les quelz tout oraison & poëme sont nudz, manques et debiles » (DI, p. 34-36). Évaluant l’ensemble de ce qui contribue à la singularité, voire à la spécificité des œuvres, le jugement de Du Bellay est sans appel : « Je ne croyray jamais qu’on puisse bien apprendre tout cela des traducteurs » (DI, p. 36). La limite est double. Elle concerne à la fois la singularité du discours, qui constitue l’individuation linguistique : « Il est impossible de le [« tout cela »] rendre avecques la mesme grace dont l’autheur en a usé » (ibid.), et la spécificité de la langue, ce « je ne scay quoy propre seulement à elle » (ibid.), et à quoi les poètes peuvent atteindre parce qu’ils l’inventent, parce que leurs œuvres en sont l’historicité. Il s’agit du je ne sais quoi, du rapport d’une langue à son invention continue par une collectivité de locuteurs.

  • 10 Ouvr. cité, p. 12.

21Le génie du poète et le génie de la langue se confondent alors. C’est le lieu de l’invention de la valeur, dont la spécificité réside dans une pure activité sans nom, « ne scay quel esprit, qui est en leurs ecriz » (DI, p. 40), mais « que les Latins appelleroient genius » (ibid.), et que la traduction – définie, j’y insiste, comme une opération de langues – échoue à restituer. Le domaine du genius relève ainsi de la seule juridiction du je ne sais quoi. Dans l’introduction à sa traduction du quatrième livre de L’Énéïde, Du Bellay évoque « l’inimmitable maĩ [main] de ce Pyndare François PIERRE DE RONSART, nostre commun amy : des labeurs duquel […] nostre poëzie doit esperer ie ne sçay quoy plus grand, que l’Ilïade »10. Le je ne sais quoi est ici l’expression de la propriété, de la spécificité, de l’identité. « L’inimmitable maĩ » désigne ici la manière comme valeur.

Imitation, innutrition

  • 11 Sur l’imitation, voir Gérard Dessons, Introduction à la poétique, chap. iv, « L’imitation », Paris, (...)

22Traduire met au centre du langage comme institution – la seule, dit Saussure, que l’homme ne se donne pas – l’altérité. C’est pourquoi la question de la traduction rencontre nécessairement la théorisation de l’imitation11, chez Du Bellay, mais aussi chez Thomas Sébillet ou chez Jacques Peletier (dans son Art poëtique, les chapitres « Imitacion » et « Traduccion » se suivent).

  • 12 L’Olive, ouvr. cité.
  • 13 Voir Émile Faguet, Seizième siècle, études littéraires, Lecène, Oudin et Cie, 1894, p. 214.

23L’imitation comme relation à un autre texte, Du Bellay en expose le fonctionnement dans la préface de l’Olive. L’écrivain doit s’imprégner des livres qu’il lit, dont il restitue ensuite quelque chose en écrivant. L’opération se fait en deux temps. D’abord, explique Du Bellay, « par la lecture des bons livres je me suis imprimé quelques traictz en la fantaisie »12. Ces traits, ensuite, « venant à exposer mes petites conceptions selon les occasions qui m’en sont données, me coulent beaucoup plus facilement en la plume qu’ilz ne me reviennent en la memoire » (ibid.). Cette conception de l’imitation est connue traditionnellement sous le nom de « théorie de l’innutrition »13. Elle est exposée, sous sa forme métaphorique, dans La Deffence. Je reprends ce texte bien connu : « Immitant les meilleurs aucteurs Grecz, se transformant en eux, les devorant, & apres les avoir bien digerez, les convertissant en sang & nourriture, se proposant, chacun selon son naturel & l’argument qu’il vouloit elire, le meilleur aucteur, dont ilz observoint diligemment toutes les plus rares & exquises vertuz, & icelles comme grephes, ainsi que j’ay dict devant, entoint & apliquoint à leur Langue » (DI, p. 42-43). La « méthode » est en réalité l’exposition d’un problème d’éthique du langage. « Se transformer » en l’autre implique autre chose qu’un simple « à la manière de ». Il s’agit de devenir soi-même l’autre.

24Importe ici le processus d’appropriation, au sens fort du terme, le devenir propre d’un mode de dire : « emprunter d’une Langue etrangere les sentences & les motz, & les approprier à la sienne » (DI, p. 46-47). Être autre en tant que soi-même, en même temps qu’être soi-même en tant qu’autre.

25Des contemporains et des commentateurs qui leur ont succédé ont vu des contradictions dans la position de Du Bellay sur l’imitation. À première vue, rien ne semble distinguer l’attitude copiste des « immitateurs, troupeau servil » (DI, p. 82) « jurant en leurs proses aux motz & sentences de l’autre » (DI, p. 77), et l’attitude créative proposant d’« emprunter d’une langue étrangère les sentences et les mots, et les approprier à la sienne » (DI, p. 46-47). Pourtant, quelque chose oppose ces deux attitudes : la portée individuante, la constitution d’une identité dans l’altérité, l’appropriation, le fait de constituer dans le rapport à l’autre son « propre ».

Fureur et folie

  • 14 Rivarol, note à sa traduction du chant XX de L’Enfer de Dante, cité par Georges Mounin, Les belles (...)
  • 15 Rivarol, Discours sur l’universalité de la langue française, précédé de La langue humaine par Gérar (...)

26Les théoriciens classiques accentueront la part de l’altérité dans la conception de la traduction. Pour Rivarol, « la langue française ne recevra toute sa perfection, qu’en allant chez ses voisins pour commercer, et pour reconnaître ses vraies richesses ; en fouillant dans l’antiquité à qui elle doit son premier levain et en cherchant les limites qui la séparent des autres langues. La traduction seule lui rendra de tels services. Un habile traducteur la tâte pour ainsi dire en tous sens ; bientôt il sait tout ce que peut ou ne peut pas sa langue ; il épuise ses ressources, mais il augmente ses forces, surtout lorsqu’il traduit les ouvrages d’imagination, qui secouent les entraves de la construction grammaticale, et donnent des ailes au langage »14. Ce propos, par parenthèse, expose un point de vue tout autre que celui développé dans le Discours sur l’universalité de la langue française (1784), où l’une des qualités de la langue française consiste en sa capacité de s’assimiler les autres langues par la vertu de son génie propre : « Il faut, pour ainsi dire, voyager dans les langues, et, après avoir savouré le goût des plus célèbres, se renfermer dans la sienne »15. Le voyage dans les langues se termine par un renfermement sur son génie. Mais il faut comprendre – ce qui réduit la portée des propos qui y sont tenus – que le Discours a été rédigé pour répondre à un concours, c’est-à-dire qu’il y a, à côté d’idées qui tiennent à leur auteur, des propos orientés dans le sens du thème mis au concours.

  • 16 L’art poëtique, chapitre « De l’Imitacion », ouvr. cité, p. 23-24.

27Traduire, comme écrire, sont des pratiques à risque. Peletier, attaché à prévenir une conception copiste de l’imitation (« Il ne faut pas pourtant que le Poëte qui doit exceler, soit imitateur jure ni perpetuel […]. Celui sera tousjours dernier, qui tousjours suivra »16) ose cette métaphore de l’œuvre poétique : « Nous prendrons les écrits des Poètes pour une Mer : en laquelle y a écueils, sables mouvants, gouffres » (ibid., p. 30). L’image est explicite. On n’imite – ni ne traduit – impunément.

  • 17 Étienne Dolet, La Manière de bien traduire d’une langue en aultre, section de L’Orateur françois, a (...)
  • 18 La Fontaine, dans son épître à Huet, en 1687, accepte de transporter dans son œuvre un peu de l’œuv (...)

28Du Bellay et Ronsard prennent ce risque qui est une chance pour la langue. Étienne Dolet, en revanche, évitait les dangers de la traduction surtout quand elle est pratiquée à partir de « langues non reduictes encores en art certain, & repceu »17. Si, à partir de telles langues, on traduit une œuvre latine, il conseille de se « garder d’usurper mots trop approchants du Latin, & peu usités par le passé » (ibid.) : « cõtente toy du commun, sans innover aulcunes dictions follement » (ibid.). Dolet parle d’« arrogance » (ibid.). « Tout cela se peult debattre entre babillarts : mais le meilleur est de suivre le cõmun langage » (ibid.)18. La théorie de la belle infidèle repose sur ce souci de ne pas heurter le lecteur en rapportant l’œuvre au commun du vulgaire. Pour Du Bellay, il s’agit davantage d’inventer le commun par la traduction.

  • 19 Ronsard, deuxième préface à La Franciade, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Bibliothèque La Pléia (...)

29Cette idée d’un déplacement des entraves de la syntaxe que Rivarol défend chez les traducteurs comme exploration des possibilités d’une langue, Ronsard l’exprimait pour l’art des poètes même. Il proposait ainsi « de permettre quelque licence à nos Poètes Français », puisque cette liberté d’écriture a produit « tant de belle figures que les poètes en leur fureur ont trouvées, franchissant la loi de Grammaire, que depuis les orateurs de sens rassis ont illustrées, […] faisant leur profit de la folie d’autrui »19.

  • 20 Jean Nicot, dans son Thresor de la langue française (1606), traduit Hominis intemperies par « la fu (...)

30Notons la présence dans la même phrase des mots fureur et folie, qui partagent le même paradigme sémantique. Nicot leur donne le synonyme commun d’intemperies, qui désigne une altération du comportement (déséquilibre)20. Mais fureur est plutôt du côté de l’art, du travail poétique. Chez Nicot, le mot désigne une force qui pousse en avant (impetum), un précipité d’émotion, une colère (ira) qui semble venir d’un ailleurs de l’homme, une rage (rabies) qui nomme un comportement à la limite de la pathologie. Folie est plutôt du côté de la sottise (stultitia), de l’altération du sens (ineptiae), de la raison (insipientia).

31La traduction n’est alors que la réalisation pragmatique d’un problème fondamental, qui est celui même de la création : la question de l’altérité.

  • 21 D’Alembert, Observations sur l’art de traduire, dans Daniel Mercier, L’épreuve de la représentation(...)

32Figure de l’autre dans le langage, l’étranger est un révélateur éthique. D’Alembert, comme Ronsard le faisait vis-à-vis du poète, propose le décentrement linguistique vers l’autre comme modèle de la traduction : « On se trouve quelquefois avec des étrangers de beaucoup d’esprit, qui parlent facilement et hardiment notre langue ; en conversant ils pensent en leur langue, et traduisent dans la nôtre ; et nous regrettons souvent que les termes énergiques et singuliers qu’ils emploient ne soient point autorisés par l’usage. La conversation de ces étrangers (en la supposant correcte) est l’image d’une bonne traduction […]. Alors la traduction aura toutes les qualités qui doivent la rendre estimable : l’air facile et naturel, l’empreinte du génie de l’original, et en même temps ce goût de terroir que la teinture étrangère doit lui donner »21.

  • 22 Daniel Mercier, L’épreuve de la représentation…, ouvr. cité, p. 216.

33Daniel Mercier a raison de trouver la proposition « audacieuse, puisqu’une telle pratique – qui équivaut à reconnaître à la traduction un certain droit à la singularité et à l’étrangeté – semble remettre en cause l’idéal de naturalisation défini au XVIIe siècle et encore largement pratiqué au XVIIIe »22. Mais quand il dit que « c’est d’abord au bénéfice de l’écrivain que travaille d’Alembert, bien plus qu’à celui du traducteur » (ibid.), il ne voit pas qu’en fait ce travail se fait au bénéfice de la langue traduisante, c’est-à-dire d’une collectivité de locuteurs.

34Finalement, cette invention du dire dans le dire même retire le génie à une métaphysique de la création pour le placer dans l’historicité du poème : « Or, qu’est-ce qu’une expression de génie ? Ce n’est pas un mot nouveau dicté par la singularité ou par la paresse ; c’est la réunion nécessaire et adroite de quelques termes connus pour rendre avec énergie une idée nouvelle. C’est presque la seule manière d’innover qui soit permise en écrivant » (ibid.). Mais le point important de la réflexion de d’Alembert est ailleurs. Il concerne la mise en relation nécessaire du génie littéraire et de l’invention d’une communauté : « Quand on aura lieu de juger que l’auteur aura hasardé dans sa langue une expression de génie, c’est qu’on pourra en chercher de pareilles » (ibid.). Le génie nomme clairement ici la dimension devenue collective d’une manière singulière. C’est cela, une manière continuée.

  • 23 Émile Faguet, Seizième siècle, études littéraires, ouvr. cité. La scission tient sur deux arguments (...)

35Il convient donc de replacer le travail de La Deffence dans l’opération critique qu’y réalise Du Bellay : une remise en cause du rapport langue-discours, lisible dans la composition de l’ouvrage en deux parties articulées ensemble : « La Deffence & Illustration de la langue francoyse », titre de l’ouvrage, et « l’illustration de nostre poësie Francoyse », expression qui figure dans l’envoi au lecteur qui termine le volume (DI, p. 201). On ne peut pas dissocier ces deux livres, contrairement à l’avis d’Émile Faguet23. Ils organisent les deux pôles de l’ouvrage : illustration de la langue française, illustration de la poésie française. On comprend alors la nécessité, pour le lecteur, de lire l’ouvrage in extenso. Du Bellay y insiste : « L’autheur prye les Lecteurs differer leur iugemẽt iusques à la fin de Livre, & ne le cõdamner sans avoir premierement bien veu, & examiné ses raisons » (DI, p. 9).

36Du Bellay est certainement l’un des théoriciens du langage qui ont le mieux saisi les enjeux du traduire. Exposant le caractère incommensurable de l’activité poétique et des conceptions du langage impliquées par l’idée de traduction, il n’a pu que travailler, en linguiste et en poète, à faire sortir la traduction de la traduction.

Notes

1 Les Œuvres de Virgile traduites en françois, Préface, p. v, citée par Daniel Mercier, L’épreuve de la représentation. L’enseignement des langues étrangères et la pratique de la traduction en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Annales littéraires de l’université de Besançon, 1995, p. 220.

2 La deffence & illustration de la langue francoyse, édition critique publiée par Henri Chamard, Librairie Marcel Didier, 1970, p. 12. Les indications de pages renvoient toutes à cette édition qui sera abrégée en DI.

3 Jacques Peletier du Mans, L’art poëtique, chapitre « Traduccion », à Lyon par Ian de Tournes, 1555, p. 31.

4 DI, p. 40. Je redonne en entier ce passage bien connu pour qu’on l’ait sous les yeux au moment où je le commenterai d’un peu plus près.

5 Le Quatriesme / livre de l’Eneide / de Vergile, tra- / duict en vers François. La Complaincte de / Didon à Enée, prïnse d’Ovide. / Autres œuvres de l’invention du translateur. / Par / I. D. B. A. / Avec Privilege / A Paris, / […] / 1552, p. 8-9.

6 Voir « L’ordonnance de Villers-Cotterêts cadre juridique de la politique linguistique des rois de France ? », p. 2-3. En ligne sur : [http://partages.univ-rennes1.fr/files/partages/Recherche/Recherche%20Droit/Laboratoires/CHD/Membres/Soleil/Villers-Cotterets.pdf].

7 Du Marsais [Dumarsais], Des Tropes, Gérard Dessons éd., Paris, Éditions Manucius (Le Philologue), 2011, p. 149. Voir en particulier notre préface, p. 9 et la note 1.

8 Je prends ce terme dans le sens où Henri Meschonnic l’utilise pour marquer une activité du langage, ce que le mot « traduction » ne rend pas toujours. Voir Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999 et Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier, 2007.

9 Henri Chamard, dans son édition de La deffence, signale que Barthélemy Aneau, dans son Quintil Horatian (1550), a jugé comme une « impropriété » l’emploi de « donner la dernière main pour mettre fin & parachever » (ouvr. cité, p. 38 et 142), expression que Du Bellay emploie ailleurs dans ce sens, comme dans L’Olive, décrit comme un « Ouvraige precipité : semblable à un fruict abortif, ou à ces Tableaux, ausquelz le Peintre n’a ẽcores dõné la derniere Main » (L’Olive et quelques autres œuvres poeticques, imprimé à Paris pour Arnoul l’Angelier tenant sa bouticque au second pillier de la grand’sale du Palays, 1949, « Au Lecteur », p. Aii). En fait, dans cette expression Aneau a surtout retenu le sens de l’adjectif (« dernière »), alors que Du Bellay insiste sur la « main » c’est-à-dire, ici, sur la manière. C’est le sens qu’a également le mot main quand Du Bellay évoque « l’inimmitable maĩ [main] de ce Pyndare François PIERRE DE RONSART » dans l’introduction à sa traduction de L’Énéïde (voir ci-après).

10 Ouvr. cité, p. 12.

11 Sur l’imitation, voir Gérard Dessons, Introduction à la poétique, chap. iv, « L’imitation », Paris, Nathan, 2000.

12 L’Olive, ouvr. cité.

13 Voir Émile Faguet, Seizième siècle, études littéraires, Lecène, Oudin et Cie, 1894, p. 214.

14 Rivarol, note à sa traduction du chant XX de L’Enfer de Dante, cité par Georges Mounin, Les belles infidèles, Paris, Cahiers du Sud, 1955, p. 23-24.

15 Rivarol, Discours sur l’universalité de la langue française, précédé de La langue humaine par Gérard Dessons, Paris, Éditions Manucius, 2013, p. 98.

16 L’art poëtique, chapitre « De l’Imitacion », ouvr. cité, p. 23-24.

17 Étienne Dolet, La Manière de bien traduire d’une langue en aultre, section de L’Orateur françois, a Lyon, chés Dolet mesme, 1540, p. 14.

18 La Fontaine, dans son épître à Huet, en 1687, accepte de transporter dans son œuvre un peu de l’œuvre du modèle si ce passage « peut entrer dans mes vers sans nulle violence ». Voici le passage en entier : « Mon imitation n’est point un esclavage / Je ne prends que l’idée, et les tours, et les lois, / Que nos maîtres suivaient eux-mêmes autrefois, / Si d’ailleurs quelque endroit plein chez eux d’excellence / Peut entrer dans mes vers sans nulle violence, / Je l’y transporte, et veux qu’il n’ait rien d’affecté, / Tâchant de rendre mien cet air d’antiquité ».

19 Ronsard, deuxième préface à La Franciade, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Bibliothèque La Pléiade), 1950, t. II, p. 1022-1023.

20 Jean Nicot, dans son Thresor de la langue française (1606), traduit Hominis intemperies par « la fureur ou folie d’un homme ».

21 D’Alembert, Observations sur l’art de traduire, dans Daniel Mercier, L’épreuve de la représentation…, ouvr. cité, p. 216.

22 Daniel Mercier, L’épreuve de la représentation…, ouvr. cité, p. 216.

23 Émile Faguet, Seizième siècle, études littéraires, ouvr. cité. La scission tient sur deux arguments : « La Défense et Illustration est […] d’abord un manifeste contre ceux qui écrivent en latin, ensuite un art poétique. Nous ne nous occuperons guère que de la seconde partie » (p. 212). Ensuite, dénonçant dans la Défense une contradiction fondamentale : « 1° il faut écrire en français et être français ; 2° il faut étudier les anciens et s’en emparer » (p. 215), il ajoute qu’elle est patente « surtout à comparer le premier livre au second » (p. 216).

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search