Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Signes Traduire-écrire Traduction, littérature, culture ...

Traduire-écrire

 | 
Arnaud Bernadet
, 
Philippe Payen de la Garanderie

La traversée des savoirs

Traduction, littérature, culture : déclinaisons du langage dans les disciplines de la mondialisation

Claire Joubert

Texte intégral

Langage, langues, poème : écrire, donc traduire

  • 1 J’indiquerai par la majuscule le nom des disciplines analysées, pour les distinguer des objets cult (...)

1« Traduire-écrire » : l’horizon proposé pour la réflexion par les coordinateurs de ce volume est riche déjà d’une tradition conséquente de travaux que l’on peut assez facilement composer en une histoire, avec son corpus associé d’auteurs clés (les poètes traducteurs et auto-traducteurs, par exemple : Bonnefoy, Borges, Nabokov, Beckett…) et ses traditions intellectuelles de référence (le romantisme allemand et la tradition philosophique européenne qui en découle ; la philologie et ses développements dans le comparatisme). Mais le geste de rapporter la traduction à la réflexion sur la littérature prend une résonance particulière dans le contexte actuel des études de lettres et de sciences humaines ; il en va de même avec celui de se donner pour cadre le comparatisme méthodologique marqué dans la notion de « poétiques européennes ». Je m’associe pleinement à ces points de départ qui permettent de poser que le littéraire engage le national, et toute la complexité de son histoire linguistico-politique ; qu’il n’y a pas d’intelligence de la littérature sans la pluralité des littératures ; qu’on peut travailler à contre-sens l’habitus monolingue des Lettres en France1, en dégageant les potentiels des disciplines des Langues pour un comparatisme de l’« écrire ».

2Dans mon propre projet de poétique de l’étranger je cherche à explorer, depuis la discipline de l’Anglais, la criticité du problème du littéraire pour une pensée de l’étranger, comme pan majeur de l’anthropologique : travailler depuis le point de vue du poème pour observer les dynamiques de la culture comme processus de la différence culturelle, et du langage comme manifesté nécessairement dans la pluralité des langues – ce principe d’historicité établi depuis Humboldt. Viser une poétique de l’étranger, c’est chercher à développer à partir de la criticité du littéraire une prise critique sur les débats contemporains du politique, et sur le tour distinctement géopolitique qu’ils ont pris depuis la fin de la Guerre froide, et de la perspective tiers-mondiste qui lui était corrélative. C’est, depuis le littéraire – qui est la coïncidence même dans le poème de l’art dans la langue et de la spécificité culturelle –, penser l’entrée en régime de mondialisation et de postcolonialité ; participer à l’identification des dynamiques du multiculturalisme et du transnational ; participer à la sémantisation des nouveaux partages entre le politique et le culturel, à un moment où la politique du culturel acquiert une importance et une autonomie d’action inédites.

  • 2 « Aucun problème n’est aussi consubstantiel aux lettres et à leur modeste mystère que celui que pro (...)
  • 3 Ferdinand de Saussure, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard (Bibliothèque de Philosoph (...)

3Ce champ d’enjeux est simple à reconnaître, mais il est chargé de cette complexité contemporaine toute entière, trans-sociale (ce serait là son versant irénique, culturaliste), et géopolitique (ici, son versant plus mordant, attentif à la violence inhérente à ces rapports). Le croisement langage-littérature est repéré de longue date comme le point où se travaille le rapport culturel – le rapport différentiel de culture. Il a de ce fait la simplicité épistémologique du « modeste mystère » évoqué par Borges2. Mais il porte bien tous les enjeux profondément politiques de ce que Saussure appelle la « vie des peuples »3.

  • 4 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale [1916], Paris, Payot, 1967, p. 100.

4Comme point d’entrée dans les modalités contemporaines de ces enjeux, les constructions scientifiques actuelles de la question de la différence des langues m’apparaissent comme un objet d’étude crucial, dans la perspective d’une analyse critique des discours qui secrètent les mondialisations. Deux lignes doivent se mettre en rapport ici, et c’est dans leur rapport que quelque chose de déterminant se joue : l’histoire des théories, « internaliste », à tenir articulée de près à l’histoire des situations d’énonciation de la théorie. Il s’agit de tenir articulés donc, pour ce qui concerne les études littéraires, d’une part les développements de la théorie littéraire depuis Jakobson – les développements en son sein de ce que Barthes a appelé la « problématique du langage », et le déploiement des « conséquences innombrables » (Saussure) issues de la révolution sémiologique4 – en cherchant à comprendre leur rôle dans la genèse de l’intérêt actuel pour la traduction ; et d’autre part, l’histoire des transformations disciplinaires.

  • 5 J’indiquerai par la majuscule la phénomène de mondialisation des marchés qui a transformé le systèm (...)

5Il est clair que les nouvelles légitimités savantes de la traduction, débordant largement son instrumentalité didactique traditionnelle, sont partie prenante d’une reconfiguration majeure du contexte institutionnel, et demandent à être pensées sur la base des nouvelles divisions internationales du travail intellectuel : d’une nouvelle économie du savoir/pouvoir, comme composante stratégique de « la Mondialisation »5, et ingrédient crucial du rapport d’étranger contemporain. C’est la réactualisation spectaculaire de la catégorie wébérienne d’« esprit du capitalisme » qu’il s’agit de prendre en compte, avec les implications qui en dérivent pour les disciplines de « l’esprit » à l’intérieur du régime nouvellement identifié dans l’idéologème trans-nationaliste de la « société de la connaissance » : la situation révolutionnée du langage (et de la littérature) dans le « capitalisme cognitif » ; les « réformes » auxquelles cette modernité soumet les formes culturelles sociales, de longue histoire, que sont les lettres et sciences humaines, et jusqu’à la notion épistémologique de discipline.

  • 6 Lawrence Venuti ouvre en ces termes – « Translation Studies : an Emerging Discipline » – l’introduc (...)

6On peut partir du constat de l’émergence récente6, ou de la « majoration » marquée, de la question de la traduction dans la sphère académique institutionnelle : sa nouvelle légitimité et son installation en orthodoxie, en France mais aussi à l’étranger, depuis une quinzaine d’années. C’est un fait remarquable, un donné d’actualité, dont l’analyse peut permettre de comprendre certaines des réorientations des flux de pouvoir. La formation d’un champ de la traduction, observable presque à l’œil nu, semble fonctionner institutionnellement comme zone de convergence possible, non encore territorialisée, où chacun peut espérer gagner en territoire et en territorialisation, dans un contexte de pression managériale sur l’université et de concurrence pour les nouveaux partages. En tant que champ elle peut, aussi, se constituer en une sorte de surface de réparation consensuelle, où recomposer un compromis théorico-idéologique dans le sens des idéologèmes où « la Mondialisation » se présente comme un humanisme ; visage du « dialogue des cultures ». De toute évidence, il se joue autour d’elle quelque chose d’important dans le processus de redistribution du compact savoir-pouvoir. Mais la réflexion sur cette genèse comme discipline d’enseignement et de recherche tend à être éclatée, multiple, mal balisée, éventuellement effacée, au profit d’intérêts qu’il s’agit précisément de discerner. Souvent présentée, par exemple dans les propos liminaires des manuels de traductologie, comme une question venant du fond des âges ou – au contraire mais simultanément – de la pression immédiate de l’actualité, sa contextualisation tend à être sous-théorisée, et régulièrement déproblématisée. Le travail est à entreprendre dans son histoire récente pour y refaire les différenciations, y réarticuler les lignes de force, démêler les généalogies ; faire apparaître le relief des enjeux. L’étude du processus de légitimation rouvre le champ d’enjeux, précisément autour de la question critique centrale du langage comme différentiel des langues : du langage comme principe d’historicité, c’est-à-dire de criticité.

7La question sera donc de comprendre comment la traduction vient se dessiner une place dans une nouvelle configuration discursive des disciplines, en contexte de « Mondialisation ». Et d’explorer ce que la poétique – en tant précisément qu’elle rend le monolinguisme inutilisable, soucieuse qu’elle est de la spécificité discursive dont le poème est le modèle – peut prendre comme part au travail sémantique sur le présent politique en régime de « Mondialisation ».

  • 7 Il me semble qu’on peut fixer le point de départ du « tournant linguistique » dans l’étude de la li (...)
  • 8 Fredric Jameson, The Prison-House of Language. A Critical Account of Structuralism and Russian Form (...)
  • 9 Pour prendre un point de référence dans l’histoire de ce « tournant culturel » des disciplines du l (...)
  • 10 J’emprunte l’expression à l’article remarquablement lucide de Gérard Dessons, « Le Mallarmé des six (...)

8Dans l’immédiat, je voudrais ici mettre à l’épreuve une hypothèse : lire dans les disciplinarisations de la traduction dans les pays francophones et anglophones la continuation du destin du « tournant linguistique », structuraliste-saussurien – cette étape majeure dans l’histoire intellectuelle de la négociation du triple rapport langage-poème-culture. Essayer d’y reconnaître une nouvelle étape, à caractériser, dans l’évolution scandée depuis la parution de « Poétique et linguistique » par la haute époque de la « théorie » et de la « Theory », puis par les réactions contre la « pensée 68 » qui ont liquidé le saussurianisme en France et attaqué l’hégémonie de la theory dans les milieux universitaires anglophones ; enfin par l’ouverture d’une hypothétique « ère post-théorique » aux États-Unis et en Grande-Bretagne7. Le champ de la traduction semble proposer aux chercheurs – linguistes, littéraires des Lettres modernes et littéraires des Langues, spécialistes de Cultural Studies et de Postcolonial Studies, mais aussi spécialistes de « Langues de spécialité » et épistémologues des sciences humaines et sociales – un terrain où reprendre la question du langage, mais libérée de ce que le marxiste Fredric Jameson appelait déjà en 1974 the prison-house of language8. Repolitisée, reconnectée à l’histoire, remaillée au sujet et à la société, la pensée du langage se voit légitimée à neuf, ayant assuré son propre cultural turn9, sous la forme d’un « tournant traductif » (Venuti). L’épistémologie du tournant linguistique caractéristique des « sixties » scientifiques10 ; le reflux critique des années quatre-vingt (accompagné de la crise des Lettres, dans l’université française, britannique, américaine, mais aussi dans leur contexte extra-universitaire, avec les bouleversements politico-culturels des nouvelles technologies) ; les culturalismes des années quatre-vingt-dix : cette succession de générations, même grossièrement esquissée ici, suffit pourtant à faire sentir combien ces transformations (inter-)disciplinaires ont aussi été les transformations des situations discursives de ces disciplines dans les sociétés. Elle dit quelque chose de l’histoire tressée de la traduction, de la littérature, des systèmes d’enseignement, et des systèmes culturels au sens le plus large.

9La perspective qui m’intéresse, traversière à cette histoire complexe, reste d’observer comment la question de la traduction, quand elle arrive à visibilité scientifique, et pénètre jusqu’aux lettres, permet de dégager certains des enjeux actuels du langage, et de frayer des potentiels extrêmement précieux pour une anthropologie critique – mais permet aussi, dans la pratique disciplinaire, d’enfouir la question du langage : de perdre le langage comme question. Le travail sera donc, pour la poétique, de recalculer les coordonnées discursives de ces nouvelles situations d’énonciation, et d’y imaginer les points d’engagement critique possibles, dans le nouveau terrain de lutte intellectuelle que ces coordonnées constituent dans les massifs de pouvoir. C’est ici un système d’implications réciproques très large, et difficile à embrasser, qu’il me semble pourtant crucial de penser dans toute son extension : du poétique au politique. Tâcher donc pourtant d’y dessiner une situation de la traduction, comme question scientifique, et plus spécifiquement comme devenir de la question du langage : sa construction depuis les années soixante, et ses implications idéologiques sur l’horizon nouvellement pertinent du géoculturel. Les notes qui suivent s’arrêteront seulement sur trois points de relief dans cet ensemble : l’un rétrospectif, revenant à une étape intermédiaire en 1975 ; les autres cherchant à analyser deux dynamiques de constitution de la traduction en vecteur épistémologique, dans les développements plus récents : ses territorialisations en champs disciplinaires, et sa mise en œuvre comme paradigme.

Traverser le signe

  • 11 Philippe Sollers, « Préface », dans Théorie d’ensemble (choix) [1965], Paris, Seuil (Tel Quel), 198 (...)
  • 12 Selon le sous-titre donné par François Dosse à son Histoire du structuralisme. Le Champ du signe, 1 (...)
  • 13 Les deux tomes des Problèmes de linguistique générale sont publiés en 1966 et 1974 ; le premier vol (...)
  • 14 Incarnés par exemple par le volume de Ferry et Renaut sur la Pensée 68 (ouvr. cité), ou dans le phé (...)
  • 15 Julia Kristeva dir., La traversée des signes, Paris, Seuil, 1975, p. 7.
  • 16 Ibid., p. 7.
  • 17 Ibid., p. 8.

10Sur la ligne de continuité qui relie la traduction dans son statut scientifique récemment acquis à ses antécédences dans les innovations de l’époque sémiotique, le volume coordonné par Julia Kristeva, La traversée des signes, marque un temps intéressant. En 1975, date de la parution, on est dans l’époque tardive du structuralisme (les anglophones la désigneront comme temps du poststructuralism) ; en 1980 déjà Philippe Sollers11 portera un regard rétrospectif à la fois nostalgique et amusé sur la période du « champ du signe »12. La tendance universaliste du structuralisme (qui trouvera à se continuer dans les travaux de Chomsky par exemple), son fonctionnalisme anti-culturaliste, son textualisme de principe, ont déjà commencé à être soumis à la critique. Au radicalisme anhistorique des propositions de Barthes sur la langue « fasciste » en 1977, on a déjà trouvé des moyens de répondre, en montrant la différence entre le langage, la langue, et les langues – en refaisant la lecture de la distinction langue/parole chez Saussure ; en dégageant les conséquences de ces correctifs pour une déconstruction du signe (Derrida) mais aussi pour le développement d’une linguistique de l’énonciation (Benveniste) ; en prolongeant les potentiels de celle-ci pour une poétique historique (Meschonnic en particulier, et pas seulement lui), et jusqu’à une « poétique du traduire »13. Ces mouvements hétérodoxes ne sont pas suffisants pour infléchir le puissant courant sémiotiste, alors même que les premières réactions de l’humanisme des années quatre-vingt sont près d’apparaître14. Mais pour la généalogie qui nous préoccupe ici, l’expérience de révolution culturelle que se donne à faire La traversée des signes est un épisode significatif. Son maoïsme a spectaculairement mal vieilli, et il n’est pas pour rien dans l’échec que représente à mes yeux cet ouvrage ; mais son effort pour introduire dans la pensée du signe le jeu historique de la différence culturelle, la « pluralité des attitudes des hommes dans les signes15 », est à resituer parmi les tentatives « poststructuralistes » de sortir du signe vers la signifiance. Les travaux rassemblés dans le livre s’imposent la discipline de percer hors du cadre ethno-centré « occidental », et leur assemblage par Kristeva cherche à amener l’effort théorique du rapport à l’étranger (« La Chine, l’Inde, l’Islam, le Judaïsme ») à la capacité de pénétration que possède « la littérature d’avant-garde », qui sait « traverse[r] les frontières des langues […] pour s’écrire comme une analyse permanente – interlinguistique, trans-religieuse, internationale – de l’être parlant »16. Si elles ne savent pas s’engager avec l’altérité culturelle, demande Kristeva, « les théories les plus “modernes” (structuralistes, poétiques, sémiologiques) ne restent-elles pas prisonnières de la rationalité métaphysique de l’Occident ? Comment réagir devant l’académisme des “nouvelles” études littéraires ou linguistiques, si l’on n’interroge pas l’enfermement dans un mode de pensée tributaire d’un mode de production ? »17

  • 18 Ibid., p. 223.

11Dans sa réalisation, c’est sur la difficulté de l’exotique que le volume vient buter. Kristeva invite ses contributeurs à réfléchir dans les termes exigeants d’un couplage méthodologique entre le concept de « pratiques signifiantes » (Kristeva) et celui de « modes de production » (le culturalisme marxiste, avec son étroitesse propre) : un défilé assez encaissé de la sémiotique lacano-maoïste, et qui reste pourtant orienté par l’exotisme – et tributaire de l’érudition orientaliste de l’INALCO – dans sa recherche d’« espace[s] signifiant[s] tout à fait autre[s] »18 : le « langage poétique » chinois (François Cheng), les théories indiennes du langage et la poétique sanskrite, la poétique de l’Islam, le discours biblique écouté dans Kafka (Daniel Sibony). L’orientalisme est persistant, finalement plus réitéré que reproblématisé.

  • 19 Pour une excellente étude détaillée de ces transformations concernant la discipline Anglais, voir M (...)
  • 20 La formation professionnelle à la traduction et à l’interprétariat avait déjà été organisée à parti (...)

12Il importe aussi de noter, pour rendre compte du feuilletage historique où s’amorce la genèse de ce qui va devenir la traductologie et les Translation Studies, qu’en 1975 la traduction commence à apparaître dans le paysage universitaire, dans certaines marges du système hiérarchisé des disciplines : dans la linguistique appliquée, dans la psychopédagogie, dans les expériences de scientificité appliquée à l’intérieur de la linguistique. Les Problèmes théoriques de la traduction de Georges Mounin paraissent en 1963 chez Gallimard ; leur réédition comme cinquième volume de la nouvelle collection « Tel » en 1976 nous fournit une date repère indicative. Dans l’ombre de la linguistique « radicale chic » d’Antoine Culioli se développent activement les nouveaux territoires des praticiens des langues – c’est à cette époque qu’est créée la filière universitaire « temporelle » des Langues Étrangères Appliquées. Le contexte est aussi celui d’après 68 : celui de la transformation de la composition sociale, et de la fonction sociale, de l’université, logiquement accompagnée par la désagrégation de l’hégémonie culturelle des facultés de lettres. Dans ces transformations aussi le rapport aux langues étrangères est modifié. Le rééquilibrage commence à se faire aux dépens du littéraire et au profit du linguistique19, et la traduction passe elle aussi d’une valeur culturelle rhétorique et stylistique (encore marquée par la tradition classique de l’imitation) à un statut technique, didactique et à visée professionnelle20.

Disciplinarisations

  • 21 James Holmes, « The Name and Nature of Translation Studies » [1972], Translated ! Papers on Literar (...)
  • 22 Édité par Routledge. Sa reprise dans la collection de poche « Routledge Classics » en 2002 confirme (...)

13C’est dans les années soixante-dix que se façonne l’identité disciplinaire de la traduction, dans les travaux francophones comme anglophones. L’effet performatif des textes de James Holmes (1972) et d’André Lefevere (1978), et de Jean-René Ladmiral (1972)21, qui nomment ces nouveaux champs Translation Studies et « traductologie » et dessinent leurs premiers contours, est régulièrement cultivé depuis dans les travaux qui se rangent et se multiplient dans leur sillage, chaque reconnaissance bibliographique de ces figures et de ces moments ajoutant à la confirmation de leur identité comme fondateurs. Chacune consolidant le territoire scientifique et ses valeurs ; apportant sa contribution à sa surface de pouvoir dans les institutions d’enseignement et de recherche. L’ouvrage de Susan Bassnett, Translation Studies, qui paraît à Londres en 1980, devient rapidement un classique22 et peut être vu rétrospectivement comme le moment où le champ de la traduction a commencé à passer d’un statut expérimental, encore utopique, à celui de discipline à part entière, inscrivant lentement sa place dans le paysage institutionnel par l’organisation de séries de colloques ciblés, la désignation de centres de recherche et de sections de départements, la création de diplômes dédiés, la production de manuels.

  • 23 La formule (« La gueule de bois théorique de la génération 68 a été à la mesure de [“cette étonnant (...)
  • 24 Voir supra note 9.

14Je n’ignore pas que pour faire correctement cette histoire il s’agit de distinguer les temporalités très différentes des sphères anglophones et francophones, et de reconnaître des zones de concentration, ou d’accélération, qui différencient à l’intérieur même des « -phonies » des situations très caractérisées – je pense à la tradition québécoise tout particulièrement. Mais il paraît clair qu’un même ensemble de motivations idéologiques, matérielles et théoriques, entraîne cette pluralité dans un mouvement historique commun, justement parce que sa nature est mondiale, et intimement géopolitique. La période 1970-2000 qui voit se dérouler cette institutionnalisation est aussi celle de la reconfiguration difficile des disciplines et du milieu intellectuel après l’époque héroïque du structuralisme et de la théorie littéraire, soit aussi après la mutation sociale de l’enseignement supérieur et de l’usage politique de la recherche. La diversité des contextes nationaux francophones et anglophones converge dans l’expérience globale partagée d’une « gueule de bois »23 théorique, critique, politique, au tournant des années quatre-vingt. Dans les universités anglophones, ce temps s’incarne en particulier dans ce qui a été indexé comme un Cultural Turn. Bien identifié dans les Lettres par les comparatistes24, ou de manière plus délibérée encore dans les Cultural Studies, cette transmutation du programme sémiotique y est travaillée avec imagination et subtilité, par l’expérimentation d’un retour de l’histoire, de la culture, et du sujet, qui ne soit pourtant pas le retour d’un humanisme positif. Ce Cultural Turn, délicat à mener et mené en effet avec un succès inégal, a donné la part belle aux Cultural Studies, qui se sont constituées en nouvelle hégémonie scientifique. Mais la problématique de la traduction a donc trouvé avec elles une synergie institutionnelle autour de la différence culturelle, dont elle a fait bon profit jusqu’à son autonomisation disciplinaire reconnue.

  • 25 Introduction à la traductologie. Penser la traduction : hier, aujourd’hui, demain [2008], Bruxelles (...)
  • 26 Ibid., p. 66 et 77.

15Des lignes de faille traversent cette tradition que les études de traduction se sont recomposée pendant les décennies de leur disciplinarisation,  cette période de convergence et de « majoration ». Malgré l’essaimage mondialisé du label et la multiplication des formations « professionnalisantes », les convergences sont fragiles. Et la comparaison entre les situations anglophones et francophones aide à souligner ces effets de disjonction, théoriques et institutionnels. Le plus persistant est sans doute celui qui ne cesse de se recreuser entre littérature et linguistique. Cette irrésolution garde le terrain instable. Quand Mathieu Guidère s’essaie à refaire le geste de disciplinarisation, en publiant récemment une édition réactualisée de son Introduction à la traductologie25, il doit encore noter la difficulté qu’a le champ « à s’émanciper de la tutelle linguistique », et la dépendance scientifique dans laquelle il est tenu par le « peu de théories [qui lui sont] propres »26. La traduction comme champ reste tributaire de la Littérature pour le prestige culturel ; de la Linguistique pour la fonction utilitaire demandée par les conditions contemporaines de la valeur universitaire (cadrages du classement de Shanghai et de la compétition mondiale pour l’économie de la connaissance, inscrite dans la politique scientifique du processus de Bologne), et leurs alibis interculturels. Elle reste aussi pour partie l’héritière des tournants linguistique et culturel, bénéficiaire éventuellement accidentelle de leur travail théorique comme de leurs profits en capital universitaire.

  • 27 Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility. A History of Translation, Londres/New York, Routled (...)

16Certainement l’espace international des études de traduction est hétérogène, et parcouru de lignes de tension : de zones confuses, ou rendues mobiles par les déterritorialisations répétées imposées par les réformes dans toutes les mailles des systèmes universitaires. C’est tout particulièrement autour du rapport entre littérature et langue que se concentrent les effets de flou ; les ouvrages canoniques de Susan Bassnett ou de Lawrence Venuti, cités plus haut, ou encore celui de Mathieu Guidère, à visée canonique, portent tous cet embarras plus ou moins explicitement, et notamment quand ils doivent reconduire la scission inconfortable de l’héritage rhétorique dans la pensée sur la traduction entre les deux branches – le plus souvent exclusives – de l’herméneutique et de la stylistique comparée/sémiotique. L’accent que met Bassnett sur l’enjeu du status, dans ses notes introductives pour une généalogie des sciences de la traduction, est très intéressant, et il résonne d’autant plus si on le rapporte à l’attention qu’a forcée Venuti plus récemment sur la question de la visibilité sociale du traducteur : son statut dans la sphère culturelle ; son prestige et son pouvoir27. C’est bien parce que la disciplinarisation engage des structurations non seulement conceptuelles mais socioculturelles et politiques que le langage fonctionne dans les études de traduction comme un enjeu plus encore qu’un objet – enjeu majeur, politiquement brûlant, et impliquant des dimensions qui dépassent largement l’espace de la salle de cours ou du colloque. La sociologie bourdieusienne nous a appris à observer les processus de lutte et de différenciation hiérarchique des disciplines ; et les silences, les impensés, les contradictions de ces situations d’émergence et d’alliances racontent en creux l’activité des intérêts, des opportunités et des stratégies qui forment l’ordinaire logomachique des sciences dans leurs conditions de production propres.

  • 28 Les problèmes théoriques de la traduction (ouvr. cité) de Georges Mounin contribuent à mettre ce qu (...)

17C’est donc un faisceau composite qu’il y a à identifier, et dont l’intérêt pour une histoire des rapports entre savoir et pouvoir dans les dernières décennies réside dans le dissensus des forces qui en tiraillent la cohérence ; qui rendent difficile l’exercice de lissage auquel doit s’appliquer le projet disciplinaire. Aux côtés de la perspective herméneutique, qui prend sa source dans les culturalismes littéraires, canoniquement appuyés à partir des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix sur la « théorie allemande » dont Antoine Berman a posé les jalons dans l’espace traductologique français, viennent se juxtaposer les perspectives linguistiques et didactiques des années soixante – où, symptomatiquement, la notion de « théorie » prend un sens inconciliable. L’herméneutique romantique, porteuse de l’héritage méthodologique et idéologique (soit : les repères sociologiques) de la philologie, a été prolongée en France par les décennies de l’heideggerianisme, avec son tropisme de l’incommensurabilité – ce drama de la différence des langues, comme défaut essentiel du langage – et sa proximité avec le capital culturel de la philosophie. Avec, également, celui de la poésie, sollicitée comme corpus modèle, dans la continuité de la « poétologie » d’Hölderlin. Les champs de la linguistique développaient des modes de théorisation dérivés de traditions épistémologiques radicalement distinctes : les efforts de scientificisation de Georges Mounin au sein de la linguistique cherchent à construire un structuralisme pour la traduction ; le développement des positivations, des rationalisations, dans les approches techniciennes et appliquées – typologies et tropologies, modélisations, diagrammatisations ; éventuellement pragmatique normative ou prescriptive, – conduisent le nouveau souci de professionnalisation des savoirs traductologiques à une pratique de la « théorie » comme recherche des perfectionnements pour une boîte à outils de « solutions » aux « problèmes » du langage28.

18Ce travail de mise en forme des connaissances expérimentales, déployée dans la déclinaison des modèles successifs et des écoles, est fort d’une autre – d’une nouvelle – légitimité sociale, conceptuelle et professionnelle. Avec ses stylistiques et ses rhétoriques appliquées, cette traductologie est encore à distinguer de la veine sémiotique, qui a fait son entrée particulière en synergie avec l’introduction des Formalistes russes dans l’espace intellectuel français, accompagnée, dans ses modélisations du langage, d’un champ de références littéraires et poétiques. Cette poétique sémioticienne constitue elle aussi un des jalons du champ traductologique contemporain, avec ces points de repères que continuent à représenter les textes canoniques de Jakobson ou, sur un mode qui appartient à une étape plus dérivée, d’Umberto Eco. Cette position particulière de la poétique sémiotique comme zone de rencontre entre « linguistique et poétique », pour reprendre les termes cartographiés par Jakobson, est aussi bien sûr celle de La traversée des signes et, sur fond d’acclimatation britannique dans les nouveaux espaces de la « theory », celle où émerge le travail de Susan Bassnett.

19Les traductologies appliquées ne sont pas, non plus, la linguistique appliquée proprement dite, qu’on peut représenter par exemple dans le champ anglophone par la figure de John C. Catford, et qui apportent également une généalogie théorique et sociologique/idéologique propre. Dont il s’agit aussi de repérer, en particulier, les inflexions idéologiques et les positionnements sociaux qui les distinguent des courants déjà évoqués, et qui se constituent en une pratique des enjeux du langage spécifique. Leur histoire est à penser par exemple dans un des sillages idéologiques déterminants pour l’évolution des sciences humaines et sociales de tout l’après-guerre, où ont pu se développer les sciences protégées et encouragées par la Cold Culture américaine : à la faveur de la politique du savoir appuyée sur le « complexe militaro-industrialo-universitaire » mis en place au cours de l’administration Eisenhower. Il y a des linguistiques de la Guerre froide (comme aussi des sociologies, et des psychologies), comme celle axée sur la traduction automatique et le décodage, pour prendre un exemple facilement identifiable. C’est encore autre chose que la linguistique appliquée, qui a développé, dans un contexte historique ultérieur, des thématiques psycholinguistiques qui l’ont rapprochée des méthodologies des sciences neurocognitives contemporaines.

  • 29 Cette cartographie structure toujours le volume Post-Colonial Translation. Theory and Practice (Lon (...)
  • 30 Introduction à la traductologie, ouvr. cité, p. 14.
  • 31 Mathieu Guidère, « Situation de la traductologie : délimitation du champ » (ibid., p. 9), intitulé (...)
  • 32 Translation Studies, Susan Bassnett éd., ouvr. cité ; The Translation Studies Reader, Lawrence Venu (...)

20Ces différentes visées appliquées, ou cherchant à théoriser les pratiques, sont encore à différencier de la visée didactique elle-même, qui prend pour objectif la formation des praticiens et l’amélioration des pratiques. Que la ligne traditionnelle théorie/pratique, ce trope épistémologique passe-partout29 (de même que celui, dérivé, de science pure/science appliquée), continue à être sollicitée dans les tentatives de mise en cohérence d’un champ épistémologique général de la traduction me semble être le signe d’une difficulté à produire une problématique disciplinaire ; à s’inventer comme disciplinarité. Cette fragilité du projet d’une « traductologie », la difficulté à soutenir « la cohérence et l’unité de la discipline »30 est intéressante en elle-même, en tant qu’elle reste pourtant bien un projet. Dans ses tensions, ses hétérogénéités, elle conserve la question du langage dans sa criticité, inscrite dans les ratages des tentatives d’aplanissement : dans l’hésitation qui structure l’essai de « délimitation du champ » où Mathieu Guidère propose une distinction, précaire, entre « approches » et « théories » de la traduction31 ; dans les généalogies problématiques, suturées, produites par les efforts pour composer des histoires de la traduction (Susan Bassnett dans ses premiers repérages de continuité historique, par quoi elle « performe » l’une des naissances des Translation Studies ; Lawrence Venuti dans son Translation Studies Reader32).

  • 33 Introduction à la traductologie, ouvr. cité, p. 11.
  • 34 Critique et vérité, Paris, Éditions du Seuil, 1966, p. 14.

21Certainement, la solution englobante fournie par l’argument d’une « essence interdisciplinaire » de la « traductologie » (Mathieu Guidère33) – cet autre passe-partout du Vraisemblable scientifique contemporain, comme Roland Barthes parle du Vraisemblable critique des années cinquante34 – n’a pas les reins pour soutenir la construction disciplinaire espérée. Mais ces interruptions de généalogie, ces désembrayages discursifs, qui montrent les plateaux énonciatifs (conceptuels et politiques donc) distincts, hétérodoxes et jusqu’à être conflictuels, que forment les multiples discours historiquement générés par la question de la traduction, montrent aussi tout l’avantage critique qu’il y a à faire in-cohérer ces discours, et à tendre l’écoute dans les creux de leurs différences. C’est là précisément que le langage dégage ses effets comme enjeu culturel et politique. Et c’est en cela que l’approche pragmatique développée entre autres par Lawrence Venuti est précieuse. En suivant la direction qu’elle ouvre, on peut exiger également une ouverture à la sociologie, et à l’histoire institutionnelle, qui permette de tenir l’ensemble du système d’enjeux. Chercher à maintenir en regard l’une de l’autre une histoire de la traduction (une attention aux performances de ses disciplinarisations récentes : ses inventions de traditions, ses impatronisations, ses canonisations ; ses réarrangements de rapports de pouvoir dans les hiérarchies des discours) et une histoire culturelle par la traduction, qui soit une extension effective du comparatisme au-delà du trope des « influences », vers une (géo)politique des langues.

22Par cette attention croisée, on pourra par exemple dégager la généalogie logomachique qui a préparé le terrain où la traduction a pu venir se constituer en réponse conceptuelle et institutionnelle : un moment de crise dans les Lettres (puis, selon les termes soudain adoptés, peut-être pas seulement par anglicisme, dans les discours de défense des Lettres en France : dans les « Humanités ») ou, de manière plus précoce et sur d’autres enjeux conjoncturels, dans la discipline English. Il est indispensable sur ce point de reconnecter le processus d’établissement des Translations Studies à l’enchaînement qui avait commencé avec l’introduction des tropes du structuralisme saussurien (et francophone), puis son amplification/acculturation sous l’étiquette de French Theory d’abord puis simple  Theory, avec son effet perturbateur sur les discursivités en place : la « problématique du langage » venant faire provocation aux coordonnées disciplinaires de l’English School qui avaient été établies par Frank Raymond Leavis presque à lui seul dans les décennies 1940-1960, comme le cœur culturel de l’université et sa garantie d’« humanisation » sociale. On notera que cette introduction allophone venait aussi perturber l’assurance de son monolinguisme national(iste), et son horizon encore colonial.

23De même, il est important de remailler ce développement transculturel original avec l’histoire des transformations autochtones de la fonction de l’université à la fin des années soixante, caractérisées au Royaume-Uni comme aux États-Unis par la diversification sociale et culturelle du public étudiant, et rapidement relayées par les effets des révolutions thatchérienne et reaganienne : posant avec fracas la question du multiculturalisme et de la diversité des langues et des discours dans la culture, jusqu’à la déclaration explicite des Culture Wars américaines. Le début des années quatre-vingt-dix met ainsi en jeu une réévaluation disciplinaire radicale du rapport entre littérature, langage, langues et culture(s) : la bascule du Cultural Turn des disciplines littéraires anglophones.

  • 35 On peut prendre comme point de référence l’ouvrage dirigé par les anthropologues James Clifford et (...)

24On voit facilement comment la traduction, comme question du rapport interculturel inscrite dans le langage, a pu venir se composer avec ces orientations, en offrant précisément des perspectives pour les composer entre elles. En apportant par exemple les nouvelles propositions façonnées par l’ethnologie au cours de son propre tournant linguistique – la critique de l’ethnographie, et de la notion de Cultural Translation en particulier35 –, et progressivement aussi les nouvelles perspectives sur les enjeux de la traduction dans la politique culturelle coloniale et postcoloniale : langage et pouvoir réarticulés ; diversité des langues et différentiels politiques pensés à neuf. Dans ce sens, les Translation Studies partagent une même histoire de crise institutionnelle avec les Cultural Studies, et leur ramification en Postcolonial Studies, convergeant avec elles vers une histoire culturelle et interculturelle ; elles forment ensemble une évolution disciplinaire concurrente à ce qui est de plus en plus perçu durant la décennie 1990 comme l’hégémonie de la Theory, déconnectée des responsabilités sociales du savoir, et en perte de pouvoir universitaire.

25On voit aussi que ce fil généalogique particulier n’est qu’une partie de l’histoire : celle seulement qui a sans doute en effet apporté une large part du capital intellectuel (high culture) à la nouvelle légitimité culturelle de la traduction dans l’université – mais clairement insuffisante pour servir de grand récit unificateur à l’ensemble des pratiques disciplinaires, leurs généalogies différenciées, et leurs fortunes territoriales, inégales et changeantes. Du point de vue des disciplines littéraires au moins, cependant, il importe de ne pas manquer l’analyse de cette fonction, réparatrice, de la traduction dans la quête de statut à laquelle sont contraintes les Lettres modernes et la Littérature comparée, les Modern Languages et les Langues vivantes. Les nouvelles alliances, éventuellement bricolées et théoriquement précaires, et les ressourcements auprès de la traduction, placée mieux en vue de la « Mondialisation », sont bien à la fois des inventions théoriques et des stratégies institutionnelles – dont les enjeux sont assurément graves, comme toutes les recompositions des assises sociales des savoirs ; et comme tout ce qui touche aux politiques du langage.

Paradigmatisation

26Un développement plus récent dans la zone de valeur épistémologique de la traduction pourrait inciter l’observateur à lire les signaux de ce que Venuti appelle un translative turn, clairement perceptible dans diverses sciences humaines de ces dernières années, comme une extension transdisciplinaire de la traductologie. Mais sans doute faut-il ici encore se préparer à faire un travail de distinction dans les enjeux de ces différentes entreprises : tenir les enjeux du langage actifs dans l’analyse des déclinaisons du paradigme « traductif ». Je voudrais seulement examiner ici quelques-uns de ces nouveaux points de nouage qui me paraissent fonctionner comme de tels signaux, et observer les nouvelles connections qui y sont proposées comme actualisations de la pensée du rapport entre langage, culture, et diversité des langues.

27La pénétration du paradigme de la traduction dans les Humanities – dans l’anthropologie sociale anglophone, dans sa riche continuation au sein de la philosophie française… – peut apparaître comme l’une des dérivées du grand courant de fond vers l’interdisciplinarité, mais sa force singulière a bien été de se proposer comme re-problématisation des disciplinarités, comme discursivités. Des disciplines comme portées par des langues, c’est-à-dire des histoires linguistiques ; des trajectoires singulières au sein du rapport entre langage et pouvoir.

  • 36 Susan Bassnett et Harish Trivedi, Postcolonial Translation, ouvr. cité.
  • 37 Eric Cheyfiz, The Poetics of Imperialism. Translation and Colonization from The Tempest to Tarzan, (...)

28La jonction postcoloniale a été décisive à mon sens : si la convergence entre Susan Bassnett et Harish Trivedi36 peut nous servir de point de référence pour le moment de son entrée dans le mainstream académique (1999), elle a été préparée par une série de travaux remarquablement innovants, et le plus souvent produits depuis des contextes notablement décalés par rapport aux vieux centres du savoir mondial : depuis le Québec très tôt (Annie Brisset dès les années quatre-vingt), depuis l’Amérique latine (travaillant à partir des percées poétiques et théoriques des années soixante, avec Haroldo de Campos, et la thématique de l’« anthropophagie » par exemple), l’Inde, l’Irlande, et plus récemment encore l’Europe de l’Est, la Corée, la Chine. Ces efforts de déplacement radical du point de parole, ces performatifs scientifiques profondément politiques – les travaux de Tejaswini Niranjana, de Eric Cheyfiz par exemple37 – sont un événement théorique majeur.

  • 38 Dipesh Chakrabarty, Provincializing Europe. Postcolonial Thought and Historical Difference, Princet (...)
  • 39 After the Imperial Turn. Thinking with and through the Nation, Antoinette M. Burton éd., Durham, Du (...)
  • 40 Voir par exemple la proposition de Paul Gilroy sur le Black Atlantic (Modernity and Double Consciou (...)
  • 41 Paradigme développé à partir des travaux de l’anthropologue américain James Clifford (voir par exem (...)

29En s’appuyant sur les méthodologies les plus incisives de la colonial discourse analysis proposée par la Postcolonial Theory – en tirant le meilleur parti critique de ses propositions sur le colonialisme comme modèle pour penser les dynamiques de la politics of culture et les asymétries de pouvoir inscrites dans les rapports inter-linguistiques et interculturels mondiaux –, ces travaux ont mis à disposition des perspectives sur le rapport entre pouvoir et langage qui forment un pendant indispensable aux théorisations contemporaines du rapport au monde. Participant aux projets parallèles de « provincialisation de l’Europe » (ou de « l’Occident »)38, de l’« imperial turn » de l’historiographie39, de mondialisation des objets disciplinaires40 et de mise en « voyage » des épistémologies41, ces perspectives permettent que ne soient pas diluée dans l’exercice intensif de la thématique « trans- » la problématique linguistique de la traduction comme flux de pouvoir entre les langues. Elles ont un rôle capital comme aiguillon critique pour les mondialisations méthodologiques, en les rapportant systématiquement à la traduction comme négociation radicalement politique de la différence des langues.

  • 42 Organisé par l’université de Paris-Diderot et le Center for Translation Studies of the University o (...)
  • 43 Je précise que ce sont ces bases qui ont suscité mon intérêt et m’ont incitée à répondre à l’invita (...)

30Deux colloques internationaux récents, symétriques à certains égards, se sont proposé d’engager un rapport critique entre disciplines en se donnant la traduction comme objet et comme zone d’échange ; il s’agit dans les deux cas d’ouvrir un débat sur les mutations mondiales des rapports savoir-pouvoir. Un débat sur la Mondialisation donc, qui permette de détailler des différenciations entre les mondialisations dont celle-ci est faite. Le colloque « Paradigmes en mutation. Du rôle transformateur de la traduction pour les sciences humaines » (octobre 2010) était une initiative émanant du champ disciplinaire de la traduction42 ; celui de mai 2010, « La traduction/la transmissibilité et la communication transculturelle dans les sciences sociales », de l’un des cœurs institutionnels des sciences sociales en France, l’École des hautes études en sciences sociales. L’argumentaire du colloque de traductologie appelait l’attention sur deux orientations bien représentatives d’inventions problématiques parmi les plus génératrices dans le champ aujourd’hui43 : la question de la « nouvelle géographie » de la traduction, en cours de décentrement par rapport à son axe « occidental » encore hégémonique ; et celle des « mutations institutionnelles » qui redistribuent actuellement les places pour la traduction dans l’enseignement et la recherche europhones – soit, dans les deux cas, une étude des renégociations contemporaines du rapport entre langage et politique : entre les pratiques théoriques de la diversité des langues, et les recompositions des flux de pouvoir dans les développements des mondialisations.

31L’efficace de la notion de paradigme ici, et son pouvoir de problématisation, sont liées à l’hypothèse d’un performatif de la traduction, comme force de transformation des disciplines : force active au lieu scientifique du langage, mais aux effets nécessairement aussi pénétrants et traversiers que les enjeux du langage même, soit au plus radical et au plus large des horizons de l’anthropologique. C’est ce caractère de projection critique si particulier qui fait la valeur de la traduction comme objet d’étude, et constitue une justification certainement suffisante pour qu’on prenne en effet les risques inhérents au geste d’étendre la force d’un objet à la fonction de paradigme épistémologique. Dans les travaux qui ont répondu à l’appel programmatique de ce colloque, qu’ils aient été centrés sur les histoires scientifiques de la psychanalyse, de la théorie de l’art, de l’historiographie, ou de l’anthropologie…44, c’est bien une saisie particulière de la discursivité des disciplines qui a été tentée, sur l’un au moins des pans des travaux présentés. Une exploration donc du translinguistique comme création (trans)énonciative, plutôt que comme transport de significations : comme acte nécessairement critique et logomachique.

32La stratégie du colloque sur la traduction « dans les sciences sociales » se base sur des termes différents ; la visée est ici centripète, et l’usage de la paradigmatisation est particulièrement intéressant à observer45. L’ensemble des études rassemblées dans les seize ateliers organisés compose une cartographie remarquable, à la fois par son abondance et par son extension multidimensionnelle – l’interdisciplinarité ayant été expressément encouragée dans l’appel à communications. La vitalité de la réflexion générée dans les multiples zones scientifiques autour de la question de la traduction est largement attestée ; et ce coup de sonde dans les disciplines offre donc quelque chose qui peut se donner à lire comme un « paysage » de la situation des recherches.

  • 46 N’ayant pas entrepris une analyse approfondie de l’ensemble des travaux, je ne prétends aucunement (...)

33Pour le point de vue de poétique des langues qui m’occupe ici, deux effets de cartographie me paraissent utiles à repérer : d’une part, la place un peu énigmatique, flottante, de la littérature, nécessairement appelée sur les lieux par son importance dans l’histoire des pratiques et des discours sur la traduction. Un atelier « Poétique et traduction de la poésie », par exemple, contient naturellement sa propre motivation, mais sa fonction dans la problématisation de la transculturalité dans les sciences sociales est plus difficile à identifier ; le rapport entre poème et performatif social est établi allusivement, et laissé par là fragile. La nature de la connexion, qui doit passer par une articulation des disciplines littéraires historiques et des histoires littéraires nationales qui ont tissé ce lien en effet fondamental entre art verbal et étude du social avec les méthodologies propres aux sciences sociales – connexion de science/s à science/s donc – est laissée à un implicite qui dessine précisément les contours d’un impensé classique : le langage comme discursivité productrice du social46.

34L’autre effet limite qui me semble mis en relief sur cette cartographie est la diversité des occasions où la question de la traduction peut servir à métaphoriser le rapport anthropologique d’étranger – en déspécifiant à nouveau, dans l’opération du trope, sa relation singulière au langage. « Traduire et interpréter l’Autre » (intitulé de l’atelier X), « Traduire la judaïté » (titre d’une intervention dans l’atelier « Interculturalité et musicologie »), « Traduire des univers » (table ronde finale, avec un sous-titre qui refait néanmoins explicitement le lien avec le langage : « La transposition des mondes intellectuels d’une langue à l’autre par la traduction ») ; l’utilisation de la « traduction impossible » comme figure pour penser le rapport entre l’image et le langage : chacun de ces segments amène le risque de laisser filer le langage et de laisser en mains un culturalisme où la métaphore de la traduction n’aura pas été suffisante pour tenir la problématisation du culturel. La mise en équivalence de « traduction » avec « transmissibilité » dans les termes conceptuels qui cadrent l’argumentaire signale déjà ce risque de déperdition critique, et son articulation proposée avec « la communication transculturelle » peut-être autant. La visée du colloque, formulée comme projet « d’aborder la problématique de la traduction, appliquée plus précisément à l’étude, l’enseignement, la recherche et la dissémination d’informations intellectuelles dans le domaine des sciences sociales », selon les termes de l’appel à communication, laisse aussi la traduction à l’extérieur des inventions discursives qui sont les produits de ces sciences : le phénomène de la translation (de discours finis ; « transfert de la culture » et « traduction des pensées »), privilégié au processus de traduction comme processus global (infinitisation du discours ; traduction du penser comme énonciation).

  • 47 L’expression translated men (« Having been borne across the world, we are translated men »), propos (...)

35Cette synecdoque toujours tentante de la culture pour la langue est nécessairement un évitement du rapport, qui est justement chaque fois à penser, entre culture et langage – les hésitations quant à savoir que faire de la littérature dans sa théorisation signalant régulièrement ce point fragile de l’enchaînement. La nouvelle fonction paradigmatique de la traduction contient ainsi le risque d’une nouvelle « invisibilité », au sens de Venuti, paradoxalement acquise dans le moment de sa plus grande reconnaissance intellectuelle. Noyée par ce qu’elle fait émerger même, rendue transparente par la dimension des conséquences épistémologiques qu’elle permet justement de dégager dans les disciplines, elle peut voir la problématique du langage dont elle est porteuse s’estomper dans la thématisation d’un mi-lieu culturel, en tant que véhicule (géographique) plutôt qu’opérateur (trans-sémantique) du passage transculturel. La traduction réduite à la translation : la prégnance d’une géopolitique des langues dans la recherche contemporaine n’est pas pour rien dans ce délestage, l’homonymie anglophone entre translation-traduction et translation-translation étant une invitation ambiante à la compréhension de la condition contemporaine comme celle de translated men : la condition du migrant47.

Sciences de la mondialisation

  • 48 Henri Meschonnic, Spinoza. Poème de la pensée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.

36Pour un paradigme « traductif » donc, on aimerait dire : encore un effort. Si écrire c’est traduire, s’il y a en effet un intérêt majeur à faire pleinement jouer la traduction dans les études littéraires – si « l’acte même de traduire affecte ainsi la conception de la littérature, la mise à l’épreuve de sa définition », selon la proposition théorique qui oriente le présent volume –, une approche des phénomènes de mondialisation par une poétique permet également de faire tenir dans les débats la proposition inverse : que traduire est toujours écrire ; inventer des modes d’énoncer. Et quelle que soit la migration trans-géographique, que l’énonciation est toujours ici, maintenant, à la première/deuxième personne – l’altérité anthropologique toujours celle d’un je-tu. Une poétique de la mondialisation peut se donner ainsi pour tâche de faire agir la traduction comme tenue même du rapport entre culture et langage : et maintenir à l’attention le fait que les savoirs s’écrivent et s’énoncent, se trans-énoncent donc ; que jusque dans leurs pratiques sociales et leurs mutations politiques, les disciplines sont des discursivités et leurs luttes de pouvoir des logomachies. La poétique permet précisément, par sa théorisation du continu société/langage, de tenir le lien critique entre les « poèmes de la pensée »48 et les pragmatiques surpuissantes, les machines discursives, que sont les sciences culturelles instrumentales à la Mondialisation.

37Les disciplines de la mondialisation – par quoi j’entends à la fois le tournant « mondial » des disciplines, les nouvelles disciplines de l’étranger, et les nouveaux partages du champ scientifique sous l’effet de la captation par l’économie mondialisée des enseignements supérieurs et de la recherche – constituent un horizon, et un objet théorique, qui n’est pas d’une autre nature que la simple question du « traduire-écrire » concernant la poésie. La guerre des savoirs qui s’ouvre avec elles n’est pas de l’ordre d’une condition politique déterminant de l’extérieur l’assise sociale des travaux de théorisation de la culture. Parce que traduire c’est écrire – parce que le rapport d’étranger est l’embrayage social et politique ordinaire de l’énonciation, – la situation de lutte dans laquelle les études littéraires, de langues, et des cultures sont singularisées comme cibles privilégiées des « réformes » est aussi un terrain qui leur est constitutivement familier, et qu’elles ont appris à penser et à pratiquer de longue date. Elles y sont fortes d’une histoire, substantielle et multiple, de conceptualisation des rapports de pouvoir qui pèsent sur les pratiques du sens, leurs formes sociales, leurs institutions et leurs acteurs. Et pour dégager les nouvelles coordonnées de politique de la culture, pour comprendre la poussée inédite de la géopolitique comme politique de la culture, elles sont elles-mêmes des ressources majeures et des acteurs des contre-pouvoirs.

  • 49 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale [1916], Paris, Payot, Tullio de Mauro éd., 19 (...)

38Dans ce sens, je conclurai en indiquant seulement une direction de travail vers laquelle entraîne, pour moi, l’observation de ces enjeux historiques des discours sur la traduction. Ce qui me paraît s’acquérir par l’attention aux processus sémantiques-politiques à l’œuvre dans ses nouveaux régimes de « visibilité » est en effet intéressant davantage pour l’ouverture de modes de la critique, que pour les produits analytiques immédiats eux-mêmes. Parce que sous quelque forme qu’elle se pratique, la question de la traduction relève d’une poétique des discours et des pouvoirs, soit d’une anthropologie du rapport nécessaire entre culture et langage – entre historicité politique des sociétés et diversité des langues –, c’est en effet largement au-delà de son objet littéraire traditionnel que s’enfonce la portée de la poétique. La linguistique de Saussure se donnait pour méthode de cerner la spécificité du fonctionnement du langage, en isolant dans la langue l’opération de l’« arbitraire radical », mais elle avait calculé dès l’entrée que c’est de ses « conséquences […] innombrables », politiques au sens le plus large, que cette spécification tirait toute sa valeur théorique49. De même si pour la poétique la littérature est l’objet générateur, et les études littéraires un terrain d’implantation sociale, actuellement mis sur la défensive, la perspective anthropologique longue qu’elle est à même de former à partir de l’hypothèse du poème est une force critique très singulière, et très nécessaire dans son espace d’exercice au sein des discours sur les cultures, maintenant que la domination de ces discours, au titre de « la » « Mondialisation », est devenue un nerf de la guerre. C’est donc faire valoir les sciences de la culture comme pratiques de l’enjeu, et la poétique comme pratique de l’enjeu anthropologique clé qu’est le langage, qui me paraît être le mode d’engagement à privilégier : le travail d’arracher une participation, à jeu énonciatif égal, à la lutte des discours et des savoirs ; ou frayer les possibilités d’interventions énonciatives dans les discours maîtres.

  • 50 Cette tâche a déjà été formée et largement entreprise par Yves Citton, professeur de littérature et (...)

39Je soumets donc ici en guise d’illustration l’orientation d’un programme de recherche que j’envisage, comme tentative de mettre en œuvre cette criticité particulière, vers l’analyse des logomachies de la « Mondialisation ». Je voudrais poursuivre le travail sur l’évolution des formes historiques du rapport savoir-pouvoir, en prolongeant ce que j’ai tenté de faire ici pour les discours sur la traduction, et recomposer certaines des logiques à l’œuvre dans les transformations récentes des champs discursifs des disciplines – à commencer par la forme culturelle de la scientificité qu’est la « discipline » elle-même, qui subit la pression d’une compétition avec les formes alternatives (« compétences » et « information » par exemple, ou l’appui opportuniste sur les tropes de l’interdisciplinarité) mises en avant sur les nouvelles frontières « cognitives » du capitalisme depuis la fin du fordisme et la dérégulation internationale. L’étude des théories du « capitalisme cognitif » – son discours managérial sous l’étiquette de « l’économie de la connaissance » comme sa critique par la philosophie universitaire et la sociologie de la connaissance – est donc incluse dans ce projet50, et mon soin sera d’en penser le rapport avec certaines autres résultantes des nouveaux partages entre le travail intellectuel et la stratégie économique à l’intérieur des formes instituées du savoir : les sciences en place qui se confirment dans leur statut en prenant pour objet les mondialisations, et qui doivent dans le même temps apprendre à s’articuler aux formes de savoir promues ou secrétées par le système économique mondialisé.

  • 51 Voir les travaux de Christopher Newfield par exemple : Ivy and Industry. Business and the Making of (...)

40Les travaux d’histoire ont suffisamment établi les rapports par exemple entre colonialisme et orientalisme ou entre Guerre froide et Area Studies – ou simplement la forme culturelle même de l’université américaine, modelée dans le « complexe militaro-industriel » des années soixante51 : on peut s’appuyer sur les différenciations historiques pour tâcher d’identifier les compacts de savoir et de pouvoir contemporains, en contexte de « guerres culturelles » et de poussées du « cognitif ». Ici, une poétique de la Mondialisation sera donc une lecture des sciences de la Mondialisation – celles qui la pensent, celles qui sont pensées par elle –, comme champ contemporain de négociation des pouvoirs. Sa contribution particulière à une critique du présent tient à cette identification des machines discursives qui portent les nouvelles concentrations inédites de pouvoir. Elle tient également à sa proposition tactique, qui est de mettre en œuvre la force problématique du langage, à commencer par le fait très simple de la diversité des langues, pour travailler à ouvrir des plans de trans-énonciation avec ces vecteurs de pouvoir : à frayer les espaces de la lutte, et inventer les modes d’engagement critique possibles.

Notes

1 J’indiquerai par la majuscule le nom des disciplines analysées, pour les distinguer des objets culturels dont elles traitent et que j’aurai également à discuter.

2 « Aucun problème n’est aussi consubstantiel aux lettres et à leur modeste mystère que celui que propose une traduction » (Jorge Luis Borges, « Les traductions d’Homère », Œuvres complètes, P. Bénichou, S. Bénichou-Roubaud, J.-P. Bernès, R. Caillois et al. trad., Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1993, t. I, p. 290). La phrase avait été choisie pour donner le la aux travaux que rassemble ce volume, et citée en ouverture du texte d’argumentaire de la journée d’études.

3 Ferdinand de Saussure, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard (Bibliothèque de Philosophie), 2002, p. 149.

4 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale [1916], Paris, Payot, 1967, p. 100.

5 J’indiquerai par la majuscule la phénomène de mondialisation des marchés qui a transformé le système économique et social mondial, et donné la base d’une idéologie néolibérale devenue dominante. Cette spécification permettra de le distinguer de toutes les autres formes, présentes et passées, de phénomènes de mondialité.

6 Lawrence Venuti ouvre en ces termes – « Translation Studies : an Emerging Discipline » – l’introduction à son anthologie The Translation Studies Reader [2002], qui fonctionne comme l’un des manuels de référence pour une [sic] discipline maintenant bien avancée dans son institutionnalisation (2e édition, New York/Londres, Routledge, 2004, p. 1).

7 Il me semble qu’on peut fixer le point de départ du « tournant linguistique » dans l’étude de la littérature sur cet événement scientifique décisif qu’est la publication de l’article de Jakobson (« Linguistique et poétique » [1960], Essais de linguistique générale. Les fondations du langage, Nicolas Ruwet trad., Paris, Les Éditions de Minuit, 1963, t. I, p. 209-248), puis la pénétration graduelle de son principe méthodologique dans la réflexion littéraire structuraliste et poststructuralist. C’est également, on le sait, par la proposition de Jakobson que la discipline des « lettres » en vient à se penser en termes d’« études littéraires » (voir par exemple « Problèmes des études littéraires et linguistiques », écrit avec Iouri Tynianov et repris dans Questions de poétique, Paris, Seuil, 1973, p. 56-59). La pensée 68. Essai sur l’antihumanisme contemporain, de Luc Ferry et Alain Renaut, paraît en 1985 (Paris, Gallimard). Quant à la naturalisation du sentiment que la grande époque théorique est révolue, on peut en prendre un des nombreux signes dans le volume Postcolonial Translation (Theory and Practice, Susan Bassnett et Harish Trivedi éd., Londres/New York, Routledge, 1999), sur lequel je reviendrai plus loin : la discussion de l’actualité des travaux d’Haroldo de Campos dans les années soixante pour le présent se fixe sur une caractérisation du présent comme « the post-theoretical era » (p. 111).

8 Fredric Jameson, The Prison-House of Language. A Critical Account of Structuralism and Russian Formalism, Princeton, Princeton University Press, 1974.

9 Pour prendre un point de référence dans l’histoire de ce « tournant culturel » des disciplines du langage, on peut renvoyer à la mise à jour culturaliste des méthodologies de la Comparative Literature dans le contexte de « l’âge du multiculturalisme », à laquelle Charles Bernheimer reconnaît devoir inviter, dans le cadre de sa présidence du comité chargé de rédiger le Report on standards décennal de l’ACLA (American Comparative Literature Association) en 1992 (voir son introduction, « The Anxieties of Comparison », au volume Comparative Literature in the Age of Multiculturalisme, Charles Bernheimer éd., Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press, 1993). Jean-Michel Rabaté, cherchant à identifier un avenir de la theory au-delà des batailles universitaires des mouvements « anti-théorie » (qu’on peut par exemple représenter par le volume Against Theory. Literary Studies and the New Pragmatism, W. J. T. Mitchell dir., Chicago, Chicago University Press, 1985), proposait une liste de dix écoles critiques témoignant de la vitalité persistante de la theory dans la première décennie du XXIe siècle. Les Translation Studies y étaient en bonne place, déployées sur un terrain allant « des études bibliques aux catégories novatrices d’Antoine Berman, des études pratiques de cas aux définitions générales du style, de la langue et de l’intertextualité ; la science ou “technè” de la traductologie naissante apparaît comme un champ d’investigation prometteur pour la théorie littéraire » (The Future of Theory, Oxford, Blackwell, 2002, p. 148, ma traduction).

10 J’emprunte l’expression à l’article remarquablement lucide de Gérard Dessons, « Le Mallarmé des sixties. L’absence de tout bouquet », Mallarmé, Europe, no 825-826, 1998, p. 64-77.

11 Philippe Sollers, « Préface », dans Théorie d’ensemble (choix) [1965], Paris, Seuil (Tel Quel), 1980, p. 7-8.

12 Selon le sous-titre donné par François Dosse à son Histoire du structuralisme. Le Champ du signe, 1945-1966, Paris, La Découverte, 1991, t. I. On se souvient de la variation inscrite dans l’intitulé du second volume, ainsi que la périodisation proposée : Le chant du cygne, 1967 à nos jours, Paris, La Découverte, 1992, t. II.

13 Les deux tomes des Problèmes de linguistique générale sont publiés en 1966 et 1974 ; le premier volume de la série Pour la poétique, de Meschonnic, paraît en 1970 (Paris, Gallimard). Le concept de « poétique du traduire » sera inscrit en titre de son ouvrage de 1999 (Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier).

14 Incarnés par exemple par le volume de Ferry et Renaut sur la Pensée 68 (ouvr. cité), ou dans le phénomène des Nouveaux philosophes, identifié comme réactionnaire dès 1977 par Gilles Deleuze (« À propos des Nouveaux philosophes et d’un problème plus général », Paris, Éditions de Minuit, supplément no 24, mai 1977).

15 Julia Kristeva dir., La traversée des signes, Paris, Seuil, 1975, p. 7.

16 Ibid., p. 7.

17 Ibid., p. 8.

18 Ibid., p. 223.

19 Pour une excellente étude détaillée de ces transformations concernant la discipline Anglais, voir Marie-Pierre Pouly, L’« esprit » du capitalisme et le corps des lettrés. L’inscription scolaire de l’anglais et sa différenciation (XIXe-XXe siècles), thèse de doctorat, soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales en décembre 2009. Concernant la filière LEA spécifiquement, je m’appuie sur la section « Nouvelles formes de l’intérêt temporel : genèse des LEA », qui reprend l’histoire depuis son point d’origine à l’université de Nanterre en 1970 (p. 738-743).

20 La formation professionnelle à la traduction et à l’interprétariat avait déjà été organisée à partir de la fin des années cinquante. Pour mémoire : les écoles professionnelles attachées à des structures universitaires, l’ISIT (école associée à l’Institut Catholique de Paris) et l’ESIT (associée à ce qui était alors l’université de Paris, puis héritée d’elle par l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III après la décomposition post-68 de la Sorbonne), sont créées en 1957. (Pour mémoire, 1957 est aussi l’année de la naissance du Marché Commun. C’est aussi la période de consolidation des constructions d’instances internationales d’après-guerre, Nations Unies et UNESCO ; la Conférence de Bandung s’est tenue deux ans plus tôt.)

21 James Holmes, « The Name and Nature of Translation Studies » [1972], Translated ! Papers on Literary Translation and Translation Studies, Amsterdam, Rodopi, 1988, p. 80-89 ; André Lefevere, « Translation Studies : the Goal of the Discipline », Literature and Translation, James S. Holmes et al éd., Louvain, ACCO, 1978, p. 234-235.

22 Édité par Routledge. Sa reprise dans la collection de poche « Routledge Classics » en 2002 confirme et prolonge cette fonction.

23 La formule (« La gueule de bois théorique de la génération 68 a été à la mesure de [“cette étonnante explosion d’études”] ») est de Marcel Gauchet, revenant sur son expérience des années structuralistes : La condition historique. Entretiens avec François Azouvi et Sylvain Piron, Paris, Stock, 2003, p. 45.

24 Voir supra note 9.

25 Introduction à la traductologie. Penser la traduction : hier, aujourd’hui, demain [2008], Bruxelles, de Boeck (Traducto), 2e édition, 2010.

26 Ibid., p. 66 et 77.

27 Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility. A History of Translation, Londres/New York, Routledge, 1995.

28 Les problèmes théoriques de la traduction (ouvr. cité) de Georges Mounin contribuent à mettre ce que je serais tentée d’appeler le problème du « problème » au centre des débats sur la traduction. On est en 1963 en pleine période de la problématisation du langage par la linguistique (post-)structuraliste. Benveniste intitulera son premier volume d’essais Problèmes de linguistique générale trois ans plus tard. Mais la fortune pragmatique du terme dépasse largement cette acception spécifique (dont elle peut tirer, contextuellement, une résonance de recevabilité scientifique), et est aussi repérable comme une sorte de pot commun, ou chantier d’expérimentation partagé, des discours à visée technique qui se développent et se professionnalisent, dans leur sphère distincte, au cours de la même période.

29 Cette cartographie structure toujours le volume Post-Colonial Translation. Theory and Practice (Londres/New York, Routledge, 1999), par exemple, au moment même où ses coordonnateurs, Susan Bassnett et Harish Trivedi, s’appliquent à « déplacer les terrains » (« Shifting Grounds of Exchange », p. 162) des géographies dominantes dans les discours des sciences de la traduction.

30 Introduction à la traductologie, ouvr. cité, p. 14.

31 Mathieu Guidère, « Situation de la traductologie : délimitation du champ » (ibid., p. 9), intitulé du chapitre 1 de son Introduction à la traductologie. Le chapitre 3 est consacré aux « Approches et modèles de la traduction », le suivant aux « Théories de la traduction ».

32 Translation Studies, Susan Bassnett éd., ouvr. cité ; The Translation Studies Reader, Lawrence Venuti éd., ouvr. cité.

33 Introduction à la traductologie, ouvr. cité, p. 11.

34 Critique et vérité, Paris, Éditions du Seuil, 1966, p. 14.

35 On peut prendre comme point de référence l’ouvrage dirigé par les anthropologues James Clifford et George E. Marcus, Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, University of California Press, 1986. Voir en particulier l’article de Talal Asad, « The Concept of Cultural Translation in British Social Anthropology », p. 141-164. Cette ligne de réflexion prend la suite du défi lancé par Edward Saïd à la philologie avec Orientalism, ouvrage qui ouvre le champ des Postcolonial Studies. Elle forme l’un des appuis pour la théorisation par Homi Bhabha des discursivités coloniales et postcoloniales (The Location of Culture, Londres/New York, Routledge, 1994).

36 Susan Bassnett et Harish Trivedi, Postcolonial Translation, ouvr. cité.

37 Eric Cheyfiz, The Poetics of Imperialism. Translation and Colonization from The Tempest to Tarzan, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1991 ; Tejaswini Niranjana, Siting Translation. History, Post-structuralism, and the Colonial Text, Berkeley, University of California Press, 1992.

38 Dipesh Chakrabarty, Provincializing Europe. Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton, Princeton University Press, 2000.

39 After the Imperial Turn. Thinking with and through the Nation, Antoinette M. Burton éd., Durham, Duke University Press, 2003.

40 Voir par exemple la proposition de Paul Gilroy sur le Black Atlantic (Modernity and Double Consciousness, Cambridge, Harvard University Press, 1993).

41 Paradigme développé à partir des travaux de l’anthropologue américain James Clifford (voir par exemple le volume Traveling Theories, Traveling Theorists, qu’il a dirigé avec Vivek Dhareshwar, Inscriptions, no 5, 1989, et son livre de 1997, Routes : Travel and Translation in the Late Twentieth Century, Cambridge, Harvard University Press).

42 Organisé par l’université de Paris-Diderot et le Center for Translation Studies of the University of Illinois at Urbana-Champaign. Programme consultable en ligne : [http://www.crpm.univ-paris-diderot.fr/IMG/pdf_Transl_Humanit_CFP_Flyer_FRA.pdf] (page consultée le 14 août 2011).

43 Je précise que ce sont ces bases qui ont suscité mon intérêt et m’ont incitée à répondre à l’invitation d’intégrer le comité scientifique du colloque.

44 Le détail du programme est consultable en ligne : [http://www.crpm.univ-paris-diderot.fr/IMG/pdf_Transl_Humanit_CFP_Flyer_FRA.pdf] (page consultée le 14 août 2011).

45 Le programme est consultable à l’adresse [http://lettre.ehess.fr/694, et l’argumentaire complet à http://traductiontransmissibilite.blogspot.com/search/label/CFP%20Appel%20%C3%A0%20contributions] (pages consultées le 14 août 2011). Les abstracts de chacune des interventions sont également détaillés : ce document en soi constitue une archive précieuse de l’état des débats – en France, dans ces zones disciplinaires spécifiques, et à cette date.

46 N’ayant pas entrepris une analyse approfondie de l’ensemble des travaux, je ne prétends aucunement avancer ici des vues qui soient autre chose que des intuitions d’ordre diagnostique, et inchoatives. Je note pourtant, depuis le bord de cet ensemble donc, que les nouvelles constructions théoriques produites dans la traductologie et dans les Translation Studies, dans la recherche sur les langues ou sur les littératures, ne sont pas des interlocutrices affichées dans ce programme, au-delà des classiques Benjamin ou Deleuze et Guattari sur la littérature mineure. L’impression qui ressort est plus celle d’une boîte à outils un peu hétéroclite que d’un engagement transdisciplinaire avec les disciplines du langage et des langues.

47 L’expression translated men (« Having been borne across the world, we are translated men »), proposée par Salman Rushdie dans Imaginary Homelands (Essays and Criticism 1981-1991, Londres, Granta, 1991, p. 17), a été reprise par Homi Bhabha pour une théorisation de la modernité postcoloniale ; il y a trouvé un appui, comme on l’a rappelé plus haut, pour étendre à la situation postcoloniale le concept de cultural translation développé d’abord par l’anthropologie britannique (The Location of Culture, ouvr. cité, en particulier p. 226-229).

48 Henri Meschonnic, Spinoza. Poème de la pensée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.

49 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale [1916], Paris, Payot, Tullio de Mauro éd., 1972, p. 100.

50 Cette tâche a déjà été formée et largement entreprise par Yves Citton, professeur de littérature et spécialiste du XVIIIe siècle français, dans Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? (Paris, Éditions Amsterdam, 2007), puis dans L’avenir des humanités. Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ? (Paris, La Découverte, 2010). La discussion du succès des arguments qu’il propose est l’un de mes points de départ.

51 Voir les travaux de Christopher Newfield par exemple : Ivy and Industry. Business and the Making of the American University, 1880-1980, Durham, Duke University Press, 2003.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search