Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Signes Traduire-écrire Traduire la théorie du traduire d...

Traduire-écrire

 | 
Arnaud Bernadet
, 
Philippe Payen de la Garanderie

L'atelier du traducteur

Traduire la théorie du traduire d’Henri Meschonnic ou traduire en résistance

Pier-Pascale Boulanger

Texte intégral

  • 1 Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier, 2007. Abrégé désormais en F.
  • 2 Ethics and Politics of Translating, Pier-Pascale Boulanger éd. et trad., Philadelphie/Amsterdam, Jo (...)

1Lorsqu’Henri Meschonnic a publié son essai Éthique et politique du traduire en 20071, nous travaillions sur la question de savoir pourquoi ses travaux n’étaient pas passés par la filière d’importation par laquelle les écrits de nombreux penseurs français avaient été traduits et reçus sous l’étiquette américaine de la French Theory (Jacques Derrida, Roland Barthes, Michel Foucault, Gilles Deleuze, Julia Kristeva, etc.). Au lieu d’approfondir cette question, dont les réponses n’auraient en rien changé le fait que Meschonnic était absent du monde anglophone, nous avons décidé de traduire son plus récent essai vers l’anglais. Le présent article rend compte du travail théorique qui a présidé à notre traduction Ethics and Politics of Translating 2.

  • 3 Il faut bien l’admettre : le concept de lecteur cible est, bien souvent, sous la plume des traducto (...)

2Nous avions entrepris la tâche avec l’idée que traduire un texte traitant de traduction devait être un acte résolument performatif. En d’autres termes, il nous paraissait évident qu’il nous fallait appliquer la théorie du traduire de Meschonnic à la traduction de sa théorie. Ne pas le faire entraînerait, au mieux, un contresens grave et, au pire, un manque d’éthique, conséquence gravissime dans un essai traitant précisément de l’éthique du traduire. Mais si ce principe opératoire était bien établi dans l’idée, voire l’idéal, que nous avions de l’acte de traduire, sa réalisation a soulevé bien des questions, notamment sur la manière de lire : la nôtre, celle de l’éditeur et, par extrapolation, celle du lectorat cible3.

3La voix et la pensée de Meschonnic ont emprunté le parcours de la poésie, de l’essai et de la traduction et se sont déroulées avec une vitalité égale dans ces trois modes d’écriture. Depuis son essai Pour la poétique (1970), il s’est engagé dans une réflexion militante pour le langage et contre ce qu’il considérait être ses obstacles, notamment l’obnubilation de l’herméneutique par le signifié, et son corollaire, l’ornementalisation du signifiant, le génie des langues et le mythe du naturel en traduction. Son écriture combative l’a amené à filer la métaphore de la lutte, du conflit et de l’opposition pendant presque quarante ans. Dans Éthique et politique du traduire, la résistance agit radicalement par le lexique, la grammaire et la syntaxe pour faire à la fois la force et la difficulté de l’essai. Cette activité du texte, ou poétique de la résistance, a constitué le principal enjeu de notre traduction, car l’impératif d’en assurer le fonctionnement au moyen des ressources de la langue anglaise s’est heurté à l’activité du lecteur de cette langue. La confrontation nous a placée devant un véritable dilemme.

4Il s’agira d’abord d’exposer à l’aide de nombreux exemples la poétique de la résistance telle qu’elle agit dans Éthique et politique du traduire. Nous traiterons ensuite de la préséance qui est accordée à la fluidité érigée en étalon de lisibilité, puis de son incompatibilité avec l’écriture résistante de Meschonnic. Et enfin nous expliquerons brièvement la stratégie que nous avons adoptée pour trancher le dilemme de la traduction, qui se résume en ces termes : rendre un texte qui résiste, mais au péril de sa réception ? Ou produire, à la demande de l’éditeur, un texte fluide susceptible d’être plus facilement reçu par le lecteur cible, mais en flagrant contresens avec la visée de Meschonnic ?

Une poétique de la résistance

  • 4 Voir Gabriella Bedetti et Henri Meschonnic, « Interview : Henri Meschonnic », Diacritics, no 18-3, (...)

5Meschonnic n’a cessé de répéter l’importance de penser autrement pour « sortir du bocal où nous nous agitions » (F, p. 86). La figure du bocal dit l’étroitesse et la fermeture de l’espace de réflexion. Ce bocal, c’est celui du signe. Et cette image exprime clairement le constat que pose Meschonnic à l’égard des sciences humaines, qu’il accuse d’être cantonnées chacune dans son champ de spécialité et ignorante de ce qui se fait de l’autre côté de ses « cloisons scolaires » (F, p. 7). L’essai s’ouvre sur cette critique de la compartimentation épistémologique, celle-là même qui faisait regretter à Meschonnic que ses poèmes, ses essais et ses traductions de la Bible soient lus séparément4. Lorsqu’il nous exhorte à « penser l’impensé » de la traduction, il met en cause trois axiomes : qu’en prose il faille chercher le sens dans le signifié du signe, que chaque langue impose ses formes à l’écriture et qu’un texte traduit ne doive pas avoir l’air d’en être un. Bien que ces affirmations soient vraies, elles ne le sont que jusqu’à un certain point, qui gagne à être dépassé. Notre projet de traduction a consisté à réaliser ces trois dépassements.

  • 5 Henri Meschonnic, Le signe et le poème, Paris, Gallimard (Le Chemin), 1975, p. 514.
  • 6 F, p. 33, 54, 93, 110.

6D’abord, le sens ne se trouve pas que dans l’aire sémantique des mots. Le sens provient des valeurs d’un texte lu comme un tout, le texte étant la plus petite unité de sens. Ces valeurs ne sont jamais connues d’avance et sont à relever dans l’instance d’énonciation du texte. Meschonnic a répété et montré dans ses traductions de la Bible que tout dans un texte est signifiant, participe présent du verbe signifier5 ; de ce principe découle sa théorie du rythme. Aussi dresse-t-il à quatre reprises dans Éthique et politique du traduire la liste des manifestations possibles du rythme : le rythme pausal ; le rythme de groupe (rythme de conjonction ou de disjonction, de rupture) ; le rythme de position (d’attaque ou des finales) ; le rythme de répétition ; le rythme syntaxique et le rythme prosodique6.

7Quant au deuxième axiome, si c’est un truisme d’affirmer que l’écriture est tributaire du matériau formel de la langue, il faut rappeler que l’écriture, telle que Meschonnic la conçoit et la pratique, est invention de nouvelles formes. Cette activité transformatrice échoit au traducteur, qui doit « traduire-écrire » (F, p. 71) et ne pas se limiter à puiser dans les formes et formules convenues de la langue (les idiomatismes et le bon usage), à défaut de quoi il affaiblit le texte et se contente de « traduire-désécrire » (F, p. 71). La tâche d’écriture du traducteur est dictée dans la phrase clef suivante : « [...] plus que ce qu’un texte dit, c’est ce qu’il fait qui est à traduire ; plus que le sens, c’est la force, l’affect » (F, p. 55). Mais relever les valeurs qui font la force d’un texte est une chose ; les recréer en langue d’arrivée en est une autre.

8En troisième lieu, Meschonnic exhorte le traducteur à un travail d’écriture, c’est-à-dire de transformation de la langue, au même titre que le texte original. La réalisation de cet impératif implique la mise en cause du recours systématique aux formes convenues de la langue d’arrivée, réflexe conditionné et profondément ancré chez le traducteur.

9Toute réflexion sur le langage doit passer par le langage pour s’effectuer. La pensée de Meschonnic sort des cadres conceptuels établis, passant par une écriture qui sort de la norme. Son écriture est performative, dans la mesure où les mots font ce qu’ils disent, et ce verbe « faire » revient comme un leitmotiv puisqu’il est le ciment de l’éthique dans la réflexion de Meschonnic : « L’éthique, c’est ce qu’on fait de soi, et des autres. C’est un agir, et c’est faire de la valeur » (F, p. 19). Pour penser autrement, il faut écrire autrement ; c’est dans cette dynamique que la théorie et la pratique participent d’une même démarche de résistance aux idées reçues sur le langage et la traduction. Et cette résistance s’exerce par une écriture qui exige un effort du lecteur, même chevronné, tant elle déjoue les automatismes que ce dernier a pu acquérir au fil des ans et l’expectative de formules et de tours syntaxiques qu’il a l’habitude de rencontrer.

  • 7 Dans les extraits, tous les soulignements sont de nous.

10Dans l’essai Éthique et politique du traduire, la poétique de la résistance s’opère diversement : par la syntaxe heurtée, la répétition, les entorses grammaticales, le lexique paronymique, les néologismes, le sarcasme et les jeux de mots. Nous illustrerons ces valeurs et exposerons le processus d’intelligibilité qui a motivé nos choix de traduction7.

La syntaxe heurtée

11C’est le rythme syntaxique et, plus particulièrement, la prédominance de phrases au verbe manquant qui surprend le lecteur par ailleurs conditionné à lire des phrases complètes, surtout dans un essai. Le contraste entre le conditionnement du lecteur et l’activité subversive du texte n’est pas pour plaire au réviseur de la maison d’édition, à qui échoit la tâche d’assurer la correction et la lisibilité du texte. Parmi la myriade d’occurrences qui parsèment l’essai, voici deux passages où se concentrent les phrases non verbales :

Avec les choses du langage, de la littérature et des littératures, donc aussi de la traduction, l’urgence est de mettre en désordre, de mettre en déroute les idées reçues. Du moins, sans se faire d’illusions, de travailler à ce que Rémy de Gourmont appelait des dissociations d’idées. Par rapport aux idées tellement associées, tellement installées, qu’elles en sont même arrêtées. C’est-à-dire qu’elles ne bougent plus : elles ont remplacé la recherche de la pensée par la conservation de leurs pouvoirs. Sociaux. (F, p. 8)
 

With matters of language, literature and literatures, thus also of translation, there is an urgent need to disturb, to displace preconceived notions. At least, without deluding ourselves, to work at what Rémy deGourmont called dissociation of ideas. With regard to ideas so associated, so established, that they have become fixed. Meaning that they are no longer moving : they have traded pursuit of thought for preservation of power. Social power. (A, p. 36)

12Avec les propositions non verbales surviennent des enjambements, c’est-à-dire le report à la phrase suivante d’un mot ou d’un ensemble de mots qui ont un lien étroit avec le sens de la phrase précédente, comme le montrent les segments que nous avons soulignés dans les passages suivants :

Et la plupart des œuvres dites originales d’une époque sont des produits d’époque qui meurent avec elle.

Toute la différence entre activité et produit. Que je prends à Humboldt. Et qui fait que la modernité d’une œuvre n’est pas son caractère nouveau ou récent mais sa capacité d’être active indéfiniment, et par là indéfiniment présente au présent. Ce dont je fais aussitôt la définition de l’écriture. Rien à voir avec l’état de langue, qui peut être ancien. (F, p. 81)
 

And most works said to be original at a certain time are products of that time and die with it.

The whole difference between activity and product. Which I take from Humboldt. And which means that the modernity of a work is not that it is new or recent, but its capacity to be indefinitely active, and thereby indefinitely present in the present. According to which I immediately define writing. Nothing to do with the état de langue, which can be ancient. (A, p. 87-88)

13Les phrases sans verbe et les enjambements ne déstabilisent pas tant la compréhension du texte que la quête de correction linguistique chez le réviseur, qui voit s’effondrer l’opposition grammaticale de base entre la phrase simple et la phrase complexe. Les cas les plus contrariants surviennent à l’amorce des paragraphes où Meschonnic relance son propos par l’adverbe relatif « où », en flagrante incorrection syntaxique (voir notre soulignement) parce que la proposition relative se trouve orpheline, coupée de la principale par un point.

, pour penser le langage, j’oppose la nécessité d’une théorie d’ensemble du langage à l’herméneutique, qui reste dans le signe, autant qu’à ce qu’on appelle la traductologie. Pour la même raison. (F, p. 49)
 

Where, to think language, I pit the necessity of an inclusive theory of language against hermeneutics, which remains in the sign, as well as against what we call translation studies. For the same reason. (A, p. 65)

14D’autres locutions en tête de phrases, de paragraphes et de phrases-paragraphes parsèment l’essai, notamment « d’où », « ce qui » et « en quoi ». Certes, elles entraînent des phrases qui mettent en crise la cohésion syntaxique habituelle, mais elles constituent en elles-mêmes une ponctuation de pensée, une rythmique. En fait, celles-ci sont si nombreuses que le réviseur a cessé de les relever dans le manuscrit de notre traduction.

La répétition

  • 8 Nous aurions presque pu dire six fois, mais la toute première occurrence inverse les termes : « J’a (...)

15La poétique de la résistance se caractérise également par le rythme répétitif. Les répétitions se font sur des mots, des phrases et des structures syntaxiques. Tout élément répété est porteur de valeur et parfois investi d’un concept fondateur de la pensée de Meschonnic, à commencer par les verbes « faire » (rendus par to do et to make) et « entendre » (to hear). Le verbe « faire » est primordial, car il soutient toute la théorie du langage en tant que double activité entre le sujet qui agit par et sur le langage, et le poème qui transforme celui qui l’écrit et celui qui le lit (F, p. 27). L’écriture se fait dans le lien réciproque entre l’action du sujet sur le langage et l’action du langage sur le sujet, grâce à l’usage infini qu’un sujet peut faire des moyens finis de la langue, comme le disait Humboldt. Et c’est seulement par cette activité dans laquelle le sujet s’engage au maximum que le poème se crée, où le terme « poème » est le générique qui renvoie à toute forme d’écriture résultant d’une invention, qu’elle prenne la forme d’un essai, d’une fiction ou d’un poème. Quant à la valeur de la répétition, signalons que Meschonnic définit à cinq reprises le poème comme étant « la transformation d’une forme de langage par une forme de vie et la transformation d’une forme de vie par une forme de langage » (F, p. 53, 81,133, 150, 176)8.

  • 9 Meschonnic reprend cette idée à Humboldt (Der Sinn der Sprache). Voir Le signe et le poème, ouvr. c (...)

16Le verbe « entendre » est une modalité du verbe « faire » et vise surtout le travail du traducteur. Meschonnic a beaucoup critiqué le manque d’oreille, voire la surdité, des traducteurs de la Bible. Pour lui, « c’est l’oreille qui voit » (F, p. 62), et cette activité est essentielle au sens du langage, entendu ici comme la compétence du sujet à prêter attention à la réalisation sensorielle du langage (accentuation, prosodie, pause, arrêt, poursuite), par laquelle est créée l’intensité affective du discours. La dimension sensible du langage fait partie intégrante du sens d’un texte, mais les traducteurs ont tendance à ne pas écouter ce qu’un texte fait – sa manière de dire, – tout affairés à leur démarche herméneutique consistant à saisir la charge sémantique contenue dans les mots du texte. Cette manie, Meschonnic la dénonce vivement : « Tout ce qu’ils peuvent traduire, c’est ce que dit ou ce qu’a l’air de dire un énoncé, pas ce que fait, ce que vous fait, un système de discours » (F, p. 84). L’impératif de « faire » est indiscutable. Force est de reconnaître le leurre des habitudes et des réflexes du traducteur. Pour preuve, nous avons failli commettre le contresens de traduire le syntagme « sens du langage » par meaning of language, alors qu’il apparaît clairement en contexte que « sens » réfère à une faculté humaine et non à l’idée de signification. On a le sens du langage comme on a le sens de l’humour. Le contresens eût été fort malheureux, car le sens du langage9 (sense of language) en tant que sensibilité et capacité d’écoute est la condition sine qua non de la politique du traduire, la traduction étant « l’enjeu d’une véritable révolution culturelle » (F, p. 37).

17Meschonnic admet quant à la répétition de certains termes qu’elle est intentionnelle et nécessaire (F, p. 19, 49, 150). Si elle passe pour du ressassement et finit par contrarier la traductrice, dont l’ambition consiste à rendre le meilleur de l’auteur, elle demeure une valeur cardinale dans la poétique de Meschonnic. Nous l’avons rendue, mais en censurant le réflexe de synonymie auquel nous ont conditionnée les normes de la bonne rédaction.

Les valeurs grammaticales

18La poétique de la résistance de Meschonnic s’opère aussi par des audaces grammaticales, notamment l’emploi partitif de substantifs dénombrables. Il s’agit d’une stratégie l’amenant à écrire autrement pour penser autrement. Voici quelques exemples éloquents que nous soulignons :

Et ce n’est pas l’auteur, cette notion psychologico-juridique, ni l’individu à qui on met une tape sur l’épaule, ce que j’entends par là c’est la subjectivation maximale d’un système de discours, qui fait que l’oralité n’est plus du sonore. C’est du sujet qu’on entend. C’est du sujet qui est travaillé, transformé. (F, p. 97)
 

And it is not the author, this psychologico-legal notion, nor the individual whose hand we shake, what I mean by that is the maximum subjectivization of a system of discourse, by which orality is no longer sound. The subject is what we hear. The subject is what is being shaped, transformed. (A, p. 98)
 

Taamiser, c’est oraliser, au sens où l’oralité n’est plus du son, c’est du sujet, c’est donc traduire la force d’un langage, et non plus seulement ce que disent les mots. (F, p. 104)
 

To taamicize, is to oralize, in the sense where orality is no longer sound, it is subject, it is thus translating the power of a language, and no longer just what words say. (A, p. 141)

19En rendant non comptables des entités qui le sont d’habitude selon les conventions grammaticales de la langue française, Meschonnic invente. Dans les passages des pages 97 et 104, c’est le déterminant « le » et non le déterminant « du » que l’on s’attend à lire, car celui-ci ne s’utilise qu’avec les noms partitifs (par exemple : du « sucre », du « vin »), et non avec les choses dénombrables, tel le nom « sujet ». En transformant « le sujet » en une entité qui n’est pas comptable, Meschonnic met en avant l’inépuisabilité de la subjectivisation, cette faculté de devenir le sujet d’un texte. Cette faculté est à comprendre par rapport à l’entité déterminée « le sujet », qui en est le produit et que Meschonnic recense au nombre de treize (F, p. 95). Mais il s’agit là d’une hypothèse sur laquelle l’auteur ne s’est pas prononcé, comme il l’a fait pour la répétition et la paronymie (voir plus bas).

20En anglais, le partitif s’exprime par la simple suppression de l’article, ce qui a compliqué la traduction de certaines occurrences ; à preuve, notre traduction extraite de la page 98, où subject devient une entité dénombrable et déterminée. Il eût été déconcertant d’écrire « Subject is what we hear. Subject is what is being shaped, transformed » à cause de l’absence du déterminant en début de phrase, ce qui aurait donné à entendre subject comme un son. Par contre, nous avons maintenu le rythme de position en le plaçant à l’amorce de la phrase. Le passage de la page 141 se prêtait à la recréation de l’aspect partitif.

Les paronymes

21La similarité graphique de mots aux sens très différents, voire diamétralement opposés, constitue une autre valeur parmi les moyens dont Meschonnic use pour résister contre les idées qui ne bougent plus. Il y a chez le penseur-poète-traducteur une volonté de raffiner les observations sur le langage pour le libérer des idées reçues et le transformer, à commencer par la différence entre « langue » et « langage ». Si ces concepts semblent de prime abord bien établis, ils demeurent très souvent confondus dans l’esprit des traducteurs sous la prédominance de la conception sémiotique du langage. À la tendance courante en traduction à ne valoriser que le signifié du signe, Meschonnic oppose une conception discursive du texte en tant qu’acte de parole, qui tient compte du mouvement de cette parole dans le langage, c’est-à-dire de la manière dont les choses sont dites et les mots amenés. C’est toute l’idée de la pan-rythmique dans la théorie du langage de Meschonnic.

22Le terme language comporte une aire sémantique étendue en anglais, puisqu’il réfère à trois réalités : la capacité innée de communiquer (le langage), l’exercice et le résultat de cette faculté (le langage), le mode de communication (l’idiome, la langue) et le système abstrait de règles qui régissent une langue (le code linguistique, la langue). Dans la plupart des cas, le lecteur anglophone comprend de quoi il retourne grâce au contexte et à l’usage du déterminant. Toutefois, la différence cruciale, et que faisait Saussure, entre le langage en tant que faculté et la langue en tant que système linguistique sous-tend toute l’argumentation de Meschonnic, qui lutte contre la confusion de ceux-ci. Si l’on ne sépare pas le langage (l’activité discursive) et la langue (le matériau linguistique), ils risquent d’être amalgamés par métonymie. Mais cet amalgame est pernicieux parce que le langage finit par être réduit à la langue. Le piège de la confusion se trouve dans la proximité graphique des mots, lesquels Meschonnic n’hésite pas à confronter dès la première page de l’essai :

Avec ces trompe-la-pensée que sont, pour le traduire, les notions de fidélité et d’exactitude. Fidèle à quoi ? À la langue ? Et laquelle ? Mais la langue n’est pas le langage. Il ne faut pas confondre. (F, p. 7)
 

With these thinking traps which are, for translating, the notions of faithfulness and accuracy. Faithful to what ? Tolangue ? And to which one ? Butlangueis not the same as language. Beware of the confusion. (A, p. 35)

23L’usage emblématique qui est fait du syntagme « la langue » (ci-dessus souligné), pour référer à la représentation dominante mais erronée du langage réduit aux catégories traditionnelles de la linguistique (lexique, morphologie, syntaxe), a exacerbé le problème déjà ardu consistant à rendre « langue » et « langage » par le terme polysémique language en anglais.

  • 10 Ferdinand de Saussure, Écrits de linguistique générale, texte établi et édité par Simon Bouquet et (...)
  • 11 Ferdinand de Saussure, Writings in General Linguistics, Carol Sanders et Matthew Pires éd. et trad. (...)

24Le problème langage-langue/language s’est présenté aux traducteurs dans le domaine de la linguistique, notamment dans la traduction de l’essai de Saussure, Écrits de linguistique générale10, publiée en 2006. Dans son introduction11, le traducteur propose une solution efficace que nous avons décidé d’appliquer à notre travail. Il s’agit de rendre « langage » systématiquement par « language » et de traduire « langue » soit par « a/the language ; languages » s’il est question de l’idiome, soit par « language system » lorsqu’il est question du code linguistique. Là où Meschonnic fait un usage emblématique de « langue », nous avons recouru à l’emprunt « langue ». Parce qu’un tableau vaut mille mots, voici la grille d’équivalences qui a guidé nos choix de traduction :

le langage (en tant que faculté innée ou son expression) language (entité non dénombrable sans article)
une langue (en tant qu’idiome)des languesla langue ; les langues a language (entité dénombrable avec article)languagesthe language ; the languages
la langue (en tant que code linguistique) the language system
la langue (utilisée emblématiquement pour référer à la représentation sémiotique qui réduit le langage à la langue) langue

25Ce qu’il faut constater dans cette grille, c’est la proximité graphique des mots, tant en français qu’en anglais, et l’effort à faire pour ne pas tomber dans le piège de la paronymie. Si le syntagme language system donne un répit au lecteur anglophone, la fréquence élevée du terme language et les subtilités dans l’usage de ses déterminants ne facilitent en rien la lecture. Mais, dans la poétique de Meschonnic, la résistance à la facilité est délibérée et conséquente de sa volonté de penser avec précision les choses du langage hors « du flou et du mou » (F, p. 167) des essentialisations et des métaphores.

26Un autre couple paronymique revient souvent : empirisme et empirique. L’auteur a clairement expliqué, dans un essai antérieur, le rapport d’opposition qui lie ces deux notions et l’importance de ne pas les confondre :

  • 12 Henri Meschonnic, Les états de la poétique, Paris, Presses universitaires de France (Écriture), 198 (...)

J’appelle théorie la recherche et le questionnement du savoir, non le savoir ; la recherche des liens entre l’épistémologique et le pouvoir, entre la subjectivité et la socialité, et l’historicité, dans les pratiques du langage. La théorie est donc plus la critique, que la science. Elle est nécessaire à l’empirique. Elle permet justement de ne plus confondre l’empirisme et l’empirique. L’empirique et la théorie ne sont que des illusionnismes l’un sans l’autre.12

  • 13 Henri Meschonnic, La rime et la vie, Lagrasse, Verdier, 1989, p. 46.

27L’empirique se définit comme étant « ce qui résiste aux placages successifs, aux grilles explicatives qui sont d’autant plus de culture qu’elles se donnent pour la transparence même à la nature du langage » (ibid., p. 98). L’empirisme, lui, implique tout le contraire de l’empirique, dans la mesure où il refuse de théoriser sa pratique. Sa démarche ne met jamais en cause les conceptualisations dominantes (structuraliste, sémiotique ou autre) dans lesquelles il glisse sans s’en rendre compte. Là où l’empirique cherche des questions, l’empirisme trouve des réponses toutes faites au rayon du « prêt-à-penser »13 que proposent les théories courantes. C’est dans l’empirique que Meschonnic conçoit la poétique, parce qu’elle exige un travail d’intelligibilité qui s’attache à découvrir la spécificité de chaque texte sans savoir d’avance où elle trouvera ses réponses. La tendance des traducteurs à chercher le sens d’un texte uniquement dans la charge sémantique des mots – croyant ainsi réaliser une traduction fidèle – constitue une forme d’empirisme parce que le lieu des réponses est prédéterminé.

28Seul le suffixe permet de distinguer les termes du couple paronymique « empirique et empirisme ». Aussi le principe de suffixation selon lequel « -ique » est connoté positivement et « -isme », négativement, constitue-t-il une valeur stable dans la poétique de Meschonnic. Entre autres termes portant une charge négative figurent l’académisme, le conventionalisme, l’étymologisme, l’éclectisme, le formalisme, l’islamisme, l’illusionisme, le littéralisme, le mot à motisme, le nietzschéisme, le rabbinisme, le réductionisme, le régionalisme (des disciplines universitaires), le scientisme, le subjectivisme, le théologisme et le vitalisme. Presque la moitié d’entre eux sont des créations lexicales, dont nous verrons dans les paragraphes qui suivent qu’elles sous-tendent en grande partie le vocabulaire de Meschonnic.

Les néologismes

29C’est avec amusement que Meschonnic constate en être venu à créer un certain nombre de mots tout en insistant sur l’impératif d’un tel procédé dans le cadre de sa démarche :

Je désarchéologise, je déthéologise, je débondieuse, je déchristianise, je déshellénise, je délatinise, je défrançaiscourantise. Eh oui, je suis amené, par ce travail même, à néologiser à bouche que veux-tu. Ce qui est sans doute l’expression même d’une incroyable, d’une improbable aventure puisqu’elle prend à rebours dix-neuf ou vingt siècles de christianisation, d’héllénisation, de latinisation, de déshébraïsation de ces textes qui sont, culturellement, des textes religieux. (F, p. 154)
 

I dearcheologize, I detheologize, I desanctify, I dechristianize, I dehellenize, I delatinize, I decurrentfrenchify. And yes, my work brings me to neologize so much, what can I do. Which is probably the very expression of an incredible, an improbable adventure since it is going against the grain of nineteen or twenty centuries of Christianization, Hellenization, Latinization, dehebrewization of these texts which are, culturally, religious texts. (A, p. 140)

30Peut-être parce qu’il s’agit de création, la néologie s’est imposée sans les hésitations qu’ont suscitées les audaces syntaxiques et grammaticales. Voici une liste partielle de verbes assortis des équivalents que nous avons forgés et qui correspondent aux actions nécessaires au « travail de décapage » (F, p. 74) et de transformation des traductions existantes de la Bible : désacadémiser (to deacademicize), défrançaiscourantiser (to decurrentfrenchify), déplatoniser (to deplatonize), désémiotiser (to desemioticize), déthéologiser (to detheologize), embibler (to embiblicize), enrythmer (to enrhythmicize), réhébraïser (to rehebrewize) et taamiser (to taamicize).

Le sarcasme et les jeux de mots

31La pensée de Meschonnic est propulsée par la critique des théories dominantes, et il moque sans cesse leurs travers par les railleries, l’humour et les jeux de mots, notamment les pastiches, les réseaux lexicaux et les calembours.

32 – Exemples de pastiches

La traduction, dans tous ses états, montre que nous sommes malades du signe, et que c’est toute notre représentation du langage, dans ses rapports à la littérature, qui est à changer. (F, p. 40)
 

Translation, in all its misery, shows that we suffer from sign-sickness, and that our entire representation of language, in its relationships to literature, has to change. (A, p. 59)

  • 14 Toutes les bibles citées ont rendu le terme par une variante de « Dieu des armées », suite à quoi M (...)

33L’effet comique en français tient au fait que le complément de « malade de » peut désigner tant la nature ou la cause de la maladie que l’organe atteint. Dans le contexte, il est tout à fait possible de comprendre qu’il s’agit d’une indigestion du fait que l’on a trop consommé de théorie sémiotique ou encore que le signe, en tant qu’organe, voit sa fonction gravement compromise. Nous avons misé sur la valeur idiomatique de l’expression « malade de » et trouvé par association d’idées l’équivalent sea sickness (le mal de mer), syntagme très évocateur. Notre choix était d’autant plus motivé par la sensation de nausée qu’éprouve Meschonnic par ailleurs (F, p. 89), devant la longue liste de contresens14 qu’il a recensés pour la traduction de adonaï tsevaot (« Dieu des multitudes d’étoiles »). Les propriétés émétiques des mauvaises traductions de la Bible sont également évoquées au chapitre ix, mais par le mot rapporté de Paul Claudel (F, p. 130).

Les clichés remplacent toute réflexion : que « traduire c’est trahir », traduttore, traditore, à quoi est opposé le « sens » et le « message ». Exactement la monnaie de singe du signe. (F, p. 138)
 

The clichés replace any reflection : “the translator as traitor”, to which are opposed the “meaning”, and the “message”. Never try to teach a sign to sing. (A, p. 128)

34Jouant cette fois-ci sur les plans idiomatique et anagrammatique, Meschonnic s’amuse à montrer la proximité de « singe » et de « signe ». Cette anagramme peut aussi surgir par lapsus calami, et son apparition surprend d’autant plus que le correcticiel ne la relève pas. Notre solution applique le principe de déformation idiomatique et de création anagrammatique, mais le paradigme animalier demeure suggéré plutôt qu’ouvertement dit. Il s’agit d’une déformation de l’expression : Never try to teach a pig to sing. It wastes time and annoys the pig (N’essayez pas d’apprendre à chanter à un cochon. Vous perdez votre temps et embêtez le cochon).

35 – Exemples de réseaux lexicaux

Ce paquet de confusions, qui fait le culturel, remplit l’air d’une odeur qui rend le contemporain irrespirable. Mais on croit que c’est l’air du temps. (F, p. 9)
 

This pack of confusions, which makes up the cultural, contaminates contemporary thought. But people contemplate this as the spirit of the age. (A, p. 36)

36Après moult tentatives peu concluantes dans le réseau lexical olfactif, nous avons décidé d’exploiter les ressources phoniques pour fabriquer un jeu de mots qui table sur l’écho du préfixe con- [kɔ̃n]. Ce phonème renvoie au mot con, qui en anglais signifie un inconvénient, une raison négative ou une tromperie pour flouer quelqu’un.

Il y a deux sortes de traductions : des traductions en langue courante, et même basique, pour public peu cultivé, et celles où interviennent des poètes, des écrivains, pour un public lettré.
 

Mais cette horreur éthique ne semble pas troubler les religieux, car la traduction qui court après la langue courantecourt d’abord après la clientèle. Puisqu’il s’agit de convertir. (F, p. 32)
 

There are two kinds of translations : translations in current language, and even basic language for the unlearned public, and those where poets, writers, enter into their own, for a literate public.
 

But this ethical monstrosity does not seem to bother the religious, because translation into current language is first seeking currency with customers. Given that their business is conversion. (A, p. 53)

37Dans le passage cité, les termes soulignés relèvent du même étymon et se rattachent d’autant plus solidairement les uns aux autres par leur quasi-homophonie. Ce moyen conceptuel et phonique sert à montrer la connivence liant des réalités d’apparence neutre, en l’occurrence la « langue courante » et « courant [...] après les clients ». La métaphore du commerce expose la nature marchande de l’entreprise prosélytique en établissant une synonymie entre le converti et le client, et nous l’avons renforcée par l’ajout du terme business.

38 – Exemples de calembours

Toujours la maison de l’Être et l’homme de l’Être. (F, p. 84)
 

Always the house of Being, the letter being Heidegger. (A, p. 89)

39Le calembour, qui fait entendre « l’homme de lettres », est adressé à Paul Ricœur, à qui Meschonnic reproche de rebattre des évidences sur la traduction, de surcroît empruntées à Heidegger. Cette critique se réaffirme dans l’exemple suivant. Dans notre version, nous avons exploité le réseau lexical de la location immobilière pour reproduire le jeu homophonique, mais en travaillant à partir de « la maison de l’Être », qui renvoie à la Lettre sur l’humanisme qu’Heidegger a publiée en 1946. Traduite littéralement, notre solution donne : « Toujours la maison de l’Être, le loueur étant Heidegger ». Nous avons donc joué sur l’ambiguïté du mot letter en anglais, qui signifie « lettre », mais aussi « propriétaire » ou « locateur » de cette maison de l’Être.

40Dans le passage qui suit, le calembour ne se trouve que dans notre traduction. Par compensation pour les pertes que nous avons essuyées par ailleurs, nous avons saisi l’occasion inespérée de fabriquer un jeu de mots par le simple ajout du terme a notion. L’expression soulignée a notion fait entendre l’homophone an ocean, c’est-à-dire l’océan dans lequel Heidegger « dilue toute spécificité du traduire » :

It is exactly what happens, and surprisingly no longer surprises, when reference to Heidegger rules and dilutes all the specificity of translating into a notion of comprehension, into the act of understanding, thus into hermeneutics, that makes Paul Ricœur say, or rather repeat, that “To understand is to translate”. (A, p. 104)
 

C’est autant ce qui arrive, et qui à la fois surprend parce que cela ne surprend plus, quand domine la référence à Heidegger, qui dilue toute spécificité du traduire dans la compréhension, dans l’acte de comprendre, donc dans l’herméneutique, et qui fait dire, ou plutôt redire, à Paul Ricœur, que « comprendre, c’est traduire ». (F, p. 103)

41Les valeurs que nous venons d’exposer sont celles qui nous ont incitée à traduire en résistance. Par cohérence avec la visée de Meschonnic, nous avons rendu un texte qui met à l’épreuve la langue et le lecteur, mais que le réviseur de la maison d’édition aurait espéré davantage fluide.

La fixation sur la fluidité

42Cet intertitre est curieux à souhait, mais il dit tout le paradoxe épistémologique qui sous-tend une idée arrêtée à propos d’un désir de mouvement. La fixation sur la fluidité est l’obstination collective chez les traducteurs à produire des textes les plus faciles à lire possible, c’est-à-dire des textes qui coulent, donc qui se déroulent sans accrocs, sans hésitation. Les textes ne doivent pas agacer, ne serait-ce que par la répétition d’une nasale (par exemple [ã] ou [ɔ̃]) ou d’un mot dans un périmètre rapproché, par une amorce de phrase trop abrupte, par une ambiguïté quant au référent d’un pronom, etc. La fluidité est le gage d’une bonne traduction parce qu’elle assure une bonne lisibilité, et la lisibilité conditionne la réception du texte.

43Le souci de la fluidité apparaît nettement dans les commentaires généraux que le réviseur de la maison d’édition a inscrits dès les premières pages de notre traduction, mais qui s’adressent également à l’essai Éthique et politique du traduire :

  • 15 Notre traduction du commentaire original tiré de notre manuscrit révisé : « The style of the origin (...)

Le style de l’original est assez abstrait et opaque à certains endroits, souvent au détriment de la fluidité. Il y a de nombreuses phrases incomplètes, lesquelles, pour la fluidité, j’aurais jointes. Toutefois, j’ai présumé que la traductrice souhaite rendre une traduction fidèle plutôt que fluide (bien qu’une certaine fluidité soit essentielle pour les lecteurs en langue cible) […]. J’ai essayé de préserver un équilibre, donc, entre un certain degré d’abstraction (respectant le style du texte source) et le souci d’une plus grande fluidité (là où une traduction trop littérale du texte source engendre un texte cible quasi inintelligible). J’ai aussi laissé le style haché, en tant que partie intégrante du style rythmique propre à Meschonnic, que la traductrice a clairement souhaité préserver.15

44Dans ce commentaire synthétique, la fréquence du terme « fluidité » et de son adjectif, que nous avons mis en évidence à l’aide de caractères italiques, témoigne avec éloquence des attentes que doit combler la traduction. S’il faut définir le terme fluency, il réfère à l’idée de ce qui s’écoule avec facilité. Mais à la différence du terme « fluidité », son aire sémantique recouvre aussi l’idée d’un flot régulier de paroles et de l’aisance de ce flot, qualité qui témoigne de la maîtrise d’une langue, comme dans l’expression « couler de source ». Parce que la régularité et donc l’aisance du flot des phrases facilitent la tâche du lecteur, on peut difficilement en attaquer le bien-fondé. Le consensus autour de cette grande métaphore liquide a le défaut d’essentialiser le texte, alors que celui-ci n’existe que par l’activité d’un lecteur. Pour pousser davantage la métaphore, on nage ici en plein mythe de la clarté. Rappelons donc à l’évidence que la lecture exige le travail du corps humain, notamment des yeux (et des oreilles, rajouterait Meschonnic). Sur ce chapitre, les études cognitives se sont intéressées au mouvement oculaire du lecteur dans le traitement de la matière écrite.

  • 16 Kenneth S. Goodman, « Introduction to Chapter 2 », Scientific Realism in Studies of Reading, Alan D (...)
  • 17 Eric J. Paulson et Kenneth S. Goodman, « Re-reading Eye-movement Research », Scientific Realism in (...)

45La recherche sur le mouvement de l’œil pendant la lecture a révélé que celui-ci focalisait sur environ 70 % des mots et qu’il sautait les mots outils pour fixer les mots à contenu16. La fixation se produit lorsque l’œil arrête de bouger pour fixer un mot ou l’espace entre deux mots. L’œil étant physiologiquement limité, il ne reconnaît que les mots qui se trouvent dans la région fovéale, soit trois à six espaces autour du point de fixation au centre du champ visuel17. L’œil du lecteur ne fixe donc pas tous les mots, car, lorsqu’un mot attendu se présente, le lecteur n’a pas besoin de s’y arrêter ou alors il ne le fait que très brièvement (ibid., p. 36).

  • 18 La traduction de l’extrait cité est de nous.

46Le lecteur travaille sans cesse à prédire le texte à venir. En fait, le lecteur chevronné est celui qui aura développé des automatismes, tel l’échantillonnage, soit la fixation rapide du mot qu’il s’attend à rencontrer afin de confirmer sa prédiction (id.). À force de retrouver les mêmes agencements lexicaux, grammaticaux et syntaxiques, le lecteur s’en constitue un répertoire à partir duquel il anticipe de mieux en mieux le texte à venir. « Cela lui permet de lire plus efficacement et de sauter ou de passer plus rapidement les mots qu’il a confirmés dans la région parafovéale [, laquelle] s’étend sur environ 24 à 30 lettres autour du point de fixation » (ibid., p. 27)18. L’échantillonnage est la raison pour laquelle le lecteur chevronné peut lire vite et de manière fluide.

47Le mouvement de l’œil dépend du niveau de compétence du lecteur, lequel nous supposons très élevé chez le réviseur à qui la maison d’édition a confié la relecture de notre traduction, Ethics and Politics of Translating. Il est raisonnable de croire que cette personne appartient au monde universitaire et, partant, de la considérer comme un lecteur expert qui a développé ses compétences par le traitement de volumes considérables de matière écrite dans le cadre de ses tâches d’enseignement, de recherche, d’évaluation et d’édition. Notre réviseur aura lu notre manuscrit avec les automatismes et les anticipations que développe tout lecteur chevronné au fil de sa grande expérience.

  • 19 Du point de vue constructivo-transactionnel des études cognitives de la lecture, « les méprises son (...)

48Or, les automatismes, la lecture rapide et le saut de mots entrent en conflit avec la poétique de la résistance de Meschonnic et sa volonté de transformer nos habitudes de pensée en transformant aussi nos habitudes de lecture. Dans le cas d’une syntaxe heurtée qui entraîne des méprises de lecture, les anticipations du lecteur sont flouées ; aussi son regard doit-il rebrousser chemin pour fixer de nouveau certains mots plus longtemps. À force de régressions et de fixations prolongées, le lecteur en vient à percevoir sa lecture comme étant laborieuse. Il finit sans doute par s’en trouver agacé, d’autant plus qu’il lui échoit, à titre de correcteur, d’assurer la lisibilité du texte. Il y a fort à parier que c’est à ce moment d’agacement que le lecteur juge le style de l’auteur comme étant opaque ou abstrait. Inversement, la fluidité est perçue comme témoignant d’un style clair et correct parce que les mots et l’ordre des mots sont prévisibles et que la prévisibilité minimise les méprises19 ; le lecteur perçoit donc que le texte véhicule un message cohérent et régulier.

49Le problème qui s’est vite trouvé au cœur de notre projet de traduction tenait à l’alternative entre la production d’un texte résistant mais agaçant et la production d’un texte fluide mais fondamentalement erroné au regard de la poétique de Meschonnic. Les deux termes de l’alternative présentaient des inconvénients : soit l’échec de la réception et, conséquemment, de notre projet visant à diffuser l’œuvre de Meschonnic dans le monde anglophone, soit le contresens. C’est dans la confrontation des impératifs d’écriture et des attentes du lecteur que se sont posées les questions éthiques et politiques mêmes dont traite l’essai. La requête éthique engage le traducteur à écouter l’autre, et elle se concrétise par la création de manières de dire inventées à partir de la langue de l’autre. Comme nous l’avons annoncé d’entrée de jeu, notre démarche a abondé dans le sens de l’éthique du traduire. Cependant, nous ne pouvions ignorer le commentaire du réviseur, qui, à sa manière, nous avait fait part de son expérience de lecture :

  • 20 Notre traduction du commentaire original tiré de notre manuscrit révisé : « The translator has not (...)

La traductrice n’a fourni aucune explication ni justification quant aux choix terminologiques et aux néologismes, [sic] je m’appliquerai à retenir ceux qui ont été choisis sauf là où cela ne sonne pas vraiment naturel ou approprié […]. Il serait très utile, vu le style relativement soutenu et abstrait et la nécessité de choisir des néologismes pour traduire les concepts particuliers de Meschonnic, de fournir un glossaire au début du livre, afin que le lecteur soit préparé aux usages spécifiques du métalangage.20

50Un compromis entre l’activité du texte et les attentes du lecteur était-il possible sans tomber dans la compromission ?

Stratégie de traduction

51Notre volonté d’écouter le mode de fonctionnement des valeurs qui constituent la poétique de Meschonnic ne garantissait en rien le succès de sa transposition dans la langue cible. Dans son premier commentaire, le réviseur exprime cette inquiétude. Tel que nous l’avons affirmé d’emblée, notre stratégie de traduction a consisté à faire à la langue anglaise ce que l’essai original fait à la langue française, c’est-à-dire traduire en résistance. Toutefois, cette décision présentait le risque de nuire à la réception de ce premier texte intégral de Meschonnic en anglais, ce qui aurait été contre-productif. En tenant compte de l’activité physique du lecteur telle qu’expliquée par les études oculaires, nous avons constaté que le processus actif d’échantillonnage jouait en notre faveur. Effectivement, le lecteur se constituerait un stock à partir des nouvelles formes lexicales et d’agencements syntaxiques, certes déconcertants au début, mais de plus en plus faciles à anticiper au fil de l’essai. À mesure que le savoir constitué par l’expérience de lecture augmenterait, moins de méprises surviendraient et le lecteur retrouverait cette impression de fluidité tant recherchée. Il était donc inutile de « fluidifier » notre traduction en normalisant la syntaxe, en rectifiant la grammaire et en recourant systématiquement aux formules idiomatiques de la langue anglaise.

52Dans son deuxième commentaire, le réviseur note l’absence d’un paratexte explicatif. Cette observation nous a convaincue de doter la traduction d’une préface, d’une introduction et d’un glossaire. Puisqu’Ethics and Politics of Translating est une traduction-introduction, en tant que premier livre de Meschonnic à avoir été traduit en anglais, la création d’adjuvants à sa réception s’imposait effectivement. Nous avons donc confié à Alexis Nouss la tâche difficile d’une préface qui situe l’essai dans l’œuvre étendue de Meschonnic. Vient ensuite une introduction de notre main, dans laquelle nous faisons appel à l’intelligence du lecteur en le plaçant devant le dilemme qui s’est posé à la traduction : lisser les cahots du texte dans un anglais fluide et plaisant, mais commettre une traduction-annexion, ou préserver les ralentisseurs de lecture et mettre en œuvre une véritable éthique du traduire. Aussi, comme un lecteur averti en vaut deux, nous avons pris soin de le prévenir de la difficulté du texte, notamment en ce qui concerne la syntaxe et la grammaire. La parataxe, les répétitions, les phrases-fleuves, les phrases sans verbes, les pronoms au référent ambigu et les propositions relatives orphelines de leurs principales exigent un engagement maximal du lecteur. C’est la voie de la lectio difficilior, choisie par Meschonnic, qui fait appel à la patience des yeux et à la sensibilité de l’oreille. Enfin, nous avons créé un glossaire explicitant les usages spécifiques du métalangage de Meschonnic, suivant le conseil du réviseur. C’est donc autour de la traduction et non dans celle-ci que nous avons travaillé à faciliter la tâche du lecteur.

Conclusion

  • 21 Pour la poétique I, Paris, Gallimard (Le Chemin), 1970, p. 12.

53Nous n’avons aucune prise sur la réception d’Ethics and Politics of Translating, et seul l’avenir nous dira si notre projet de donner à lire Meschonnic en anglais avec l’exigence qui lui est propre aura réussi. Il nous était inconcevable de traduire Meschonnic contre lui-même en simplifiant son écriture dans une visée cibliste. En contrepartie, il était tout aussi risqué de laisser le lecteur pour compte. Notre dilemme de traduction nous a amenée à réfléchir aux habitudes de lecture, dont Meschonnic a dit dans son tout premier essai qu’elles seraient longues à changer21. Mais nous avons pris le parti d’essayer en nous fiant à l’intelligence du lecteur, à qui la requête éthique du texte traduit est maintenant adressée. C’est au tour du lecteur d’être à l’écoute des manières de dire de la traduction au lieu d’être à la recherche des formules toutes faites. La nécessité d’entendre les valeurs propres à un texte nous amène à nous interroger sur notre manière de lire et sur notre limite d’écoute. La mise en cause de cette limite à grande échelle – chez les traducteurs, les littéraires et les linguistes – transformerait toute la théorie du langage et entraînerait ce que Meschonnic appelait de ses vœux « une véritable révolution culturelle » (F, p. 82).

Notes

1 Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier, 2007. Abrégé désormais en F.

2 Ethics and Politics of Translating, Pier-Pascale Boulanger éd. et trad., Philadelphie/Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, 2011. Abrégé désormais en A.

3 Il faut bien l’admettre : le concept de lecteur cible est, bien souvent, sous la plume des traductologues dont nous sommes, le fruit d’une extrapolation à partir de données partielles. À moins de faire des entrevues auprès d’un lectorat statistiquement représentatif, le lecteur cible demeure une fiction construite par le traducteur, mais utile à son travail.

4 Voir Gabriella Bedetti et Henri Meschonnic, « Interview : Henri Meschonnic », Diacritics, no 18-3, 1988, p. 93-111.

5 Henri Meschonnic, Le signe et le poème, Paris, Gallimard (Le Chemin), 1975, p. 514.

6 F, p. 33, 54, 93, 110.

7 Dans les extraits, tous les soulignements sont de nous.

8 Nous aurions presque pu dire six fois, mais la toute première occurrence inverse les termes : « J’appelle poème la transformation d’une forme de vie par une forme de langage et la transformation d’une forme de langage par une forme de vie [...] ». (F, p. 26, 27)

9 Meschonnic reprend cette idée à Humboldt (Der Sinn der Sprache). Voir Le signe et le poème, ouvr. cité, p. 123-139, et sa préface « Écoutez voir » à Jürgen Trabant, Traditions de Humboldt, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. ix à xvi.

10 Ferdinand de Saussure, Écrits de linguistique générale, texte établi et édité par Simon Bouquet et Rudolf Engler, Gallimard (Bibliothèque de Philosophie), 2002.

11 Ferdinand de Saussure, Writings in General Linguistics, Carol Sanders et Matthew Pires éd. et trad., Oxford/New York, Oxford University Press, 2006, p. xxvi.

12 Henri Meschonnic, Les états de la poétique, Paris, Presses universitaires de France (Écriture), 1985, p. 18.

13 Henri Meschonnic, La rime et la vie, Lagrasse, Verdier, 1989, p. 46.

14 Toutes les bibles citées ont rendu le terme par une variante de « Dieu des armées », suite à quoi Meschonnic affirme : « Oui, tout cela est à vomir » (F, p. 89).

15 Notre traduction du commentaire original tiré de notre manuscrit révisé : « The style of the original is quite abstract and opaque in places, often at the expense of fluency. There are many incomplete sentences which for fluency I would have linked. However, I have assumed that the translator wishes to offer a faifthul [sic] rather than fluent translation (albeit some degree of fluency is essential for TL readers) […]. I have tried to preserve a balance, therefore, between relative abstraction (respecting the ST style) and a concern for greater fluency (where a too close translation of the SL leads to an almost unintelligible TT). I have also left the disjointed style, as part of Meschonnic’s personal stylistic rhythm, which the translator has clearly wished to preserve ». (C’est nous qui soulignons)

16 Kenneth S. Goodman, « Introduction to Chapter 2 », Scientific Realism in Studies of Reading, Alan D. Flurkey, Eric J. Paulson et Kenneth S. Goodman dir., New York, Lawrence Erlbaum Associates, 2008, p. 23.

17 Eric J. Paulson et Kenneth S. Goodman, « Re-reading Eye-movement Research », Scientific Realism in Studies of Reading, ouvr. cité, p. 27 et 44.

18 La traduction de l’extrait cité est de nous.

19 Du point de vue constructivo-transactionnel des études cognitives de la lecture, « les méprises sont causées autant par ce que le lecteur apporte au texte que par ce que l’auteur y a apporté » (Kenneth S. Goodman, « Miscue Analysis as Scientific Realism », Scientific Realism in Studies of Reading, ouvr. cité, p. 18). D’une part la structure d’un texte conduit « tous les lecteurs, peu importe leur compétence, à commettre des méprises » (ibid., p. 11). D’autre part, les objectifs et les inférences du lecteur influent sur le traitement du texte (Michael Pressley, « The Cognitive Science of Reading », Contemporary Educational Psychology, no 22-2, 1997, p. 248).

20 Notre traduction du commentaire original tiré de notre manuscrit révisé : « The translator has not provided any explanation or rationale for choice of terminology or neologisms, [sic] I will aim to retain those chosen except where this really does not sound natural or appropriate […]. It would be very useful, given the relative formality and abstraction of the style, together with the need to select neologisms to translate Meschonnic’s particular concepts, to offer a glossary at the start of the volume, so that the reader is prepared for the specific use of metalanguage. »

21 Pour la poétique I, Paris, Gallimard (Le Chemin), 1970, p. 12.

Auteur

Université Concordia (Montréal), Polart – poétique et politique de l’art

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search