Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La lettre et l’esprit : deux versions successives des Sonnets de William Shakespeare


Texte intégral

Notes préliminaires :

– « Sonnet, 20 ». Bertrand Degott m’ayant fait remarquer que j’étais en plein contresens (il est vrai qu’une fougue excessive m’avait aveuglé), j’ai composé une nouvelle version serrant de plus près le sens original.

– « Sonnet, 147 ». Un lecteur, angliciste de la région de la Loire, m’ayant mandé que certains traits fort marqués du texte original n’étaient pas rendus dans ma traduction, je l’ai refondue pour essayer de les faire ressortir.

– « Sonnet, 146 ». Ce sonnet « métaphysique » (dont certains veulent contester que Shakespeare l’ait écrit) m’a inspiré deux versions l’une à la suite de l’autre. À l’occasion d’une lecture publique à Liège, une auditrice a clairement opté pour la première, et j’ai suivi son avis. Mais il me semble que la seconde mérite aussi d’être connue.

– « Sonnet, 94 ». Ici aussi les deux versions ont été composées successivement.

(Pour les quatre sonnets, le texte anglais et la version I sont tirés de : William Shakespeare, Sonnets, traduits par William Cliff, Bruxelles, Les Éditions du Hazard, 2010.)

 

SONNET 20
A woman’s face, with Nature’s own hand painted
Hast thou the master mistress of my passion,
A woman’s gentle heart but not acquainted
With shifting change as is false women’s fashion,
An eye more bright than theirs, less false in rolling,
Gilding the object whereupon it gazeth,
A man in hue all hues in his controlling,
Which steals men’s eyes and women’s souls amazeth.
And for a woman wert thou first created,
Till Nature as she wrought thee fell a-doting,
And by addition, me of thee defeated,
By adding one thing to my purpose nothing.
But since she prick’d thee out for women’s pleasure,
Mine be thy love and thy love’s use their treasure.

 

VERSION I
Visage féminin que la Nature
a voulu peindre de sa propre main,
tendre cœur féminin mais sans jointure
avec le goût changeant du féminin,
œil plus brillant que celui d’une femme
et qui allume l’objet qu’il contemple,
le teint d’un homme et pourtant qui enflamme
d’élan la femme et l’homme tout ensemble.
Femme tu fus tout d’abord inventé
mais la Nature en son extravagance
t’ajoutant quelque chose m’a ôté
beaucoup me mettant dans ta dépendance :
or si tu aimes comme les femelles,
te dois-je aimer comme on fait avec elles ?

 

VERSION II
Visage féminin que la Nature
a voulu peindre de sa propre main,
tendre cœur féminin mais sans jointure
avec le goût changeant du féminin,
œil plus brillant que celui d’une femme
et qui allume l’objet qu’il contemple,
le teint d’un homme et pourtant qui enflamme
d’élan la femme et l’homme tout ensemble…
Femme, tu fus tout d’abord inventé
mais la Nature en son extravagance
t’ajoutant quelque chose m’a ôté
de quoi faire fleurir ma jouissance :
or si tu feras jouir les femelles,
garde-moi au moins tes faveurs réelles.

 

SONNET 147
My love is as a fever longing still,
For that which longer nurseth the disease,
Feeding on that which doth preserve the ill,
Th’ uncertain sickly appetite to please.
My reason, the physician to my love,
Angry that his prescriptions are not kept
Hath left me, and I desperate now approve,
Desire is death, which physic did except.
Past cure I am, now reason is past care,
And frantic-mad with evermore unrest,
My thoughts and my discourse as mad men’s are,
At random from the truth vainly express’d.
For I have sworn thee fair, and thought thee bright,
Who art as black as hell, as dark as night.

 

VERSION I
Mon amour me pousse à vouloir sans cesse
ce qui ne fait qu’aigrir mon caractère,
ne me donnant à manger que détresse
et l’illusion que je pourrais lui plaire.
Et ma raison mandée pour me guérir
et fâchée qu’on ignore son remède,
me quitte : à présent je dois convenir
que le désir morbide me possède.
Et me voilà, malade comme un chien
ici et là bavant des inepties
et ne pouvant plus retrouver un bien
qui me sauverait de la maladie :
et je t’ai dite Belle et Lumineuse ?
toi qui n’es qu’une ténébreuse gueuse ?

 

VERSION II
Las ! mon amour traîne toujours après
ce qui ne fait qu’aigrir sa maladie,
se nourrissant d’un obstiné progrès
vers une illusoire et morbide envie.
Et ma raison mandée pour me guérir
et fâchée qu’on ignore son remède,
me quitte : à présent je dois convenir
qu’un désir mortifère me possède.
Et me voilà malade comme un chien
ici et là bavant d’ineptes choses
et ne pouvant plus retrouver un bien
qui me sauverait de cette névrose.
T’ai-je comparée au soleil qui luit ?
toi, enfer plus noirâtre que la nuit !

 

SONNET 146
Poor soul the centre of my sinful earth,
My sinful earth these rebel powers array,
Why dost thou pine within and suffer dearth
Painting thy outward walls so costly gay ?
Why so large cost having so short a lease,
Dost thou upon thy fading mansion spend ?
Shall worms inheritors of this excess
Eat up thy charge ? is this thy body’s end ?
Then soul live thou upon thy servant’s loss,
And let that pine to aggravate thy store ;
Buy terms divine in selling hours of dross ;
Within be fed, without be rich no more,
So shalt thou feed on death, that feeds on men,
And death once dead, there’s no more dying then.

 

VERSION I
Pauvre âme enfoncée dans la terre noire
recouverte d’ornements décevants,
pourquoi languir et n’avoir rien à boire
au milieu de ces murs pourtant riants ?
Pourquoi dépenser pour un bail si court
tant d’argent à une maison qui sombre ?
et tout le fruit de ton brillant parcours
faudra-t-il qu’il soit mangé par la tombe ?
Ô mon âme ! tes pertes te font vivre,
ta soif agrandit ta propriété,
tu gagneras en perdant tes scories
et te nourriras de ta pauvreté :
ainsi prenant ce que Mort ne peut prendre,
tu prendras de quoi d’Elle te déprendre.

 

VERSION II
Pauvre âme entée à cette pauvre terre,
te nourrissant de ses pouvoirs charmants,
pourquoi souffrir une disette austère
alors que tes murs flambent d’ornements ?
et pourquoi tant dépenser de trésors
pour une maison déjà qui s’enlise ?
pourquoi nourrir les vers après ta mort :
est-ce là toute ta Terre Promise ?
Ô mon âme, nourris-toi de tes pertes,
que ta détresse agrandisse ton bien,
prends du divin en perdant tes richesses,
approfondis-toi de n’avoir plus rien.
Alors mangée la mort qui mange l’homme,
elle n’aura plus à manger personne.

 

SONNET 94
They that have power to hurt, and will do none,
That do not do the thing they most do show,
Who moving others, are themselves as stone,
Unmoved, cold, and to temptation slow ;
They rightly do inherit heaven’s graces,
And husband nature’s riches from expense,
They are the lords and owners of their faces,
Others, but stewards of their excellence.
The summer’s flower is to the summer sweet,
Though to itself, it only live and die,
But if that flower with base infection meet,
The basest weed outbraves his dignity :
For sweetest things turn sourest by their deeds,
Lilies that fester, smell far worse than weeds.

 

VERSION I
Ceux qui peuvent blesser mais s’en abstiennent,
qui ne font rien de ce qu’ils font paraître,
qui font agir les autres mais eux-mêmes
sont tout de marbre et restent en arrière,
ceux-là héritent des divines grâces,
ils savent se garder de la dépense
et maîtrisant les aspects de leur face
laissent autrui servir leur excellence.
La fleur d’été orne cette saison
mais ne fera que vivre et puis mourir
et si elle reçoit une infection
l’herbe rira de la voir dépérir :
hélas ! la « grâce » produit des méfaits
et si le lys pourrit, il sent mauvais.

 

VERSION II
Ceux qui peuvent blesser mais qui ne font
rien, ceux qui ne font rien de ce qu’ils montrent,
et, poussant les autres, sans émotion
demeurent sans bouger dans la pénombre,
ceux-là héritent des divines grâces,
et profitent des dons qui les couronnent,
ne laissant rien paraître sur leur face
quand ils se font servir des autres hommes.
La fleur d’été orne cette saison
mais l’été n’a cure de son malheur
et quand elle reçoit une infection
seul le fumier en tirera honneur :
les roses les plus belles puent plus fort
une fois que la puanteur les mord.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.