Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Annexes

Annexe n° 2

Connaître pour investir

Comte de Villeneuve

Texte intégral

Comte de Villeneuve, Statistique du département des Bouches-du-Rhône, t. 1, Marseille, 1821, p. XXVIII-XLIV.

1… La topographie physique et l’histoire naturelle sont le fonds où doivent s’exercer l’agriculture et l’industrie qui à leur tour alimentent le commerce ; et de leur côté, les institutions politiques et la civilisation tendent presque toujours à s’élever à la hauteur des parties constitutives de la prospérité publique : ainsi, tous ces éléments réunis, concourant à la stabilité et au bonheur de l’état social, il importe de parcourir l’histoire pour en connaître l’origine et les progrès, et pour faire tourner l’expérience des siècles à l’avantage du temps présent. La statistique ne s’écartera donc jamais de son but, si elle se renferme dans le cercle des faits ; et le nombre de ces faits ne fatiguera pas l’attention, lorsque l’ordre et la méthode sauront les renfermer dans de justes limites et que rien ne sera négligé pour indiquer le fruit qu’on peut retirer des leçons de l’expérience…

2Nous n’avions jadis rien à envier à aucune province de France sous le rapport de l’instruction publique, et notre antique université, nos séminaires, nos collèges, nos écoles de toute espèce, en disposant et en perfectionnant tous les moyens d’éducation, fournissaient des sujets distingués dans toutes les carrières. Aujourd’hui, nous ne sommes point inférieurs à nos voisins : tous les degrés de l’enseignement ont reçu le développement dont ils sont susceptibles, et nos principaux établissements sont de nature à rivaliser avec ceux de la Capitale ; de plus, les institutions où la jeunesse peut achever son éducation et s’avancer dans l’étude des sciences, des lettres et des arts, se multiplient à mesure que leur utilité se fait de plus en plus sentir…

3… Ces considérations seront d’un nouveau poids, si on en fait l’application aux grands travaux que le département réclame, et qui seraient de nature à opérer sur tout le territoire une révolution complète, puisqu’ils changeraient en riants vergers et en riches prairies des contrées arides et peu productives ; les résultats que produiraient l’achèvement du canal des Alpines et la reprise de celui de Provence, peuvent facilement se calculer par les améliorations qu’on doit, depuis près de trois siècles, à l’œuvre de Craponne, et, dans un autre genre, on peut attendre du dessèchement des marais d’Arles des suites non moins avantageuses.

4Faire connaître la nature et les besoins des différentes contrées du département, discuter les difficultés et les avantages des travaux proposés, c’est aussi indiquer aux capitalistes un emploi également honorable et utile de leurs fonds, et en même temps attirer sur un pays tous les bienfaits dont il peut être susceptible…

5… Ces considérations tendent à prouver que les ouvrages généraux d’agriculture sont d’une utilité médiocre pour un pays qui réclame des traités spéciaux, fondés sur une pratique locale mais éclairée. Or, on s’est plaint longtemps qu’il n’en existât point de ce genre ; c’est ce qui fait que cette contrée a, plus que toute autre, ses usages auxquels elle tient obstinément : en vain aurait-on voulu, par des écrits ou des discours, faire renoncer les cultivateurs aux traditions laissées par leurs pères ; les faits seuls se feront entendre, et ce sera seulement lorsqu’un propriétaire aura fait des innovations et que l’expérience en démontrera les avantages, que ses voisins commenceront à l’imiter…

6… Marseille, grande et antique cité, riche de son commerce avec l’Univers et particulièrement de celui qu’elle a toujours fait avec le Levant ; Marseille, pendant longtemps métropole de la Provence et de la Méditerranée, devait être le siège d’une active et laborieuse industrie qu’alimentaient de nombreux échanges et qu’encourageaient d’immenses profits. Dans cet état de choses, l’industrie a dû être la conséquence du commerce extérieur et se confondre avec lui ; mais de nos jours les circonstances ont amené une direction toute différente : le commerce, après avoir vu tarir pendant plusieurs années les sources de ses richesses, reçut par la mesure connue sous le nom de blocus continental, le coup le plus funeste ; et de ces longues épreuves, naquirent des intérêts nouveaux que la rigueur et la nature des prohibitions devaient rendre d’autant plus actifs à mettre à profit les découvertes modernes. De là, l’établissement des fabriques de soude artificielle et de divers autres produits chimiques destinés à remplacer ceux que nous tirions précédemment de l’étranger ; de là, la multiplication et le perfectionnement des mécaniques pour diminuer le prix de la main-d’œuvre ; de là, enfin, cette multitude d’ateliers qui ont donné à l’industrie une activité à peu près indépendante du commerce ; c’est ce dont on a pu se convaincre durant le peu de temps qu’a duré le rétablissement de la franchise. Sollicité avec ardeur, accordé avec confiance, il trouva dans l’exécution des difficultés telles que l’industrie et le commerce furent forcés de réclamer également des modifications à ce système, l’une comme arrêtant son essor, l’autre comme entravant sa marche ; il fallut forcément en revenir au régime des entrepôts, favorisé de toutes les concessions spéciales que pouvaient comporter la législation des douanes et les intérêts locaux. Depuis lors Marseille est redevenue, autant que peuvent le permettre les circonstances, une place commerçante, sans cesser d’être une ville manufacturière ; l’industrie et le commerce y rivalisent d’efforts, sans se nuire ; ils y existent dans une sorte d’indépendance réciproque, circonstances qui nous imposeront l’obligation et nous fourniront la possibilité de les étudier séparément, avec toute l’attention que réclame une matière si importante…

7… On chercherait vainement en France un département qui, comparativement à sa population et au peu d’étendue de la partie cultivée, rende plus à l’État que celui des Bouches-du-Rhône. Ce fait remarquable tient à l’importante extension qu’y ont acquis l’agriculture, l’industrie et le commerce, et il est de nature à être examiné avec d’autant plus d’attention, qu’il devient en quelque sorte le complément de notre statistique…

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search