Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Annexes

Annexe n° 1

Le Rhône, fortune de Marseille

Gaston Rambert

Texte intégral

Gaston Rambert, Marseille. La formation d’une grande cité moderne, Marseille, 1934, p. 96-98.

1… à l’Ouest, sur le littoral languedocien, il n’y avait que des ports médiocres, pour la plupart voués au comblement ; à l’Est, Saint-Gervais-de-Fos n’était qu’une crique menacée par les alluvions du Rhône et exposée aux coups de mer ; Port-de-Bouc avait contre lui l’exiguïté de son mouillage. Mais, au-delà du cap Couronne s’offrait Marseille, abri naturel unique, Marseille, emporium déjà organisé au moment où la vallée du Rhône s’ouvrait au commerce et à la civilisation. Marseille est donc devenue ce débouché maritime dont Vidal-Lablache disait qu’il a quelque chose de mathématique, l’exutoire commercial et la porte d’entrée, non pas seulement du Rhône lui-même, dont les conditions nautiques sont défectueuses, mais surtout de sa vallée, de la route ouverte par le fleuve dans l’isthme européen. Débouché pénible, à la vérité : par mer, il y a 40 kilomètres d’un parcours souvent redoutable pour la batellerie de faible tonnage : par terre, le trajet est presque double, à travers des barrières aussi diverses et aussi rudes que la Nerthe et la Crau. Le caractère incertain de ce débouché est démontré par l’histoire ; on observe, en effet, que, dans des conditions politiques propices, d’autres ports maritimes ont supplanté Marseille sans effort : ainsi, à l’époque romaine, Narbonne, malgré sa situation écartée, sans parler du port fluvial d’Arles, complété par l’avant-port de Fos. Plus tard, il lui a fallu compter avec de nouveaux concurrents : Montpellier et Aigues-Mortes au xiiie siècle, Port-de-Bouc au xve, Sète à partir du xvie siècle ; enfin, depuis la paradoxale création de Saint-Louis-du-Rhône, il y a soixante ans, Marseille a dans ce port un rival bien placé, quoique de petite taille. Mais ces concurrents n’ont jeté qu’un éclat éphémère ou ont dû se contenter d’un rôle de second plan. Marseille, au contraire, malgré quelques inévitables crises, n’a jamais cessé de servir de vestibule économique au couloir rhodanien, car c’était le port naturel à la fois le plus vaste et le plus rapproché du delta. Le cas n’est pas isolé en Méditerranée : Barcelone a rempli une fonction analogue près des bouches de l’Ebre, Livourne, près de celles de l’Arno, Smyrne près de celles de l’Hermos, tandis que Venise, mauvais port naturel près des bouches du Pô, qu’Alexandrie surtout, établie sur le delta du Nil, n’ont brillé que par intermittence, tandis qu’enfin, Milet, trop proche du Méandre, disparaissait par comblement.

2C’est donc le Rhône qui explique la fortune de Marseille. C’est au fleuve et à son incomparable sillon qu’elle doit sa fonction de port régional ; elle lui doit également les progrès de ses industries, qui ont trouvé dans l’arrière-pays rhodanien de grandes facilités d’absorption. Sans lui, Marseille se serait bornée à un rôle économique semblable, sinon à celui de ses voisins, Cassis, La Ciotat ou Saint-Tropez, du moins à celui de ces Échelles de Syrie, de ces ports levantins dont elle fut, à l’ouest, la vivante réplique, lorsque les conditions historiques la contraignirent à se replier sur elle-même, à ne point regarder au-delà de l’Étoile, du Carpiagne et du Garlaban. Ses siècles de vraie grandeur coïncident précisément avec ceux au cours desquels les rapports commerciaux avec la vallée du Rhône se sont le plus affirmés : l’Antiquité grecque, le xviiie siècle, et l’époque contemporaine. Voilà pourquoi, après s’être reliée au sillon rhodanien par la route et la voie ferrée, elle entreprend aujourd’hui de s’unir par un canal au fleuve lui-même, transformant au passage les rives de Berre et annexant Port-de-Bouc, améliorant sa fonction industrielle en même temps qu’elle travaille à consolider son entreprise régionale et à l’élargir. Port entrepôt, port industriel, port régional, Marseille a, quelquefois, accompli ces trois fonctions ensemble : elle a dû, plus souvent peut-être, les accomplir tour à tour, se réfugiant dans la première aux époques de défaveur politique ou d’insécurité continentale, toujours active, néanmoins, en quelque manière, alors que ses rivales ont connu de longs déclins. Et c’est bien cette activité de vingt-cinq siècles, à peu près ininterrompue, qui fait d’elle, suivant le mot de l’historien des Gaules, un être d’exception. 

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search