Version classiqueVersion mobile

Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique

 | 
Pierre-Louis Patoine

Chapitre V

Avoir le sens au corps. Une approche neurologique de la lecture empathique

Texte intégral

1Le lecteur empathique se laisse entraîner dans les profondeurs sensorielles de la fiction littéraire. C’est le lecteur d’A Million Little Pieces qui, incarnant la voix du texte, se fait corps douloureux et souffre avec le narrateur. Cet événement relève d’une tendance générale du corps propre à entrer en résonance avec le perçu, tendance qui semble fonder la représentation mentale, même la plus abstraite. Cet ancrage de la pensée dite abstraite dans le somesthésique et le corporel rend possible l’inscription corporelle de la lecture littéraire. L’objectif du présent chapitre est de mieux comprendre cet ancrage et la manière dont il ouvre à la lecture empathique.

2Tout simplement parce que la fiction littéraire n’offre rien à percevoir, au sens strict du terme, et tout à comprendre (ou à imaginer), nous devons délaisser la notion d’empathie comme réponse à la perception d’un autre corps qui, si elle offre une piste intéressante pour expliquer la réception des genres corporels au cinéma, ne suffit pas à aborder les textes qui nous intéressent ici. On a vu avec l’analyse du roman de Frey que, pour vivre une expérience somesthésique, le lecteur empathique pouvait habiter la voix du texte, se laisser absorber par l’univers signifiant qu’il tisse avec son imagination tactile, musculaire, proprioceptive et viscérale. Qu’on la rapporte à l’Einfühlung, à la compréhension érotique, au rapport mimétique ou, comme nous le ferons maintenant, à la cognition incarnée (embodied cognition), cette implication du corps sensible dans la construction du sens apparaît comme une piste prometteuse pour mieux comprendre la réception d’un passage tel que la scène du dentiste dans A Million Little Pieces, passage qui fait vivre des sensations douloureuses à certains lecteurs. Mais une telle expérience lectoriale est-elle concevable d’un point de vue neurophysiologique ? La nature de la sensation somesthésique, et plus particulièrement de la douleur – qui joue un rôle important au sein de mon corpus –, la rend-elle accessible au lecteur empathique ?

De la multimodalité à l’expérience du corps propre

3Penchons-nous d’abord sur la multimodalité de la perception de notre propre corps. Comment les différentes informations sensorielles s’influencent-elles les unes les autres pour former une représentation cohérente du corps ? Et quelles conséquences cette multimodalité a-t-elle sur l’expérience corporelle du lecteur empathique ?

4Commençons par le toucher, qui est influencé par les informations en provenance d’autres modalités telles que la vision et la proprioception. Frédérique de Vignemont (2007, p. 436) l’explique fort bien à travers l’exemple suivant : si l’on a les mains croisées et qu’on voit quelqu’un nous les toucher successivement, on aura de la difficulté à déterminer quelle main a été touchée en premier ; cette difficulté est due au conflit qui oppose ici le cadre de référence spatial centré sur le corps (proprioceptif) et la perception visuelle de l’espace extérieur, qui encodent tous deux le site du stimulus tactile. Au contraire des voyants et des aveugles tardifs, les aveugles congénitaux ne sont pas sujets à ce type de confusion perceptive, ce qui révèle les contraintes qu’impose la vision sur le traitement d’un stimulus tactile, même lorsqu’il n’y a pas d’information visuelle disponible (comme c’est le cas pour les aveugles tardifs). Selon Vignemont, le stimulus tactile serait soumis à cette contrainte en raison du rôle dominant de la vision dans l’action. Le contenu spatial de la sensation tactile n’est donc pas uniquement relatif à la peau, mais aussi à la disposition du corps touché telle que le sujet la perçoit par la vision et la proprioception. L’expérience tactile semble plastique, ouverte à l’influence de facteurs qui lui sont externes.

5L’expérience des mains croisées – et la compétition qu’elle met en scène entre les représentations proprioceptive et visuelle du corps – amène Vignemont (p. 439) à proposer une intéressante distinction entre le schéma corporel et l’image corporelle. La chercheuse suggère de concevoir le schéma corporel comme une carte du corps fonctionnelle, sensori-motrice et inconsciente, fondée sur l’information nécessaire au mouvement et à l’action (posture et position, grandeur et force des membres, capacité de flexion des jointures, etc.). En parallèle, l’image corporelle servirait prioritairement à l’identification et serait plus hétérogène, regroupant la carte visuo-spatiale et la représentation sémantique du corps aussi bien que les attitudes affectives par rapport à celui-ci. Le schéma corporel est perturbé dans l’apraxie (incapacité à effectuer un mouvement sur consigne bien qu’il puisse être exécuté spontanément) ; l’image corporelle est perturbée dans l’auto-topo-agnosie (difficulté à nommer et à désigner, ou à reconnaître, de manière générale, les parties du corps, le sien comme celui d’autrui).

6La distinction proposée par Vignemont se révèle utile pour penser la lecture empathique. Celle-ci met-elle plutôt en jeu l’image ou le schéma corporels ? On peut penser que la réponse variera en fonction de chaque texte et de sa manière de décrire ou d’exprimer le corps. Celui-ci y est-il proprioceptif, est-ce un corps agissant ? Le texte sollicitera alors plutôt le schéma corporel. Traite-t‑il plutôt le corps comme un objet visuel ? Dans ce cas, l’image corporelle sera peut-être davantage interpellée. Plusieurs scénarios semblent possibles, la complexité de l’œuvre littéraire permettant diverses expériences sensori-motrices, qu’elles soient rattachées à un personnage, à un environnement, à une voix narratrice ou même à des effets de syntaxe ou de mise en page. Il paraît cependant délicat, en raison de cette complexité même, de dissocier l’image du schéma corporel dans l’expérience incarnée de la fiction littéraire considérée en général. Dans la mesure où ces deux représentations interagissent l’une avec l’autre et s’intègrent aux informations multimodales qui forment le sentiment global de notre corps, il est difficile d’assigner définitivement la lecture empathique à l’une ou à l’autre. Par contre, et ce point me semble essentiel, on peut conclure que la diversité des matériaux servant à construire notre expérience du corps propre reflète celle des stratégies textuelles d’expression et de manipulation de la sensation. On pourrait, par exemple, argumenter que le lecteur incarnant la voix du narrateur d’A Million Little Pieces aura tendance à se faire un schéma corporel à l’avenant, alors que le lecteur de Cooper ressentira plutôt les corps qui peuplent ses fictions d’un point de vue externe, visuel et objectivant, en ayant donc recours à l’image corporelle. On l’a vu, le narrateur d’A Million Little Pieces offre à son lecteur un récit d’action, riche en sensations somesthésiques et raconté à la première personne ; ces trois qualités caractérisent le schéma corporel tel que le définit Vignemont. Au contraire, le contenu sensoriel que génère le texte de Cooper ne provient pas du schéma corporel de son narrateur, mais émerge de l’image corporelle des éphèbes qui l’entourent. La distinction entre schéma et image corporels se révèle donc utile pour penser le type d’investissement somesthésique proposé par différents textes. Gardons-nous cependant d’exacerber leur séparation, que tranche ici l’exercice analytique. En effet, l’intégration des informations multimodales lie ces deux types de représentations et l’on peut très bien imaginer un lecteur se faisant un schéma corporel à partir des informations visuelles de Cooper, établissant ainsi une interface somesthésique avec le texte ; ou un lecteur de Frey qui n’utiliserait que son imagination visuelle, même lors de la scène chez le dentiste (quoique ce dernier cas semble peu probable vu la pauvreté visuelle et l’intensité de la charge douloureuse qui caractérisent cet épisode). Qu’elle sollicite le schéma ou l’image corporels, la lecture empathique, dans sa version forte, est un phénomène sensoriel conscient. Ne représentant que la pointe de l’iceberg d’une masse sensorielle inconsciente générée lors de l’activité interprétative – c’est la version faible de la lecture empathique, que nous aborderons sous peu à travers les théories de la cognition incarnée –, l’expérience consciente d’authentiques sensations somesthésiques lors de la lecture littéraire peut être difficile à concevoir. Nous allons pourtant tenter de le faire en examinant la nature même de la sensation.

Sensation et sensation fantôme

7Pour le neurologue Ronald Melzack, dont les travaux sur la douleur fantôme ont fait école, les qualités de la sensation ne dépendent pas uniquement – ni même principalement – des informations transmises au cerveau par les organes sensoriels via le système nerveux périphérique et ses fibres afférentes. Cette indépendance de la sensation face au stimulus est particulièrement frappante dans le cas de l’expérience douloureuse, qui existe même chez des paraplégiques dont le cerveau et la moelle épinière sont complètement déconnectés (Melzack et Loeser 1978). Cette observation est déconcertante puisque selon la théorie du portillon (gate control theory, Melzack et Wall 1965, 1988), qui forme aujourd’hui une partie consensuelle des théories de la douleur, les signaux nociceptifs en provenance du corps passent par la moelle épinière avant de se rendre au cerveau pour se manifester dans la conscience. Ces paraplégiques éprouvent pourtant avec précision des douleurs dans leurs membres désensibilisés. Les chercheurs supposent donc que la douleur peut être générée directement par les mécanismes cérébraux centraux. Au fil des années, ils élargiront ce constat au reste des expériences sensorielles. Ronald Melzack et Joel Katz (2004, p. 21) affirment ainsi que les stimuli afférents, s’ils peuvent déclencher les patrons neuronaux déterminant l’expérience corporelle, ne les produisent pas directement. Bref, l’expérience sensorielle ne serait pas le simple reflet d’un état objectif du monde, mais le produit d’une interaction complexe qui déclencherait, au niveau cérébral, les patrons appropriés. Relativement indépendante du contexte environnemental, l’expérience du corps serait donc modulable par des processus descendants (top-down). L’hallucination, le rêve, les douleurs fantômes, les suggestions hypnotiques sont autant de situations qui, malgré leurs différences importantes, semblent toutes rendues possibles par l’origine cérébrale, et non périphérique, des qualités sensibles de l’expérience.

8La thèse de Melzack et Katz n’est pas sans conséquence pour un modèle de la lecture empathique. En effet, elle fonde littéralement la possibilité d’une telle lecture puisque celle-ci met en jeu des sensations corporelles en l’absence de tout stimulus en provenance des systèmes sensoriels périphériques. Un peu comme les paraplégiques étudiés par Ronald Melzack et John Loeser, le lecteur empathique fait l’expérience d’impressions somesthésiques qui ne sont pas déclenchées par des signaux en provenance de sa peau ou de ses muscles, mais sont générées directement par le cerveau. Il semble que l’ancrage de la sensation somesthésique dans les processus cérébraux centraux permette sa production à partir de simples représentations, que celles-ci soient de nature visuelle, verbale ou multimodale. Pour mieux comprendre cette production d’un état sensoriel déconnecté de tout stimulus périphérique, nous nous pencherons maintenant sur le cas particulier de la douleur.

La douleur, cas exemplaire de sensation somesthésique

9L’expérience douloureuse est intéressante parce que son double ancrage – dans le corps subjectif et dans les événements objectifs du monde – nous permet d’insister sur la nature fluide de la sensation somesthésique, nature qui la rend adaptée à un investissement lectorial. Pour comprendre ce double ancrage, il faut d’abord distinguer douleur et nociception. Alors que la première renvoie à un événement de conscience pur, la seconde est le traitement neurophysiologique d’événements stimulant les nocicepteurs – ces récepteurs sensoriels de la douleur qui sont cutanés, musculaires ou articulaires et génèrent les messages nerveux qui, envoyés vers le cerveau, peuvent déclencher une expérience douloureuse (Hadjistavropoulos et Craig 2004, p. 1). Il peut cependant y avoir nociception sans expérience de douleur ; par exemple chez un sujet inconscient ou sous anesthésie. À l’inverse, il est possible d’éprouver des sensations douloureuses sans qu’il y ait activation du réseau nociceptif. Le cas de certaines douleurs chroniques, de douleurs ressenties dans des membres fantômes, sous hypnose et plus généralement des douleurs psychogènes (psychosomatiques) illustre cette seconde situation. Les sensations suscitées par la lecture empathique entrent également dans cette catégorie.

10Parce qu’elle est un événement de conscience dont le contenu ne correspond pas à une réalité perçue de manière univoque, l’expérience de la douleur est déterminée par l’interaction entre des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux. Comprendre cette expérience, qu’elle s’enracine ou non dans la nociception, demande donc de prendre en compte les réponses cognitives, affectives et comportementales du sujet souffrant, ainsi que les différents renforcements et conditionnements favorisant ou inhibant la réceptivité à la douleur que lui présente son environnement social et culturel (Asmundson et Wright 2004, p. 42-44). Par exemple, un surcroît d’attention de la part de l’entourage au malade qui exprime sa souffrance pourra le pousser à conserver un état d’hypervigilance somesthésique au-delà de la période pathologique. Un boxeur souscrivant à un idéal de stoïcisme et d’endurance ne vivra pas la douleur de la même manière qu’un citoyen plus délicat qui la fuit constamment. Un individu très concentré sur une activité pourra se blesser sans en avoir conscience. Un autre, traumatisé par une brûlure, réagira intensément à ce type de blessure, alors qu’il résistera sans peine à la douleur causée par une coupure. Comme l’illustrent ces exemples, l’expérience de la douleur varie en fonction de facteurs cognitifs, biologiques, sociaux et culturels, de facteurs ponctuels ou contextuels et d’autres inscrits dans la durée. Comme la souffrance physique, comme toute expérience sensorielle, la lecture empathique est tributaire de ce complexe de facteurs qu’on peut regrouper en trois grandes catégories : le sensori-discriminatif, l’affectivo-motivationnel et le cognitif-évaluatif.

11Selon India Morrison et ses collaborateurs (2004, p. 275), la dimension affectivo-motivationnelle de la douleur est distincte, d’un point de vue fonctionnel et neuroanatomique, de la dimension sensori-discriminative, qui concerne la localisation, l’intensité, l’aspect temporel (début et fin) et la nature de la sensation douloureuse (brûlure, piqûre, et ainsi de suite). Nous verrons plus loin que le transfert empathique de l’expérience douloureuse ne porte pas nécessairement sur tous ces aspects à la fois. Il semble qu’une œuvre littéraire puisse jouer tantôt sur la dimension affective de la douleur, tantôt sur son aspect sensoriel. Par exemple, un texte peut décrire finement et froidement la sensation douloureuse dans sa dimension sensori-discriminative sans évoquer son aspect désagréable – c’est le traitement généralement réservé à la sensation chez Cooper et dans la blank fiction américaine des années 1980 et 1990. Au contraire, la scène du dentiste chez Frey évoque avec une force égale l’aspect affectivo-motivationnel de la douleur, c’est-à-dire son aspect insupportable, et ses dimensions proprement sensorielles. Mais au-delà de ce double aspect et de sa plasticité, comment peut-on penser l’expérience douloureuse lors de la lecture littéraire ?

La douleur manipulée : hypnose, imagination, lecture

12Le neuropsychologue Pierre Rainville s’intéresse depuis plusieurs années à la gestion hypnotique de la douleur. Dans une série d’études de neuro-imagerie, il a démontré que les différentes régions du réseau cérébral de la douleur sont sujettes à une diminution significative de leur activité chez des sujets recevant, sous hypnose, des suggestions analgésiques (Hofbauer, Rainville et al. 2001 ; Rainville et al. 1997). L’imagerie cérébrale n’est cependant pas la seule technique expérimentale à fournir des arguments aux défenseurs de l’analgésie hypnotique. Rainville (2004) décrit des expériences plus anciennes suggérant que l’hypnose permet de moduler les réponses réflexes spinales à la douleur en activant les mécanismes inhibiteurs descendants du cerveau. Ces observations sont intéressantes, car elles montrent la puissante détermination de notre expérience sensorielle par les processus attentionnels et les états de conscience, processus et états mis en jeu lors de la lecture littéraire.

13Les neurologues Xiaosi Gu et Shihui Han (2007b) ont mis en lumière cette détermination dans une étude qui nous amène presque directement au problème de la représentation littéraire de la sensation somesthésique. Ils ont demandé à des sujets d’évaluer l’intensité de la douleur décrite par des phrases ou de compter les caractères chinois formant ces mêmes phrases. Résultat ? Ils n’observent pas d’activation de la matrice de la douleur lorsque les sujets doivent compter les caractères ; c’est cependant le cas lorsqu’ils doivent évaluer l’intensité de la sensation décrite. Gu et Han en concluent que les composantes sensori-discriminatives ainsi qu’affectivo-motivationnelles de la matrice de la douleur sont sollicitées dans le traitement de l’expression écrite de la douleur. L’étude de Gu et Han montre bien qu’il est crucial de porter attention à l’aspect douloureux d’une représentation verbale pour activer la matrice de la douleur. On pourrait ainsi imaginer une scène douloureuse, dans un texte littéraire, où l’attention du lecteur serait dirigée vers la dimension morale de la scène, vers le style flamboyant privilégié par l’auteur ou encore vers sa technique narrative expérimentale. Lire cette scène n’activera peut-être pas les centres de la douleur, c’est-à-dire que la sensation qu’elle décrit ne sera pas simulée au niveau neuronal.

14La conception de la sensation qui se dégage des travaux cités dans cette première partie, notamment de ceux, déterminants, de Melzack et Katz sur les douleurs fantômes, nous permet de proposer un modèle de la lecture littéraire qui laisse une place au surgissement de la sensation. Un tel modèle permet d’analyser dans quelle mesure les conditions de lecture mises en place par des œuvres littéraires favorisent – ou non – l’émergence d’expériences somesthésiques telles que la douleur, mais aussi de sensations plus floues, sensations d’expansion ou de constriction, de présence, sensations érotiques et tactiles diverses. Les liens que je tente d’établir ici entre le sémiotique et le somatique sont cependant d’une grande complexité et, pour faire de la lecture empathique plus qu’une simple possibilité offerte au lecteur imaginatif en quête d’expérience sensorielle, on ne peut se limiter à la justifier par la nature fluide de la sensation. En effet, penser la lecture littéraire comme une performance incarnée où le corps simulateur joue un rôle important demande une théorie globale du sens capable d’en expliquer les mécanismes. Cette théorie émerge des travaux menés par divers chercheurs et philosophes autour du paradigme de la cognition incarnée.

Épistémologie de la cognition incarnée

15Qu’est-ce que la cognition incarnée ? C’est une approche de la pensée conçue comme propriété émergente du système complexe formé des interactions entre l’organisation neuroanatomique d’un organisme et l’expérience sensori-motrice de son environnement de vie. Il découle de cette position fondamentale que la question du sens, dans le champ humain, ne concerne plus prioritairement l’interprétation, la compréhension ou la pensée logico-linguistique, mais plutôt les interactions totales d’un organisme avec son environnement. La cognition incarnée ouvre donc vers une écologie du sens, entièrement fondée sur la relation. C’est en effet dans la relation à son environnement que l’organisme devient sémiotique : relation spatiale par le mouvement et l’action, bien sûr, mais aussi relation temporelle, le sens se développant au fil de notre habitation du monde. Le sens est ainsi inextricablement lié aux interactions d’un corps personnel, culturel et écosystémique situé dans l’espace et le temps.

16En règle générale, les tenants de la cognition incarnée ne nient pas que le sens soit codé en concepts et en propositions, mais soutiennent qu’il ne s’agit là que de la dimension consciente et sélective d’un processus plus vaste, continu et inconscient (ou proto-conscient) de signifiance immanente qui implique structures, motifs, qualités, sensations et émotions. Cette approche rappelle les thèses défendues par la biosémiotique (voir notamment Hoffmeyer 2008, Favareau 2007 et Wheeler 2006), héritière de la pensée peircienne où le signe, même celui qui relève du code ou de l’habitude (donc de l’ordre de la tercéité), est enraciné dans la sensation (priméité) et n’est toujours, en définitive, qu’un moment particulier dans la sémiose générale et illimitée dans laquelle nous vivons (voir Peirce 1978, p. 126-138).

17On dira de plus d’une vision incarnée de la cognition qu’elle est naturalisante, dans la mesure où elle situe le sens dans le cours d’une expérience qui ne peut exister en dehors d’un organisme biologique interagissant avec son environnement. Cette approche considère l’émergence du sens comme un processus ascendant, une complexification progressive des activités organiques. Elle est, en cela, héritière des travaux du pragmaticien américain John Dewey qui, dans son ouvrage de 1925, Experience and Nature, présente le développement de l’esprit d’un état pré-cognitif à la conscience comme résultant d’un effort pour surmonter une perturbation biologique problématique pour l’organisme. La situation problématique est, selon Dewey, non pas une simple tension comme la faim, mais une situation ambiguë ou indéterminée qui demande une enquête et force le travail cognitif (1989, p. 349). Remarquons que la perturbation et la tension comme valeurs signifiantes (valence) sont également au cœur de la nouvelle sémiotique de l’école de Paris, élaborée notamment par Jacques Fontanille, qui délaisse une vision purement linguistique du sens pour s’attarder sur ses liens avec le corps et le monde physique en général. Cette perspective s’accorde avec ce que Dewey nomme le principe de continuité (2008, p. 246) : il n’y a pas une rupture absolue entre les phénomènes physiques et mentaux. Il faut ainsi voir l’émergence du sens comme le produit d’un système complexe, d’un écosystème qui, passé un certain seuil, change brusquement de comportement et de nature ; l’émergence du sens le plus abstrait implique donc à la fois continuité et rupture avec la « nature », le monde donné, ce que Umberto Eco appelle le socle dur de l’être (1999, p. 56). Bref, le sens ne serait pas une création spontanée de l’« esprit », ni un produit mécanique du « corps ». Bien au contraire, il ferait partie du mode d’existence primordial de ce que Dewey appelle le corps-esprit (body-mind, 1989, p. 285)

18En dépit de sa visée naturalisante, il ne faut pas voir la théorie de la cognition incarnée comme défendant une position non complexe, un déterminisme environnemental basique qui réduirait le sens à une simple émanation ou dérivation de nos expériences sensori-motrices. Les interactions qui intéressent la cognition incarnée sont certes des activités organiques, mais ce sont celles d’une créature fondamentalement sociale, évoluant dans un habitat marqué aussi bien par le cycle diurne-nocturne et par le besoin de se nourrir que par les divisions de classes et de genres (gender), par les institutions et structures de pouvoir, par les dynamiques familiales, par la tradition musicale ou religieuse. Le paradigme de la cognition incarnée ouvre ainsi la voie à une approche naturalisante mais non réductionniste du phénomène littéraire, nous invitant à envisager la lecture comme une pratique déterminée biosémiotiquement, c’est-à-dire tributaire de la vie du corps pensant et ressentant au sein non seulement des formes de l’environnement socioculturel, comme on l’admet généralement, mais également de l’environnement biophysique qui en est indissociable.

19Cette détermination n’est cependant pas à sens unique. Si l’expérience de la fiction littéraire est tributaire de la vie du corps-esprit au sein de ces environnements, elle imprime en retour sa marque sur eux. Les récits de fiction construisent notre habitat autant qu’ils sont construits par eux. Ils participent à la production du monde que nous habitons en tant que créatures de sens et de sang. Et c’est pour comprendre la production de sensations lors de la pratique incarnée de la lecture de textes littéraires que nous examinons dans ce chapitre l’ossature sensori-motrice de la pensée et du sens à travers la loupe des neurosciences cognitives. Mais avant de nous pencher sur les recherches récentes qui nous permettront d’expliquer plus finement les conditions de possibilité de la lecture empathique, il importe de situer brièvement le paradigme de la cognition incarnée dans l’histoire épistémologique du xxe siècle.

Révolution technique, révolution épistémique

20La réintégration de la pensée dans son contexte concret d’existence doit beaucoup à la maturation et à la généralisation des techniques d’imagerie cérébrale dans les années 1980 et 1990, techniques qui ont soudainement rendu visible le domaine de l’intentionnel, auparavant réservé aux « spéculations » de la psychologie et de la philosophie. En élargissant ainsi le spectre du visible (et on sait les conséquences fondamentales que ces élargissements ont eues par le passé, il suffit de penser au télescope, au microscope, à la photographie), cette révolution technologique a permis d’accumuler des observations qui semblent confirmer certaines hypothèses fondatrices du paradigme de la cognition incarnée. Ainsi, à la manière des autres « prothèses de l’œil », la neuro-imagerie porte les germes d’une révolution épistémique qui risque de bouleverser l’idée que nous nous faisons de la conscience et des processus cognitifs et de nous conduire à redéfinir la séparation traditionnelle entre sciences naturelles et sciences humaines.

21Évidemment, il ne s’agit pas ici de céder à la fascination devant un développement technique, de croire que les neurosciences pourront remplacer les sciences humaines ou d’accepter sans regard critique les argumentations simplistes fondées sur la neuro-imagerie, qu’exemplifient parfaitement les best-sellers de Louann Brizendine, The Male Brain (2010) et The Female Brain (2006), dont les généralisations et les raccourcis discréditent l’approche neuroscientifique. Il ne s’agit pas non plus de s’y opposer systématiquement et de nier toute pertinence au savoir neurologique, comme a pu le faire Raymond Tallis (2008) dans son article « The neuroscience delusion », où il dénonce les critiques littéraires devenus « groupies » de la neuro-imagerie et qui, dans certains cas, effectivement, réduisent l’activité humaine à des modèles « naturels », essentialistes et déterministes. Entre ces deux attitudes opposées, on peut adopter une attitude moyenne, celle des sciences humaines qui acceptent de prendre en compte cette soudaine visibilité de l’intentionnel et du mental, de dialoguer avec cette nouvelle voix qui se prononce sur des questions qui leur étaient traditionnellement réservées.

22Cependant, si les techniques d’imagerie cérébrale ont contribué à légitimer une vision incarnée de la cognition, il serait dommage de réduire celle-ci aux observations empiriques qu’elles ont rendues possibles. En effet, la cognition incarnée doit autant – sinon davantage – à l’adoption progressive, par les sciences cognitives et la philosophie de l’esprit, d’une perspective écosystémique s’intéressant aux interactions complexes entre l’organisme intelligent et son environnement. Il est vrai que, parallèlement à la perspective neurologique, de plus en plus présente en sciences cognitives, on a assisté, au cours des années 1980, 1990 et 2000, à un regain d’intérêt pour la question de l’action et de ses liens avec la vie mentale, et à un retour à des courants aussi différents que la pragmatique américaine et la phénoménologie continentale. Pour le philosophe Mark Johnson, les deux grands penseurs de l’incarnation du sens sont d’ailleurs Dewey et Merleau-Ponty (2006, p. 2). Le développement de l’imagerie cérébrale associé à un retour à une pensée phénoménologique et pragmatique a permis l’émergence du paradigme de la cognition incarnée. Mais ces facteurs ne sont pas seuls en cause. La cognition incarnée est aussi une réponse aux conceptions logico-linguistiques de la pensée qui dominent la philosophie du xxe siècle. C’est de cet héritage que nous discuterons à présent.

Tournant linguistique, tournant cognitif, tournant biologique

  • 1 Au sein des études littéraires et culturelles américaines, ce qu’on nomme linguistic turn vient pl (...)

23Il faut tout d’abord comprendre que le paradigme de la cognition incarnée émerge en réaction contre le modèle computationnel qui domine la philosophie de l’esprit dans la seconde moitié du xxe siècle. Ce modèle, issu de la révolution cognitive des années 1950, est lui-même héritier de la conception logique et propositionnelle de l’esprit proposée par la philosophie analytique. Cette dernière, dont on attribue traditionnellement la paternité aux travaux de Gottlob Frege et Bertrand Russell, marque toute la pensée philosophique anglophone du xxe siècle, poussant les sciences humaines et sociales à s’intéresser au lien langue-pensée et langue-monde, à la logique propositionnelle et aux grammaires formelles, puis à la performativité du langage, bref à prendre ce que plusieurs ont appelé le tournant linguistique (linguistic turn), une formule qui se répand au sein des cercles philosophiques à partir de la publication par Richard Rorty, en 1967, d’une anthologie intitulée The Linguistic Turn : Recent Essays in Philosophical Method1. À la fin des années 1950 et au début des années 1960, ce tournant nourrira la révolution cognitive, un mouvement interdisciplinaire qui se développe en opposition au « dogme » behavioriste d’Ivan Pavlov et Burrhus F. Skinner dominant la psychologie américaine à l’époque.

24La révolution cognitive pose la cognition comme un phénomène indépendant, ou en tout cas précédant logiquement le langage. Malgré cette primauté de la cognition sur le langage, celle-ci reste modélisée, par les premiers cognitivistes tels que Jerry Fodor, comme un langage (voir notamment son ouvrage de 1975, The Language of Thought). En effet, leur concept de représentation mentale est largement équivalent à celui de « mot mental » (Roy 2000, p. 3). Vittorio Gallese et George Lakoff qualifient un tel modèle de la pensée de « propositionnel » (2005, p. 456) : la proposition permet d’articuler les représentations symboliques (concepts) selon des règles syntaxiques, et s’organisent ensuite en pensées et en arguments selon des règles logiques formelles. En accord avec cette sémantique objectiviste, ni les règles syntaxiques, ni les relations logiques, ni même les propositions elles-mêmes n’ont de lien intrinsèque avec la vie du corps (Johnson 2006, p. 4). Pour le philosophe Mark Johnson, l’erreur de cette approche a été de considérer une certaine abstraction de notre processus sémiosique et expérientiel – c’est-à-dire l’élaboration de concepts et leur combinaison en propositions – comme la totalité du sens. Selon Johnson (p. 3), cette réduction est un cas classique de ce que Dewey appelle l’illusion du philosophe (philosopher’s fallacy, 1989, p. 264-266), expression par laquelle il désigne l’erreur de prendre les expériences de niveau cognitif supérieur comme modèle de toute expérience signifiante. Johnson ne nie pas l’existence et l’importance de la pensée propositionnelle, mais insiste sur son lien et sa dépendance à l’égard de la nature incarnée du sens, à l’égard de l’action et de la sensation.

25Remarquons au passage que, bien qu’ils intègrent la dimension physiologique et écosystémique du sens, les travaux menés dans la perspective de la cognition incarnée présentent parfois celui-ci comme si son développement était unidirectionnel, partant toujours de l’expérience du corps dans le monde pour aboutir à la représentation abstraite. Le trajet inverse semble pourtant important, puisque la représentation mentale conditionne également la perception (par exemple, un même vin ne provoque pas la même expérience sensorielle chez un sommelier professionnel et chez un novice ; voir Castriota-Scanderberg 2005, Grabenhorst 2008, Hope et Patoine 2009). L’étude de la lecture empathique montre qu’on peut passer du sémiotique au somatique aussi bien que du somatique au sémiotique : une entité de sens – même celles, comme le texte littéraire, qui sont tissées de symboles – atteint son plein développement sémiosique en se prolongeant parallèlement dans l’abstrait et le concret, dans le cognitif et le sensori-moteur. L’incarnation du sens ne doit donc pas être conçue comme une téléologie où l’expérience du corps dans le monde ne serait qu’un germe, qu’un signe incomplet ne s’épanouissant véritablement que dans l’élaboration symbolique et conceptuelle. Au contraire, la sensation dépend du sens comme le sens dépend de la sensation.

26Si la cognition incarnée vise généralement à comprendre la seconde moitié de cette proposition, de nombreux travaux, menés dans les humanités au cours des dernières décennies et appartenant à ce que Richard Shusterman nomme « l’idéologie textualiste » (1997, p. 173), en ont exploité la première. Je pense par exemple aux gender studies, qui ont démontré comment l’expérience de notre corps comme entité sexuée était largement conditionnée par nos représentations et nos pratiques discursives. Ces études participent ainsi d’un tournant linguistique pris par les sciences humaines dans les années 1970, qui s’intéressent alors au pouvoir structurant de la langue et du discours sur le monde que nous partageons. Des thèses de Peter L. Berger et Thomas Luckmann dans The Social Construction of Reality (1966) à la théorie de la performativité de Judith Butler (1990, 1993), de nombreux chercheurs de la seconde moitié du xxe siècle montrent comment les processus de communication, les symboles que nous échangeons font retour sur le réel et le déterminent – une thèse extrêmement importante. Cependant, pour le philosophe américain Richard Shusterman, cette approche encourage un idéalisme qui confond l’être-dans-le-monde humain avec l’activité linguistique et tend ainsi à négliger ou à « sur-textualiser » l’expérience somatique non discursive (1997, p. 173). Shusterman prône donc la recherche d’une pensée du corps afin de nous « guérir » du logocentrisme et du textualisme qui nous auraient fait oublier l’imbrication profonde du corps et de l’esprit, imbrication qui le pousse d’ailleurs à utiliser, à la suite de Dewey, le néologisme corps-esprit (body-mind) afin d’éviter la séparation qu’induisent nécessairement les termes « corps » et « esprit » utilisés seuls. Dans la mesure où les études littéraires travaillent sur des textes, il est bien naturel qu’elles adhèrent à cette « idéologie textualiste » dénoncée par Shusterman et qu’elles développent des outils puissants pour analyser leur fonctionnement en tant que structures linguistiques et artistiques (codées dans la langue et dans les conventions littéraires). Changer leur point focal entraîne pourtant un changement dans leur outillage et dans leur approche générale du sens : c’est ainsi que mon désir d’élucider le phénomène de la lecture empathique m’a entraîné vers une conception plus biologique et moins strictement linguistique du sens.

27Bref, le paradigme de la cognition incarnée naît d’une critique des modèles logocentristes et textualistes de l’esprit et du sens qui semblent communs à la philosophie analytique, au cognitivisme classique et très généralement aux sciences humaines d’appartenance structuraliste et poststructuraliste. Si elle prend racine dans des travaux philosophiques qui traversent le xxe siècle, ce n’est qu’avec les années 1990 et sous la pression de facteurs technologiques et épistémiques qu’une approche plus pragmatique et biologique de la pensée succédera aux différents virages linguistiques et cognitifs, amenant les sciences cognitives, la philosophie de l’esprit et les champs disciplinaires qui s’y rattachent à s’intéresser à la cognition en tant qu’elle est incarnée dans un corps plongé dans un environnement. Cette progression des sciences cognitives et de la philosophie de l’esprit vers un « virage biologique » ouvre des perspectives prometteuses pour penser les processus cognitifs et perceptuels, bien sûr, mais également les objets complexes qui sollicitent ces processus tels que les textes littéraires. Cependant, l’intérêt croissant pour les sciences du vivant ne concerne pas uniquement les sciences cognitives et la philosophie de l’esprit ; on a pu l’observer dans divers domaines, dont la sémiotique et les études littéraires.

Le virage biologique en sémiotique et dans les études littéraires

28Au xxe siècle, la sémiotique (européenne, du moins) est résolument logique et linguistique : d’abord saussurienne (où la valeur signifiante est déterminée comme différence dans un ordre paradigmatique) et hjemslevienne (où le sens est également immanent à une structure formelle d’inspiration linguistique), elle devient structurale dans les années 1960, notamment avec Algirdas Julien Greimas qui cherche à construire, à travers ses carrés sémiotiques et ses programmes narratifs, ses isotopies et sa vision générative du texte, une grammaire générale du récit. Cependant, vers la fin des années 1970, la conception peircienne du signe, popularisée à cette époque par les traductions et commentaires de Gérard Deledalle, ouvre la sémiotique française à une vision plus pragmatique de la signification qui entre en concurrence avec les modèles saussurien et hjemslevien. Parallèlement à cette infiltration du domaine français par Charles S. Peirce, l’approche linguistique et logique du sens privilégiée par Greimas et l’école de Paris évolue, au fil des années 1980 et 1990, vers des considérations plus phénoménologiques ; les travaux de Greimas et Fontanille (1991) sur la sémiotique des passions, puis de Fontanille et Zilberberg (1998) sur la sémiotique tensive sont exemplaires de cette évolution. Le parcours d’Eco, dont l’œuvre sera, dès ses débuts, influencée par Peirce, illustre également le glissement d’un paradigme linguistique à une approche plus physico-biologique du sens. On peut observer ce glissement en comparant l’approche structurale de L’œuvre ouverte (1965) aux méditations sur le rôle épistémique du monde concret et de la perception dans Kant et l’ornithorynque (1999). Finalement, dans les années 1990, l’émergence d’une mouvance biosémiotique aux États-Unis, au Danemark et en Estonie, favorisée entre autres par l’influence de Thomas Sebeok, participe aussi du « virage biologique » pris par de nombreux chercheurs en sémiotique. La biosémiotique rompt en effet avec le structuralisme continental pour se revendiquer plutôt de Peirce, de Jakob von Uexküll, de la cybernétique et des théories de l’information.

29À l’arrivée des années 2000, les études littéraires américaines s’inspirant des sciences cognitives – le cognitive criticism – se sont, elles aussi, tournées vers une approche plus biologique du sens. Dans l’article, « The epistemology of cognitive literary studies », Elizabeth F. Hart (2001, p. 315) remarque d’ailleurs que les sciences cognitives, passées du paradigme informatique (l’esprit comme ordinateur, le projet de l’intelligence artificielle) à celui de la cognition incarnée, sont plus que jamais compatibles avec les études littéraires. Je ne suis pas certain qu’il faille parler de plus ou moins grande compatibilité et dirais plutôt que la critique cognitive, en changeant son appareillage théorique, modifie sa perspective sur le phénomène littéraire, en éclaire d’autres aspects et valorise ainsi d’autres types de textes. La critique cognitive de première génération (Turner 1991 ; Tsur 1992 ; Spolsky 1993), souscrivant toujours à une vision logico-linguistique de la pensée et du sens, travaille prioritairement sur le processus interprétatif comme compréhension du texte, alors que des travaux de la décennie suivante (Sumara 2003 ; Cook 2006 ; Miall 2006), plus proches de la cognition incarnée, attirent davantage l’attention sur l’expérience de la fiction littéraire comme performance imaginaire et corporelle. Cette dernière approche semble particulièrement adaptée à l’étude de textes laissant une large part à la sensation (tels que A Million Little Pieces ou encore The Body Artist de Don DeLillo). Au contraire, des œuvres qui mettent d’abord en crise le langage (qu’il s’agisse de la langue ou du langage du récit), rendant problématique la construction logique et linguistique du sens (modernité et postmodernité nous ont donné plusieurs chefs-d’œuvre de ce type, de Finnegans Wake à Gravity’s Rainbow), appellent des théories de la cognition axées sur la compréhension et sur une approche plus formelle du sens. Notons finalement que le virage biologique des études littéraires s’accentue avec les années 2010 et la montée, de part et d’autre de l’Atlantique, des études animales (animal studies) et de la critique écologique (ecocriticism).

Un concept fondateur : l’affordance

30Nous allons maintenant délaisser les enjeux épistémologiques de la cognition incarnée afin de nous concentrer sur une de ses théories fondatrices, celle de l’affordance. Ce concept, élaboré par James J. Gibson, nous fait franchir un nouveau pas vers la compréhension des chemins qu’emprunte la lecture pour amener à l’expérience empathique de sensations somesthésiques. Dans un article de 1977, « The theory of affordances », puis dans son ouvrage classique de 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Gibson définit l’affordance comme le potentiel d’action suscité par les qualités intrinsèques et concrètes d’un objet. Les affordances sont les propriétés matérielles d’un objet de l’environnement en tant qu’elles sont pertinentes pour un organisme, notamment en regard de ses capacités sensori-motrices et interactionnelles. Ce sont les promesses (affordances positives) et les menaces (affordances négatives) de l’environnement envers l’organisme (Gibson 1979, p. 127). Comme l’explique Andrea M. Scarantino (2002), on peut généralement penser les affordances grâce à des termes portant le suffixe ‑able : par exemple, pour un écureuil, une noisette sera manipulable, mangeable et entreposable alors que ce ne sera pas le cas pour un bœuf ou un lombric. L’affordance concerne donc autant la perception que l’action, autant l’environnement que l’organisme, autant le mental que le physique ; ces pôles étant tous, dans la théorie de Gibson, en relations non opposées au sein d’un système qui refuse tout dualisme. Bien qu’elle soit fondamentalement relationnelle, pour Gibson, l’affordance est une propriété intrinsèque et stable de l’objet physique. Il affirme en effet : « L’observateur peut percevoir l’affordance ou l’ignorer, dépendant de ses besoins, mais l’affordance, étant invariable, reste toujours présente et prête à être perçue » (1979, p. 127 – ma traduction). Bref, l’affordance est la fondation matérielle du sens d’un objet pour l’organisme ; c’est ce sens, et non pas l’affordance elle-même, qui est dynamique et varie selon la relation spécifique qu’établit un organisme avec un objet donné, dans un contexte donné. Parce qu’elle définit les qualités matérielles comme étant inextricablement liées aux possibilités comportementales de l’organisme, l’affordance remet en jeu les catégories de l’objectif et du subjectif.

31Par cette remise en jeu, le concept d’affordance a stimulé les recherches empiriques menées en neurosciences et en psychologie cognitive, des recherches empiriques dont les conclusions concernent directement les processus imaginaires et interprétatifs en jeu lors de la lecture littéraire. Ces recherches particulières, peut-être davantage que les grands principes qui les ont inspirées, nous aideront à comprendre le rôle du corps dans l’expérience de la fiction littéraire. C’est à travers ces études empiriques que nous verrons à présent comment le concept d’affordance, développé et réinterprété par la cognition incarnée, observé expérimentalement à travers des effets d’amorçage (priming), remet en cause la conception amodale, abstraite et symbolique des concepts. En effet, les multiples recherches auxquelles la prochaine partie est consacrée tendent à démontrer que les concepts ne sont pas uniquement des assemblages de contenus propositionnels, des listes de propriétés sans lien avec la vie du corps, mais de véritables micro-réactualisations mentales de nos interactions sensori-motrices avec le monde, riches d’informations visuelles, tactiles, auditives et kinesthésiques.

Vers une théorie simulationniste de la cognition : études empiriques

32Les études empiriques que nous survolerons à présent tendent à souligner l’étonnante similitude dans les schémas d’activation neuronale provoquée par la perception, l’action, l’imagination et la compréhension du langage. Regarder quelqu’un manger, manger soi-même, se visualiser en train de manger ou lire une description d’ingestion solliciteraient les mêmes réseaux sensori-moteurs dans la mesure où le sujet percevant, imaginant ou comprenant simule l’expérience qu’il perçoit, imagine ou comprend. Comme dans la théorie de l’empathie développée par Theodor Lipps (voir chapitre III), où le sujet entre en résonance corporelle avec le monde perçu, le modèle de la cognition incarnée nous apprend que la perception d’une action ou même d’une sensation implique généralement sa simulation sensori-motrice (nous verrons comment les neurones miroirs se spécialisent dans cette internalisation de l’action perçue). Mais les études de neuropsychologie et psychologie cognitive auxquelles cette partie est consacrée n’en restent pas là. Elles montrent que l’imagination et la compréhension (et notamment la compréhension du langage écrit) impliquent également des simulations sensori-motrices. Ce sont peut-être ces simulations neurales qui, dans certaines circonstances que l’analyse littéraire permet d’élucider, amènent le lecteur à faire l’expérience de sensations somesthésiques « fantômes ». C’est du moins l’hypothèse que nous explorerons à travers des études ayant contribué ces dernières années à consolider la vision d’un cerveau simulateur que défendent de nombreux spécialistes des neurosciences, tels Gerald M. Edelman (2005), Alain Berthoz (1997, 2004), Ronald Melzack et Joel Katz (2006), ou encore Antonio Damasio (1994, 2003), dont les travaux sur l’émotion auront été déterminants dans la popularisation des thèses de la cognition incarnée, au même titre que ceux de George Lakoff et Mark Johnson ou de Humberto Maturana et Fransisco J. Varela. En effet, dès Descartes’ Error : Emotion, Reason, and the Human Brain, Damasio défend l’idée que nous percevons et comprenons l’émotion chez autrui à travers l’activation de ce qu’il nomme les as-if body loops, ces réseaux hormonaux et nerveux qui traversent tout le corps et qui codent les états émotionnels. Pour le neurologue, se représenter l’état émotionnel d’autrui passe par une expérience de cet état, tirée de notre mémoire incarnée. Évidemment, l’expérience rappelée ne peut jamais être une copie conforme de l’expérience originelle, mais plutôt une interprétation, une nouvelle version construite à partir de cette émotion originale (1994, p. 100). Bien que Damasio ait travaillé prioritairement sur l’émotion alors que je m’intéresse surtout au sensori-moteur, ses recherches sur le fonctionnement du corps-esprit ont ouvert la voie aux études qui nous intéresseront maintenant.

La perception est une simulation

33Cette section est consacrée à la perception comme simulation sensori-motrice. Parce qu’elle traite de la perception directe de l’objet, elle concerne d’abord la résonance empathique qui nous lie à l’arbre ployant sous le vent, à la boîte d’allumettes, au funambule ou encore au film sensationnaliste que nous avons décrits dans les chapitres I et III. C’est cependant une étape essentielle pour la suite de notre réflexion. Elle présente en effet les mécanismes de base à partir desquels s’élaborent l’imagination, la conceptualisation et le traitement du langage.

34Depuis les travaux fondateurs de Gibson sur l’affordance, de nombreuses études ont démontré que la perception visuelle de certains objets manipulables tels que des outils (Grafton 1997), des fruits et légumes, des vêtements (Boronat 2005) ou des tasses (Tucker et Ellis 1998) active automatiquement les réseaux de neurones codant les manières courantes dont nous les utilisons. Ainsi la simple vision d’objets conduit à la détection de leurs affordances, à la potentialisation, au niveau des structures cérébrales, de nos interactions motrices habituelles avec ceux-ci. Ces études sur l’activation, par la simple perception d’un objet, des scripts moteurs qui lui sont associés mettent en relief l’importance pour la cognition de nos habitudes somesthésiques et proprioceptives. Mais l’habitude n’est pas le seul mode par lequel le sensori-moteur nous permet de penser. Nous verrons maintenant que l’imitation constitue également une voie privilégiée de sémiotisation du monde (souvenons-nous du bébé imitant la boîte d’allumettes), un aspect crucial du processus de connaissance de notre environnement, et tout spécialement de notre environnement social. Les neurones miroirs jouent un rôle prépondérant dans ce rapport imitatif au monde qui fait participer activement le sujet percevant à ce qu’il vise de son regard et de ses sens. Mais comment fonctionnent ces neurones ?

35Pour plusieurs neurologues et philosophes contemporains, les neurones miroirs jouent un rôle prépondérant au sein des mécanismes empathiques. Découverts au début des années 1990 par Giacomo Rizzolatti (2000) et son équipe, ils suscitent un véritable engouement une dizaine d’années plus tard. La mode est lancée avec la déclaration du neurologue V. S. Ramachandran, qui affirme : « La découverte des neurones miroirs […] est la plus importante histoire de la décennie à être passée inaperçue » (2000 – ma traduction). Des penseurs de toute allégeance s’emparent alors de la découverte, en explorent les tenants et aboutissants. Du phénoménologue français Jean-Luc Petit (2002), pour qui les caractéristiques fonctionnelles de ces étonnants neurones rappellent les observations d’Edmund Husserl au sujet du mouvement, au théoricien américain du jeu vidéo Ian Bogost (2006, p. 70), qui suggère qu’ils offrent l’occasion de penser la signification en termes de mimesis, sans avoir recours à la catégorie du récit, les neurones miroirs font parler d’eux. Ces neurones, essentiellement consacrés à la perception de l’action, ne suffisent cependant pas à expliquer la lecture empathique et nous verrons que leur fonctionnement, comme simulateurs, est reproduit au niveau d’autres structures cérébrales, notamment celles qui traitent de la sensation douloureuse.

36C’est à partir d’enregistrements encéphalographiques fournis par des microélectrodes implantés sur des macaques que Rizzolatti et ses collègues vont identifier ces neurones visuo-moteurs, situés dans le cortex prémoteur et offrant la particularité de décharger avec le même profil d’activité lorsqu’un sujet effectue certains mouvements orientés vers un but et lorsqu’il observe un expérimentateur en train d’effectuer ces mêmes actions. Depuis leur découverte chez le macaque, de nombreuses études électrophysiologiques et d’imagerie cérébrale (voir notamment Fadiga 1995, Grafton 1996, Decety 1997) ont montré que des neurones similaires existent dans le cerveau humain, et qu’ils servent également à associer une action observée à sa contrepartie motrice, jouant un rôle important dans la compréhension, l’apprentissage et l’imitation des actions. Il est intéressant de noter par ailleurs que, chez le macaque, les neurones miroirs ne simulent pas uniquement l’action vue directement, mais également celle imaginée à partir de sons (Kohler et al. 2002) ou de mouvements partiels (Umiltà et al. 2001). Ces neurones participeraient donc au codage sémantique de l’action : ils ne travaillent plus uniquement à sa perception directe, mais à sa conceptualisation. Il est dans ce cas probable que la compréhension d’une description écrite d’une action puisse activer, jusqu’à un certain point, les neurones miroirs. Il faut cependant garder à l’esprit le fait que ces neurones restent spécialisés dans la perception de l’action alors que la lecture empathique concerne l’ensemble des configurations somesthésiques mises en jeu par une œuvre littéraire. On peut par ailleurs se questionner sur la spécificité des actions codées par les neurones miroirs : se montreront-ils sensibles à n’importe quelle action ?

37Il paraît évident que toute action ne déclenche pas des simulations avec la même force chez tous les individus. Si Rizzolatti et son équipe suggèrent que l’évolution et les actions qu’elle a favorisées conditionnent la simulation motrice chez les macaques, d’autres ont noté que chez l’humain, l’habitude et la familiarité, et même la sympathie, jouent un rôle important dans la résonance motrice. Julie Grèzes et son équipe (Calvo-Merino et al. 2006) ont par exemple démontré que les neurones miroirs de danseurs devenaient plus actifs que ceux de non-danseurs à la vue de mouvements de danse. Les simulations motrices que génèrent les neurones miroirs ne s’enracineraient donc pas uniquement dans des réseaux « précâblés » qui coderaient l’action de manière innée, mais également dans la mémoire somatique développée par un sujet au fil de ses expériences et du développement de ses habitudes et possibilités d’action et de mouvement. L’action ne constitue cependant pas l’unique domaine de la simulation. La perception d’un état somesthésique vécu par autrui peut également conduire à une simulation neuronale de cet état chez le sujet percevant.

  • 2 C’est toute l’importance de la connaissance dans le partage de la souffrance d’autrui, que nous av (...)

38Au cours des dernières années, de nombreuses études ont traité de ce phénomène, particulièrement en ce qui concerne la douleur. On a en effet observé que la perception de la douleur chez autrui et l’expérience personnelle de la douleur généraient une activation neuronale similaire. Par exemple, en 2004, Tania Singer et son équipe démontrent que voir une stimulation douloureuse de la main d’autrui active la matrice de traitement de la douleur dans le cerveau de l’observateur. On retrouve des résultats comparables chez India Morrison (2004) et Philip L. Jackson (2005). De manière intéressante, Gu et Han (2007a, p. 257) soulignent que ces trois études – comme la leur – montrent que l’expérience empathique de la douleur d’autrui se déroule d’abord et avant tout au niveau du cortex cingulaire antérieur (CCA) et de l’insula, des zones associées aux réponses affectives et émotionnelles. Le cortex sensori-moteur ne serait donc pas automatiquement impliqué dans notre résonance avec la douleur d’autrui. Bien que ces études concernent d’abord la perception visuelle de la douleur, leurs conclusions semblent aller à l’encontre du modèle de la lecture empathique développé ici : on pourrait par exemple croire que lire une description douloureuse n’activerait pas de simulations sensorielles mais uniquement affectives. Ce serait également aller à l’encontre des propositions de la cognition incarnée au sujet de l’implication directe du sensori-moteur dans la pensée. Gardons-nous cependant de conclusions trop hâtives. En effet, des études utilisant la stimulation magnétique transcranienne (TMS, abréviation de l’anglais Transcranial Magnetic Stimulation) prouvent l’implication du cortex sensori-moteur lors de l’observation de la douleur d’autrui (Avenanti et al. 2005, 2006). La différence de sensibilité à l’activité du cortex sensori-moteur de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et de la TMS mais également la différence au niveau des stimuli ou des attitudes mentales des participants peuvent contribuer à expliquer la divergence dans les résultats de ces études (Singer et Frith 2005). Il n’est d’ailleurs pas étonnant d’observer une telle divergence puisque même l’expérience directe de la douleur varie grandement d’un sujet à l’autre, d’un contexte à l’autre et pour un même stimulus, comme nous l’avons vu plus haut. En ce qui concerne plus spécifiquement la résonance empathique, on peut aussi se demander si le sujet percevant la douleur d’autrui possède une familiarité avec la situation perçue. A-t-il lui-même souffert de manière similaire ? Il activera peut-être davantage de simulations sensorielles dans ce cas2. Si, par ailleurs, le sujet n’a jamais vécu l’expérience qu’il perçoit, mais en a une peur intense, il est probable que son cortex affectif sera sollicité de manière prioritaire.

39Une hypothèse intéressante expliquant les variations dans les schémas d’activation à la perception de la douleur nous est de plus proposée par Jackson et ses collaborateurs (2006) qui observent que, lorsque des sujets doivent évaluer l’intensité de cette sensation sur des photographies de pieds et de mains dans des situations douloureuses, le cortex somatosensoriel secondaire (SII) s’active si la douleur est perçue d’un point de vue personnel (à la première personne), mais non du point de vue de l’autre (à la troisième personne). Yuichi Ogino et ses collègues (2007) ont également démontré que l’imagination de la douleur dans notre propre corps (donc à la première personne) active avec force le cortex somatosensoriel secondaire. Autrement dit, pour partager la sensation d’autrui, il faut adopter son « point de sentir », il faut que nous percevions son expérience comme si elle arrivait à notre propre corps, une opération à laquelle n’ont peut-être pas été invités les sujets des expérimentations qui n’ont observé que l’activation du CCA lors de la perception de la douleur d’autrui. De plus, des configurations psychologiques plus élaborées – telles que la sympathie – entrent en jeu dans l’adoption d’une perspective personnelle sur la douleur d’autrui. La conclusion d’une étude de Singer et son équipe publiée en 2006 va dans ce sens, démontrant que l’empathie à la douleur de l’autre est modulée par notre évaluation de son honnêteté. Ces observations ne sont pas sans conséquence pour une théorie de la lecture empathique : les récits facilitant l’adoption par le lecteur d’un point de vue à la première personne, et qui inspirent confiance et sympathie, seraient plus aptes à générer une implication sensorielle. C’est, encore une fois, le cas d’A Million Little Pieces.

40Un autre aspect crucial de l’empathie à la douleur est mis en évidence par Gu et Han (2007a) : le rôle déterminant de l’attention, une dimension primordiale de la conscience. En effet, dans cette étude, le réseau affectif de la douleur (CCA, insula et cortex frontal) s’active de manière significative chez les sujets qui doivent évaluer la douleur sur des photos de mains alors que cette activation disparaît si les sujets doivent compter les mains sur les mêmes photos. Pour entrer en résonance empathique avec la douleur d’autrui, il ne suffit donc pas de la voir, il faut également y porter attention. Il semble donc évident que l’empathie ne relève pas du pur réflexe et qu’elle est déterminée par des mécanismes descendants (top-down) tels que la sympathie et par des attitudes mentales comme l’attention. De même, je conçois la lecture empathique – dans sa version forte – comme dépendant fortement de l’attitude du lecteur, de son désir et de son choix de diriger son attention sur les formes somesthésiques générées par le texte.

La simulation étendue : images, concepts, langage

41La perception de l’action et de la sensation n’est pas seule à reposer sur un mécanisme de simulation : il semble que l’imagination le mobilise également. Une étude de Jean Decety et ses collègues (1991) corrobore cette conception de l’imagination comme simulation neuronale d’une expérience réelle. Ceux-ci ont en effet observé que la fréquence cardiaque et respiratoire augmente durant l’imagination motrice d’efforts physiques. Comme dans l’exercice physique réel, ces fréquences s’accroissent de façon linéaire avec l’augmentation de l’effort imaginé. Cette étude est intéressante parce qu’elle implique davantage que les structures cérébrales. Ici, le corps physiologique, et plus particulièrement le système sympathique (cette partie du système nerveux autonome, ou viscéral, qui contrôle un grand nombre d’activités inconscientes de l’organisme, telles que le rythme cardiaque ou la contraction des muscles lisses en jeu dans la digestion et la vascularisation), semble répondre à l’imagination. On peut supposer que la lecture passionnée d’un passage décrivant un effort physique aura un effet analogue à celui observé par Decety.

42On trouve ce type d’observation bien avant les années 1990. Dans Lost in a Book, le psychologue Victor Nell (1988, p. 182) cite par exemple les travaux de Franck J. McGuigan (1978, p. 382), qui affirme que penser à faire de la bicyclette provoque des micro-contractions musculaires dans la jambe, et de Peter Lang (1979), qui démontre qu’imaginer une action augmente davantage la pulsation cardiaque qu’imaginer une émotion. Ces travaux défendent déjà l’hypothèse d’un effet physiologique de l’imagination motrice. Mais l’idée est encore plus ancienne puisque Lang mentionne une étude publiée en 1940, par William A. Shaw, qui conclut que la tension musculaire du bras augmente au fur et à mesure que les haltères imaginés par les sujets de son expérience grossissent. Plus d’une décennie auparavant, Science publie une étude d’Edmund Jacobson (1927), intitulée « Action currents from muscular contractions during conscious processes », où l’expérimentateur demande à des sujets de s’imaginer musculairement puis visuellement en train de plier le bras ; il observe dans le premier cas une tension musculaire sans mouvement des yeux et l’inverse dans le second cas.

43Les conclusions de ces pionniers peuvent sans doute être nuancées ; elles n’anticipent pas moins la vision incarnée de la cognition que défendent aujourd’hui des chercheurs comme Gallese et Lakoff, qui proposent un modèle simulateur de l’imagination : « Lorsque nous imaginons voir quelque chose, nous utilisons certaines parties du cerveau qui servent aussi à la vision réelle. Quand nous imaginons un mouvement, nous utilisons certaines parties du cerveau qui servent aussi au mouvement réel » (2005, p. 456 – ma traduction). Gallese et Lakoff poussent leur réflexion encore plus loin en affirmant que cette imagination incarnée partage ses ressources neuronales avec la compréhension : « Le même substrat neural est utilisé dans l’imagination et dans la compréhension […] la compréhension est l’imagination » (p. 456 – ma traduction). On peut employer la même logique qui nous a fait passer de la perception comme simulation à l’imagination comme simulation, et considérer que, si comprendre et imaginer partagent le même substrat neural et si imaginer, c’est simuler, comprendre, c’est aussi simuler.

44Pour le psychologue Lawrence W. Barsalou (2008), les concepts sont multimodaux, c’est-à-dire qu’ils reposent sur l’activation des formes modales (visuelles, auditives, affectives, motivationnelles, etc.) qui leur sont associées. Dans un article collectif publié antérieurement (2005), l’inventeur du concept de grounded cognition décrit une expérience où les participants sont filmés alors qu’ils doivent fournir des propriétés de concepts d’objets se trouvant typiquement au-dessus ou au-dessous d’une personne (oiseaux ou lombrics). Au moment où les participants produisent des propriétés pour les oiseaux, leurs yeux, visage et mains se portent plus souvent vers le haut ; lorsqu’ils décrivent des objets situés au sol, comme les lombrics, c’est l’inverse qui se produit. Pour Barsalou, cette observation indique que les participants simulent l’expérience d’« être là » avec les objets dont ils doivent énumérer les propriétés (2005, p. 27). Cette étude suggère que le traitement conceptuel reposerait sur des simulations multimodales, un principe que défend aussi Anna M. Borghi (2007). Cette dernière affirme que l’information conceptuelle est distribuée entre les domaines modaux (modality specific domains). Penser à un objet ou à une entité amènerait une ré-expérience (simulation) de l’interaction habituelle avec cet objet ou entité. Par exemple, penser au concept de « chien » provoquerait l’activation d’informations multimodales : le son du jappement, la couleur et la forme d’un chien, la texture de sa fourrure, les émotions impliquées dans nos interactions avec lui.

45Ce modèle de la cognition, axé sur l’interaction sensori-motrice entre un organisme et son environnement, pousse les chercheurs qui y adhèrent à redéfinir la notion de représentation. C’est ce que font Francesca Garbarini et Mauro Adenzato lorsqu’ils affirment que la représentation n’est pas une duplication de la réalité, mais une activation virtuelle de procédures perceptuelles et motrices, celles-là mêmes qui nous permettent de reconnaître et d’interagir avec les objets réels (2004, p. 101). Les chercheurs défendent ici une théorie de la représentation placée non plus sous le signe de la mimesis, c’est-à-dire de l’imitation, mais de la simulation et de l’action. Ce changement de paradigme est d’importance pour une pensée de la littérature ; si, au xixe siècle, Stendhal affirme que le roman est un miroir qu’on promène le long d’un chemin, une vision incarnée de la cognition nous amène plutôt à concevoir le roman comme un simulateur, une technologie de réalité virtuelle. On passe ainsi d’une approche oculaire de la représentation littéraire à un modèle simulationniste plus globalement corporel. L’ancrage dans l’action de cette conception de la pensée et du sens est si fort que certains auteurs tels que Rick Grush (2004) proposent de remplacer le concept de représentation par celui de système de contrôle, une proposition qu’il justifie par le fait qu’une représentation ne constituerait, au final, qu’un émulateur d’interaction entre le corps et l’environnement.

46On a vu précédemment que la perception d’objets usuels comme un outil ou un aliment activait les programmes moteurs normalement associés à ces objets (on pourrait dire que nous détectons ainsi leurs affordances). Plus intéressant encore pour penser la lecture empathique, nous avons ensuite constaté que même la perception mentale (la compréhension, l’imagination) d’un objet implique l’activation des patrons moteurs associés à nos interactions avec celui-ci. Qu’en est-il, dans ce cas, de la compréhension du langage écrit ? Après avoir établi que la pensée conceptuelle repose en partie sur des simulations multimodales, il peut sembler évident que la construction du sens à partir du langage écrit puisse mobiliser les aires sensori-motrices du cerveau. Il n’est pourtant pas superflu d’explorer ce phénomène qui a donné lieu à des études permettant d’étayer l’approche incarnée de la lecture empathique.

47En 2004, Anna M. Borghi, Arthur M. Glenberg et Michael P. Kaschak (2004) cherchent à voir si la lecture d’une phrase simple peut avoir un effet d’amorçage moteur. Borghi et ses collègues ont demandé à leurs sujets de lire sur un écran une phrase décrivant un objet (par exemple : « Il y a une voiture devant vous ») ; trois boutons sont alignés verticalement devant les sujets ; après avoir lu la phrase, ils doivent appuyer sur le bouton du milieu pour voir apparaître le nom d’une partie (telle que « volant ») et décider si celle-ci fait effectivement partie de l’objet en appuyant soit sur le bouton supérieur, soit sur le bouton inférieur. Les chercheurs observent alors que la réponse est plus rapide et plus sûre s’il y a congruence entre la situation habituelle de la partie par rapport au corps et celle du bouton qu’il faut presser : un volant est assez bas par rapport au corps et la réponse sera plus rapide si le bouton affirmatif est le plus bas des trois. Ce phénomène d’amorçage s’expliquerait par le fait que le traitement sémantique d’un concept d’objet active automatiquement les scripts sensori-moteurs que définissent nos interactions avec celui-ci.

48On observe un même phénomène d’amorçage dans une étude de Rolf A. Zwaan, Robert A. Stanfield et Richard H. Yaxley (2002), qui démontrent que lire la phrase : « Le garde forestier vit l’aigle dans le ciel » amène la reconnaissance plus rapide de l’image d’un oiseau avec les ailes déployées qu’avec les ailes repliées, alors que l’opposé est vrai de la phrase : « Le garde forestier vit l’aigle dans son nid. » Une étude similaire, cette fois menée par Rolf A. Zwaan et Lawrence J. Taylor (2006), traite de la compréhension du langage et de la résonance motrice. Celle-ci suggère que comprendre une phrase comme : « Eric turned down the volume » activerait un schéma moteur associé à une rotation manuelle. L’étude utilise un dispositif expérimental fondé sur l’amorçage comme celles de Mike Tucker et Rob Ellis (1998) et de Borghi, Glenberg et Kaschak (2004). Pour sa part, Teenie Matlock (2004) démontre que la compréhension d’expressions figuratives impliquant un mouvement fictif ou métaphorique telles que « la route suit le fleuve », « le cap s’avance vers l’ouest » ou « la rivière se traîne à travers la plaine » repose sur une simulation mentale visuo-motrice du mouvement impliqué par la phrase. Une étude de Lisa Aziz-Zadeh et ses collègues (2006) semble contredire cette conception du traitement des phrases métaphoriques, bien que les chercheurs modèrent leurs observations pour des raisons méthodologiques. Ceux-ci défendent tout de même la thèse de la sémantique incarnée (2006, p. 1818). L’équipe de chercheurs a scanné douze sujets à la IRM alors qu’ils regardaient des actions effectuées avec la bouche, la main ou le pied ou pendant qu’ils lisaient des phrases décrivant littéralement des actions de la bouche, de la main ou du pied (« biting the banana », « grasping the pen », « pressing the car brake », etc.) ou des phrases métaphoriques mettant en jeu des actions effectuées avec ces parties du corps (« time is running », « biting off more than you can chew », etc.). Dans le cas de la lecture de phrases littérales, ils observent une congruence avec l’activation des secteurs du cortex frontal agranulaire (aires pré-motrices et motrices) lors de l’observation d’une action effectuée par le membre correspondant (bouche, main ou pied). Ce résultat fournit une preuve de l’implication des aires prémotrices dotées de propriétés miroirs dans l’activation de représentations sensori-motrices lors du traitement conceptuel de phrases décrivant des actions. Le peu d’activation de ces mêmes zones dans le cas des phrases métaphoriques reste selon les chercheurs à confirmer. À ce sujet, la différence de résultat par rapport à l’étude de Matlock que nous venons de mentionner pourrait être due à une question d’attention : le dispositif expérimental de Matlock, qui utilise de courts récits plutôt que des phrases isolées, poussait sans doute les sujets à porter attention à la dimension motrice des expressions métaphoriques telles que « la route suit le fleuve » ; au contraire, chez Aziz-Zadeh, les phrases métaphoriques n’ont probablement pas été interprétées dans toute leur richesse signifiante – ce qui risque moins d’arriver dans le contexte de la lecture d’une œuvre littéraire. Quoi qu’il en soit, l’étude d’Aziz-Zadeh et de ses collègues prouve au moins qu’un texte littéraire décrivant littéralement des actions sollicitera des représentations motrices chez le lecteur.

49On peut tirer une même conclusion de l’étude d’Olaf Hauk, Ingrid Johnsrude, et Friedermann Pulvermüller (2004), qui observent que des sujets entendant des mots comme « lick », « pick » ou « kick » simulent leurs sens dans le système moteur. Une étude subséquente de Véronique Boulenger, Olaf Hauk et Friedermann Pulvermüller (2009) corrobore et précise ces résultats. Ceux-ci font lire silencieusement une série de phrases à leurs sujets. Ces phrases décrivent littéralement ou métaphoriquement soit des mouvements des bras (« John grasped the object », « John grasped the idea »), soit des mouvements de jambes (« Pablo kicked the ball », « Pablo kicked the habit »). Boulenger et son équipe observent une activation spécifique du cortex moteur (plus d’activation dorsale pour les phrases concernant les jambes, plus d’activation latérale pour les phrases concernant les bras ; c’est ce que les chercheurs nomment la somatotopie sémantique) ainsi que d’un ensemble d’aires dont le rôle dans le traitement du langage est bien connu (aires fronto-temporales périsylviennes gauches, gyrus fusiforme et hémisphère droit du cervelet). Contrairement à l’étude d’Aziz-Zadeh (2006), celle-ci observe un profil d’activation comparable pour les phrases littérales et métaphoriques, ces dernières activant cependant plus intensément les aires sémantiques, probablement en raison de la charge de travail accrue qu’elles leur demandent. Les résultats de cette étude appuient une perspective compositionnelle du traitement sémantique, qui recomposerait le sens des mots – incluant leur dimension sensori-motrice – pour construire celui de la phrase. La somatotopie sémantique des phrases métaphoriques observée dans cette étude suggère en effet que l’aspect soma-sémantique des mots est récupéré et combiné assez tard dans l’interprétation de ces phrases. Autrement dit, l’interprétation au niveau de la phrase, plus qu’à celui des mots isolés, sous-tend les changements métaboliques observés (2009, p. 1912). Le somatique serait donc impliqué non seulement dans la construction du sens de concepts d’action ou d’objets rudimentaires, mais peut-être surtout au niveau, plus élaboré, de la phrase et du texte.

Conséquences pour la lecture littéraire

50Si le traitement de phrases littérales et métaphoriques utilisées dans les études mentionnées plus haut implique le corps sensible, du moins dans sa dimension neuronale, sans doute en est-il de même pour les descriptions élaborées d’états somesthésiques que nous proposent des œuvres littéraires comme A Million Little Pieces. En effet, celles-ci peuvent créer un contexte d’interprétation qui favorise le rapport imaginaire et sensoriel au sens, sensibilisant dans la durée le corps du lecteur et orientant son attention à la fois sur les dimensions affectives et sensorielles de l’expérience somesthésique qu’elles décrivent ou expriment. La question de l’intensité de la simulation neuronale constitue une des manières les plus intéressantes de considérer le surgissement de ces expériences sensori-motrices lors de la lecture littéraire. Dans la plupart des études mentionnées dans cette dernière partie, les simulations sensori-motrices, qu’il s’agisse de celles des neurones miroirs ou plus généralement du cortex sensori-moteur, sont des activations « hors-lignes », c’est-à-dire qui ne débouchent pas sur l’exécution d’un mouvement ou sur l’expérience consciente d’une sensation. Au contraire, la lecture empathique, dans sa version forte, implique une expérience sensorielle consciente reposant sur l’intensification du lien entre matériel symbolique (linguistique) et matériel iconique (imaginaire, multimodal). Amalgamant et réarrangeant diverses formes somesthésiques qu’elle récupère dans la mémoire somatique de son lecteur, l’œuvre littéraire lui fait un corps « fantôme », assemblé à partir de fragments de simulations sensori-motrices qui s’activent à différents niveaux d’intensité.

51Un même réseau neuronal peut en effet produire des comportements ou des expériences différents par la simple variation de sa fréquence de décharge (neural firing ou potentiel d’action). Comme dans tous les systèmes complexes, la variation quantitative d’un paramètre peut donner lieu à une modification qualitative du système, à une rupture brusque dans son comportement. Gallese et Lakoff (2005, p. 464) donnent un bon exemple de ce type de phénomène avec les trois démarches du chat : la marche, le trot et le galop. Ces trois démarches demandent un programme moteur distinct : par exemple, pendant le galop, les pattes avant bougent ensemble et les pattes arrière font de même, alors que ce n’est pas le cas pour les deux autres démarches. Cependant, un seul réseau de neurones contrôle ces trois comportements, qui ne se démarquent qu’au niveau de la fréquence de décharge. On pourrait penser que, à la manière des trois démarches du chat, la perception, l’imagination et l’hallucination sont des comportements découlant de l’activation d’un même patron neuronal à des intensités variables.

52Qu’est-ce qui détermine cette variable, c’est-à-dire l’intensité de la simulation neuronale, dans la lecture empathique ? Si toute compréhension et toute imagination d’états somesthésiques mettent en route des simulations, comment expliquer que certaines descriptions littéraires de ces états semblent plus ou moins propres à générer une lecture empathique ? L’intensité des simulations somesthésiques activées par un texte dépend sans doute d’un ensemble de facteurs. Parmi ceux-ci, la relation personnelle que le lecteur établit avec l’œuvre semble pouvoir inhiber ou favoriser le développement de ces simulations, comme c’est le cas pour la résonance empathique face aux états somesthésiques perçus chez autrui. En effet, comme on l’a vu au chapitre III, le sentiment d’affiliation (notamment ethnique et politique, voir Serino, Giovagnoli et Làdavas 2009) module notre sensation d’être nous-mêmes touchés lorsque nous voyons un visage se faire toucher. L’étude menée par Singer (2006) que nous avons mentionnée plus haut, qui concernait la modulation de la résonance empathique selon l’honnêteté perçue, révèle également l’importance de considérations psychologiques dans la simulation de formes sensori-motrices. En général, un lecteur ne jugera pas une œuvre littéraire sur son honnêteté (quoique…). Mais il pourra en admirer ou non la qualité artistique, ressentir ou non une proximité avec l’auteur ou tout simplement être enthousiaste parce que l’œuvre lui aura été recommandée par quelqu’un dont il est éperdument amoureux. Ces facteurs influencent l’aspect affectivo-motivationnel de l’expérience du lecteur, modulant son implication imaginaire dans l’œuvre et par conséquent l’intensité des simulations sensorielles que celle-ci suscitera.

53Des facteurs relevant plutôt de la connaissance sont également en jeu : la familiarité avec telle ou telle forme sensorielle en facilite la simulation. Telle est la conclusion de Lauren E. Holt et Sian L. Beilock (2006) lorsqu’ils remarquent que les experts, lisant des comptes rendus de match de hockey, produisent davantage de simulations motrices que les novices. On observe un même phénomène dans l’étude de Calvo-Merino et al. (2006), mentionnée plus haut et qui démontre que les neurones miroirs de danseurs sont plus sensibles que ceux de non-danseurs face à des mouvements de danse. Comme le révèlent  ces études, habitude et familiarité jouent un rôle important dans l’incarnation des concepts. Cela expliquerait les réactions fortes des lecteurs devant une scène comme celle du dentiste d’A Million Little Pieces, qui évoque une expérience familière pour la plupart des lecteurs.

54On peut par ailleurs se demander jusqu’à quel point les représentations sensori-motrices activées par la lecture empathique sont précises, et ce, quelle que soit l’intensité de leur simulation. Gallese et Lakoff (2005, p. 461) apportent encore une fois un élément de réponse à cette question lorsqu’ils évoquent le schéma d’activation d’un geste spécifique, par exemple la phase terminale d’une préhension de précision. Trois sous-réseaux sont actifs durant cette phase : un sous-réseau général de la préhension, un sous-réseau pour la préhension de précision et un sous-réseau pour la fin de la préhension. Dans l’action, le réseau général ne peut jamais fonctionner seul, puisqu’on prend toujours d’une certaine manière et selon un certain rythme. Par contre, on peut simuler en imagination une action générale, sans en préciser la manière. Ce type de représentation vague peut même être considéré comme la matière première de la littérature, où il est rare que le lecteur doive se faire une image achevée des actions, des sensations ou des personnages. Ces représentations générales n’en sont pas moins enracinées dans le sensori-moteur ; elles laissent simplement de côté certains aspects des représentations de l’action et de la sensation. La représentation littéraire conserve donc avec celle-ci une certaine distance qui lui permet de la manipuler et de la réorganiser pour produire de nouvelles configurations sémiotiques et somatiques. Cette idée n’est pas nouvelle. On trouve par exemple chez Dumarsais (1730) l’idée – qu’il reprend à Locke – que les concepts se forment par l’accumulation des sensations. Ces sensations naturelles deviennent le matériau de base de la pensée, qui s’en libère cependant dans la pratique rhétorique, celle-ci lui permettant de combiner et de réarranger dans une forme linguistique nouvelle les sensations sédimentées en concepts. Ainsi, c’est en retravaillant la langue que la littérature retravaille la sensation.

55Cette idée de Dumarsais permet de réconcilier une théorie incarnée et simulationniste de la littérature avec le modèle de la littérarité que proposent les formalistes russes (voir Jakobson 1973, p. 15), fondé sur la notion d’écart et de défamiliarisation. On trouve une des versions les plus raffinées de ce modèle dans l’ouvrage de Iouri Lotman La structure du texte artistique (1973), dans lequel il pense le texte artistique comme un système complexe où s’entrecroisent et s’entre-définissent une multitude de codes superposés : système de la langue incluant les normes syntaxiques, grammaticales et phonétiques ; conventions littéraires, stylistiques et génériques incluant les techniques narratives et rhétoriques ; système des mythes, images, archétypes et idéaux qui forment eux aussi une « langue ». Pour Lotman, un texte est littéraire, c’est-à-dire artistique, parce qu’il combine ces différents codes et normes en configurations innovantes. Étudier la littérature, c’est donc étudier l’écart d’un texte par rapport à la norme des codes qu’il utilise, spécialement du code linguistique. Si l’on considère l’expérience sensorielle comme étant liée à un ensemble évolutif de codes, comme un agencement de patrons neuronaux « précâblés » et formés par l’habitude, il est possible de penser que le texte littéraire (et l’objet esthétique en général) permet de jouer avec ceux-ci. En tant qu’entité linguistique, le texte réorganise la langue ; en tant que matrice de simulations sensori-motrices, il réarrange les possibilités et les habitudes sensorielles, produisant ainsi une défamiliarisation de notre expérience vitale.

56Il est ainsi possible de réconcilier la théorie incarnée du texte et l’idée de littérarité comme défamiliarisation. Mais on peut également se servir d’une conception simulationniste de la fiction littéraire pour critiquer le modèle formaliste de la littérature, qui valorise une œuvre en fonction de sa capacité à renouveler nos habitudes de pensée et de parole, à faire progresser nos manières d’être. Ce qui marque une innovation face à l’habitude, ce qui défamiliarise est artistique : l’activité artistique trouve donc sa légitimité dans la production d’une avancée, dans un progrès et dans un gain ; elle s’inscrit dans une téléologie dialectique (puisque toujours relative à un état précédent des codes et conventions) et dans une logique de l’innovation et de la distinction. Cette idéologie du développement culturel apparaît comme un cadre axiologique naturel, qui permet d’ordonner les œuvres d’art selon leur puissance d’innovation. Bien qu’il fasse ressortir un aspect sans doute essentiel de l’activité littéraire, un tel modèle tend à dévaloriser les textes sensationnalistes peu innovants en termes de code. Ceux-ci représentent pourtant une richesse artistique qu’il serait dommage de négliger, offrant l’occasion d’une lecture particulièrement improductive.

57Une théorie incarnée et simulationniste de la littérature permet également d’éviter de réduire celle-ci à sa dimension linguistique. En éclairant le rôle central que jouent les simulations sensori-motrices dans la lecture, le modèle de la lecture empathique met en effet l’accent sur l’aspect expérientiel des pratiques littéraires. L’inclusion de cet aspect permet d’élargir la conception linguistique et poétique du littéraire, étroitement associée à l’idée de défamiliarisation et dominant, dans une certaine mesure, l’épistémologie des études littéraires tout au long du xxe siècle. Écoutons Roman Jakobson définir ce qu’il conçoit comme le trait distinctif du littéraire, la poéticité : « Comment la poéticité se manifeste-t-elle ? En ceci, que le mot est ressenti comme mot et non comme simple substitut de l’objet nommé ni comme explosion d’émotion » (1973, p. 124). On est loin, ici, d’une théorie simulationniste du langage ou de l’art : chez Jakobson, le littéraire intéresse parce qu’il met la langue comme code, matériau et terrain de jeu en évidence. C’est la langue, et non les expériences qu’elle autorise (« substitut de l’objet », « explosion d’émotion »), qui devient le point focal de la théorie littéraire. L’expérience fictionnelle émotionnelle et sensorielle, pourtant au cœur d’une pratique telle que la lecture romanesque, est délaissée. Penser notre rapport à l’œuvre littéraire comme une matrice de simulations sensori-motrices et émotionnelles permet de remédier à cette situation, sans nier la dimension linguistique et poétique de la littérature.

58Malgré les développements épistémologiques qu’elle rend possibles, la conception incarnée et simulationniste de la cognition et du sens que nous avons commentée dans cette partie ne bouleversent pas les définitions courantes de la littérature. Après tout, l’idée que les textes littéraires nous font vivre des expériences fictionnelles par l’imagination ou – ce qui n’est finalement pas très différent – par des simulations multimodales n’a en effet rien de révolutionnaire. Mais la cognition incarnée vient préciser les modalités de ce passage d’un artefact linguistique et artistique à une expérience à la fois sémiotique et somatique. La transition d’une approche logico-linguistique des phénomènes humains à une approche plus biologique et écologique permet ainsi de mettre en valeur la dimension sensorielle et expérientielle de la littérature, une dimension parfois négligée au profit des stimulations plus intellectuelles qu’elle nous procure. Malgré ces avantages, une approche neuroesthétique de la littérature peut poser certains problèmes.

Les limites de la neuroesthétique littéraire

59Les théories de la cognition incarnée et les études empiriques qui les accompagnent apparaissent comme une partie essentielle du modèle de la lecture empathique. Elles ne sont cependant pas sans présenter des difficultés. Parmi celles-ci, on peut identifier la tendance de ce paradigme à subordonner le culturel au naturel et le symbolique au sensori-moteur. Je l’ai mentionné en ouverture de ce chapitre, une vision incarnée est naturalisante dans la mesure où elle situe le sens dans le flux d’une expérience qui ne peut exister en dehors de l’interaction entre un organisme et son environnement de vie (Johnson 2006, p. 6-7). On peut qualifier cette vision d’ascendante (bottom-up), puisqu’elle conçoit l’émergence du sens comme une complexification des activités organiques. Évidemment la cognition incarnée ne nie pas l’existence de structures descendantes (top-down) qui contraignent et donnent forme à ce qui peut faire sens. Mais pour la vision naturalisante de la cognition incarnée, ce qui est descendant était, à l’origine, ascendant, et n’est devenu un paramètre donné que parce que l’évolution – naturelle ou culturelle – a fini par le sédimenter. Pourtant, si nos représentations naissent de notre interaction avec un environnement, celles-ci font ensuite retour sur cet environnement, elles lui donnent forme par l’intervention technique, artistique ou philosophique, mais aussi par le filtre qu’elles imposent à notre perception.

60Les cognitivistes italiens Giovanni Pezzulo et Cristiano Castelfranchi (2007, p. 115) soulignent également que les approches incarnées (ou situées) ayant pensé l’ancrage du symbole mental dans l’interaction entre l’organisme et son environnement de vie tendent à négliger son indépendance par rapport à cette origine. Pezzulo et Castelfranchi définissent ainsi le problème du détachement des symboles, et soulignent l’importance de la sémiosphère comme environnement de vie avec lequel nous interagissons comme organismes. Pour ces chercheurs, le détachement des symboles a en effet donné lieu au développement d’un habitat sémiotisé qui est remarquablement autonome par rapport à l’environnement « naturel » et à ses affordances. Ils argumentent que l’aspect arbitraire des codes sémiotiques utilisés dans des champs tels que l’art est si élevé, que la capacité des cultures à générer du sens et du désir est si puissante qu’il faut admettre que le « symbole détaché » est aussi important que « l’activité située » pour comprendre le comportement humain (2007, p. 119). Cette nuance est à retenir, car elle nous rappelle la complexité de notre expérience en tant que créatures de chair et de sens et la difficulté de lier des objets sémiotiques aussi complexes qu’une œuvre littéraire aux origines éco-biologiques du sens.

61Le problème du détachement des symboles permet d’interroger la tendance déterministe qu’assument parfois des neurologues dont le travail est par ailleurs exemplaire, tel Stanislas Dehaene. Bien qu’elle soit loin d’être farfelue, la position que celui-ci revendique dans le passage suivant ne peut que susciter le débat chez les chercheurs en sciences humaines, qui y sont d’ailleurs directement interpellés :

Les cultures humaines ne sauraient être ces immenses espaces d’infinie diversité et d’arbitraire invention que nous décrivent certains chercheurs en sciences humaines. Les structures cérébrales restreignent les constructions culturelles. Notre capacité d’invention n’est pas infinie, elle repose sur un jeu de construction neuronal qui nous est imposé. Si elle présente l’apparence d’une très grande diversité, c’est que celle-ci émerge d’une combinatoire exponentielle d’un répertoire restreint de formes culturelles fondamentales. (2007, p. 395)

62Il est certain que notre structure physiologique limite nos expériences et les activités sémiotiques qui en découlent. Mais comme le soulignent Pezzulo et Castelfranchi, ces activités peuvent finir par former des environnements de sens, des sémiosphères dans lesquelles baignent nos cerveaux qui peuvent s’adapter à ces environnements « détachés » grâce à leur la plasticité remarquable. Si notre système nerveux détermine nos manières de vivre, celles-ci forment en retour ce système : c’est le principe même de la plasticité neuronale, qui renforce et développe les réseaux les plus sollicités par les activités quotidiennes d’un individu. La culture influence donc ce « jeu de construction neuronal » qui la détermine originalement. Et la culture peut changer encore plus drastiquement le cerveau, dans sa structure ou dans son fonctionnement biochimique par des pratiques comme la lobotomie ou encore la prise d’antidépresseurs, de stimulants divers, d’alcool ou de drogues. Il est aisé d’admettre que les domaines du neuronal et du culturel sont fondamentalement liés. En revanche, on ne peut passer de l’un à l’autre sans tenir compte de la bi-directionnalité de leurs échanges : si « notre capacité d’invention […] repose sur un jeu de construction neuronal qui nous est imposé », si les « structures cérébrales restreignent les constructions culturelles », celles-ci font sans cesse retour sur celles-là. Et si les structures cérébrales qui restreignent les constructions culturelles résultent de millénaires d’évolution où elles se sont adaptées aux défis posés par l’environnement, qu’arrive-t-il lorsque cet environnement est profondément transformé par la culture et la technologie ? Qu’arrive-t-il lorsque nous vivons quotidiennement dans un monde d’images publicitaires, d’information, de musique, bref de formes culturelles qui nous stimulent sensoriellement et déterminent un environnement de vie qui diffère, sur un nombre important d’aspects, de celui dans lequel évoluaient nos ancêtres ?

63Ces considérations concordent avec les objections du biosémioticien Donald Favareau (2007, p. 2‑3), qui met en garde contre le réductionnisme neurologique sur lequel peut déboucher une question en apparence anodine comme celle-ci : comment le cerveau produit-il la conscience ou l’esprit ? Pour Favareau, la conscience, l’esprit, mais surtout le sens ne peuvent être conçus comme un produit, ou pire, un contenu du cerveau. En effet, le sens est fondamentalement collectif, il émerge de vastes réseaux de communication entre les cerveaux et les corps, les livres et les pages web, les institutions et les diverses forces sociales (langues, religions, organisations professionnelles et politiques…). La cognition est donc distribuée dans des « systèmes qui pensent » (c’est la thèse de la cognition dsitribuée) et ne peut être entièrement abstraite de ceux-ci. C’est pourquoi il faut toujours prendre en compte le fait que l’habitat de la « bête humaine » est profondément technologique, culturel et sémiotique. Il faut concevoir la lecture empathique dans un tel contexte et tenter d’en comprendre non seulement l’inscription dans le sensori-moteur, mais également dans des configurations culturelles qui déterminent le rôle de celui-ci dans une activité telle que la lecture littéraire.

64On a vu au fil de ce chapitre que la sensation somesthésique était relativement indépendante des stimuli en provenance du système nerveux périphérique. C’est cette indépendance qui rend possibles les douleurs fantômes mais aussi le surgissement de sensations lors de la lecture littéraire. Ce surgissement semble résulter de l’intensification des simulations sensori-motrices qu’active la compréhension du langage écrit, intensification que favoriserait un ensemble complexe de facteurs attentionnels, motivationnels, affectifs mais aussi sémiotiques et esthétiques. En effet, l’expérience que nous avons de notre propre corps émerge de l’intégration, par le système nerveux central, d’une multitude d’informations et de signaux qui se combinent pour former l’image et le schéma corporels. À travers la résonance empathique, le lecteur adopte une perspective personnelle sur les formes sensorielles évoquées par le texte, il active des patrons sensori-moteurs qui s’intègrent momentanément à l’expérience du corps propre, à la conscience somatique. La plasticité du schéma et de l’image corporels, l’indépendance de la sensation face aux stimuli périphériques, l’intégration des informations multimodales par le cerveau apparaissent ici comme autant de processus déterminant les conditions de possibilité de la lecture empathique.

65Comme le montrent les analyses de mon corpus, la compréhension d’un texte littéraire, dont la surface reste un assemblage d’énoncés verbaux, provoque une expérience totale où se combinent une multitude d’éléments allant des simulations sensori-motrices qui caractérisent la cognition incarnée à la perception de la valeur artistique de l’œuvre en passant par l’état de santé et l’humeur du lecteur au moment de son interprétation. Celle-ci produit ainsi un tout qui dépasse la simple somme de ses parties, un tout auquel s’intègre le rapport empathique au texte. L’expérience de la fiction littéraire est une expérience complexe, la traversée plus ou moins longue d’une masse de sens et de sensations, une mise en disposition progressive et parfois défaillante, une relation sémiotique, affective, vocale et corporelle fluide entre le lecteur et une structure linguistique, un narrateur, des personnages, un univers diégétique ; le tout influencé par divers éléments paratextuels et par des paramètres institutionnels (auteur, maison d’édition, histoire littéraire, critiques…). Le profil thématique d’un texte et sa capacité à exploiter les prédispositions sensorielles et la mémoire somatique de son lecteur jouent également un rôle important dans cette expérience.

66Mais la lecture empathique fait plus qu’activer les mémoires sensori-motrices du lecteur. Elle reconstruit et reconfigure ces mémoires sensorielles, les amène ailleurs ; du système pensant que forment le corps-esprit lecteur et le texte littéraire naît ainsi un corps nouveau, capable d’être affecté par des expériences sensori-motrices inédites. La naissance de ce corps entre-deux peut se faire sur plusieurs modes (tels que la communion vocale analysée au chapitre III). Nous verrons au prochain chapitre que chez Palahniuk, c’est sur le mode de la didactique somesthésique que le lecteur est invité à faire l’expérience des sensations fictionnelles. Mais au-delà de cette modalité particulière de la lecture empathique, le regard que nous porterons sur l’œuvre de cet auteur américain nous permettra de considérer la dimension culturelle du rapport corporel au littéraire.

Bibliographie

Asmundson Gordon et Wright Kristi, 2004, « Biopsychosocial approaches to pain », Pain – Psychological Perspectives, T. Hadjistavropoulos et K. D. Craig éd., Mahwah-Londres, Lawrence Erlbaum, p. 35-57.

Avenanti Alessio et al., 2005, « Transcranial magnetic stimulation highlights the sensorimotor side of empathy for pain », Nature Neuroscience, no 8, p. 955-960.

Avenanti Alessio et al., 2006, « Stimulus-driven modulation of motor-evoked potentials during observation of others’ pain », NeuroImage, no 32, p. 316-324.

Aziz-Zadeh Lisa et al., 2006, « Congruent embodied representations for visually presented actions and linguistic phrases describing actions », Current Biology, no 16 (septembre), p. 1818-1823.

Barsalou Lawrence W., 2008, « Grounded cognition », Annual Review of Psychology, vol. 59, p. 617-645.

Barsalou Lawrence W. et al., 2005, « Embodiement in religious knowledge », Journal of Cognition and Culture, vol. 5, no 1-2, p. 14-57.

Berger Peter L. et Luckmann Thomas, 1966, The Social Construction of Reality : A Treatise in the Sociology of Knowledge, Garden City, Doubleday.

Berthoz Alain, 1997, Le sens du mouvement, Paris, Odile Jacob.

— 2004, « Psychologie du changement de point de vue », L’empathie, A. Berthoz et G. Jorland éd., Paris, Odile Jacob, p. 251-275.

Bogost Ian, 2006, Unit Operations : An Approach to Videogame Criticism, Cambridge (Ma), MIT Press.

Borghi Anna M., 2007, « Object concepts and embodiment : why sensorimotor and cognitive processes cannot be separated », La nuova critica, no 49-50, p. 90-107.

Borghi Anna M., Glenberg Arthur M. et Kaschak Michael P., 2004, « Putting words in perspective », Memory & Cognition, vol. 32, no 6, p. 863-873.

Boronat Consuelo B. et al., 2005, « Distinctions between manipulation and function knowledge of objects : evidence from functionnal magnetic resonance imaging », Cognitive Brain Research, no 23, p. 361-373.

Boulenger Véronique, Hauk Olaf et Pulvermüller Friedemann, 2009, « Grasping ideas with the motor system : semantic somatotopy in idiom comprehension », Cerebral Cortex, vol. 19, p. 1905-1014.

Brizendine Louann, 2006, The Female Brain, New York, Broadway Books.

— 2010, The Male Brain, New York, Broadway Books.

Butler Judith, 1990, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge.

— 1993, Bodies That Matter : On the Discursive Limits of « Sex », New York, Routledge.

Calvo-Merino Beatriz et al., 2006, « Seeing or doing ? Infuence of visual and motor familiarity in action observation », Current Biology, no 16 (octobre), p. 1905-1910.

Castriota-Scanderberg Alessandro et al., 2005, « The appreciation of wine by sommeliers : a functional magnetic resonance study of sensory integration », NeuroImage, vol. 25, no 2, p. 570‑578.

Connell Robert W., 1994, « Bodies and gender », Agenda, vol. 23, p. 7-18.

Cook Amy, 2006, « Staging nothing : Hamlet and cognitive science », SubStance, vol. 35, no 2, p. 83-99.

Damasio Antonio R., 1994, Descartes’ Error : Emotion, Reason, and the Human Brain, New York, G. P. Putnam.

— 2003, Looking for Spinoza : Joy, Sorrow and the Feeling Brain, Orlando-Londres, Harcourt.

Decety Jean et al., 1991, « Vegetative response during imagined movement is proportional to mental effort », Behavioral Brain Research, vol. 42, no 1, p. 1‑5.

Decety Jean et al., 1997, « Brain activity during observation of actions. Influence of action content and subject’s strategy », Brain, vol. 120, no 20, p. 1763-1777.

Dehaene Stanislas, 2007, Les neurones de la lecture, Paris, Odile Jacob.

Dewey John, 1989 [1925], Experience and Nature, Lasalle, Open Court.

— 2008, Logic : The Theory of Inquiry, dans John Dewey : The Later Works 1925-1953, vol. 12, J. A. Boydston éd., Carbondale, Southern Illinois University Press.

Dumarsais César Chesneau, 1977 [1930], Traité des tropes, Paris, Le Nouveau Commerce.

Eco Umberto, 1965, L’œuvre ouverte, Paris, Seuil.

— 1999, Kant et l’ornithorynque, Paris, Grasset.

Edelman Gerald M., 2005, Wider Than The Sky – The Phenomenal Gift of Consciousness, New Haven, Yale University Press.

Fadiga Luciano et al., 1995, « Motor facilitation during action observation – a magnetic stimulation study », Journal of Neurophysiology, vol. 73, no 6, p. 2608-2611.

Favareau Donald, 2007, « The evolutionary history of biosemiotics », Introduction to Biosemiotics, M. Barbieri éd., Dordrecht, Springer.

Fodor Jerry, 1975, The Language of Thought, Cambridge (Ma), Harvard University Press.

— 1983, The Modularity of the Mind : An Essay on Faculty Psychology, Cambridge (Ma), MIT Press.

Fontanille Jacques et Zilberberg Claude, 1998, Tension et signification, Liège, Pierre Mardaga.

Gallese Vittorio et Lakoff George, 2005, « The brain’s concepts : the role of the sensory-motor system in conceptual knowledge », Cognitive Neuropsychology, vol. 22, no 34, p. 455-479.

Garbarini Francesca et Adenzato Mauro, 2004, « At the root of embodied cognition : cognitive science meets neurophysiology », Brain and Cognition, vol. 56, no 1, p. 100-106.

Gibson James J., 1977, « The theory of affordances », Perceiving, Acting and Knowing, R. Shaw et J. Bransford éd., Hillsdale, Lawrence Erlbaum.

— 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.

Grabenhorst Fabian, Rolls Edmund T. et Bilderbeck Amy, 2008, « How cognition modulates affective responses to taste and flavor : top-down influences on the orbitofrontal and pregenual cingulated cortices », Cerebral Cortex, vol. 18, no 7, p. 1549‑1559.

Grafton Scott T. et al., 1996, « Localization of grasp representation in humans by positron emission tomography », Experimental Brain Research, vol. 112, p. 103-111.

Grafton Scott T. et al., 1997, « Premotor cortex activation during observation and naming of familiar tools », Neuroimage, vol. 6, no 4, p. 231-236.

Greimas Algirdas Julien et Fontanille Jacques, 1991, Sémiotique des passions : des états de choses aux états d’âme, Paris, Seuil.

Grush Rick, 2004, « The emulation theory of representation : motor control, imagery, and perception », Behavioral Brain Science, vol. 27, no 3, p. 377-396.

Gu Xiaosi et Han Shihui, 2007a, « Attention and reality constraints on the neural processes of empathy for pain », NeuroImage, vol. 36, no 1, p. 256-267.

— 2007b, « Neural substrate underlying evaluation of pain in actions depicted in words », Behavioral Brain Research, vol. 181, no 2, p. 218-223.

Hart Elizabeth F., 2001, « The epistemology of cognitive literary studies », Philosophy and Literature, vol. 25, no 2, p. 314-334.

Hadjistavropoulos Thomas et Craig Kenneth D. éd., 2004, Pain – Psychological Perspectives, Mahwah-Londres, Lawrence Erlbaum.

Hauk Olaf, Johnsrude Ingrid et Pulvermüller Friedermann, 2004, « Somatopic representation of action words in human motor and premotor cortex », Neuron, vol. 41, p. 301-307.

Hofbauer Robert K., Rainville Pierre et al., 2001, « Cortical representation of the sensory dimension of pain », Journal of Neurophysiology, vol. 86, no 1, p. 402-411.

Hoffmeyer Jesper, 2008, Biosemiotics : An Examination into the Signs of Life and the Life of Signs, Scranton, University of Scranton Press.

Holt Lauren E. et Beilock Sian L., 2006, « Expertise and its embodiment : examining the impact of sensorimotor skill expertise on the representation of action-related text », Psychonomic Bulletin & Review, vol. 13, p. 694-701.

Hope Jonathan et Patoine Pierre-Louis, 2009, « Does a glass of white wine taste like a glass of domain sigalas santorini asiritiko athriri 2005 ? A biosemiotic approach to wine-tasting », Biosemiotics, vol. 2, no 1, p. 65-76.

Jackson Philip L., Meltzoff Andrew N. et Decety Jean, 2005, « How do we perceive the pain of others ? A window into the neural processes involved in empathy », NeuroImage, vol. 24, no 3, p. 771-779.

Jackson Philip L. et al., 2006, « Empathy examined through the neural mechanisms involved in imagining how I feel versus how you feel pain », Neuropsychologia, vol. 44, no 5, p. 752-761.

Jacobson Edmund, 1927, « Action currents from muscular contractions during conscious processes », Science, vol. 66, p. 403.

Jakobson Roman, 1973, Questions de poétique, Paris, Seuil.

Johnson Mark, 2006, « Merleau-Ponty’s embodied semantics – from immanent meaning, to gesture, to language », EurAmerica, vol. 36, no 1, p. 1-27.

Kohler Evelyne et al., 2002, « Hearing sounds, understanding actions : action reprensentation in mirror neurons », Science, vol. 297, no 5582, p. 846-848.

Lang Peter J., 1979, « A bio-informational theory of emotional imagery », Psychophysiology, vol. 16, p. 495-512.

Lotman Iouri, 1973, La structure du texte artistique, Paris, Gallimard.

Matlock Teenie, 2004, « Fictive motion as cognitive simulation », Memory & Cognition, vol. 32, no 8, p. 1389-1400.

McGuigan Frank J., 1978, Cognitive Psychophysiology : Principles of Covert Behavior, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Melzack Ronald et Katz Joel, 2004, « The gate control theory : reaching for the brain », Pain – Psychological Perspectives, T. Hadjistavropoulos et K. D. Craig éd., Mahwah-Londres, Lawrence Erlbaum, p. 303-322.

— 2006, « Pain in the 21st century : the neuromatrix and beyond », Psychological Knowledge in Court : Ptsd, Pain And Tbi, G. Young éd., New York - Londres, Springer, p. 129-148.

Melzack Ronald et Loeser John, 1978, « Phantom body pain in paraplegics : evidence for a central “pattern generating mechanism” for pain », Pain, vol. 4, no 3, p. 195‑210.

Melzack Ronald et Wall Patrick, 1965, « Pain mechanisms : a new theory », Science, vol. 150, no 3699, p. 971-979.

1988 [1982], The Challenge of Pain, Harmondsworth, Penguin.

Miall David S., 2006, Literary Reading – Empirical & Theoretical Studies, New York, Peter Lang Publishing.

Morrison India et al., 2004, « Vicarious responses to pain in anterior cingulate cortex : is empathy a multisensory issue ? », Cognitive, Affective, & Behavioral Neuroscience, vol. 4, no 2, p. 270-278.

Nell Victor, 1988, Lost in a Book – The Psychology of Reading for Pleasure, New Haven - Londres, Yale University Press.

Ogino Yuichi et al., 2007, « Inner experience of pain : imagination of pain while viewing images showing painful events form subjective pain representation in human brain », Cerebral Cortex, vol. 17, no 5, p. 1139-1146.

Peirce Charles S., 1978, Écrits sur le signe – rassemblés, traduits et commentés par Gérard Deledalle, Paris, Seuil.

Petit Jean-Luc, 2002, « La constitution par le mouvement : Husserl à la lumière des données neurobiologiques récentes », Naturaliser la phénoménologie – Essais sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives, J. Petitot et al. éd., Paris, CNRS Éditions, p. 283‑311.

Pezzulo Giovanni et Castelfranchi Cristiano, 2007, « The symbol detachment problem », Cognitive Processing, vol. 8, p. 115-131.

Rainville Pierre, 2004, « Neurophénoménologie des états et des contenus de conscience dans l’hypnose et l’analgésie hypnotique », Théologiques, vol. 12, no 1-2, p. 15-38.

Rainville Pierre et al., 1997, « Pain affect encoded in human anterior cingulate but not somatosensory cortex », Science, vol. 277, no 5328, p. 968-971.

Ramachandran Vilayanur S., 2000, « Mirror neurons and imitation learning as the driving force behind “the Great Leap Forward” in human evolution », Edge, vol. 69. En ligne : [http://www.edge.org/3rd_culture/ramachandran/ramachandran_index.html] (consulté le 30 août 2014).

Rizzolatti Giacomo, Fogassi Leornardo et Gallese Vittorio, 2000, « Cortical mechanisms subserving object grasping and action recognition : a new view on the cortical motor functions », The Cognitive Neurosciences, M. S. Gazzaniga éd., Cambridge (Ma), MIT University Press, p. 539-552.

Rorty Richard éd., 1967, The Linguistic Turn : Recent Essays in Philosophical Method, Chicago, University of Chicago Press.

Roy Jean-Michel, 2000, « Cognitive turn and linguistic turn », Proceedings of Twentieth World Congress of Philosophy, Philosophy Documentation Center. En ligne : [http://www.bu.edu/wcp/Papers/Cogn/CognRoy.htm] (consulté le 30 août 2014).

Scarantino Andrea M., 2002, « Affordances explained », Philosophy of Science Association 18th Biennial Mtg - PSA 2002 : Contributed Papers, Milwaukee, PSA.

Serino Andrea, Giovagnoli Giula et Làdavas Elisabetta, 2009, « I feel what you feel if you are similar to me », PLoS ONE, vol. 4, no 3. En ligne : [http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0004930] (consulté le 30 août 2014).

Shusterman Richard, 1997, Practicing Philosophy : Pragmatism and the Philosophical Life, New York, Routledge.

Singer Tania et Chris Frith, 2005, « The painful side of empathy », Nature Neuroscience, vol. 8, no 7, p. 845-846.

Singer Tania et al., 2004, « Empathy for pain involves the affective but not sensory components of pain », Science, vol. 303, no 5661, p. 1157-1162.

Singer Tania et al., 2006, « Empathic neural responses are modulated by the perceived fairness of others », Nature, vol. 439, no 7075, p. 466-469.

Spolsky Ellen, 1993, Gaps in Nature : Literary Interpretation and the Modular Mind, Albany, State University of New York Press.

Sumara Dennis J., 2003, « Towards a theory of embodied literary experience », English Teaching : Practice and Critique, vol. 2, no 2, p. 88-95.

Tallis Raymond, 2008, « The neuroscience delusion », The Times Literary Supplement, 9 avril. En ligne : [http://entertainment.timesonline.co.uk/tol/arts_and_entertainment/the_tls/article3712980.ece] (consulté le 23 mars 2010).

Tsur Reuven, 1992, Toward a Theory of Cognitive Poetics, Amsterdam, North-Holland.

Tucker Mike et Ellis Rob, 1998, « On the relations between seen objects and components of potential actions », Journal of Experimental Psychology : Human Perception and Performance, vol. 24, no 3, p. 830-846.

Turner Mark, 1991, Reading Minds : The study of English in the Age of Cognitive Science, Princeton, Princeton University Press.

Umiltà Maria Alessandra et al., 2001, « I know what you are doing. A neurophysiological study », Neuron, vol. 31, no 1, p. 155-165.

Vignemont Frédérique de, 2007, « Habeas corpus : the sense of ownership of one’s own body », Mind & Language, vol. 22, no 4, p. 427-449.

Wheeler Wendy, 2006, The Whole Creature : Complexity, Biosemiotics and the Evolution of Culture, Londres, Lawrence & Wishart.

Zwaan Rolf A., Stanfield Robert A. et Yaxley Richard H., 2002, « Language comprehenders mentally represent the shape of objects », Psychological Science, vol. 13, p. 168-171.

Zwaan Rolf A. et Taylor Lawrence J., 2006, « Seeing, acting, understanding : motor resonance in language comprehension », Journal of Experimental Psychology, vol. 135, no 1, p. 1-11.

Notes

1 Au sein des études littéraires et culturelles américaines, ce qu’on nomme linguistic turn vient plus tard et s’enracine plutôt dans la pensée structuraliste et poststructuraliste française que représentent des auteurs comme Barthes, Derrida et Foucault ; nous y reviendrons sous peu.

2 C’est toute l’importance de la connaissance dans le partage de la souffrance d’autrui, que nous avons abordée avec Rousseau lors du chapitre III.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search