Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

Rapports de sexe, rapports politiques, rapports moraux : trois dimensions de l’interaction en enquête qualitative

Texte intégral

  • 1 I. Mallon fait exception en renvoyant à sa socialisation.

1Les textes présentés dans cet ouvrage dévoilent quelques aspects des coulisses de la recherche en actes. Au moment d’écrire, leurs auteur(e)s occupaient des positions variées. Certain(e)s étaient toujours immergé(e)s dans leur enquête, d’autres se penchaient sur une expérience ancienne, d’autres encore mettaient en perspective leur parcours de recherche. Avec le recul, certain(e)s pensent que s’ils ou elles devaient reconduire leur travail, ils ou elles adopteraient des postures différentes. Ceci dit, les auteur(e)s associent presque toujours le temps de l’enquête au moment de la réalisation du « terrain » et au ressenti de leurs expériences. En revanche, malgré les sollicitations, ils ou elles n’explicitent que rarement ce qui engageait en amont le choix de leur objet et le type de problématisation retenue1. De même, l’aval du terrain est peu questionné, le travail d’analyse et d’écriture est renvoyé le plus souvent à une inaccessible boîte noire. Le retour critique sur la relation d’enquête est ramené à l’analyse d’une interaction sociale particulière, nourrie de perceptions réciproques qu’il convient de décrire et d’interpréter. Dans les textes recueillis, on accède cependant plutôt au point de vue supposé des enquêté(e)s, et l’enquêteur(trice) tait souvent son propre regard sur ses interlocuteur(trice)s. Qu’en conclure ? Sans doute qu’une réflexion sur ces questions reste nécessaire et qu’elle croise par ricochet d’incontournables interrogations aperçues dans les trois parties de l’ouvrage. Comment établir et entretenir la confiance ? Jusqu’où l’enquête se confond-elle avec un théâtre de relations sexuées ? Avec un théâtre de relations sexualisées ?

2Nous avons retenu trois questions pour clore provisoirement cette réflexion. Les objets de recherche ont-ils un sexe ? Jusqu’où les rapports d’enquête sexués sont-ils analysables en termes de rapports politiques ? Enfin, quelle est la place relative des effets de genre comparativement à d’autres influences ? Qu’on l’ait anticipé ou non, l’enquête a bien un sexe, est bien sexuée et plus ou moins sexualisée. La dynamique de la recherche conduit tôt ou tard à identifier et tirer le fil du genre, à négocier sa place en fonction d’assignations genrées, à jouer sur des complicités ou des résistances sexuées, à intégrer sans le nier l’horizon théorique de la sexualisation de la relation d’enquête. Le tout dans un cadre académique qui tend à refouler le questionnement, à le maintenir trop souvent dans un raisonnement décliné au masculin-neutre, les acteurs de la pièce – « l’enquêteur », « l’enquêté », « les enquêtés » – demeurant asexués. Et gare à celui ou celle qui révèle la force du genre, aussitôt soupçonné(e) de féminisme primaire, alors qu’il ne s’agit que de souligner la complexité de la chaîne des facteurs informant nos logiques d’enquête.

1. Les objets de recherche ont-ils un sexe ? En venir au genre

  • 2 Pour étudier les pratiques sexuelles hétérodoxes des femmes, P. Combessie choisit d’écouter des fem (...)

3La question du genre n’a été abordée et intégrée que progressivement dans le protocole de recherche des contributeurs ou contributrices, voire a posteriori, dans le prolongement de notre demande. Dans plusieurs cas, choix du sujet de l’enquête et constitution de l’échantillon semblent s’impliquer l’un l’autre, indépendamment du sexe de l’enquêteur ou enquêtrice, sociologue ou ethnologue2. Cette même configuration paraît produire un résultat conforme aux attentes : un milieu sexué est producteur de pratiques elles-mêmes sexuées. Dans le cadre de sa thèse de doctorat en ethnologie, Jeanjean accompagne dans leur travail des cadres et des ouvriers intervenant dans le domaine de l’assainissement liquide et des égouts. Ces univers de travail étant très masculins, l’auteure y observe des hommes qui « s’appliquent à entretenir des valeurs viriles qui participent grandement de leur identité professionnelle et fondent les règles de fonctionnement du groupe ». C’est aussi l’un des premiers résultats de Stevanovic sur son terrain auprès de jeunes femmes officiers de la marine marchande, très isolées dans un contexte où la mixité n’est pas de mise et où les femmes n’ont commencé à investir des positions de pouvoir que dans les années 1990 : les comportements masculins dominent. À ce stade, la place sexuée de l’enquêteur peut encore être éludée, notamment quand les habitudes en matière de recherche laissent l’interrogation dans un angle mort. Mallon est bien consciente qu’en travaillant sur la vieillesse, elle cible un « âge de la vie peu questionné par le genre », et ce d’autant plus que l’évidence de la variable âge masque ici d’autres appartenances. La surféminisation de son milieu d’enquête (personnel, résidents, visiteurs) et la dimension féminine de son objet et de ses choix théoriques initiaux – étudier les échanges relationnels entre le personnel des maisons de retraite et les résident(e)s plutôt que « les dimensions techniques et professionnelles » du fonctionnement de l’organisation – ne l’incitent pas non plus à se tourner vers les recherches sur le genre. C’est avec le recul qu’elle en prendra acte. La plupart des auteur(e)s ne manifestent au départ qu’une sensibilité plus ou moins consciente à la dynamique genrée. Denieuil n’avait jamais été engagé dans des travaux sur le genre et il lui apparaît clairement que ses enquêtes en Tunisie « ne s’inscrivaient pas dans un projet délibéré de travailler sur la question des femmes » ou de « comparer hommes et femmes (en étudiant les deux entrepreneuriats) ». Rétrospectivement, il juge plutôt que son travail participait « d’une sorte de discrimination positive, qui suscitait en général un accord enthousiaste de la part des femmes de l’échantillon, puis de la curiosité, ainsi qu’un amusement machiste de la part des rares hommes rencontrés (anciens entrepreneurs, institutions, personnes ressources consultants) ».

4Même lorsqu’ils ou elles se sentent impliqué(e)s par la question du genre, les enquêteurs ou enquêtrices n’accordent pas nécessairement d’emblée un intérêt à sa prise en compte. Enquêtant sur la prise en charge sanitaire des détenus dans le contexte d’une réforme transférant la médecine pénitentiaire au service public hospitalier, Bessin et Lechien admettent que la « problématique du genre, qui s’impose progressivement dans les sciences sociales, intervient peu dans la définition de l’objet », et ce bien que les deux partenaires manifestent, à ce moment de leur « trajectoire professionnelle et intellectuelle, une certaine sensibilité, plutôt idéologique, aux inégalités entre femmes et hommes ». Dans les faits, ce sont les observations et, plus largement, les premiers retours du terrain qui invitent les enquêteurs ou enquêtrices à intégrer plus activement l’analyse du genre dans leurs études. Bigot enquête sur l’escorting, l’offre – essentiellement féminine – et la demande – essentiellement masculine – d’accompagnement et de services sexuels sur Internet. La pratique est genrée et Bigot sait qu’en tant que femme, elle risque d’être vue comme une féministe abolitionniste, raison pour laquelle elle s’applique à rassurer ses interlocuteurs qui, à leur tour, la remercieront de ne pas les avoir jugés. Néanmoins, elle n’a pas questionné a priori son appartenance sexuelle, c’est au fil des entretiens que la question a surgi. Dans le cas de Saouter, la suggestion de prendre pour objet le rugby vient de professeurs hommes. Sa démarche la conduit rapidement à observer que le rugby est « le lieu de construction d’une masculinité », mais également d’une division des sexes et des comportements lors des matchs – la retenue des femmes, et notamment des épouses, s’opposant à la liberté d’expression et aux consommations d’alcool masculines. Ce sont ces premières observations qui l’incitent à orienter son travail de recherche sur les relations entre les sexes dans le monde du rugby. Enfin, l’enquête de Guyard sur la médicalisation du corps féminin dans le cadre de la consultation gynécologique a elle aussi fait sourdre des questionnements imprévus. Certes, la « nécessaire neutralisation de la dimension intime et potentiellement sexuelle de la consultation, et ce quel que soit le sexe du gynécologue » semble s’imposer : il est difficile ici d’oublier la dimension sexuée/sexuelle. Néanmoins, Guyard comprend au fil de son enquête qu’elle n’a peut-être pas suffisamment pris en compte la question des enjeux de genre et qu’elle est restée un temps trop sensible à la rhétorique des gynécologues présentant la féminisation de leur spécialité « comme la garantie d’une meilleure écoute et d’une plus grande compréhension des difficultés des femmes et de leurs besoins ». C’est la conduite d’entretiens avec des femmes et des hommes qui lui permettra d’approfondir la question.

  • 3 Pour conduire son enquête, J. Stevanovic doit se plier aux mêmes contraintes que celles qui sont im (...)

5Ainsi, parce que la relation d’enquête est d’abord une relation sociale, son expérience peut toujours pousser l’enquêteur ou enquêtrice à en venir au genre. Nos objets sont co-structurés par les interactions sociales nouées entre enquêteur(trice)s et enquêté(e)s mais aussi, et de manière plus large, par leur inscription dans un contexte et dans une configuration renvoyant aux appartenances et trajectoires des un(e)s et des autres. C’est bien ce que révèlent les textes présentés. Une fois intégré, le genre ordonne la collecte et l’analyse du matériau, en lien plus ou moins étroit avec d’autres formes de problématisation retenues par les chercheur(e)s. Pour Bessin et Lechien, « la question du genre pèse fortement sur les modalités de l’enquête : nous formons une équipe mixte, nous enquêtons sur des prisons d’hommes et sur des questions touchant directement au corps, au soin et à la sollicitude ». Dans le cas de Stevanovic, le caractère sexué de la relation d’enquête « révèle une structure organisationnelle et une structure d’exercice du pouvoir » qui s’impose dans un premier temps à l’enquêtrice, ici en position d’intruse, d’autant plus qu’elle est à bord sans y avoir une fonction professionnelle3. Et dans le cas de Denieuil, si ses thèses sur l’influence du père dans le projet entrepreneurial de la fille sont liées à son « point de vue d’homme », il est rétrospectivement certain que cette sensibilité de genre lui a, aux côtés d’autres facteurs, « servi de révélateur compréhensif » face à son objet. Qu’on le veuille ou non, qu’on en tienne pleinement compte ou non, la question du genre apparaît relativement incontournable dans le processus de compréhension de ce qui se joue dans nos relations d’enquête. En ce sens, on peut conclure avec Jeanjean :

Les rapports de sexe sur le terrain et au sein des institutions d’appartenance des ethnologues s’articulent et participent à la construction de l’identité de l’ethnologue, à la fixation de la place qu’il occupe, mais aussi à la façon dont ce dernier élabore ses objets, oriente ses analyses, construit ses enseignements et pense les sexes.

6À l’ethnologue et au sociologue d’en tirer les conséquences, en soumettant systématiquement l’élaboration de l’enquête à l’exigence d’explicitation des critères genrés organisant sa conduite et la production de ses conclusions théoriques.

2. Rapports d’enquête, rapports sexués, rapports politiques

7Les relations d’enquête peuvent faire l’objet d’une critique politique, elles participent de la construction de rapports sociaux inégalitaires entre les hommes et les femmes. Cet aspect n’est certes qu’effleuré dans cet ouvrage, mais il nous paraît important de le reprendre en conclusion. Les interprétations conduites en termes de domination ont-elles une signification particulière quand on les rapporte à l’enquête qualitative ?

Un déni académique du genre ?

8Il n’est pas aisé de suivre objectivement le fil du genre et de s’en saisir pour alimenter sa mise en examen. Les réflexions rétrospectives de Denieuil l’attestent. Le regard qu’il a porté sur la situation des entrepreneures tunisiennes était-il trop masculin ? La préfacière de l’édition tunisienne de son travail lui en fait le reproche :

[Elle] m’a soupçonné en aparté d’être quelque peu « injuste » à l’égard des femmes tunisiennes mères de famille qui avaient la responsabilité de l’instruction des filles, et qui ont souvent mené le combat contre les hommes pour que leurs enfants puissent s’affranchir. Dans ma restitution des témoignages, elle m’en voulait d’avoir beaucoup insisté sur le rôle positif du père qui les a poussées à bricoler, à risquer, à s’autonomiser, à entreprendre. Le père m’est, en effet, apparu comme un complice de ces femmes, qui permettait à sa fille ce qu’il interdisait à sa femme qui, elle-même prise aux pièges de la transmission masculine, valorisait plutôt les garçons dans la famille.

9Pour interpréter un retour réflexif comme celui-ci, on peut se demander jusqu’où il serait possible de rallier la position de Jeanjean, selon laquelle le « genre de l’ethnologue est pris dans des rapports politiques de sexe et de classe, qui traversent non seulement le terrain d’enquête, mais aussi la société de l’ethnologue et les institutions au sein desquelles ou pour lesquelles il ou elle travaille ». Contrairement à l’idée naïve qui voudrait que le champ scientifique soit à l’abri des discriminations de genre, l’observation de son fonctionnement livre des signes de résistance active à l’éradication des inégalités. D’un côté, tout se passe comme « si la question des rapports hommes-femmes dans le champ disciplinaire français ne se posait plus, pas plus que celle de l’orientation androcentrée de l’organisation et de la division du travail au sein de ce même champ ». Mais d’un autre côté, cette attitude « apparaît comme une forme de déni ou bien comme ce qu’en 1980 Christophe Dejours nomme une “idéologie de métier” (1993). On peut aussi l’envisager comme l’un des rouages de la domination masculine ». Pour Bessin et Lechien qui forment une équipe de recherche sexuellement mixte, la dimension politique des rapports d’enquête conçus comme rapports sexués se lit pratiquement dans des « tensions », qui « renvoient d’abord à des mécanismes institutionnels classiques échappant aux membres de l’équipe, mêlant domination masculine et fonctionnement mandarinal » ; ainsi, très concrètement :

[…] il arrive parfois que le nom de la sociologue soit purement et simplement oublié dans la plaquette de présentation d’une journée d’étude. Il arrive souvent, au début de la recherche et de sa restitution devant un comité de pilotage, que les regards soient presque exclusivement tournés vers le sociologue, tout comme les questions.

10Les auteurs en concluent :

L’analyse de ces frictions présente ici un intérêt, car elle fait intervenir des facteurs explicatifs liés au genre. On peut ainsi parler d’une égalité dans la répartition du travail d’enquête, favorisée par l’autonomie déjà évoquée (chaque chercheur maîtrisant totalement un terrain), et d’une répartition plus conflictuelle du travail de représentation de la recherche.

11Genre et statut s’imbriquent « à nouveau si l’on tente d’aborder à présent les logiques d’analyse et les modalités d’écriture ».

12On aimerait bien sûr disposer de plus de détails pour atteindre et estimer l’ampleur de ces effets du genre dans les travaux scientifiques, les éléments à porter à la réflexion faisant par trop défaut, tant ce qui a trait à ces questions semble refoulé dans une sorte de boîte noire de l’enquête, dont l’accessibilité ne serait plus ou moins garantie et l’interprétation des données plus ou moins justifiée que pour répondre à un incontournable raté interactionnel. Car, c’est du moins ce que suggère Jeanjean :

Les questions relatives à la dimension sexuée de la pratique ethnologique sont subversives à plus d’un titre. Elles peuvent être perçues comme menaçant quelques-uns des principes qui structurent la discipline. L’utilisation du mot « sexe » ne va pas toujours de soi lorsqu’il s’agit d’engager ou de désigner celui de l’ethnologue.

13Et il est permis de penser que les rapports de pouvoir entre les sexes continueront de susciter des formes de souffrance du côté de la femme, mise en demeure d’être « convaincue de la légitimité de son savoir, de son point de vue et de ses mots – ce qui est, les sociologues l’ont bien montré, particulièrement difficile en situation de domination » déniée, ajoute Jeanjean.

La posture féministe : un genre subversif ?

14Il est impossible de supposer la prégnance d’un principe de domination sans évoquer même très rapidement le contexte des débats sociaux et politiques des dernières décennies. Or dans ce domaine, le féminisme a joué un rôle central, à tel point qu’il fait partie des références ordonnant les réactions – essentiellement critiques – des acteurs sociaux sur le terrain. Plusieurs contributeurs ou contributrices font ainsi état de représentations relativement partagées chez leurs interlocuteurs ou interlocutrices et pouvant susciter de la méfiance vis-à-vis de l’enquêteur ou enquêtrice. Combessie a peu à peu pris conscience de résistances de ce type. Lorsqu’une femme présentée par une informatrice ne le contactait pas, souvent il le disait à l’informatrice :

Si la plupart du temps, celle-ci me répondait qu’il s’agissait d’une femme « très occupée » ou « un peu tête en l’air », parfois elle exprimait les réticences que cette enquête pouvait induire, en particulier par crainte du point de vue négatif qu’un sociologue pourrait porter sur les femmes pratiquantes et, cela peut sembler étonnant, c’est à des points de vue « féministes » qu’on a fait alors allusion.

15Pruvost explique de son côté combien en sociologie, mais aussi en histoire ou en science politique, la police est principalement étudiée par des chercheurs hommes. L’auteure tient compte de cette donne lors de son enquête sur la féminisation de la police. Elle présente sa recherche comme portant sur les conditions de travail pour éviter d’être suspectée de féminisme. La formation des policières et leur socialisation professionnelle sur le terrain les poussent à « s’aligner sur les conduites viriles masculines », « que ce soit sur le plan physique, sur le plan des normes professionnelles, de la sociabilité ou du discours » : le genre est donc ici particulièrement « discriminant ». On pourrait dresser encore un parallèle avec l’expérience vécue par Stevanovic – jeune femme – auprès des marins, autre métier d’homme… Il est aussi une caractéristique du féminisme qui s’impose, mais qu’il convient de rappeler : le mouvement est presque exclusivement porté par des femmes, tout comme la sociologie des rapports sociaux de sexe, ce qui a pu être perçu comme un biais analytique et militant, notamment d’un point de vue masculin. Cette résistance masculine est sans doute l’un des freins les plus puissants au développement d’une sociologie ou d’une anthropologie des rapports genrés et, par ricochet, des rapports d’enquête genrés. Le champ doit relever d’une forme de sociologie politique, champ aujourd’hui encore majoritairement investi par des hommes.

3. Sexe, âge, profil académique, race, position sociale, etc. Une configuration dynamique

16Au terme de cette incursion dans les coulisses d’enquêtes qualitatives variées de par leurs objets et leurs modalités de réalisation, nous tenons à lever toute ambiguïté sur les objectifs de ce travail. Dans ce livre, c’est le fil rouge du sexe de l’enquête qui a été suivi. De la même façon, on pourrait imaginer scruter l’influence de l’âge de l’enquêteur(trice) et de ses enquêté(e)s. C’est souvent le terrain qui oriente notre sensibilité en la matière. Jeanjean sait que pour construire sa « place, ce sont des critères de sexe et d’âge » que ses interlocuteurs et elle-même ont « en tout premier lieu mobilisés ». C’est aussi le statut de chercheur(e) et d’intellectuel(le) qui peut être questionné et mis en relation avec les conditions de réalisation d’une enquête. Les ouvriers rencontrés par Jeanjean lui bricolent spontanément une table avec des briques : « Ainsi, dit-elle, me confortaient-ils à la fois matériellement et symboliquement dans mon statut d’universitaire, dans mes activités d’étude et d’écriture. » Dans certaines enquêtes, le profil académique ouvre très nettement des portes. Selon Bessin et Lechien, « l’assurance statutaire, qui oriente plus rapidement vers les autorités d’un terrain, s’acquiert aussi parce que ces autorités manifestent de l’intérêt pour un titre professionnel valorisé – chercheur au CNRS » dans ce cas.

17Le fil rouge peut également renvoyer à l’altérité de l’enquêteur ou enquêtrice. Cette altérité est elle-même à géométrie variable. Elle est l’écho potentiel d’une présence éphémère. Jeanjean souligne ainsi qu’il « existe des similitudes entre l’ethnologue et l’intérimaire, tous deux sont de passage et en quelque sorte “étrangers à l’intérieur” » sur le terrain. C’est aussi ce qu’a pu ressentir Lechien au sein de la prison, les surveillants « n’appréciant guère la présence d’une étrangère en ce moment particulier de préparation au service de nuit ». Dans d’autres situations, c’est le statut d’étranger et la différence culturelle qui pèsent sur l’enquête. Le retour d’expérience de Denieuil révèle l’atout possible de l’enquêteur ou enquêtrice non autochtone. Le sociologue se sait perçu sous la double figure de l’universitaire et de l’étranger et, concernant cette seconde dimension, il repère l’avantage qu’il peut en retirer : « […] on sait que l’étranger ne possède pas tous les codes de la société, qu’on pourra lui mentir plus facilement ou ne pas tout lui dire », ce qui favorise l’acceptation du principe de la rencontre avec un enquêteur, qui plus est un homme dans le cadre de cette enquête sur les femmes entrepreneures en Tunisie. La position de Denieuil lui confère un bénéfice, car, explique-t-il :

[…] je viens de France : les Tunisiens y perçoivent les relations hommes-femmes comme moins hiérarchisées et plus détendues que dans leur pays. C’est à ce titre que ma distance comme étranger renforce ma proximité et l’empathie avec mes interlocuteurs, car je suis un « autre ». Mon éloignement et ma différence créent ma proximité.

18N’étant pas perçu comme dangereux, il peut recueillir plus aisément des discours qu’un autre contexte relationnel aurait desservis. Et cet auteur conclut :

[…] il n’est pas possible d’isoler la problématique du genre de l’enquêteur de celle de son identité professionnelle ou de celle de son origine ethnique ou de son appartenance sociétale. À ce titre, j’insisterai sur l’idée que l’interaction produite avec l’enquêté intègre une multiplicité de symboliques à la fois sexuelles, statutaires et communautaires, dont la confrontation n’est pas sans incidences sur la confiance établie entre le chercheur et son informateur, ainsi que sur la nature des informations échangées.

19Tous les contributeurs ou contributrices de cet ouvrage soulignent les limites d’un raisonnement qui isolerait à l’excès l’influence de la dimension sexuée sur l’enquête. « Jusqu’où peut-on isoler le rôle de ce rapport social d’autres facteurs ici tout aussi décisifs, l’inégalité statutaire, l’origine sociale ou la formation au métier de sociologue ? » interrogent Bessin et Lechien, qu’en est-il des « autres variables entrant dans la définition de cette relation sociale (âge, origine sociale, origine géographique, conjoncture intellectuelle et politique…) » ? Le déroulement de la carrière et les autres facettes de l’identité de l’enquêteur ou enquêtrice contribuent par ailleurs à modifier la donne. Au fil du temps, Jeanjean a effectué diverses enquêtes :

[Des] enquêtes en France et à l’étranger, seule ou en collaboration, de nuit ou de jour, jeune et ensuite moins jeune, femme mariée, mère d’un, puis de deux enfants, maîtresse de conférences, directrice scientifique d’une équipe composée de doctorants… Chacune de ces configurations a soulevé de nouvelles questions, la singularité de chaque terrain rend difficile voire impossible de proposer en conclusion un point de vue arrêté sur les rapports de sexe dans la relation d’enquête.

20Qu’on le veuille ou non, l’analyse réflexive du rapport social d’enquête impose de respecter sa singularité, il n’existe pas d’effet pur du sexe, ou de quelque autre facteur que ce soit. Il est sans doute prudent de prendre de la distance et, comme le précise Jeanjean, de « redouter les autobiographies héroïques, au cours desquelles les auteur(e)s s’appliquent à montrer combien le fait d’être une femme ou bien un homme, jeune ou vieux, a favorisé leur accès au terrain, ou encore comment ils ont su habilement jouer de ces identités, les moduler pour accéder à des informations qu’aucun(e) autre n’aurait obtenues ».

21Suivre le fil du sexe de l’enquête n’implique en rien une obsession notamment féministe. Il convient bien sûr d’écarter la tentation naïve qui reviendrait à négliger d’autres catégories analytiques comme l’âge, la classe, l’appartenance générationnelle, la position statutaire… Il est plus que jamais d’actualité de réaliser le programme esquissé par les sociologues féministes et ciblant l’étude conjointe des déterminations de genre, de classe et de race. C’est à l’identification toujours plus consciente de configurations de variables relationnelles que doivent s’atteler le sociologue et l’ethnologue. « Chaque identité de genre affichée induit des gains et des pertes en termes d’observation », avance Pruvost. Mais cette identité se combine à d’autres, et c’est cet ensemble qui, bien analysé, devient le révélateur des relations sociales à observer et interpréter. Dans le cas de son enquête sur les policières, l’enquêtrice décrypte ainsi les effets mêlés du sexe, du genre, de son jeune âge, de son statut (elle est une jeune doctorante semblable à une stagiaire comme les policiers en voient tant). C’est cette configuration qui explique la mise en place de relations professionnelles de type « paternaliste » sur ce terrain. En apparaissant inoffensive, Pruvost a conquis son entrée dans le milieu, au prix d’un travail d’autocontrôle pesant, la « fabrique d’une apparence politique assez neutre » ayant coûté le plus d’efforts à la sociologue.

 

22Les analyses réflexives aident le chercheur ou la chercheure, sociologue ou ethnologue, à percevoir la place qui lui est assignée sur le terrain, la façon dont il ou elle assume sa position. L’examen critique des relations engagées conduit aussi à mieux saisir la façon dont le ou les terrains modèlent, transforment, informent le curieux personnage social de l’enquêteur ou enquêtrice. Érigée en obligation professionnelle, la réflexivité invite à un retour sur soi, sur son « soi » dans le cadre contextuel précis de l’enquête. Chacun(e) peut se prendre au jeu de la réflexivité (Ghasarian 2002), mais son ambivalente charge éthique ne se manifeste jamais mieux que lorsque se pose la question de la restitution orale et écrite de travaux d’enquête personnels. On le sait, une présentation publique ne va jamais de soi. Jusqu’où l’enquêteur ou enquêtrice peut-il ou peut-elle aller dans ce travail de révélation de soi ? Comment établir la pertinence et les limites attachées à l’évocation de données familiales, personnelles, voire intimes de l’enquêteur ou enquêtrice dans la construction de l’objectivation des données d’enquête ? Jusqu’où le dévoilement de l’arrière-plan de l’enquête sert-il la compréhension d’une recherche et la production de connaissance ? Ces questions relèvent-elles d’un principe déontologique ou renvoient-elles simplement au souci moderne de préservation de la sphère privée ? Objectiver les rapports d’enquête est une chose, révéler son intimité voire sa sexualité en est une autre. Entre réticences et obligations, quelle est la marge de manœuvre de l’enquêteur chercheur ou enquêtrice chercheure ? Selon Jeanjean :

Les réticences face à l’exposition et à l’analyse, par l’ethnologue, de la dimension sexuée de ses enquêtes et de ses productions peuvent être interprétées comme une défense vis-à-vis d’interrogations susceptibles de renvoyer à la vie privée des chercheur(e)s d’une part, de bouleverser le souci d’objectivité d’autre part. Surtout lorsque ce souci s’articule au refus d’englober, dans les objets de recherche, la subjectivité des chercheur(e)s. Il peut s’agir aussi d’une forme de pudeur, ou d’une méfiance vis-à-vis d’un questionnement potentiellement trop narcissique ou trop autobiographique.

23Les frontières du privé et du professionnel se trouvent ainsi posées. Dans cette veine, on peut d’ailleurs se demander si ce qui est volontiers admis pour l’enquêteur(trice) ne saurait prévaloir également pour l’enquêté(e). Le choix du chercheur ou de la chercheure de divulguer certains éléments relatifs à l’enquêté(e) ne renvoie-t-il pas comme le suggère Jeanjean à « la trace d’un rapport de domination ou tout au moins, d’une relation d’asymétrie entre le chercheur et ses informateurs » ? Le double engagement au respect de l’anonymat et au principe de confidentialité suffit-il à préserver l’enquêté(e) ? La recherche en actes n’est pas une affaire purement scientifique, elle relève aussi de la morale.

Bibliographie

Dejours Christophe, 1993 [1980], Travail et usure mentale, Paris, Bayard.

Ghasarian Christian dir., 2002, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris, Armand Colin.

Notes

1 I. Mallon fait exception en renvoyant à sa socialisation.

2 Pour étudier les pratiques sexuelles hétérodoxes des femmes, P. Combessie choisit d’écouter des femmes « qui multiplient les partenaires sexuels ou envisagent des relations intimes déconnectées d’engagement sentimental et qui se déclarent bi- ou hétérosexuelles ». Pour approcher les femmes entrepreneures en Tunisie, P.-N. Denieuil organise une série d’enquêtes auprès d’elles.

3 Pour conduire son enquête, J. Stevanovic doit se plier aux mêmes contraintes que celles qui sont imposées aux femmes officiers, notamment à celles qui se matérialisent dans le « Guide d’embarquement à l’usage du personnel féminin ».

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540