Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

L'imaginaire éclaté

Pôle

Texte intégral

1Marseille, pôle ou métropole ? La question n’est pas du domaine seulement des jeux de mots. Le pôle est un point privilégié, d’où partent des impulsions, des mouvements, des informations, mais où s’accumule aussi l’énergie qui est ainsi dispersée ; un pôle ne participe pas à une hiérarchie, mais à une opposition positif-négatif, points entre lesquels passe le courant. Affaire de dialogue, de partenariat, les extrêmes d’un axe ou d’une pile. La métropole est un terme plus humain : la ville-mère évoque descendance, filiation, colonisation, éducation ; elle peut parfois tourner à la dominatrice ou à la castratrice. Le mot s’est affadi toutefois pour être rangé par le vœu de l’aménagement et de la DATAR dans les sages hiérarchies urbaines, identiques l’une à l’autre, quadrillant l’espace partout par les mêmes moyens, à la manière des premiers Constituants. Bien entendu, les deux notions se croisent : pole ou pôle ? La ville n’est-elle pas toujours, plus ou moins, en train de glisser d’un sens à l’autre ? Mais un mot évoque l’invention, l’autre la reproduction ; l’un fait passer l’énergie, l’autre « encadre » ou « équipe ». Une métropole finit par s’enfoncer parmi ses enfants, territoires dépendants ou banlieues. Le pôle entraîne, agite.

2N’allons pas au-delà. La géographie a volontiers mêlé les deux notions, habilement confondues, le statique rendant ainsi compte à peu de frais des principes actifs et des flux ; les aménageurs ont joué sur ces mots, le pôle « entraîne », « développe », ou « convertit » ; la métropole administre, distribue ses services, arbitre ; il est parfois plus simple de croire que la deuxième réalité conduit à la première, que l’institution, la géométrie, la règle (effet des lois humaines ou naturelles) suffisent à mouvoir les choses. Marseille – et c’est le cas de presque tous les ports – essaime, mais en même temps elle recherche, découvre des interlocuteurs et des richesses. Il ne lui sert à rien d’organiser des territoires, sauf les plus immédiats, au départ de la course ou à son arrivée, pour son propre plaisir et son propre enrichissement ; elle associe le continu et le discontinu, selon ses caprices. Une ville « métropole », au sens où l’entendent les aménageurs du territoire, délimite et découpe l’espace, se l’approprie mais s’y enferme aussi, si bien que le rêve épistémologique tourne souvent à la logique des poupées gigognes : tous les mécanismes sont identiques, seule l’échelle change. Marseille n’entre qu’avec regret dans ce vêtement. Quand Michel Chevalier évoque la puissance capitaliste des ports, il est plus près du premier sens :

  • 1 M. Chevalier, op. cit., p. 119-120.

Dans l’intérêt de l’industrie française, il serait essentiel de provoquer d’espace en espace la formation de grands centres de capitaux, dont chacun vivifierait le pays dans un certain rayon autour de lui. Les ports remplissent en tout pays ce rôle important. En effet, le négoce, qui a son principal siège dans les ports, crée les grandes fortunes et agglomère les capitaux… Cependant, il conviendrait pour le progrès industriel, d’avoir en arrière de la ligne des ports une autre ligne de centres de capitaux : ce serait particulièrement nécessaire dans l’intérêt de l’agriculture1.

3Marseille, dans sa représentation traditionnelle, se place sans le moindre doute dans la logique des ports et l’opposition ou la complémentarité évoquées font partie de son imaginaire. Mais que devient un port quand la marchandise passe ou se travaille sans laisser sur place toute la richesse ? Le nerf de la société disparaît. Devenir métropole territoriale, sur terre, ne peut être pour Marseille qu’une prise de garantie (la politique de la Société marseillaise de crédit à partir de 1910) ou une sorte de retraite.

Expériences de métropole

4Sur le moment, Marseille, métropole d’équilibre de la première promotion (1965), prend pourtant au sérieux son rôle (qui n’est pas totalement nouveau) : reconversion de vieillissement, après les coups portés à son industrie, à sa richesse, à la colonisation comme extraversion. Cette fonction convient à sa taille démographique, à son rang institutionnel, à sa dignité, pas tout à fait à ses talents. Les optimistes pensent qu’il s’agit d’un nouveau cycle. Louis Pierrein, qui comprend si bien les origines et les caractères des industries, par bonne volonté et souci de développement autonome – la métropole régionale est autre chose que le chef-lieu départemental – appelle de ses vœux cette fonction « capitale », se prête à découper l’horizon terrestre marseillais en zones d’influence, absolue, prépondérante, et d’autres l’imiteront. Mais Louis Pierrein n’oublie pas la mer, tandis que d’autres se complaisent à diviser les espaces régionaux, selon les lois de la distance et de la rareté, ou des constats bien plus empiriques. Vint-cinq ans après, la fonction métropolitaine, en tout cas, diminuée, réduite aux limites strictes et administratives des régions-programmes, n’a pas paru rendre à Marseille toute sa vitalité, s’est essoufflée à son tour, et l’on identifie de plus en plus le rôle territorial par un retour à l’origine, à celui, décevant, d’un chef-lieu de département.

  • 2 A. de Los Santos, op. cit., p. 103 et 105.

5Déception venue du modèle ou de l’expérience qu’en fait Marseille ? Les deux explications interfèrent. Pourtant le « tertiaire », écrasant maintenant dans la population active, de l’ordre de 75 %, paraît le seul support réel de l’économie marseillaise et de l’emploi. Mais quel tertiaire ? Des excès dans le commerce banal, les métiers-éponges d’intermédiaires, à la manière des pays en voie de développement, à l’écart du système industriel, ou le tertiaire organisateur, éducateur, savant, le cas échéant ? Dès 1954, en comparant la part de chaque agglomération au total national pour chaque branche, Marseille ne paraît pas très différente de Lyon. Le commerce et la banque sont à égalité dans les deux « métropoles », les services privés (destinés aux personnes ou aux entreprises) sont légèrement supérieurs à Lyon, les services publics à Marseille, et seuls l’industrie et les transports distinguent les villes confrontées, avec une rareté étonnante de l’industrie pour Marseille (les crises ne font que commencer) et, au contraire, une place écrasante, attendue, des transports. En 1975, après de grands changements, les observations sont du même ordre. En 1982, on note cette stabilité relative des mêmes formes, restant semblables à elles-mêmes, alors que les effectifs se modifient encore et que les services rendus aux entreprises accélèrent leur croissance à Marseille et la placent tout juste derrière Lyon. Qu’on utilise alors le dénominateur de la population ou de l’emploi, « le tertiaire marseillais se situe dans une honnête moyenne », se trouve-t-il « déséquilibré par la part trop importante du tertiaire banal ? Rien ne permet de le penser… Il n’en demeure pas moins que pour le taux de services aux entreprises, Marseille ne se trouve pas mal placée devant les autres grandes métropoles régionales2 », derrière Lyon. Bref, la tertiarisation de Marseille n’a rien d’exceptionnel, ni dans le sens de la trivialité, ni dans celui de la sophistication. Ici, c’est moins Marseille qui change, que la société française en général – et d’abord l’intervention des services publics : Marseille est en ce secteur assez clairement en pointe. L’originalité de la ville, c’est bien le dégonflement de l’industrie, presque sans compensations, à l’intérieur des frontières de la commune.

6Si l’administration est bien représentée – ce qui va de pair avec l’importance des dépenses de redistribution et de santé – Marseille démontre aussi des fragilités manifestes, presque génétiques. La première, c’est l’étroitesse du pouvoir de commandement de la ville. Alors que la bourgeoisie marseillaise est encore bien présente dans les affaires, on note

  • 3 M. Roncayolo, « Le rôle de Marseille dans le développement de la région », dans Les cahiers de la R (...)

la relative faiblesse de Marseille comme centre de sièges sociaux, de direction pour les activités régionales. Certes 12 000 personnes travaillent, hors des Bouches-du-Rhône, dans des établissements qui relèvent de Marseille, dont un millier dans les Alpes maritimes… Dans les départements voisins… peu de salariés dépendent en fin de compte de la capitale régionale et leurs effectifs sont généralement dépassés, et de loin, par ceux qui relèvent directement de Paris, 8 000 contre 1 000 dans les Alpes maritimes : la polarisation s’exerce plus fortement et plus rapidement à l’échelon national3.

  • 4 M. Wolkowitsch, « Marseille », dans J. Beaujeu-Garnier, La France des villes, Sud-Est, p. 60 et sui (...)

7Pour Maurice Wolkowitsch, les salariés qui dépendent de sièges sociaux fixés à Marseille sont au nombre de 3 700 dans le reste des Bouches-du-Rhône, 1 600 dans le Var, 1 400 dans les Alpes maritimes, 1 000 dans le Vaucluse, 480 dans les deux départements alpins, dépassés à chaque fois par ceux qui sont administrés par Paris. C’est peu de chose4.

8À la fin de 1987, la revue Entreprise redressait l’image de Marseille, dans son classement de fin d’année. Sur 193 entreprises relevées, seize atteignaient le milliard de francs de chiffre d’affaires, ou même le dépassaient largement. Parmi les premières, on comptait des valeurs assurées de l’industrie, plus ou moins attachées d’ailleurs à des lieux de production marseillais : Saint-Louis-Bouchon, Ricard, Procida et la firme montante de travaux et de matériel sous-marins, la CO.M.EX. On trouvait aussi des compagnies coloniales ou maritimes plus ou moins converties, des affaires de construction (la SORMAE), ou des chaînes à succursales multiples (SODIM, alors filiale de la C.F.A.O.). Les journaux locaux, à cette occasion, comme lors de la parution de l’Atlas de 1989 soulignaient la distance qui se maintenait entre Marseille et ses rivales, Montpellier, Nice et Toulouse, à plus forte raison Toulon ou Nîmes. Mais il fallait tenir compte de la localisation réelle de ces entreprises. La C.F.A.O., justement, ne maintenait à Marseille qu’un siège social de principe, une boîte à lettres, et la Compagnie de navigation mixte, détachée par O.P.A. de la Société marseillaise de crédit, passée dans l’empire de grandes sociétés d’assurances, devenait un holding de choc, outil d’opérations financières, de combinaisons d’entreprises à géométrie variable : il lui arrivait de croiser un moment d’anciennes affaires marseillaises comme UNIPOL ; mais le siège social n’impliquait plus d’intervention locale. Peut-on parler alors de métropole, avec cette double défaillance, dans la région et sur place même, alors que le relais passait à des capitaux extérieurs, étrangers souvent. Rien d’étonnant, ni même de choquant, mais qui amenait à s’interroger sur ce que devenait le capital marseillais. Le développement de Fos accroissait ce détachement à l’égard des forces financières locales. Sans être imprévisible, ni totalement désastreux, l’éclatement du « club », du système de participations constitué par la S.M.C. faisait sauter le point fixe de la métropole.

Circonscription ou espaces finalisés

9Métropole, mais dans quel espace ? Marseille, sans cet aspect des choses, vivait dans l’incertitude. Parfois l’administration avait été généreuse, et assez tôt, dans les organisations créées au lendemain de la guerre : le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme s’étendait en Provence, mais aussi en Languedoc et en Corse, comme plus tard l’Inspection générale de l’Équipement, et la Société de développement de la Région méditerranéenne, chargée du premier financement d’opérations régionales. À l’inverse, d’autres administrations réduisaient le champ de l’autorité marseillaise avec la création de l’Académie, puis de l’Université de Nice, englobant le Var et les Alpes maritimes. Mais, compte tenu de ces variations, la région « large », devenue Provence-Côte d’Azur, limitée rigoureusement à l’ouest par le Rhône, était une création définie par l’État, à laquelle les entreprises publiques, puis les affaires privées contribuaient, en définissant la zone de compétence des directions régionales ou des succursales. C’était la réalité des relations économiques et sociales qui privilégiait souvent la relation directe avec Paris, dans le cas des Alpes maritimes surtout. À l’opposé, il restait dans l’influence marseillaise le département des Bouches-du-Rhône, Arles y échappant quelque peu. Aire métropolitaine et région réelle finissaient par se recouvrir ou presque. Ce qui marquait une nouvelle fois la limite du pouvoir organisateur de Marseille, et presque son manque d’intérêt.

10Néanmoins, le découpage administratif correspond à une certaine réalité et, plus encore, il la crée. On l’a vu du département, aux limites plus ou moins arbitraires à l’origine, mais capable d’inventer ensuite sa géographie, son tissu de relations et d’offrir de ce fait une résistance étonnante, quitte à changer lui-même de fonctions. Marseille, parce que non territoriale par principe, ville d’archipel, de réseau et non pas ville d’espaces fermés, circonscrits, a toujours joué au chat et à la souris avec les découpages cartographiques, plus peut-être qu’aucune grande ville de l’hexagone, plus que Barcelone sans doute, portée en effet par une région. C’est là peut-être la maladie génétique du comptoir. Tous les essais de projeter des zones d’influence dégradées sur une carte ont quelque chose d’irréel, alors qu’ils reposent sur des intérêts sérieux, objectifs, parfois quantifiés… parce que l’esprit de Marseille est ailleurs ou parce que d’autres pouvoirs urbains viennent se mêler sur ce terrain. Dresser une liste des services rares donne une indication, mais quelle est leur aire ? La rareté peut s’enfermer dans la ville, assez puissante pour procurer une clientèle, répondre à une attente ; elle peut s’adresser à des partenaires ou à des utilisateurs extérieurs, comme le faisait le négociant marseillais quand, débiteur de terres lointaines, il faisait régler sur la place les traites de ses correspondants. Allons plus loin, dans leur principe, les multinationales ne peuvent guère choquer Marseille, si elle est consciente de son histoire. La circonscription intérieure est pour elle un déclin, si elle n’a que la vertu répétitive des gestes quotidiens. Elle n’est pas le lieu d’un pouvoir.

11Mais elle peut être le lieu d’une action : le territoire marseillais, hors du terroir et maintenant de la région urbaine, elle-même mouvante, se crée à l’occasion d’une action. Il n’est pas forcément monopole de la ville, mais espace de partenariat. La région, telle qu’elle a été dessinée à travers l’expérience des circonscriptions d’action économique ou des régions-programmes, paraissait tout à fait rationnelle sur une feuille d’atlas ; elle inventera peut-être son unité, comme le département le fit en son temps. Mais, quand on regarde les relations réelles, les dépendances, les intérêts, les origines (les vieux courants migratoires), la culture, l’espace marseillais est en partie ailleurs, à la recherche du correspondant lyonnais ou des complices languedociens. L’idée du Grand Delta, au moment de la création de Fos, avait non seulement sa grandeur, mais son efficacité possible : une « Association pour le développement économique du delta rhodanien », à l’échelle des trois régions-programmes intéressées, avait quelque raison de séduire, surtout si l’on se souvient des procès d’intentions et des mal ou bien entendus, sous le Second Empire, qui avaient présidé à la création de Port-Saint-Louis-du-Rhône. Imaginaire d’un soir ? L’association a animé des Journées économiques internationales ; elles ont tourné peut-être dangereusement à la vente d’une image et d’un projet, à la séduction de l’investisseur venu d’au-delà et se sont éteintes avec la crise, chacun retrouvant son coin dans l’hexagone. Or il y avait sans doute plus et mieux à faire. En remontant dans le temps, la Compagnie nationale du Rhône a accompli une tâche considérable, jusqu’aux incertitudes des années 1980. La France territoriale, hiérarchique, est rebelle à ces institutions spécifiques, ajustées à la géographie du projet, à l’espace incontestable d’une entreprise planifiée. Cet imaginaire brouille les cartes, semble-t-il. Or ce mode d’action réussit aux États-Unis, par exemple, pays d’organisation territoriale fragile et discontinue, en deçà des États.

12À l’échelle du plus proche, même remarque pour des projets réussis : le canal du Verdon, devenu Canal de Provence (une remontée de l’Imaginaire des Lumières), destiné à fournir de l’eau industrielle aux nouvelles usines, à conforter l’alimentation des cités provençales, Var et Bouches-du-Rhône, à étendre les irrigations, est mené à bien, à partir des années 1960, par la ville de Marseille et les deux départements intéressés, groupés en association. Alors faut-il un chef-lieu ou un maître d’œuvre ? L’action et la planification territoriale commandent curieusement d’autres rôles ; la hiérarchie statique, l’occupation garantie de fauteuils prestigieux, le mandarinat de villes-capitales portent moins de fruits peut-être que l’opération finalisée, désignant son chef d’orchestre, le cas échéant.

13L’intervention par instance spécifique semble capable de favoriser les initiatives collectives, coopératives. Or dans le Midi méditerranéen, une longue tradition municipale, la présence de villes de poids, jalouses de leur autorité, les unes brillantes et dominantes au xixe siècle, d’autres alors assoupies, entretiennent les rivalités urbaines. La hiérarchie permanente crée des blessures d’amour-propre et met de plus en plus en porte-à-faux l’institution et les comportements réels. Le projet peut fédérer. À vrai dire, l’expérience reste presque entièrement à tester. À l’échelon de la région urbaine de Marseille, le temps de la communauté, ratée ou refusée voici une vingtaine d’années, est peut-être passé. Mais cette action coopérative, finalisée, est-elle impossible ? Le système fiscal « local » et une conception trop territoriale de la décentralisation ne facilitent pas les choses. Le découpage sectoriel multiplie aussi les barrières et bloque les synergies. Ce qui est en question, ce n’est donc plus le pouvoir d’une métropole, mais l’action, fédératrice ou non, capable d’initiatives venant d’un ou plusieurs pôles. C’est, au sens propre du terme, un jeu d’acteurs collectifs. Un imaginaire qui peut être à géométrie variable.

14Débarrassé au moins par hypothèse du carcan des zones d’influence et de la détermination de la métropole par sa clientèle – alors que le plus souvent c’est la métropole qui « invente » les besoins et diffuse les modes de vie – on peut s’interroger sur les moyens d’action de la grande ville, comme pôle ou nébuleuse de pôles. C’est-à-dire sur ce qui entraîne le changement, social et intellectuel, l’ouverture, la création de réseaux et d’espaces, après tout le renouvellement de l’imaginaire. Trois aspects qui ne sont pas particuliers à Marseille : la logique de la recherche et des entreprises, la formation, la culture. Où situer Marseille dans ses ambitions comme dans ses peurs, pour chacun de ces rôles ?

Les emplois : enchaînements de la modernité

15Recherche et entreprises : on va donc parler de technopole ou de technopôle puisque, avant toute réforme de l’orthographe, les deux sens sont différents. La technopole, c’est la ville de la technique : un sens fort imprécis, balançant entre deux acceptions possibles : toute ville est faite de techniques, techniques de production, d’échange, plus spécifiquement de réseau ; sans doute est-elle faite de techniques qui n’appartiennent pas à un seul âge. On court alors à la simple redondance, au mot qui n’apporte rien. Si on attribue à la ville une technique dominante, on retourne au vieux schéma de la ville industrielle, mono-industrielle même, Le Creusot ou Sochaux. Si l’on veut dire ville de techniques nouvelles, on mord sur le second sens du mot, technopôle. Parler d’innovation, c’est en effet saisir non pas une localisation, mais un processus, un enchaînement. Par technopôle, on entend la convergence de plusieurs types de travail, d’organisations, d’entreprises qui par leur synergie engagent l’invention, la mise au point, le passage à l’exploitation industrielle de nouvelles techniques : aujourd’hui, le high tech, puisque nos pays de vieille industrialisation et de capital technique et financier accumulés y ont trouvé leur « créneau ». Par un effet retour, tout ce qui s’intègre dans nos besoins devient high tech, à tort ou à raison. Les industries agro-alimentaires, en effet, après des débuts très empiriques et un passage au laboratoire de type universitaire (l’Institut colonial du début de ce siècle) entreprennent des études avancées, des recherches de pointe pour modifier les productions ou la manière de produire ; la biologie moléculaire et la génétique s’appliquent au traitement des produits végétaux ou animaux.

16Marseille bénéficie donc de laboratoires qui débouchent vers l’industrie, dans des secteurs qui touchent plus ou moins à des activités traditionnelles, comme la mer ou la médecine, ou leur échappent totalement, en terrain nouveau. D’un côté, la descendance lointaine des scaphandriers, métier héroïque du port, tout ce qui concerne les interventions sous-marines, matériel et pratiques exploratoires, l’océanographie et les techniques de construction off shore. C’est un lieu de croisement des disciplines, qui vont de l’étude des matériaux à l’optique, à l’informatique, à l’intelligence artificielle. Même convergence dans le domaine spatial : la société Bertin a mis au point des lentilles de laser et équipé de télescopes la sonde franco-russe, lancée à la découverte de la comète de Halley ; le laboratoire d’astronomie spatiale travaille, toujours en optique, avec la N.A.S.A. et l’astronautique russe.

17Autre point d’accrochage, la médecine : la tradition est longue, la reconnaissance tardive puisqu’en pleine fin du xixe siècle, Marseille ne possède encore qu’une École préparatoire de médecine et de pharmacie, créée en 1854. La transformation en faculté ne sera accomplie qu’en 1930 ; mais il existe déjà, de fait, une école marseillaise : médecine tropicale, traitement et chirurgie cardiaque, cancérologie en sont issues. À partir de cette tradition médicale, le laboratoire s’installe, biologie moléculaire et cellulaire, immunologie, ce qui vaut à Marseille une place exceptionnelle dans la recherche sur le Sida.

18Il est toujours lassant d’écrire un palmarès. Mais ces exemples évoquent trois questions à propos des interactions, sans lesquelles il est difficile d’évoquer les mécanismes d’un technopôle. Le premier point, c’est la liaison entre la recherche et l’entreprise industrielle. Toutes les initiatives venant de la première ne sont pas suivies d’effets industriels directs – en particulier quand il s’agit de recherche publique – et le C.N.R.S. et l’I.N.S.E.R.M. n’ont pas négligé, surtout dans le domaine proprement scientifique, la ville de Marseille. Mais une recherche privée, créée par les établissements industriels, s’est aussi constituée pour les travaux off shore (CO.M.EX), les instruments électro-automatiques, l’électronique informatique, ES2 et Thomson à Rousset, par exemple, Pologia à Marseille pour les systèmes experts, Immunotech à Marseille-Luminy pour la recherche des anticorps. L’aéronautique (Dassault à Istres, Aérospatiale à Marignane), et même la Générale sucrière, les moulins Storione ou Panzani-Milliat. Bref, l’impulsion est acquise. Les relais concernant les transferts de technologie sont en place aussi : C.R.I.T.T. et A.N.V.A.R. Plus difficile est d’apprécier ce que ces effectifs de chercheurs représentent dans la population de Marseille et de son aire métropolitaine, puisque les chiffres sont souvent publiés à l’échelle de la région. Or le changement qu’apporte l’installation sur place de ces chercheurs est en effet non négligeable : longtemps un peu en marge de la société marseillaise, le high tech prend place dans les structures de la vie locale et fait naître de son côté une demande renouvelée.

19Le deuxième point porte sur la localisation : Marseille et la région urbaine, par un langage qui se veut d’entraînement, affiche des emplacements réservés – des technopôles zoning si l’on veut – pour accueillir, séduire, mettre dans un espace commun, aménagé et cohérent, à la fois lieux de formation, laboratoires et entreprises, surtout la pépinière de P.M.E. que l’on souhaite fixer. Politique rationnelle, si l’on pense que la proximité physique est nécessaire, ce qui n’est pas toujours acquis. Politique risquée, car la discussion sur les vertus du site, surtout quand on quitte la commune principale, peut tourner à la paralysie. Marseille a établi ses technopôles dans des lieux charmants (Château-Gombert) ou extraordinaires (Luminy), mal rattachés pour l’instant au réseau de circulation de la ville. La forme campus de ces opérations (ou parc technologique) a des avantages, mais subordonne le transport à l’automobile. Il n’est pas sûr que la coexistence détermine toujours l’interaction, et que l’éloignement ne prive pas ces opérations d’autres interlocuteurs désirables. Des zones industrielles ont servi de lieux d’accueil à Aix (Les Milles) et Rousset (zone de conversion), Aubagne a recueilli des retombées, de même que Vitrolles. Bref, une géographie tend à se constituer qui n’est pas neutre et heurte souvent les intérêts négligés. Le lancement du plateau d’Arbois suscite, simplement à l’âge des études, d’âpres conflits entre Marseille et le département, par exemple.

20Le troisième point concerne le débat sur la tertiarisation : avec ce type d’activités, il devient délicat de distinguer le secondaire et le tertiaire, la production de biens et le service. Le produit de plus en plus immatériel, dans son procédé de fabrication, dans sa nature (le hardware et le logiciel), se sépare mal du service rare. Les exigences d’entretien, de maintenance le prouvent. Le raccord à des réseaux supports renvoie le message à des contraintes qui sont souvent de texture industrielle. Bref, les concepts vacillent dans la division des tâches, comme dans la détermination de la ville. L’imaginaire des espaces mais aussi celui des catégories de pensée sont aujourd’hui en question ; les effets eux-mêmes sont mal mesurables : le changement de l’industrie n’est pas aussi rapide que le palmarès l’indiquerait si l’on regarde les branches. La construction électrique et électronique, pourtant en expansion plus rapide dans les dernières années qu’à Sophia-Antipolis (Alpes maritimes), modèle et prototype de technopôle, ne compte en 1987 que pour un peu plus de 1 % des emplois. Car, comme le rappelle André De Los Santos les 1 300 emplois supplémentaires apportés en 1975 et 1987 pèsent peu en regard des 30 000 perdus durant la même période par l’ensemble de l’industrie. Mais la structure de l’emploi change rapidement : entre 1981 et 1987, toujours, 75 % d’ingénieurs en plus, 30 % d’ouvriers qualifiés en moins. Seulement les masses au départ n’étaient pas les mêmes. Si l’on considère au contraire le tertiaire dans ses limites classiques, les emplois de moyenne responsabilité ou plus modestes encore, cadres moyens et employés, paraissent entraîner le mouvement. L’image du changement social reste complexe.

21Marseille assurément est un pôle – et même de technologie nouvelle. En cela le rattrapage, le comblement du hiatus, imposé par le refus des grandes industries tayloriennes (les affaires en place ou la combativité ouvrière ?) semblent acquis : les coups manqués ne paraissent pas se cumuler dans le temps et c’est heureux. Mais, parallèlement, un désaccord de plus en plus grave s’établit entre la population marseillaise, dans sa composition actuelle, et les éléments tendanciels de l’emploi. Problème crucial, dont on peut espérer qu’il s’atténue si l’insertion des classes populaires, adultes ou adolescents peu ou mal qualifiés, progresse et que de nouvelles générations prennent le relais. Mais le moment est difficile, car les jeunes gens qui accèdent à l’âge de travailler ont encore peu de chances de présenter les caractéristiques exigées par les emplois nouveaux. On sait que nos sociétés sécrètent volontiers deux types d’emploi – toutes les enquêtes internationales le confirment. Des métiers non qualifiés pour la plupart (ou de qualification restreinte), bouche-trou actuel de la mécanisation : le serveur de Mac Donald’s, par exemple ; des métiers hiérarchisés mais réclamant plus ou moins une formation approfondie – technique et culture générale – à des degrés variables. Un excès de dichotomie n’éviterait ni le chômage, ni une division sociale dangereuse.

22Marseille, pôle de technologie nouvelle, l’affaire n’est pas si mal partie, même si l’on entend par Marseille sa région urbaine. La ville doit répondre d’autre part, au moins pendant une phase transitoire, à une autre exigence de création d’emplois. Question d’investissement : existe-t-il des chances, y compris dans les branches qui sont passées tardivement au taylorisme, l’agro-alimentaire entre autres, d’attirer des établissements ? L’installation à La Ciotat d’une grande firme suédoise de boissons fruitées, avec en point de mire le marché africain, n’est pas inutile. En liaison avec les anciens bassins portuaires, d’autres affaires seraient à fixer. Mais Marseille ville ne bénéficie pas toujours des avantages réservés aux zones de conversion, ni même de zones industrielles organisées. L’exigence sociale est là et le manque d’espace est peut-être une réponse courte. L’attachement noble, viscéral à certains métiers de type presque artisanal, que l’on trouvait dans les formes anciennes de la construction et de la réparation navales, peut-il trouver des relais ? Parallèlement, il convient donc de former, même à des emplois modestes, cette population faite d’adultes, de jeunes gens à rattraper. N’y a-t-il pas une ambition expérimentale à situer là un challenge, comme disent les Anglais ? L’excellence du pôle ne perdrait pas à cette réussite, car le problème est assez général pour tous les Européens et au-delà.

23Les tâches de formation sont indispensables à l’affirmation d’un pôle urbain moderne. L’investissement va naturellement aux régions qui disposent d’un système efficace, même s’il n’est pas ponctuellement ajusté à tel ou tel métier. Ce fut la chance du Midi en général d’avoir suivi cette tradition, ou mieux cette filière, alors que l’industrie passait à côté. Marseille « bénéficiait » au contraire d’industries peu exigeantes, recevait des populations sans formation, et n’avait point d’exigences très fortes en matière de qualification voici encore une génération. Curieusement, la plus grande ville du Sud n’atteignait pas les extraordinaires indices de scolarisation de Nice, Toulouse ou Montpellier – et même des villes plus médiocres du Languedoc ou de l’Aquitaine. Inversion curieuse qui tient certainement à la mobilité du peuplement, au départ des diplômés, à une énorme expérience de formation sur le tas qui, voici deux générations, caractérisait encore le marché du travail et ne poussait ni les parents, ni les enfants à aller jusqu’au bout d’un cycle. Cet aspect marque les emplois tertiaires comme ceux de l’industrie. Au-delà de l’école élémentaire (qui a bien fonctionné), de quelques formations techniques (l’École pratique d’industrie et l’École supérieure de commerce) et d’études entamées dans le second degré ou poursuivies jusqu’au brevet, Marseille était encore, au début de ce siècle, un lieu assez extraordinaire de formation autodidacte. Il fallait une forte culture populaire et de classe moyenne pour que cette solution réussisse. Actuellement, un tel système est obsolète, dangereux, non seulement en contradiction avec la structure des emplois, mais aggravé par l’ampleur de la population sans activité. La ville et la région urbaine ont engagé un remarquable rattrapage et je ne pourrai plus dépeindre les prolongements de l’étang de Berre, comme il était nécessaire de le faire vers 1960 : des établissements souvent excellents – les classes élémentaires et jusqu’au brevet dans certains cas – un second degré monopolisé par Aix et Marseille, et dans des formes très classiques, oubliant par exemple la tradition de l’enseignement « spécial » et de l’apprentissage des langues « orientales ». Mais l’enseignement supérieur n’est peut-être pas, malgré ses effectifs, aux dimensions d’une métropole. La division Aix/Marseille a joué dans le sens protectionniste et a réservé, pendant longtemps, moins de résonance à chaque faculté prise en particulier. Il faudrait suivre de plus près l’effort sérieux de la Chambre de commerce pour lancer un enseignement supérieur des affaires, le renouvellement du droit et de l’économie et des réussites exceptionnelles dans telle ou telle discipline. Mais Marseille et Aix furent aussi jusqu’à la toute dernière génération des lieux de transit universitaires. L’avenir se joue dans la consolidation et l’ouverture de ce système, car la territorialisation, si contraire aux habitudes et à la curiosité marseillaises, l’a trop souvent emporté. Or c’est en termes de concurrence internationale que les Universités doivent aussi traiter leurs affaires aujourd’hui. Sur les cartes d’effectifs étudiants, Aix-Marseille représente le plus gros cercle après Paris : c’est une lourde responsabilité.

24Regardons un court instant les chiffres : le flot d’étudiants pour les trois universités et autres institutions para-universitaires dépasse en général 5 % de la population étudiante française. Ces établissements exercent donc un pouvoir de formation et d’attraction supérieur à leur bassin démographique donné (Bouches-du-Rhône, Vaucluse, départements alpins, soit un peu plus de 4 % de la population française). Comme on pouvait s’y attendre, médecine et pharmacie y sont plus représentées que les autres disciplines ; en revanche, lettres et sciences sont à égalité. La faiblesse n’apparaît qu’au recensement des I.U.T. Aix-Marseille reste un pôle décisif dans la région P.A.C.A. (plus de 70 % des étudiants de la région), alors que droit, économie, I.U.T. sont relativement plus présents autour de Nice et, subsidiairement, de Toulon. Le rôle régional de la métropole est donc peu contestable, en tout cas son poids intellectuel. Mais la médaille a un revers : d’autres indicateurs sont moins favorables. La délivrance des diplômes d’études approfondies (point de passage presque obligé pour la préparation des thèses) tombe souvent à des quotas peu différents de ce que représente en moyenne la population du ressort académique. Comparaison grossière mais peu satisfaisante : les quotas ne s’élèvent que coup par coup, culminant avec les sciences de la vie et de la santé (6,6 % de l’effectif français) et la chimie ; ils sont honorables pour l’informatique et l’automatique (4,4 %). À l’inverse, on retrouve la vieille affinité (et pourtant les changements de population n’ont pas été minces) pour les disciplines juridiques et politiques (près de 10 % des diplômés de France) et l’histoire alors que l’économie fait un bond : mélange de tradition et de modernisme, mais qui ne fait pas de ce bloc universitaire, le deuxième de France, un « pôle » aussi puissant, capable de peser sur le marché interne de la science et de la culture qu’on le penserait. La métropole marseillaise (compte tenu de l’apport aixois) conserve des réserves de développement. Accroître ce tertiaire n’est pas signe de déclin !

25La formation supérieure technique, celle des ingénieurs, demeure déficitaire : le manque de tradition industrielle joue en ce domaine. Dans l’ensemble de la France, les anciennes écoles, écoles des Mines, notamment, converties à de nouveaux « créneaux », constituent par exemple un réseau puissant. À proximité d’Aix-Marseille, seule Alès, dans le Gard, les représente. Il a fallu que les collectivités et les institutions s’efforcent de relancer les écoles locales : avec l’Institut méditerranéen de technologie, la préparation des ingénieurs s’insère dans le dispositif du technopôle de Château-Gombert, sous l’action de la Chambre de commerce ; les écoles de chimie fusionnent ; les Arts et Métiers d’Aix, valeur sûre du passé (la mécanique des chemins de fer et de la navigation) s’ouvrent à de nouveaux horizons. Comptons ici plus que sur des réserves de développement : un déficit à combler, auquel s’attache aussi l’université.

26Ces problèmes de formation – particulièrement de haut niveau – sont décisifs. Ils commandent une meilleure harmonie entre population et emplois, au moins à terme ; leur maîtrise doit répondre à la demande que les diplômés fixés ou sollicités formulent pour leurs enfants, parfois pour eux-mêmes. La qualité de l’enseignement est la première exigence des cadres, quand ils sont placés devant la situation de changer de lieu de travail : leur destin joue individuellement ou collectivement quand une entreprise envisage de transférer ses activités ou d’en créer dans un nouveau site. Elle détermine l’attraction des hommes et l’arrivée des investissements.

27La réflexion doit aller plus loin : la notion de métropole, de grande ville, est en train de changer. La théorie des métropoles d’équilibre appartenait encore au monde de l’extensif ; on attendait de celles-ci la présence de services rares et des équipements qui seraient mis à la disposition de la population régionale : l’ampleur, l’étendue de la clientèle étaient le facteur décisif. Version parfois déviée vers l’administratif, plus préoccupé de quadrillage que de développement. D’où les déceptions réservées par ces tentatives des années 1960. Aujourd’hui, en raison de la rapidité des innovations techniques, de la nécessité de créer des marchés plutôt que de les exploiter plus largement, l’offre devient organisatrice, plus qu’auparavant. Le minitel et le câble ont été imposés ou presque à une population dont les attentes étaient plus confuses. L’intensif plus que l’extensif entraîne le développement. D’autre part, la France est sortie de l’hexagone, subit la concurrence de l’Europe et parfois du reste du monde ; le système urbain est ébranlé par d’autres logiques que celles de la territorialisation, déjà dénoncées dans l’Europe rhénane, le Nord de l’Italie, le Randstadt hollandais. Les grappes de villes entretiennent entre elles des rapports multiples plus qu’elles ne sont enfermées dans leurs aires d’influence. La mégalopole au sens propre de terme. Ce qui fait donc la place, l’importance d’une grande ville, ce n’est pas le rayon qu’elle commande, mais la force intérieure (serait-elle étudiée dans une vaste région urbaine), l’aptitude à entrer à égalité ou presque dans un réseau international, à communiquer intensément avec d’autres pôles. Synergie, plus que simple concurrence ou complémentarité. Le rayonnement local ou régional, qui contribue toujours à accréditer des seuils de marché, est plutôt un effet qu’une cause, zone de déploiement plus que facteur explicatif. Il faut envisager d’inverser les filières d’enchaînement. Mais n’était-ce pas déjà présent dans des définitions de la métropole qui en faisaient la créatrice des régions plus que la simple expression d’une demande ? Simplement, l’échelle de régions est dépassée. Élisée Reclus évoquait déjà en 1879 un autre imaginaire urbain que celui des capitales gigognes :

  • 5 E. Reclus, cité dans Histoire de la France : l’espace français, p. 148.

Les populations des villes se sont non seulement rapprochées en fait… Elles acquièrent une sorte d’ubiquité. Une circulation nerveuse bien plus rapide que la circulation matérielle du commerce met en relations incessantes tous les points du territoire5.

28Or Marseille trouve dans sa tradition plus qu’un encouragement. La géographie « archipel », des informations et des ordres à distance se reconstituent, avec le privilège nouveau du temps réel. Le retour à cet imaginaire n’implique pas paradoxalement de cassure avec une mémoire plus ou moins consciente, mais au contraire un rejaillissement, en rupture avec l’imaginaire refuge qui résulte des décompositions et retraites depuis la fin du xixe siècle. Refuges, toute une série d’arguments, qui enregistrent le rétrécissement de l’espace : la satisfaction de constater que Marseille est le port privilégié de la P.A.C.A. ; qu’à défaut de s’imposer comme métropole, Marseille peut jouir de la qualité de chef-lieu, dans un département après tout bien peuplé et bénéficiaire dans les flux de la redistribution publique ; que la Méditerranée, berceau incontestable, est l’espace maritime que l’histoire et la géographie offrent sans plus au port et, pire, une menace ; que les grands courants méditerranéens, sur terre ou sur mer, risquent d’éviter, selon les règles d’un déterminisme géographique assez naïf, le port. Ce qui est en question, ce n’est pas la nature, mais la capacité de la place à attirer le trafic. La priorité donnée à l’informatique dans les projets portuaires ne doit pas seulement viser un meilleur fonctionnement, et surtout plus accéléré, mais la saisie des mouvements de fret international. Ce qui était le rêve initial du Centre méditerranéen de commerce international. La logistique d’information et de négociation devient aussi essentielle aujourd’hui que le support physique des transports de marchandises.

29Les recettes et les moyens de cette polarité ne sont pas simples répétitions du passé : le temps des capitaux locaux, du moins dans leur domination, est dépassé. Ce qui n’implique pas la disparition de fortunes locales, mais les investissements s’organisent à une tout autre échelle et il ne faut pas les confondre avec la circulation de l’argent, l’arbitrage entre zones de ressources et zones d’emplois, que Marseille assume encore en partie, dans la ligne de la Société marseillaise de crédit, au tournant de 1913. La Bourse, même automatisée, reste source d’animation et même de meilleure communication. Mais les grands problèmes d’investissements, publics ou privés, impliquent des négociations plus complexes. Menés par des chefs d’entreprises, des leaders des établissements publics ou des collectivités territoriales, ils sont largement résolus par des rapports de nature politique. La grande ville, la métropole nouveau style, devient collectivement un médiateur – et des médiateurs concrets, réels sont indispensables. La personnalisation du pouvoir, à l’échelon des localités, des collectivités territoriales ou des établissements, va dans le sens de cette évolution. C’est la réunion des capacités qui fait la métropole et lui donne cette polarité : échappe-t-on alors à une certaine exigence de centralité, qui n’est pas de banale géographie, mais articulation d’espaces et de pouvoirs ? Penser autrement la métropole, voilà certainement l’une des exigences.

30On pourrait aisément trouver dans les manifestations culturelles l’expression de ces changements. La « culture marseillaise » est aujourd’hui très loin de représenter la force d’un milieu et d’une tradition, et beaucoup s’imaginent la ville comme un désert, de ce point de vue, de l’extérieur mais aussi de l’intérieur. Marseille avait ses rites enracinés (même si l’origine était parfois récente), rites que transmet Le Caducée, par exemple. Elle avait aussi ses zones d’ombre : que sont les manifestations « culturelles » de l’immigration italienne, en dehors de ce qui paraît dans les aspects organisés, officiels, d’interventionnisme politique, venus de la Casa d’Italia, solidement installée à Marseille autour de 1900 ? L’expérience un peu plus tardive de Robert Ripa nous apprend plus sur les conditions de l’insertion culturelle, par étapes modestes mais sérieuses, que la couverture officielle ; ou, parmi les œuvres déjà citées, celle de René Allio. Marseille avait aussi sa culture bourgeoise, mais fortement stratifiée : le public proche du populaire, qui partageait les émotions de l’opéra, était distingué de la haute société, quand elle se piquait de goût et d’esthétique, et vantait des satisfactions plus subtiles qu’offraient les concerts classiques. Mais, en même temps, le théâtre Valette, définitivement choisi pour être le lieu de ces concerts, se voulait aussi « populaire ». Toutes les ambiguïtés demeurent ici entre les faux consensus et les barrières sociales, fortement ressenties, mais toujours susceptibles d’être transgressées.

31Le nouveau monde culturel s’inscrivait plutôt dans l’internationale des villes et, presque, la circulation des élites, à cette échelle. Le festival d’Aix, Antoine Bourseiller, Pierre Barbizet, les tentatives modernistes du Merlan, les ballets de Roland Petit, toutes manifestations qui ont tenu ou tiennent le devant de la scène, font partie du monde des artistes, avant de révéler Aix ou Marseille. Quelle que soit leur origine (quelques-uns sont en effet du pays), leurs animateurs apportent une culture, plus qu’ils ne font connaître une expérience locale. Là aussi les médiateurs jouent leur rôle. L’intelligentsia et les classes privilégiées (intellectuellement) constituent leur public. Dans une certaine mesure, leur renom peut entrer dans la logique, évoquée avec le système de formation : le « milieu culturel » qui permet de vivre à Marseille ou dans ses environs, quand on est cadre. L’avers de la médaille marseillaise présentée plus souvent sur son revers. À cela rien à dire tant que la veine ne s’épuise pas. Avec ses coups au théâtre, ses expositions et ses musées, moins « enracinés » en fin de compte, mais empreints d’une note moderniste, Marseille peut entrer dans l’internationale des grandes villes, même s’il manque le nombre et parfois la concurrence. L’édition, malgré ses fortes préoccupations locales (Marseille et sa région inspirent les auteurs autant que les critiques d’art ou les inventeurs de projets architecturaux), ou peut-être à cause de cette authenticité (la tradition des Cahiers du Sud), accède à une notoriété qui n’a rien de « provinciale ». La convergence d’une insertion dans le pays (souvent réduit à Marseille) et d’une sensibilité aux courants internationaux de la culture, parfois à travers la médiation de l’idéologie et de la politique, donne ce composé qui n’est donc pas rare dans des secteurs tout à fait différents de l’activité sociale, du capital aux recherches techniques, et au cours de périodes assez distantes. La dépendance à l’égard de ces courants que les Marseillais, pour les uns assimilent fort bien, pour les autres rejettent totalement comme étrangers, va plus curieusement de pair avec la proclamation d’autonomie et la revendication décentralisatrice. Tout ce tissu transparaît dans l’histoire culturelle de la ville, traduit en partie sa liberté de fait, liberté de la marge surtout. La culture marseillaise – le singulier convient mal, pourtant – dans la mesure où elle ne plonge pas dans le territoire, mais s’accroche à des rebords, est disponible. Autant dire qu’elle correspond assez bien à cette géographie d’archipel qui me semble dominer peu à peu le phénomène métropolitain, alors que, paradoxalement, la ville se diffuse de plus en plus.

32Ce qui est alors en question, c’est le fonds culturel, la « base » :

  • 6 R. Verheuge, Gérer l’utopie, p. 86-87.

Au commencement sont les quartiers : savoir-vivre, mœurs, pratiques sociales et culturelles diverses. Là est la genèse de l’animation et de l’action culturelle. Là est le début de la vie… Si ce travail n’existe pas, si, de plus, après avoir semé et cultivé l’on n’entretient pas, si l’on ne sélectionne pas parfois, si un va-et-vient ne s’effectue pas entre la base et le sommet, entre la périphérie et le centre, la fréquentation des équipements phares ne s’effondrera certes pas brutalement… mais il ne s’agira en aucune façon d’un développement culturel conçu pour 800 000 habitants. Bien sûr, certaines couches de la population, presque gagnées d’avance, fréquenteront toujours la Criée, mais il se créera une terrible dichotomie : d’un côté les professionnels de la création se produiront devant un public averti, de l’autre, et bien souvent implantée dans les quartiers défavorisés, la majorité vivotera6.

33Excellente analyse, dont je crains qu’après quelques signes contraires, elle ne se soit réalisée peu à peu, et pour les raisons que nous avons relevées, depuis les années 1970 surtout. Aix décline et Marseille se dichotomise, l’expérience de « Marseille en fête » me semble une étape significative. Il y avait pourtant un mouvement associatif, multiple, actif, capable d’utiliser les villages marseillais comme supports de cette sociabilité artistique. Les enjeux de la ville, dans sa cohérence, et de la métropole, dans son rayonnement et sa puissance culturelle, ne sont pas si étrangers que cela les uns aux autres.

34Même dichotomie si l’on se reporte aux cultures étrangères, à celles des célèbres immigrés. On confond les manifestations culturelles liées à l’origine et aux attaches linguistiques, religieuses, nationales et autres, et celles qui proviennent plus simplement de la situation sociale et géographique ; le chômage, l’enclavement, l’insertion impossible ou difficile dans le monde du travail, la culture de pauvreté tout court. Du coup, selon les sentiments ou les intérêts, on s’effraie ou l’on se prend d’étonnement admiratif devant la réussite maghrébine dans le quartier Belsunce : un chiffre d’affaires ahurissant – trois milliards et demi de francs par an, en 1985 – de produits hétéroclites ramenés en Algérie, puis une chute libre depuis les restrictions imposées par le gouvernement algérien. On oublie les véritables problèmes des « immigrés » de la Z.U.P. n° 1 ou des cités. Imaginaire brisé, fragmenté, s’il en est.

35En même temps, ce regard sourcilleux ou protecteur porté sur les cultures étrangères fausse cet autre capital marseillais, dilapidé aujourd’hui. Les langues et civilisations étaient apprises pour elles-mêmes, par curiosité ou nécessité marchande, ce qui exigeait de ne pas se tromper : le personnage de Fortuné Albrand, tout exceptionnel qu’il est, me paraît doté d’une force emblématique. Aujourd’hui, on cherche seulement des références à stigmatiser ou à légitimer, à travers des situations-brouillards. La grande perte de ce temps, me semble-t-il, est celle de la curiosité mondiale des Marseillais ou du moins étendue à travers une partie des mers et des continents. Rabougri par un phénomène européen, conçu au départ comme trop étroit, l’imaginaire s’est là aussi brisé et toute une richesse de contacts, d’expériences, dont la pratique des consuls faisait état, les traces matérielles (collections, musées, survivances des Expositions coloniales, bestiaires ou herbiers, fonds d’épiciers et de marchands de cartes) sont perdues, in situ, dispersées, ou devenues objets de brocante. L’exposition l’Orient des Provençaux fut une résurrection trop provisoire de quelques-uns de ces souvenirs. Or les réunir, les présenter, les faire vivre, ce n’est pas s’enfermer dans la nostalgie, c’est réveiller l’attention, susciter dans un monde entièrement renouvelé d’autres curiosités, intéresser les habitants au monde. Un imaginaire digne d’une ville archipel. Il ne reste de la mer que la poésie un peu fausse de Marcel Pagnol.

36Le tourisme, à Marseille, s’inscrit dans cette perspective. Activité tout à fait respectable, digne du passé, porteuse de relations multiples, s’il s’agit, bien entendu, d’un tourisme de grande ville et non d’un substitut pour cité vidée de son sang. Il y a deux tourismes : celui par lequel l’autre touriste est le spectacle principal ; celui qui permet de connaître une ville d’art ou pas, d’utiliser des points de passage renouvelés, de s’établir à l’articulation de la mémoire et de l’imagination. Quoi de plus « imaginaire » que les lieux de transit ? Je renvoie au magnifique livre de Julien Gracq sur Nantes, qui parle d’une ville connue, à moitié, par un jeune interne du lycée, et dont l’imagination est excitée par tout ce qui est deviné, entrevu, espéré de la ville au-delà des espaces fragmentés. D’autre part, le tourisme touche de plus près qu’on ne croit à la ville-pôle, ville d’attraction et de rayonnement, parce que dans la société actuelle le loisir et le travail s’emmêlent davantage, se justifient l’un par l’autre, dans la valorisation des lieux comme dans la multi-territorialité qui nous habite. De ce fait, le rapport Escande me semble très sage quand il se refuse de dissocier port et ville, l’un excluant l’autre et quand il lie urbanisme et développement portuaire, en évitant les solutions extrêmes : celle d’une fonctionnalité à part, à l’abri des grilles d’un côté ; une utilisation architecturale ou monumentale entièrement libérée de servitudes de l’autre. Le tourisme par navires n’est certainement pas obsolète.

37Les affaires, les habitants, les gens de passage : en 1840, les ingénieurs utopistes voulaient laisser la première place à ces visiteurs, étrangers ou non, cherchant dans la capitale la vitrine et les valeurs les plus affirmées d’une société en voie d’industrialisation. Pourquoi pas ? Le risque est alors de tomber dans la ville musée, autre version-cénotaphe et peu attractive, si l’on excepte quelques rares lieux d’art sanctifiés par la renommée ; mais l’émotion esthétique ou anthropologique (éprouvée sans les débordements de l’exotisme) peut se rencontrer ailleurs, parfois même dans un passé reconstitué comme mémoire, toujours en tout cas dans la ville vivante. Il n’est de pôle urbain qui ne s’imprègne de cette valeur. Encore faut-il que le passage existe. L’aéroport n’est pas seulement le lieu de départ ou d’arrivée de gens affairés : il est à la fois un reflet des relations de la ville et de sa région urbaine (tel est le sens, je pense, de l’appellation Marseille Provence), un outil dans le système de liaisons d’une métropole moderne (la discontinuité), un équipement exceptionnel qui, à l’intérieur de la région urbaine, établit de nouvelles centralités. La position géographique de Marignane, point d’équilibre entre la cité-mère, la vieille capitale aixoise et les espaces industriels de Caronte et de Fos, est significative, presque après coup, puisqu’au moment du choix de ce site, la structure de l’ensemble marseillais n’était pas aussi engagée ; sorte d’anticipation, comme l’avait été la Joliette, en son temps.

38L’aéroport ne commande pas nécessairement la recherche, l’innovation, le travail en matière de construction aérienne. La convergence des deux devrait néanmoins produire quelque effet. Le mythe californien tient aussi à ce double aspect de l’aviation, même s’il n’a plus la touche aventureuse du premier demi-siècle de l’air, jusqu’aux années 1960. Tout est entré dans les mœurs. Marseille, curieusement, est passée à côté de ce mythe, presque malheureusement. Car l’ère pionnière a existé, les rêves aux mesures d’une technique encore fragile, mais qui, par sa nouveauté, marquait plus les esprits que les régularités presque massives d’aujourd’hui. Mais, passé le temps utopique des aéroports dans Marseille même, les réalités se sont enchaînées : usines d’aviation, École de l’Air de Salon, Centre d’essais en vol d’Istres : un cycle de l’aviation, moins connu de l’extérieur, moins vécu de l’intérieur que d’autres cycles marseillais. Or les qualités de l’air et les espaces libres ne sont pas moindres qu’en Californie. On s’aperçoit alors que l’imaginaire n’est pas uniquement reflet, mais peut être cause ou non, selon sa force et son authenticité, d’expansion. Marseille n’a pas encore conquis tout à fait l’air et pourtant quelles perspectives !

39Cette modestie initiale vient sans doute du fait que l’aviation marchande a accompagné la ville dans ses besoins de services et de relations, plus qu’elle n’a anticipé sur la capacité de Marseille à s’imposer comme grand pôle ; elle est contemporaine des replis plus que des grands rêves. Dans la structure des lignes régulières, journalières et hebdomadaires, on lit cette valorisation de deux espaces privilégiés des relations humaines entretenues par la ville et son proche environnement : la France intérieure, Paris en tête (pour des raisons évidentes), plus de la moitié du trafic ; l’Afrique du Nord, autour du quart. Des indicateurs qui vont un peu dans le sens de la « provincialisation » de Marseille. En revanche, des progrès incontestables à moyen terme dans le trafic des lignes internationales, avec quelques tendances curieuses, mais révélatrices : les liaisons hebdomadaires n’expriment pas une primauté particulière de la Méditerranée. Londres et Milan sont plus pratiquées que Madrid ou Barcelone ; Venise et Francfort plus que Barcelone et Athènes. On peut y deviner – et c’est incontestable – une insuffisance des relations méditerranéennes, mais la bonne tenue des grandes places du Nord et, en même temps, un encouragement, si l’on pense que l’hinterland et l’horizon lointain doivent se retrouver, moins distincts, dans le projet marseillais pour qu’il ait un sens. La frontière, c’est la ligne internationale plus lointaine : l’Amérique, avec l’anticipation sans doute difficile d’une ligne vers New York ; l’océan Indien et au-delà. Politique de l’offre ou politique de la demande ? L’intégration européenne risque de redistribuer des cartes. Marseille se doit alors d’être présente, mais les logiques vont dans le sens du cumul ; aéroport et pôle sont liés ; culture internationale « ouverte » et relations aériennes. Comportements et décisions économiques se légitiment mutuellement. L’imaginaire ne démarque pas, uniquement après coup, les orientations lourdes de l’économie ; il n’est pas simple produit, mais détermine lui-même des attitudes et des actes.

Notes

1 M. Chevalier, op. cit., p. 119-120.

2 A. de Los Santos, op. cit., p. 103 et 105.

3 M. Roncayolo, « Le rôle de Marseille dans le développement de la région », dans Les cahiers de la République, mars 1963, n° 53, p. 229.

4 M. Wolkowitsch, « Marseille », dans J. Beaujeu-Garnier, La France des villes, Sud-Est, p. 60 et suivantes.

5 E. Reclus, cité dans Histoire de la France : l’espace français, p. 148.

6 R. Verheuge, Gérer l’utopie, p. 86-87.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search