Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

3. L'enquête ou le théâtre de relations sexualisées

Les escort(e)s, leurs clients et les effets de la construction d’une communication par Internet

Sylvie Bigot

Texte intégral

Encadré méthodologique
 

L’enquête qualitative par entretiens semi-directifs a été menée en France entre mars 2003 et mars 2006 auprès de 25 clients et 22 escort(e)s – 13 femmes et 9 hommes. Âgés de 27 à 54 ans, les clients interrogés sont célibataires, mariés, divorcés, pères de famille. Ils sont très majoritairement dirigeants d’entreprise, cadres supérieurs ou équivalents. Les escort-boys interrogés ont entre 25 et 32 ans, sont pour la plupart diplômés de l’enseignement supérieur et exercent une activité professionnelle en parallèle. Du côté des escort-girls, l’éventail d’âge est plus large (21 à 50 ans), elles sont légèrement moins diplômées et exercent moins souvent que leurs confrères masculins une activité professionnelle.
 

J’ai utilisé deux modes de recrutement, d’une part la sollicitation d’escort(e)s et de clients identifiés au préalable sur Internet et, d’autre part, le dépôt sur certains sites d’une annonce expliquant que je cherchais à interroger des escort(e)s et des clients. Au total, sur les 22 escort(e)s interrogé(e)s, 14 ont répondu positivement à mon mail de sollicitation, 5 ont été recrutés par un tiers (des clients le plus souvent), et 3 ont pris directement contact avec moi. Quant aux clients, j’en ai sollicité 3 directement, 4 m’ont contactée en pensant que j’étais une escorte et ont finalement accepté ma demande d’entretien, et 18 m’ont contactée d’eux-mêmes pour participer à l’enquête. 17 entretiens ont été faits en face à face dans plusieurs villes françaises, 3 par téléphone, 13 par mail et 9 par messagerie instantanée (chat). Dans 5 cas, plusieurs modalités de recueil ont été utilisées pour un même enquêté. Seules deux personnes (un client et un escort-boy) ont refusé le magnétophone lors de l’entretien de visu. Les entretiens par mail se sont étalés sur des périodes allant de deux semaines à onze mois. Ceux par chat ont également impliqué plusieurs contacts sur des durées variant d’une journée à deux mois et demi.
 

Les entretiens devisu enregistrés ont été transcrits intégralement, tandis que les entretiens par Internet ont été sauvegardés en fichier texte. L’ensemble de ce corpus – 3 600 000 signes, soit environ 1 345 pages dactylographiées – a ensuite été traité et organisé à l’aide du logiciel N vivo 2 qui permet de structurer le découpage thématique du matériau. Il ressort de cette enquête une pluralité de manières de se représenter et de vivre les relations tarifées, tant du côté des escort(e)s que des clients. On dénombre ainsi quatre profils d’escort(e)s – les naufragées, les entrepreneurs (pour le fun ou par vengeance), les assoiffées et les séducteurs –et six chez les clients : les comédiens, les laissés-pour-compte, les nostalgiques, les récréatifs relationnels, les récréatifs individuels et les dominateurs. Au-delà de cette diversité, trois grandes conceptions de la relation d’escorting émergent : l’escorting comme relation de service, l’escorting comme expression d’une domination et l’escorting comme relation affectivo-sexuelle à durée déterminée.
 

 

1Si les prostitué(e)s de rue sont relativement visibles dans nombre de grandes villes françaises, il n’en va pas de même pour celles et ceux nouant leurs contacts par Internet. Il y a encore quelques années, j’ignorais tout de la prostitution utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication. En 2002, alors que je réalisais mon mémoire de maîtrise sur la sexualité des femmes, j’ai appris de manière indirecte qu’une de mes enquêtées s’était prostituée quelques années auparavant en prenant ses contacts par Minitel. Internet ayant supplanté le Minitel, j’ai découvert que des femmes, mais aussi des hommes, s’exposent sur la Toile et proposent un accompagnement ou des services sexuels. À l’appellation de prostitué(e), elles ou ils préfèrent celle moins connotée d’escort(e), qui met davantage en avant l’idée d’accompagnement. L’escorting n’en demeure pas moins une forme de prostitution alliant subtilement sexualité, affects et argent. En France, la prostitution a fait l’objet de deux enquêtes majeures dans les années 1990, toutes deux centrées sur la rue : celle de Daniel Welzer-Lang et son équipe à Lyon (Welzer-Lang 1994) et celle de Stéphanie Pryen à Lille (Pryen 1999). De mon côté, j’ai opté pour un terrain moins exploré : l’escorting, autrement dit l’offre et la demande d’accompagnement ou de services sexuels sur Internet. Qui sont les personnes (hommes et femmes) qui proposent sur Internet, par le biais d’annonces, de chat, de sites ou d’annuaires, des services d’accompagnement ou des services sexuels ? Pourquoi le font-elles ? Comment le vivent-elles ? Qui sont les personnes (hommes et femmes) qui ont recours à ces services ? Que recherchent-elles ? Comment ressentent-elles les rencontres avec un(e) escort(e) ? Voilà les premières questions qui ont guidé mon travail de doctorat.

  • 1 D’après la Convention internationale du 2 décembre 1949 « contre la traite des êtres humains et l’e (...)

2Cette recherche s’inscrit dans un contexte particulier marqué par un regain d’intérêt pour la prostitution depuis le début de la décennie 2000. En 2002 en effet, le projet de loi sur la sécurité intérieure visant à faire du racolage passif et actif un délit a remis la question prostitutionnelle sur le devant de la scène médiatico-politique et les chercheurs en sciences sociales ont de nouveau investi cet objet de recherche. Les travaux de Saïd Bouamama et Claudine Legardinier sur les clients (2005), ceux de Marie-Élisabeth Handman, Janine Mossuz-Lavau et leur équipe sur la prostitution parisienne (2005) ou encore l’enquête d’Eva Clouet sur la prostitution étudiante (2008) ont d’ailleurs connu un certain retentissement médiatique à leur sortie : la prostitution ne laisse personne indifférent. Aborder la question de la prostitution, quelle que soit sa forme, n’est jamais une chose aisée dans la mesure où elle fait l’objet d’innombrables préjugés et suscite des réactions passionnées. Comme le souligne Welzer-Lang, le monde prostitutionnel est l’enjeu de débats « où différents courants sociaux, diverses idéologies politiques, des groupes de pouvoir s’affrontent » (1994, p. 216). Il semble qu’il faille, lorsque l’on s’intéresse à la prostitution, être abolitionniste ou réglementariste. Ainsi est structuré le débat aujourd’hui en France. Ces positions reflètent des idéologies et des visions particulières de la prostitution (Mathieu 2007). Si certains chercheurs affichent clairement leur parti pris, j’ai pour ma part décidé, autant que faire se peut, d’aborder mon terrain en laissant de côté mes convictions personnelles. Pour éviter que les enquêtés ne se questionnent sur mon parti pris – en tant que femme, je suis susceptible d’être classée parmi celles qui considèrent la prostitution comme une atteinte à la dignité des femmes, position largement dominante en France1 –, je rappelais régulièrement que je n’étais pas là pour juger qui que ce soit, mais pour recueillir, en sociologue, la parole des escort(e)s et des clients. L’escorting, comme les autres formes de prostitution, est profondément genré : la demande reste très majoritairement masculine et l’offre féminine. Malgré ce constat, je ne m’étais pas questionnée a priori sur l’incidence que pouvait avoir le fait que l’enquêteur soit… une enquêtrice. Cette question a surgi au moment du recueil des données, dans une réflexion plus large sur la relation enquêté(e)-enquêtrice. Le fait d’avoir utilisé des modes de recueil peu conventionnels comme Internet m’a incitée à questionner davantage cette interaction. Ce texte est donc issu d’une réflexion sur la manière dont j’ai mené cette enquête.

1. Recruter par Internet et rassurer

3Si le recours à l’observation est impossible quand on enquête sur les pratiques sexuelles (Bozon 1995), il n’en va pas tout à fait de même pour la prostitution. En effet, plusieurs enquêtes ont montré l’intérêt d’un travail ethnographique sur des lieux de prostitution comme la rue (Handman, Mossuz-Lavau 2005) ou les clubs (Brochier 2005). Toutefois, l’observation de la prostitution est nécessairement limitée : elle « s’arrête au seuil de l’activité proprement dite » (Handman, Mossuz-Lavau 2005, p. 21). Ce qui se passe entre le client et la prostituée échappe à toute observation dès lors qu’ils se retrouvent en tête à tête et ne peut être accessible que par le déclaratif. Aussi ai-je privilégié une démarche qualitative par entretiens semi-directifs retraçant la biographie des individus depuis leur enfance, insistant ensuite plus spécifiquement sur la pratique d’escort(e)s ou de clients, ainsi que sur le déroulement des rencontres tarifées.

4Une fois la démarche définie, il restait à « recruter » les personnes à interviewer. J’ai commencé des recherches sur Internet et envoyé de nombreux mails à des escort(e)s en indiquant que je réalisais une thèse sur l’escorting et que je souhaitais obtenir un entretien. Je laissais mes coordonnées téléphoniques ainsi que mon adresse mail. Si beaucoup de mails sont restés sans réponse, je suis malgré tout parvenue à réaliser 22 entretiens avec des escort(e)s. Le recrutement des clients, que j’imaginais plus délicat, n’a finalement pas posé de difficultés et le fait d’être une femme a sans aucun doute joué en ma faveur. Dans un premier temps, j’ai répondu à des annonces d’hommes cherchant des escortes. Soucieuse de ne pas créer de confusion, je déclinais d’emblée mon statut de doctorante en sociologie travaillant sur l’escorting. Julien (32 ans), le premier client avec lequel je suis entrée en contact par mail, m’a révélé l’existence d’un forum Internet sur lequel les hommes discutent entre eux de leurs expériences. Je me suis inscrite sur ce site, en utilisant mon prénom en guise de pseudo. Sur ce forum contenant un module « qui est en ligne », ma simple présence a suscité quantité de messages privés émanant de ces hommes curieux de savoir si cette Sylvie récemment inscrite était une nouvelle escorte. Cela m’a alors permis d’expliquer à chacun des clients m’ayant contacté quelles étaient les raisons de cette présence. J’ai pu réaliser 5 entretiens par l’intermédiaire de ce site.

5Julien ne m’a pas seulement indiqué ce forum : il m’a obligée à revoir mes modalités de recueil d’entretiens. Jusqu’alors, dans le cadre de ma thèse ou de recherches précédentes, j’avais systématiquement réalisé des entretiens de visu et je comptais continuer de la sorte. Or le premier enquêté client a exigé que nous fassions l’entretien par messagerie instantanée. Craignant des difficultés de recrutement si j’imposais le face-à-face, j’ai consenti à faire cet entretien par chat, tout en m’interrogeant sur la valeur que pouvait avoir un entretien recueilli de la sorte si l’on considère que « l’invisibilité corporelle, aussi bien celle du chercheur que celle des internautes, induit des interactions particulières » (Héas, Poutrain 2003, p. 3). Par la suite, dans le souci de faciliter la parole, j’ai laissé les enquêté(e)s choisir la manière dont l’entretien se déroulerait. Certains ont opté pour le mail, d’autres pour le chat, d’autres encore ont préféré un entretien de visu ou téléphonique, sachant que je laissais aux enquêté(e)s la possibilité de modifier leur choix initial. Ainsi, plusieurs entretiens commencés par mail se sont-ils poursuivis par chat et, pour certains d’entre eux, se sont achevés de visu, le changement de mode de recueil allant toujours dans le sens d’une plus grande interaction entre l’enquêtrice et l’enquêté(e).

6Pour que l’entretien puisse avoir lieu, il fallait instaurer une relation de confiance entre les enquêté(e)s. En effet, bien qu’étant une activité légale – la prostitution n’est pas interdite en France –, l’escorting, comme toute forme de prostitution, reste une activité stigmatisante. Les escort(e)s, mais aussi les clients souhaitent rester discrets sur leurs pratiques très souvent ignorées de leur entourage. De plus, les escort(e)s ne déclarent pas systématiquement leurs revenus provenant de rencontres tarifées : aussi la crainte d’être dénoncé(e)s est-elle présente. La réaction de Coralie (35 ans, mail) en est une illustration : « Avant de poursuivre, comment pouvez-vous me prouver votre vraie identité et vos bonnes intentions ? Je veux bien que vous fassiez une enquête sociologique, mais pourquoi vouloir des précisions sur ma déclaration à l’URSSAF ? Pour me dénoncer au fisc ??? » Pour éviter qu’elle n’arrête l’entretien, j’ai dû préciser mes positions et intentions :

Bonjour Coralie,
Je comprends très bien vos craintes, et j’ai sûrement été maladroite dans mes questions. Que faire pour vous prouver mes bonnes intentions ? Vous pouvez aller sur le site de mon laboratoire de recherche et voir que je suis bien inscrite en thèse (http://www.unicaen.fr/​mrsh/​lasar/​equipe.php), je peux aussi, si vous le souhaitez, scanner ma carte d’étudiante et mon contrat d’allocataire de recherche et vous l’envoyer en pièce jointe. Dites-moi si cela vous est nécessaire.
Quant au pourquoi de ma question sur votre déclaration à l’URSSAF, ce n’est évidemment pas pour vous dénoncer au fisc. Ma question est plus de savoir quelle a été l’attitude du personnel de l’URSSAF quand vous avez fait cette déclaration, si vous avez eu l’impression d’être (mal) jugée, etc. Pour information, j’ai fait un rapport pour la DDASS sur la prostitution (rapport que j’ai rendu en juillet 2004), et l’une des prostituées de rue m’a raconté toutes les difficultés qu’elle a rencontrées pour se déclarer, on l’a renvoyée sans cesse d’un bureau à l’autre. Je voulais savoir s’il en avait été de même pour vous. De plus, cette enquête m’a permis de mesurer à quel point le fisc et les redressements fiscaux avaient pu « foutre dans la merde » (excusez-moi l’expression) nombre de femmes, je ne me permettrais jamais de dénoncer qui que ce soit.
Enfin, sachez que je suis signataire de la lettre ouverte à J. Chirac lancée par l’association Femmes publiques pour demander l’abrogation de la loi Sarkozy qui fait du racolage passif et actif un délit…
Voilà, j’espère vous avoir convaincue de ma bonne foi. Je ne cherche absolument pas à attirer des ennuis à qui ce soit.
J’espère que vous êtes toujours partante pour poursuivre cet entretien, car j’ai vraiment besoin de témoignages comme le vôtre pour casser tous les a priori que les gens ont sur les prostituées et les escortes.
Bien cordialement,
Sylvie.

7Rassurée, Coralie a poursuivi l’entretien. Ainsi est-il parfois nécessaire de quitter une certaine neutralité en cours d’entretien pour ne pas rompre la confiance avec l’enquêté(e), rupture qui risquerait de mettre prématurément fin à l’échange.

2. Expression de la gêne, choix des mots et fidélisation des informateurs

8Selon Stéphane Héas et Véronique Poutrain, « les individus ne racontent pas leurs expériences de la même manière en langage oral et en langage écrit. Ce dernier induit une réflexibilité de l’individu par rapport à sa propre histoire » (2003, p. 6). Le fait que, dans le cadre de ce travail, les écrits des enquêté(e)s s’adressent à une (jeune) femme sociologue n’est pas sans incidence. En effet, il semble que les hommes, qu’ils soient clients ou escorts, éprouvent des difficultés à choisir leurs mots pour parler de sexualité. De visu la situation est plus simple, car chacun perçoit instantanément les réactions de son interlocuteur et peut alors ajuster sur-le-champ son vocabulaire, son attitude. Par mail ou chat il est impossible de savoir comment l’autre réagit, l’écran fait barrage, seuls les smileys et autres icônes peuvent imager les émotions, telles que la joie, la tristesse. Lors des entretiens par Internet, j’ai parfois ressenti une certaine hésitation dans la manière qu’avaient les clients de raconter leurs expériences sexuelles. Certains se sont d’ailleurs demandé si mes suggestions de précisions étaient vraiment justifiées par mon enquête ou relevaient d’un voyeurisme de ma part. À l’inverse, d’autres hésitaient à trop entrer dans les détails, de peur de passer pour exhibitionnistes. La pudeur était alors souvent de mise, les propos de Jacques (client, 54 ans, mail) en sont un exemple : « Je veux vous dire que je vais essayer de rester assez général : je ne sais pas le niveau de détails que vous attendez, par conséquent pour ce premier récit, je ne veux ni vous choquer ni vous paraître “exhibitionniste” – par écrit s’entend – ou vulgaire»

9En outre, la méconnaissance des attentes de l’enquêteur met parfois les enquêtés mal à l’aise :

Excusez-moi pour les moments un peu « hot », je dois vous dire ou plutôt vous écrire que j’ai mis un petit peu de temps avant de vous l’envoyer [ce mail]. Je me suis posé la question de savoir si cela avait un intérêt pour votre enquête puis j’ai relu votre dernière demande où vous me demandiez de préciser davantage, alors j’ai coupé la poire en deux : je vous l’envoie quand même en ayant supprimé quelques passages. (Étienne, 35 ans, mail)

10Un face-à-face aurait-il limité la gêne ? Rien n’est moins sûr, comme l’illustrent les propos d’un autre client que j’interroge sur ses pratiques sexuelles : « Ces questions me confortent dans mon choix d’échanger par messagerie ! Au milieu d’un bar, je ne serais pas trop à l’aise » (Jérôme, 44 ans, mail). La gêne de certains clients s’explique sans doute aussi autrement. D’aucuns pouvaient craindre que je sois une féministe abolitionniste condamnant le recours à la prostitution, comme le suggère un client en fin d’entretien : « Vous arrivez à garder un ton amical alors que les femmes en général sont opposées et très critiques envers un homme qui fait appel à une quelconque forme de prostitution » (Jérôme, 44 ans, mail). Les enquêtés signalent que l’absence de jugement moral de ma part ainsi que l’ambiance dans laquelle se sont déroulés les échanges ont favorisé leur parole :

Une chose très importante est le fait qu’à aucun moment de notre entretien vous ne m’avez jugé et j’ai trouvé cela extrêmement respectueux et honnête. Voilà les raisons qui m’ont poussé à vous livrer beaucoup de mes petits secrets. Je crois aussi au « feeling » et je pense que je sentais bien celui-ci (rires), le courant passait bien et cela me faisait plaisir de discuter avec vous. (Guy, 47 ans, mail)

11Comment faire, justement, pour que le « courant passe bien » ? Quelles que soient les recherches auxquelles j’ai pu participer, la relation d’enquête m’est souvent apparue comme asymétrique : l’enquêté(e) donne beaucoup – de son temps, de son histoire – et ne reçoit rien en retour, si ce n’est une écoute attentive. En face à face, pour compenser cette asymétrie, lorsque les enquêtés se montraient un peu curieux, je prenais le temps de parler de moi une fois l’entretien terminé. En revanche, pour les entretiens par Internet – qui, rappelons-le, s’inscrivent dans la durée – il m’est apparu nécessaire de ne pas tout reporter en fin d’entretien pour rendre la relation d’enquête moins asymétrique. Aussi, tout en m’interdisant de laisser transparaître un quelconque jugement, force est de constater qu’au fil du temps, la confiance grandissait et que les échanges se personnalisaient. Chaque mail commençait et se terminait par des salutations, de même que je remerciais systématiquement l’enquêté pour ses précédentes réponses. C’est au cours de ces échanges informels entourant l’entretien proprement dit que se noue la relation, parce que s’y glissent des informations sortant du cadre de l’enquête. Ainsi, lorsque j’avertissais les enquêté(e)s de mes absences de quelques jours pour cause de colloque ou de séjour à l’étranger, ne manquaient-ils pas, dès mon retour, de s’enquérir de ces événements. Dans le même ordre d’idées, un client a senti au travers d’un mail un changement d’attitude de ma part. J’avais pris l’habitude de terminer par « au plaisir de vous lire », or un jour, répondant plus vite que d’habitude, j’ai oublié cette mention. Cela n’a pas échappé à l’intéressé qui a terminé sa réponse par ces mots : « Vous ne mentionnez plus “au plaisir de vous lire”, la passion s’estompe ! Pour ma part c’est avec plaisir que je répondrais encore à vos questions. » Aussi ai-je commencé mon mail suivant par : « Bonjour. Merci pour votre réponse. Je suis contente que vous répondiez toujours avec autant de plaisir à mes questions. En voici encore quelques-unes… », et terminé par : « Au plaisir de vous lire. Bonne journée. » L’enquêté a été sensible à ces quelques phrases puisqu’il m’a écrit : « Je vois que vous souriez à nouveau, c’est plus agréable. Merci. Je vais donc prendre encore du plaisir à vous répondre » (Aimé, 52 ans, mail).

12Cet extrait illustre à quel point les enquêtés sont sensibles à la relation qui s’établit et combien les hommes et a fortiori les clients s’investissent dans les entretiens par Internet. Le fait qu’ils s’adressent à une femme, et le fait qu’il me semblait plus simple de gérer une éventuelle relation de séduction par Internet plutôt qu’en face à face, a sans doute influencé le fort investissement des clients. D’ailleurs, lorsque les entretiens se terminent, certains interviewés déclaraient souhaiter poursuivre les échanges : « Fin de l’entretien, Snif ! », « Je dois vous avouer que je m’étais habitué à communiquer avec vous et le fait de savoir que notre entretien se terminera bientôt, me rend un peu tristounet (sourire) » (Jacques, 54 ans, mail). Aussi n’ai-je pas effacé les enquêtés de ma liste de contacts, ils peuvent donc toujours me joindre aisément lorsque je suis en ligne. Certains m’envoient de temps en temps un message pour prendre des nouvelles, se renseigner sur l’avancement de ma thèse, ou encore me raconter leurs nouvelles aventures. En deux mots, je fais désormais partie de leur réseau de connaissances.

3. Entre confidence et thérapie : des assignations de place sexuées

13Au cours de cette recherche, alors que je spécifiais systématiquement que j’étais doctorante en sociologie et que je les contactais dans le cadre d’une étude universitaire, les enquêté(e)s voyaient en moi davantage qu’une enquêtrice. J’étais pour eux tantôt une confidente, tantôt une thérapeute. Dans la mesure où cette assignation de place ne me paraissait pas perturber l’entretien, voire favorisait la parole de l’enquêté, je ne cherchais pas à la contester. Parce que mon guide d’entretien invitait à se raconter, depuis l’enfance jusqu’à la période présente, en insistant plus spécifiquement sur la pratique d’escort(e) ou de client, l’entretien pouvait prendre la forme d’une confidence. L’enquêtrice que j’étais devenait alors la « bonne copine » à qui l’on raconte ses joies et peines de cœur. Entre femmes cette configuration est courante, celles-ci préférant les confidentes aux confidents (Ferrand, Mounier 1993). Dans La transformation de l’intimité, Anthony Giddens évoque ainsi l’idée selon laquelle à partir du xviiie siècle les femmes, « nanties de leur statut de spécialistes des affaires de cœur, commencèrent à se fréquenter les unes les autres en égales du point de vue personnel comme social, au sein du spectre plus large des divisions de classes » (2004, p. 60). Aussi ai-je ressenti une certaine connivence avec les escort-girls, quel que soit le mode de recueil des entretiens. En filigrane apparaissait dans leur discours l’idée selon laquelle « entre femmes on peut se comprendre », comme l’illustrent ces propos : « C’est tellement facile d’être ailleurs quand on te saute. Tu en as peut-être déjà fait l’expérience, la plupart des nanas tu leur dis, elles savent très bien de quoi je parle. On sait toutes le faire » (Pascaline, 28 ans, De visu). De plus, le tutoiement semblait aller de soi entre femmes, tandis qu’avec les hommes, qu’ils soient clients ou escort-boys, le recours au vouvoiement était plus fréquent, quel que soit le mode de recueil de l’entretien.

14Les hommes, pour leur part, sont davantage prêts à établir une relation de confidence avec une personne de sexe opposé (Ferrand, Mounier 1993). De fait, ceux que j’ai rencontrés ont parlé – et même longuement – et exprimaient l’envie d’être écoutés, d’être entendus. Les nombreux mails reçus de la part de clients désireux d’apporter leur témoignage traduit bien ce besoin de parole. Plusieurs d’entre eux m’ont alors considérée comme leur confidente : « Actuellement, je me suis plus confié à vous que je me suis confié à quiconque, dans ma famille depuis plusieurs années » (Arthur, 30 ans, de visu), « Non, je n’ai pas de confident… Enfin, plutôt je n’en avais pas mais vous êtes devenue une “confidente” » (Daniel, 54 ans, chat), « notre “liaison” fait de toi quasiment une “confidente” » (Michel, 44 ans, mail). L’emploi du mot « liaison » n’est pas anodin : il révèle l’ambiguïté d’une relation « épistolaire » ayant trait à la sexualité entre une enquêtrice et un homme en couple qui profite des absences de sa compagne pour répondre aux mails depuis le domicile conjugal. Si je ne contestais pas l’assignation de place de confidente, j’ai en revanche demandé à Michel d’être prudent : je craignais que sa femme ne découvre notre « liaison », me prenne pour la maîtresse de son mari, puis réalise, en lisant nos mails, qu’il l’avait trompée avec une escorte.

15Dans le prolongement de la confidence, l’entretien de recherche, bien que n’ayant pas pour vocation d’être thérapeutique, peut avoir ce genre d’effets du point de vue de l’enquêté(e). J’étais parfois considérée comme un « psy » : « Il est vrai que ce regard sur mon passé, je ne l’aurais jamais fait sans vous, vous êtes un peu comme un psy, me faisant faire une sorte d’analyse » (client, 50 ans, mail), « Aujourd’hui, ce témoignage tombe à pic, et cela me permet de faire le point sur cette période de ma vie et passer à autre chose » (escort-girl, 36 ans, mail), « C’est une sorte de psychothérapie… Merci d’être venue ! » (escort-boy, 29 ans, De visu). Notons que les enquêté(e)s auprès desquels l’entretien s’est déroulé par Internet ont plus souvent que les autres exprimé le « bienfait » que leur avaient procuré nos échanges. En réponse, je les remerciais à mon tour de m’avoir accordé autant de temps et d’avoir ainsi contribué à ma thèse. Pour certains hommes, l’« effet thérapeutique » tient au fait que je sois une femme, les clients isolés affectivement et sexuellement ayant peu d’occasions d’échanger avec une femme, comme l’exprime l’un d’eux : « Ce fut un plaisir […] peut-être un peu égoïste, j’ai enfin pu parler avec quelqu’un de la gent féminine de questions plutôt intimes… Et ça me manque tellement d’avoir une oreille féminine attentive… » (Jacques, 54 ans, mail). À l’inverse, l’entretien peut faire ressentir avec plus d’acuité ce qui leur fait défaut et accentuer alors leur malaise : « Je voudrais partager ma vie avec quelqu’un. Je pense que c’est ce qui me manque le plus maintenant, et plus encore depuis que j’ai entamé cet échange avec vous » (Étienne, 35 ans, mail). Me sentant coupable d’avoir rendu sa solitude plus amère et ne sachant que lui répondre à ce sujet, je n’ai pas rebondi sur cette phrase dans mon mail suivant.

4. De la séduction dans les entretiens par Internet et en face à face

16Enquêter auprès d’hommes quand on est une femme pose inévitablement la question des rapports de genre. Dans une société hétéro-normée comme la nôtre, toute relation entre un homme et une femme peut être empreinte de séduction. La relation d’enquête n’échappe pas à la règle, et ce d’autant plus quand l’enquête traite de sexualité. Georges Devereux rappelle d’ailleurs qu’« un entretien sur la sexualité, même s’il s’agit d’une interview scientifique, est en lui-même une forme d’interaction sexuelle qui peut, dans certaines limites, être entièrement vécue (lived out) et résolue sur un plan purement symbolique ou verbal » (1980, p. 160). Lors des entretiens avec les hommes et a fortiori avec les clients, la séduction était bel et bien présente. Le recueil d’entretien par Internet a d’ailleurs certainement renforcé cette dimension. En effet, l’anonymat associé au rapprochement que permet la relation virtuelle crée une fausse intimité. En outre, le chat est de plus en plus utilisé pour draguer, voire se masturber dans le cadre de relations « cyber-sexuelles ». Aussi a-t-il souvent fallu rappeler que l’entretien n’était pas une conversation amoureuse ou sexuelle, mais bien un entretien de recherche. Malgré ces recadrages, nul doute que le fait que je sois une femme et le jeu de séduction implicite sous-tendent cet échange ont favorisé la parole de certains clients, comme le déclare ouvertement Sylvain, 40 ans, à l’issue d’un entretien par chat étalé sur deux mois et demi : « Ce que je sais aussi c’est que si tu avais été un garçon je n’aurais pas pris tout ce temps. »

17La relation de séduction fausse-t-elle la parole de ces hommes ? Rien n’est moins sûr. À côté de ce qui pouvait apparaître comme des discours de valorisation de soi, ces hommes m’ont confié des choses qui les dévalorisaient. D’ailleurs, certains s’étonnaient d’oser se dévoiler autant :

Tu vas tout savoir de moi ! Pff… Je réponds à ta question : sentiments de honte, honte d’avoir craqué pour juste 5 minutes dans une chambre sordide avec une fille qui comptait les mouches au plafond […]. Inutilité, mal à l’aise, image négative de moi alors… pas glorieux… Faut vraiment que je t’apprécie pour oser te dire tout ça ; j’ai jamais dit ça à qui que ce soit. (Philippe, 50 ans, chat)

18Pour atteindre cette liberté de parole, il m’a fallu instaurer un climat de confiance, en entrant éventuellement un peu dans le jeu de la séduction, tout en en contrôlant les limites. Dans le cadre des entretiens en face à face, c’est le lieu qui permettait, entre autres, de maintenir ces limites. Choisir un lieu pour faire un entretien de visu n’a rien d’anodin et je n’ai pas eu la même attitude avec les clients et les escort(e)s. En effet, dans mes précédentes enquêtes, je laissais l’enquêté(e) choisir l’endroit qui lui convenait et acceptais d’aller à son domicile. Or, dans le cadre de la présente recherche, lorsqu’un client optait pour un entretien en face à face, je demandais à ce qu’il se déroule dans un lieu public : je voulais signifier au client mon intention de lever toute ambiguïté sur la nature de la relation. J’ai réalisé par la suite que cela n’était pas forcément perçu ainsi par les clients, puisque de nombreuses escortes prennent justement soin de rencontrer tout nouveau client dans un lieu public. Toutefois, à mon grand soulagement, les clients rencontrés en face à face se sont montrés très courtois et n’ont pas insisté outre mesure pour que je tente une expérience tarifée avec eux. Par ailleurs, alors que je laissais aux escort(e)s le libre choix du lieu de l’entretien, il est intéressant de noter que les hommes et les femmes n’ont pas réagi de la même manière. En effet, les escort-girls ont souvent proposé de me recevoir à leur domicile, tandis que les escort-boys ont davantage opté pour un lieu public (bar ou restaurant). Peut-être craignaient-ils, en me recevant à leur domicile, que je leur demande de « tester » gratuitement une relation tarifée, ou bien ont-ils pensé que je serais moins à l’aise chez eux que dans un lieu public. Si plusieurs clients ont proposé, notamment lors des entretiens par Internet, de faire de moi une escorte, c’est une femme, Anna, escorte trentenaire et bisexuelle, qui s’est montrée la plus insistante. Alors que je la sollicitais par mail pour un entretien, elle posa comme condition ma participation à un « trio » afin de satisfaire l’un de ses clients. Selon elle, « parler de ces choses-là se fait avec quelqu’un avec qui on se sent en confiance et effectivement on aurait pu partager cette confiance en entrant toutes les deux dans le domaine de l’autre ». Cette anecdote pose une question de fond : jusqu’où l’enquêteur doit-il s’impliquer pour gagner la confiance des enquêté(e)s ? Faut-il se plier à toutes leurs exigences ? Chaque enquêteur a ses propres limites, les miennes étaient de ne pas m’impliquer sexuellement. N’ayant pas réussi à convaincre cette femme que la confiance pouvait s’établir sur une autre base que celle proposée, j’ai choisi de renoncer à cet entretien.

 

19Toute relation d’enquête est complexe à gérer, tant pour l’enquêteur(trice) que pour l’enquêté(e). Elle l’est davantage lorsque l’enquête touche à l’intime et aux pratiques sexuelles, et plus encore quand le sexe de l’enquêteur(trice) et de l’enquêté(e) diffère. Une analyse rétrospective des conditions de production des entretiens m’oblige ainsi à reconnaître que je ne les appréhendais pas de la même manière selon que les enquêtés étaient des hommes – et a fortiori des clients – ou des femmes, mais aussi selon le mode de recueil des entretiens. L’enjeu, compte tenu du sujet, était d’afficher une absence de prise de position sur la prostitution et d’insister sur le caractère universitaire de mon travail. Je me posais avant tout comme une chercheure désireuse de recueillir une parole afin de rédiger une thèse sur l’escorting. Si cette neutralité est assez simple à mettre en œuvre, impossible en revanche de masquer aux enquêté(e)s que je suis une femme. C’est avec les hommes que j’ai ressenti de manière plus accrue que j’étais à la fois enquêtrice et femme. J’ai parfois joué de ce double statut, notamment lors des entretiens par Internet, tolérant une certaine séduction et esquivant en douceur les avances des clients me proposant une relation tarifée. Par ailleurs, indépendamment de mon statut de femme, j’ai accepté d’endosser le rôle de confidente, voire de thérapeute, tout comme j’ai accepté de temps à autre de parler de moi afin de rendre l’interaction moins impersonnelle. Toute enquête nécessite la mise en place d’un protocole de recherche. Mais il serait illusoire de penser qu’avec les mêmes outils, un autre enquêteur – quel que soit son sexe – obtienne strictement les mêmes résultats. Si le protocole d’enquête est reproductible, les interactions enquêteur-enquêté(e) sont chaque fois uniques. La relation d’enquête est interpersonnelle et non reproductible. Ce que l’enquêté(e) révèle lors d’un entretien, c’est à la fois ce qu’il ressent à un instant T, mais aussi et surtout ce qu’il est disposé à révéler à l’enquêteur, compte tenu du rôle qu’il lui assigne et du climat de confiance que l’un comme l’autre auront su créer.

Bibliographie

Bouamama Saïd, Legardinier Claudine, 2005, Les clients de la prostitution, l’enquête, Paris, Presses de la Renaissance.

Bozon Michel, 1995, « Observer l’inobservable : la description et l’analyse de l’activité sexuelle », Sexualité et sida. Recherches en sciences sociales, N. Bajos, M. Bozon, A. Giami, V. Doré, Y. Souteyrand dir., Paris, ANRS, p. 323-332.

Brochier Christophe, 2005, « Le travail des prostituées à Rio de Janeiro », Revue française de sociologie, no 46, p. 75-113.

Clouet Eva, 2008, La prostitution étudiante à l’heure des nouvelles technologies, Paris, Max Milo.

Devereux Georges, 1980 [1967], De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion.

Ferrand Alexis, Mounier Lise, 1993, « L’échange de paroles sur la sexualité : une analyse des relations de confidences », Population, vol. 48, no 5, p. 1451-1475.

Giddens Anthony, 2004, La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, Rodez, Le Rouergue - Chambon.

Handman Marie-Élisabeth, Mossuz-Lavau Janine dir., 2005,La prostitution à Paris, Paris, La Martinière.

Héas Stéphane, Poutrain Véronique, 2003, « Les méthodes d’enquête qualitative sur Internet », Ethnographiques.org, no 4. En ligne : [http://www.ethnographiques.org/2003/Heas,Poutrain].

Mathieu Lilian, 2007, La condition prostituée, Paris, Textuel.

Pryen Stéphanie, 1999, Prostitution et métier : une approche sociologique de la prostitution de rue, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Welzer-Lang Daniel, Barbosa Odette, Mathieu Lilian, 1994, Prostitution : les uns, les unes et les autres, Paris, Métailié.

Notes

1 D’après la Convention internationale du 2 décembre 1949 « contre la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution d’autrui » signée par la France en 1960, « la prostitution et le mal qui l’accompagne, à savoir la traite des êtres humains en vue de la prostitution, sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine et mettent en danger le bien-être de l’individu, de la famille et de la communauté ».

Auteur

Sylvie Bigot est docteure en sociologie au Centre d’études et de recherches sur les risques et les vulnérabilités (CERReV, EA), Université de Caen Basse-Normandie. Ses travaux portent sur l’intimité, le couple, la sexualité et la prostitution.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540