Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

3. L'enquête ou le théâtre de relations sexualisées

Ethnographie du milieu rugbystique. Situation d’ajustement dans un espace homosexué

Anne Saouter

Texte intégral

Encadré méthodologique
 

L’enquête en milieu rugbystique a duré cinq années (de 1992 à 1997), dans le cadre d’un DEA puis d’un doctorat en anthropologie à l’EHESS de Toulouse, sous la direction de Jean-Pierre Albert. Cette thèse a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2000.
 

La collecte d’informations s’est appuyée sur deux techniques complémentaires :
– l’observation participante : assister à des entraînements, des matchs, participer aux troisièmes mi-temps et autres rencontres festives (tournois amicaux, anniversaires). Elle a été menée dans plusieurs clubs de la région bordelaise, dont le club de Bègles, classés à divers niveaux de la compétition. L’intérêt s’est également porté sur les diverses classes d’âge représentées par les catégories sportives (de celle des mini-poussins à celle des vétérans). L’observation participante a surtout été menée dans des clubs de rugby masculin, mais elle a aussi concerné des clubs féminins. Pendant celle-ci, aucune note n’a été prise devant témoin : je ne voulais pas rappeler, de façon ostentatoire, mon rôle d’enquêtrice par crainte de créer de quelconques réserves chez les observé(e)s.
– l’enquête orale : les entretiens ont été menés avec des rugbymen, ou anciens rugbymen, également originaires d’autres clubs que j’ai pu rencontrer en diverses occasions (colloques, rencontres sportives, etc.). Ces entretiens individuels, semi-directifs auprès d’une vingtaine de personnes, ont été enregistrés, puis entièrement retranscrits (les propos, mais aussi les rires, les hésitations, les blancs). Ces face-à-face ont permis d’aborder des sujets intimes tels que la relation entre époux ou le lien avec la mère. Ils ont également permis d’approfondir certaines questions que m’avaient inspirées les observations en situation de groupe. De plus, ces entretiens ont été l’occasion de recueillir des éléments qui n’avaient pas été obligatoirement perceptibles par l’observation directe. L’enquête orale s’est aussi déroulée sous forme de discussions, plus ou moins informelles, avec des informateurs privilégiés que je côtoyais régulièrement (au restaurant, dans les tribunes, au téléphone, etc.).
 

C’est en considérant le jeu, son apprentissage et sa transmission familiale, puis les étapes du parcours sportif – en termes d’initiation – selon les âges, les relations entre les sexes que j’ai pu appréhender cette discipline sportive.
 

L’analyse des matériaux recueillis montre que si le rugby est une pratique, il est surtout le lieu de construction d’une masculinité. Plusieurs questions se posent à ce sujet : pourquoi les hommes, même mariés, continuent-ils à « faire la jeunesse » (en ayant des pratiques qui renverraient plutôt au temps biographique de l’adolescence), et pourquoi mettent-ils en scène des attitudes renvoyant à une homosexualité dont ils ne cessent, par ailleurs, de se défendre ? En définitive, la réponse se trouve dans le jeu lui-même et dans la nature du contact corporel qu’il requiert. Ce contexte est la condition de ce que j’ai appelé une relation homosexuée.

 

1À l’issue de la présentation de mon mémoire de maîtrise sur Bègles (ville de l’agglomération bordelaise) en 1991, dans lequel je m’étais intéressée aux notions d’identité et de construction d’histoire, mes examinateurs m’ont suggéré de poursuivre mes recherches sur le rugby. J’y avais en effet consacré un chapitre, tant j’avais été interpellée par l’ampleur des manifestations collectives louant l’équipe de rugby locale, alors victorieuse du championnat de France. Mais ma curiosité n’avait pas été attisée au point de faire du rugby, à lui seul, un objet d’investigation et d’analyse anthropologiques pour plusieurs années. Je pense que l’intérêt personnel que portaient mes professeurs à ce sport (j’appris par la suite que l’un d’eux était capable de se lever en pleine nuit pour regarder la retransmission d’un match) n’était pas étranger à l’insistance qu’ils montrèrent à me persuader que j’avais « déniché » là un terrain en or… Au regard de mes précédentes observations, je pensais alors étudier le rugby comme une pratique culturelle participant à l’expression identitaire de toute une collectivité. Je devais donc examiner tout particulièrement le phénomène du supportérisme. Le travail précurseur des sociologues Norbert Elias et Éric Dunning (1994) sur le sport et la violence maîtrisée, ainsi que les écrits de l’anthropologue Christian Bromberger (1995) sur le supportérisme dans le football m’encourageaient à mener une telle enquête. Le rugby, dont je connaissais évidemment l’existence, m’était en revanche totalement inconnu du point de vue de sa pratique : je n’avais jamais vu de match, aucun membre de ma famille n’avait chaussé les crampons. Connaître « de l’intérieur » le rugby relevait pour moi du défi. Et je percevais finalement dans cette expérience de terrain à venir une étape décisive dans mon parcours d’apprentissage de l’anthropologie. Être néophyte, en débutant la recherche, me mettait en situation d’étrangeté et dans l’obligation de mener un travail d’observation pour déceler les façons et moyens de m’immiscer dans le groupe des rugbymen. Et si la démarche n’était pas propre à ce terrain, elle prenait un tout autre sens compte tenu de mon appartenance au sexe féminin.

  • 1 Je tiens à préciser que mon travail d’observation s’est effectué sur une période pendant laquelle l (...)

2Pour cette première étape, il me semblait important de me fondre dans le décor, afin de ne faire de ma présence ni le sujet d’un trop grand étonnement ni un objet de curiosité. Je devais m’introduire avec assez de discrétion pour ne pas être d’emblée perçue comme une intruse. A priori, c’était loin d’être chose aisée1. C’est du moins ce que me signifiait régulièrement mon entourage, parfois inquiet du sort qui me serait réservé. Alors que, peut-être naïvement, je me voyais sous les traits d’une apprentie ethnologue entamant un parcours initiatique, d’autres s’étonnaient de ma volonté de me jeter dans la « fosse aux mâles ». C’est du moins l’image qu’on me renvoyait des rugbymen, j’allais voir « des hommes, des vrais », me disait-on avec un sourire entendu. En tout cas, élément intéressant à noter, l’énonciation de mon objet de recherche semblait révéler une conception bien normative des relations entre les sexes et des attributs de chacun. Des hommes à la masculinité exacerbée pendant un jeu souvent qualifié de « viril » (par ses affrontements physiques, la résistance à la douleur et le courage qu’il requiert) face à une jeune femme, voilà qui alimentait le fantasme d’une relation qui ne pouvait se décliner que sur le mode de la séduction et du désir (ou de la répulsion). Dans les pages suivantes, j’aimerais revenir sur mon parcours pour interroger mes postures de recherche dans ce contexte particulier.

1. Le rugby à petits pas : une intégration dans des espaces fortement sexués

  • 2 Le Midi-Olympique (ou Midol), journal presque entièrement consacré au rugby, et facilement reconnai (...)

3Avant de fouler les abords d’un terrain, je me suis d’abord familiarisée un tant soit peu avec le rugby. J’ai regardé des matchs à la télévision, j’ai lu des ouvrages sur l’histoire de ce sport, des livres didactiques (relatifs à la technique du jeu et aux méthodes d’entraînement), des biographies de joueurs et j’ai épluché la presse sportive2. Quelque peu rassurée par ce bagage, je suis partie voir mon premier match in situ et j’ai commencé mon observation participante. Pendant les matchs, ne pouvant bien évidemment participer directement au jeu sportif, je me plaçais parmi les supportrices. Force a été de constater, dès les premiers instants, et de façon itérative au fur et à mesure de mes enquêtes, une nette séparation entre les sexes parmi les personnes présentes. Dans les tribunes, ou autour du terrain, les hommes et les femmes se mélangeaient peu. Du côté des hommes, la parole était libre, souvent bruyante et outrancière. Ils n’hésitaient pas à féliciter les joueurs quand ils arrivaient à terrasser leurs adversaires, à l’aide de gestes que toute personne de bonne foi aurait d’ailleurs eu du mal à qualifier de purement sportifs. Pendant la mi-temps, bon nombre d’entre eux se dirigeaient vers la buvette, où la boisson était plus euphorique et désinhibante que désaltérante. Du côté des femmes, notamment d’un groupe particulier (je comprendrai par la suite que c’était celui des épouses des joueurs), tout était dans la retenue : pas de gesticulation, pas de vocifération, pas de verre brandi. En revanche, des coiffures apprêtées, des tenues particulièrement élégantes pour le lieu, et une utilisation restreinte de l’espace. Chaque groupe sexué révélait des habitus, et exhibait les attributs d’une masculinité et d’une féminité socialement attendues et qui semblaient, sur un même lieu, se faire écho.

  • 3 Lors de ma première participation à une troisième mi-temps, j’ai été amenée à boire plus que de mes (...)

4La fin des matchs donnait également l’occasion d’assister à un chassé-croisé entre les sexes, l’utilisation de l’espace répondait encore à une partition bien définie. Je retrouvais les épouses devant la porte des vestiaires, attendant patiemment l’apparition des maris. Pourtant, ces derniers sortis, la rencontre entre les époux était généralement brève : les femmes repartaient rapidement chargées des sacs de sport dont les hommes s’étaient débarrassés avant de rejoindre coéquipiers et adversaires dans une salle proche du terrain. Car si le match était terminé, la rencontre entre les joueurs, elle, ne l’était pas. Elle se poursuivait sur le mode festif. La salle, appelée dans le milieu sportif club house, décorée de photos et de trophées, est en effet munie d’un bar. On y boit beaucoup, on y discute, on y rit, on y danse parfois… toute la nuit. C’est le lieu de la « troisième mi-temps », ce troisième temps du match où l’affrontement physique laisse place aux joutes oratoires et aux libations. La participation à ces troisièmes mi-temps fut d’ailleurs pour moi une nécessité de l’observation participante, elles m’ont ouvert les portes d’une réelle intégration, voire d’une initiation3. Elles me permirent surtout d’y découvrir la présence de femmes qui n’étaient pas des épouses, mais qui semblaient néanmoins avoir quelque affinité avec les rugbymen. Des femmes avaient donc droit de cité lors de ces moments où les hommes se retrouvaient entre eux… Je devais rapidement apprendre qu’elles étaient appelées « groupies », et qu’elles étaient occasionnellement des partenaires sexuelles.

5Selon les endroits où je me trouvais, je constatais, et ce de façon très orchestrée, des jeux d’évitement ou de rapprochement entre les individus masculins et féminins. C’est alors que j’ai décidé de réorienter ma recherche pour m’intéresser plutôt aux relations entre les sexes et à ce qu’elles pouvaient me révéler sur le mode de sociabilité du groupe des hommes du rugby (celui des joueurs, mais aussi celui des anciens joueurs qui restaient fortement présents dans la sphère sportive, en tant que dirigeants ou supporters). S’imposait désormais la question suivante : qu’en était-il de la place que je pouvais tenir dans cet espace ? Pouvait-il y avoir une place autre que celle réservée à l’épouse ou à la groupie pour une femme ethnologue ? Grâce à un couple, je découvris rapidement que je pouvais répondre par l’affirmative à cette double interrogation. Lui était un ancien joueur, elle était une passionnée de rugby. Tous deux devinrent informateurs privilégiés. La jeune femme restait à mes côtés pendant mes premières troisièmes mi-temps, légitimant de ce fait ma présence : j’étais, comme elle, une « copine de comptoir »… Au départ, ayant intégré la norme d’exclusivité des sphères masculine et féminine, je m’étonnais qu’elle soit admise parmi les hommes, notamment pendant la troisième mi-temps festive. Par la suite, je compris que c’était parce qu’elle n’avait pas le statut de femme mariée que sa présence était acceptée. Néanmoins, je n’étais pour ma part pas une épouse potentielle. N’étant par ailleurs pas une groupie, ma présence risquait à moyen terme de devenir incongrue. Une nouvelle rencontre contribua à me rassurer.

2. Parrainage et norme de l’« entre-soi du genre »

  • 4 À l’époque de mon terrain, c’était un espace clos à propos duquel était entretenu le mystère. Un jo (...)
  • 5 Même s’ils peuvent leur reconnaître une connaissance du jeu, les rugbymen refusent généralement que (...)

6Pour faciliter mon intégration, du moins est-ce ainsi qu’il le présentait, un ancien rugbyman s’est proclamé mon parrain. Il créait une parenté fictive, faute d’une parenté de jeu que je ne pouvais faire valoir. Il semblait vouloir cautionner ma présence dans un milieu qui ne cesse de proférer, à travers ses littérateurs, l’adage : « Le rugby est une grande famille. » Mais cela, bien évidemment, ne suffisait pas, il fallait en plus que je fasse « comme si ». Et c’est en ces termes qu’il me l’a signifié : « Il va falloir que tu t’intègres comme un joueur. » Aucun commentaire, pas d’autres propos explicatifs. Autrement dit, je devais me débrouiller avec ce conseil quelque peu énigmatique. De toute évidence, il n’essayait pas de me convaincre de courir sur un terrain, car pour lui, comme pour beaucoup, le rugby féminin était une aberration (pour certains, c’était même une activité « contre nature »). Idéalement, selon ses dires, il fallait néanmoins que je devienne « joueur ». Je dois dire que sur le moment, je n’ai pas trop cherché à savoir ce qu’il sous-entendait. Je compris par la suite, en situation d’enquête, qu’il me suggérait de répondre aux exigences d’un mode de sociabilité propre au rugby, et qui se déclinait à mon égard au masculin. Car je demandais à avoir accès à un espace qui ignore ou exclut habituellement les femmes, notamment le club house et les vestiaires4. Je devais donc accepter de faire comme si j’étais un homme, qui plus est un homme du rugby. Pour me fondre dans cet espace homosexué (Saouter 2006), je devais réaliser une véritable performance : être capable de parler de rugby (commenter la technique, les options de jeu pendant un match, etc.) autant que de « parler rugby » (se souvenir des expressions idoines, des anecdotes, des surnoms de chacun), de boire de l’alcool à chaque tournée (chacun payant la sienne), d’entendre des récits facétieux et de participer à des conversations grivoises. Il m’est arrivé de m’entendre dire par un joueur, alors qu’on venait de passer plus d’une heure à parler de rugby : « Tu vois, ce qui est dommage, c’est qu’on ne peut pas parler de rugby avec une femme. » Bien sûr, il parlait des autres… et notamment des épouses5. J’eus alors une pensée pour mon « parrain », j’avais réussi à me faire admettre comme un joueur.

7L’effacement de ma féminité dans cet espace homosexué avait évidemment ses limites. La réintégration dans mon statut de femme, ma réassignation de sexe se sont en effet plusieurs fois produites, et ce de façon soudaine, alors que j’étais en train d’outrepasser certains codes qui maintenaient à leurs yeux la frontière entre le masculin et le féminin. En voulant par exemple payer ma tournée ou prendre un cigare lorsqu’un des leurs en proposait, je contribuais à inverser la position de chacun. Faire « comme si », oui, mais ne pas oublier que ce n’était qu’un jeu. Je devais impérativement préserver la réalité de certains codes, leur maintenant ainsi le pouvoir de distinction entre les sexes. Car – c’est ce que je compris alors d’autant mieux – tout en m’imposant certains comportements masculins pour pouvoir m’accepter dans leur intimité sportive et festive, ils n’en appréciaient pas moins l’altérité que j’offrais. Ils pouvaient ainsi avoir à mon égard des attitudes et des postures qui les confortaient dans leur masculinité : la protection (ils mettaient en garde des individus qui ne me connaissaient pas encore : « Elle, tu n’y touches pas ! », sous-entendu « ce n’est pas une groupie »), la galanterie (il y en avait toujours un, par exemple, pour me devancer et ouvrir une porte), la bienveillance (ne jamais me laisser payer ma tournée ou mon repas au restaurant). Par ma présence et ma position de néophyte (que je demeurais malgré tout en étant une femme), je permettais aussi de réactiver les liens d’amitié du groupe masculin : chacun son tour se faisait fort de me raconter maints faits et anecdotes appartenant à l’histoire de la communauté. Il est évident, également, et cela surtout lors des entretiens individuels, que des sujets ont été d’autant plus facilement abordés que j’étais une femme : les relations entre hommes, la vie conjugale, le lien avec la mère, notamment à travers la question de l’entretien du linge. J’ai en effet découvert que beaucoup de rugbymen continuaient d’apporter leurs affaires de rugby à laver chez leur mère. Cette dernière, aux côtés de l’épouse et de la groupie (Saouter 1995), était donc une figure féminine à intégrer dans mon étude.

  • 6 J’emprunte ici les mots de Françoise Héritier (1999, p. 325).

8En revanche, dans des situations de groupe, pour préserver les contours de l’espace homosexué, où le plaisir de l’« entre-soi du genre »6 exclut du champ des relations la sexualité, je ne devais pas paraître comme une partenaire sexuelle potentielle. C’est donc surtout en ce sens que je devais me comporter, certes avec certaines limites, comme un individu masculin : je ne devais pas être asexuée, mais « asexuelle ». C’est ce que je saisis un jour, non sans une certaine violence, à travers une épreuve (que je n’imaginais pas alors comme telle) imposée par mon fameux parrain. Il m’avait invitée à participer à un repas annuel d’anciens rugbymen. Nous avions rendez-vous dans un club de rugby d’où nous devions partir ensemble après le match, le lieu où se réunissaient les anciens ne m’ayant pas été précisé. Après le match, mon parrain avait disparu… J’ai fini par trouver un ancien qui devait rejoindre les autres et lui ai proposé de l’y conduire avec mon véhicule. Ce que je ne savais pas encore, c’est qu’il était surnommé le « moyeux » (surnom qui lui avait été donné par ses copains du rugby en raison de la taille – paraît-il – disproportionnée de son sexe) et que cela allait m’attirer quelques moqueries. Arrivée dans la grande salle du repas, je me retrouvai face à une centaine de rugbymen (aucune présence féminine, mis à part une femme qui servait les plats et qui restait sinon dans la cuisine), dont mon parrain qui feignait plus ou moins l’indifférence. Je m’assis à côté de mon compagnon de route et entendis alors fuser les commentaires amusés : « En plus, elle s’assoit à côté du moyeux ! » Pour la première et dernière fois, j’ai dû subir des avances non dénuées d’une certaine brusquerie. J’ai repoussé, physiquement, plusieurs individus tout en élevant la voix pour signifier ma colère. Heureusement, cela a suffi. Mais je devais surtout mon « salut » (celui de conserver la place respectée de l’anthropologue qui fait son terrain) à l’intervention du plus âgé d’entre eux, qui n’avait pas participé au chahut. Il me fit signe de la main pour m’inviter à le rejoindre, et me dit ces simples mots : « C’est bien, petite, tu t’es bien défendue. » À partir de ce moment, on m’a laissée en paix, le repas s’est déroulé tel que je l’espérais : un moment privilégié pour enquêter auprès des dépositaires d’une mémoire collective. Le fait d’avoir montré, avec force conviction, que je ne pouvais pas être une partenaire sexuelle, m’a permis d’intégrer ce nouveau groupe masculin. Et j’ai, du même coup, prouvé à mon parrain l’unique motivation de ma présence, ainsi que ma capacité à défendre mon intégrité physique. Après le repas, j’avais rendez-vous avec des joueurs (la jeune génération) pour une troisième mi-temps qu’ils avaient déjà entamée. Me voyant arriver, ils me donnèrent l’air d’être soulagés que je m’en sois aussi bien sortie…

9La place qui m’était désormais réservée m’éloignait en revanche du monde des femmes, et notamment de celui des épouses. C’est en effet vis-à-vis d’elles que les attentes du groupe masculin (en termes de comportement, de rôle, de présence/absence) étaient les plus affirmées. J’ai pu vérifier la justesse de cette observation lorsque, pendant un temps, j’ai rejoint ce groupe féminin. L’épouse du capitaine de l’équipe de rugby que je suivais plus particulièrement m’a un jour invitée au restaurant. Plusieurs femmes – toutes mariées à des rugbymen – étaient là et m’attendaient de pied ferme. Elles m’ont questionnée tour à tour pour s’assurer, de toute évidence, de la validité de mon statut de « chercheuse du rugby ». Vite rassurées, elles n’ont pas manqué de se faire le plaisir de me raconter les travers d’une vie conjugale où le rugby est omniprésent. J’ai ainsi eu l’opportunité de connaître le rugby du côté des épouses. J’ai par la suite passé quelque temps avec elles, dans les tribunes, un peu en troisième mi-temps (elles en partent très vite tant leur présence n’y est pas désirée), et avec quelques-unes d’entre elles lors d’entretiens individuels. Mais en étant avec elles, je me retrouvais dans un nouvel espace qui m’excluait fortement du groupe masculin. Pendant que les hommes étaient au comptoir, j’étais avec leurs épouses en fond de salle. Et alors que j’avais pris l’habitude de commenter les matchs avec les joueurs, je m’entendais dire par les épouses : « Ce n’est pas la peine de parler rugby, ils nous renvoient toujours à notre ignorance, et de toute façon ils ne supportent pas. » Quand j’ai rejoint le groupe des hommes, je quittais alors définitivement celui des femmes, mais désormais avec leur « absolution », elles savaient que je n’étais pas une groupie…

3. Mises en scène paradoxales de la virilité

10Loin de connaître un quelconque souci quant à mon intégrité physique comme mon entourage me l’avait laissé craindre, je ne pouvais donc que constater l’influence de mon identité sexuée sur la nature de mon parcours d’observatrice. Pendant mes années d’enquête, j’ai navigué, avec une relative grande liberté, dans des espaces fortement sexués. J’ai surfé sur les limites, j’ai négocié les codes du masculin et du féminin par des réajustements appropriés selon le contexte. Et ce dans un milieu prônant pourtant, comme j’ai pu le vérifier maintes fois lors de mes enquêtes et de mes diverses lectures, des valeurs traditionnelles liées à une représentation très classique des sexes. Tout en manifestant la volonté de m’intégrer parmi eux, les joueurs se montraient néanmoins déstabilisés. D’un côté, ils étaient véritablement intéressés par une analyse anthropologique de leur pratique (« ça va changer des journalistes qui nous présentent comme des bourrins défonçant la porte des vestiaires avant d’entrer sur le terrain »). D’un autre côté, ils s’inquiétaient que cela soit fait par une femme. J’avais d’abord mis cette réserve sur le compte de mon incapacité supposée à comprendre toutes les subtilités d’un sport pensé, par la majorité de ses adeptes, comme ne pouvant se décliner qu’au masculin. Je ne partageais pas avec eux une quelconque intimité sportive, encore moins une expérience pratique.

  • 7 Il est quand même arrivé que quelqu’un me téléphone, le lendemain d’une troisième mi-temps, pour me (...)

11J’ai finalement compris que leurs premières réserves venaient du fait que j’allais être amenée à voir ou entendre des choses généralement tenues secrètes, du moins de l’ordre du non-dit, notamment à l’égard des femmes. Puisqu’ils avaient décidé de me laisser faire mon travail d’anthropologue (ils m’appelaient d’ailleurs entre eux « l’anthropologue du rugby »), ils ne pouvaient pas, logiquement, me censurer dans mes observations7. Et ce sont même eux, inconsciemment, qui ont orienté mon regard sur un fait que je n’avais pas soupçonné : leur crainte de voir leur masculinité questionnée (Saouter 2001). Je remarquais en effet une volonté réitérée maintes fois par les rugbymen de me mettre en garde contre une erreur de jugement que j’aurais pu commettre. Pourquoi donc, quand ils s’embrassaient pour se saluer ou qu’ils se tenaient par les épaules devant moi, se sentaient-ils obligés de me dire, comme pour rectifier ma vision : « Attention, ne te trompe pas, on n’est pas des pédés ! » Des manifestations amicales dans lesquelles le toucher était présent prêtaient donc à confusion (et à effusion éventuelle) ? Pourquoi, alors que sur le terrain ils venaient d’exhiber une masculinité culturellement valorisée, supposaient-ils que cette dernière pouvait être mise en doute ?

  • 8 Dans son ouvrage La dimension cachée, pour qualifier la nature des relations entre les individus se (...)
  • 9 Rapport de force frontale de deux groupes de huit joueurs (les avants) soudés en trois lignes. Le b (...)
  • 10 Le maul (ou mêlée ouverte) est un regroupement spontané d’au moins trois joueurs (dont un adverse) (...)
  • 11 Plaquage : action de saisir un joueur adverse, porteur du ballon, entre les épaules et les cheville (...)

12Il me fallait creuser ce paradoxe apparent pour comprendre la construction de leur masculinité. Pour ce faire, il m’a fallu réexaminer le rapport au corps que le jeu sportif implique. Le contact entre deux ou plusieurs corps est quasi permanent au rugby, il est indispensable puisqu’il fait partie des règles du jeu. Le rugby n’a évidemment pas l’exclusivité dans cette mise en scène des corps, où la distance entre les individus serait qualifiée d’intime par la proxémique8. D’autres sports connaissent de telles occasions de contact comme les sports de combat ou de défense, tels la boxe, la lutte, le judo ou les arts martiaux. Il est néanmoins une nuance qui est pour moi fondamentale et déterminante pour une analyse du rugby comme sport particulier : la singulière nature du contact noué entre les joueurs. Le rugby est lui aussi un sport de combat, dans lequel la dimension collective accroît tout à la fois l’expression et la perception de la violence. Les corps à corps, dus à la formation des mêlées9, des mauls10 ou encore aux plaquages11, donnent au contact une dimension agonistique. En revanche, un autre type de contact n’oppose plus, il réunit. Certaines phases de jeu, elles aussi fréquentes, réclament cette fois-ci un contact entre partenaires. Un contact qui ne rejette plus le corps de l’autre, l’adversaire, mais qui prend le corps du même, le partenaire. Il s’agit en effet de s’unir fortement à lui, d’additionner son corps au sien, pour contrer efficacement l’offensive adverse. Lors des mauls et des mêlées, les partenaires se touchent entre eux de façon prolongée, sans établir de hiérarchie entre les diverses parties du corps : presser un sexe pour agripper le short du coéquipier, mettre la tête contre les fesses de son partenaire, s’accrocher à une épaule ou à une cuisse sont des gestes qui se font spontanément, sans retenue ni réticence. Le temps du match, la dimension érotique qu’un tel toucher pourrait susciter est neutralisée. Il ne peut y avoir de morcellement du corps entre haut et bas, entre zones marquées sexuellement, ou pas. Le corps joue en son entier et est touché indifféremment dans sa totalité. Le non-morcellement du corps empêche une censure du geste. Cette dimension de la pratique des corps est peu à peu intégrée par les joueurs (Saouter 2005).

  • 12 Deux hommes qui se tiennent, par exemple, la main dans la rue vont être généralement perçus par l’e (...)
  • 13 En revanche, autant ce qui est vécu avec une groupie peut être raconté avec force détails, autant l (...)

13Ce toucher vécu par, et pour, le jeu marque néanmoins les consciences par son caractère exceptionnel. Le toucher entre hommes, quand il n’est pas agressif, reste dans notre société fortement connoté12. En témoigne ce soupçon d’homosexualité dont les joueurs ne cessent de se défendre. C’est certainement pour cela qu’ils entretiennent également un discours homophobe (Saouter 2003). Mais si crainte de soupçon il y a, c’est surtout au regard des comportements que la nature du contact du jeu sportif engendre lors de la troisième mi-temps. Le contact est à nouveau très présent à travers des accolades, des embrassades, des tapes dans le dos, des semblants de plaquage ou de mêlées. Le tout accompagné du facteur désinhibant qu’est l’alcool. Dans certaines troisièmes mi-temps, la dimension érotique restée latente pendant le match est, elle aussi, jouée jusqu’à la dérision à travers des jeux sexuels entre hommes : baisers sur la bouche (plus bruts que tendres), simulation de coït, strip-tease. L’espace de la troisième mi-temps permet au corps de revivre ce qu’il a intensément vécu sur le terrain, à travers la nature du contact, mais de façon parodiée. La fête prend là toute sa dimension et sa fonction symbolique de l’inversement, préparant un retour à l’ordre. Le temps festif donne à chacun l’occasion de résoudre, grâce au collectif, divers types de contradictions : ceux contre qui je m’affrontais violemment sont aussi mes alliés ; ceux avec qui j’ai connu une intimité corporelle sont aussi exclus de ma sexualité. Tout en jouant avec les attributs de genre, les rugbymen ne les galvaudent pas pour autant. Comme l’écrit Judith Butler : « La performance que constitue la subversion du genre ne renseigne pas nécessairement sur la sexualité ni sur la pratique sexuelle. On peut jouer sur l’ambiguïté au niveau du genre sans pour autant jeter le trouble dans la norme en matière de sexualité ni la réorienter » (Butler 2005, p. 34). Les hommes peuvent jouer à « faire l’homme » – en affichant leur capacité à supporter de fortes doses d’alcool – ou se dénuder et prendre des attitudes féminines sans remettre pour autant en cause la séparation des genres. En revanche, le véritable passage à la sexualité peut avoir lieu avec le personnage féminin présent en troisième mi-temps (en excluant, de ce fait, la présence de l’épouse) : la groupie. Avec elle se joue une sexualité impudique puisque toujours inhérente au groupe. Effectivement, soit plusieurs joueurs ont une relation avec la même groupie le même soir, soit l’un raconte aux autres ses ébats sexuels avec elle13. Chacun, au regard de tous, prouve sa virilité et son hétérosexualité. Cette troisième mi-temps semble finalement prolonger le temps de la jeunesse, car les individus y jouent des normes et des interdits, tout en continuant, par l’exclusion des épouses, à « faire » les célibataires, et ce quels que soient leur âge, leur statut d’homme marié ou pas. Quand il y a sexualité avec la groupie, la notion d’adultère est d’ailleurs évacuée. Elle est une femme qui se partage, sa présence ne fait que renforcer les liens entre les individus. Elle alimente un sentiment communautaire, elle est au service du masculin. Elle est instrumentalisée par le groupe, comme en témoignent par ailleurs les récits anecdotiques qui circulent entre joueurs, où il s’agit d’exploits sexuels, voire « techniques ».

 

  • 14 Je me suis entendu dire : « Si tu commandes un Coca, on va te réclamer une ordonnance. »
  • 15 Ce comportement impliquait un jeu de séduction ou des tenues vestimentaires équivoques : j’ai toujo (...)
  • 16 Je dois dire que j’ai rarement été en souffrance, je me suis plutôt amusée pendant mes cinq années (...)

14Si le fait d’être une femme pouvait paraître au départ handicapant pour m’immiscer dans le milieu du rugby, la progression de mon parcours ethnographique le démentit. Certes, j’ai dû m’adapter aux contraintes de la sociabilité masculine, aux divers contextes dans lesquels j’étais parfois en position d’entre-deux : ni homme ni femme ou homme et femme à la fois. Néanmoins, les hommes m’offrirent une grande liberté pour mener mon terrain. J’ai surgi dans leur intimité comme un chien dans un jeu de quilles. Je crois même que ma présence particulière en tant que femme et anthropologue a été pour eux un défi qu’ils ont relevé sur le mode ludique. La facétie et le jeu (avec le ballon, les attributs de genre, le sexe, l’alcool, la parole, etc.) fondent leur mode de sociabilité. Il fallait donc que moi aussi, à ma façon, je joue en assimilant les règles du groupe. Refuser de boire14 avec eux ou me comporter comme une groupie15 m’aurait fait perdre la partie16. Ma féminité a finalement été un atout : en perturbant au départ les habitudes du groupe, elle m’a permis d’appréhender les normes. Elle m’a en revanche empêchée d’enquêter auprès d’un groupe particulier, celui des groupies. Alors que je travaillais sur les relations entre les sexes, où la groupie est un personnage féminin central, comme l’épouse et la mère, elle est la seule avec laquelle je n’ai pas mené d’entretiens. Je me suis autocensurée, on ne m’a jamais dit : « Elle, tu ne la rencontreras point ! » Mais pour ce que je connaissais du discours tenu par les hommes à son égard, j’avais la crainte de perdre ma place privilégiée. Il ne devait pas y avoir de confusion. Et puis je me sentais également mal à l’aise : comment pouvais-je accoster une groupie dans le contexte si particulier de la troisième mi-temps ? Comment aborder le thème de la sexualité sans donner l’impression d’en savoir trop ou de juger ? Je choisis la prudence : je n’étais, et ne devais devenir, une épouse ou une groupie.

Bibliographie

Bromberger Christian, 1995, Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme - Mission du patrimoine ethnologique.

Butler Judith, 2005 [1990], Trouble dans le genre, le féminisme et la subversion de l'identité, Paris, La Découverte.

Daumas Maurice, 2007, Au bonheur des mâles. Adultère et cocuage à la Renaissance, 1400-1650, Paris, Armand Colin.

Elias Norbert, Dunning Éric, 1994, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Hall Edward T., 1971, La dimension cachée, Paris, Seuil.

Héritier Françoise, 1999, De la violence II, Paris, Odile Jacob.

Saouter Anne, 1995, « La maman et la putain : les hommes, les femmes et le rugby », Des sports, no 25 de Terrain, p. 13-24.

— 2000, « Être rugby », jeux du masculin et du féminin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme - Mission du patrimoine ethnologique ; réédition 2013, Paris, Payot (Petite bibliothèque Payot).

— 2001, « L’espace homosexué du rugby : le masculin en questions », Variations sur le corps, no 29 des Cahiers du genre, p. 83-100.

— 2003, « Sport et proximité corporelle : la peur du tabou », Le sport en questions. Pour une approche critique du sport, P. Duret, D. Bodin dir., Paris, PUF, p. 149-159.

— 2005, « Être rugby, ou à propos d’une sociabilité de chair », Rugby : un monde à part ? Intrigues et énigmes d’une culture atypique, O. Chovaux, W. Nuytens dir., Artois Presses Université, p. 75-85.

— 2006, « Homosexué(e) », Le dictionnaire du corps, B. Andrieu dir., Paris, CNRS Éditions, p. 237-238.

Notes

1 Je tiens à préciser que mon travail d’observation s’est effectué sur une période pendant laquelle le rugby n’était pas encore une pratique professionnelle. Il faut donc remettre dans leur contexte la spécificité de mes observations. La professionnalisation du rugby a en effet affecté certaines données (la place des femmes, les règles de jeu, la starisation des joueurs, etc.).

2 Le Midi-Olympique (ou Midol), journal presque entièrement consacré au rugby, et facilement reconnaissable par sa couleur jaune, a souvent été un objet jouant le rôle, à mon agréable surprise, d’« entremetteur » : des rugbymen, ou anciens rugbymen, me voyant en possession de ce journal venaient spontanément me voir pour échanger quelques mots.

3 Lors de ma première participation à une troisième mi-temps, j’ai été amenée à boire plus que de mesure. Après avoir subi cette initiation, j’ai pu sauter quelques tours dans les interminables tournées nocturnes.

4 À l’époque de mon terrain, c’était un espace clos à propos duquel était entretenu le mystère. Un joueur m’a même dit un jour : « C’est dommage, le seul endroit où tu ne pourras pas aller, c’est les vestiaires. » Depuis la professionnalisation du rugby, et sa spectacularisation consécutive, les cameramen qui y pénètrent donnent à voir au regard extérieur une intimité jusque-là cachée.

5 Même s’ils peuvent leur reconnaître une connaissance du jeu, les rugbymen refusent généralement que leur épouse vienne leur commenter le match qu’ils viennent de disputer. Ce n’est que dans la sphère privée que l’épouse acquiert un droit d’écoute et de parole.

6 J’emprunte ici les mots de Françoise Héritier (1999, p. 325).

7 Il est quand même arrivé que quelqu’un me téléphone, le lendemain d’une troisième mi-temps, pour me dire : « Tu sais, tu n’es pas obligée de tout raconter… » Un autre m’a également proposé de lire mon travail avant la soutenance, « juste pour voir si tu ne t’es pas trompée par endroits ». Je n’ai pas tenu compte de ces recommandations, et ils ne m’en ont d’ailleurs pas tenu rigueur.

8 Dans son ouvrage La dimension cachée, pour qualifier la nature des relations entre les individus selon le degré de rapprochement ou d’éloignement dans l’espace, E. T. Hall (1971) distingue quatre types de distance : intime, personnelle, sociale et publique.

9 Rapport de force frontale de deux groupes de huit joueurs (les avants) soudés en trois lignes. Le ballon est introduit dans la mêlée entre les deux premières lignes, par le demi de mêlée. Il est disputé au pied par les deux talonneurs, aidés par la poussée de leurs coéquipiers. Le but est de gagner le plus possible du terrain en restant maître du ballon avant de le faire sortir et de le passer aux joueurs arrières.

10 Le maul (ou mêlée ouverte) est un regroupement spontané d’au moins trois joueurs (dont un adverse) autour du ballon.

11 Plaquage : action de saisir un joueur adverse, porteur du ballon, entre les épaules et les chevilles, en vue de le stopper dans sa progression.

12 Deux hommes qui se tiennent, par exemple, la main dans la rue vont être généralement perçus par l’entourage comme formant un couple, alors que dans d’autres pays, comme des pays arabes, ce geste ne sera pas connoté de la même façon : il signifiera simplement un lien amical.

13 En revanche, autant ce qui est vécu avec une groupie peut être raconté avec force détails, autant l’intimité vécue avec l’épouse est marquée du sceau du silence et de la respectabilité.

14 Je me suis entendu dire : « Si tu commandes un Coca, on va te réclamer une ordonnance. »

15 Ce comportement impliquait un jeu de séduction ou des tenues vestimentaires équivoques : j’ai toujours fait mon terrain en jean, chemise ou pull.

16 Je dois dire que j’ai rarement été en souffrance, je me suis plutôt amusée pendant mes cinq années d’enquête…

Auteur

Anne Saouter est docteure en anthropologie et membre associée au laboratoire Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM, EA), Université de Pau et des Pays de l’Adour.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540