Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

3. L'enquête ou le théâtre de relations sexualisées

Introduction

Jeux de séduction et ajustements de terrain

Texte intégral

1Rapports sociaux de sexe et sexualité se structurent mutuellement comme le montrent les travaux de Michel Bozon (2001). À notre niveau, les récits collectés ont plusieurs fois fait apparaître le thème de la sexualisation de la relation d’enquête. Toutefois, la potentialité de la relation sexuelle et l’évocation des jeux de séduction à l’œuvre dans les arrangements liant les enquêteur(trice)s aux enquêté(e)s ne vont pas de soi et réfléchissent des attitudes et comportements polysémiques. La séduction peut tenir lieu de booster relationnel et l’horizon de la sexualisation se déploie dans une gradation de positionnements, allant de l’évitement, ou du quasi-tabou, à la consommation.

  • 1 A. Saouter constate l’étonnement des personnes apprenant son choix de se jeter dans la « fosse aux (...)
  • 2 I. Mallon découvre que cette modalité « oblige chacun à faire des efforts pour composer avec la mix (...)
  • 3 En prison, M. Bessin et M.-H. Lechien remarquent que rapports de séduction et « humour sexiste » ma (...)
  • 4 Un surveillant avait coutume de « draguer » M.-H. Lechien, qui constate peu à peu que ce comporteme (...)
  • 5 P. Combessie remarque que ses interlocutrices revendiquent une forme d’inversion des codes de séduc (...)
  • 6 J. Stevanovic a ressenti l’« hostilité non voilée » des épouses d’officiers apprenant l’embarquemen (...)
  • 7 A. Saouter saisit combien les hommes craignent de voir leur masculinité remise en cause dès lors qu (...)
  • 8 G. Pruvost n’affiche pas sa féminité par prudence, et pour préserver sa réputation dans un milieu p (...)
  • 9 S. Bigot se présente d’emblée comme doctorante en sociologie « pour ne pas créer de confusion ». Ma (...)

2La sexualisation du lien enquêteur(trice)-enquêté(e) peut être un atout dans la conduite de l’enquête, voire un déclencheur analytique, un gain théorique. Elle est une donnée à intégrer, les rapports de séduction s’avérant difficilement évitables, jusqu’en prison. Ce sont parfois les proches extérieurs au terrain qui renvoient à l’enquêteur ou enquêtrice cette possibilité1. On se rend d’autant plus compte de ces phénomènes ordinairement passés sous silence qu’ils semblent incongrus, comme en maison de retraite2. Les allusions peuvent assurer ici une fonction de ressort de dramatisation, qui définit un cadre d’intimité théorique et aide – est supposé aider du moins – à apprivoiser l’autre. Elles contribuent à réguler des interactions, peut-être d’autant plus que les relations apparaissent improbables, asymétriques3. Pour gagner la confiance, l’enquêteur ou enquêtrice peut ainsi tirer un bénéfice des jeux de séduction engagés sur le terrain et éventuellement les instrumentaliser. Il ne s’agit pas de faire l’hypothèse que la relation sexuelle est nécessairement recherchée, mais que son opportunité permet de s’appuyer sur un schéma relationnel parmi d’autres au moment où l’enjeu consiste à entrer en contact et à pérenniser des liens. Car d’autres enjeux que la satisfaction sexuelle sont sous-jacents, par exemple la valorisation d’une compétence professionnelle4. Dans cette perspective, les jeux de séduction autorisent des rapprochements, et sont parfois mobilisés pour que les personnes enquêtées soient prises au sérieux : cet objectif atteint, ils se font moins nécessaires, à moins qu’ils ne soient expressément utilisés/mobilisés par les enquêteur(trice)s. Ainsi les interactions peuvent impliquer des jeux de séduction. Ces derniers suscitent de manière assez probable des arrangements, des pratiques d’ajustement pour les enquêteur(trice)s comme pour les enquêté(e)s. La relation s’appuie sur des attitudes de typification vis-à-vis desquelles les un(e)s et les autres peuvent chercher à se positionner. On identifie des comportements dont l’enjeu est la définition de la façade des protagonistes5. D’autres formes d’ajustement existent, comme l’évitement, la mise à distance de l’opportunité sexuelle. Cette modalité peut résulter de la pression de tiers, des conjoints des personnes enquêtées notamment6. Dans d’autres situations, l’ajustement se meut en obligation sociale pour l’enquêteur, ou enquêtrice, soucieux de garantir son maintien sur le terrain. C’est d’autant plus remarquable sur les terrains homosexués7 et hiérarchisés8. Enfin, des ajustements s’observent en réaction à une sollicitation des personnes enquêtées. Certain(e)s enquêteur(trice)s refusent de répondre aux avances et sont placé(e)s dans l’obligation de recadrer les limites de la relation avec l’enquêté(e). D’autres peuvent les accueillir favorablement9. La nécessité de ces ajustements montre combien l’enquête est une arène où se déploient des relations humaines en perpétuelle redéfinition, des rapports sociaux et politiques tendus par les luttes qui les animent.

3Dans un contexte de relativisation de la norme hétérosexuelle et, plus largement, de forte actualité des questions sexuelles (Fabre, Fassin 2003), les pratiques d’enquête doivent aussi être examinées sous l’angle de leur sexualisation. Certaines contributions rendent visible cette dimension. Les trois textes présentés dans cette partie abordent plus particulièrement ce thème, deux d’entre eux portant directement sur l’étude de pratiques sexuelles. La compréhension de jeux de figures sexuées/sexuelles permet d’aborder des questionnements novateurs, entre autres celui de la pression ressentie par l’enquêteur(trice) poussé(e) à faire oublier son sexe, mais bien conscient(e) que cette tactique implique un jeu qui a ses règles (Saouter). Sur des sujets peu connus et en mal de légitimité touchant à l’intimité sexuelle, l’enquête peut par ailleurs susciter des formes de marquage relationnel assez directes de la part des personnes enquêtées (Combessie). Il n’en reste pas moins que le protocole d’enquête influence sans doute la construction des discours, par exemple lorsque le choix d’une communication par Internet rend invisibles les corps de l’enquêteur(trice) et de l’enquêté(e) dans le cadre d’enquêtes dont l’objet est justement le corps à corps (Bigot). Dans tous les cas, on doit être sensible à la place du non-dit, qui masque les définitions sociales de la féminité et de la masculinité sexualisées.

Bibliographie

Bozon Michel, 2001, « Sexualité et genre », Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, J. Laufer, C. Marry, M. Maruani dir., Paris, PUF, p. 169-186.

Fabre Clarisse, Fassin Éric, 2003, Liberté, égalité, sexualités. Actualité politique des questions sexuelles, Paris, Belfond.

Notes

1 A. Saouter constate l’étonnement des personnes apprenant son choix de se jeter dans la « fosse aux mâles ».

2 I. Mallon découvre que cette modalité « oblige chacun à faire des efforts pour composer avec la mixité ». Dans son enquête sur les égoutiers, A. Jeanjean a elle aussi constaté la place des échanges tenus sur cette question.

3 En prison, M. Bessin et M.-H. Lechien remarquent que rapports de séduction et « humour sexiste » maniés comme une « arme » dotent les relations d’enquête d’une certaine « fluidité ». On retrouve cette idée d’équilibrage dans les propos de P. Combessie, qui accepte d’« entrer dans certains jeux de séduction », d’adopter les codes de ses enquêtées libertines et de prendre les traits de l’allié potentiel avec lequel établir « une forme de connivence ».

4 Un surveillant avait coutume de « draguer » M.-H. Lechien, qui constate peu à peu que ce comportement prend fin le jour où elle accepte sa proposition de venir le voir travailler. Comme si la possibilité de montrer, en pratique, la complexité de son travail constituait « l’enjeu le plus important des rapports de séduction avec des intervenantes extérieures ».

5 P. Combessie remarque que ses interlocutrices revendiquent une forme d’inversion des codes de séduction ordinaires, conférant à l’homme un statut d’objet sexuel pesant habituellement sur la femme.

6 J. Stevanovic a ressenti l’« hostilité non voilée » des épouses d’officiers apprenant l’embarquement de l’enquêtrice : elle devra les rassurer. A. Saouter a également affronté des épouses méfiantes et dû obtenir leur « absolution ».

7 A. Saouter saisit combien les hommes craignent de voir leur masculinité remise en cause dès lors qu’ils ne sont plus sur le terrain où le jeu les conduit à des contacts corporels plus qu’étroits : leur insistance à se défendre de tout soupçon d’homosexualité est alors interprétée comme la contrepartie de ces attouchements qui, dans un cadre non sportif, seraient considérés comme érotiques.

8 G. Pruvost n’affiche pas sa féminité par prudence, et pour préserver sa réputation dans un milieu prompt à interpréter un geste ou une attitude et à juger nuisibles les effets de la galanterie sur l’esprit d’équipe. La jeune chercheure a aussi soigneusement évité de fréquenter les policiers célibataires et a privilégié les relations avec des policiers un peu âgés ou vivant en famille : il s’agissait de désamorcer les jugements qui considèrent les célibataires « en chasse ».

9 S. Bigot se présente d’emblée comme doctorante en sociologie « pour ne pas créer de confusion ». Malgré son avertissement, elle est régulièrement obligée de rappeler que l’entretien n’est « pas une conversation amoureuse ou sexuelle ». Selon cette auteure, chaque enquêteur ou enquêtrice a « ses propres limites ». P. Combessie ne ressent pas nécessairement cette réticence.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540