Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Annexe 1

Analyse comparée des définitions d’ἀξία d’après les témoignages de Diogène Laërce, Stobée et Cicéron

p. 213-230


Texte intégral

1Nous disposons de trois définitions d’ἀξία, celle de Cicéron où l’explicitation se trouve associée à une traduction, et celles de Diogène Laërce et de Stobée qui présentent des similitudes manifestes.

La définition tripartite de Diogène Laërce : ἀξία comme qualité des realia et comme fondement de l’échange

2La définition de Diogène Laërce s’inscrit dans le contexte d’analyse et de définition des ἀδιάφορα qui peuvent néanmoins, malgré leur indifférence morale, avoir une certaine ἀξία les amenant à être qualifiés de et considérés comme des « préférables ». C’est afin d’expliciter ce point que Diogène Laërce se livre à une définition de la notion d’ἀξία dont il dénombre trois acceptions :

ἀξίαν δὲ τὴν μέν τινα λέγουσι σύμβλησιν πρὸς τὸν ὁμολογούμενον βίον, ἥτις ἐστὶ περὶ πᾶν ἀγαθόν· τὴν δὲ εἶναι μέσην τινὰ δύναμιν ἢ χρείαν συμβαλλομένην πρὸς τὸν κατὰ φύσιν βίον, ὅμοιον εἰπεῖν ἥντινα προσφέρεται πρὸς τὸν κατὰ φύσιν βίον πλοῦτος ἢ ὑγίεια· τὴν δ’ εἶναι ἀξίαν ἀμοιβὴν δοκιμαστοῦ, ἣν ἂν ὁ ἔμπειρος τῶν πραγμάτων τάξῃ, ὅμοιον εἰπεῖν ἀμείβεσθαι πυροὺς πρὸς τὰς σὺν ἡμιολίῳ κριθάς.

Or, l’ἀξία, ils disent que c’est d’une part une certaine contribution à la vie harmonieuse, ce qui s’applique à tout bien ; d’autre part que c’est une certaine puissance ou utilité moyenne contribuant à la vie conforme à la nature, ce qui revient à désigner l’utilité que richesse ou santé procurent pour mener la vie conforme à la nature. [Ils disent] qu’ἀξία est enfin la compensation de ce qui est estimé, que fixe celui qui a l’expérience de ces choses, comme lorsqu’on parle de blé échangé pour de l’avoine à raison de trois mesures pour deux.1

3Dans les deux premières acceptions envisagées, ἀξία relève de la contribution2. Elles nous invitent à prendre en compte deux types de réalités auxquels s’applique ἀξία ou qui se caractérisent par le fait d’avoir de l’ἀξία : le bien d’un côté et, de l’autre, si l’on prend en compte le contexte dans lequel est produite la définition, les « préférables » dont la richesse et la santé sont ici les illustrations. Ces deux types de réalités assument des fonctions et des enjeux différents et, réciproquement, s’expliquent par des critères différents : l’ἀξία du bien participe à la vie harmonieuse, l’ἀξία de la santé ou de la richesse à la « simple » conformité à l’égard de la nature ; l’utilité pour la vie harmonieuse permet de qualifier quelque chose de bien, la conformité à la nature permet de la qualifier de « préférable ». L’ἀξία est présentée comme une qualité de ce qui existe, qui est conforme et qui contribue soit à la vie harmonieuse soit à la vie conforme à la nature. La traduction par « valeur » semble donc ici particulièrement appropriée. Diogène Laërce nous invite à distinguer deux états de la valeur dont l’une – celle qui s’applique aux « préférables » – n’est que « moyenne » (μέση). Par ailleurs, l’ἀξία des « biens » est présentée comme une contribution (σύμβλησις) – un substantif est utilisé –, tandis que la valeur des réalités non morales est une « capacité » (δύναμις) ou une « utilité » (χρεία) « contribuant à » (συμβαλλομένη) – un participe est utilisé. La médiation supplémentaire dans ce second cas implique une activité de la part de l’agent dont l’usage vient répondre à l’utilité et à la puissance de la chose. Le caractère « moyen » fait référence à l’ambivalence de la chose et de sa qualité. En d’autres termes, en tant que « moyenne », la valeur n’est pas immédiatement présente et efficace, la valeur ambivalente des choses doit être utilisée pour être utile3.

4Le terme ἀμοιβή rend compte de la troisième acception que Diogène Laërce attribue à ἀξία. Il est caractéristique du vocabulaire de l’échange4 et il est attesté depuis Homère5. Outre des acceptions subsidiaires relatives au changement6, cette notion signifie principalement « ce qui se fait ou se donne en échange » et renvoie par conséquent au « don en retour », à la « récompense », à la « compensation »7 et, par suite, à la rétribution financière qui implique une évaluation préalable de ce que l’on compense et de ce avec quoi l’on prétend compenser, ainsi que l’établissement d’une mesure et d’une proportion. Ici, le terme est associé à un complément au génitif (δοκιμαστοῦ) qui n’est pas précédé de l’article. Or, c’est précisément une construction similaire que l’on retrouve chez Homère : on traduirait ἀμοιβὴ ἑκατόμβης par « récompense (accordée par un dieu) en échange d’une hécatombe ». Et c’est sur ce modèle que nous traduisons ἀμοιβὴν δοκιμαστοῦ par « compensation en échange de… ». Δοκιμαστοῦ ne saurait dès lors renvoyer à la personne qui évalue – le « cambiste » ou l’expert comme l’envisage Richard Goulet8 – mais désigne la chose en tant qu’on en estime le prix. Autrement dit, δοκιμαστοῦ est à comprendre non pas comme le génitif du substantif δοκιμαστής mais comme celui de l’adjectif neutre δοκιμαστόν. La suite de la phrase renforce cette hypothèse. En effet, Diogène Laërce ajoute que cette « compensation » est celle que fixe l’homme expérimenté. Or, on ne voit pas ce que cette précision apporterait au syntagme précédent si δοκιμαστοῦ renvoyait déjà à δοκιμαστής, cet expert en estimation. On traduira donc littéralement « la compensation en échange de la chose en tant qu’on en estime le prix ».

5Contrairement à l’ἀμοιβή qui renvoie à la conclusion du processus de compensation, l’exemple insiste quant à lui davantage sur le ratio. À ce propos, nous adoptons par souci d’intelligibilité la correction du texte des manuscrits (σὺν ἡμιόνῳ) en σὺν ἡμιολίῳ. La préposition n’est pas une contrainte suffisante pour conserver le texte des manuscrits, dans la mesure où σύν peut prendre aussi, avec le datif, le sens de « conformité », ce qui donne littéralement, pour le texte corrigé : « du blé contre de l’avoine, selon le rapport d’un et demi à un ». Et surtout, le texte des manuscrits obligerait à comprendre que le blé s’échange contre de l’avoine et une mule9. On voit mal comment du blé pourrait exiger une compensation en céréales et en bétail, précisément si elle est effectuée par un homme expérimenté en estimation10.

6Cette troisième acception rend compte d’un rapport entre la qualité des choses et non de la qualité des choses en elles-mêmes. L’idée d’échange et d’attribution d’un taux de conversion fait bien référence à un processus de compensation dont les modalités ne peuvent être établies que par celui qui est compétent en la matière, celui qui connaît la valeur des choses et sait en estimer le prix parce qu’il en a l’expérience, et cela fait bien référence à l’agent, ici celui qui est expérimenté (ὁ ἔμπειρος). Mais ἀξία conserve, à travers ἀμοιβή, sa dimension résultante. Les exemples utilisés et l’idée de taux de conversion incitent à penser que cette troisième acception ne concerne que des réalités « moralement indifférentes ». Dans la mesure où le bien n’est pas susceptible de degré11, toute idée de compensation, de taux d’échange, caractéristique de la troisième acception, n’aurait aucun sens12.

7Chez Diogène Laërce, l’ἀξία se présente donc comme une qualité des ὄντα, les réalités existantes (définitions 1 et 2). Elle se présente également comme l’expression du rapport entre les qualités de choses différentes (définition 3). Elle oscille donc entre la contribution (l’efficacité du poids des choses) et la compensation (le résultat d’une opération d’appréciation et de comparaison des poids). L’ἀξία est quelque chose de la chose ou des choses mais elle est également quelque chose qui se constate, s’apprécie et fait ainsi référence à un processus d’attribution de la valeur – même si ἀξία ne prend pas ici le sens actif qu’il lui est pourtant possible de prendre en grec. Dans la mesure où l’ἀξία se distingue en outre selon qu’elle s’applique à des réalités morales (acception 1) ou moralement indifférentes (acception 2), on pourrait dire que la problématique des ordres de valeur croise une distinction entre poids et processus.

La définition tripartite de Stobée : prise en compte du sens actif d’ἀξία et de son contraire ἀπαξία

8L’exposé de Stobée se situe également dans le contexte d’une analyse des ἀδιάφορα, toutes les choses « conformes à la nature » (τὰ κατὰ φύσιν) étant requalifiées comme possédant de l’ἀξία tandis que toutes les choses « contraires à la nature » (τὰ παρὰ φύσιν) sont requalifiées comme possédant de l’ἀπαξία :

Τὴν δὲ <ἀξίαν> λέγεσθαι <τριχῶς,> τήν τε <δόσιν> καὶ <τιμὴν καθ’ αὑτὸ> καὶ τὴν <ἀμοιβὴν> τοῦ δοκιμαστοῦ· καὶ τὴν <τρίτην,> ἣν ὁ Ἀντίπατρος ἐκλεκτικὴν προσαγορεύει, καθ’ ἣν διδόντων τῶν πραγμάτων τάδε τινὰ μᾶλλον ἀντὶ τῶνδε αἱρούμεθα, οἷον ὑγίειαν ἀντὶ νόσου καὶ ζωὴν ἀντὶ θανάτου καὶ πλοῦτον ἀντὶ πενίας. Κατὰ τὸ ἀνάλογον δὲ καὶ <τὴν ἀπαξίαν τριχῶς> φασὶ λέγεσθαι, ἀντιτιθεμένων τῶν σημαινομένων τοῖς ἐπὶ τῆς τριττῆς ἀξίας εἰρημένοις.

Ils disent qu’ἀξία se dit en trois sens : que c’est l’évaluation et la valorisation [d’une chose] en elle-même ; que c’est ensuite la compensation fixée par l’expert en estimation ; et que la troisième, qu’Antipater appelle « sélective », est la valeur selon laquelle, certaines choses étant données, nous choisissons de préférence certaines contrairement à d’autres : la santé par opposition à la maladie, la vie par opposition à la mort et la richesse par opposition à la pauvreté. Et, par analogie, ἀπαξία se dit aussi en trois sens, selon eux, en inversant les significations par rapport à ce qui vient d’être dit à propos de la triple [acception] d’ἀξία.13

9Comme Diogène Laërce, Stobée distingue également trois acceptions : l’ἀξία se trouve définie comme δόσις et τιμή – du moins si l’on suit la correction de Meineke qui remplace le τὴν des manuscrits en τιμὴν –, puis comme ἀμοιβή – ce qui correspond exactement semble-t-il à la « compensation » dont faisait état la dernière acception dans l’exposé de Diogène Laërce –, et enfin comme ἀξία ἐκκλεκτική en fonction de laquelle certaines choses sont choisies de préférence à d’autres14. Les exemples donnés permettent de rapprocher cette dernière acception de la deuxième acception proposée par Diogène Laërce. Cette définition tripartite d’ἀξία correspond au fragment 124 du troisième volume des Stoicorum veterum fragmenta de Hans von Arnim, lequel est en partie repris dans la section 58 de l’édition d’Anthony A. Long et David N. Sedley – devenant le fragment K. Il nous semble cependant essentiel de comprendre ce texte en lien avec ce qui correspond au fragment 125 (= SVF III, D. B. 47)15 et qui n’est autre que la suite immédiate du texte de Stobée, ce que ne fait pas Carlos Lévy16 dans l’analyse qu’il propose de la notion puisqu’il met en parallèle le fragment 125 avec l’exposé de Diogène Laërce sans prendre en compte le lien d’explicitation entre 124 et 125. Il nous semble au contraire très net que le passage qui suit et qui correspond au fragment 125 vient expliciter les termes techniques contenus dans la définition tripartite d’ἀξία et que si comparaison il y a avec Diogène Laërce, elle doit se faire par rapport à l’ensemble du texte de Stobée, et surtout par rapport aux éléments du fragment 124 explicités dans le fragment 125 :

Τὴν δὲ <δόσιν> φησὶν ὁ <Διογένης> κρίσιν εἶναι, ἐφ’ ὅσον κατὰ φύσιν ἐστὶν ἢ ἐφ’ ὅσον χρείαν τῇ φύσει παρέχεται. Τὸ δὲ <δοκιμαστόν17,> οὐχ ὡς λέγεται τὰ πράγματα δοκιμαστὰ παραλαμβάνεσθαι, ἀλλ’ ὡς δοκιμαστήν φαμεν εἶναι τὸν τὰ πράγματα δοκιμάζοντα· τῆς οὖν ἀμοιβῆς τὸν τοιοῦτόν φησι δοκιμαστὴν εἶναι. Καὶ ταύτας μὲν <τὰς δύο> ἀξίας καθ’ ἃς λέγομέν τινα τῇ ἀξίᾳ προῆχθαι, <τρίτην> δέ φησιν εἶναι, καθ’ ἥν φαμεν ἀξίωμά τινα ἔχειν καὶ ἀξίαν, ἥπερ περὶ ἀδιάφορα οὐ γίνεται, ἀλλὰ περὶ μόνα τὰ σπουδαῖα. Χρῆσθαι δ’ἡμᾶς φησιν ἐνίοτε τῷ ὀνόματι τῆς <ἀξίας> ἀντὶ τοῦ <ἐπιβάλλοντος> ὡς ἐν τῷ τῆς δικαιοσύνης ὅρῳ παρείληπται, ὅταν λέγηται εἶναι ἕξις ἀπονεμητικὴ τοῦ κατ’ ἀξίαν ἑκάστῳ· ἔστι γὰρ οἷον τοῦ ἐπιβάλλοντος ἑκάστῳ.

Et l’évaluation, Diogène [de Babylone] dit qu’elle est un jugement selon lequel on juge que c’est conforme à la nature ou que cela nous procure l’usage de la nature. Quant à l’idée d’estimation dont il était question dans l’expression, elle ne doit pas être comprise au sens où l’on dit que les choses sont estimées pour être choisies, mais au sens où nous disons qu’est expert en estimation celui qui estime. Donc, à propos de la compensation dont nous parlions, il dit que c’est un tel homme qui en est l’expert pour l’estimer. Et il dit encore qu’il y a deux acceptions d’ἀξία selon lesquelles nous disons qu’une chose est mise en avant par ce type de valeur ; tandis qu’il y en a une troisième, selon laquelle nous disons que quelque chose a dignité et valeur, cette valeur qui, précisément, n’advient pas aux choses indifférentes mais seulement à propos des choses dignes d’être recherchées. Il dit encore que nous utilisons parfois le mot ἀξία à la place de « proportionné », comme cela s’entend dans la définition de la justice, quand on dit qu’elle est une disposition qui donne à chacun en fonction de sa valeur. C’est en effet la même chose que « proportionné à chacun ».18

10Contrairement à Diogène Laërce, Stobée fait référence à des scholarques précis. Ainsi la troisième acception d’ἀξία – la valeur sélective – est-elle explicitement attribuée à Antipater. D’autre part, dans la mesure où la définition de δόσις est attribuée à Diogène de Babylone au fragment 125, il est légitime de lui attribuer la première acception d’ἀξία. Il n’est pas judicieux en revanche d’attribuer l’ensemble de la définition à Antipater sous prétexte qu’il est mentionné dans le même fragment qui rassemble trois acceptions d’ἀξία19. Cela reviendrait à lire le témoignage de Stobée à la lumière d’un découpage qui ne le concerne pas. Dans son exposé, deux références d’auteurs sont présentes et c’est à partir de ces indications qu’il est légitime de formuler des hypothèses.

 

11La première acception se trouve caractérisée par deux termes, δόσις et τιμή : Τὴν δὲ <ἀξίαν> λέγεσθαι <τριχῶς,> τήν τε <δόσιν> καὶ <τιμὴν20 καθ’ αὑτὸ>. Les termes ἀξία, δόσις, τιμή admettent en grec le sens de processus, de résultat ou d’objet sur lequel porte le processus. Resterait à savoir à quoi renvoient ces deux termes ici : le poids des choses comme le laissent penser les traductions d’Anthony A. Long et David N. Sedley ? Ou bien le processus d’évaluation comme le suggère Thomas Bénatouïl ? Il conviendrait également de se demander si les deux termes renvoient à la même chose, ce que ne semble mettre en doute aucune des deux traductions, qui proposent deux termes synonymes du prix pour les uns, du processus pour le second. L’explicitation du fragment 125 invalide d’emblée l’hypothèse d’une unité de définition fondée sur le « prix », le « poids ». Δόσις se trouve en effet définie comme « jugement » (κρίσις), ce que ne prend manifestement pas en compte la traduction d’Anthony A. Long et David N. Sedley qui proposent « price » et que Jacques Brunschwig et Pierre Pellegrin traduisent tout naturellement par « prix ». Ils négligent de ce fait la référence au processus caractéristique de cette première acception que Thomas Bénatouïl prend en revanche tout à fait en compte. La question à se poser concerne donc exclusivement le rapport entre les deux termes δόσις et τιμή, ce qui implique que l’on prenne en compte les « types d’objets » en jeu dans le jugement. La δόσις est bien un jugement, mais c’est, nous dit Stobée, le jugement « selon lequel on juge que c’est conforme à la nature ou que cela contribue à l’usage de la nature ». En d’autres termes, la δόσις fait référence à un processus qui concerne des réalités « préférables » dotées d’une valeur « moyenne ». Τιμή est pour sa part une notion technique qui renvoie à un certain type de biens. Stobée précise ailleurs que τιμή fait partie des biens qui sont « relatifs à autre chose » (πρός τί πως ἔχειν). L’honneur est l’expression de sa propre vertu dans le regard d’autrui. L’honneur, de même que la bienveillance, l’amitié ou l’harmonie sont des biens relatifs par rapport à d’autres qui, telles la science ou la justesse (δικαιοπραγία), sont des biens par eux-mêmes (καθ’ ἑαυτά)21. À l’instar de la justice, τιμή est définie comme la détermination de la part d’honneur (γέρας) dont on estime quelqu’un digne, cette part d’honneur étant elle-même définie en termes de vertu22 : c’est le prix de la vertu (ἆθλον ἀρετῆς εὐεργετικῆς). Opposée à κόλασις23, la τιμή est en ce sens étroitement associée à l’éloge : ce qui est (considéré comme) « digne d’éloges » « mérite de la τιμή », autrement dit une récompense faite d’honneurs24. Τιμή fait donc référence à l’expression concrète d’une évaluation ou plutôt d’une valorisation qu’elle manifeste dans le cadre d’un comportement respecteux ou plus trivialement d’une récompense. Autrement dit, si le terme τιμή lui-même ne prend pas directement le sens de processus de valorisation, la référence au processus est bien présente. Par ailleurs, s’il fait référence aux honneurs dans une acception traditionnelle et peut être pris en mauvaise part25, dans le cas du philotime par exemple, c’est à la vertu qu’il est associé de façon légitime en prenant un sens technique. La τιμή, liée à l’éloge, n’est autre que la récompense de la vertu. On parle réciproquement du vertueux en disant qu’il est ἄξιος τιμῆς ou τίμιον. La première acception d’ἀξία dans l’exposé de Stobée renvoie donc à un processus d’appréciation – on juge que c’est conforme à la nature – ou de valorisation – on honore un bienfait, d’un dieu ou d’un homme – et elle se trouve exprimée et relayée respectivement par dόσις et par τιμή. Une problématique relative à des types d’objets, à différents états de la valeur, croise donc une acception active de la notion d’ἀξία. Nous avons dit que cette définition pouvait légitimement être attribuée à Diogène de Babylone puisque la définition de la δόσις lui est explicitement associée26. Mais qu’est-ce qui, dans cette définition, peut lui être attribué ? L’affinité d’ἀξία avec le bien ou la dimension active de l’ἀξία ? Zénon envisage déjà une « très grande » valeur du bien, comme le souligne Carlos Lévy contre Woldemar Görler27. C’est bien en attribuant une acception active à ἀξία, signifiant dès lors aussi « valorisation », « jugement de valeur », que Diogène de Babylone innove, et non dans la mesure où il envisagerait une acception de la valeur susceptible de s’appliquer aux biens. Du point de vue des doxographes, Stobée innove par rapport à Diogène Laërce en se faisant l’écho de cette acception active d’ἀξία.

 

12La seconde acception donnée par Stobée – « la compensation fixée par l’expert en estimation (ἡ <ἀμοιβὴ> τοῦ δοκιμαστοῦ) »28 – apparaît au premier abord identique à la troisième acception donnée par Diogène Laërce. Stobée explicite l’acception en précisant au fragment 125 ce qu’il faut entendre par τοῦ δοκιμαστοῦ dans l’expression ἀμοιβὴ τοῦ δοκιμαστοῦ. Le δοκιμαστοῦ du fragment 124 ne doit pas être compris ici comme ce qui est évalué, examiné, mais au sens d’« examinateur », ce qui invite à prendre en compte l’opération davantage que son objet ou son résultat. Telle est l’interprétation de Arthur J. Pommeroy et Thomas Bénatouïl. La précision n’est pertinente qu’en grec puisque la traduction française devient redondante en l’exprimant. Le groupe ἡ ἀμοιβὴ τοῦ δοκιμαστοῦ doit être compris comme l’équivalent de la phrase de Diogène Laërce : ἀμοιβὴν δοκιμαστοῦ, ἣν ἂν ὁ ἔμπειρος τῶν πραγμάτων τάξῃ. Δοκιμαστοῦ ne renvoie pas à la même chose dans les deux textes. Chez Stobée, il assume les fonctions du nom ὁ ἔμπειρος utilisé par Diogène Laërce. On notera à l’appui de cette hypothèse de lecture l’absence d’article chez Diogène Laërce, contrairement à ce qui se passe chez Stobée. Ce dernier donne encore une fois aux termes mêmes qui expriment la valeur un sens actif. Δοκιμάζω apparaît ici sous la forme d’un participe substantivé, Stobée jouant sur deux accents différents : δοκιμαστής renvoie à la personne (qui évalue) tandis que δοκιμάζοντα renvoie à l’activité d’évaluation (de cette personne). Ἀμοιβή fait référence, comme chez Diogène, à la « valeur d’échange », mais Stobée insiste moins sur le ratio de ce qui est échangé que sur le ratio en tant qu’il est formulé par l’examinateur. Dans cette deuxième acception d’ἀξία proposée par Stobée on retrouve une dimension active, ce qui est la principale innovation que l’on peut attribuer à ce texte – et par conséquent à Diogène de Babylone – par rapport à l’exposé de Diogène Laërce qui ne rattache ses définitions à aucun stoïcien en particulier. On pourrait enfin rapprocher cette définition d’une autre précision du fragment 125, à savoir le fait qu’ἀξία est utilisé parfois comme substitut d’un autre terme, ἐπιβάλλων, comme cela apparaît notamment dans la définition de la justice. Le verbe ἐπιβάλλω signifie entre autres « se poser sur », « s’appliquer à », et par suite « imposer des sanctions »29 ou une « contribution » aux villes30, si bien que l’on retrouve tout à la fois les idées de rétribution et de justice, qu’il s’agisse de la rétablir ou de l’établir. Le lien que l’on sous-entendait chez Diogène Laërce entre ἀξία-ἀμοιβή d’une part et, d’autre part, la notion de dû et par suite de justice se trouve à présent explicitement formulé.

13La troisième acception enfin, explicitement rapportée à Antipater, fait référence à une qualité des choses – ce que Cicéron appellera leur poids – et vient souligner le lien entre cette qualité et une opération élective, le choix, qui réalise dans un comportement l’appréciation de la valeur. Ἀξία apparaît comme la raison et la justification du choix effectué, « choisir » étant entendu en un sens non technique ici, comme un synonyme de « sélectionner ». La valeur apparaît comme une qualité incitative des choses à l’égard du comportement. La possession de valeur est la raison pour laquelle certaines choses seront – ou devraient être – sélectionnées par rapport à d’autres. L’exposé de Stobée est donc beaucoup plus riche que celui de Diogène Laërce et il adopte une perspective différente. Les trois acceptions repérées par Diogène Laërce s’en tiennent à un sens résultatif en insistant sur la distinction entre valeur des biens et valeur des « préférables », entre valeur absolue et valeur moyenne. Les acceptions envisagées par Stobée permettent en revanche de prendre en compte une acception active d’ἀξία notamment à travers les notions de δόσις et de τιμή. La problématique des ordres de valeur n’en est pas pour autant abandonnée. Elle est même explicitement prise en compte par Stobée à la fin du dernier des deux fragments cités, attribuant à Diogène de Babylone la distinction entre un type de valeur selon lequel ou grâce auquel « nous disons qu’une chose est mise en avant » et un autre type de valeur qui renvoie à la dignité de choses qui, de ce fait, sont « dignes d’être recherchées ». Si nous appliquons cette distinction aux trois acceptions d’ἀξία, nous pouvons dire que les deux dernières, à quoi renvoie précisément ταύτας, portent sur le poids des choses, tandis que la première ne concerne que des éléments qui relèvent des biens ou du moins ne devraient concerner que la vertu et le comportement vertueux. La définition donnée par Stobée est plus riche enfin dans la mesure où elle prend pleinement en compte, dans le processus définitionnel, la valeur négative. Seul Stobée prend explicitement en compte une théorisation de la valeur négative en affirmant que l’on peut produire exactement la même tripartition pour ἀπαξία que celle qu’il établit pour ἀξία31, alors que Diogène Laërce se contente simplement de prendre en compte la notion de « valeur négative » (ἀπαξία) dans la définition des indifférents32. Si l’on comprend assez bien que le contraire du poids positif associé à la sélection est un poids négatif qui incite au rejet, plus difficile serait peut-être l’application aux deux premiers sens que Stobée attribue au terme ἀξία. On peut cependant imaginer assez bien qu’à la valorisation il faut opposer le mépris, à la sélection le rejet. Mais cela relève de toute façon de la pure spéculation puisque, nous le verrons, le mot ἀξία n’est jamais utilisé pour exprimer le processus d’évaluation. De même, à la compensation en échange de ce qui est reçu, on pourrait opposer la peine ou l’amende qui ôte en quelque sorte le « trop perçu ».

Cicéron : restriction d’ἀξία au poids (pondus) des choses conformes à la nature

14Le témoignage de Cicéron est particulièrement intéressant par le déplacement que propose le passage du grec au latin, ce qui permet d’envisager la langue et les concepts qu’elle exprime en quelque sorte de l’extérieur33. Après avoir envisagé l’opération de discrimination de son environnement par le vivant qui, recommandé à lui-même, tend spontanément à rechercher ce qui assure la conservation de sa constitution et à éviter ce qui lui est nuisible34, Caton-Cicéron reformule ce constat en distinguant de l’aestimabile et de l’inaestimabile, cette dernière notion ne faisant pas l’objet d’un développement mais étant présentée comme le contraire (contrarium) de ce qu’il est possible de dire de la précédente, à savoir aestimabile.

Aestimabile esse dicunt (sic enim, ut opinor, appellemus) id quod aut ipsum secundum natura sit aut tale quid efficiat, ut selectione dignum propterea sit, quod aliquod pondus habeat dignum aestimatione, quam illi ἀξίαν uocant, contraque inaestimabile quod sit superiori contrarium.

Ils disent qu’est estimable – c’est, je crois, ainsi qu’il faut l’appeler – ou bien ce qui est soi-même naturel, ou bien ce qui peut produire quelque chose de tel, si bien qu’il est digne d’être sélectionné, parce qu’il a un certain poids qui est digne d’estimation, qu’ils appellent ἀξία, et au contraire ce qui est contraire à ces choses est non-estimable.35

15Être aestimabile, « estimable », renvoie non seulement au fait que quelque chose a une valeur mais également aux enjeux, pour l’humain, de cette possession de valeur. Cicéron définit en effet aestimabile en fonction d’un critère (conformité à la nature) avant d’ajouter qu’une telle chose conforme à la nature implique qu’elle est « digne d’être sélectionnée » ou plus littéralement « digne de sélection » (selectione dignum), et ce pour une raison bien précise : elle a un poids (pondus) digne d’estimation (dignum aestimatione). L’explication est en apparence redondante puisque la sélection d’une chose conforme à la nature s’explique et se justifie par le poids de la chose dans la mesure où il est digne d’être estimé. Pourtant les choses sont plus complexes et chaque élément a son importance. Dire de quelque chose qu’il est estimable renvoie à la fois à un critère objectif sur la qualité des choses et à ce qu’implique, pour un individu, cette conformité à la nature : elle peut légitimement être sélectionnée. La chose aestimabile est à la fois conforme à la nature et justifie voire appelle de ce fait un comportement en termes de sélection – selectio traduisant ici le grec ἐκλογή. La sélection de la chose se justifie par la conformité de cette chose par rapport à la nature. C’est pourquoi la suite de la phrase qui prétend expliquer et justifier la légitimité de cette sélection semble redondante. Elle assume pourtant bel et bien une fonction explicative et justificative en donnant l’étape intermédiaire, autrement dit l’argument qui permet de passer de la conformité à la nature à l’explication de la sélection. Cette étape intermédiaire est celle du poids (pondus) et de l’évaluation ou de l’estimation (aestimatio). Cicéron opère une reformulation de la conformité à la nature en termes de poids, et il envisage une opération psychique associée à ce poids, impliquée ou du moins appelée par lui. La reformulation en termes de poids n’est pas inutile puisque c’est elle qui permet de parler d’évaluation. Le poids des choses s’explique en termes de conformité à la nature mais, réciproquement, la conformité s’exprime en termes de poids qui rend possible et appelle une évaluation des choses36, laquelle conduit alors et alors seulement à les sélectionner à juste titre. Une chose estimable est une chose qui a un poids propre dû à sa conformité à la nature et que, pour cette raison, il est légitime de sélectionner, ce qui implique une opération nécessaire et fondamentale d’évaluation.

16Qu’advient-il alors de l’ἀξία elle-même ? Cicéron mentionne le terme grec pour préciser à quelle notion stoïcienne il fait référence. Réciproquement, cela revient à donner une certaine acception à cette ἀξία. Non seulement Cicéron inscrit son propos dans le paysage conceptuel stoïcien, mais, réciproquement, il infléchit le sens de la notion. Un double mouvement se fait jour. Premièrement, une équivalence explicite est posée entre ἀξία et aestimatio. Cicéron présente l’aestimatio comme le terme idoine pour traduire la notion grecque ἀξία. Autrement dit, c’est un terme renvoyant au processus qui est privilégié et qui, réciproquement, donne, semble-t-il, à la notion grecque une acception active. Cicéron semblerait donc au premier abord privilégier l’acception active d’ἀξία que l’on rencontrait chez Stobée avec la δόσις. Pourtant, cette aestimatio est très souvent elle-même quantifiée37. Et dans le second texte que nous citions, elle s’inscrit dans une problématique relative à la quantification : on y distingue en effet une acception quantifiable et une acception qui n’est pas susceptible de degré. La rencontre entre les deux univers linguistiques et culturels infléchit le sens de chacune des deux notions. Ἀξία se trouve en effet traduite par un terme, aestimatio, qui, dérivé d’aestimo, exprime le processus d’évaluation, l’appréciation de la valeur d’une chose et par suite le jugement38. Mais il se trouve que ce terme se comporte inversement comme une acception non active d’ἀξία puisqu’il se trouve quantifié. Aussi pourrait-on dire que Cicéron insiste tout à la fois sur le processus et sur le poids des choses. Ἀξία fait référence, chez Cicéron, au poids des choses en tant qu’il appelle une opération d’évaluation (aestimatio), un poids qui s’explique dans le premier texte en termes de conformité à la nature et qui, surtout, justifie une sélection. Dans la mesure où ἀξία fait référence, dans une certaine mesure et de biais, au poids des choses, le latin explicite alors le lien étymologique que souligne Pierre Chantraine entre ἀξία et ἄγω au sens de « peser », ce que l’on retrouve également dans l’origine concrète d’aestimatio à travers aestumo qui signifie au départ compter de l’argent. Le transfert opéré par Cicéron assure un réseau notionnel billingue parfaitement cohérent.

17D’autre part, si l’ἀξία des choses, c’est-à-dire leur poids, se définit par une conformité à la nature, on retrouve un sens semblable à celui que prend ἀξία dans la seconde et la troisième acception que donnent respectivement Diogène Laërce et Stobée : le poids des choses moralement indifférentes. Le second texte nous invite cependant à prendre en compte un élargissement de l’usage d’aestimatio – mais pas d’ἀξία – susceptible de prendre en compte deux types de réalités différentes, selon qu’elles sont ou pas susceptibles de degrés :

Bonum hoc, de quo agimus, est illud quidem plurimi aestimandum, sed ea aestimatio genere ualet, non magnitudine. Nam cum aestimatio quae ἀξία dicitur, neque in bonis numerata sit nec rursus in malis, quantumcumque eo addideris, in suo genere manebit. Alia est igitur propria aestimatio uirtutis, quae genere non crescendo ualet.

Ce bien qui nous occupe est ce qui doit être le plus estimé, mais cette estimation est affaire d’espèce et non de quantité. Car puisque l’estimation qu’ils appellent ἀξία n’est mise au nombre ni des biens ni des maux, quoi que vous y ajoutiez elle demeure de la même espèce. Donc l’estimation propre de la vertu est différente, et elle est affaire d’espèce et non de quantité.39

18Cela nous conduit à retrouver les distinctions que proposent Diogène Laërce et Stobée entre deux états de la valeur. Pourtant, alors que Cicéron admet que l’aestimatio puisse s’appliquer au bien et que l’aestimatio du bien se distingue de l’aestimatio des réalités moralement indifférentes, il restreint en revanche le sens d’ἀξία au domaine des réalités moralement indifférentes. Cicéron distingue donc deux formes d’aestimatio dont l’une seulement traduit l’ἀξία. Cette dernière devient, dans la traduction, une branche seulement de l’aestimatio qui concerne pour sa part l’ensemble des réalités existantes et prend en charge différents types de « valeurs ». Dès lors, aestimatio fonctionne comme l’ἀξία qu’elle entend traduire.

19Quant à l’idée de valeur négative, elle s’inscrit dans ce contexte des réalités qui ont la nature pour critère et elle est prise en charge par le terme inaestimabile. Celui-ci est manifestement le contraire d’aestimabile qui rend le grec ἀξίαν ἔχειν40. Mais on ne saurait traduire par « sans valeur », précisément en fonction de la précision que nous venons d’apporter quant au sens très restreint d’ἀξία chez Cicéron. Elle ne fait pas référence à la valeur en général mais à ce type de valeur qui s’explique par la conformité à la nature. Par suite, inaestimabile ne renvoie pas à l’absence de valeur mais à la contrariété par rapport à la nature. On retrouve plusieurs usages d’inaestimabile pour rendre compte des « dépréférables »41. D’autre part, Cicéron fait parfaitement la différence entre l’idée de valeur négative et l’absence de valeur comme en témoigne la distinction qu’il propose entre trois types de choses. Cicéron distingue en effet des choses aestimabilia, des contra, des neutra42.

Synthèse sur les acceptions d’ἀξία

20À partir des trois définitions ou théorisations stoïciennes d’ἀξία – celles de Diogène Laërce, de Stobée et de Cicéron – il apparaît que les stoïciens distinguent différentes acceptions d’ἀξία : le sens de qualité, de prix, de poids des choses ou des individus43, qui renvoie à une axiologie ; le sens de compensation44, qui renvoie au domaine de l’échange et qui fait référence à un homme d’expérience (ὁ ἔμπειρος), un expert en estimation (δοκιμαστής) capable de fixer la juste compensation (ἀμοιβή) ; le sens d’évaluation et de valorisation45, où elle apparaît dans un rapport d’équivalence ou de synonymie avec τιμή et δόσις pour exprimer le processus d’évaluation, ce qui renvoie à la thématique du jugement et de l’opinion. Seul le premier des trois sens envisagés correspond à l’acception que nous donnons en français au terme « valeur ».

21Les définitions stoïciennes d’ἀξία retrouvent finalement les trois foyers de sens qu’admet le terme en grec. Les dictionnaires distinguent en effet plusieurs sens et acceptions pour ἀξία que l’on regroupera sous trois chefs qui correspondent également à des acceptions possibles de τιμή en grec46. Ἀξία exprime en effet le prix ou la valeur d’une chose47, d’une action ou d’une personne48, ce qui donne le sens de « mérite », de « dignité », et τιμή admet une telle acception : le terme signifie en effet en dorien l’« honneur » et, en ionien-attique, « le prix, la valeur » en parlant de choses. Ensuite, ἀξία signifie « ce qui est dû »49, qu’il s’agisse de la récompense ou du châtiment50, tout comme τιμή51. L’acception de « dû » en fonction de la valeur de la personne renvoie par suite à la situation qui correspond au mérite, et généralement à la condition des grands, un sens que l’on retrouve dans l’acception homérique de τιμή qui signifie « l’apanage de la condition des grands »52, ce qui nous conduit à retrouver la première acception. Un troisième foyer de sens se dessine : le processus d’évaluation, le processus de valorisation et par suite l’opinion53. Τιμή peut également assumer cette acception54. Le terme fait en effet référence à la « considération qui procure des avantages matériels », ce qu’exprime généralement le verbe τιμά-ω qui signifie « honorer » (les dieux) et surtout « manifester son estime par des cadeaux », ce qui le distingue de σέβομαι qui signifie seulement « respecter »55.

22Les acceptions qu’admet ἀξία s’inscrivent dans deux questionnements différents : la distinction entre le processus et son objet croise une réflexion sur des types de valeurs différents (très grands ou moyens) soumis à des critères différents (la vie harmonieuse ou la conformité à la nature) et concernant des types de réalités différents (les biens et les « préférables »). Autrement dit, ἀξία semble susceptible d’exprimer aussi bien le processus d’évaluation que le poids qui est objet d’évaluation. En prétendant exprimer les deux pôles de l’activité d’évaluation, ἀξία apparaîtrait comme un concept structurant déjà de ce point de vue.

23D’autre part, ἀξία, au sens de valeur, semble aussi bien pouvoir faire référence au poids relatif – positif ou négatif – des choses et des événements du monde qu’au mérite – ou au démérite – de la personne, à sa qualité morale (vice ou vertu). Dans la mesure où elle prétend rendre compte de différents états de la valeur, ἀξία apparaîtrait comme un concept structurant pour exprimer cette fois la valeur des choses existantes malgré leur hétérogénéité, autrement dit pour exprimer la différence du réel telle que la formulent les stoïciens en distinguant des biens, des maux, des indifférents « préférables » ou « dépréférables ». Les biens et les maux auraient une très grande valeur (respectivement positive et négative) contribuant à la vie harmonieuse ou la détruisant ; les indifférents « préférables » et « dépréférables » auraient une valeur moyenne (respectivement positive ou négative) contribuant à la vie selon la nature ou la desservant. Les indifférents absolus seraient à l’inverse dépourvus d’ἀξία. D’après les définitions donc, on peut considérer qu’ἀξία admet des différences de nature (hétérogénéité), de polarité (contrariété), ainsi que la privation.

24Toujours au sens de valeur, ἀξία oscille enfin entre des connotations passives – le poids (pondus) – et actives – la contribution (σύμβλησις) chez Diogène Laërce. Pourtant, dans la mesure où les connotations passives du poids sont contrebalancées par l’idée que le poids appelle, attend, requiert une estimation, on distinguerait plutôt deux foyers de sens. Un premier foyer associerait le prix ou le poids de la chose à un processus d’évaluation, ce qui se retrouve chez Cicéron et chez Stobée qui parle d’une valeur « sélective » (ἐκλεκτική). L’autre foyer de sens négligerait l’idée d’évaluation et insisterait plutôt sur l’efficacité de la valeur : la chose est considérée comme ayant un poids parce qu’elle produit un certain effet. Diogène Laërce l’exprime quant à lui en termes de contribution (σύμβλησις). On distingue donc un foyer valeur/évaluation et un foyer valeur/efficacité, ce qui renvoie respectivement au devenir de la valeur dans un processus d’évaluation d’une part et, d’autre part, à l’explication de la valeur (qu’est-ce qui fait dire d’une chose qu’elle a un poids).

Notes de bas de page

1 DL VII, 105-106 = SVF III, 126 (extrait partiel), traduction Richard Goulet à peine modifiée.

2 On notera que σύμβλησις et le verbe correspondant utilisés par Diogène ne sont pas traditionnellement rattachés au lexique de la valeur. Quant au sens d’aide et d’assistance que nous traduisons par « contribution » en suivant Richard Goulet, il est assez fréquent pour le verbe, mais il n’apparaît que comme la dernière acception du substantif σύμβλησις dans le LSJ et la référence proposée n’est autre que ce passage de Diogène Laërce.

3 Voir à ce propos l’analyse de la propriété par Thomas Bénatouïl, « Les possessions du sage et le dépouillement du philosophe », Rursus, no 3, 2008. En ligne : [https://doi.org/10.4000/rursus.213].

4 Voir notamment Platon, Politique, 289e (les hommes de l’échange sont disqualifiés pour la fonction royale) ; Banquet, 202c (échange entre les hommes et les dieux) ; Aristote, EN, IX, 1164a35-b12. Carlos Lévy (« L’irruption de la philosophie dans la littérature latine. Le fragment de Lucilius sur la vertu », Constitution du champ littéraire : limites, intersections, déplacements, P. Chiron éd., Paris, L’Harmattan, 2008, p. 49-62) conclut du passage 1164b1-19 que « le Stagirite fait intervenir ici l’échange comme un processus dans lequel se joue la détermination de la valeur d’une action », ce dont les stoïciens s’inspireraient. Or, il nous semble que quelque chose de bien différent se fait jour dans cette définition stoïcienne à travers l’exposé de Diogène Laërce. En effet, nous avons affaire ici à un processus qui implique la connaissance de ce que valent les choses. On peut certes dire que la valeur « se joue » dans ce processus, mais elle s’y manifeste plutôt qu’elle ne s’y élabore. Et il ne nous semble pas non plus que ce soit là que réside l’enjeu de l’ἀμοιβή stoïcienne. Aussi, contrairement à ce qu’affirme Carlos Lévy, le silence de Woldemar Görler sur le précédent aristotélicien ne nous semble pas être une carence. Woldemar Görler, « Zum virtus-Fragment des Lucilius (1326-1338 Marx) und zur Geschichte der stoischen Güterlehre » [1984], Kleine Schriften zur hellenistisch-römischen Philosophie, C. Catrein éd., Leyde-Boston, Brill, 2004, p. 105-135.

5 Homère, Odyssée, XII, 382.

6 Par exemple : Platon, Lois, 653d ; DL IX, 8.

7 Seul le LSJ indique ce sens en donnant comme exemple Odyssée, XII, 382.

8 Richard Goulet, DL VII, p. 856, note 2.

9 Roberto Radice, Stoici Antichi. Tutti i frammenti [1998], Milan, Bompiani, 2002.

10 Voir Alain Bresson, La cité marchande, Bordeaux, Ausonius Éditions, 2000, en particulier les chapitres VIII et IX. L’ouvrage s’attache notamment à réfuter les thèses de Moses I. Finley, Économie et société en Grèce ancienne [1981], Paris, Seuil, 2007. D’après ce que dit l’auteur de la formation des prix, gérés par l’offre de la loi et de la demande, il se trouve effectivement que les prix du blé pouvaient s’envoler. Pourtant, l’État essayait chaque fois de persuader les vendeurs de vendre à un juste prix. Dans notre texte, l’homme expérimenté et compétent ne saurait vouloir encourager un tel processus. Il ne pourrait donc fixer un prix du blé aussi élevé.

11 DL VII, 101.

12 Pour un approfondissement de cette acception, voir l’annexe 3.

13 Stobée, Eclog., II, 7, 7f, t. II, p. 83, 10-84, 3 W = SVF III, 124 (= SVF III, Ant., 52) = LS 58 D, notre traduction à partir de LS et Thomas Bénatouïl (La pratique du stoïcisme : recherche sur la notion d’usage (khrèsis) de Zénon à Marc Aurèle, thèse de doctorat, Université Paris 12 - Val de Marne, 2002, p. 518).

14 Thomas Bénatouïl le formule ainsi : « [il] distingue trois sens de la notion de valeur, à savoir la δόσις, la valeur d’échange et la valeur “sélective” » (ibid., p. 545).

15 Stobée, Eclog., II, 7, 7f, t. II, p. 84, 4-17 W = SVF III, 125 (= SVF III, D. B. 47).

16 Carlos Lévy, « L’irruption de la philosophie dans la littérature latine. Le fragment de Lucilius sur la vertu », Constitution du champ littéraire, P. Chiron éd., ouvr. cité.

17 Nous conservons le texte de W et non la correction de Meineke en δοκιμαστοῦ adoptée par Hans von Arnim.

18 Stobée, Eclog., II, 7, 7f-g, p. 84, 4-17 W = SVF III, 125 (= SVF III, D. B. 47), notre traduction.

19 Telle est pourtant la lecture adoptée par Carlos Lévy, « L’irruption de la philosophie… », Constitution du champ littéraire, P. Chiron éd., ouvr. cité, p. 55 pour l’attribution de SVF, III, 125 à Diogène de Babylone et p. 56 pour l’attribution de SVF, III, 124 à Antipater.

20 Les manuscrits comportent τὴν à la place de τιμήν. La correction est proposée par Meineke.

21 Stobée, Eclog., II, 7, 5l, t. II, p. 73, 17-19 W = SVF III, 112. Seul Stobée mentionne, sans l’expliquer, la distinction entre des biens par soi et des biens relatifs. On ne peut pas vaiment dire que le rapport à autrui soit discriminant puisque la justesse, qui implique autrui, est considérée comme un bien par soi et que, d’autre part, l’harmonie qui relève du rapport à soi est classée parmi les biens relatifs à autre chose. Sans doute pourrait-on rapprocher cette distinction de deux autres, la première, tripartite et également présente chez Diogène Laërce (DL, VII, 96) et Cicéron (De fin., III 55), distinguant des biens τελικά (ultimes), ποιητικά (instrumentaux), et à la fois ultimes et instrumentaux (Stobée, Eclog., II, 7, 5g, p. 70, 9-11 W = en partie SVF III, 104 = LS 60L), la seconde, bipartite, distinguant des biens δι’ αὑτὰ αἱρετά (devant être choisis pour eux-mêmes) et ποιητικά (Stobée, Eclog., II, 7, 5h, p. 72, 2 W = SVF III, 109). Il nous semble alors possible et éclairant de rapprocher toutes ces distinctions de la définition du bien, d’où elles nous semblent tirer leur sens, le bien se définissant spécifiquement comme ce qui est la même chose ou n’est pas différent de l’utilité (ταὐτὸν ἢ οὐχ ἕτερον ὠφελείας), une définition que l’on trouve chez Diogène Laërce, DL VII, 94 = SVF III, 76, chez Sextus Empiricus, Adv. math., XI, 22-24 = SVF III, 75 = LS 60G et HP, III, 169-170, et chez Stobée, Eclog., II, 7, 5d, p. 69, 9 W = SVF III, 74. Voir à ce propos le tableau comparatif que propose Richard Goulet à partir de Jacques Brunschwig, DL VII, p. 850, note 4.

22 Stobée, Eclog., II, 7, 11i, t. II, p. 103, 5-7 W = SVF III, 563.

23 Alexandre d’Aphrodise, Traité du destin, 35 (= p. 207, 4 Bruns) = SVF II, 1003. L’opposition entre les deux termes intervient à trois reprises dans ce fragment.

24 Alexandre d’Aphrodise, Traité du destin, 35 (= p. 207, 4 Bruns) = SVF II, 1003.

25 La précision est importante, car la τιμή peut être comprise de manière beaucoup plus triviale, voire en mauvaise part quand elle n’est pas tant associée à la vertu qu’au désir d’être acclamé. C’est ce sens que prend le terme dans la définition de φιλοτιμία : le désir immodéré des honneurs (Andronicos, Des passions, I, chap. 4, 1, 30 [p. 16 Kreuttner] = SVF III, 397). C’est également le sens qu’il prend dans la définition de la superstition. La δεισιδαιμoνία est en effet définie comme la peur du δαίμων ou comme l’ὑπερέκπτωσις τῆς πρὸς θεοὺς τιμῆς, ce que l’on peut traduire par « exagération des marques d’honneur accordées à l’égard des dieux ».

26 Thomas Bénatouïl (La pratique du stoïcisme, ouvr. cité, p. 545) souligne ce point tout en précisant qu’« il est bien sûr impossible de savoir si Diogène et Antipater ont eux-mêmes inventé ces formes de valeur ou s’ils se sont contentés de fournir des définitions de notions antérieures ».

27 Carlos Lévy, « L’irruption de la philosophie… », Constitution du champ littéraire, P. Chiron éd., ouvr. cité, p. 53 pour la mention de la thèse de Görler et p. 56 pour sa critique.

28 Stobée, Eclog. II, 7, 7f, t. II, p. 83, 12-13 W = en partie SVF III, 124 (= SVF III, Ant., 52), texte cité ci-dessus.

29 Hérodote, Histoires, VII, 3 ; Platon, Lois, XII, 949 d.

30 Plutarque, Vie de Marc Antoine, LI.

31 Stobée, Eclog. II, 7, 7f, t. II, p. 84, 1-3 W = SVF III, 124 (= SVF III, Ant., 52).

32 DL VII, 105.

33 Sur les enjeux de la traduction cicéronienne de façon plus générale, voir Roland Poncelet, Cicéron traducteur de Platon. L’expression de la pensée complexe en latin classique, Paris, De Boccard, 1953, et Malcolm Schofield, « Cicero, Zeno of Cittium and the Vocabulary of Philosophy », Le style de la pensée. Recueil de textes en hommage à Jacques Brunschwig, M. Canto-Sperber et P. Pellegrin éd., Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 412-428.

34 Cicéron, De fin., III 16-18, où est reformulée la doctrine stoïcienne de l’οἰκείωσις.

35 Cicéron, De fin., III 20, traduction Thomas Bénatouïl.

36 Sur le rôle intermédiaire de la valeur parmi les trois critères de distinction des indifférents, voir Thomas Bénatouïl, La pratique du stoïcisme, ouvr. cité, p. 516 et suiv.

37 Cicéron, De fin., III 51 ; 53 = SVF III, 129 ; 130 ; Ac. post., I, 36-37 = SVF I, 191 et 193. Sur ce point, voir Thomas Bénatouïl, La pratique du stoïcisme, ouvr. cité, p. 524, note 318.

38 DELL, p. 13, s. v. aestumo (aestimo) : « fixer le prix ou la valeur de, estimer à ». Par suite, « faire cas de », puis par affaiblissement de sens « juger, penser ».

39 Cicéron, De fin., III 34 = SVF III, 72 = LS 60D, notre traduction à partir de celle de Jacques Brunschwig et Pierre Pellegrin, en suivant la suggestion de Thomas Bénatouïl qui traduit aestimatio par « estimation » et non par « valeur ».

40 DELL, p. 13, s. v. aestumo (aestimo) : le dictionnaire souligne que le dérivé aestimabilis est une création de Cicéron pour rendre le grec ἀξίαν ἔχειν.

41 Cicéron, De fin., III 50-56.

42 Cicéron, De fin., III 50.

43 Les définitions 1 et 2 de Diogène Laërce, les définitions 1 et surtout 3 de Stobée, l’explicitation de Cicéron.

44 Les définitions 3 de Diogène Laërce et 2 de Stobée.

45 La définition 1 de Stobée.

46 LSJ, s. v. τιμή.

47 LSJ, s. v. ἀξία : « le prix, la valeur et par suite, simplement, la valeur monétaire, le prix de revient ».

48 LSJ, s. v. ἀξία : « la réputation, la dignité ». L’expression οἱ ἐπ’ ἀξίας désigne des « personnes de haut rang, des personnages officiels ». Avec la préposition μετά, le terme ἀξία prend le sens de « solennité » et par suite de « pompe ».

49 LSJ, s. v. ἀξία : « ce qui revient à un homme, son mérite ». Les prépositions κατά, ὑπέρ et παρά donnent lieu aux expressions « conformément au mérite », « en deçà du mérite » et « contrairement au mérite ».

50 Voir par exemple Lucien, De morte Peregrini, qui emploie l’expression « τὴν ἀξίαν ἀποτίνειν ».

51 LSJs. v. τιμή : « compensation, satisfaction, penalty ».

52 DELG, IV, p. 1119, s. v. τιμή. Voir Émile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Minuit, 1969, tome II, chap. 5, p. 51-53 ; A. W. H. Adkins, « Homeric Values and Homeric society », The Journal of Hellenistic Studies, no 91, 1971, p. 1-14.

53 LSJ, s. v. ἀξία : « estimation du prix d’une chose, opinion ». La préposition κατά intervient très souvent dans ce contexte.

54 Platon, Gorgias, 497b : τιμή signifie « appréciation », « évaluation, prix ». Pour une analyse de cette notion chez Platon, voir Olivier Renaut, Platon, la médiation des émotions : l’éducation du « thymos » dans les dialogues, Paris, Vrin, 2014.

55 DELG, IV, p. 1119, s. v. τιμή.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.