Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 163


Texte intégral

1Nous avons envisagé l’enjeu du « dispositif d’évaluation » : une vie conforme à la vertu, c’est-à-dire conforme à la nature de l’homme et du tout cosmique. Nous avons pourtant montré que cette nature et la division onto-axiologique du réel se fondaient non seulement sur une perspective anthropologique mais plus justement encore sur une certaine idée de la nature humaine. C’est donc un problème de fondement qui apparaît et qui affecte l’ensemble de la doctrine. Une fois que l’on pose une différence réelle des choses, on comprend qu’un jugement conforme à la nature doit respecter ces partages. En revanche, en quoi cette répartition axiologique qui prétend rendre compte de la nature est-elle fondée ? Plus précisément, car nous avons vu que la distinction du conforme et du contraire à la nature se trouvait englobée dans une appréciation impliquant les circonstances, en quoi est-on fondé à reléguer dans l’indifférence, hors du bien, les réalités mondaines que tout le monde a toujours considérées comme des biens et entrant à quelque titre dans la définition d’une vie pleinement heureuse ? Tel est l’objet du prochain chapitre qui examinera cette question précisément à partir d’une réflexion sur le bonheur et sur la vie heureuse. D’autre part, la question de la mise en œuvre effective du dispositif doit être posée, ce qui nous conduira tout à la fois à envisager l’objection cicéronienne et les réaménagements opérés par les stoïciens impériaux. Ce sera également l’occasion d’envisager de façon plus concrète les enjeux d’un rapport au monde « conforme à la valeur ». Cette partie répond donc à un double critère, à la fois historique et conceptuel, celui-ci donnant à celui-là sa raison d’être. Elle interroge à la fois la réalité du « dispositif » et l’infléchissement opéré notamment par Épictète. Ou plutôt, elle interroge la mise en œuvre du « dispositif » à travers l’infléchissement impérial.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.