Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

2. L'enquête ou le théâtre de relations sexuées

Ni policier ni homme : une sociologue enquête sur la féminisation de la police

Geneviève Pruvost

Texte intégral

Encadré méthodologique
 

Ma recherche sur la féminisation de la police a duré sept ans (entre 1998 et 2005), du DEA à la thèse. Elle s’appuie sur quatre types de matériaux : textes de lois, travaux préparatoires, articles de presse, courriers ministériels, rapports internes ont été dépouillés à partir des années 1930. Comme j’étais la première en France à défricher ce terrain sur le plan historique, la partie la plus longue et la plus difficile de cette recherche fut de réunir ces archives concernant tous les grades de police. Cette tâche fut d’autant moins aisée que les policiers portent une attention limitée à l’archivage (en raison d’un usage immodéré de la broyeuse à chaque changement de gouvernement au ministère de l’Intérieur).
 

Cette recherche documentaire, loin d’être un détour pour l’enquête ethnographique, m’a fait gagner du temps sur le terrain : de profane, je suis devenue « experte » sur l’histoire policière, les sigles, les changements multiples d’organisation des organigrammes et des brigades – atout non négligeable pour signifier rapidement aux enquêtés qu’il est inutile de m’expliquer les idiosyncrasies d’un métier sans cesse réformé. Cette recherche de sources m’a également aidée à comprendre rapidement que le sujet de la féminisation de la police, contrairement à d’autres, plus sensibles, comme les bavures policières (Jobard 2002), paraissait assez inoffensif et suscitait l’intérêt des policiers, avides de témoigner sur ce qu’ils considèrent in fine comme une réussite.
 

S’il fut ardu de trouver les armoires où avaient échoué les rapports et les dossiers qui m’intéressaient, il fut en revanche assez aisé de négocier des entretiens avec les policiers : ces derniers aiment tout d’abord à se raconter et mon statut de semi-profane/semi-experte m’a permis de multiplier les contacts et de ne pas m’en tenir à une seule voie d’entrée. Je suis passée par la voie officielle (autorisation du directeur départemental de sécurité publique et des directeurs d’école de police). Mais j’ai aussi procédé par boule de neige en interrogeant les policiers connus par les policiers rencontrés au ministère, dans les syndicats, dans les écoles de police. J’ai également envoyé des courriers directement aux chefs de service qui m’intéressaient et qui m’ont accordé des entretiens, sur ma seule qualité de doctorante. Au total, 79 femmes et 31 hommes ont fait l’objet d’un récit de vie recueilli sur le lieu de travail.
 

Les observations participantes que j’ai menées dans un commissariat de sécurité publique et dans une antenne de police judiciaire ont constitué la dernière étape de mon travail de terrain. Le dispositif mis en place était fondé sur un pari : ne pouvant techniquement consacrer au total que deux mois pleins, j’avais gagé sur une intégration rapide, fondée sur mon réseau d’interconnaissance policier et sur l’assiduité dont je faisais preuve (je suivais strictement le rythme des brigades sans interruption). J’ai eu de la chance : l’absence de conflits, du moins récents, entre brigades et avec la hiérarchie m’a permis d’éviter les écueils liés aux guerres claniques qui ralentissent la mobilité du sociologue sur son terrain.
 

Une remarque importante doit être faite : les observations menées (et les entretiens qui ont eu lieu à cette occasion) ont ceci de particulier qu’elles ont été conduites sous le couvert neutre d’une enquête sur les conditions de travail. Je souhaitais observer les rapports sociaux de sexe en minimisant les biais. De ces recherches, on peut tirer les résultats suivants : quel que soit leur grade, les femmes policiers ne sont pas plus filles de policiers ou de militaires que leurs homologues masculins, mais leur père joue un rôle actif dans la vocation policière. Leurs motivations initiales sont très proches de celles des hommes (en d’autres termes, elles entrent dans la police pour exercer un « métier d’homme ») et elles sont fortement endogames. La formation en école de police, semblable pour les deux sexes, et la socialisation professionnelle conduisent les femmes à s’aligner sur les conduites viriles masculines, que ce soit dans l’exercice du métier, mais aussi dans les coulisses. En termes de carrière, les femmes ne sont pas cantonnées dans une direction particulière comme à l’armée et il y a proportionnellement plus de femmes en position de commandement. Cette ascension atypique rend compte d’une difficulté à mettre les femmes au contact de la violence, réservée aux plus bas grades ou à des services spécialisés. Les femmes, étant concentrées en région parisienne et se trouvant affectées comme les hommes prioritairement en police secours ou en sécurité publique, occupent néanmoins les postes les plus généralistes de la police et, en pratique, les plus exposés à la violence urbaine.

 

  • 1 Le ministère de l’Intérieur, pour rehausser ce faible taux, inclut parfois abusivement le personnel (...)

1La police est un « métier d’homme », comme le stipule une affiche de recrutement diffusée par le ministère de l’Intérieur dans les commissariats des années 1970 aux années 1980. Ce slogan réaffirme de manière ostentatoire le principe anthropologique d’une exclusion des femmes du pouvoir de défense et d’attaque armée de leurs sociétés (Tabet 1979 ; Héritier 1996), alors que le processus de féminisation de la profession en sape les fondements, entre 1968 et 1982, et que les femmes conquièrent un à un tous les grades de la profession. Les femmes ont la même formation et les mêmes habilitations que leurs collègues masculins. Il n’est plus nécessaire d’être un homme pour être policier. La police n’en reste pas moins un métier viril, impliquant une forte mobilité de genre de la part de ses membres. La proportion de femmes reste, par ailleurs, maintenue à un niveau inférieur (16 %)1 par le biais de concours de recrutement discriminatoires.

  • 2 Thèse de philosophie, sous la direction de D. Deleule, Université Paris 10 Nanterre.
  • 3 Ouvrage tiré de ma thèse de sociologie (2005), L’accès des femmes à la violence légale. La féminisa (...)
  • 4 Thèse de sociologie, sous la direction de F. Dubet, Université Bordeaux 2.
  • 5 Il s’agit de B. Jankowski, C. Gorgeon, P. Paperman, V. Boussard, A. Wyvekens, S. Tiévant.

2Qu’en est-il des sociologues qui enquêtent en milieu policier ? Sont-ils partie prenante de la division anthropologique du travail qui réserve aux hommes les métiers d’arme sur le plan guerrier, mais aussi sur le plan de la recherche en ce domaine ? Sur la trentaine de sociologues, politologues et juristes qui ont fait des recherches sur les questions de police et de sécurité, on compte un tiers de femmes. Si on affine l’analyse, on constate que parmi la quinzaine de chercheures recensées, seulement six d’entre elles ont fait une thèse (dont quatre publiées). Parmi ces six thèses, deux se fondent principalement sur des archives (Vogel 1993 ; L’Heuillet 20012) et les quatre autres sur un terrain impliquant des entretiens et des ethnographies (Pruvost 2007a3, 2008b ; Malochet 20074 ; Lemaire 2011 ; Mainsant 2012). La majorité des femmes recensées a soit participé à des enquêtes collectives qu’elles n’ont pas dirigées, soit écrit des rapports (principalement commandités par l’Institut des hautes études sur la sécurité intérieure)5. Rares sont celles qui ont publié ouvrages et articles en leur nom propre et qui continuent à travailler sur ce terrain. En d’autres termes, la féminisation de la sociologie de la police est majoritairement occasionnelle.

3Que la police soit un terrain principalement et durablement défriché par des hommes en sociologie et en science politique (pour n’en citer que quelques-uns, Monjardet 1996 ; Jobard 2002 ; Ocqueteau 2006 ; Mouhanna 2005, 2009) mais aussi en histoire n’est pas seulement directement imputable au fait que la police soit au sens propre un « métier d’homme ». Il faut tout d’abord rappeler le caractère récent de l’objectivation scientifique de cette institution qui, jusque dans les années 1980, est restée largement méconnue par le champ académique sous l’effet d’une ignorance mutuelle. D’un côté, l’institution policière a longtemps été fermée à l’investigation scientifique ; d’un autre côté, les chercheurs ont délaissé ce domaine de recherche dans la lignée d’engagement militant des années 1970. L’analyse des victimes a été privilégiée sur celle des institutions répressives. L’émergence tardive de la sociologie de la police, comparativement aux pays anglo-saxons, est redoublée par la place périphérique accordée aux études sur les genres en France, et au sein de ce champ de recherche, par la place encore plus minoritaire occupée par les recherches sur les institutions dites patriarcales ou « ennemies » (du type de l’armée et de la police). Les liens forts entre pacifisme et féminisme ont orienté les études sur les violences faites aux femmes plutôt que sur les femmes violentes. Il s’ensuit que travailler en France sur la police, en tant que sociologue femme, et plus précisément sur la féminisation de la police constitue une position de cumul des stigmates qui n’a pu être possible qu’à l’orée du xxie siècle – au moment où il devenait scientifiquement légitime en sciences sociales de croiser genre et police (Pruvost, Cardi 2012).

4À la temporalité académique, il faut ajouter celle de l’objet étudié : les terrains d’enquête s’ouvrent plus facilement quand les relations professionnelles sont pacifiées et la mixité, installée, a fortiori quand il s’agit d’un domaine réservé masculin et d’une profession qui prône le droit de réserve. Est-ce un hasard ? Ma recherche commence à la fin du cycle de féminisation de tous les grades policiers : les premières femmes commissaires et gardiens de la paix avaient fait carrière, devenant divisionnaires et brigadiers. Les langues pouvaient se délier : il était possible désormais d’aborder la question des rapports sociaux de sexe dans la profession, notamment sur un mode mémoriel et de mesurer le chemin parcouru entre le temps des pionnières et celui des jeunes recrues.

5Ayant déjà par ailleurs développé la relation d’entretien spécifique entretenue avec les policiers (des entretiens non enregistrés) et l’avantage de la méthode biographique employée auprès de professionnels tels que les policiers (Pruvost 2007b, 2008b), je me centrerai plus particulièrement ici sur les deux observations participantes. La manière dont j’ai été reçue et ce qu’il m’a été possible d’entendre et d’observer m’ont permis d’apprécier le travail d’intégration effectué par les femmes policiers : le métier (de policier et de sociologue) a un sexe et un genre préférentiels qui ouvrent des portes mais en ferment d’autres.

1. Le sexe du métier

6La police est tout d’abord une profession dans laquelle le sexe – au sens de « sexe établi par l’état civil » – compte. Ce principe est, certes, loin d’ordonner l’ensemble de l’organisation du travail, mais il a une incidence dans des situations qu’il importe de recenser dans la mesure où, dans ces cas précis, le sexe du sociologue constitue un droit d’entrée ou, au contraire, un interdit.

7Selon le Code de procédure pénale, les fouilles à corps ne sont réalisées que par des agents du même sexe, à la différence des médecins qui ont su désamorcer la suspicion d’abus (sexuel) que confère leur position de maîtrise sur les patients en vertu d’un professionnalisme asexué. Cette règle, respectée par les policiers, et ce d’autant plus que la profession s’est féminisée, ne traduit pas seulement un écart par rapport à l’idéal-type de la neutralité professionnelle (les compétences et qualifications l’emportent sur toute autre détermination sociale). Elle rend compte du caractère singulier du métier policier : la fouille à corps est une action contrainte et potentiellement conflictuelle (à la différence des actes médicaux). L’absence de différence de sexe entre le policier et la personne fouillée est pensée par les législateurs et les policiers comme une condition facilitant l’accomplissement de cette opération délicate. Autrement dit, la non-mixité est justifiée, dans cette situation particulière, comme un mode préventif de pacification des mœurs.

  • 6 La fouille à corps reste néanmoins un geste exceptionnel pour un policier, qui exerce davantage de (...)
  • 7 Je rappelle ici que j’ai mené cette observation participante en cachant que je travaillais sur la f (...)

8Dans un tel cadre, le sexe du sociologue compte. Alors qu’il fut tout à fait admis que des observatrices en milieu hospitalier puissent assister à des actes médicaux sur des hommes et des femmes (Godeau 2007), il n’est pas permis aux sociologues d’assister à la fouille à corps d’un individu du sexe opposé, sous peine de créer un vice de procédure6. Autre obstacle lié à la seule appartenance de sexe, il est possible d’avoir une fermeture de terrain en raison du refus catégorique d’un policier de la hiérarchie d’avoir une femme dans son service. Les « anti-femmes dans la police » radicaux, s’ils ne constituent pas la majorité des effectifs masculins, ont un point de vue qui demeure respecté. C’est ainsi que dans l’antenne de police judiciaire observée, je n’ai pas eu le droit de faire des observations en brigade criminelle parce que le commandant qui en avait la charge refusait de travailler avec des femmes (qu’elles soient policiers ou sociologues7), alors même qu’il était marié avec une femme capitaine et qu’il était très affable avec moi. Le principe revendiqué de ce commandant ne faisait pas débat dans son service, ni pour son épouse avec qui j’ai eu un entretien – ce qui en dit long sur la légitimité d’une telle position. Pour ma part, je me suis contentée d’aller observer le travail de la brigade de répression du banditisme et de la brigade financière où il y avait des femmes.

9À ces interdits locaux et résiduels, il faut ajouter une règle coutumière qui est en revanche bien plus répandue : il s’agit de la règle de dissémination des femmes. Cette règle n’est pas inscrite dans le Règlement intérieur de la police nationale, mais elle est très vivace et déclinée sous toutes ses formes : la première conséquence, c’est que les femmes ne sont pas regroupées dans une même brigade et sont systématiquement mises en minorité numérique. Ma présence, en tant que femme, bouleversait l’équilibre mis en place. C’est ainsi que j’ai été autorisée à circuler avec la brigade anti-criminalité (BAC) où il n’y avait que des hommes, mais pas avec la brigade de nuit (parce qu’il y avait déjà une femme). J’ai finalement été affectée dans une police secours de jour où il y avait déjà deux femmes ; mais il s’agissait d’un travail de jour, donc moins risqué, et le chef de service m’a obligée à porter (tout au moins au début) un gilet pare-balles.

10Cette sexuation des effectifs (qui ne concerne que les femmes) touche également la constitution des patrouilles : en France, un policier ne sort jamais seul, il est toujours au moins avec un binôme et il est de coutume que ce binôme comporte au moins un homme – l’idéal étant d’une femme pour deux hommes. Cette règle qui interdit à deux femmes de patrouiller seules, sans la présence d’un homme, est présentée comme une règle de sécurité – une règle éminemment significative de la hiérarchie qui ordonne les sexes : les femmes, tout en ayant les mêmes grades et les mêmes prérogatives, tout en accomplissant des carrières estimées et en se distinguant par des actes de bravoure reconnus, restent ponctuellement ravalées au statut mineur que leur confère leur seule appartenance de sexe.

11L’idée qu’un binôme féminin ne saurait être aussi sûr qu’un binôme masculin est à ce point intériorisée par les agents qu’elle fait l’objet d’une programmation quand il s’agit d’un « coup de filet » et qu’elle sert de repère en situation d’urgence pour savoir qui monte avec qui dans la voiture. Le sexe du sociologue (féminin) est alors une donnée à part entière, exigeant une recomposition savante des patrouilles.

12En témoigne l’intervention prévue par le groupe de répression du banditisme observé en police judiciaire : les policiers apprennent à la dernière minute sur écoute téléphonique que la conjointe du bras droit du braqueur qui doit être interpellé sera partie en vacances le jour des opérations d’arrestation. La jeune femme lieutenant (Mlle Lieutec, lieutenant, 39 ans) et le jeune gardien de la paix, censés interpeller cette femme au rôle très secondaire dans les braquages, se trouvent dès lors sans affectation précise. Le commandant qui dirige l’enquête, contraint de repenser le dispositif, ne sait pas, dans un premier temps, où placer Mlle Lieutec. Toutes les voitures comportent déjà un élément féminin (moi y compris). Comme le commandant tient à ce que je sois placée dans une voiture où je suis la seule femme (étant donné que je ne suis pas policier et que je suis précisément une femme), il affecte Mlle Lieutec dans une voiture où il y a déjà une femme lieutenant et deux hommes.

  • 8 Il faut noter que l’application stricte de cette règle qui oblige les femmes à se doter pratiquemen (...)

13La seule fois où ma présence a placé les effectifs féminins en situation d’exclusivité, c’est pour une mission non policière, tout à fait genrée en termes de division sexuelle du travail : nous sommes parties à trois femmes (deux gardiennes de la paix et moi) acheter des croissants pour le petit déjeuner du matin – situation exceptionnelle saluée joyeusement par les gardiennes de la paix une fois seules dans la voiture ; le brigadier avait marqué un temps d’hésitation : « Il ne devrait rien vous arriver »8, mais elles avaient obtenu gain de cause.

  • 9 Cette obsession commence dès le concours : les femmes sont soumises à des quotas (officiels et offi (...)

14La négociation de ma présence sur le seul plan de mon appartenance de sexe constitue un résultat de recherche à part entière : dans la police, la sororité ne peut pas s’installer durablement. L’observation se fait presque majoritairement en situation de mixité à majorité masculine. Ma présence en tant que femme est a priori moins évidente que celle d’un homme, ne serait-ce que parce que la question du nombre des femmes constitue un enjeu9, pour leur intégration : c’est parce qu’elles sont maintenues en position minoritaire qu’elles sont admises dans ce métier d’homme. Les hommes, mais aussi les femmes, collaborent à la reproduction de ce principe d’exceptionnalité : certaines femmes se font un point d’honneur à être l’unique femme de leur brigade et ont pu voir d’un mauvais œil la concurrence directe que je représentais (en tant que femme) ; d’autres ont a priori accueilli favorablement ma présence (sur le mode : « Ah, enfin une femme en plus »), parce que ma seule présence signifiait qu’elles n’étaient plus en situation de minorité numérique. Mais cela n’impliquait pas pour autant un renversement du rapport de force : la mixité est la règle et les femmes, à l’échelle d’un service, restent minoritaires. Autant de questionnements qui ne touchent pas les sociologues hommes qui peuvent, dans leur cas, se trouver dans un entre-soi masculin, absolument non problématique, puisqu’ils sont du sexe majoritaire.

2. Bons et mauvais genres

  • 10 Pour une définition de la virilité, voir P. Molinier, D. Welzer-Lang (2000).

15Plus que l’appartenance de sexe (qui constitue un handicap en soi pour un nombre de situations circonscrites : fouilles à corps, admission dans certaines brigades et composition des équipages), c’est le genre qui est discriminant : les femmes doivent se viriliser, d’une manière ou d’une autre, que ce soit sur le plan physique, sur le plan des normes professionnelles, de la sociabilité ou du discours10 (Pruvost 2007a). En matière de mobilité de genre, trois options se présentaient à moi.

  • 11 Les policiers considèrent que pour les hommes, la grosseur peut aller de pair avec une stature impo (...)
  • 12 Les femmes policiers qui occupent une position administrative peuvent entrer dans un groupe de fill (...)

16Il aurait été possible de jouer le jeu de la féminité coquette (rouge à ongles, rouge à lèvres, talons, bijoux, jupes) ou de la « bonne femme » (cuisine, enfant, sensibilité à l’injustice, soin) pour reprendre un terme employé par les policiers, mais dans les deux cas, si j’avais maintenu les signes extérieurs de la coquetterie estudiantine ou ceux des vertus domestiques, si j’avais par ailleurs eu de l’embonpoint (les policiers stigmatisent leurs collègues qui sont trop « grosses »11), j’aurais été disqualifiée. J’ai pris le parti de suivre les codes virils de la disqualification du féminin et je me suis démarquée à la fois en termes d’apparence physique et de sociabilité des « Barbie qui préfèrent se faire les ongles que de courir après un voleur », selon le stéréotype policier qui désigne par là les « planquées » qui demandent à être affectées à des postes administratifs qui n’impliquent pas de sortie sur la voie publique. Afin de rencontrer le plus grand nombre de femmes et d’hommes policiers, il était indispensable que je m’écarte de toute camaraderie féminine. Même si, comme on l’a vu, il est plutôt rare, pour les femmes, de se retrouver entre elles (étant disséminées dans le groupe majoritaire des hommes), les moments et les tentatives de sociabilité exclusivement féminine, notamment avec les secrétaires12, existent malgré tout. L’un des points aveugles de cette recherche est par conséquent l’enquête sur l’entre-soi féminin.

  • 13 On rappellera à cette occasion que, d’après notre enquête quantitative portant sur 5 221 policiers (...)
  • 14 L’enquête collective menée à Sciences-Po fut de ce point de vue extrêmement significative : nous al (...)

17L’autre raison pour laquelle il était important pour moi de ne pas m’afficher du côté du genre féminin traditionnel tient à des questions de prudence en matière sexuelle et de réputation : les policiers selon la formule euphémisée d’une de nos enquêtées sont des « chevaliers servants ». La galanterie – sous la forme du flirt ou de la drague appuyée jusqu’au harcèlement sexuel13 – y constitue une norme relationnelle entre les hommes et les femmes. Tout signe extérieur de coquetterie peut donner lieu à interprétation, à allusion, à commentaires. Les « Barbie », en plus d’apparaître comme fragiles et peu résistantes physiquement, sont suspectées d’« exciter les mâles ». Elles sont considérées comme nuisibles à l’esprit d’équipe, à la bonne marche du service et des carrières (elles passent pour être les heureuses bénéficiaires du système de la promotion-canapé). Pour asseoir ma légitimité, il était important de ne pas prêter le flanc à de telles accusations et de m’assurer une certaine tranquillité, nécessaire à mes déplacements dans le commissariat, de jour comme de nuit14. Cette posture a eu des conséquences directes sur mes choix de sociabilité préférentielle : j’ai privilégié le côtoiement des policiers d’un certain âge ou des policiers avec famille et enfants. Si ces critères ne constituaient en rien une garantie, cela m’évitait d’être associée au groupe des célibataires en chasse.

18L’autre étiquette qu’il importait de désamorcer était celle de féministe. Le fait de cacher mon objet de recherche a constitué un premier point d’appui. Mais il a fallu aller plus loin. J’ai pris soin d’éviter toute connivence avec les hommes et les femmes réputés pour leur défense et protection des femmes policiers. Dans l’antenne de police judiciaire, je me suis ainsi retrouvée obligée à marquer de la distance à l’égard d’un autre officier qui avait pris fait et cause pour sa collègue harcelée, parce que le groupe majoritaire le considérait comme un « fou furieux ». Alors même que j’étais convaincue de la justice des récriminations de cet officier (mes entretiens m’avaient permis d’établir un certain nombre de témoignages convergents lui donnant raison), j’ai dû limiter au minimum mes relations avec lui.

19Si j’ai veillé à ne pas être affiliée aux figures genrées typiques que sont celles de la « coquette », de la « bonne femme » ou de la militante « MLF », je ne me suis pas non plus employée à inverser les codes en me livrant à l’expérience transgenre de la virilisation extrême dans la lignée de Jennifer Hunt (1984). Cette sociologue américaine qui a mené une enquête d’un an et demi dans un service de police urbaine d’une grande métropole américaine a opté pour la virilisation « professionnelle » de son corps. Son objectif était de montrer que la socialisation primaire ne pouvait pas suffire à expliquer l’intégration des femmes policiers dans un tel métier : les identités de genre se recomposent en situation professionnelle. Pour devenir « one of the boys », Hunt s’est formée aux techniques d’arrestation et au tir ; elle n’a pas hésité à faire des observations dans des lieux très dangereux, à intervenir sur le terrain en neutralisant une serveuse armée d’un couteau dans une intervention. L’avantage d’un tel engagement, c’est qu’elle a obtenu le respect, la confiance et l’admiration d’une partie de ses enquêtés, qui lui ont ouvert largement les coulisses de la profession. Elle a accédé à ces moments de relâchement collectif qui ont lieu pendant le service ou juste après – en feuilletant des magazines pornographiques avec les policiers hommes et en les suivant jusqu’à un bar de strip-tease.

20Pour ma part, j’ai opté pour une troisième voie, celle du genre féminin non accentué, une forme de déféminisation partielle : cheveux longs noués, chaussures plates en police judiciaire, tennis en police secours, jeans, veste en cuir arrivant à mi-cuisse, absence de bijoux et de maquillage. J’ai adopté un rapport à la performance physique très intermédiaire : je n’ai guère pu faire la démonstration de qualités sportives reconnues dans l’échelle de prestige des policiers (n’en disposant d’aucune) ; j’ai toutefois accepté de faire du tir quand cela m’a été proposé, lors de mon observation dans le commissariat de sécurité publique et en école de police. S’agissait-il d’un test d’intégration ? Ce qui est sûr, c’est que l’expérience n’a pas déclenché chez moi les réactions émotionnelles de pleurs que les policiers aiment à décrire quand ils veulent déconsidérer certaines de leurs collègues féminines. J’ai également pu montrer que je pouvais travailler de nuit et m’adapter aux horaires policiers – jusque dans les entretiens que j’ai réalisés en grande partie dans les heures creuses, c’est-à-dire entre 4 et 5 heures du matin.

  • 15 Quand j’étais en police secours, deux matinées par cycle, il fallait arriver à 4 h 45. Quand j’étai (...)

21Il se trouve par ailleurs qu’une contrainte proprement matérielle s’est transformée en preuve de mon opiniâtreté : n’ayant pas de voiture, j’allais au commissariat de sécurité publique à vélo. Or étant donné l’endroit où j’habitais, je devais traverser toute la ville en pleine nuit15 – traversée qui paraissait un peu folle aux policiers pour qui la voiture constitue le moyen de locomotion le plus sûr. « Tu viens tous les matins à vélo ? De loin ? Mais c’est dangereux. À cette heure-là, il ne se passe pas grand-chose, mais quand même », s’est exclamé M. Gardic (gardien de la paix, SP, 52 ans). « C’est l’heure des braqueurs et des manouches », lance un autre policier, pour me faire peur. J’ai malgré tout décliné les invitations qui m’étaient faites de venir me chercher et me raccompagner. À la fin de l’enquête, j’ai néanmoins fini par accepter le principe du covoiturage : la preuve de mon « sérieux » avait été faite. J’étais par ailleurs sûre que cette opération ne donnerait pas lieu à des allusions sexuelles ou à des offres concrètes.

22Ces gages n’étaient cependant pas suffisants et les bévues commises constituent des résultats à part entière, révélant tout le travail d’endurance que doivent accomplir les femmes policiers, et plus particulièrement celles qui viennent d’arriver : je ne comprenais pas pourquoi une jeune femme gardienne de la paix restait debout et ne s’asseyait jamais entre deux interventions, alors même qu’une plus ancienne n’hésitait pas à mettre les pieds sur la table. Pour ma part, je n’hésitais pas à m’asseoir – jusqu’à ce qu’un officier me rappelle à l’ordre sur un mode sarcastique : « Alors comme ça, on flanche ? » Je me suis immédiatement relevée et je ne me suis plus jamais rassise entre deux interventions. J’ai également compris pourquoi cette même jeune gardienne de la paix limitait ses séjours aux toilettes : la seule fois où la voiture est partie sans moi, c’est à cette même occasion, et dans ce cas, étant donné les logiques d’enchaînement des interventions, il n’est pas dit que la voiture puisse repasser avant un certain temps. La jeune gardienne de la paix veillait tout simplement à ne pas avoir la réputation de la « pisseuse » – celle qui s’absente une minute et qui laisse échapper le « client » qu’elle est censée surveiller. C’est l’un des arguments des anti-femmes dans la police. J’ai en outre appris à mes dépens pourquoi une autre femme gardien de la paix n’avait pas pris dans ses bras les enfants d’une femme qui, venant d’être libérée d’une séquestration, était en état de choc. Afin de faciliter la sortie de la voiture, j’ai porté le plus jeune des enfants – ce qui m’a valu la moquerie immédiate des gardiens de la paix qui étaient sur le parking : « Ah, tu t’es fait faire un môme, on savait pas. » Toutes ces vannes dont j’ai été la destinataire m’ont permis de rectifier mon comportement et de comprendre tout le travail invisible, réalisé par les femmes policiers, notamment les plus jeunes, soucieuses de ne pas prêter le flanc à la moindre raillerie. Ce n’est qu’avec l’ancienneté et la familiarité avec leur brigade qu’elles peuvent relâcher leur vigilance.

  • 16 D’après les entretiens menés avec des policiers gays et les lesbiennes de l’association Flag ! le l (...)
  • 17 J. Hunt (1984) en témoigne et C. Mouhanna (2005) également.

23L’autre point sensible qu’il me fallait prendre en considération concerne la sexualisation des relations, à commencer par le discours qui peut atteindre un niveau de vulgarité assez élevé, et ce presque chaque jour : je n’ai pas cherché à entrer dans le jeu de l’humour à caractère sexuel et scatologique. Je me suis contentée de la position du « bon public », tout en signifiant que je n’étais pas pour autant disponible et acquise. Je rappelais en effet périodiquement l’existence de mon conjoint – dans le but également d’affirmer mon hétérosexualité (les femmes policiers réalisent le même travail de normalisation, car leur allure garçonne peut donner l’impression qu’elles sont lesbiennes16). Si j’ai assisté à la lecture collective d’un magazine pornographique et à des pots, je n’ai pas été invitée à voir un strip-tease ou à aller en boîte de nuit17. Ma position intermédiaire (ni « chochotte » ni virile) a sans aucun doute orienté mon réseau relationnel et le comportement des enquêtés, qui ont fait preuve de plus de retenue.

24Chaque identité de genre affichée induit des gains et des pertes en termes d’observation – qui ne touchent du reste pas uniquement les sociologues femmes de la police. Les sociologues hommes, s’ils peuvent, en vertu de leur appartenance de sexe, se trouver plus immédiatement intégrés dans l’homosociabilité virile, doivent aussi se fabriquer un genre adéquat et se trouvent également en proie à des dilemmes rétrospectifs : le sociologue doit-il renoncer à courir plus vite que les policiers en titre à la poursuite d’un contrevenant ? Telle est la situation vécue par Fabien Jobard à l’occasion d’une enquête collective (Loriol et al. 2004) : s’étant finalement imposé comme un bon coureur, il s’est retrouvé du même coup en porte-à-faux avec certains hommes et une partie des femmes, celles-ci jugeant ce chercheur un peu trop sportif et, du même coup, suspect. Autant d’arbitrages qui ont des conséquences sur la négociation de sa place dans la brigade observée, dessinant des frontières entre ceux qui resteront fermés à l’investigation sociologique et ceux qui seront ouverts. Autant de négociations qui révèlent la centralité de la virilité dans la profession par-delà l’appartenance de sexe et la ligne de crête sur laquelle les sociologues doivent se tenir (en faire, ne pas trop en faire, « en avoir » sans « en avoir trop »).

3. Le sexe et le genre de la ou du sociologue en arrière-plan

25L’obligation faite aux sociologues de faire preuve de mobilité de genre soulève plus largement la question de la mise en conformité avec le milieu étudié. Le genre ne constitue qu’une composante dans le dispositif d’enquête et la présentation de soi. Il ne fonctionne pas seul.

26J’ai ainsi toujours considéré que mon jeune âge au moment des entretiens et observations (moins de 30 ans), couplé à mon statut de doctorante (étudiante, stagiaire non payée par l’institution et non journaliste), assorti d’un genre féminin non accentué (féminin néanmoins et non « garçon manqué ») m’avait ouvert un grand nombre de portes. J’ai en effet très rarement ressenti de la malveillance à mon endroit. La plupart des policiers hommes rencontrés se plaçaient très vite dans une position qu’on pourrait qualifier de paternaliste ou tout simplement de professionnelle ; il s’agissait de « rendre service » à quelqu’un d’assez inoffensif : j’étais une jeune femme des classes moyennes (nécessairement « gentille », « aimable », « à l’écoute », aux yeux des policiers), apprentie sociologue (une stagiaire en somme, comme les élèves policiers dont ils sont les tuteurs quelques mois et qu’ils voient défiler à longueur d’années dans les services), de surcroît vivement intéressée par la profession (puisque je consacrais un nombre d’années important à enquêter sur eux). L’interaction que je proposais rentrait finalement dans le cadre d’une situation de travail typiquement reposante et valorisante pour les policiers, pour qui la question de la considération est centrale. La police n’est pas seulement un « métier d’homme », c’est un « sale boulot » (Hughes 1996). Le fait que je sois dotée des caractéristiques opposées (femme, universitaire) sans me présenter comme une « ennemie » de l’institution fut à mon sens un sésame, comme si ces deux stigmates s’annulaient l’un l’autre à partir du moment où j’avais fait la démarche de m’intéresser à cette profession.

27S’il y a un sexe plus universel que l’autre, des genres inadéquats et des genres passe-partout, il y a en effet une dichotomie pire encore, aux yeux des policiers : les amis et les ennemis de la police. La fabrique d’un genre conforme va de pair avec la fabrique d’une apparence politique assez neutre. C’est d’autant plus important que les chercheurs ne sont pas en uniforme. Il s’agit dès lors d’éviter toute assimilation physique à la catégorie des « gauchistes », « babs », « teufeurs » – catégorie physique absente parmi les policiers des années 2000 (à l’exception des policiers des renseignements généraux spécialisés dans la surveillance de ces populations). Comme l’a expliqué une enquêtée recrutée dans les années 1990, quand elle est arrivée à l’école des officiers, le plus gênant pour elle était non pas d’être une femme, mais de porter les cheveux longs dénoués « à la baba-cool » et de tenir sa guitare sur l’épaule. Ce qui ne veut pas dire que les policiers ne tolèrent aucun écart par rapport à la norme quasi militaire d’une apparence lisse : le style « loubard » (boucle d’oreille, catogan, bombers) est tout à fait admis en BAC et en police judiciaire, notamment dans la brigade des stupéfiants, mais c’est aussi parce qu’il correspond à la population étudiée.

  • 18 Il est ainsi possible au même policier d’expliquer que les « manouches » sont une « race dégénérée  (...)
  • 19 J’ai fait mon observation au commissariat de sécurité publique au moment même où Jean-Marie Le Pen (...)

28L’obligation de masquer mes affiliations politiques a en fait constitué l’opération de métamorphose la plus pénible de cette enquête. Les obstacles liés au sexe et le travail sur mon genre m’ont paru assez surmontables ou tout au moins contournables dans la mesure où il est malgré tout possible de faire des faux pas, à partir du moment où on s’éloigne du stéréotype de la beauté fatale, fragile et écervelée. Le genre est sans cesse refabriqué, renégocié dans le temps, il se « travaille » (les policiers changent sans cesse de poste et sont confrontés à une assez grande diversité de situations qui les conduit à ajuster leur comportement, leur apparence physique). L’appartenance politique (notamment quand il s’agit de positions extrêmes) constitue à l’inverse un stigmate assez rédhibitoire. Les policiers (au grade de gardien de la paix et d’officiers) le savent bien et la dissimulent autant que faire se peut. S’ils badinent sur leurs prouesses sexuelles, s’ils n’hésitent pas à critiquer leurs supérieurs hiérarchiques, ils sont en revanche d’une grande réserve en matière politique : ne porter aucun jugement, ne pas prendre position sur le ministre de l’Intérieur, éviter de s’en prendre aux collègues qui ont commis des bavures, telle est la norme des conversations policières. Lorsqu’un point de vue tranché est affirmé, il est assorti de points de vue ou d’actions contradictoires18 qui brouillent les tentatives d’affiliation à la droite, à l’extrême droite ou à la gauche de l’échiquier politique19. Pour ne pas être mis au ban de la communauté qu’il étudie, le sociologue doit adopter la même réserve, tout au moins la même tolérance à l’égard de propos racistes notamment, alors même qu’il peut être en désaccord total avec l’action policière sur le plan citoyen (Van Maanen 1978). De la même manière, il fut important de ne pas être suspectée de féminisme.

29En d’autres termes, les sociologues doivent veiller à faire oublier qu’ils sont des intellectuels critiques. C’est en ce sens que le travail sur le genre est indissociable de la création plus globale d’un personnage inoffensif, qui n’est ni un espion à la solde de la hiérarchie inquisitrice, ni un observateur envoyé par la police des polices, ni un journaliste dénonciateur, ni un gauchiste. Dans un tel cadre, je pense que le fait d’être une femme d’un genre féminin non accentué, appartenant aux classes moyennes supérieures éduquées et faisant plus jeune que mon âge, m’a considérablement aidée à inspirer la confiance et à quitter le terrain de la défiance virile : je n’étais pas une « grande gueule », je m’employais à paraître compatissante, tout à fait à l’image de ce qu’on peut attendre d’une enquêtrice femme. Le type d’entretiens que j’ai mené a confirmé ce positionnement inoffensif : je demandais aux policiers des deux sexes de me raconter leur vie, de l’enfance à maintenant, poste après poste, en lien avec leur vie familiale – sujet qui ne peut qu’emporter l’adhésion des policiers qui se sentent délaissés par une administration qui ne prend pas assez en compte la difficile conciliation de leur métier avec leur vie personnelle.

 

30Enquêter sur la police des années 2000 quand on n’est ni un policier ni un homme en partant d’une réflexion sur les rapports sociaux de sexe, c’est finalement ouvrir une brèche : les policiers, se sentant mal aimés (à la fois du public et de leur ministère de tutelle), sont avides de communiquer leur expérience dans toute sa complexité (difficultés des missions, avec la hiérarchie, avec leur famille). L’arrivée des femmes policiers, si elle n’a pas initié en tant que telle un autre rapport au métier (puisque les femmes se sont virilisées), a néanmoins permis de mettre un terme à l’entre-soi masculin et de diversifier les degrés d’engagement dans la profession. Les femmes policiers ont par ailleurs fait carrière et elles se sont imposées dans des brigades qui leur étaient fermées et qui s’ouvrent d’année en année, à la faveur d’un changement de commandement. Depuis que la formation se fait en alternance (depuis les années 1990), les policiers sont en outre familiarisés avec la présence de stagiaires (les élèves policiers) qui viennent en observation dans leur service. Toutes ces conditions ont favorisé la négociation de ma présence, à la fois en tant que sociologue et en tant que femme. Le métier reste, certes, fondé sur le principe d’une appartenance de sexe préférentielle qui donne aux hommes une plus grande latitude de mouvement (à la fois en termes de choix de brigades et de composition des équipages) et le maintien de cette différence de sexe a des incidences sur ce qui est donné à voir aux sociologues femmes. Mais cet obstacle est résiduel dans la mesure où il s’agit en soi d’un résultat de recherche : les femmes sont soumises à l’impératif de mixité. Travailler sur les femmes, c’est dès lors travailler nécessairement sur les hommes et plus largement sur les rapports sociaux de sexe. C’est aussi placer au cœur de l’analyse la mobilité de genre – une mobilité assez univoque puisque le mouvement général (pour les deux sexes) va du côté de la virilisation. Les sociologues sont mis en demeure de se fabriquer un genre adéquat – correspondant au métier policier observé –, un genre qui n’agit pas seul et qui se trouve indissociable de l’âge, du niveau d’étude, de la position matrimoniale, de l’orientation sexuelle et de l’ancienneté dans la recherche (profane ou expert de la police). Dans cette opération d’adaptation au milieu policier, les femmes ne sont pas mal placées dans la mesure où la sociologie, en tant que métier intellectuel, mais aussi en tant qu’enquête sur la vie des gens, est en quelque sorte un métier de femme. À partir du moment où la sociologue femme donne des gages sur sa résistance physique, le jeu de la compétition virile ne s’exerce pas avec la même intensité que si elle était un homme. La clef de l’entrée dans un tel milieu, c’est en fait la démonstration de son caractère inoffensif. Bien plus que l’appartenance de sexe ou les identités de genre, la discrétion sur son appartenance politique, a fortiori si elle est d’extrême gauche, constitue la condition sine qua non d’une intégration accélérée du sociologue dans un service de police et de sa relative liberté de circulation en son sein.

Bibliographie

Chauvenet Antoinette, Orlic Françoise, 1985, « Interroger la police », Sociologie du travail, no 4, p. 452-467.

Godeau Emmanuelle, 2007, L’esprit de corps, sexe et mort dans la formation des internes en médecine, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Héritier Françoise, 1996, Masculin-féminin, Paris, Odile Jacob.

Hughes Everett, 1996, Le regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Hunt Jennifer, 1984, « The development of rapport through the negotiation of gender in field work among police », Human Organization, no 43, p. 283-296.

Jobard Fabien, 2002, Bavures policières ? La force publique et ses usages, Paris, La Découverte.

L’Heuillet Hélène, 2001, Basse politique, haute police. Une approche philosophique et historique de la police, Paris, Fayard.

Lemaire Élodie, 2011, Division du travail dans l’institution policière. Une ethnographie d’un commissariat de sécurité publique, thèse de doctorat, F. Lebaron et L. Proteau dir., Université de Picardie Jules Verne.

Loriol Marc, Boussard Valérie, Caroly Sandrine, Jobard Fabien, 2004, Constructions du stress, psychologisation du social et rapport au public. Le cas des infirmières hospitalières, des conducteurs de bus et des policiers, rapport final, Paris, ACI.

Mainsant Gwénaëlle, 2012, L’État et les illégalismes sexuels. Ethnographie et sociohistoire du contrôle policier de la prostitution à Paris, thèse de doctorat, D. Fassin dir., EHESS (Paris, La Découverte, 2015, à paraître).

Malochet Virginie, 2007, Les polices municipales, Paris, PUF.

Molinier Pascale, Welzer-Lang Daniel, 2000, « Féminisme, masculinité, virilité », Dictionnaire critique du féminisme, H. Hirata et al dir., Paris, PUF, p. 71-76.

Monjardet Dominique, 1996, Ce que fait la police, Paris, La Découverte.

Mouhanna Christian, 2005, Police et justice face au citoyen : le repli bureaucratique, thèse de doctorat de sociologie, C. Grémion dir., IEP Paris.

— 2009, « Les recherches sur la police et le policing en France (1985-2005) », Regards sur la police. Un quart de siècle de recherche sur la police en Europe et dans le monde anglo-saxon, L. Van Outrive, P. Ponsaers et C. Tange dir., Bruxelles, Bruylant, p. 356-395.

Ocqueteau Frédéric, 2006, Mais qui dirige la police ? Sociologie des commissaires, Paris, Armand Colin.

Pruvost Geneviève, 2007a, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

— 2007b, « Enquêter sur les policiers. Entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé », Terrain, no 48, p. 131-148.

— 2008a, « La production d’un récit maîtrisé : les effets de la prise en note des entretiens et de la socialisation professionnelle. Le cas d’une enquête dans la police », Langage & société, no 123, p. 73-86.

— 2008b, De la Sergote à la femme flic. Une autre histoire de la police, Paris, La Découverte.

Pruvost Geneviève, Cardi Coline, 2012, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte.

Pruvost Geneviève, Coulangeon Philippe, Ionela Roharik, 2004, 1982-2003 : enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5221 policiers, Paris, ministère de l’Intérieur, IHESI.

Tabet Paola, 1979, « Les mains, les outils, les armes », L’Homme, no 3-4, p. 5-61.

Van Maanen John, 1978, « On watching the Watchers », Policing from theStreet, P. K. Manning, J. Van Maanen dir., New York, Random House.

Vogel Marie, 1993, Les polices des villes entre local et national : l’administration des polices urbaines sous la IIIe République, thèse de doctorat de sciences politiques, F. d’Arcy dir., IEP Grenoble.

Notes

1 Le ministère de l’Intérieur, pour rehausser ce faible taux, inclut parfois abusivement le personnel administratif dans le comptage des effectifs féminins.

2 Thèse de philosophie, sous la direction de D. Deleule, Université Paris 10 Nanterre.

3 Ouvrage tiré de ma thèse de sociologie (2005), L’accès des femmes à la violence légale. La féminisation de la police (1935-2005), sous la direction de R.-M. Lagrave, Paris, EHESS.

4 Thèse de sociologie, sous la direction de F. Dubet, Université Bordeaux 2.

5 Il s’agit de B. Jankowski, C. Gorgeon, P. Paperman, V. Boussard, A. Wyvekens, S. Tiévant.

6 La fouille à corps reste néanmoins un geste exceptionnel pour un policier, qui exerce davantage de palpations (sur les corps habillés), lesquelles ont lieu sur la voie publique et sont parfaitement observables.

7 Je rappelle ici que j’ai mené cette observation participante en cachant que je travaillais sur la féminisation de la police et en expliquant que j’étudiais les conditions de travail.

8 Il faut noter que l’application stricte de cette règle qui oblige les femmes à se doter pratiquement et symboliquement d’un chaperon masculin est de moins en moins tenable dans la pratique, avec l’augmentation des effectifs féminins, notamment en région parisienne. Cette règle ne concerne par ailleurs pas les femmes commissaires, officiers et brigadiers qui se trouvent en position de commandement et disposent d’une voiture propre. J’ai alors pu les accompagner sans que cela fasse débat.

9 Cette obsession commence dès le concours : les femmes sont soumises à des quotas (officiels et officieux) qui veillent à limiter le nombre d’admises.

10 Pour une définition de la virilité, voir P. Molinier, D. Welzer-Lang (2000).

11 Les policiers considèrent que pour les hommes, la grosseur peut aller de pair avec une stature imposante et avec de la force physique. Chez les femmes, la grosseur est associée à la mollesse.

12 Les femmes policiers qui occupent une position administrative peuvent entrer dans un groupe de filles avec les secrétaires.

13 On rappellera à cette occasion que, d’après notre enquête quantitative portant sur 5 221 policiers dont 722 femmes, 10 % des femmes policiers dit avoir eu un conflit autour de mots ou de gestes déplacés sur ce plan.

14 L’enquête collective menée à Sciences-Po fut de ce point de vue extrêmement significative : nous allions alternativement enquêter sur la même section dans la même école de police et deux étudiantes ayant participé à l’enquête ont témoigné avoir été « draguées », avoir été sifflées – ce qui ne fut pas mon cas. J’ai fini par imputer cette différence de traitement à une différence de présentation de soi en termes de genre.

15 Quand j’étais en police secours, deux matinées par cycle, il fallait arriver à 4 h 45. Quand j’étais en BAC de nuit, le service s’achevait à 4 heures du matin.

16 D’après les entretiens menés avec des policiers gays et les lesbiennes de l’association Flag ! le lesbianisme est moins stigmatisé que l’homosexualité masculine, mais les femmes concernées, sachant qu’elles doivent affronter le sexisme et l’humour galant ou salace de leurs collègues masculins, préfèrent ne pas prendre le risque supplémentaire de l’homophobie.

17 J. Hunt (1984) en témoigne et C. Mouhanna (2005) également.

18 Il est ainsi possible au même policier d’expliquer que les « manouches » sont une « race dégénérée », tout en marquant un regret pour la police de proximité introduite par la gauche.

19 J’ai fait mon observation au commissariat de sécurité publique au moment même où Jean-Marie Le Pen se retrouvait au second tour de l’élection présidentielle. Les policiers, contrairement à leurs habitudes, discutaient plus ouvertement politique. C’est, avec surprise, que j’ai vu des policiers très modérés dans leur rapport au métier avouer qu’ils avaient voté Le Pen, pas par conviction, mais pour dire que « trop, c’est trop ». Mais cela n’a duré qu’un soir. Ensuite, chacun a repris le registre de l’allusion.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540